Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Historique

La cathédrale romane

Texte intégral

  • 1 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Auguste Le Prévost (éd.), Paris, 1840, t. 2, p. 365 ; Pomme (...)

1 Comme le rapporte au début du XIIe siècle le chroniqueur Orderic Vital, moine de l’abbaye de Saint-Évroult, c’est à l’archevêque Robert (989-1037), fils du duc Richard Ier, que revint le mérite d’avoir posé les premiers fondements de la nouvelle cathédrale de Rouen1.

2Ce prélat n’avait certes pas mené, jusque-là, une vie absolument irréprochable. Peu soucieux de la règle de célibat qu’imposait son statut de clerc et de chef de l’Église de Normandie, il avait pris pour femme une riche héritière de la région de Caudebec-en-Caux, Herlève, qui lui avait donné plusieurs fils. Non content de disposer des immenses domaines du comté d’Évreux, obtenus de son père Richard Ier, il n’avait eu aucun scrupule à s’emparer de nombreuses propriétés de la cathédrale de Rouen et de l’abbaye de Jumièges pour en doter les membres de son entourage. Il est vrai qu’il ne fut pas le seul, au sein de la classe dirigeante normande, à agir ainsi. À son avènement en 1027, le duc Robert le Magnifique lui-même n’hésita pas à puiser dans les réserves foncières de l’Église pour se constituer un réseau de fidèles.

  • 2 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoires de la Société des Anti (...)

3À la fin des années 1020, les détournements ainsi opérés au détriment de la cathédrale de Rouen avaient atteint une telle ampleur que l’archevêque Robert et son neveu le duc de Normandie, constatant l’état désastreux du patrimoine de cet établissement, unirent leurs efforts pour lui rendre ses biens ; en cas de difficulté pour procéder à la restitution, la cathédrale recevrait en donation une propriété de valeur équivalente. Le résultat de cet accord fut la production d’une grande charte sur parchemin, en deux exemplaires2. Ce document peut être considéré comme l’acte fondateur de l’actuelle cathédrale de Rouen. En effet, c’est grâce à cette restauration des ressources de son église que l’archevêque Robert fut en mesure de commencer les travaux.

  • 3 Cité par Pommeraye 1686, p. 19 : « Robert… la fit achever au chœur, en la partie orientale ».
  • 4 O. Vital, op. cit., p. 365 : « ecclesiam metropolitanam… quam magna ex parte consummavit. »
  • 5 Ibid., p. 373 ; Pommeraye 1667, p. 256 ; Pommeraye 1686, p. 20.

4Selon une tradition recueillie au XVIIe siècle par dom Pommeraye, le projet de l’archevêque Robert était d’agrandir la cathédrale vers l’orient, par la construction d’un nouveau chœur dans le prolongement de l’église existante3. Les travaux furent rondement menés, mais Robert mourut en 1037 sans avoir vu leur achèvement4. Le chantier fut pratiquement interrompu pendant la période de troubles correspondant à l’épiscopat de son successeur Mauger (1037-1055) et ce fut l’archevêque Maurille, ancien moine de Fécamp, qui acheva la cathédrale en 10635 et la consacra à Dieu sous l’invocation de la Vierge Marie, en une cérémonie grandiose dont les chroniqueurs nous décrivent les fastes et « la très grande joye », en présence de tous les évêques de la province de Normandie, du duc Guillaume et de ses barons. C’est à cette occasion qu’il transféra dans la cathédrale les corps de Rollon et de Guillaume Longue-épée.

51er octobre 1063…, date mémorable, puisqu’elle demeure celle de l’unique consécration de la cathédrale jusqu’à nos jours.

Les fouilles

  • 6 Ferdinand Coutan, « Coup d’œil sur la cathédrale de Rouen aux XIe, XIIe et XIIIe siècles », BM, 18 (...)

6Dès 1887, des travaux exécutés en vue de l’établissement du calorifère dans le croisillon nord du transept (c’est-à-dire du côté du portail des Libraires), avaient permis de retrouver une absidiole orientée en hémicycle ouverte à l’extrémité du croisillon nord, quelques fondations de piles ainsi qu’une travée droite située dans le déambulatoire, au nord, au niveau de la première travée du chœur. Le docteur Coutan6 avait identifié ces vestiges comme appartenant à la cathédrale romane.

  • 7 John Bilson, « Les vestiges de la cathédrale de Rouen du XIe siècle », BM, 1927, p. 251-267.
  • 8 Georges Lanfry, « La crypte du XIe siècle sous la cathédrale de Rouen », BAMR, 1924-1925, p. 33-49 (...)

7Faute de recherches plus poussées, ces découvertes n’avaient qu’une portée limitée. Quelque trente ans plus tard cependant, un éminent archéologue anglais, John Bilson7, s’y intéressa vivement. À son instigation, un archéologue rouennais, Georges Lanfry8, tentait en 1927 de retrouver, sous le dallage du bras nord du déambulatoire, le prolongement vers l’est de l’unique travée reconnue. La recherche s’avéra décevante mais c’est cette même année que Georges Lanfry découvrait le déambulatoire de Jumièges. Pressentant que le plan de la cathédrale romane pouvait également en comporter un, il obtenait en 1931 l’autorisation de reprendre des fouilles, dans le bras sud du transept cette fois, étant bien entendu qu’il en assumerait la responsabilité en même temps que la charge financière et que le culte n’en serait pas troublé.

  • 9 Sur la chronologie des travaux, voir J. Le Maho, « La crypte de la cathédrale de Rouen », dans Ann (...)

8Menées de 1931 à 1934, ces fouilles ont abouti à la mise au jour de la crypte commencée par l’archevêque Robert vers la fin des années 1020 et terminée par le bienheureux Maurille peu après 10559. Les travaux de restauration consécutifs à la guerre ont permis d’en mieux aménager l’accès, de la couvrir d’une dalle solide en supprimant les poteaux de béton établis, lors des fouilles, au prix d’un véritable tour de force, pour soutenir le chœur. Mais, dès 1935, la crypte était suffisamment dégagée pour qu’on puisse y célébrer la messe.

9Outre son intérêt exceptionnel pour la connaissance de la cathédrale romane dont elle nous livre l’unique et précieux témoin, cette découverte précise un point important de l’architecture normande, prouvant à l’évidence que, contrairement aux théories professées naguère, le déambulatoire n’est pas une importation d’Outre-Manche : il fait bien partie du plan normand.

  • 10 Jean Verrier, « Fouilles et découvertes », MHF, p. 92-100.

10Au cours des travaux d’après-guerre, on a découvert une autre crypte10, rectangulaire celle-là, dont on ne soupçonnait pas l’existence. Située sous le chœur roman, cette seconde crypte présente des caractères un peu plus tardifs : en raison de la similitude des bases de colonnes avec celles de Notre-Dame de Jumièges, datées des années 1050-1060, les archéologues s’accordent à penser que sa construction est liée au redémarrage du chantier sous l’épiscopat de Maurille (après 1055).

4 et 5 - Chapiteaux de la cathédrale romane.

4 et 5 - Chapiteaux de la cathédrale romane.

11Enfin les mêmes travaux ont permis de retrouver, sous chacune des grosses piles de la nef, les fondations des piliers romans et, témoins combien précieux, nombre de chapiteaux utilisés comme remploi. Leur style indique également la seconde moitié du XIe siècle, ce qui donne à penser que Maurille reconstruisit la totalité de la nef. Seul fut conservé, à l’extrémité ouest de l’ensemble, le grand corps de façade élevé par le duc Richard Ier ; il est vrai que sa construction remontait seulement à quelques dizaines d’années et que ce type d’ouvrage n’était pas encore tout à fait passé de mode en Normandie.

L’édifice roman

12Les fouilles permettent donc de nous représenter, sans trop de risques d’erreurs, la cathédrale de nos ducs.

13C’est un édifice imposant. Le plan est cruciforme. Il présente une nef accostée de collatéraux, de même longueur et de même largeur que la nef actuelle, ce qui est tout de même exceptionnel pour l’époque (la grande nef de Cluny ne sera commencée qu’en 1088…), un chœur de deux travées droites terminées par un hémicycle que ceinture un déambulatoire sur lequel s’ouvrent trois chapelles rayonnantes, la chapelle d’axe étant plus importante que les deux autres. Le transept, d’une grande longueur, est dépourvu de bas-côtés. Chacun de ses croisillons comporte trois travées inégales, une absidiole orientée s’ouvrant sur la travée extrême, plus profonde que les deux autres (fig. 6).

  • 11 Saint-Augustin de Canterbury, Worcester, Gloucester, cathédrale de Canterbury, Durham, etc.

14Le chœur et son déambulatoire sont surélevés sur une crypte à demi souterraine régnant seulement sous le déambulatoire et les chapelles rayonnantes. On accède donc au chœur par un haut degré d’une quinzaine de marches qui occupe une grande partie du transept et sous lequel sont ménagés les escaliers menant à la crypte. La maquette restituant le chœur et la crypte du XIe siècle permet de mieux comprendre ces dispositions que l’on retrouve, par ailleurs, dans plusieurs édifices d’Outre-Manche11 (fig. 7).

6 - Plans comparés de la cathédrale (IVe-XIe siècle et XIIIe siècle).

6 - Plans comparés de la cathédrale (IVe-XIe siècle et XIIIe siècle).

15Quant à l’élévation de la cathédrale romane, elle laisse encore place à de nombreux points d’interrogation. Mais nous pouvons être guidés dans notre recherche par la connaissance des caractères généraux de l’École romane normande et, en particulier, par la comparaison avec la grande abbatiale de Jumièges dont la belle et puissante architecture s’impose encore, malgré ses ruines, à l’admiration de tous.

16Notre-Dame de Jumièges et Notre-Dame de Rouen sont contemporaines. Leurs dates de consécration sont très rapprochées : 1063 pour Rouen, 1067 pour Jumièges, le temps pour notre duc Guillaume de conquérir l’Angleterre et de se faire couronner roi. Les dimensions des deux édifices, comme leurs plans, sont très proches l’un de l’autre. Y avait-il à Rouen, comme à Jumièges, alternance de piles fortes et de piles faibles ou, au contraire, des piles égales séparaient-elles la nef des bas-côtés ? Nous ne pouvons rien affirmer à ce sujet.

  • 12 Cette supposition se trouve renforcée par la comparaison avec la tour aux Clercs, unique vestige d (...)

17Mais, comme Jumièges, Notre-Dame de Rouen présentait sans doute une élévation à trois étages, c’est-à-dire qu’entre les grandes arcades et les hautes fenêtres, un étage de tribunes12 couvrait les bas-côtés, les croisillons du transept et le déambulatoire.

18Le mode de couverture était le même pour les deux édifices : charpente apparente sur la nef, le chœur et les croisillons du transept, tandis que la crypte et les collatéraux étaient voûtés d’arêtes. De part et d’autre, il est probable que les toitures étaient couvertes de plaques de plomb.

19Le corps de façade de Rouen devait également ressembler, comme nous l’avons vu, au massif occidental de l’abbatiale de la basse Seine : seul vestige de la cathédrale antérieure à l’an Mille, il comprenait sans doute un porche entre deux grandes tours, une chapelle ou une tribune au-dessus de l’entrée, avec une série de fenêtres (peut-être quatre) pour éclairer le corps central au niveau du premier étage.

7 - Maquette reconstituant la crypte et le sanctuaire de la cathédrale du XIe siècle.

7 - Maquette reconstituant la crypte et le sanctuaire de la cathédrale du XIe siècle.

20Enfin, à la croisée du transept, suivant le parti adopté dès le Xe siècle dans presque toutes les églises normandes, s’élevait certainement une haute et belle tour-lanterne, sœur de celle de Jumièges dont l’unique pan de mur dressé dans le ciel nous confond encore par sa hardiesse et ses proportions.

Les fastes de la cathédrale romane

21Mais comment pourrions-nous évoquer le monument dans sa noblesse et sa beauté sans essayer de le faire revivre, l’espace d’un instant, de sa vie propre, la vie liturgique, les cérémonies religieuses ? Dans cette cathédrale romane, des conciles importants se sont tenus, de grands personnages ont été inhumés, le pape Innocent II et saint Bernard ont été reçus.

22C’est dans ce cadre admirable que seront intronisés ducs de Normandie les descendants de Guillaume le Conquérant. Grâce au Bénédictionnaire de l’archevêque Robert – précieux manuscrit du XIe siècle conservé à la Bibliothèque de Rouen – nous connaissons les détails de cette cérémonie grandiose : après avoir juré sur les Évangiles de conserver la paix à l’Église et au peuple chrétien, le nouveau duc reçoit des mains de l’archevêque l’anneau d’or des noces et l’épée. La Normandie est son épouse, il la gardera de tout mal. Et dans la cathédrale éclatent les acclamations du Christus Vincit, hymne de louange et de joie chanté depuis Charlemagne dans la basilique gallo-romaine et qui fait encore aujourd’hui vibrer, aux grandes fêtes, les voûtes de la métropole de Rouen.

Notes

1 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Auguste Le Prévost (éd.), Paris, 1840, t. 2, p. 365 ; Pommeraye 1686, p. 17.

2 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 36, Caen, Caron, 1961, nos 66 et 67, p. 197-203.

3 Cité par Pommeraye 1686, p. 19 : « Robert… la fit achever au chœur, en la partie orientale ».

4 O. Vital, op. cit., p. 365 : « ecclesiam metropolitanam… quam magna ex parte consummavit. »

5 Ibid., p. 373 ; Pommeraye 1667, p. 256 ; Pommeraye 1686, p. 20.

6 Ferdinand Coutan, « Coup d’œil sur la cathédrale de Rouen aux XIe, XIIe et XIIIe siècles », BM, 1896, p. 89-91.

7 John Bilson, « Les vestiges de la cathédrale de Rouen du XIe siècle », BM, 1927, p. 251-267.

8 Georges Lanfry, « La crypte du XIe siècle sous la cathédrale de Rouen », BAMR, 1924-1925, p. 33-49 ; id., « La cathédrale de Rouen au XIe siècle, BAMR, 1928-1931, p. 117-134 ; id., « Les vestiges de la cathédrale de Rouen du XIe siècle », BAMR, 1946-1950, p. 53-58 ; id., « La crypte et le déambulatoire de la cathédrale de Rouen au XIe siècle », BCA, t. 18, 3e livraison, p. 152-156.

9 Sur la chronologie des travaux, voir J. Le Maho, « La crypte de la cathédrale de Rouen », dans Annuaire des cinq départements de la Normandie, Congrès de Rouen 2000, Caen 2001, p. 11-14.

10 Jean Verrier, « Fouilles et découvertes », MHF, p. 92-100.

11 Saint-Augustin de Canterbury, Worcester, Gloucester, cathédrale de Canterbury, Durham, etc.

12 Cette supposition se trouve renforcée par la comparaison avec la tour aux Clercs, unique vestige de la grande abbatiale romane de Saint-Ouen. Voir Alain Gasperini, Caractères généraux de l’architecture normande, coll. « Connaître Rouen », t. 1, p. 5. Voir aussi : G. Lanfry, « La cathédrale de Rouen au XIe siècle », BAMR, 1928-1931, p. 126. Pour la restitution de la cathédrale romane, voir Lanfry 1956, p. 26-37.

Table des illustrations

Titre 4 et 5 - Chapiteaux de la cathédrale romane.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre 6 - Plans comparés de la cathédrale (IVe-XIe siècle et XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre 7 - Maquette reconstituant la crypte et le sanctuaire de la cathédrale du XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 442k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540