Version classiqueVersion mobile

Mémoires d'une inconnue

 | 
Christophe Martin

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Lenglet Du Fresnoy, De l’usage des romans, Amsterdam, Veuve de Poliras, 1734, p. 264.

1Entre ces deux lieux rêvés (le carrosse appartient au fantasme des origines et l’appartement reste du domaine de l’optatif), se déploie l’espace d’un roman qui laisse la plus large place aux pouvoirs du récit et de la fabulation. Cette activité fabulatrice peut d’autant moins être assimilée à une création verbale mensongère que son effet n’est pas de dissimuler une réalité secrète ou honteuse mais au contraire de faire advenir dans le réel ce qui est d’abord une chimère ou un pur objet de discours. C’est en se livrant à une activité fabulatrice intense que Marianne finit par donner corps à son rêve. La valeur métafictionnelle d’un tel phénomène semble assez évidente : tout se passe comme si Marivaux rejoignait implicitement la réflexion de Lenglet Du Fresnoy dans De l’usage des romans (1734) prenant à revers les critiques habituellement adressées au genre romanesque et proposant d’en faire un objet d’imitation non pas sur le plan moral (comme le voulait la tradition héroïque de l’exemplum positif) mais sur un plan purement esthétique. Si l’objet imaginaire construit par le roman peut susciter l’imitation du lecteur, ce n’est pas en raison de sa valeur morale mais en raison de sa beauté : « dans le roman, toute passion devient vertu, et c’est le plus bel éloge qu’on en pourra faire. Qu’on en fasse le même usage dans la vie civile et tout ira bien1. »

Notes

1 Lenglet Du Fresnoy, De l’usage des romans, Amsterdam, Veuve de Poliras, 1734, p. 264.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search