Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Historique

Les grands travaux des XVe et XVIe siècles

Texte intégral

  • 1 Les archives du chapitre constituent, pour toute cette période, une source inépuisable d’informati (...)

1 Le XIVe siècle a surtout modifié la physionomie intérieure de la cathédrale. Les XVe et XVIe siècles marqueront toute la façade et l’ensemble de la silhouette extérieure1.

Un maître d’œuvre de grand talent : Guillaume Pontifs

  • 2 Maître d’œuvre de 1462 à 1496. Deville 1848, p. 35-44 ; Beaurepaire 1903, p. 51-61 ; Jouen, p. 68- (...)

2L’occupation anglaise terminée, un maître d’œuvre de grand talent, Guillaume Pontifs2, va achever la tour Saint-Romain restée sans couronnement. En dix ans, de 1468 à 1478, il lui ajoute un haut étage et la couvre de la toiture en pavillon que les Rouennais d’avant-guerre ont connue.

3L’agrandissement de la « Librairie du Chapitre », au nord – que l’invention de l’imprimerie rend urgent – et l’édification de l’escalier (1479) qui permet d’y accéder, la clôture du Revestiaire (ou sacristie des Chanoines) au sud, la construction de l’Avant-Portail qui ferme la cour des Libraires (1482-1484), vont lui permettre de prouver sa maîtrise et sa volonté tenace devant lesquelles « Messieurs du Chapitre », bon gré mal gré, devront bien s’incliner…

  • 3 Le sanctuaire de la paroisse Saint-Étienne, indépendant de la cathédrale à l’origine (l’église s’é (...)

4On lui propose, en 1483, une œuvre à la mesure de ses capacités : édifier au sud de la façade, une tour assez haute pour donner la réplique à l’ancienne tour Saint-Romain, assez vaste pour que la chapelle du rez-de-chaussée puisse devenir l’église de la paroisse Saint-Étienne3. Ce sera la « tour de Beurre », ainsi nommée parce que sa construction a été, en partie, financée par les aumônes versées pour compenser le droit d’user de laitages en carême.

15 - L’escalier de la bibliothèque dans le croisillon nord. Première volée du XVe siècle, seconde volée du XVIIIe siècle.

15 - L’escalier de la bibliothèque dans le croisillon nord. Première volée du XVe siècle, seconde volée du XVIIIe siècle.
  • 4 Pommeraye 1686, p. 35.
  • 5 Deville 1848, p. 42-43 ; Pierre Chirol, « La tour de Beurre et son architecte Guillaume Pontifs »,(...)

5Les comptes du chapitre permettent de suivre, dans tous ses détails, la progression de l’œuvre. La première pierre est posée en 1485 par l’archevêque Robert de Croixmare4. Guillaume Pontifs pousse les travaux avec une rare activité, mais un grave mécompte survient : le radier des fondations s’est déversé et la tour penche vers le sud de façon inquiétante5. Notre maître d’œuvre s’y prend avec tant d’habileté, qu’il réussit à redresser l’ouvrage mais il lui faut bien tenir compte du manque fréquent de ressources de la Fabrique et licencier, à plusieurs reprises, les ouvriers. Il parvient à construire le premier étage de la tour avant d’être remplacé par Jacques le Roux (1496). Le nouveau maître d’œuvre achèvera, en 1506, la tour de Beurre dont le couronnement, soit en « aiguille », soit en « terrasse » donnera lieu à d’interminables discussions avec le chapitre.

Le cardinal Georges Ier d’Amboise

6Entre-temps était monté sur le trône archiépiscopal, le plus prestigieux, sans doute, des archevêques de Rouen : Georges d’Amboise. C’est un très grand personnage qui arrive dans notre ville. Issu d’une famille puissante, il est l’ami du duc d’Orléans, le futur Louis XII.

  • 6 Pommeraye 1667, p. 581-602 ; Léon-Alfred Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépisc (...)

7Il aura des titres prestigieux et cumulera toutes les fonctions : gouverneur de Normandie, cardinal et légat du Pape, ministre du roi de France et enfin vice-roi du Milanais6… C’est un excellent administrateur et un mécène généreux qui va mettre, au service de l’art, les ressources de son immense fortune.

16 - Le cardinal Georges Ier d’Amboise.

16 - Le cardinal Georges Ier d’Amboise.

17 - Portrait présumé de Roulland le Roux.

17 - Portrait présumé de Roulland le Roux.

8Sous son impulsion, les travaux de la cathédrale vont se poursuivre activement. D’autant que notre cardinal va trouver pour le seconder et interpréter ses désirs des maîtres d’œuvre hors de pair : Jacques le Roux et surtout son neveu Roulland le Roux.

Roulland le Roux, génial maître d’œuvre

  • 7 Maître d’œuvre de 1508 à 1526. Deville 1848 p. 49-61 ; C. de Beaurepaire, « Les architectes de Rou (...)

9Pour Roulland le Roux7, ce n’est plus de talent qu’il faut parler, mais bien de génie. Un génie qui ne se laissera arrêter par aucune difficulté architecturale ni même par les doléances et les récriminations du chapitre.

  • 8 C. de Beaurepaire, « Notes sur le grand portail de la cathédrale de Rouen », BCA, t. 10, 3e livrai (...)

10Nous sommes au début du XVIe siècle. La liaison de la tour de Beurre avec la cathédrale a provoqué des désordres dans l’édifice8 : les voûtes de la nef s’aplatissent, de profondes fissures apparaissent à la façade, dans le pignon et la belle rose rayonnante de Jean Périer. En douze ans, Roulland le Roux va résoudre le problème de façon magistrale : il abat toute la partie centrale de la façade – ainsi disparaissent le portail Saint-Romain et la rose qui le surmontait – et il reconstruit à la place cette extraordinaire travée médiane que nous pouvons contempler aujourd’hui.

  • 9 Le programme iconographique fut fixé par Jean Le Tourneur, chantre du chapitre, Étienne Haro et Ar (...)

11À maintes reprises, le chapitre, effrayé des dépenses, lui reproche de sculpter trop finement les parties hautes qu’on ne voit guère… En vain ! Roulland le Roux écoute… mais n’en fait qu’à sa tête ! Il achève comme il l’entend le portail principal, consacré à la Vierge Marie, que le sculpteur rouennais Pierre des Aubeaux orne, au tympan, d’un arbre de Jessé9.

  • 10 F. Farin, Histoire de la ville de Rouen, op. cit., p. 20-22 ; Eustache-Hyacinthe Langlois, Notice (...)

12Mais déjà, un autre point de la cathédrale sollicite notre maître d’œuvre. En 1514, voici que, par l’imprudence d’ouvriers plombiers, la tour grêle brûle10. Roulland le Roux conçoit aussitôt, pour la remplacer, un projet grandiose : seule, une flèche de pierre est digne de la cathédrale… Mais la tour-lanterne n’a pas été conçue pour supporter un tel poids. Pour la renforcer, l’audacieux maître d’œuvre va édifier, aux quatre angles, de puissants contreforts ouvragés qu’il fait reposer sur de solides écoinçons triangulaires. Puis, pour masquer ces raccords, il refait entièrement la balustrade extérieure ornée de très élégants pinacles. Enfin il rehausse la tour elle-même d’un haut étage. Il est prêt maintenant à lancer vers le ciel sa flèche de pierre.

13Mais cette fois, il a été trop loin ! Le chapitre qui n’a jamais donné son accord pour de tels travaux, proteste. Les dépenses ont été trop lourdes, le cardinal d’Amboise qui, si généreusement ouvrait son escarcelle, est mort en 1510, hélas… Roulland le Roux démissionne en 1526, non sans avoir donné le projet du tombeau des cardinaux d’Amboise.

  • 11 E.-H. Langlois, op. cit., p. 55 et suiv. (description de la flèche).

14La tour-lanterne ne sera coiffée qu’en 1540, par une extraordinaire pyramide11 de bois recouverte de plomb, chef-d’œuvre Renaissance du charpentier darnétalais Robert Becquet ; de nombreuses estampes nous en ont gardé le souvenir.

Les grandes cérémonies des XVe et XVIe siècles

  • 12 Julien Loth, La cathédrale de Rouen, son histoire, sa description depuis les origines jusqu’à nos (...)

15Pour importants qu’ils soient, jamais les travaux entrepris n’empêchent la cathédrale d’ouvrir largement ses portes aux grandes solennités12.

16Couronnement des ducs de Normandie, Charles de Berry, frère de Louis XI en 1465, du duc d’Alençon en 1491 ou du duc d’Orléans en 1516, « joyeuse entrée » des archevêques, entrées royales – et comment ne pas évoquer tout particulièrement la réception de Louis XII et d’Anne de Bretagne (1508) dans une cathédrale au portail central démoli ! –, bénédiction des cloches, du gros bourdon Georges d’Amboise, la « plus belle cloche du royaume » due à la munificence du Cardinal-Légat, ces cérémonies pleines d’allégresse alternent avec les funérailles grandioses des cardinaux d’Estouteville et d’Amboise ou de grands de ce monde, tels les sénéchaux de Normandie, Pierre et Louis de Brézé.

Notes

1 Les archives du chapitre constituent, pour toute cette période, une source inépuisable d’informations sur l’activité architecturale à Notre-Dame, sur les maîtres d’œuvre, les ouvriers et l’organisation des chantiers. Voir Emmanuelle Lefèbvre, « La fabrique de la cathédrale de Rouen : présentation et édition des comptes (1406-1458) », Positions des thèses, Paris, École nationale des Chartes, 1994, p. 113-118 ; Philippe Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale, XIVe-XVIe siècles. Les matériaux et les hommes, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1998 ; Jean-Pierre Chaline (dir.), La cathédrale de Rouen, seize siècles d’histoire, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1996.

2 Maître d’œuvre de 1462 à 1496. Deville 1848, p. 35-44 ; Beaurepaire 1903, p. 51-61 ; Jouen, p. 68-73.

3 Le sanctuaire de la paroisse Saint-Étienne, indépendant de la cathédrale à l’origine (l’église s’élevait au flanc sud), y fut englobé ultérieurement. Il occupait alors la chapelle du Saint-Esprit (aujourd’hui chapelle Sainte-Jeanne d’Arc, dans le croisillon sud). Voir François Farin, Histoire de la ville de Rouen, Rouen, J. Hérault, t. 3, p. 180.

4 Pommeraye 1686, p. 35.

5 Deville 1848, p. 42-43 ; Pierre Chirol, « La tour de Beurre et son architecte Guillaume Pontifs », Académie de Rouen. Précis, Rouen, 1939, p. 83-101.

6 Pommeraye 1667, p. 581-602 ; Léon-Alfred Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen, avec une introduction historique par Mgr Fuzet, Paris, Picard, Rouen, Imprimerie de la Vicomté-Lestringant, 1908, p. xxxi-xxxii, 385-393 ; « Georges d’Amboise, archevêque de Rouen, ministre de Louis XII », Académie de Rouen. Précis, Rouen, 1914.

7 Maître d’œuvre de 1508 à 1526. Deville 1848 p. 49-61 ; C. de Beaurepaire, « Les architectes de Rouen dans la première moitié du XVIe siècle », BAMR, 1904, p. 119-130.

8 C. de Beaurepaire, « Notes sur le grand portail de la cathédrale de Rouen », BCA, t. 10, 3e livraison, p. 138-158.

9 Le programme iconographique fut fixé par Jean Le Tourneur, chantre du chapitre, Étienne Haro et Arthur Fillon, vicaire général. Voir C. de Beaurepaire, ibid., p. 145-146.

10 F. Farin, Histoire de la ville de Rouen, op. cit., p. 20-22 ; Eustache-Hyacinthe Langlois, Notice sur l’incendie de la cathédrale de Rouen, Rouen, Baudry, 1823, p. 42.

11 E.-H. Langlois, op. cit., p. 55 et suiv. (description de la flèche).

12 Julien Loth, La cathédrale de Rouen, son histoire, sa description depuis les origines jusqu’à nos jours, Rouen, Fleury, 1879, p. 125-128 et 176-199.

Table des illustrations

Titre 15 - L’escalier de la bibliothèque dans le croisillon nord. Première volée du XVe siècle, seconde volée du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre 16 - Le cardinal Georges Ier d’Amboise.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 17 - Portrait présumé de Roulland le Roux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3789/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540