Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

Tour Saint-Romain

Texte intégral

  • 1 Henri Loriquet (Le beffroi de Rouen avant la sédition de la Harelle, Rouen, A. Lestringant, 1906) v (...)

1Dans la tour Saint-Romain, deux salles sur plan sensiblement carré, sont superposées sous l’étage du beffroi qui ne renferme actuellement que la plus grosse des cloches, la Jeanne d’Arc1.

Salle basse

2La salle basse, d’une austère et vigoureuse beauté, est un précieux témoin de la transition entre deux époques de notre histoire de l’art : par l’arc légèrement brisé des arcatures aveugles qui décorent le mur au-dessus du socle, le profil en amande des colonnes jumelles qui reçoivent ces arcatures, surtout par la voûte d’ogives qui la couvre, c’est déjà une salle gothique. Mais l’épaisseur des murs (2,50 m), la robustesse des arcatures, le décor des chapiteaux, le puissant linteau monolithe surmonté d’un tympan à appareil réticulé qui coiffe l’accès à l’escalier, les baies en plein cintre fortement ébrasées, tout cela l’apparente encore à l’art roman.

3La voûte d’ogives à huit compartiments, bombée, sans arcs formerets, à clef de voûte non saillante, accuse, par son imperfection même, son ancienneté. Que de progrès réalisés pourtant, depuis la maladroite voûte d’ogives en plein cintre sur nervures incorporées de l’ancienne église Saint-Paul de Rouen, par exemple ! Avec l’emploi de l’arc brisé et des nervures indépendantes de la voûte, un pas immense a été franchi dans cette salle qui témoigne ainsi de l’effort et de la recherche incessante du maître d’œuvre, dans son approche d’un art nouveau.

4Les ogives retombent, aux angles, sur quatre colonnes engagées partant de fond dont les fûts sont soulignés par un beau ruban plat vertical, à l’est et à l’ouest, sur des demi-colonnes partant également de fond. Au nord et au sud, par contre, les colonnes médianes reposent, à mi-hauteur, sur des culots (fig. 46).

5Au-dessus du bandeau qui sépare la salle en hauteur, le mur ouest est aveugle, mais les trois autres côtés sont percés de fenêtres hautes et étroites que le maître Gaudin a dotées, en 1960-1961, de vitraux formés de débris divers, récupérés dans la cathédrale.

  • 2 On pensait, au Moyen Âge, qu’à leur naissance les lionceaux paraissaient mort-nés. Le troisième jou (...)

6Quelques détails de sculpture méritent plus qu’un simple coup d’œil. Les chapiteaux des colonnes jumelles sont sobrement décorés pour la plupart, de feuilles d’eau ou de godrons, mais quatre d’entre eux, à l’ouest, sont, comme au chevet de Saint-Georges de Boscherville, très joliment sculptés, jusque sur le tailloir, d’ornements géométriques, de palmettes ou d’animaux symboliques : le lion et le lionceau, emblèmes de la Résurrection2, voisinent avec le serpent, figure du péché.

45 - Tour Saint-Romain. Chapiteaux de la salle basse (XIIe siècle).

45 - Tour Saint-Romain. Chapiteaux de la salle basse (XIIe siècle).

46 - Tour Saint-Romain. La salle basse (XIIe siècle).

46 - Tour Saint-Romain. La salle basse (XIIe siècle).

7La fantaisie du Moyen Âge s’affirme dans le culot du mur sud où deux corbeaux juxtaposés, sculptés d’une tête d’homme et d’une tête de cheval, rappellent peut-être les attelages qui traversaient autrefois le porche de la cour d’Albane, au pied de la face nord de la tour (fig. 46).

  • 3 Les fonts baptismaux, placés primitivement dans l’absidiole du croisillon nord, dite « chapelle Sai (...)

8Depuis le début du XXe siècle, cette belle salle, sobre et soignée tout à la fois, sert de baptistère3 à la cathédrale et abrite donc la cuve de pierre des fonts baptismaux, surmontée de son couvercle de fer forgé de Marrou.

  • 4 Ces statues, attribuées à Jean Périer, ornaient le revers de façade où les dissimulait en partie le (...)
  • 5 Don de Mgr Fuzet, cette statue de marbre blanc, de la fin du XVIIe siècle, provenait de l’hôpital d (...)

9Dans la salle qui lui donne accès, Adam et Ève, belles et grandes statues de pierre du XIVe siècle4, font face à Notre-Dame de Rouen5. Il y a là tout un heureux symbolisme : par le Baptême, l’Ancienne et la Nouvelle Ève se rejoignent, la filiation divine perdue par le péché nous est rendue ; enfants d’Eve, nous entrons dans l’Église dont Marie est la Mère.

10Au mur de ce vestibule a été placée la plaque commémorative du grand explorateur rouennais Cavelier de la Salle.

Salle haute

11Un charmant escalier à vis mène à l’étage. On ne peut pénétrer dans la salle haute sans être saisi d’admiration : ses belles proportions, l’harmonie de ses coupures verticales et horizontales, la rare élégance de sa voûte, tout, dans cette salle, donne une impression de perfection.

12Il ne s’est pourtant écoulé que vingt ans environ entre les travaux du rez-de-chaussée et du premier étage, mais quelle différence entre la rustique beauté de la salle basse et cet étage élancé et pur ! La rapidité de l’évolution pour la maîtrise d’un tel art a de quoi émerveiller !

47 - Tour Saint-Romain. Voûte octopartite de la salle haute (XIIe siècle).

47 - Tour Saint-Romain. Voûte octopartite de la salle haute (XIIe siècle).

13Détaillons-en un peu l’architecture : un banc règne au pourtour de la salle. Un cordon mouluré la sépare sur la hauteur en deux parties sensiblement égales. La voûte d’ogives octopartite, avec ses ogives brisées, ses formerets et sa clef finement ornée, est d’un art achevé. Elle retombe sur huit supports – supports d’angles et supports médians sur chaque face – formés de colonnes ou demi-colonnes sur dosserets, cantonnées de deux colonnettes.

14Deux étages de fenêtres trouent les murs épais sur trois côtés, la face ouest restant aveugle ; aveugle, mais point nue car, par une heureuse inspiration, le maître d’œuvre l’a dotée, au-dessus du cordon, des mêmes colonnettes fermées en tiers-point qui, dans chaque lunette, encadrent les fenêtres. Sur la face est, pour laisser la place nécessaire à la tourelle d’escalier, les fenêtres sont décalées par rapport à l’axe médian et fort ingénieusement ébrasées en biais.

  • 6 Ce pont aérien pose un problème aux archéologues, en particulier quant à son aboutissement dans la (...)

15Deux belles portes trapues, couronnées d’un arc brisé fortement surbaissé, porté par de courtes colonnettes, ont été percées : l’une, à l’angle sud-est, donne accès de l’escalier à la salle ; l’autre, au sud, aujourd’hui murée, formait l’entrée du pont aérien reliant autrefois la tour à la cathédrale6.

16Enfin, dans l’angle nord-est, une petite chapelle voûtée d’ogives, dédiée à saint Michel, est pratiquée dans l’épaisseur de la muraille. Des chimères ailées reçoivent la retombée des arcs.

17À l’élégance des proportions architecturales, s’ajoute un grand raffinement de détails : branches d’ogives et formerets prolongent sur les voûtes les profils des supports. Les tailloirs des chapiteaux qui reçoivent les arcs encadrant les fenêtres et les portes, se poursuivent en bandeau sur le nu du mur. Le cordon marquant les deux étages est profilé comme les tailloirs des supports dont il prolonge la mouluration tout autour de la salle, en ressautant sur les dosserets.

18La sculpture est également très soignée : beaux chapiteaux décorés de palmettes ou d’acanthe, archivoltes des arcs soulignées de feuillages ou de palmettes refouillées, bases à pattes caractéristiques du XIIe siècle, tout ravit le regard et l’on aimerait connaître le nom du maître d’œuvre qui a conçu tant de beauté.

Les vitraux

  • 7 Paul Baudry, L’église paroissiale de Saint-Vincent de Rouen. Description des vitraux, Rouen, Charle (...)

19Les fenêtres ont été garnies (par Gaudin en 1960-1961) de vitraux provenant de l’église Saint-Vincent7 détruite au cours de la dernière guerre. Appartenant à la construction primitive, ces vitraux ne faisaient pas partie de l’admirable ensemble du XVIe siècle qui devait faire la parure de la basilique Jeanne d’Arc et pouvaient en être distraits sans dommage.

20Ils représentent : au sud, sainte Barbe ; saint Jean-Baptiste et un donateur agenouillé ; la Vierge emportée au ciel par deux anges. Au nord, la Vierge à l’Enfant ; saint Michel terrassant le dragon, un donateur ; Jésus-Christ bénissant, le globe à la main ; une Pieta accompagnée d’un donateur. À l’est, deux scènes de la vie de sainte Anne et de la Vierge enfant.

21Ces vitraux portent de nombreuses armoiries, des monogrammes et des écussons entourés d’une cordelière.

22C’est merveille de voir avec quel bonheur ces verrières du XVe siècle s’adaptent au cadre nouveau qui les fait revivre.

Notes

1 Henri Loriquet (Le beffroi de Rouen avant la sédition de la Harelle, Rouen, A. Lestringant, 1906) voit dans la tour Saint-Romain le premier beffroi de Rouen qui aurait abrité, jusqu’en 1382, les cloches communales, la Rouvel et la Cache-Ribaud. La tour Saint-Romain a contenu jusqu’à onze cloches (de 1470 à 1685) : la Romaine, la Rigaud, Thibault, Nicolas, Petite Marie, Compiles, Grand Saint Benoît et Petit Saint Benoît, Robin de Luz (ou de Lhuis), Marie d’Estouteville (fondue en 1467 à partir du Neuf-Saint qui s’était cassé) et Guillaume d’Estouteville. En 1685, Romaine, Petite Marie, Compiles et Guillaume d’Estouteville sont fondues ensemble pour former la Quatr’Une ou la Réunie. C’est l’unique cloche qui échappera aux Révolutionnaires. Marie et Jean viendront la rejoindre en 1804, Henriette-Caroline en 1826. Fêlée en 1845, la Quatr’Une entre dans la composition du bourdon Louis-Marie de Bailleul que remplacera, en 1920, un nouveau bourdon de 20 tonnes, la Jeanne d’Arc. Ces quatre cloches périront dans l’incendie de 1944. Leur bronze servira à fondre la nouvelle Jeanne d’Arc, bénie en 1959 avec les cloches placées dans la tour de Beurre. Voir Pommeraye 1686, p. 47-48 ; J. Loth, La cathédrale de Rouen, p. 119, 427-428, 441-445 ; id., Les cloches de Rouen, Rouen, Fleury, 1870, 47 p. ; L. A. Jouen, Cloches et clochers (extrait des PTAR, 1922) ; voir aussi BCA, t. 13, p. 148-151 et 377-385 (les cloches vers 1500) ; BAMR, 1903, p. 145 et 1914 à 1920, p. 136. Pour les cloches actuelles, voir J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 254 et BAMR, 1958-1970, p. 176.

2 On pensait, au Moyen Âge, qu’à leur naissance les lionceaux paraissaient mort-nés. Le troisième jour, le lion venait et les ranimait de son souffle et de son rugissement. Voir Émile Mâle, L’art religieux du XIIIe siècle en France, Paris, A. Colin, 1922, p. 15 et p. 40-41.

3 Les fonts baptismaux, placés primitivement dans l’absidiole du croisillon nord, dite « chapelle Saint-Jean-des-Fonts » (aujourd’hui chapelle du Saint Sacrement), avaient été transférés ultérieurement dans la chapelle correspondante au croisillon sud, dite « chapelle du Saint Esprit », actuellement chapelle Sainte-Jeanne d’Arc.

4 Ces statues, attribuées à Jean Périer, ornaient le revers de façade où les dissimulait en partie le buffet d’orgue. Voir Maurice Allinne, « La façade occidentale de la cathédrale de Rouen », BAMR, 1912, p. 87-92.

5 Don de Mgr Fuzet, cette statue de marbre blanc, de la fin du XVIIe siècle, provenait de l’hôpital de Beaucaire et se trouvait autrefois dans la chapelle du Grand Saint-Romain.

6 Ce pont aérien pose un problème aux archéologues, en particulier quant à son aboutissement dans la cathédrale. Voir à ce sujet : M. Allinne et A. Loisel, op. cit., p. 56-58 ; Albert Rieder, « De la tour Saint-Romain à la cathédrale », BAMR, 1908, p. 97-107 ; Jouen, p. 19-20 ; Lanfry 1956, p. 52-62. Cette dernière étude renferme la description détaillée des deux salles superposées.

7 Paul Baudry, L’église paroissiale de Saint-Vincent de Rouen. Description des vitraux, Rouen, Charles Métérie, 1875 ; Léon de Vesly, « Inventaires du mobilier d’art des édifices religieux », BAMR, 1912, p. 34-40 ; J. Lafond, « L’église Saint-Vincent de Rouen et ses vitraux », Actes du 81e congrès des sociétés savantes, Paris, PUF, 1958, p. 59-77.

Table des illustrations

Titre 45 - Tour Saint-Romain. Chapiteaux de la salle basse (XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 46 - Tour Saint-Romain. La salle basse (XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 47 - Tour Saint-Romain. Voûte octopartite de la salle haute (XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540