Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Historique

Les origines : la période gallo-romaine

Texte intégral

1 La cathédrale étant, au sens littéral, l’église choisie par l’évêque, successeur des apôtres, pour y placer son trône (cathedra), il faut, pour en trouver l’origine, remonter au temps lointain de l’arrivée du christianisme à Rouen.

  • 1 Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, t. 2, Paris, Fontemoing, 1910, p. 204.
  • 2 L. Duchesne, op. cit., p. 206.
  • 3 Patrologie latine, t. 20, col. 437.

2Les plus anciennes listes épiscopales rouennaises, composées à l’époque carolingienne, font de saint Mellon (Mallonus), qui aurait vécu à la fin du IIIe ou au début du IVe siècle, le premier évêque de la ville1. Cependant, le premier évêque dont l’existence soit attestée par une source indiscutable est Avitien (Avitianus), qui siégea au concile d’Arles de 3142. Viennent ensuite Severus, Eusebius, présent au concile de Sardique en 346, Marcellinus, Petrus, et enfin, dans les dernières années du IVe siècle, l’illustre Victrice (Victricius3).

  • 4 Nancy Gauthier et Michel Fixot, Topographie chrétienne, p. 29-30.

3C’est une belle et noble figure que celle de saint Victrice ! Gallo-romain, ancien légionnaire, il a, comme son ami saint Martin de Tours, laissé le service de César pour le service de Dieu et il se montre un apôtre intrépide, plein d’ardeur et de foi. Correspondant du pape Innocent, il est également en relation avec saint Ambroise de Milan, avec saint Paulin de Nole dont les lettres attestent que Rouen est comptée à cette époque « au nombre des villes illustres par la multitude des lieux consacrés4 » et que Victrice y a introduit la vie monastique.

  • 5 Lanfry 1963 contient l’édition et la traduction du De laude sanctorum.
  • 6 Ibid., p. 75.

4Plus précieux encore que ce rare témoignage est le De laude sanctorum5, homélie écrite par saint Victrice lui-même et retrouvée en 1737 parmi les manuscrits de Saint-Gall (Suisse). Les persécutions ont cessé et Victrice nous apprend que, désireux d’abriter dignement les reliques des saints qui lui viennent d’Italie, il construit une basilique et y travaille de ses mains : « Nous avons jeté les fondements, dit-il, nous avons bâti les murs sur toute leur longueur. Le travail n’avance pas assez vite. Pas de paresse ! Pas de lenteur ! J’aime à rouler de mes mains, à porter sur mes épaules d’énormes pierres. Que la terre boive ma sueur ! Plût au ciel qu’elle bût déjà mon sang pour le nom du Sauveur, cette terre qui doit recevoir des autels6... »

1 - Situation du complexe épiscopal au sein de la cité antique et du haut Moyen âge ; en tireté, les cimetières suburbains.

1 - Situation du complexe épiscopal au sein de la cité antique et du haut Moyen âge ; en tireté, les cimetières suburbains.

5L’emplacement de cette basilique, qui fut longtemps l’objet de controverses, ne fait plus de doute aujourd’hui : l’église épiscopale de Victrice s’élevait à l’endroit même où se trouve la cathédrale actuelle. Outre que le De laude sanctorum précise qu’il s’agit de « l’église de la cité » (ecclesia civitatis), à l’intérieur des murs – et nous savons combien l’enceinte de Rouen était resserrée en cette fin du IVe siècle – il n’est pas inutile de rappeler que, dans nombre de villes, Lyon, Clermont, Auxerre, Reims, les cathédrales se sont superposées depuis le Ve siècle sur des fondations romaines. Il y a donc de fortes présomptions pour qu’il en ait été de même à Rouen.

  • 7 J. Le Maho, « Les fouilles de la cathédrale de Rouen de 1985 à 1993. Esquisse d’un premier bilan » (...)

6Ce sont donc peut-être les restes de l’église de Victrice que les fouilles effectuées par Jacques Le Maho ont permis de retrouver sous la cour d’Albane en 1987 (fig. 2). Datés de la fin du IVe siècle, ces vestiges sont ceux d’une grande salle orientée vers l’est, que deux rangées de colonnes divisaient en trois nefs ; construits à la mode romaine, ses murs étaient revêtus d’un petit appareil régulier de calcaire, entrecoupé d’assises de briques. Pour mettre en place cet édifice, il avait fallu abattre une maison située au carrefour de deux rues, l’une de direction nord-sud (cardo), l’autre d’orientation est-ouest (decumanus). Seul fut conservé, à l’ouest de la basilique, un petit corps de bâtiment abritant les thermes de la demeure. Le chœur, qui devait se trouver sous la salle du chapitre du XIIIe siècle, à l’est de la cour d’Albane, reste inaccessible aux observations archéologiques7.

2 - Vestiges de la basilique de la cour d’Albane, vus du nord (photo Ellebé).

2 - Vestiges de la basilique de la cour d’Albane, vus du nord (photo Ellebé).
  • 8 Du même auteur : « La cathédrale double de Rouen. État actuel du dossier », Antiquité tardive, no (...)

7La basilique de la cour d’Albane n’était probablement pas l’unique sanctuaire de cathédrale. Au sud, la présence d’une cour entourée de galeries laisse supposer la présence d’un second lieu de culte, sans doute situé à l’emplacement de la nef de la cathédrale actuelle. L’ensemble paléo chrétien aurait donc été constitué de deux églises jumelles8. Ce plan fort singulier, qui répondait vraisemblablement à des impératifs liturgiques, semble avoir été de règle sur les sièges d’évêchés à partir de la fin du IVe et du début du Ve siècle : de cette époque datent les célèbres « cathédrales doubles » de Trèves et de Genève. À Rouen, l’église sud – ancêtre de la cathédrale du Moyen Âge – allait plus tard être placée sous le vocable de Notre-Dame ; quant à l’église nord, elle fut sans doute dédiée à saint Étienne, le « protomartyr ».

Notes

1 Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, t. 2, Paris, Fontemoing, 1910, p. 204.

2 L. Duchesne, op. cit., p. 206.

3 Patrologie latine, t. 20, col. 437.

4 Nancy Gauthier et Michel Fixot, Topographie chrétienne, p. 29-30.

5 Lanfry 1963 contient l’édition et la traduction du De laude sanctorum.

6 Ibid., p. 75.

7 J. Le Maho, « Les fouilles de la cathédrale de Rouen de 1985 à 1993. Esquisse d’un premier bilan », Archéologie médiévale, 1994, t. 24, p. 6-13.

8 Du même auteur : « La cathédrale double de Rouen. État actuel du dossier », Antiquité tardive, no 4, 1996, p. 87-90.

Table des illustrations

Titre 1 - Situation du complexe épiscopal au sein de la cité antique et du haut Moyen âge ; en tireté, les cimetières suburbains.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 2 - Vestiges de la basilique de la cour d’Albane, vus du nord (photo Ellebé).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540