Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

Tour de Beurre

Texte intégral

  • 1 Le rez-de-chaussée de la tour de Beurre fut érigé canoniquement en paroisse en 1496. La paroisse S (...)

1 La chapelle Saint-Étienne-la-Grande-Église qui servait autrefois d’église paroissiale, occupe tout le rez-de-chaussée de la tour de Beurre1.

2On y accède par les deux premières chapelles du collatéral sud, dont le mur de fond a été démoli à cet effet, sous le réseau rayonnant des fenêtres.

  • 2 Le carillon date de 1920 (BAMR, 1914 à 1920, p. 136). Il comportait à l’origine 29 cloches. Les de (...)

3Au-dessus de cette chapelle se trouvent une seconde salle couverte d’une voûte d’ogives octopartite (salle dite « la plomberie » car on y a fondu le plomb des couvertures de la cathédrale) et le beffroi qui abrite aujourd’hui, sous sa voûte en pyramide creuse, le célèbre carillon de 56 cloches2.

Chapelle Saint-Étienne-la-Grande-Église

4Spacieuse, élevée, la chapelle Saint-Étienne, avec son décor tout flamboyant, offre un bel exemple de l’art gothique parvenu à son ultime phase (1486).

  • 3 Le chevalier qui occupe une niche à l’est (saint Guillaume ?) n’est qu’un remploi. La tête pourrai (...)

5À mi-hauteur des piliers aux bases en flacons qui reçoivent les huit : nervures prismatiques de la voûte d’ogives, Guillaume Pontifs place de grandes statues (aujourd’hui disparues3) qu’il surmonte de dais sculptés à profusion et fait reposer sur des « nacelles » ajourées, socles où s’entrelacent pampres, feuillages découpés ou branches de houx en fort relief. En guise de chapiteaux, des têtes humaines, des fous, des grotesques forment, autour des piliers, une ronde pleine de verve, qui se prolonge sur le mur.

  • 4 J. Lafond, « Vitraux de la cathédrale de Rouen », p. 21 ; id., « Arnoult de la Pointe, peintre et (...)

6Six grandes baies à deux registres éclairent la chapelle sur trois côtés. Leur remplage flamboyant enserrait des vitraux de l’extrême fin du XVe siècle qui attendent encore leur repose : épisodes de la vie du Christ après sa Résurrection (saint Pierre marchant sur les flots, Ascension, Incrédulité de saint Thomas, Pèlerins d’Emmaüs), dans les parties hautes, série d’Apôtres (Pierre et André, Jacques et Jean, Paul et Simon), dans les parties basses. L’influence germanique s’y fait sentir – c’est Jean Lafond4 qui le signale – dans « les architectures d’or, très caractéristiques, les phylactères longs et compliqués du Credo, la courageuse laideur des Apôtres ».

  • 5 Jouen, p. 74.
  • 6 Tout cet ensemble a été « remis à neuf » au XIXe siècle avec une grande sécheresse.
  • 7 Remplaçant un retable dont Arnoult de Nimègue avait donné le « patron » en 1503-1506. Voir J. Lafo (...)
  • 8 PVCA, t. 2, p. 319, 328-329, 333-335 et 348-349 ; BCA, t. 4, p. 361-366. Quelques statues mutilées (...)

7L’autel n’est pas orienté mais placé contre le mur méridional sous un solide arc de décharge que Louis le Pilleur5 dore et peint à l’antique ainsi que les piliers d’encadrement et la piscine sculptée6. Le grand artiste Étienne Desplanches l’avait surmonté en 1582-1584 d’un retable7 en terre cuite peinte et dorée, où il avait sculpté en haut-relief le martyre de saint Étienne. Ce précieux témoin de la Renaissance, dissimulé au XVIIIe siècle par une contretable dessinée par Defrance, sera retrouvé au siècle suivant et stupidement détruit, en dépit des protestations réitérées de la Commission départementale des Antiquités8. Le retable néo-gothique qui représente, sous la Crucifixion, la lapidation du diacre Étienne, œuvre de Fulconis (1872), ne nous console pas de cette perte.

  • 9 Maurice Allinne, « Une œuvre inédite du sculpteur Pierre des Aubeaux », BAMR, 1913, p. 125-128 ; L (...)

8Par bonheur, l’admirable statue de saint Étienne9 vêtu d’une dalmatique de drap d’or, richement brodée, a conservé, depuis 1512, sa place à gauche de l’autel. La tête et quelques détails en ont été refaits, mais on retrouve dans l’ampleur et le traitement des drapés la manière de son auteur, le sculpteur rouennais Pierre des Aubeaux. Dans les piédroits du tabernacle de pierre très ouvragé que Roulland le Roux sculpte en 1517 pour servir de cadre à cette grande statue, trouvent place les bourreaux du martyr, petites figures très pittoresques (fig. 48).

48 - Saint Étienne.

48 - Saint Étienne.
  • 10 Deville 1848, p. 109-116.

9Deux statues funéraires du XVIIe siècle10 ont été déposées dans cette chapelle : le priant de Claude Groulard, Premier Président du Parlement de Normandie (mort en 1607) et le gisant de sa femme, Barbe Guiffard (morte en 1599). Ces statues de marbre blanc ont connu bien des avatars, passant du couvent des Célestins de Rouen à Saint-Aubin-le-Cauf, dissimulées pendant la Révolution, retrouvées en 1840, ramenées au Palais de Justice avant de trouver enfin cet abri à la cathédrale en 1865. Claude Groulard est représenté dans son costume de Premier Président. Son mortier, autrefois posé devant lui, a disparu. Barbe Guiffard, coiffée de l’escoffion, porte le vertugadin et un corps piqué avec large collerette ; un lévrier est couché à ses pieds. Les socles sont des réfections.

10Intéressantes pour leur valeur artistique, pour les détails du costume, ces statues témoignent aussi de la persistance des traditions de la sculpture funéraire, bien au-delà du Moyen Âge.

  • 11 Nichole Gibouin avait été inhumé dans le croisillon sud. Sa dalle tumulaire fut découverte par l’a (...)

11Dans un but de préservation, on a relevé et placé à l’entrée de la chapelle Saint-Étienne quelques belles pierres tombales11.

49 - Pierre tombale d’Étienne de Sens (XIIIe siècle).

49 - Pierre tombale d’Étienne de Sens (XIIIe siècle).

Ancienne chapelle Saint-Christophe

12La première plate-tombe, à l’ouest, est celle de Nichole Gibouin, ancien clerc de la ville de Rouen, mort en 1320. C’est une dalle aux dimensions imposantes (3,28 m × 1,60 m), au dessin particulièrement élégant. Un dais tout rayonnant, flanqué de pilastres à clochetons encadre le défunt que surmontent deux anges. Des vandales ont arraché les lames de cuivre sur lesquelles étaient gravés le visage et les mains du clerc. L’épitaphe, très lisible, est fort intéressante car c’est la seule inscription en français sur une pierre tombale du XIVe siècle dans la cathédrale :

Ich[i] . gist . Mestre . Nichole . Gibouin . jadis . clerc . de . la . ville . de . Rouan . qui . trespassa . lan . de . grâce . M . CCC . et . XX . V mois . davril, le . jeudi . devant . Pasques . flories . Pries . que . Dex . bonne . merchi . li . fâche. Amen.

13À côté de cette dalle funéraire, celle de l’archidiacre Étienne de Sens (mort en 1282), ne se signale pas seulement par la beauté de sa sculpture (fig. 49). Elle suffirait à elle seule à illustrer tout ce que le Moyen Âge chrétien a pensé de la mort : Étienne de Sens y est représenté, revêtu des ornements liturgiques, un calice dans les mains, affirmant ainsi qu’il reste prêtre pour l’éternité. Au-dessus de sa tête, une arcade trilobée qu’entourent des anges portant des encensoirs et des cierges, figure la Jérusalem céleste et traduit dans la sculpture la belle prière de l’Office des morts : « Jusqu’en Paradis, que les anges te conduisent ! » Aux côtés du défunt, les quatre Évangélistes témoignent de sa foi. Comment proclamer plus clairement l’Espérance du chrétien, la certitude que Dieu nous sauve, la valeur de la foi en Jésus-Christ, la confiance dans la prière de l’Église ?

14Cependant, en cette fin du XIIIe siècle, une part du symbolisme cher au Moyen Âge tombe un peu dans l’oubli. Ce n’est plus la fidélité qu’évoquent les chiens couchés aux pieds d’Étienne de Sens ou de Nichole Gibouin : un os dans la gueule, ils rappellent tout simplement l’animal familier.

15Adossées au mur est se trouvent la pierre tombale de Denis Gastinel et celle de Nicole Sarrazin. Denis Gastinel, chanoine de la cathédrale, mort en 1440, eut le triste privilège d’être l’un des juges de Jeanne d’Arc, mais s’opposa à ce qu’elle fût soumise à la torture. Il est représenté en aube et chasuble, son aumusse sur la tête, sous une architecture gothique flamboyante. Nicole Sarrazin, mort en 1505, était encadré, lui aussi, par un dais imposant. Sa dalle est malheureusement bien effacée, mais ses titres sont encore très lisibles : « archidiacre du Veuquesin le Franchois, chanoine en l’église de Rouen, trésorier et chanoine de Baieux, familier de deffunt mons. le cardinal d’Estouteville. »

16Contre le mur sud, enfin, la plate-tombe d’Inguerran d’Etrépagny, archidiacre d’Eu dans la seconde moitié du XIIIe siècle, est sans doute la plus ancienne de toutes : une arcade d’une grande sobriété entoure la tête tout idéalisée du personnage.

Ancienne chapelle Saint-Jacques

17À l’ouest, une grande pierre tombale, dite « des Innocents des Andelys » rappelle le souvenir de trois jeunes Rouennais, Jacques Turgis, Robert Tallebot et Charles Lebrasseur, injustement condamnés pour meurtre et pendus aux Andelys en 1625. Leur innocence ayant été reconnue, leurs corps furent ramenés dans la cathédrale en 1628. La dalle est gravée, au sommet, de 3 cavaliers, à peine perceptibles aujourd’hui.

50 - Pierre d’obit de Jehan cave (XVe siècle).

50 - Pierre d’obit de Jehan cave (XVe siècle).

18Dans le mur oriental est insérée la pierre d’obit (c’est-à-dire une pierre rappelant une fondation de prières pour un défunt) de Jehan Cave et de sa femme Emelot, marchands et bourgeois de Rouen qui, ayant fait reconstruire en 1411 le collège de l’Albane, avaient donné à 8 chapelains de la cathédrale, une maison comprenant « salle, chambre à gésir, garde-robe et cuisine et aisemens de corps et, au-dessus d’icelles chambres et salles haut, un galattas por faire leur librarie ou estude commune ».

19La contrepartie de ce don est d’importance : dire tous les jours et à perpétuité une messe basse dans la chapelle Saint-Jacques et Saint-Christophe, suivie du De profundis psalmodié sur la tombe des défunts, et le premier jour de chaque mois, une grand’messe célébrée par les huit chapelains ensemble. Amendes et réparations sont prévues en cas de défaillance !

  • 12 Le texte intégral de cette pierre d’obit se trouve dans Deville 1881, p. 282 ; Pommeraye 1686, p.  (...)

20En marge de ce texte savoureux12, Jehan Cave en tenue de pèlerin et sa femme portant les vêtements d’une bourgeoise du XVe siècle, sont agenouillés aux pieds de saint Christophe et de saint Jacques, premiers patrons de la chapelle (fig. 50).

Notes

1 Le rez-de-chaussée de la tour de Beurre fut érigé canoniquement en paroisse en 1496. La paroisse Saint-Étienne disparut à la Révolution.

2 Le carillon date de 1920 (BAMR, 1914 à 1920, p. 136). Il comportait à l’origine 29 cloches. Les dernières cloches qu’on lui a adjointes ont été consacrées en 1959. Les plus importantes sont : Germaine, Agnès, Marie-Blanche, Bernadette et Odile. Voir BAMR, 1958 à 1970, p. 176 et J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 254-255.

3 Le chevalier qui occupe une niche à l’est (saint Guillaume ?) n’est qu’un remploi. La tête pourrait en être plus ancienne que le corps, manifestement du XIXe siècle. Antoine Gilbert (Description historique de l’église métropolitaine Notre-Dame de Rouen, Rouen, E. Frère, 1837 p. 101) note : « Sur les piliers, à droite et à gauche en entrant, sont placées à une certaine hauteur, deux statues : l’une est celle de la reine Clotilde, et l’autre celle d’un guerrier, qui paraît être Clovis Ier, son époux. » Il n’est nullement assuré qu’il s’agisse de cette statue encore en place.

4 J. Lafond, « Vitraux de la cathédrale de Rouen », p. 21 ; id., « Arnoult de la Pointe, peintre et verrier de Nimègue », BAMR, 1911, p. 170-171.

5 Jouen, p. 74.

6 Tout cet ensemble a été « remis à neuf » au XIXe siècle avec une grande sécheresse.

7 Remplaçant un retable dont Arnoult de Nimègue avait donné le « patron » en 1503-1506. Voir J. Lafond, « Arnoult de la Pointe », art. cité, p. 146.

8 PVCA, t. 2, p. 319, 328-329, 333-335 et 348-349 ; BCA, t. 4, p. 361-366. Quelques statues mutilées provenant de ce retable sont au Musée des Antiquités (catal. 1868, no 82, p. 124-125).

9 Maurice Allinne, « Une œuvre inédite du sculpteur Pierre des Aubeaux », BAMR, 1913, p. 125-128 ; Lefrançois-Pillion 1927, p. 94.

10 Deville 1848, p. 109-116.

11 Nichole Gibouin avait été inhumé dans le croisillon sud. Sa dalle tumulaire fut découverte par l’abbé Cochet en 1865 (PVCA, t. 2, p. 318-319). La pierre tombale d’Étienne de Sens se trouvait autrefois dans la nef, à hauteur de la chaire, celle de Denis Gastinel dans la chapelle Saint-Jean-jouxte-les-Fonts (croisillon nord). Nicole Sarrazin et Inguerran d’Étrépagny reposaient dans la chapelle Saint-Pierre-Saint-Paul (déambulatoire, côté nord), les Innocents des Andelys devant la chapelle des Innocents, c’est-à-dire Sainte-Colombe (collatéral sud). La pierre d’obit de Jehan Cave et de sa femme Emelot était incrustée dans la porte de la maison donnée au chapitre (PVCA, t. 2, p. 340-341). Au sujet de ces transferts, voir BAMR, 1911, p. 194-195. Pour les pierres tombales comme pour les tombeaux, voir Deville 1848 et, du point de vue de l’iconographie, l’admirable chapitre qu’É. Mâle consacre aux tombeaux dans L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France, op. cit., p. 391-437.

12 Le texte intégral de cette pierre d’obit se trouve dans Deville 1881, p. 282 ; Pommeraye 1686, p. 546, en donne l’essentiel.

Table des illustrations

Titre 48 - Saint Étienne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 49 - Pierre tombale d’Étienne de Sens (XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre 50 - Pierre d’obit de Jehan cave (XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540