Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

Les chapelles des collatéraux

Texte intégral

1 Édifiées à partir de 1270, ornées chacune d’une jolie piscine sculptée, les chapelles des collatéraux s’étaient enrichies, au cours des siècles, de nombreux trésors : retables, autels, tableaux, statues, dont beaucoup ont disparu à la suite de la dernière guerre. Cependant, le peu qui nous a été conservé – ou qu’on y a replacé – est de qualité. Les vitraux, d’autre part, méritent à eux seuls une visite spéciale.

Chapelles latérales nord

Les éléments sculptés

2Dans la chapelle Saint-Julien (fig. 41), a été déposé le tympan mutilé de l’ancienne Porte Saint-Siméon qui s’ouvrait dans le collatéral sud.

  • 1 Lefrançois-Pillion 1907, p. 85-86.

3La destruction de ce petit portail, en 1944, a ruiné un admirable morceau de sculpture1 : aux voussures, trois rangées de statues de saints faisaient cortège à la Présentation au Temple, sujet rarement traité. On peut encore reconnaître sur ce tympan la Vierge, d’une grande pureté de lignes, présentant l’Enfant-Dieu debout sur un autel, au vieillard Siméon. À droite et à gauche, saint Joseph et une suivante apportent des colombes. Deux anges en vol couronnent le tableau. Par la composition, le modelé, ce tympan de la fin du XIIIe siècle était un chef-d’œuvre (fig. 142).

  • 2 Au sujet de la statue et du bas-relief de sainte Cécile, voir Henri Thirion, Les Adam et les Clodi (...)

4L’une des chapelles voisines (Saint-Nicolas) conserve la gracieuse statue de sainte Cécile2, au visage expressif et le précieux bas-relief relatant son ensevelissement par ses compagnes éplorées, que Clodion avait sculptés pour le jubé du XVIIIe siècle. Avec le Christ du sanctuaire, ce sont là les seules œuvres religieuses dues au ciseau de ce grand artiste.

41 - Plan des chapelles ouvertes dans les collatéraux à la fin du XIIIe siècle.

41 - Plan des chapelles ouvertes dans les collatéraux à la fin du XIIIe siècle.
  • 3 J. Loth, La cathédrale de Rouen, op. cit., p. 80.

5Dans la chapelle Sainte-Agathe, une belle statue (fin du XVIe siècle ou début du XVIIe) représente un évêque portant son chef décapité (plus exactement sa calotte crânienne). Il s’agit, non de saint Denis comme on le croit souvent, mais du premier évêque désigné pour évangéliser notre région : saint Nicaise. Au dire de l’abbé J. Loth3, cette statue et celle qui lui fait pendant au sud, proviendraient de l’ancienne église Saint-Herbland.

  • 4 Voir La Semaine religieuse du diocèse de Rouen, 1889, p. 824-825 et 898-900 ; BCA, t. 7, p. 288-28 (...)

6Signalons enfin l’intéressante épitaphe en beaux caractères (fin XIe-début XIIe siècle), d’un certain Radulfus (Raoul), insérée dans le mur ouest de la chapelle Saint-Nicolas4.

Les vitraux

  • 5 Les vitraux de la cathédrale de Rouen ont été étudiés par : Georges Ritter, Les vitraux de la cath (...)

7Plus encore que par leur richesse en sculpture, les chapelles latérales nord se signalent par l’intérêt exceptionnel de leurs vitraux5.

8C’est dans la chapelle Saint-Jean-dans-la-nef et Saint-Sever (fig. 41) qu’on trouve les vitraux les plus anciens de la cathédrale (vers 1200), connus dès le XIVe siècle sous le nom de « Belles Verrières ».

  • 6 Lancettes du même type que la fenêtre aveugle qui surmonte la porte d’accès à la tour Saint-Romain (...)

9Ils paraient, on s’en souvient, les lancettes jumelles de bas-côté6 avant l’adjonction des chapelles latérales. Pour les utiliser dans les nouvelles fenêtres à quatre lancettes, il a fallu recouper les verres à la dimension nécessaire, ajouter des bordures et remonter côte-à-côte des panneaux autrefois répartis sur plusieurs baies. La composition en souffre et les scènes des divers médaillons ne se suivent pas avec une parfaite logique. De plus les deux registres inférieurs ayant été laissés en blanc, en vue de la construction du cloître (projet abandonné par la suite), on a dû compléter les parties basses au XVe siècle.

10Telles qu’elles nous sont parvenues cependant, ces Belles Verrières sont des chefs-d’œuvre et méritent notre admiration par la sobre composition des petits médaillons, leur dessin expressif, leurs coloris francs et lumineux où dominent les rouges et les bleus profonds : elles évoquent irrésistiblement l’incomparable verrerie de Chartres.

Chapelle Saint-Jean-dans-la-nef

11Le vitrail est consacré essentiellement à la vie de saint Jean-Baptiste dont on reconnaît aisément les principaux épisodes – circoncision, Ecce Agnus Dei, prédication, le saint dans sa prison, Salomé demandant la tête du Baptiste, décollation –, mais on trouve également des scènes illustrant la légende de sainte Catherine ou de saint Nicolas (fig. 11).

12Certains panneaux représentent des ouvriers au travail : un charpentier, des constructeurs d’églises et des mégissiers ; ce sont les signatures des corporations qui ont offert les vitraux au début du XIIIe siècle, tandis que, dans le dernier médaillon en bas, à droite, une femme agenouillée présentant une fenêtre à quatre lancettes, figure la donatrice qui a payé de ses deniers la transformation de la baie après 1270.

13Les panneaux du XVe siècle illustrent la vie des saints vénérés par les confréries dont la chapelle était le siège, saint Jean-le-Décollé et sainte Madeleine (Décollation du Précurseur et présentation du chef de saint Jean-Baptiste, repas de Jésus chez Simon, les saintes Femmes au tombeau et le « Noli me tangere » ou apparition du Christ ressuscité à Marie-Madeleine). Ce sont de belles et grandes compositions aux couleurs claires, où les personnages se meuvent librement sur un fond de ciel et de paysage, sans toutefois oser sortir du cadre imposé par les divisions de la fenêtre. Si la perspective n’y est pas encore parfaite, ces scènes légendaires annoncent déjà cependant le vitrail-tableau qui triomphera au siècle suivant.

Chapelle Saint-Sever

14Dans la chapelle voisine, les Belles Verrières racontent la vie de saint Sever, évêque de Ravenne, entremêlée d’épisodes concernant la vie de saint Sever, évêque d’Avranches, confusion fréquente au Moyen Âge (fig. 13). Certaines scènes sont savoureuses, telles celles où nous voyons le saint occupé à tisser avec sa femme et sa fille, ou encore enfilant ses chausses pour se rendre à l’église assister à l’élection du nouvel évêque (avant-dernier médaillon en haut à droite et médaillon voisin).

15D’autres panneaux (lancette de gauche) ont trait à la légende de saint Nicolas.

16Dans la bordure, alternent les fleurs de lys et les tours de Castille de saint Louis et de sa mère.

17À cause de la chapellenie de Notre-Dame de Pitié, les registres inférieurs évoquent la Passion du Christ (de gauche à droite : le Portement de Croix, le Calvaire, la Descente de Croix, la Pieta). On remarquera le beau décor floral du parterre où les botanistes pourront reconnaître une grande variété de plantes, d’un étonnant réalisme.

18Comme ceux de la chapelle précédente, ces vitraux sont l’œuvre de Guillaume Barbe, verrier titulaire de la cathédrale, ou de son équipe et datent de 1468 et 1469.

19C’est à cet atelier de Guillaume Barbe que nous sommes redevables des vitraux des autres chapelles nord. Il les exécute de 1465 à 1467. Dans la vitrerie blanche, les taches de couleur sont apportées par les bordures et par un personnage central dans chaque lancette, grande figure de saint campée devant des draperies ou abritée sous une niche, formule encore proche du XIVe siècle mais où la perspective a fait son apparition. Nous nous bornerons à les énumérer.

Chapelle Sainte-Agathe

20Saint Victor, la Vierge et l’Enfant, sainte Agathe, saint Sébastien.

Chapelle Saint-Julien

21Saint Michel, saint Julien, saint Guillaume et sainte Geneviève.

Chapelle Saint-Éloi

22Saint Éloi, saint Laurent qu’accompagné un donateur, saint Jean-Baptiste et un évêque assez composite : il s’agit d’un saint Nicolas curieusement raccordé, pour la partie basse, à un saint Romain flanqué de sa gargouille.

Chapelle Saint-Nicolas

23Sainte Marguerite, sainte Madeleine, saint Nicolas, la Vierge et l’Enfant.

Chapelle Sainte-Anne

24Sainte Claire, un évêque accompagnant un donateur, sainte Madeleine et sainte Anne apprenant à lire à la Vierge Marie.

25Parmi tous ces vitraux, le seul qui soit entièrement ancien est celui de la chapelle Saint-Nicolas. Toutes les autres grisailles (c’est-à-dire les parties non décorées) ont été refaites après la guerre par le maître-verrier Gaudin qui a remonté, en 1960, les verrières des chapelles nord. Elles soutiennent aisément la comparaison avec les grisailles d’origine conservées à titre de témoin dans la chapelle Saint-Nicolas.

Chapelles latérales sud

26Toutes les chapelles sud ont été entièrement reconstruites après la guerre, à l’exception de la 8e chapelle restée debout, et des deux premières qui forment la base de la tour de Beurre. Elles n’ont cependant pas perdu tout intérêt.

Les éléments sculptés

  • 7 Dans cette chapelle se trouvait le tombeau imposant du cardinal Thomas, exécuté en 1894 par Albert (...)

27L’autel aux bas-relief sculptés de la Mise au Tombeau, surmonté de la Vierge de Lecomte (1778) qui, depuis la destruction du jubé, s’adossait au pilier sud-est de la tour-lanterne, orne maintenant la chapelle Sainte-Marguerite7 (fig. 41).

  • 8 Avant la guerre, cette statue se trouvait dans la chapelle Saint-Mellon. Voir J. Loth, op. cit., p (...)
  • 9 Au sujet des dons de Mgr Fuzet, voir BAMR, 1905, p. 62-63 ; et Jouen, Mgr Fuzet, archevêque de Rou (...)

28Une autre chapelle (Saint-Eustache) a reçu, héritage de l’église Saint-Herbland après sa destruction, une grande statue de bois polychrome. Cette œuvre de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle pourrait représenter saint Herbland8. L’autel de la chapelle voisine porte une statue de saint Antoine de Padoue, marbre provenant de l’hôpital de Beaucaire, offert à la cathédrale par Mgr Fuzet9. C’est également dans ce bas-côté sud que nous pouvons encore trouver l’un des rares ensembles dont la cathédrale était si riche autrefois : les boiseries Louis XIII de la chapelle Sainte-Catherine, dite aussi chapelle Saint-Brice ou « chapelle des Brice » (famille qui donna plusieurs chanoines au chapitre).

  • 10 G. Lanfry, « Découverte d’une sculpture décorative de la Renaissance à la cathédrale de Rouen », R (...)

29Enfin dans la dernière chapelle (Petit-Saint-Romain), le socle d’une châsse est constitué par un fragment de balustrade Renaissance (sans doute une clôture de chapelle), retrouvé dans le chœur lors des derniers travaux10.

  • 11 G. Lanfry, « La chapelle du Bâtiment », MHF, p. 142-144.

30L’apport du XXe siècle n’est pas négligeable. Remettant en honneur un usage ancien, la Fédération du bâtiment11 a tenu, lors de la restauration, à offrir le nouveau décor d’une chapelle : un autel dont la contretable est marquée des outils des bâtisseurs et, tenant lieu de retable, un bas-relief de Lagriffoul, sculpté dans un bois précieux, où la Vierge portant l’Enfant accueille avec une infinie bonté l’offrande de la cathédrale ressuscitée, dorée comme un bijou, présentée par deux compagnons du Bâtiment.

31Douze ans de travail exaltant sont ainsi résumés : « Belle nous l’avons voulue, et forte » (fig. 29).

42 - Déambulatoire, chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul. Verrière des sept dormants d’Ephèse (détail de quatre dormants). Vers 1204, parties recomposées en 1980.

42 - Déambulatoire, chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul. Verrière des sept dormants d’Ephèse (détail de quatre dormants). Vers 1204, parties recomposées en 1980.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

43 - Collatéral nord, chapelle Saint-Éloi. Saint Nicolas (XVe siècle).

43 - Collatéral nord, chapelle Saint-Éloi. Saint Nicolas (XVe siècle).

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

44 - Transept sud. Panégyrique de saint Romain, l’espérance et la force (XVIe siècle).

44 - Transept sud. Panégyrique de saint Romain, l’espérance et la force (XVIe siècle).

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

Les vitraux

  • 12 F. Perrot, op. cit., p. 13; Michael W. Cothren, « The seven sleepers and the seven kneelers : Prol (...)

32Les vitraux des chapelles sud comportaient autrefois, eux aussi, de « Belles Verrières » du XIIIe siècle, narrant en particulier la légende des Sept Dormants d’Ephèse12, et Guillaume Barbe, en même temps qu’il travaillait au nord, avait exécuté au sud des vitraux similaires.

  • 13 J. Loth, op. cit., p. 201.

33Hélas… l’ignorance et le manque de goût peuvent sembler parfois impardonnables : dès 1629 « l’archidiacre Halle demande et obtient la permission de faire enlever de la chapelle de la Chaire de Saint-Pierre (actuellement chapelle du Bâtiment) quelques panneaux de verre très épais et obscurs, et d’y mettre, à la place, du verre blanc parsemé des noms de Jésus et Marie, avec une belle bordure13 ». La destruction se poursuivra aux siècles suivants et, vers 1870, des compositions sans intérêt qui ont d’ailleurs disparu en 1944, éclaireront tout le bas-côté.

34Le seul vitrail en partie ancien est celui de la chapelle des Brice : sous d’authentiques arcatures du XVe siècle, s’abritent la Vierge Marie accompagnée d’un donateur, saint Simon qui présente un clerc, saint Nicolas et sainte Catherine, mais tous ces personnages ont été abondamment restaurés au XIXe siècle et les grisailles ont été refaites en 1960, lors de la repose des vitraux.

35Le XXe siècle a repris les traditions des anciennes corporations et a généreusement doté trois chapelles de verrières modernes dues au talent du maître Max Ingrand. Ce sont des compositions pleines de vie, aux couleurs éclatantes, exécutées en 1955-1956.

Chapelle Saint-Eustache

36Don de la Caisse nationale des congés payés et des intempéries du Bâtiment, cette grande verrière a trouvé son inspiration dans la Bible : à gauche, « l’entrée dans la Terre Promise » et « le Paradis Terrestre » illustrent bien l’idée des vacances heureuses chères à nos contemporains, tandis qu’à droite, les intempéries sont évoquées par « Josué arrêtant le soleil » et « le Déluge ». Les fermaillets (taches de couleur au milieu des grisailles), complètent l’évocation biblique avec la porte de la Jérusalem Céleste, la Colombe et le rameau d’olivier.

Chapelle du Bâtiment

37Le vitrail est consacré aux patrons des métiers du bâtiment : au centre, le Christ à l’Ascension (fête des ouvriers maçons) s’élève avec majesté dans le déploiement d’un admirable manteau rouge, entre saint Joseph, patron des ouvriers du bois et saint Éloi, maître des ferronniers.

38Les fermaillets présentent les outils du travail, la règle et le compas, le rabot, la masse ou l’enclume.

Chapelle du Blé eucharistique

39En même temps qu’elles illustrent la culture du blé, les quatre lancettes rappellent les paraboles évangéliques qui s’y rapportent : « Celui qui met la main à la charrue », « Le semeur sortit pour semer » ; « Il rassemble les gerbes », « Il les amasse en son grenier ».

40Dans les fermaillets, deux anges portant, l’un des pains, l’autre un ciboire rempli d’hosties, explicitent encore la grandeur de ce blé qui devient vie et corps du Christ.

41Avant de quitter le collatéral sud, il faut s’arrêter entre les chapelles Sainte-Catherine et Sainte-Marguerite, au revers du portail Saint-Siméon. On y a placé deux des grandes colonnes de marbre blanc du jubé du XVIIIe siècle. Sur les murs sont exposées des photographies rappelant le martyre de la cathédrale en 1944 et les efforts inouïs accomplis pour la sauver de la destruction. Mieux que toute description, ces panneaux permettent de mesurer l’importance du désastre, mais aussi l’ingéniosité, le courage et la compétence des hommes de notre temps, dignes héritiers des bâtisseurs de cathédrales du Moyen Âge.

Notes

1 Lefrançois-Pillion 1907, p. 85-86.

2 Au sujet de la statue et du bas-relief de sainte Cécile, voir Henri Thirion, Les Adam et les Clodion, Paris, A. Quantin, 1885, p. 272-385.

3 J. Loth, La cathédrale de Rouen, op. cit., p. 80.

4 Voir La Semaine religieuse du diocèse de Rouen, 1889, p. 824-825 et 898-900 ; BCA, t. 7, p. 288-289 et 301 ; Jean Favreau et Jean Michaud, Corpus des inscriptions de la France médiévale, Paris, CNRS Éditions, 2002, t. 22, no 191, p. 285-286.

5 Les vitraux de la cathédrale de Rouen ont été étudiés par : Georges Ritter, Les vitraux de la cathédrale de Rouen, Cognac, Établissements Fac, 1926 ; J. Lafond, op. cit., p. 110-123 ; L. Grodecki, art ; Françoise Perrot, « Le vitrail à Rouen », dans Connaître Rouen, Rouen, Imp. Lecerf, 1972, t. 2 ; A.-M. Carment-Lanfry, La cathédrale de Rouen, Ingersheim, SAEP, 1973, (court résumé, p. 53-55) ; Martine Callias-Bey et al., Rouen, cathédrale Notre-Dame, les verrières, Rouen, Connaissance du patrimoine de Haute-Normandie, 1993 ; id., Les vitraux de Haute-Normandie, Paris, CNRS, 2001.

6 Lancettes du même type que la fenêtre aveugle qui surmonte la porte d’accès à la tour Saint-Romain (1re travée nord).

7 Dans cette chapelle se trouvait le tombeau imposant du cardinal Thomas, exécuté en 1894 par Albert Guilloux. Il n’en reste plus rien depuis 1944. Voir Robert Eude, « Les sépultures des archevêques à la cathédrale de 1802 à 1956 », BAMR, 1951 à 1958, p. 59-60.

8 Avant la guerre, cette statue se trouvait dans la chapelle Saint-Mellon. Voir J. Loth, op. cit., p. 80 et Jouen, p. 152.

9 Au sujet des dons de Mgr Fuzet, voir BAMR, 1905, p. 62-63 ; et Jouen, Mgr Fuzet, archevêque de Rouen, Évreux, Imp. de L’Eure, 1916, p. 14.

10 G. Lanfry, « Découverte d’une sculpture décorative de la Renaissance à la cathédrale de Rouen », RSSHN, 1956, no 2, p. 81-83.

11 G. Lanfry, « La chapelle du Bâtiment », MHF, p. 142-144.

12 F. Perrot, op. cit., p. 13; Michael W. Cothren, « The seven sleepers and the seven kneelers : Prolegomena to a study of the “Belles Verrières” of the Cathedral of Rouen », Gesta, no 25, 1986, p. 203-226.

13 J. Loth, op. cit., p. 201.

Table des illustrations

Titre 41 - Plan des chapelles ouvertes dans les collatéraux à la fin du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre 42 - Déambulatoire, chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul. Verrière des sept dormants d’Ephèse (détail de quatre dormants). Vers 1204, parties recomposées en 1980.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre 43 - Collatéral nord, chapelle Saint-Éloi. Saint Nicolas (XVe siècle).
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3800/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre 44 - Transept sud. Panégyrique de saint Romain, l’espérance et la force (XVIe siècle).
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3800/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 747k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540