Version classiqueVersion mobile

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Historique

Du XVIe siècle à nos jours

Texte intégral

  • 1 J. Loth, La Cathédrale, op. cit., p. 211.

1Les mêmes fastes se retrouvent au cours des siècles suivants. Louis XIII a 16 ans lorsqu’il fait son entrée royale à la cathédrale, Louis XIV n’en a que 12 ! Le passage de Louis XVI sera marqué par un sinistre présage : la Georges d’Amboise, sonnant à la volée, se fêla et se tut pour toujours. Au XVIIe siècle, on fête dans la cathédrale la canonisation de saint Ignace de Loyola et de saint François Xavier, puis de saint François de Sales. Bourdaloue y prêche le carême en 1677. « Tous les artisans quittaient leurs boutiques pour aller l’entendre, les avocats, le palais, les médecins, leurs malades. Lorsque j’y prêchai l’année d’après, je remis toutes choses dans l’ordre, personne n’abandonnait plus son emploi », note plaisamment son successeur1.

2Plus près de nous, certains Rouennais peuvent encore évoquer les fêtes du Millénaire de la Normandie en 1911 ou celles qui, en 1931, célébrèrent le 5e centenaire de la mort de Jeanne d’Arc en l’honneur de laquelle fut créé, dans la cathédrale, un oratorio de Paul Paray.

3Mais si la vie de la métropole se déroule malgré les épreuves, pour l’édifice, l’ère des grands travaux est close. Voici que s’ouvre l’ère des malheurs.

Guerres de religion

  • 2 Pommeraye 1686, p. 106-123.
  • 3 Dans le chœur se trouvaient cinq sépultures royales : au milieu, le tombeau du cœur de Charles V ; (...)

4La France va connaître les affreuses luttes fratricides des guerres de religion. En 1562, les Calvinistes s’emparent de la ville de Rouen. Ils envahissent la cathédrale et la mettent à sac2 : le trésor est pillé, la contretable d’argent du maître-autel volée, les tombeaux du duc de Bedford et du cardinal d’Estouteville3 sont détruits, celui du cœur du roi Charles V, fort endommagé. Des mains fanatiques décapitent les statues de saints ou d’archevêques qui ornent la façade et s’acharnent furieusement contre le portail principal dédié à la Vierge. Désastre dont les marques ne s’effaceront pas…

18 - Élévation du côté sud de la nef.

18 - Élévation du côté sud de la nef.

Ouragan

5Cent ans plus tard (1683), un ouragan « des plus furieux », aux dires de Dom Pommeraye, dévaste la façade principale, renversant trois des quatre tourelles du couronnement qui, dans leur chute, crèvent les voûtes de la nef et des bas-côtés et ruinent le positif de l’orgue. Un don généreux de Louis XIV en permettra la restauration.

Aménagements malheureux du XVIIIe siècle

  • 4 L’ancien autel est décrit par Jean-Baptiste Le Brun des Marettes, Voyages liturgiques de France, Pa (...)
  • 5 Richard Cœur de Lion est retrouvé par Achille Deville, le 30 juillet 1838, Henri le Jeune par l’abb (...)

6Le zèle intempestif des chanoines du XVIIIe siècle va causer d’autres dommages encore : avant de doter le chœur d’un nouveau maître-autel4 au goût du jour, surmonté d’un palmier et d’anges adorateurs, le chapitre entreprend, en 1736, de surélever le sanctuaire et de le dégager des tombeaux qui « l’encombrent ». Même le magnifique mausolée du roi Charles V ne sera pas respecté : d’abord transféré dans la chapelle de la Vierge, il sera finalement supprimé. Quant aux gisants des ducs Richard Cœur de Lion et Henri le Jeune, ils sont tout simplement enfouis dans le sol du sanctuaire où les retrouveront, heureusement, les archéologues du siècle suivant5.

19 - Le jubé de Couture (XVIIIe siècle) vu du chœur.

19 - Le jubé de Couture (XVIIIe siècle) vu du chœur.

7On arrache des piliers du chœur les fleurs de lys d’étain dont les avait ornés le cardinal Georges II d’Amboise et, pour masquer les multiples blessures de la pierre, on la recouvre d’un badigeon aussi épais que disgracieux dont on viendra difficilement à bout lors des travaux de restauration consécutifs à la guerre.

  • 6 Pommeraye 1686, p. 23. S’il faut en croire J. Loth, op. cit., p. 214, une partie de ces grilles aur (...)

8La superbe clôture de cuivre jaune qui entourait le chœur depuis 1526, « l’une des plus belles qui soit en France6 », est remplacée par de nouvelles grilles de cuivre doré pour lesquelles le chapitre va jusqu’à faire fondre les anges adorateurs et les colonnes de cuivre dont Georges II d’Amboise avait entouré le maître-autel.

  • 7 Disparaissent ainsi les tombeaux d’Eudes Rigaud, Guillaume de Flavacourt, Raoul Roussel et Robert d (...)

9À son tour, la chapelle de la Vierge est « débarrassée » des tombeaux d’archevêques7, sans qu’on ose, par bonheur, porter la main sur les chefs-d’œuvre de la Renaissance.

  • 8 II en reste les belles grilles de fer forgé qui fermaient l’arcade centrale, déposées au musée des (...)
  • 9 Jouen, p. 117-122.
  • 10 Le crucifix de Clodion devait être entouré de la Vierge et de saint Jean qui auraient disparu à la (...)
  • 11 Marie Pessiot, « Les jubés de la cathédrale de Rouen », Clodion et la sculpture française de la fin (...)
  • 12 Cette statue remplace la précieuse vierge d’albâtre offerte en 1357 par le chanoine Letourneur, con (...)

10Le jubé gothique qui fermait le chœur, est passé de mode. On le sacrifie sans hésiter8. L’architecte Couture érige9, en 1772, un nouveau jubé d’ordonnance classique : six colonnes de marbre blanc soutiennent un entablement sommé par un très beau Christ de plomb doré, œuvre du grand sculpteur Clodion10 à qui l’on doit aussi six cassolettes également en plomb doré11. Sous le jubé, l’autel Sainte-Cécile à gauche, l’autel du Vœu à droite, portent respectivement la statue de sainte Cécile de Clodion et celle de la Vierge du Vœu12 de Lecomte (fig. 19).

11Disons tout de suite que ce jubé n’aura qu’une brève existence. À son tour, le XIXe siècle le condamnera, mais, outre le nombre de gravures qui nous le font connaître, nous pouvons le restituer par les importants témoins qui nous en restent : les plus beaux morceaux de sculpture, nous le verrons, ont retrouvé place dans la cathédrale, de même que deux des colonnes de marbre qui avaient été transférées au Musée des Beaux-Arts.

12Le dernier méfait du chapitre, en ce siècle éclairé, est le moins pardonnable car il n’a même pas pour excuse le respect de l’évolution de l’art et des formes. C’est tout simplement pour laisser passer un dais monumental qu’en 1787, on supprime le beau pilier sculpté qui séparait en deux le portail principal.

Révolution

  • 13 Voir J. Loth, op. cit., p. 218, 287 et suiv. pour tout ce qui concerne l’histoire de la cathédrale (...)
  • 14 Il en subsiste le battant déposé au Musée des Antiquités et quatre médailles fondues avec les parce (...)

13Vient la Révolution. Au nom de l’égalité, on brûle le trône archiépiscopal, on arrache les dais des stalles du chœur, chef-d’œuvre des huchiers du XVe siècle. Le trésor est saisi. Tout le métal est récupéré, depuis les admirables grilles de cuivre du chœur – ces grilles qui avaient coûté si cher au chapitre et faisaient l’admiration générale13 – et la statue de saint Georges en plomb doré qui en couronnait le faîte jusqu’aux lamelles incrustées dans les pierres tombales. On brise les cloches : même la « Georges d’Amboise » est envoyée à la fonte14.

14Par bonheur, les sculpteurs Jadoulle et Le Carpentier obtiendront de déposer les statues et les bas-reliefs du jubé tandis que la chapelle de la Vierge, louée à usage de grenier et remplie de foin, voit sauver ainsi ses inestimables œuvres d’art.

20 - La cathédrale au cœur de la ville : les maisons de la rue du Change au XIXe siècle.

20 - La cathédrale au cœur de la ville : les maisons de la rue du Change au XIXe siècle.

21 - Incendie de la flèche en 1822. Dessin de Polyclès Langlois.

21 - Incendie de la flèche en 1822. Dessin de Polyclès Langlois.

15Devenue le temple de la Raison, la cathédrale est aménagée en salle de concert avec estrade pour l’orchestre et vastes tribunes pour les auditeurs. Ces désordres prendront fin en 1796.

Incendie de la flèche

  • 15 E.-H. Langlois, Notice sur l’incendie, op. cit., p. 84-89.

16Aux dégâts causés par les hommes, les éléments vont ajouter un nouveau sinistre : le 15 septembre 1822, la flèche brûle à nouveau, frappée par la foudre. Toute la pyramide s’enflamme en un éclair, puis s’écroule sur la tour ouest du portail de la Calende, tandis que les gargouilles crachent à pleine gueule le plomb en fusion15 (fig. 21).

17Une fois de plus, la question se pose : comment reconstruire cette flèche sans laquelle la cathédrale apparaît sans élan, privée de son axe vertical ?

  • 16 Pour la construction de la flèche, voir J. Loth, op. cit., p. 433-441 et Jouen, p. 128-134. Les piè (...)

18L’architecte Alavoine fait entendre la voix de la raison : le bois brûle, la pierre est trop lourde et trop chère. Pourquoi ne pas utiliser la fonte dont on connaît maintenant les ressources et les grandes possibilités ? Le projet d’une flèche en fonte, dans le style gothique en harmonie avec l’édifice, est adopté dès 182516. Les travaux commencent aussitôt mais, faute de crédits, ils vont traîner lamentablement. On comprend mieux, devant ce tronçon de montage métallique encore informe que les Rouennais auront cinquante ans sous les yeux, la colère des Romantiques et l’apostrophe injurieuse de Flaubert qui, dans Madame Bovary, stigmatise, la « tentative extravagante de quelque chaudronnier fantaisiste » ! Les critiques tomberont d’elles-mêmes lorsqu’en 1884, la flèche enfin terminée, cantonnée des quatre clochetons de cuivre exécutés par le ferronnier Marrou, d’après les dessins de J. Barthélémy, prendra sa juste place dans le ciel de Rouen.

Restauration et assainissement

  • 17 Successivement par les architectes Alavoine, Barthélémy, Desmarets et surtout Sauvageot (de 1894 à (...)

19À l’actif des architectes du XIXe siècle, il faut porter également une vaste campagne de restaurations qui intéressera l’édifice tout entier17, ainsi que la suppression des petites maisons, boutiques, échoppes de changeurs qui, depuis le Moyen Âge, se pressaient de toutes parts contre les flancs de la cathédrale, allant parfois jusqu’à en obstruer les fenêtres. Édicules pittoresques, certes, mais dégradants dans tous les sens du terme. Ce dégagement de la cathédrale fut aussi une œuvre d’assainissement.

22 - La flèche de fonte en construction. Dessin de Polyclès Langlois en 1838.

22 - La flèche de fonte en construction. Dessin de Polyclès Langlois en 1838.

Destructions de la dernière guerre

20Nous arrivons à cette terrible guerre de 1939 qui verra le martyre de notre cathédrale.

  • 18 Albert Chauvel, « Les destructions, le sauvetage », MHF, p. 55-92.

21Dès le début des hostilités, le service des Monuments historiques prévoit des mesures de protection18 : le trésor est soigneusement emballé, les vitraux déposés, répertoriés et placés dans des caisses spéciales pour être expédiés dans la salle basse du donjon de Niort. Les parties ouvragées les plus vulnérables ou les plus précieuses de l’édifice vont recevoir une protection toute particulière, composée de sacs de terre entassés dans une armature métallique qui s’avérera fort efficace (fig. 23).

23 - Protection du portail de la Calende en 1939.

23 - Protection du portail de la Calende en 1939.

22Malgré tant de soins, la cathédrale allait bien souffrir…

19 avril 1944

23Les Rouennais qui l’ont vécue n’oublieront jamais cette nuit de bombardements où la cathédrale, frappée de 7 torpilles, fut atteinte dans ses œuvres vives.

24Une bombe, crevant les voûtes du sanctuaire, vient s’ouvrir sur les marches du maître-autel : par bonheur, elle n’était pas chargée d’explosifs. On saura plus tard que ces bombes vides renfermaient des fusées éclairantes. Un autre projectile ouvre dans le parvis un entonnoir de 20 mètres de diamètre, brisant les vantaux du portail, perturbant la grande rose mais ne causant aucun dommage aux sculptures bien protégées. Dans la cour d’Albane, un chapelet de bombes laboure le jardin et anéantit la maison du carillonneur accolée à la tour Saint-Romain.

25Mais c’est au cœur de la cathédrale et à son flanc sud que s’ouvrent les plus larges plaies : deux torpilles éventrent le bas-côté sud, le renversent ; les puissants arcs-boutants sont détruits. Une seule chapelle demeure debout, heureusement, celle de la travée centrale dont les deux arcs-boutants s’opposent, seuls, à la poussée des voûtes de la nef. Si cette chapelle s’était effondrée, la cathédrale tout entière aurait sans doute été ruinée… (fig. 24 et 25).

26Une autre bombe frappe, de plein fouet, l’une des quatre piles de la croisée du transept, ces piles puissantes qui supportent les 8 000 tonnes de la tour-lanterne et de la flèche de fonte, et souffle, du même coup, la pile voisine vers le croisillon sud. Si violentes sont les explosions que le délicat réseau de la rose dans le bras nord du transept se trouve complètement pulvérisé. Toitures volatilisées, charpentes rompues, voûtes effondrées ou disjointes, piles brisées ou fissurées, c’est une vision d’apocalypse qu’en un instant offre la cathédrale.

  • 19 G. Lanfry, « Rouen, ville-martyre. Le triste bilan de ses destructions », BAMR, 1939 à 1945, p. 51- (...)

27Tout l’édifice est déséquilibré. Le grand Christ de Clodion gît par terre, les membres tordus. La chaire, les stalles, les chaises sont hachées en menus morceaux. Et que dire du mobilier, lambris, retables, autels ? L’intérieur de la cathédrale n’est plus qu’un chaos indescriptible, recouvert d’un linceul de poussière noirâtre19.

24 - Le 19 avril 1944 : le bas-côté sud détruit.

24 - Le 19 avril 1944 : le bas-côté sud détruit.

25 - Le 19 avril 1944 : ruines du bas-côté sud.

25 - Le 19 avril 1944 : ruines du bas-côté sud.

28Le 1er juin 1944, Rouen brûle encore… Une flammèche portée par le vent, incendie les combles de la tour Saint-Romain. En un instant, la toiture n’est plus qu’une torche. L’étage du beffroi flambe à son tour, les cloches fondent en lourdes larmes, se détachent et viennent s’écraser sur les voûtes qui, chose incroyable, ne céderont pas sous ce brûlant fardeau. Les combles du bas-côté, de la nef sont en feu, la salle d’Albane devient la proie des flammes. Pendant ce temps, sur la place, les Rouennais accourus contemplent, impuissants et atterrés, leur cathédrale qui brûle…

29Il en va des cathédrales comme des êtres vivants : on vit dans leur ombre proche avec un cœur et un regard habitués. Et ce n’est qu’au moment où ils vous manquent brusquement que l’on prend conscience de ce que leur présence a d’unique et d’irremplaçable. D’un seul coup, les Rouennais comprenaient à quel point la cathédrale leur était chère et beaucoup, sans vergogne, laissaient couler leurs larmes.

  • 20 Ces hommes courageux étaient, guidés par Georges Lanfry et son fils Marc : J. Absire, P. Barrois, M (...)

30Ceux-là n’oublieront pas que, si la cathédrale fut sauvée ce jour-là, ce fut sans doute grâce aux efforts surhumains fournis par les pompiers, mais aussi grâce au courage d’une petite équipe d’hommes qui, au risque de se voir la retraite coupée, monta dans les combles pour éteindre les flammes à leur naissance même et les empêcher de gagner le reste de l’édifice20.

31Circonstance déterminante enfin : le vent qui soufflait violemment, attisant l’incendie, tomba brusquement un peu avant minuit, hasard heureux pour les uns, Providence pour d’autres.

Restauration de la cathédrale

32La cathédrale est sauvée, mais combien meurtrie ! Sous la direction d’Albert Chauvel, architecte en chef des Monuments historiques, des architectes Franchette et Grégoire, et de Georges Lanfry, maître d’œuvre, les travaux de déblaiement, de consolidation et de restauration vont commencer aussitôt.

33Il n’y a pas de temps à perdre, en effet : une cathédrale est un chef-d’œuvre d’équilibre. Cet équilibre une fois bousculé, on pouvait craindre à tout instant de voir les murs de la nef se renverser comme un château de cartes, et la flèche s’abattre, entraînant la ruine de l’édifice tout entier.

  • 21 Pour plus de commodité, piles et fenêtres avaient été numérotées lors de la dépose des vitraux.

34Si la tour Saint-Romain pouvait attendre sa réfection, deux points réclamaient des secours d’urgence : le bas-côté sud et la pile sud-est de la croisée du transept, dite « pile 5821 ». Malgré le manque de matériaux, les travaux vont être menés simultanément sur ces deux points principaux et, chaque fois, le travail s’effectuera en deux temps : stabilisation, puis réfection.

26 - Intérieur de la tour Saint-Romain après l’incendie du 1er juin 1944.

26 - Intérieur de la tour Saint-Romain après l’incendie du 1er juin 1944.

Bas-côté sud

35Le mur sud de la nef se déformait de part et d’autre de la chapelle demeurée en place.

27 - Restauration de la cathédrale ; reconstruction du bas-côté sud.

27 - Restauration de la cathédrale ; reconstruction du bas-côté sud.

36Pour rendre solidaires le mur nord et le mur sud, on fit passer à travers la nef un solide chaînage de tirants d’acier. Il n’y eut plus ensuite qu’à reprendre les piles en sous-œuvre, travée par travée, avant de relancer les arcs-boutants et de reconstruire les voûtes (fig. 27).

Pile 58

37La pile 58 posait un problème plus délicat encore.

38En effet, les grandes piles des édifices du Moyen Âge ne sont pas constituées – comme c’était le cas dans les monuments grecs ou romains – de simples assises de pierre superposées. Seul, le parement est formé de pierres appareillées avec des queues plus ou moins longues. L’intérieur se compose d’un blocage fait de mortier et de déchets de pierre. Sous le choc, l’appareil de la pile 58 avait éclaté et son noyau intérieur s’émiettait. Elle ne pourrait résister longtemps à l’écrasement, d’autant que, sous la pression du vent, la flèche se déplace légèrement et reporte, tantôt sur une pile, tantôt sur une autre, une charge accrue. La pile 60, sa voisine du côté sud, désorganisée par l’explosion, n’était guère en meilleur état.

39Pour les soulager, on monta d’abord, sous les grands arcs, deux grands cintres constitués de matériaux de fortune : arbres hâtivement abattus en forêt du Rouvray, profilés d’acier empruntés aux immeubles démolis, vis à tête carrée à défaut de boulons introuvables.

40Le tout fut maintenu par une batterie d’étais obliques reposant sur le bon sol. Dès lors, la stabilité de la tour-lanterne étant assurée, on put reconstruire la pile, assise par assise, de bas en haut (fig. 28).

Pile 60

41Quant à la pile 60, si sa base était restée en place sur le dallage, l’arc qui la reliait à la pile 58 s’était ouvert de 11 centimètres. Là encore, il fallut étayer solidement le grand arc puis on prit le parti de… déplacer de 11 cm la base pour retrouver l’aplomb de la pile ! Opération audacieuse, mais pleinement réussie.

42Il serait fastidieux de détailler le reste des travaux de restauration de la cathédrale. Notons seulement, à la gloire du service des Monuments Historiques et des ouvriers spécialisés, que chaque pierre sculptée, chaque fragment encore utilisable, après avoir été soigneusement numéroté, répertorié, a retrouvé sa place. Quant aux morceaux qu’il a fallu refaire, ils ont été exécutés dans une pierre semblable au calcaire d’origine, avec les techniques mêmes des tailleurs de pierre du Moyen Âge, travail admirable de patience et de précision.

28 - Restauration de la cathédrale ; étaiement de la pile 58.

28 - Restauration de la cathédrale ; étaiement de la pile 58.

43Notons aussi que, pas un seul jour pendant l’occupation, les travaux ne furent suspendus tandis que le culte continuait d’être célébré dans la chapelle du Saint-Sacrement (croisillon nord), provisoirement murée pour la séparer du chantier.

44La cathédrale une fois restaurée, consolidée, bien des tâches s’offraient encore : remplacer le mobilier détruit, prévoir le nouveau décor du chœur, renouveler les cloches, remettre en état les grandes orgues, en attendant la repose des vitraux. Il ne fallut pas moins de douze ans pour tout mener à bien.

45Au soir du 17 juin 1956, l’archevêque, le futur cardinal Martin consacrait le nouveau maître-autel. Bouleversés d’émotion, les Rouennais découvraient, doucement éclairé, le visage nouveau de Notre-Dame de Rouen. Jamais ils ne l’avaient vue plus belle !

  • 22 La cathédrale ressuscitée, Revue de Rouen, 8e année, no 9.

46Après cette fête intime, ce furent les grandes, les inoubliables journées de la cathédrale ressuscitée22 : la cérémonie officielle d’ouverture, le 24 juin où, en présence du président de la République, René Coty, du nonce apostolique et des cardinaux Gerlier, Liénart et Feltin, fut rendu un hommage national à Jeanne d’Arc, puis le lendemain 25 juin, la première messe pontificale. Dans la cathédrale pleine à craquer, s’élève à nouveau le chant triomphal du Christus Vincit. La grande tradition est renouée : « le Christ est vainqueur, le Christ règne, le Christ gouverne. Que viennent les temps heureux ! Que vienne la paix du Christ ! »

***

47La cathédrale avait repris vie, mais il fallut encore une cinquantaine d’années d’efforts pour effacer les dernières séquelles de la guerre, pour nettoyer, restaurer et, au besoin, reconstituer les œuvres extérieures fragilisées par le temps.

  • 23 Voir les études de Michel Jantzen ; et Yves Lescroart, Rouen : La cathédrale Notre-Dame de Rouen, P (...)

48Retracer l’histoire de ces travaux serait en tenir une chronique quasi annuelle. Parmi les chantiers les plus spectaculaires, il est néanmoins difficile de ne pas évoquer ceux qui, à partir de la fin des années 1980, ont redonné toute leur splendeur et leur monumentalité aux parties occidentales : reconstruction du couronnement de la tour Saint-Romain, dépose, restauration et remise en place du cortège de statues ornant les étages de la façade, nettoyage et consolidation de la tour de Beurre. À l’initiative de la Conservation des Monuments Historiques, chacune de ces opérations s’est accompagnée d’un suivi scientifique, confié aux meilleurs experts, ingénieurs et historiens de l’art23. Dans le même temps, de nombreuses pièces de mobilier ont repris place dans l’édifice, tel le somptueux retable du XVIIe siècle provenant de la chapelle du grand Saint-Romain, ou encore les deux majestueuses colonnes du jubé du XVIIIe siècle. Les travaux ont quelquefois réservé d’heureuses surprises, comme la découverte des traces d’une grande peinture murale du Moyen Âge au fond de l’ancienne salle du chapitre, réaménagée et dotée d’une nouvelle vitrerie pour servir de chapelle d’hiver. Parfois aussi, un événement imprévu est venu bouleverser le programme des travaux. En décembre 1999, la « tempête du siècle » provoque la chute du clocheton nord-est de la grande flèche d’Alavoine. Haute d’une trentaine de mètres, la structure métallique est violemment arrachée de son socle ; elle retombe, la pointe en bas, sur la toiture du chœur, ouvre un trou de plusieurs mètres carrés dans la voûte et laisse s’abattre une pluie de pierres et de gravats sur les stalles de bois sculpté. Il faudra de longues semaines, à l’aide d’un imposant échafaudage dressé dans le chœur – spectacle que l’on croyait ne plus revoir depuis l’achèvement du grand chantier d’après-guerre – pour réparer la voûte.

29 - L’offrande à la Vierge dans la cathédrale ressuscitée. Bas-relief de Lagriffoul.

29 - L’offrande à la Vierge dans la cathédrale ressuscitée. Bas-relief de Lagriffoul.

Notes

1 J. Loth, La Cathédrale, op. cit., p. 211.

2 Pommeraye 1686, p. 106-123.

3 Dans le chœur se trouvaient cinq sépultures royales : au milieu, le tombeau du cœur de Charles V ; au nord (côté Évangile), ceux de Henri le Jeune, de Guillaume, fils de Geoffroy Plantagenêt et de l’impératrice Mathilde, et du duc de Bedford ; côté Épître, celui de Richard Cœur de Lion. Le tombeau du cardinal d’Estouteville était à la croisée du transept. Au sujet des tombeaux détruits, voir pour Charles V : Deville 1881, p. 145-154 ; Pierre Pradel, « Les tombeaux de Charles V », BM, 1951, 3e fasc., p. 273-296. Pour Bedford : Deville 1881, p. 138-145 ; PVCA, t. 2, p. 404-405 ; J.-B. Cochet, « Notice sur la découverte et la visite du tombeau de Bedford à la cathédrale de Rouen », BCA, t. 1, p. 103-115 ; G. Lanfry « Le chœur et le sanctuaire de la cathédrale de Rouen », BCA, t. 22, p. 302-303. Pour le Cardinal d’Estouteville : Deville 1881, p. 160-165 ; Maurice Allinne, « Le tombeau du cœur du Cardinal Guillaume d’Estouteville », BAMR, 1911, p. 105-111.

4 L’ancien autel est décrit par Jean-Baptiste Le Brun des Marettes, Voyages liturgiques de France, Paris, Tilliard, 1718, p. 275 et suiv. ; le nouvel autel par l’abbé J. Loth, op. cit., p. 231-235.

5 Richard Cœur de Lion est retrouvé par Achille Deville, le 30 juillet 1838, Henri le Jeune par l’abbé Cochet, le 17 octobre 1866. Voir PVCA, t. 1 p. 265 et t. 2, p. 403-404 ; BCA, t. 1, p. 89-102.

6 Pommeraye 1686, p. 23. S’il faut en croire J. Loth, op. cit., p. 214, une partie de ces grilles aurait servi à la clôture de la chapelle de la Vierge.

7 Disparaissent ainsi les tombeaux d’Eudes Rigaud, Guillaume de Flavacourt, Raoul Roussel et Robert de Croixmare. Voir Deville 1881, p. 197-199, 212-214, 225-229, planches.

8 II en reste les belles grilles de fer forgé qui fermaient l’arcade centrale, déposées au musée des Antiquités (J.-B. Cochet, Catalogue du musée des Antiquités de Rouen, Rouen, Tous les libraires, 1868, no 90, p. 129), et des balustres de bronze employés dans une rampe d’escalier du manoir archiépiscopal (L.-A. Jouen, Comptes, op. cit., p. lvii). Il est possible qu’un bas-relief, également au musée des Antiquités, en provienne (G. Lanfry, « Découverte d’un bas-relief du Moyen Âge dans les fondations d’un immeuble de l’ancienne rue du Bac, à Rouen », RSSHN, 1956, no 2, p. 84-86).

9 Jouen, p. 117-122.

10 Le crucifix de Clodion devait être entouré de la Vierge et de saint Jean qui auraient disparu à la Révolution, mais je n’ai pu trouver la preuve que ces statues, dûment commandées, aient été exécutées.

11 Marie Pessiot, « Les jubés de la cathédrale de Rouen », Clodion et la sculpture française de la fin du XVIIIe siècle, Guilhelm Scherf (dir.), Paris, La Documentation française, 1993.

12 Cette statue remplace la précieuse vierge d’albâtre offerte en 1357 par le chanoine Letourneur, conseiller et ami de Charles V. Devant cette statue, depuis 1640, la ville, reconnaissante d’avoir été épargnée par la peste, faisait brûler sans cesse une lampe d’argent.

13 Voir J. Loth, op. cit., p. 218, 287 et suiv. pour tout ce qui concerne l’histoire de la cathédrale pendant la Révolution.

14 Il en subsiste le battant déposé au Musée des Antiquités et quatre médailles fondues avec les parcelles du bourdon brisé, portant la légende : « Monument de vanité, détruit pour l’utilité, l’an II de l’égalité ». Un cercle de pavés, sur la place, témoigne de son imposant diamètre.

15 E.-H. Langlois, Notice sur l’incendie, op. cit., p. 84-89.

16 Pour la construction de la flèche, voir J. Loth, op. cit., p. 433-441 et Jouen, p. 128-134. Les pièces de fonte de la flèche ont été fondues à Conches (Eure).

17 Successivement par les architectes Alavoine, Barthélémy, Desmarets et surtout Sauvageot (de 1894 à 1904). La restauration sera poursuivie au XXe siècle par l’architecte Chaîne, puis par MM. Colin et Auvray (Jouen, p. 134-144).

18 Albert Chauvel, « Les destructions, le sauvetage », MHF, p. 55-92.

19 G. Lanfry, « Rouen, ville-martyre. Le triste bilan de ses destructions », BAMR, 1939 à 1945, p. 51-53, 58-59 ; « La cathédrale sauvée et restaurée », Revue de Rouen, album hors-série, 1957, p. 25-55 ; René-Gustave Nobécourt, Rouen désolée, Paris, Éditions Médicis, 1949, p. 218, 235-237.

20 Ces hommes courageux étaient, guidés par Georges Lanfry et son fils Marc : J. Absire, P. Barrois, M. Caré, J.-P. Caron, P. Derivière, P. de Frémont, M. La Chapelle, P. Langlois, R. Lucas, le RP Pillon et P. Winkler. L’architecte P. Franchette s’était joint aux sauveteurs.

21 Pour plus de commodité, piles et fenêtres avaient été numérotées lors de la dépose des vitraux.

22 La cathédrale ressuscitée, Revue de Rouen, 8e année, no 9.

23 Voir les études de Michel Jantzen ; et Yves Lescroart, Rouen : La cathédrale Notre-Dame de Rouen, Paris, éd. du patrimoine, 2001, 95 p.

Table des illustrations

Titre 18 - Élévation du côté sud de la nef.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 19 - Le jubé de Couture (XVIIIe siècle) vu du chœur.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre 20 - La cathédrale au cœur de la ville : les maisons de la rue du Change au XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre 21 - Incendie de la flèche en 1822. Dessin de Polyclès Langlois.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre 22 - La flèche de fonte en construction. Dessin de Polyclès Langlois en 1838.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 23 - Protection du portail de la Calende en 1939.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 24 - Le 19 avril 1944 : le bas-côté sud détruit.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 25 - Le 19 avril 1944 : ruines du bas-côté sud.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre 26 - Intérieur de la tour Saint-Romain après l’incendie du 1er juin 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 27 - Restauration de la cathédrale ; reconstruction du bas-côté sud.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 28 - Restauration de la cathédrale ; étaiement de la pile 58.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre 29 - L’offrande à la Vierge dans la cathédrale ressuscitée. Bas-relief de Lagriffoul.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3790/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search