Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

Revers de façade

Texte intégral

  • 1 Notre-Dame de Rouen est l’une des plus anciennes cathédrales d’Occident qui ait possédé un orgue. (...)
  • 2 Lanfry 1957, p. 28-35.

1 À l’occident, le buffet d’orgue1, remarquablement sculpté sous Louis XV, ne laisse deviner qu’une faible partie de l’extraordinaire décor du revers de façade2 dont la fugitive réapparition, lors de la restauration des orgues en 1955, a émerveillé ceux qui en ont été témoins. Avec son habileté coutumière, Roulland le Roux a su harmoniser sa composition avec les éléments sculptés par Jehan Périer, qu’il voulait conserver (fig. 35 et 36).

2Sept fenestrages légers, couronnés de gâbles curvilignes, tapissent le mur. Ils enserrent trois niches dont les statues ont disparu et se prolongent, à l’étage supérieur, en une gracieuse claire-voie à balustrade finement sculptée, au remplage découpé. Une seconde balustrade dont les compartiments sont formés de deux roses à quatre lobes superposés, borde la coursière au pied de la grande rose. Au nord et au sud, cette coursière se poursuit en pans coupés, surmontée d’une haute claire-voie flamboyante, mais elle repose sur des écoinçons du XIVe siècle, décorés sous un bandeau de feuillage, de deux groupes de grotesques d’une grande vigueur d’exécution : au nord, une tête barbue fort expressive entre deux puissants molosses où l’on se plaît à voir le gardien de la cathédrale et ses chiens ; au sud, un singe musicien entre deux baladins (fig. 36).

35 - Le revers mutilé de la façade derrière les orgues (XVIe siècle).

35 - Le revers mutilé de la façade derrière les orgues (XVIe siècle).

3La rose flamboyante qui couronne l’ensemble est un chef-d’œuvre. Autour de l’anneau central, soufflets et mouchettes s’entrelacent souplement pour former huit pétales qui se subdivisent en seize pointes d’une délicatesse achevée. Deux rangs de feuillages surmontent la rose. Sous l’arc formeret de la voûte, une rangée d’anges porte les instruments de la Passion et la Sainte Tunique (fig. 37).

  • 3 Louis Grodecki, « Les vitraux de la cathédrale de Rouen », MHF, p. 107.
  • 4 Jean Lafond, « Étude sur ses vitraux », dans A. Loisel, La Cathédrale de Rouen, op. cit., 1913, p. (...)

4Ce beau réseau de pierre disloqué par la guerre a été rétabli dans son état primitif. Mais nous ne retrouverons pas, hélas, les vitraux qu’enchâssait cet admirable remplage où la Hiérarchie céleste entourait Dieu le Père. Mal restaurés après les dégâts causés par l’ouragan au XVIIe siècle, ces vitraux n’avaient pas été démontés en 1939 et ont disparu dans le bombardement3. C’est là l’unique perte causée par la guerre à la vitrerie ancienne de la cathédrale, mais c’est une perte irréparable. « On ne saurait rêver rien de plus harmonieux ni de plus éclatant que ces vastes cercles de séraphins rouges, jaunes, verts et d’anges blancs qui s’enlèvent sur des fonds d’or ou d’azur » : comment cette description du grand spécialiste rouennais du vitrail, Jean Lafond4, n’augmenterait-elle pas encore nos regrets ?

36 - Angle sud-ouest du revers de façade : claire-voie du XVIe siècle sur écoinçon du XIVe siècle décoré de personnages.

36 - Angle sud-ouest du revers de façade : claire-voie du XVIe siècle sur écoinçon du XIVe siècle décoré de personnages.

37 - Façade occidentale. La rose flamboyante de Roulland le Roux (XVIe siècle).

37 - Façade occidentale. La rose flamboyante de Roulland le Roux (XVIe siècle).

Notes

1 Notre-Dame de Rouen est l’une des plus anciennes cathédrales d’Occident qui ait possédé un orgue. Il se trouvait primitivement dans le croisillon nord, près de la porte de l’archevêché et fut transféré à son emplacement actuel en 1493, sous l’archevêque Robert de Croixmare. Restauré à plusieurs reprises (en particulier en 1600 par Crespin Carlier à l’instigation de Titelouze, et en 1693 par Robert Clicquot), il a été entièrement refait en 1956 par la maison Jacquot-Lavergne, sous la direction de Marcel Dupré. Le buffet de 1760, soutenu par une charpente métallique, a été remis en état en 1956. L’instrument est à traction électrique. Il comprend 4 claviers manuels de 61 notes, 1 pédalier de 32 notes, 60 jeux réels, plus 8 extensions pour le pédalier ; 6 combinaisons ajustables générales, 6 combinaisons ajustables par clavier. Les tuyaux ont tous leur longueur réelle. Ils ne sont pas coudés (renseignements aimablement fournis par le chanoine Delestre). Voir Marcel Dupré, « Le grand orgue », MHF, p. 111-113 ; et Claude Noisette de Crauzat, « Les orgues de Rouen et leurs buffets », Connaître Rouen, t. 3, 1976, p. 15-16. L’orgue d’accompagnement était autrefois placé sur le jubé.

2 Lanfry 1957, p. 28-35.

3 Louis Grodecki, « Les vitraux de la cathédrale de Rouen », MHF, p. 107.

4 Jean Lafond, « Étude sur ses vitraux », dans A. Loisel, La Cathédrale de Rouen, op. cit., 1913, p. 121-122.

Table des illustrations

Titre 35 - Le revers mutilé de la façade derrière les orgues (XVIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 36 - Angle sud-ouest du revers de façade : claire-voie du XVIe siècle sur écoinçon du XIVe siècle décoré de personnages.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre 37 - Façade occidentale. La rose flamboyante de Roulland le Roux (XVIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3798/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 386k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540