Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

La nef

Texte intégral

  • 1 Nous rappelons qu’on compte toujours les supports et les travées à partir de la façade. Pour toute (...)

1La nef comporte 11 travées1 sensiblement égales, limitées par de solides piliers composés, au flanc desquels un faisceau de colonnettes monte, d’un jet, pour recevoir, bien haut, les retombées des voûtes d’ogives, donnant à l’édifice le bel élan vertical de l’architecture gothique.

2Mais c’est au gothique très primitif qu’appartient la nef de Rouen. Les coupures horizontales de ses quatre étages, la survivance de ses baies de tribunes entre les grandes arcades et le triforium la rattachent à ses grandes aînées, Noyon, Laon ou Paris, toutes édifiées dans la seconde moitié du XIIe siècle. Cet archaïsme s’explique, nous le savons, par l’incendie de 1200 et c’est le très grand intérêt de la cathédrale de Rouen que de nous permettre de saisir sur le vif, la transition entre deux conceptions architecturales. Nous sommes, en effet, dans une nef édifiée en majeure partie au XIIIe siècle et présentant cependant bien des caractères du siècle précédent.

3De prime abord, les grosses piles qui portent les grandes arcades brisées à plusieurs ressauts, semblent toutes pareilles avec leurs bases à griffes aplaties et leurs chapiteaux à crochets ou à feuillages. Pourtant, un examen attentif révèle des différences : les premières piles en partant de la façade pourraient s’inscrire en plan dans un losange et les colonnettes qui les ceinturent sont placées dans les angles rentrants, selon l’usage dans la seconde moitié du xiie siècle. Les suivantes, au contraire NEF, inscrites en plan dans un cercle, présentent un tracé plus souple et leurs colonnettes sont dégagées dans des gorges arrondies.

33 - Plan comparé des piles de la nef marquant un arrêt de la construction.

33 - Plan comparé des piles de la nef marquant un arrêt de la construction.

4À partir du quatrième support, l’élément destiné à recevoir l’arc formeret monte de fond, au lieu de prendre appui sur le chapiteau : ce sont là autant de signes attestant un arrêt dans la construction de l’édifice. Les baies de tribunes qui s’ouvrent au-dessus des grandes arcades sont d’une grande unité et entre n’accusent pas la reprise du chantier.

5Par contre, le triforium présente trois aspects différents : ménagée sous un puissant arc de décharge cm surbaissé, la galerie de circulation est bordée d’une balustrade reposant sur de petites arcades brisées. La colonne qui marque le centre de la balustrade, forte et trapue aux premières travées (avant 1200), s’allège ensuite, s’affine pour monter jusqu’aux fenêtres hautes. Lors de la transformation des fenêtres au XIVe siècle, cette colonne NEF a été coupée au-dessus de la main courante : on en distingue aisément les traces aux 6e et 7e travées, les seules où nous soit conservé le triforium de Jean d’Andeli.

6Plus loin, l’aspect du triforium change totalement : le maître d’œuvre du XIVe siècle a pris le parti d’en composer la balustrade avec le remplage des nouvelles fenêtres hautes, en un décor particulièrement élégant (fig. 34).

7Sur toute la longueur de la nef, par un procédé de décoration cher aux Normands, une frise de trèfles, découpés comme à l’emporte-pièce, anime le nu du mur à la base du triforium et va se poursuivre tout autour des croisillons du transept.

34 - Deux aspects du triforium de la nef : XIIIe siècle (à gauche) et XIVe siècle.

34 - Deux aspects du triforium de la nef : XIIIe siècle (à gauche) et XIVe siècle.

8Quant aux fenêtres hautes, elles se composaient à l’origine de deux étroites lancettes, surmontées d’une rose (d’un « O », disaient nos ancêtres) et se doublaient d’une avant-fenêtre légère et élégante, comme en témoignent les rares fenêtres du XIIIe siècle conservées dans le transept (fig. 14).

9Le XIVe siècle leur a substitué de vastes baies, occupant toute la largeur de la travée, dont le réseau, formé de 3 quadrilobes, est bien caractéristique du gothique rayonnant (fig. 34). Cependant le maître d’œuvre « tâtonne » dans sa recherche au départ et le tracé des remplages varie quelque peu d’une baie à l’autre, s’affirmant d’ouest en est. Ces fenêtres étaient garnies de vitraux de verre blanc à bordures, datant de la seconde moitié du XVe siècle.

10À leur base, court un large bandeau de feuillages découpés.

11Les voûtes d’ogives barlongues sont fermées par de belles clefs ornées qui ne sont pas toutes d’origine. Elles sont, pour la plupart, décorées de feuillages, mais la 4e, sculptée d’une Vierge portant l’Enfant, est connue sous le nom de « Vierge de la Recherche ». La légende assure que celui qui découvrira par lui-même cette image de la Vierge et lui adressera sa prière, verra sa demande à coup sûr exaucée ! Le Musée des Antiquités conserve les précieuses clefs primitives des deux dernières travées.

12La chaire de fer forgé, beau travail exécuté par Raymond Subes pour la réouverture de la cathédrale en 1956, s’efface discrètement dans l’ombre des piliers.

  • 2 Voir au sujet de ces pierres tombales : Deville 1881, p. 160-170 ; Jean Derivière et André Fouré, (...)

13Tout près de la croisée du transept, une pierre tombale (moderne) recouvre les vénérables restes de Maurille2, archevêque consécrateur de la cathédrale. Là s’élevait également le somptueux tombeau du cœur du cardinal d’Estouteville, disparu lors du sac des Protestants.

14Dans la travée précédente repose une jeune et touchante princesse, fort aimée des Normands, Sibylle de Conversane, épouse du duc Robert Courte-Heuse, enlevée par une mort précoce, en 1102, après deux ans d’un mariage malheureux.

Notes

1 Nous rappelons qu’on compte toujours les supports et les travées à partir de la façade. Pour toutes les expressions un peu techniques, voir A.-M. Carment-Lanfry, Initiation au vocabulaire archéologique, op. cit., 1972.

2 Voir au sujet de ces pierres tombales : Deville 1881, p. 160-170 ; Jean Derivière et André Fouré, Inscriptions funéraires et campanaires de la cathédrale de Rouen, BCA, t. 27, 1968-1969, p. 234-235 pour Maurille et Sibylle de Conversane, p. 241-242 pour Guillaume d’Estouteville.

Table des illustrations

Titre 33 - Plan comparé des piles de la nef marquant un arrêt de la construction.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre 34 - Deux aspects du triforium de la nef : XIIIe siècle (à gauche) et XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540