Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Historique

Le haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles)

Texte intégral

  • 1 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Robert Latouche (éd.), t. 2, Paris, Les Belles-Lettres, co (...)
  • 2 Pommeraye 1667, p. 17.
  • 3 Dom Jean Laporte, « Vie de saint Ansbert, troisième abbé de Fontenelle », L’Abbaye Saint-Wandrille (...)

1 À l’exception d’un épisode tragique, la mort en 586, en pleine église cathédrale, de l’évêque Prétextat tombé sous les coups des hommes de main de Frédégonde1, les événements dont l’église Notre-Dame de Rouen fut le théâtre durant les premiers siècles du haut Moyen Âge n’ont guère laissé de souvenirs. Dans la biographie de saint Ouen, c’est tout juste s’il est précisé que ce grand évêque mérovingien, dont l’épiscopat couvre une grande partie de la seconde moitié du VIIe siècle (649-684), fit don d’un grand nombre d’ornements et d’objets précieux à sa cathédrale2. On n’en sait pas beaucoup plus sur l’épiscopat de son successeur Ansbert, ancien moine de l’abbaye de Fontenelle. Son biographe se plaît cependant à rappeler qu’il n’hésitait pas à envoyer les plus belles pièces du trésor à la fonte pour subvenir aux besoins des foules affamées qui, en période de disette, se pressaient aux portes de l’église. Ce même Ansbert allait être démis de ses fonctions par les Austrasiens après leur victoire sur les Neustriens en 687 ; exilé à Hautmont-sur-Sambre, dans l’actuelle Belgique, il y mourut sans jamais revoir son pays3.

  • 4 Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge (650-850) », dans La Neustrie. Les pays au nord (...)

2L’installation sur le siège épiscopal de Rémi (755-771), frère du roi Pépin, marqua une date importante dans l’histoire de la cathédrale. Usant de relations nouées en Italie à la faveur d’une mission diplomatique, il fit venir à Rouen des clercs de la Schola cantorum de Rome. L’expérience ne connut qu’un succès relatif, mais elle n’en reste pas moins une des premières tentatives d’introduction des usages liturgiques romains dans le royaume franc4.

  • 5 J. Le Maho, « Rouen », Les Chanoines dans la ville. Recherches sur la topographie des quartiers ca (...)

3Rémi fut également un des premiers évêques de Gaule à introduire dans sa cathédrale la « réforme canoniale » préconisée par saint Chrodegang, son homologue de Metz. L’objectif était d’imposer aux chanoines une règle de vie commune inspirée de celle des moines bénédictins. En contrepartie de la cession aux chanoines d’une part substantielle du patrimoine de la cathédrale, l’évêque attendait de ses clercs, précédemment dispersés dans des logis individuels, qu’ils vivent désormais en commun, assistent quotidiennement aux offices, mangent ensemble au réfectoire, regagnent chaque nuit le dortoir et ne sortent de leur cloître que dûment munis d’une autorisation5.

  • 6 Ibid.
  • 7 Jacques Le Maho, « Le palais archiépiscopal de Rouen à l’époque carolingienne (fin du VIIIe-début (...)

4À Rouen, la vieille basilique Saint-Étienne de la cour d’Albane fut dévolue aux chanoines ; un vaste enclos, au nord, regroupait maisons de clercs et salles communes à l’ombre de la collégiale6. L’évêque avait gardé pour lui l’église Notre-Dame. Au sud de celle-ci, sous l’actuelle cour des Maçons, les fouilles archéologiques entreprises au début des années 1990 ont restitué les fondations d’un vaste complexe de bâtiments. Correspondant sans doute au palais de l’archevêque, il comportait un corps de logis dans le prolongement du transept sud de l’église, une salle de réception ornée de carreaux de marbre et une tour carrée pouvant avoir servi de dépôt d’archives ou de bibliothèque ; l’aile ouest, proche du parvis et des portes de la cathédrale, abritait peut-être une hôtellerie7.

  • 8 Lanfry 1963, p. 116-123 ; Lanfry 1956, p. 8-19.
  • 9 J. Le Maho, « Nouvelles hypothèses sur l’église Notre-Dame de Rouen au Xe siècle », dans Chapitres (...)

5De l’église Notre-Dame carolingienne, on ne connaît qu’un seul vestige, mais celui-ci est d’un intérêt exceptionnel : il s’agit des quatre bases de colonnettes et des restes de maçonneries qui furent retrouvés en 1954 par Georges Lanfry, sous le dallage de la dernière travée de la nef8. Aujourd’hui datées des VIIIe-IXe siècles, ces structures doivent sans doute être interprétées comme les restes d’une petite crypte voûtée, installée sous le chœur de la cathédrale. Les quatre colonnettes auraient formé au milieu de cette crypte, sous le maître autel, l’encadrement d’une « confession », petit monument destiné à l’exposition des reliques9. C’est là, selon toute vraisemblance, que fut conservée jusqu’au XIe siècle l’ancêtre de la célèbre « châsse de Notre Dame » mentionnée à partir du XIIe siècle dans tous les inventaires du trésor (fig. 3).

3 - Vestiges de la crypte carolingienne (fouilles G. Lanfry, 1954) ; à l’arrière-plan, bases du monument-reliquaire situé sous le maître autel (photo Ellebé).

3 - Vestiges de la crypte carolingienne (fouilles G. Lanfry, 1954) ; à l’arrière-plan, bases du monument-reliquaire situé sous le maître autel (photo Ellebé).
  • 10 J. Le Maho, « Rouen à l’époque des incursions vikings (841-911) », BCA, 1995, p. 143-202.

6En mai 841, une flotte de guerre viking, sous le commandement du chef danois Osgeir, entra dans la baie de Seine et remonta le fleuve jusqu’à Rouen. La ville fut mise à sac et brûlée, avec toutes ses églises et ses monastères. À la cathédrale, le feu n’épargna aucun bâtiment : archives et bibliothèque partirent en fumée. Les lieux de culte et les logis des clercs furent provisoirement remis en état, mais la « fureur des Normands » se faisant chaque année plus menaçante, l’archevêque et ses chanoines durent quitter la ville en 876. Il est peu probable qu’ils soient rentrés de leurs refuges du Soissonnais avant la fin du IXe siècle10.

  • 11 Lucien Musset, « Les sépultures des souverains normands : un aspect de l’idéologie du pouvoir », A (...)

7Après le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, le baptême de Rollon et la conversion officielle de ses compagnons au christianisme, le pouvoir scandinave installé à Rouen s’engagea dans une politique de collaboration étroite avec les archevêques. Devenue la nécropole de la dynastie, la cathédrale accueillit les sépultures du premier duc Rollon († vers 932) et de son fils et successeur Guillaume Longue-Épée († 94211).

  • 12 J. Le Maho, « Tours et entrées occidentales des églises de la basse vallée de la Seine (IXe-XIIe s (...)
  • 13 Patrologie latine, t. 141, col. 749 : « [Ricardus] Rothomagensis namque urbe in honore genitricis D (...)

8Toutefois, c’est seulement dans les dernières décennies du Xe siècle, sous le règne de Richard Ier († 996), que la vieille cathédrale carolingienne connut son premier agrandissement. Entièrement financés par le trésor ducal, les travaux furent consacrés à l’édification d’un grand corps de façade occidental en forme de tour12, ouvrage dont, peu après l’an Mille, les proportions colossales faisaient l’admiration du chanoine picard Dudon de Saint-Quentin, chapelain du duc Richard II : « à Rouen, il (le duc Richard) agrandit admirablement l’église Notre-Dame ; celle-ci se trouva ainsi magnifiquement accrue, tant en longueur qu’en largeur et en hauteur13. »

  • 14 Claire Étienne-Steiner, « Recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à la cathédra (...)

9Situé à l’emplacement de la façade actuelle de Notre-Dame, devant le parvis, cet ouvrage disparu comportait sans doute un porche entre deux tours latérales. Ses dispositions devaient donc être comparables à celles du célèbre massif de façade de l’église Notre-Dame de Jumièges, encore si proche des modèles carolingiens. Au-dessus de l’entrée, une chapelle haute sous le vocable de Saint-Romain assurait la protection de ses reliques aux fidèles pénétrant dans l’église. Selon un document de la seconde moitié du XIe siècle, l’usage voulait, le jour des Rameaux, que quatre chanoines montent aux fenêtres de cette chapelle et, face à la foule massée sur le parvis, chantent l’Unus autem14.

Notes

1 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Robert Latouche (éd.), t. 2, Paris, Les Belles-Lettres, coll. « Les classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge », p. 162-163 et Pommeraye 1667, p. 109.

2 Pommeraye 1667, p. 17.

3 Dom Jean Laporte, « Vie de saint Ansbert, troisième abbé de Fontenelle », L’Abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle, 1953, p. 12-18.

4 Nancy Gauthier, « Rouen pendant le haut Moyen Âge (650-850) », dans La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Beihefte der Francia, Band 16/2, t. 2, Sigmaringen, Thorbecke, 1989, p. 17.

5 J. Le Maho, « Rouen », Les Chanoines dans la ville. Recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, J.-C. Picard (dir.), Paris, 1994, p. 329-341.

6 Ibid.

7 Jacques Le Maho, « Le palais archiépiscopal de Rouen à l’époque carolingienne (fin du VIIIe-début du IXe siècle) : les données de l’archéologie », Les lieux de pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Tables rondes du CRAHM, Anne-Marie Flambard Héricher (dir.), 2006, p. 201-224.

8 Lanfry 1963, p. 116-123 ; Lanfry 1956, p. 8-19.

9 J. Le Maho, « Nouvelles hypothèses sur l’église Notre-Dame de Rouen au Xe siècle », dans Chapitres et cathédrales en Normandie, actes du congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie à Bayeux, Annales de Normandie, 1997, p. 297-299.

10 J. Le Maho, « Rouen à l’époque des incursions vikings (841-911) », BCA, 1995, p. 143-202.

11 Lucien Musset, « Les sépultures des souverains normands : un aspect de l’idéologie du pouvoir », Autour du pouvoir ducal normand, Xe-XIIe siècles, Lucien Musset (dir.), Cahier des Annales de Normandie, no 17, 1985, p. 21.

12 J. Le Maho, « Tours et entrées occidentales des églises de la basse vallée de la Seine (IXe-XIIe siècle) », Avant-nefs et espaces d’accueil dans l’église entre le IVe et le XIIe siècle, Christian Sapin (dir.), Paris, Éditions du CTHS, 2002, p. 286-290 ; « Grands travaux à la cathédrale de Rouen (avant 996) », La Normandie vers l’an mil, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 2000, p. 150-158.

13 Patrologie latine, t. 141, col. 749 : « [Ricardus] Rothomagensis namque urbe in honore genitricis Dei ampliavit mirabile monasterium, longitudinis, latitudinisque atque altitudinis honorifice exspatiatum incremento » ; Pommeraye 1686, p. 16.

14 Claire Étienne-Steiner, « Recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à la cathédrale de Rouen », dans Yves Lescroart (dir.), 396-1996, XVIe centenaire de la cathédrale de Rouen, Rouen, 2005, p. 208.

Table des illustrations

Titre 3 - Vestiges de la crypte carolingienne (fouilles G. Lanfry, 1954) ; à l’arrière-plan, bases du monument-reliquaire situé sous le maître autel (photo Ellebé).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540