Version classiqueVersion mobile

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Historique

La cathédrale gothique

Texte intégral

1 Ce beau sanctuaire roman, prototype de tant de cathédrales en Angleterre, semblait devoir défier le temps. Il n’allait pourtant durer guère plus d’un siècle. Cette disparition prématurée s’explique par l’évolution de l’architecture et, tout particulièrement, par les progrès immenses réalisés au XIIe siècle dans l’art de la voûte.

Le problème de la voûte

2Redisons-le brièvement : un édifice est un ensemble cohérent, entièrement déterminé par son mode de couverture.

3En dehors de la coupole, inusitée en Normandie, le XIe siècle ne connaît pour voûter les grands vaisseaux, que le berceau plein-cintre, voûte pesante qui, de sa formidable poussée, tend à écarter les murs qui la supportent, à les renverser : d’où les murs épais des édifices romans, leur hauteur sagement mesurée, l’étroitesse des fenêtres dont on les a parcimonieusement percés. À ces églises noblement voûtées, mais sombres, les constructeurs normands préfèrent les vastes édifices aux belles proportions, baignés de lumière, et ils les coiffent de fortes charpentes, carènes renversées que ces descendants des Vikings excellent à assembler.

4L’apparition de la voûte sur croisée d’ogives va changer complètement les données du problème et faire prendre à l’architecture un tournant décisif.

  • 1 A.-M. Carment-Lanfry, Initiation au vocabulaire archéologique : pour comprendre les monuments de R (...)

5Nous ne reviendrons pas sur le principe de cette voûte ni sur son immense supériorité par rapport aux systèmes de voûtement connus auparavant. Rappelons seulement que les deux problèmes majeurs posés aux maîtres d’œuvre : l’équilibre et la clarté, se trouvent ainsi magistralement résolus1.

6Cette véritable révolution dans l’art de construire ne s’est évidemment pas faite d’un seul coup. Elle est le fruit de tâtonnements, d’étapes successives jalonnées de déboires opiniâtrement surmontés.

7Dans cette longue suite de recherches, les Normands revendiquent l’honneur d’avoir, parmi les tout premiers, pensé à renforcer la voûte par des nervures en saillie, les « ogives ». Les monuments en gardent le témoignage depuis le XIe siècle : Jumièges (salle capitulaire), les églises de Saint-Paul de Rouen ou de Duclair, et même en Angleterre, le chœur de la cathédrale de Durham dûment daté de 1096.

8Mais, si la Normandie a connu très tôt cette voûte qui allait donner naissance à l’art gothique, c’est dans le domaine royal que ce nouveau mode de construction va être systématiquement exploité.

9L’abbatiale de Saint-Denis est considérée comme le premier en date des édifices gothiques. À sa dédicace solennelle en 1144, son constructeur, Suger, convie évêques et abbés et notamment son ami Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen. Nul doute que celui-ci ait éprouvé un sentiment d’envie devant ce magnifique édifice voûté sur croisées d’ogives. Comment n’aurait-il pas trouvé, par comparaison, vieillotte et désuète, sa cathédrale encore recouverte de charpente ?

10Mais il faut ici se garder de trop imaginer pour s’en tenir aux faits : les textes et le monument.

Les textes

  • 2 Pommeraye 1667, p. 331-332 ; Maurice Allinne et Armand Loisel, La cathédrale de Rouen avant l’ince (...)

11Une lettre de l’archevêque de Rouen, Hugues d’Amiens, adressée en 1145 à son ami Thierry, évêque d’Amiens, nous apprend que, comme cela s’est passé à Chartres, les fidèles commencent à venir à leur église-mère. On exige d’eux confession et pénitence, le renoncement à toute colère et à toute malveillance, la réconciliation entre ennemis. Ils élisent ensuite un chef et, sous son autorité, humblement et en silence, ils tirent à force de bras leurs chariots et présentent leur offrande2.

12Voilà donc une certitude : en 1145 des travaux étaient en cours à la cathédrale de Rouen.

  • 3 M. Allinne et A. Loisel, op. cit., p. 87-88 ; Jouen, p. 16-17.

13Il en était encore de même en 1198. Nous le savons par une décrétale3 du pape Innocent III, adressée à l’archevêque Gautier le Magnifique et au chapitre de Rouen, invitant les chanoines à continuer de verser une partie de leur revenu pour « restaurer la fabrique de l’église de Rouen », ce qui signifie toujours d’importants travaux de restauration ou de transformation.

14Ces travaux qui ont occupé plus d’un demi-siècle, c’est évidemment la construction de la cathédrale gothique, mais par où a-t-on commencé ? Seul, l’examen de l’édifice lui-même permet de répondre à cette question.

Les étapes de la construction

15Hugues d’Amiens ne précise pas, dans sa lettre de 1145, quelle partie de la cathédrale est en travaux. La découverte de fragments sculptés du milieu du XIIe siècle lors des fouilles de la crypte suggère toutefois une activité architecturale dans les parages du chœur. Ces travaux concernaient-ils la chapelle nord du déambulatoire, qui allait recevoir la sépulture d’Hugues d’Amiens en 1164 ? L’hypothèse n’aurait rien d’invraisemblable. L’emplacement choisi pour la sépulture de l’archevêque – à côté de l’autel – correspond en effet à une place d’honneur, habituellement réservée au fondateur ou au bâtisseur du sanctuaire. Ayant vécu plusieurs années à Rome, où il avait exercé la charge prestigieuse de légat apostolique, Hugues d’Amiens pourrait avoir eu à cœur de reconstruire et d’embellir cette chapelle dédiée aux saints Pierre et Paul, patrons du siège apostolique. Il convient également de préciser qu’à cette époque, le palais archiépiscopal se situait juste derrière la chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul, en direction de la rue Saint-Romain. Ainsi, on comprendrait mieux pourquoi, à partir d’Hugues d’Amiens, cette chapelle fut le lieu d’inhumation des archevêques jusqu’au début du XIIIe siècle.

16À la même époque, les chanoines du chapitre commencent la construction d’une grande tour près de l’entrée de leur cloître, au nord de la cathédrale. D’abord appelée la Tour neuve pour la distinguer du massif occidental de Notre-Dame, auquel elle est reliée par une galerie suspendue, elle prendra plus tard le nom de Tour Saint-Romain. Semblable à la grosse tour élevée par le chapitre de Beauvais auprès de sa cathédrale, ce colossal beffroi est implanté hors œuvre, à 6 mètres de la façade principale. Les travaux étant financés par le chapitre, et donc sur des fonds distincts de ceux de l’archevêché, il n’est pas certain qu’ils correspondent à ceux évoqués dans la lettre d’Hugues d’Amiens.

17Les successeurs d’Hugues d’Amiens, Rotrou, puis Gautier le Magnifique vont continuer son œuvre et entreprendre la reconstruction de la cathédrale.

8 - Plan de la cathédrale au XIIIe siècle.

8 - Plan de la cathédrale au XIIIe siècle.

18 Première campagne. Cette fois, les travaux vont commencer à l’ouest. À partir des environs de 1180, après avoir abattu le vieux massif occidental de Richard Ier, on refait entièrement la façade principale, façade percée de trois portails dédiés respectivement à Saint-Romain pour le portail central (aujourd’hui disparu), à Saint-Étienne et Saint-Jean pour les portails latéraux. À cette campagne appartient également le départ de la première travée de la nef : construite à l’emplacement de l’ancien massif occidental, dont elle reprend l’orientation nord-ouest – sud-est, elle est sans doute destinée à servir d’avant-nef.

  • 4 Selon Dorothee Heinzelmann, Die Kathedrale Notre-Dame in Rouen : Untersuchungen zur Architektur de (...)
  • 5 Chronicon Rotomagense, publié par Philippe Labbé, dans Novae Bibl. mss libr., t. 1, J. Cramoisy, Pa (...)

19 Deuxième campagne. Les travaux interrompus vont reprendre quelques années plus tard, mais sur des données différentes rendues sensibles par la divergence des axes. Aux environs de 11904, Gautier le Magnifique abat la nef romane, conservant pour le culte, le transept et le chœur surélevé sur sa crypte. Il campe sur toute leur élévation trois travées au nord, quatre au sud, mais une catastrophe arrête les travaux : la nuit de Pâques de l’an 1200, un terrible incendie dévaste une partie de la ville de Rouen et la cathédrale avec ses cloches, ses livres et ses ornements liturgiques5. Le chœur et le transept romans sont ruinés, la tour-lanterne est effondrée. Cependant, la nef en reconstruction est intacte (les chapiteaux du XIe siècle retrouvés en fondation sous les piles ne portent pas trace des flammes ; ils étaient donc déjà démontés) et la crypte ne dut pas être touchée puisqu’il n’y aura pas de nouvelle dédicace : le culte y trouvera refuge.

  • 6 M. Allinne et A. Loisel, op. cit., p. 84-87.

20 Reprise et achèvement des travaux. Le premier impératif est de trouver de l’argent. Jean Sans Terre, duc de Normandie et roi d’Angleterre, verse des sommes importantes prises sur le trésor royal. Plusieurs brefs conservés aux archives de la tour de Londres et datés de 1200 à 1204 en font foi6.

  • 7 Charles de Beaurepaire, « Découverte du nom de Jean d’Andeli, architecte du XIIIe siècle », BCA, t (...)

21Le nouveau maître d’œuvre qui prête serment devant le chapitre, Jean d’Andeli7, est un Normand qui a gardé toutes les vertus de sa race, solidité, audace, sens pratique, sobriété. Il conçoit, pour la cathédrale à reconstruire, un plan amplifié : un transept avec collatéraux et chapelles orientées, un chœur plus large que le chœur roman (d’où le plan trapézoïdal de la croisée du transept), et surtout plus long : cinq travées droites terminées par un rond-point. Autour de ce vaste chœur, le déambulatoire présente, comme auparavant, trois chapelles rayonnantes d’égale dimension (fig. 8).

22Cet allongement du chœur entraîne une conséquence logique : il n’est plus possible de concevoir un chœur surélevé. De la nef, les fidèles n’apercevraient plus l’autel ainsi reculé. La crypte est donc sacrifiée, ses voûtes arasées et tout le sous-sol remblayé.

23Un problème se pose au jeune maître d’œuvre : la nef commencée vers 1185, comportait des tribunes au-dessus des collatéraux, seul moyen connu à l’époque pour raidir la construction et résister à la poussée des voûtes d’ogives. Mais en quinze ans, que de progrès dans l’art de construire ! Les arcs-boutants viennent de faire, à Chartres, leur apparition, rendant inutiles les tribunes et donnant, du même coup, plus de hauteur aux collatéraux, partant plus de lumière dans l’édifice.

24Jean d’Andeli adopte un parti original, qui marie ingéniosité novatrice et respect de la tradition : s’il continue d’inscrire l’arc d’entrée des tribunes au-dessus des grandes arcades de la nef, il renonce à construire les tribunes elles-mêmes.

  • 8 Deville 1848, p. 9-12.

25Sous son impulsion et sous celle de son successeur Enguerran8, connu pour son extraordinaire célérité (ne lui suffit-il pas d’un an pour édifier le portail, la nef et les tours de l’église abbatiale du Bec ?), les travaux avancent rapidement.

  • 9 De nombreux spécialistes se sont attachés à reconstituer la chronologie des travaux jusque dans se (...)
  • 10 Pommeraye 1667, p. 437.

26Parmi les dates qui jalonnent la construction9, la première est historique : en 1204, le roi de France Philippe Auguste, devenu maître de la Normandie par la prise de Château-Gaillard, fait son entrée solennelle dans la cathédrale. À cette date, les travaux de reconstruction du transept n’ont pas encore commencé, et il est probable que l’on continue à utiliser l’ancien chœur et ses chapelles pour le culte. Bien qu’elle porte encore les traces de l’incendie de 1200 – certaines sont encore visibles aujourd’hui sur le tombeau d’Hugues d’Amiens –, la chapelle Saint-Pierre-Saint-Paul continue à jouer le rôle de nécropole des archevêques : en 1207, elle reçoit la dépouille mortelle de l’archevêque Gautier le Magnifique10.

  • 11 Ce Durand n’est jamais appelé « maître d’œuvre ». Il travaillait à la cathédrale en 1233 et serait (...)

27Enguerran travaille à la chapelle de la Vierge en 1214, mais c’est « Durand le Machon11 » qui ferme la voûte de la nef la plus proche de la croisée et grave sa signature Durandus me fecit sur la précieuse clef de voûte ornée de l’agneau, déposée au Musée des Antiquités.

9 - Clef de voûte signée « Durandus ».

9 - Clef de voûte signée « Durandus ».

28Le dernier chaînon de l’ouvrage – et son couronnement – est sans doute la tour-lanterne surmontée de « l’Esguille », haute flèche de charpente et de plomb, connue sous le nom de « tour grêle » en raison de sa finesse et de sa gracilité.

29Cathédrale et annexes, tout l’édifice est achevé pour 1247 au plus tard. L’archevêque Eudes Rigaud, chancelier et ami de Louis IX, si attentif par ailleurs à noter les réparations nécessaires aux églises du diocèse dont il prend alors la charge, n’a rien à signaler au sujet de sa métropole.

30À défaut d’une date précise d’achèvement des travaux, ce mutisme est éloquent : Saint-Louis ne verra pas un échafaudage dans la cathédrale toute neuve, au cours des trois visites dont il l’honorera.

10 - Clef de voûte du XIIIe siècle.

10 - Clef de voûte du XIIIe siècle.

Les embellissements du XIVe siècle

31Après cette période de construction intense, on ne peut plus guère parler, pour la cathédrale, que d’embellissements et d’adjonctions.

  • 12 Sur cette évolution de la piété au XIVe siècle, voir Julien Loth, La cathédrale de Rouen, son hist (...)

32Ce XIIIe siècle qui avait si bien travaillé, avait été pourtant une dure période pour la ville : incendies, famines, désordres n’avaient cessé d’éprouver Rouen depuis 1205. La prospérité et la paix reviennent sous le règne de saint Louis et l’épiscopat d’Eudes Rigaud, évêque au zèle infatigable. Le clergé de la métropole est plus nombreux, la piété publique réclame des messes plus fréquentes12. Confréries et corporations s’organisent et demandent un sanctuaire spécial : chacune veut avoir son patron et une chapelle où le fêter.

Chapelles des collatéraux

33Dès 1270, on va donc, comme à Notre-Dame de Paris, ajouter des chapelles aux bas-côtés de la nef. Dans ce but, on démolit le mur gouttereau pour le reconstruire 4 mètres plus loin, entre les contreforts des arcs-boutants. On obtient ainsi des chapelles peu profondes, dans chacune desquelles on placera un autel orienté.

11 - Collatéral nord, chapelle Saint-Jean de la Nef - « Les Belles verrières ». Décollation de saint Jean Baptiste, repas chez Simon, vie de sainte Catherine, vie de saint Nicolas et de saint Étienne (XIIIe et XVe siècle).

11 - Collatéral nord, chapelle Saint-Jean de la Nef - « Les Belles verrières ». Décollation de saint Jean Baptiste, repas chez Simon, vie de sainte Catherine, vie de saint Nicolas et de saint Étienne (XIIIe et XVe siècle).

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

34Cette transformation entraîne pour nous une perte irrémédiable, celle des vitraux du XIIIe siècle comparables en beauté à ceux de Chartres. La piété populaire nous en a gardé, dans le collatéral nord, deux admirables témoins, connus dès le XIVe siècle sous le nom de « Belles Verrières » (fig. 11, 12, 13).

35Disparaît également, par cette adjonction des chapelles, le petit portail avec porche qui s’ouvrait dans la 7e travée du bas-côté sud. Il est remplacé à la travée suivante par le portail Saint-Siméon (aujourd’hui muré), appelé aussi « porte aux Machons ».

  • 13 Deville 1848, p. 15-17 ; Beaurepaire 1901, p. 81.

36Sans pouvoir l’affirmer avec certitude, on peut penser que le maître d’œuvre est alors Gautier de Saint-Hilaire13 dont nous trouvons le nom dans les comptes à partir de 1251.

Cloître et bâtiments du chapitre

  • 14 Ce nom vient de ce que le jardin au nord de la cathédrale occupe l’emplacement du collège d’Albane (...)

37Ces travaux incitent les chanoines à reconstruire leur cloître dans la cour d’Albane14, au flanc nord de l’édifice. La construction en est entreprise dès l’achèvement des chapelles des collatéraux, mais elle ne sera pas menée à son terme. On élève seulement deux travées de cloître au nord et, en retour d’équerre, toute la partie orientale ouvrant à claire-voie sur le jardin. La clôture de cette galerie, au XIXe siècle, permettra d’utiliser ce cloître comme sacristie.

38Au-dessus du cloître, vers la cour des Libraires, trouve place, sous sa charpente en carène, le vaste bâtiment du chapitre.

Portails du transept

39En dehors des trois portails occidentaux, le seul accès possible à la cathédrale est alors, au sud, le portail Saint-Siméon que nous venons d’évoquer. C’est la raison pour laquelle va s’ouvrir, dès 1280, un nouveau et important chantier.

  • 15 Aujourd’hui rue Georges Lanfry.

40Les chanoines ne vivent plus en commun depuis longtemps. Ils habitent du côté de la rue Saint-Romain et des rues avoisinantes. Pour se rendre aux offices par le portail Saint-Jean, il leur faut emprunter la rue des Quatre-Vents15, long détour, glacial en hiver et peu sûr durant la nuit, ce dont ils se plaignent fréquemment.

12 - Collatéral nord, chapelle Saint-Sever - « Les Belles verrières ». Passion du Christ, vies de saint Nicolas, saint Sever et sainte Catherine. Saint Sever nourrissant les pauvres (XIIIe siècle).

12 - Collatéral nord, chapelle Saint-Sever - « Les Belles verrières ». Passion du Christ, vies de saint Nicolas, saint Sever et sainte Catherine. Saint Sever nourrissant les pauvres (XIIIe siècle).

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

13 - Collatéral nord, chapelle Saint-Sever - « Les Belles verrières ». Passion du Christ, vies de saint Nicolas, saint Sever et sainte Catherine (XIIIe et XVe siècles).

13 - Collatéral nord, chapelle Saint-Sever - « Les Belles verrières ». Passion du Christ, vies de saint Nicolas, saint Sever et sainte Catherine (XIIIe et XVe siècles).

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

  • 16 Lefrançois-Pillion 1907, p. 239-240.

41En 1280, l’archevêque Guillaume de Flavacourt – ancien chanoine ! – prête enfin une oreille favorable aux doléances de son chapitre auquel il cède le terrain nécessaire au passage direct de la rue Saint-Romain à la cathédrale16 et il ordonne le percement de portails dans les pignons des croisillons du transept.

  • 17 Deville 1848, p. 17-19 ; Beaurepaire 1901, p. 81.
  • 18 Le portail est visible à l’intérieur du cloître (sacristie), le chevet, dans la cour de la Maîtris (...)

42De ce fait, se trouve condamnée la chapelle Sainte-Marie qui se dressait parallèlement à l’église, tout contre le croisillon nord et servait de salle capitulaire (fig. 8). Le maître d’œuvre, Jean Davi17, n’hésite pas à l’éventrer, ne laissant comme témoins de sa courte existence (50 ans tout au plus) que son portail et son chevet18.

  • 19 C. de Beaurepaire, « Le portail de la Calende », BCA, t. 13, p. 375-382.

43Au portail de la Calende, au sud, comme au portail des Boursiers (aujourd’hui portail des Libraires), au nord, Jean Davi fait preuve d’un immense talent, tant pour la composition que pour le décor. Au sud, c’est un riche bourgeois de Harfleur, Jean Gorren19, qui fera généreusement les frais de la construction.

  • 20 Marcel Aubert, « La cathédrale », dans Congrès archéologique de France, 89e session tenue à Rouen, (...)
  • 21 Lefrançois-Pillion 1907, p. 221-228 ; Lefrançois-Pillion 1927, p. 78. Cependant, dans les actes de (...)
  • 22 M. Schlicht, La cathédrale de Rouen, op. cit., p. 132.

44Lequel de ces deux portails est antérieur à l’autre ? On en a longtemps discuté : le dessin du réseau des gâbles et des grandes roses incitait Marcel Aubert20 à donner la priorité au portail des Libraires, ce qui satisferait la logique, l’accès au nord étant plus urgent qu’au sud. Se basant sur le décor sculpté, Louise Lefrançois-Pillion21 inclinait pour l’antériorité du portail de la Calende. À partir des mêmes éléments, Markus Schlicht est toutefois parvenu, récemment, à une conclusion inverse : « Le portail de la Calende apparaît comme le dernier maillon des trois chantiers lancés à la cathédrale de Rouen au tournant des XIIIe et du XIVe siècle. Construit après le portail des Libraires et la chapelle de la Vierge, il devrait aussi être postérieur au portail de Mantes, certainement érigé vers ou peu après 130022. »

14 - L’une des fenêtres du XIIIe siècle conservées dans les croisillons du transept.

14 - L’une des fenêtres du XIIIe siècle conservées dans les croisillons du transept.

Chapelle de la Vierge

45Sans attendre la fin de ces travaux, l’archevêque Guillaume de Flavacourt décide, en 1302, d’agrandir la chapelle d’axe dédiée à la Vierge, trop petite pour contenir la foule des fidèles qui s’y pressent. Qui ne sait, en effet, la dévotion que, de tout temps, les Normands ont vouée à la Vierge Marie ? De plus, ce sanctuaire, lieu de prédilection pour l’inhumation des archevêques, s’avère insuffisant comme nécropole.

  • 23 Pommeraye 1686, p. 22.

46Généreusement, le prélat concède à nouveau du terrain pris « dans le pourpris de son palais archiépiscopal23 » et c’est probablement encore Jean Davi qui élève la nouvelle chapelle, l’un des plus beaux joyaux de la cathédrale.

Façade principale

47La lumière qui baigne la chapelle de la Vierge et le transept éclairé par les roses nouvelles, fait paraître bien sombre, par contraste, le reste de l’édifice, en cet apogée de l’art gothique rayonnant où le mur, allégé, s’efface de plus en plus au profit des verrières.

  • 24 II prête serment en 1362 et sera maître d’œuvre jusqu’en 1388 : Deville 1848, p. 20-23 ; Beaurepai (...)

48Pour faire bénéficier la nef d’une telle clarté, le maître d’œuvre Jean Périer24, perce dans la façade occidentale une immense rose rayonnante (1370). Puis il entreprend d’appliquer sur toute la largeur de la façade, au-dessus des trois portails conservés, un riche décor d’arcatures où trouve place tout un peuple de statues.

  • 25 Maître d’œuvre de 1398 à 1447. Deville 1848, p. 26-33 ; Beaurepaire 1902, p. 76-84.

49Son œuvre sera poursuivie par ses successeurs Jean de Bayeux et Jenson Salvart25.

50Bien entendu, le revers du portail se trouve, lui aussi, transformé.

Fenêtres hautes

  • 26 C’est Jenson Salvart qui est chargé de ce travail (Beaurepaire 1902, p. 79). Geoffroi Richier le p (...)

51Les étroites lancettes, élégantes et pures, des hautes fenêtres du XIIIe siècle sont jugées insuffisantes. Jean Périer va les remplacer par des baies plus hautes et plus larges. Le travail, commencé à l’ouest et mené rapidement pendant le règne prospère du roi Charles V, sera considérablement freiné ensuite par la misère des temps : siège de Rouen (en 1418-1419), famine, occupation anglaise, tout le triste cortège de la guerre de Cent ans. Il faudra attendre l’époque de la mort de Jeanne d’Arc pour que les fenêtres du chœur soient à leur tour « clarifiées26 » (1435).

52L’agrandissement des baies du transept ne sera entrepris que plus tard encore.

***

  • 27 Pommeraye 1686, p. 61, le décrit ainsi : « La pièce la plus apparente du chœur est le tombeau de m (...)

53On pourrait croire que cette cathédrale, en perpétuel chantier, se contente d’abriter l’office divin, mais ne se prête guère aux grandes cérémonies. Il n’en est rien : les pompes royales semblent s’accommoder fort bien d’une si prodigieuse activité. En 1330, le prince Jean, fils de Philippe VI de Valois, reçoit à Rouen la couronne ducale des mains de l’archevêque Pierre Roger, le futur pape Clément VI. Un quart de siècle plus tard, le dauphin Charles à son tour est intronisé duc de Normandie. Devenu le roi Charles V, il revient, en 1365, faire dans la cathédrale son « entrée solennelle ». Dès ce moment, il lègue à Notre-Dame de Rouen son cœur pour lequel le sculpteur Jean (Hennequin) de Liège érige, à la place d’honneur dans le chœur, un magnifique tombeau27 qui attendra, plus de dix ans, l’illustre dépouille.

Notes

1 A.-M. Carment-Lanfry, Initiation au vocabulaire archéologique : pour comprendre les monuments de Rouen, Rouen, Lecerf, coll. « Connaître Rouen », 1972, t. 2.

2 Pommeraye 1667, p. 331-332 ; Maurice Allinne et Armand Loisel, La cathédrale de Rouen avant l’incendie de 1200, la tour Saint-Romain, Rouen, Impr. Lecerf Fils, 1904, p. 83-84 (pièce justificative, d’après l’original).

3 M. Allinne et A. Loisel, op. cit., p. 87-88 ; Jouen, p. 16-17.

4 Selon Dorothee Heinzelmann, Die Kathedrale Notre-Dame in Rouen : Untersuchungen zur Architektur der Normandie in früh-und hochgotischer Zeit, Münster, Rhema-Verlag, 2003, p. 346-348. Il n’est cependant pas interdit d’envisager une autre hypothèse : la reconstruction de la nef n’aurait pas commencé, en fait, avant 1200, et c’est à la suite de l’incendie que cette reconstruction auraient été décidée ; dans les années 1180, seules auraient été reconstruites la façade et la travée d’avant-nef, à usage de narthex ; une telle hypothèse expliquerait mieux la maladresse des raccords entre le bloc de façade et les piliers de la nef (Note de J. Le Maho).

5 Chronicon Rotomagense, publié par Philippe Labbé, dans Novae Bibl. mss libr., t. 1, J. Cramoisy, Paris, 1657, p. 370. Le chroniqueur exagère sans doute le désastre puisque le bénédictionnaire de l’archevêque Robert et le Livre d’ivoire ont échappé à l’incendie.

6 M. Allinne et A. Loisel, op. cit., p. 84-87.

7 Charles de Beaurepaire, « Découverte du nom de Jean d’Andeli, architecte du XIIIe siècle », BCA, t. 5, p. 123-128 ; Beaurepaire 1901, p. 77-81.

8 Deville 1848, p. 9-12.

9 De nombreux spécialistes se sont attachés à reconstituer la chronologie des travaux jusque dans ses moindres détails. En dernier lieu, voir les analyses de Lindy Grant, Maylis Baylé et Yves Bottineau-Fuchs. Voir aussi Markus Schlicht, La cathédrale de Rouen vers 1300 : un chantier majeur de la fin du Moyen Âge. Portail des Libraires, portail de la Calende, chapelle de la Vierge, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 2005 ; D. Heinzelmann, Die Kathedrale, op. cit. ; et « Rouen, transept et chœur de la cathédrale au XIIIe siècle », Congrès archéologique de France, Paris, Société française d’archéologie, 2005.

10 Pommeraye 1667, p. 437.

11 Ce Durand n’est jamais appelé « maître d’œuvre ». Il travaillait à la cathédrale en 1233 et serait le gendre de Jean d’Andeli. Voir Beaurepaire 1901, p. 79. Voir aussi Deville 1848, p. 13-15.

12 Sur cette évolution de la piété au XIVe siècle, voir Julien Loth, La cathédrale de Rouen, son histoire, sa description, depuis les origines jusqu’à nos jours, Rouen, Fleury, 1879, p. 61-62.

13 Deville 1848, p. 15-17 ; Beaurepaire 1901, p. 81.

14 Ce nom vient de ce que le jardin au nord de la cathédrale occupe l’emplacement du collège d’Albane, fondé au XIIIe siècle par Pierre de Colmieu, ancien archevêque de Rouen, cardinal-évêque d’Albano.

15 Aujourd’hui rue Georges Lanfry.

16 Lefrançois-Pillion 1907, p. 239-240.

17 Deville 1848, p. 17-19 ; Beaurepaire 1901, p. 81.

18 Le portail est visible à l’intérieur du cloître (sacristie), le chevet, dans la cour de la Maîtrise Saint-Evode.

19 C. de Beaurepaire, « Le portail de la Calende », BCA, t. 13, p. 375-382.

20 Marcel Aubert, « La cathédrale », dans Congrès archéologique de France, 89e session tenue à Rouen, 1926, Paris, Société française d’archéologie, 1927, p. 55.

21 Lefrançois-Pillion 1907, p. 221-228 ; Lefrançois-Pillion 1927, p. 78. Cependant, dans les actes de 1340 et 1341, le portail de la Calende est qualifié de « nœuf portail » ou de « novissimum portale » (donc le plus récent). Voir C. de Beaurepaire, « Le portail de la Calende », art. cité, p. 377.

22 M. Schlicht, La cathédrale de Rouen, op. cit., p. 132.

23 Pommeraye 1686, p. 22.

24 II prête serment en 1362 et sera maître d’œuvre jusqu’en 1388 : Deville 1848, p. 20-23 ; Beaurepaire 1901, p. 86-88 ; Jouen, p. 37-41. Voir ces mêmes ouvrages pour Jean de Bayeux.

25 Maître d’œuvre de 1398 à 1447. Deville 1848, p. 26-33 ; Beaurepaire 1902, p. 76-84.

26 C’est Jenson Salvart qui est chargé de ce travail (Beaurepaire 1902, p. 79). Geoffroi Richier le poursuivra au sud du transept de 1450 à 1455 (Beaurepaire 1903, p. 48), puis Guillaume Pontifs travaillera aux fenêtres du croisillon nord de 1477 à 1485 (Beaurepaire 1903, p. 55-59). Voir aussi Jouen, p. 64-65.

27 Pommeraye 1686, p. 61, le décrit ainsi : « La pièce la plus apparente du chœur est le tombeau de marbre noir qui est au milieu, sur lequel est représenté couché de son long Charles V, tenant son cœur en sa main. La figure est de marbre blanc, de grandeur naturelle et revêtue à la royale. »

Table des illustrations

Titre 8 - Plan de la cathédrale au XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre 9 - Clef de voûte signée « Durandus ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre 10 - Clef de voûte du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre 11 - Collatéral nord, chapelle Saint-Jean de la Nef - « Les Belles verrières ». Décollation de saint Jean Baptiste, repas chez Simon, vie de sainte Catherine, vie de saint Nicolas et de saint Étienne (XIIIe et XVe siècle).
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Titre 12 - Collatéral nord, chapelle Saint-Sever - « Les Belles verrières ». Passion du Christ, vies de saint Nicolas, saint Sever et sainte Catherine. Saint Sever nourrissant les pauvres (XIIIe siècle).
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre 13 - Collatéral nord, chapelle Saint-Sever - « Les Belles verrières ». Passion du Christ, vies de saint Nicolas, saint Sever et sainte Catherine (XIIIe et XVe siècles).
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre 14 - L’une des fenêtres du XIIIe siècle conservées dans les croisillons du transept.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3788/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 361k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search