Version classiqueVersion mobile

Mémoires d'une inconnue

 | 
Christophe Martin

Chapitre 4. Fables du sujet et fictions de l’origine

Texte intégral

Si nous savons vivre, nous savons encore mieux parler ; et notre discours est ce qu’il y a de plus réel dans nos mœurs.
Lenglet Du Fresnoy, De l’usage des romans (1734)

  • 1 Pour emprunter les formules de Deleuze au sujet du cinéma de Rohmer (Cinéma 2. L’Image-temps, Pari (...)
  • 2 Marthe Robert, Roman des origines, origines du roman, Paris, Gallimard, 1972.
  • 3 Georges Benrekassa, « Marianne, l’histoire et les signes : l’horizon du réel », Fables de la perso (...)
  • 4 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 407.

1Dans La Vie de Marianne, l’efficace de l’imaginaire est donc une composante essentielle de la réussite de l’héroïne. Née de parents inconnus, dénuée de toute protection, livrée à elle même dans les rues de Paris, Marianne parvient à s’introduire dans la bonne société non par des ruses de la raison ou des artifices longuement prémédités mais par son instinct et surtout sa croyance obstinée à la fable de sa noble ascendance. Marivaux prolonge ici la veine quichottesque explorée, on l’a vu, dans ses romans de jeunesse, mais il l’infléchit plus nettement encore dans une direction très particulière, mettant en scène la parole de Marianne comme « affabulation réalisante », créatrice de l’événement1. Incidemment, la mémorialiste ne manque pas de souligner qu’avant même d’arriver à Paris, elle « avait lu quelques romans à la dérobée » (p. 91). Encore faut-il ne pas s’y tromper : nulle anticipation du bovarysme ici. Loin d’être la cause ou le signe d’une inadaptation pathologique à la réalité, l’imagination romanesque de Marianne et sa propension à concevoir sa vie comme une histoire sont au contraire ce qui lui permet d’enchanter le réel : c’est en se racontant son beau roman de petite princesse infortunée qu’elle parvient à susciter la compassion ou le désir d’honnêtes gens qui semblent eux-mêmes à peine moins sujets à l’intoxication romanesque que les héros de Pharsamon. Le « roman des origines » dont se berce Marianne est certes le fantasme à travers lequel elle se conçoit, mais il est surtout ce qui informe toutes ses actions et leur donne leur pleine efficacité. C’est dire que les catégories posées par Marthe Robert2 sont en somme subverties par anticipation dans La Vie de Marianne. Car l’héroïne « est bien une enfant trouvée ; mais c’est une enfant trouvée qui ne peut pas tourner le dos au monde et nous savons (dans le seul ordre du discours, il est vrai) qu’elle ne l’a pas fait, bien qu’elle en ait eu la tentation. Mais les voies conquérantes du bâtard lui sont interdites3 ». Ou plus exactement peut-être, les « voies conquérantes » qu’emprunte Marianne lui sont paradoxalement offertes par son adhésion enchantée au mythe de l’enfant trouvée. Il apparaît ainsi, comme l’a souligné René Démoris, que « la fonction fabulatrice, loin d’être une espèce de maladie, est à l’œuvre dans l’existence la plus quotidienne, qu’elle est une fonction permanente dans la conduite humaine » : « C’est toute sa vie, et pas seulement à son terme, que l’être se raconte à lui-même une histoire qui n’est peut-être pas vraie, mais qui présente l’avantage d’être à la fois agréable et utile : n’est-ce pas la prétention du roman4 ? » D’où l’importance capitale des nombreux récits que Marianne fait de sa propre histoire tout au long du roman.

RÉCIT DES ORIGINES, ORIGINES DU RÉCIT

  • 5 Ugo Dionne, « Les bégaiements du cœur et de l’esprit », art. cité, p. 146.

2Tout au long de son parcours, Marianne est amenée, en effet, à faire le récit de sa propre histoire aux différents personnages qu’elle rencontre. En elle-même, une telle situation n’a rien d’original : il était banal, dans le roman de l’âge classique, que chaque nouvelle rencontre soit l’occasion d’un récit, contribuant ou non au dénouement de l’intrigue principale. Mais dans La Vie de Marianne, ce modèle présente une singularité remarquable (particulièrement sensible lors de la rencontre de Marianne avec Mlle Varthon, p. 435 et suiv.) : alors que d’ordinaire, seule l’histoire du personnage rencontré était développée, celle du héros faisant l’objet d’un bref rappel, voire d’une élision, dans La Vie de Marianne, c’est précisément « cette histoire occultée, cet aveu redondant que Marivaux reproduit ; à chaque rencontre, c’est bien son histoire que Marianne rappelle (au lecteur) en l’apprenant (à un nouvel interlocuteur5) ». Comment expliquer, chez Marivaux, cette indifférence complète aux redites, ou plutôt cette obstination à ne pas abréger le récit de ce que le lecteur connaît déjà ? S’agit-il de lui offrir des récapitulations l’aidant à se remémorer les éléments essentiels de l’intrigue et compensant les longues interruptions occasionnées par le délai des livraisons périodiques du roman ? Une telle hypothèse, certes non dénuée de pertinence, ne saurait être totalement satisfaisante. Étant donné la minceur de la matière proprement narrative de La Vie de Marianne, le risque que le lecteur ait oublié l’épisode inaugural de l’accident du carrosse et les quelques événements essentiels dont se compose l’histoire de Marianne paraît en réalité assez faible. La fréquence du phénomène et son caractère systématique rendent en outre cette explication d’autant moins probante que certaines parties ne comportent pas moins de deux récits récapitulatifs (parties V et VII).

  • 6 Jan Herman, « Variations sans thème… », art. cité, p. 16.
  • 7 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 34.
  • 8 Ibid.

3Comment expliquer dès lors cette infraction flagrante à la loi d’économie narrative propre au roman de l’âge classique ? à quelle nécessité renvoie ce « phénomène d’autorépétition » qui semble bien être « une propriété constitutive de la narration de Marianne6 » ? Pourquoi le romancier se livre-t-il avec une telle virtuosité à ce qui finit par s’apparenter à « un “exercice de style” à la Queneau7 » ? Est-ce « pour rester plus proche du vrai ? pour introduire quelques subtiles nuances dans la diction qui, du même coup, révèle la personnalité de celui qui raconte ? Pour obliger le lecteur à retourner incessamment au point de départ du récit ? Parce que le commencement a une valeur véritablement obsessionnelle8 ? ». Aucune de ces hypothèses ne saurait être écartée, à l’exception toutefois de la première. Car l’idée que mettent à mal ces incessantes variations autour du récit des origines de Marianne est précisément celle d’une vérité originelle à laquelle ces différentes versions seraient plus ou moins fidèles. Certes le récit premier écarte toute idée de fabulation romanesque et semble vouloir se borner à rappeler la stricte « vérité ». Encore faut-il ne pas minorer certaines précisions essentielles de la mémorialiste (p. 60) :

Il y a quinze ans que je ne savais pas encore si le sang d’où je sortais était noble ou non, si j’étais bâtarde ou légitime. Ce début paraît annoncer un roman : ce n’en est pourtant pas un que je raconte ; je dis la vérité comme je l’ai apprise de ceux qui m’ont élevée.

4Ce premier récit des origines, le seul qu’assume directement la mémorialiste, n’a donc d’autre privilège que d’être, précisément, le premier dans l’ordre du récit. Car il n’est lui-même qu’un discours rapporté, ou plutôt la répétition d’un récit antérieur, élaboré par ceux qui ont recueilli la petite Marianne, et plus précisément par la sœur du curé. Faut-il y voir une allusion malicieuse à un penchant pour l’affabulation qui serait un trait plus spécifiquement féminin ? Au terme de ce premier récit, Marianne y insiste en tout cas : « c’est de la sœur de ce curé que je tiens tout ce que je viens de vous raconter » (p. 62). Ce récit « vrai » émane donc d’une femme qui n’y était pas plus que Marianne : « car ce n’est pas y être que d’éprouver [un tel malheur] à l’âge de deux ans ».

  • 9 L’étrangeté du point de vue adopté est particulièrement frappante dans le paragraphe suivant : « P (...)

5D’un point de vue narratologique, ce premier récit présente donc la particularité remarquable d’être fondé sur ce qu’on pourrait appeler un « débordement » de la focalisation interne, pour ne pas dire sur une focalisation aberrante puisque littéralement, la scène de l’attaque du carrosse n’a été vue de personne qui puisse en témoigner9. Seul rescapé, le chanoine de Sens s’est enfui à tout jamais. Quant au laquais blessé, il ne survit que pour révéler dans son agonie « que son maître et sa maîtresse venaient d’être tués ». Mais, comme le souligne plaisamment la narratrice, « cela n’apprenait rien » (p. 61).

  • 10 Voir : Christophe Martin, « De quelques ressemblances imaginaires dans l’œuvre de Marivaux », dans(...)

6Dès lors, l’hypothèse de la noblesse de Marianne ne saurait se fonder que sur de vagues indices (la perception d’une ressemblance chez Marivaux est toujours liée au registre de l’imaginaire10) et sur les fragiles conjectures auxquelles se livrent ceux dont le discours est en l’occurrence à peu près dépourvu de toute autorité (p. 61) :

Si l’une des deux était ma mère, il y avait plus d’apparence que c’était la jeune et la mieux mise, parce qu’on prétend que je lui ressemblais un peu, du moins à ce que disaient ceux qui la virent morte, et qui me virent aussi, et que j’étais vêtue d’une manière trop distinguée pour n’être que la fille d’une femme de chambre.

  • 11 Fontenelle, De l’origine des fables [1714], dans Rêveries diverses. Opuscules littéraires et philo (...)

7Marivaux semble nettement ici faire écho aux analyses de Fontenelle dans De l’Origine de fables expliquant que la propension de l’esprit humain à l’affabulation est telle qu’il se nourrit des plus petites circonstances. Car « à mesure que l’on est plus ignorant, et que l’on a moins d’expérience, on voit plus de prodiges11 ». Or, quel événement pour les habitants de ce village que cette attaque de carrosse et l’irruption soudaine de cette enfant miraculée (p. 64) :

Quand [ces dames] parlaient de moi, elles ne disaient point cette petite fille ; c’était toujours cette aimable enfant. Était-il question de mes parents, c’était des étrangers, et sans difficulté de la première condition de leur pays ; il n’était pas possible que cela fût autrement, on le savait comme si on l’avait vu : il courait là-dessus un petit raisonnement que chacune d’elles avait grossi de sa pensée et qu’ensuite elles croyaient comme si elles ne l’avaient pas fait elles-mêmes.

8Comment faire plus directement écho aux thèses de Fontenelle ?

  • 12 Ibid.

Quand nous racontons quelque chose de surprenant, notre imagination s’échauffe sur un objet, et se porte d’elle-même à l’agrandir et à y ajouter ce qui y manquerait pour le rendre tout à fait merveilleux, comme si elle avait regret de laisser une belle chose imparfaite. De plus, on est flatté des sentiments de surprise et d’admiration que l’on cause à ses auditeurs, et on est bien aise de les augmenter encore, parce qu’il semble qu’il en revient je ne sais quoi à notre vanité. Ces deux raisons jointes ensemble, sont que tel homme qui n’a point dessein de mentir en commençant un récit un peu extraordinaire, pourra néanmoins se surprendre lui-même en mensonge, s’il y prend bien garde ; et de-là vient que l’on a besoin d’une espèce d’effort, et d’une attention particulière pour ne dire exactement que la vérité. Que sera-ce après cela de ceux qui naturellement aiment à inventer et à imposer aux autres12 ?

  • 13 Marivaux fait cette fois plaisamment écho non plus à Fontenelle mais à la célèbre lettre 30 des Le (...)

9Il est vrai (on l’a vu) que l’imagination des villageois bientôt se lasse et qu’« au bout de six mois, cette aimable enfant ne fut plus qu’une pauvre orpheline13 » (p. 64). Mais le mécanisme de l’affabulation n’en est pas moins enclenché selon un processus assez analogue à celui qu’analyse Fontenelle :

  • 14 Fontenelle, De l’origine des fables, op. cit., p. 98.

Les récits que les premiers hommes firent à leurs enfants, étant donc souvent faux en eux-mêmes parce qu’ils étaient faits par des gens sujets à voir bien des choses qui n’étaient pas, et par dessus cela ayant été exagéré, ou de bonne foi, selon que nous venons de l’expliquer, ou de mauvaise foi, il est clair que les voilà déjà bien gâtés dès leur source. Mais assurément ce sera encore bien pis quand ils passeront de bouche en bouche ; chacun en ôtera quelque petit trait de vrai, et y en mettra quelqu’un de faux, et principalement du faux merveilleux qui est le plus agréable14.

  • 15 Jean-Pierre Faye, Le récit hunique. Essai, Paris, Seuil, 1967, p. 255. C’est cette perspective de (...)

10Tout se passe comme si, dans La Vie de Marianne, ce phénomène de transmission et d’altération du récit des origines était représenté non pas à l’échelle d’une communauté d’individus ou d’une succession de générations, mais à l’échelle du sujet lui-même. Car, comme l’a fort bien noté Jean-Pierre Faye, « au commencement de la vie de Marianne est l’histoire de sa petite enfance […] : l’attaque du carrosse sur la route de Bordeaux, le meurtre des parents. [Dès lors tout] le roman sera de conter inlassablement [cette histoire]. Toute l’action exercée par la jeune fille sans nom – toute l’action en même temps – ne consistera qu’en la transmission de ce récit là, avec ses successives altérations15 ».

  • 16 Marc Escola, « Le Paysan parvenu ou les romans possibles », art. cité, p. 46.

11Non seulement, Marianne est vouée à ne produire un récit de ses origines qui ne peut être que la répétition d’une parole plus ou moins affabulatrice, mais les mémoires que rédige la narratrice ne sauraient donc avoir d’autre privilège que d’être l’ultime variation sur ce récit des origines. Le premier récit des origines dans le temps de la narration est aussi le dernier dans le temps de la fiction. Loin de pouvoir donner accès à une quelconque vérité, il est donc le plus éloigné de l’origine indécidable de Marianne. À tout le moins, et dans la mesure où le récit de la mémorialiste (dans La Vie de Marianne comme dans Le Paysan parvenu) est fait « non seulement de la visée rétrospective d’un narrateur mais aussi des relations partielles que le personnage agissant est amené à formuler aux différents moments de sa propre histoire », il faut comprendre que « la narration elle-même n’est jamais qu’un récit parmi d’autres16 ». C’est dire à quel point, on l’a vu, le phénomène du « double registre » consubstantiel au roman à la première personne se complexifie dans La Vie de Marianne puisqu’il est comme annulé dans son principe, le récit de la mémorialiste n’étant pas d’une autre nature que celui que Marianne produit tour à tour devant Mme de Miran, Valville, Climal, l’abbesse du couvent où elle est enlevée, le conseil de famille, ou encore Mlle Varthon. Même si la narratrice englobe dans ses mémoires tous les récits qu’elle a pu faire de sa vie, celui qu’elle rédige n’est jamais que l’un des récits possibles, l’une des interprétations de son parcours biographique.

POUVOIRS DU RÉCIT

  • 17 Georges Benrekassa, « Marianne, l’histoire et les signes : l’horizon du réel », art. cité, p. 39.
  • 18 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 409.

12C’est ainsi qu’« au plan du récit, l’affabulation est comme pervertie par un système d’échos et de redondances17 ». Car lorsque Marianne est amenée à formuler le récit de tout ou partie de son existence, il apparaît clairement que « la fonction fabulatrice n’est pas désintéressée18 ». Comme le lecteur peut aisément le vérifier en confrontant les différentes versions de ces événements, la jeune fille procède à une sélection des traits de son histoire qu’elle juge utiles dans la circonstance où elle se trouve et efficace sur le public auquel elle s’adresse. Dès lors, le récit de la mémorialiste ne saurait apparaître que comme le produit d’une opération de même nature que ces récits partiels, et une reconfiguration non moins sélective des données biographiques. Que le roman à la première personne implique un narrateur intéressé à l’image qu’il donne de lui-même est une donnée structurelle du genre. Mais dans La Vie de Marianne, ce phénomène se trouve comme redoublé par la multiplication des récits de soi au sein de la fiction.

  • 19 Jean-Paul Sermain, Rhétorique et roman au dix-huitième siècle, op. cit., p. 48.

13Savoir se raconter est une aptitude d’autant plus nécessaire pour Marianne qu’en raison de son statut social indécidable, elle ne peut se prévaloir d’aucune légitimité, d’aucun droit qui justifierait à l’avance son discours. D’où le fait que l’histoire de Marianne soit aussi et peut-être avant tout le récit d’un apprentissage du récit, dont Marianne apprend à maîtriser les enjeux et les pouvoirs. Le récit de soi apparaît régulièrement, au sein de l’histoire, comme un enjeu et parfois même comme une des conditions de sa survie sociale : « chacun de ces récits autobiographiques prend appui sur celui qui le précède pour conduire l’héroïne un peu plus loin dans la voie de la réussite, jusqu’au moment où la comtesse âgée, prend la plume et rédige ses mémoires19. »

14Au début de son parcours, Marianne, on l’a vu, ne mesure pas encore l’extraordinaire pouvoir de séduction que recèle virtuellement le récit de ses origines. L’inexpérience de la jeune fille la conduit à faire le choix des larmes plutôt que celui du récit. Les pleurs remplissent certes fort bien leur office, puisqu’elles lui donnent « je ne sais quel air de dignité romanesque » qui en impose au jeune homme et corrige d’avance la médiocrité de son état (p. 140). Mais le récit de ses infortunes eût exercé un charme encore bien plus puissant sur Valville, tant il est vrai qu’« il y a de certaines infortunes qui embellissent la beauté même, qui lui prêtent de la majesté. Vous avez alors, avec vos grâces, celles que votre histoire, faite comme un roman, vous donne encore ». Des malheurs aussi singuliers ne sauraient être que le signe distinctif d’une héroïne de roman. La première rencontre avec Valville est donc aussi l’histoire d’un récit manqué.

15À ce point de vue, la rencontre avec Mme de Miran signale pour Marianne la fin d’une innocence (toujours relative au reste). Loin d’esquiver le récit de ses infortunes, Marianne prend au contraire conscience de ses vertus romanesques et pathétiques, autrement dit de sa valeur rhétorique, y voyant justement son seul « recours » ainsi qu’elle le révèle ultérieurement à Climal : « j’étais comme au désespoir ; elle vit que je fondais en larmes, cela la toucha. On me pressa de dire ce qui m’affligeait. […] Je n’avais point d’autre ressource que de faire compassion, et je contai tout, mes premiers malheurs et les derniers » (p. 319). L’attitude de Marianne à l’égard de son récit n’a donc plus la valeur immédiate et spontanée qu’elle avait encore face à Valville dans la partie précédente. Susciter intérêt, désir et compassion est devenue une aptitude rhétorique (la mémorialiste désigne d’ailleurs sa prise de parole comme une « petite harangue », p. 219) et le récit de soi un acte, qui peut réussir ou échouer. Rien ne l’atteste mieux, au reste, que l’effet différencié de son discours sur les deux auditrices de Marianne. L’histoire de la jeune fille refroidit immédiatement, en effet, l’enthousiasme de la prieure, qui se réjouissait déjà d’accueillir une « prédestinée » (p. 216). Du récit des infortunes de Marianne, la prieure ne déduit qu’une incapacité rédhibitoire à payer la moindre pension. Est-ce à dire que le récit de Marianne n’est qu’un demi-succès ? Nullement, car en se fiant à son instinct, elle a su immédiatement détecter qu’elle n’avait rien à attendre de la religieuse (p. 215) :

L’accueil de la prieure, tout avenant qu’il était, m’avait découragée. Je n’espérais plus rien d’elle, sans que je pusse dire pourquoi : c’était ainsi que son abord m’avait frappée, et cela revient à ces superficies dont je parlais, et que je ne démêlais pas alors. Elle va me plaindre, et ne me secourra pas, me disais-je ; il n’y a rien à faire.

16Dès lors, la seule destinataire de son récit est Mme de Miran. C’est uniquement en fonction de l’effet à produire sur elle que Marianne organise son discours. Selon une procédure proche de ce que l’ancienne rhétorique appelait l’enthyméme, tout son récit (à la fois dans sa matière et dans sa manière) est conçu pour que la dame qu’elle vient à peine de rencontrer y voie le signe irréfutable d’une âme bien née (d’où aussi l’insistance du récit sur sa vertueuse résistance aux offres de Climal). De ce point de vue, on l’a dit, c’est peu dire que le récit de Marianne est une réussite : « Et moi, je ne souffrirai point qu’une fille aussi bien née y soit jamais réduite », s’exclame aussitôt Mme de Miran (p. 220). Plus obscurément, Marianne semble avoir su combler en Mme de Miran un désir – maternel, amoureux ou peut-être narcissique si l’on relève le caractère spéculaire de leur nom Miran/Marianne – jusqu’alors en attente d’un corps qui puisse en être l’objet. Tout, en effet, dans son récit semble désigner en creux une place à prendre, celle d’une mère qui puisse se substituer à celles qui ne sont plus, la mère à jamais inconnue et la sœur du curé (p. 217) :

Je n’avais que deux ans […] quand [mes parents] ont été assassinés par des voleurs qui arrêtèrent un carrosse de voiture où ils étaient avec moi ; leurs domestiques y périrent aussi ; il n’y eut que moi à qui on laissa la vie, et je fus portée chez un curé de village, qui ne vit plus, et dont la sœur, qui était une sainte personne, m’a élevée avec une bonté infinie ; mais malheureusement elle est morte ces jours passés à Paris, où elle était venue, tant pour la succession d’un parent qu’elle n’a pas recueillie à cause des dettes du défunt, que pour voir s’il y aurait moyen de me mettre dans quelque état qui me convînt. J’ai tout perdu par sa mort ; il n’y avait qu’elle qui m’aimait dans le monde, et je n’ai plus de tendresse à espérer de personne : il ne me reste plus que la charité des autres ; aussi n’est-ce qu’elle et son bon cœur que je regrette, et non pas les secours que j’en recevais.

17Prenant soin de gommer tous les éléments de l’histoire inutiles à l’effet visé (le chanoine de Sens qui s’enfuit, le voyageur qui veut résister, etc.), Marianne multiplie les négations restrictives comme autant d’invitations subliminales à combler ce vide que le discours ne cesse de désigner. De fait, la réaction de Mme de Miran répond exactement à cette attente : « Reprenez courage, mademoiselle ; vous pouvez encore prétendre à une amie dans le monde : je veux vous consoler de la perte de celle que vous regrettez, et il ne tiendra pas à moi que je ne vous sois aussi chère qu’elle vous l’a été » (p. 220). Et plus tard : « qu’il ne vous arrive donc plus, tant que je vivrai, de dire que vous êtes orpheline, entendez-vous ? » (p. 247).

18Dès lors, chacun des récits de Marianne sera pensé par elle comme un acte et configuré pour faire produire à l’auditeur une interprétation donnée, forcément valorisante. Encore faut-il ne pas s’y tromper : tous les récits de Marianne ne visent pas à l’ennoblir, et elle se garde bien de se peindre toujours « dans le grand » (p. 436). Devant Valville et Mme de Miran, devant l’abbesse du couvent où elle a été enlevée, devant le conseil de famille, Marianne se peint au contraire « dans le petit », et reconfigure son récit pour produire un effet de parfaite humilité :

Il n’y a qu’à considérer qui je suis. Je vous ai déjà dit que j’ai perdu mon père et ma mère : ils ont été assassinés dans un voyage dont j’étais avec eux, dès l’âge de deux ans ; et depuis ce temps ; voici, monsieur, ce que je suis devenue. C’est la sœur d’un curé de campagne qui m’a élevée par compassion. Elle est venue à Paris avec moi pour une succession qu’elle n’a pas recueillie ; elle y est morte, et m’y a laissée seule sans secours dans une auberge. […]
Vous m’aimez ; que me conseillez-vous de faire de votre amour, après ce que je viens de vous dire ? Il faut regarder que les malheureux à qui on fait la charité ne sont pas si pauvres que moi ; ils ont du moins des frères, des sœurs, ou quelques autres parents ; ils ont un pays, ils ont un nom avec des gens qui les connaissent ; et moi, je n’ai rien de tout cela. N’est-ce pas là être plus misérable et plus pauvre qu’eux ? (p. 261-262)
Eh ! Madame, Madame, et moi je vous demande quartier là-dessus, lui dis-je de ce ton naïf et hardi qu’on a quelquefois dans une grande douleur. Je vous assure que c’est un sujet sur lequel il ne me reste plus de réflexions à faire, non plus que d’humiliations à essuyer. Je ne sais que trop ce que je suis, je ne l’ai caché à personne, on peut s’en informer, je l’ai dit à tous ceux que le hasard m’a fait connaître, je l’ai dit à M. de Valville, qui est celui dont vous parlez ; je l’ai dit à Mme de Miran sa mère ; je lui ai représenté toutes les misères de ma vie, de la manière la plus forte et la plus capable de les rebuter ; je leur en ai fait le portrait le plus dégoûtant ; j’y ai tout mis, madame, et l’infortune où je suis tombée dès le berceau, au moyen de laquelle je n’appartiens à personne, et la compassion que des inconnus ont eue de moi dans une route où mon père et ma mère étaient étendus morts ; la charité avec laquelle ils me prirent chez eux, l’éducation qu’ils m’ont donnée dans un village, et puis la pauvreté où je suis restée après leur mort ; l’abandon où je me suis vue, les secours que j’ai reçus d’un honnête homme qui vient de mourir aussi, ou bien, si l’on veut, les aumônes qu’il m’a faites. (p. 370-371) Oui, madame, je ne suis qu’une étrangère, qu’une malheureuse orpheline, que Dieu, qui est le maître, a abandonnée à toutes les misères imaginables : mais quand on viendrait m’apprendre que je suis la fille d’une reine, quand j’aurais un royaume pour héritage, je ne voudrais rien de tout cela, si je ne pouvais l’avoir qu’en me séparant de vous ; je ne vivrais point si je vous perdais ; je n’aime que vous d’affection ; je ne tiens sur la terre qu’à vous qui m’avez recueillie si charitablement, et qui avez la générosité de m’aimer tant, quoiqu’on tâche de vous en faire rougir, et quoique tout le monde me méprise. (p. 412)

19Dans tous ces récits, Marianne prend bien garde de s’appesantir sur les signes qui lui font croire en sa probable noblesse. Elle fustige au contraire sa misère et sa pauvreté, et ne manque pas d’insister sur les dégradantes aumônes et les actes de charité qui lui ont permis de survivre depuis le fameux accident de carrosse.

20Mais comme on l’a vu, ces récits apparemment humiliants ont toujours un effet bénéfique pour Marianne. La séquence du conseil de famille permet de mieux comprendre cet apparent paradoxe en révélant à quel point la version noble de son histoire se révèle, en certaines circonstances, d’une efficacité limitée. Mme de Miran, en effet, s’est d’abord fermement engagée (que ce soit par conviction intime ou par un choix tactique, pour contrer les sarcasmes de sa parente) du côté de la grandeur et de la noblesse : « Car enfin, madame, puisque vous êtes instruite de ce qui lui est arrivé, vous savez donc qu’on a des indices presque certains que son père et sa mère, qui furent tués en voyage lorsqu’elle n’avait que deux ou trois ans, étaient des étrangers de la première distinction » (p. 404). Mais tout en prêtant une oreille bienveillante à cette histoire, le ministre souligne, non sans ménagement pour Mme de Miran, les évidentes fragilités de cette configuration noble du récit de Marianne, qui ne repose sur aucune certitude et suppose un acte de croyance à laquelle nul ne saurait être contraint : « J’avoue, reprit-il, qu’il est probable, sur tout ce que vous nous rapportez, que la jeune enfant a de la naissance : mais la catastrophe en question a jeté là-dessus une obscurité qui blesse, qu’on vous reprocherait, et dont nos usages ne veulent pas qu’on fasse si peu de compte » (p. 408).

  • 20 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 221.

21Prenant la parole à son tour, Marianne évite donc soigneusement toute revendication de noblesse et s’évertue au contraire à peindre le tableau le plus humble de sa misère et de son néant. Manifesterait-elle ainsi « qu’elle n’entend pas exister autrement que comme orpheline, petite fille qui n’a rien et qui n’est rien, comme si un malentendu sur ce point, même à son avantage, était une atteinte à son honneur20 » ? Il semble plutôt qu’en reconfigurant son récit dans le sens de l’humilité, Marianne ait plus que jamais conscience que sa seule « ressource » est de « faire compassion » (comme face à Mme de Miran). Et c’est en s’abstenant de revendiquer une quelconque noblesse sociale qu’elle trouve le moyen de manifester avec d’autant plus d’éclat sa touchante noblesse morale. Le ministre ne peut dès lors que s’avouer « vaincu », et consacrer le triomphe du récit humble (« la noblesse de vos parents est incertaine, mais celle de votre cœur est incontestable », p. 415), lequel, un peu plus tôt, avait déjà su vaincre les résistances de l’abbesse (« vous êtes digne de la tendresse de Mme de Miran, et de sa complaisance pour les sentiments de son fils, en vérité très digne », p. 373).

LE CONFLIT DES INTERPRÉTATIONS

  • 21 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 409.

22Cet apprentissage du récit est toutefois loin d’être un chemin sans embûche, et les triomphes les plus éclatants de l’héroïne alternent avec de cruelles déconvenues. Car les pouvoirs du récit sont éminemment réversibles, et il suffit que les données de l’histoire de Marianne soient réagencées dans un sens malveillant pour que tout le bel édifice romanesque ou pathétique s’effondre. C’est ainsi que « le rappel par Varthon de l’interprétation « basse » de ses aventures plonge effectivement Marianne dans le désespoir21 ». Sans doute pour se mettre au diapason de sa nouvelle amie (noble étrangère et quasi orpheline, qui lui offre un reflet idéalisé de sa propre histoire), Marianne a imprudemment écarté la variante humble de son récit, se laissant aller à un emportement d’imagination qui la pousse à se peindre en illustre infortunée (p. 435-436) :

Mon récit devint intéressant ; je le fis, de la meilleure foi du monde, dans un goût aussi noble que tragique ; je parlai en déplorable victime du sort, en héroïne de roman, qui ne disait pourtant rien que de vrai, mais qui ornait la vérité de tout ce qui pouvait la rendre touchante, et me rendre moi-même une infortunée respectable.

23À certains égards, Marianne semble ici rejoindre la mémorialiste dans son statut de romancière virtuelle. Mais les pouvoirs du roman demandent une maîtrise que la jeune femme semble ne pas avoir encore acquise. De manière quasi symbolique, elle laisse son récit inachevé. Or, c’est cette suspension de son histoire qui rend possible l’infidélité de Valville (le récit lacunaire n’a pas permis à Mlle Varthon d’identifier le jeune homme comme l’amant de Marianne). Bien plus, cette interruption laisse à celle qui, dans l’intervalle, est devenue sa rivale l’opportunité de lui infliger une version de sa propre histoire d’autant plus humiliante qu’elle se pique de ne pas la prendre à son compte (p. 473) :

Ah çà ! Voyons ! vous m’avez conté votre histoire, ma chère Marianne ; mais il y a bien de petits articles que vous ne m’avez dits qu’en passant, et qui sont extrêmement importants, qui ont pu vous nuire. Valville, qui vous aimait, ne s’y est point arrêté, il ne s’en est point soucié ; et il a bien fait. Mais votre histoire a éclaté ; ces petits articles ont été sus de tout le monde, et tout le monde n’est pas Valville, n’est pas Mme de Miran ; les gens qui pensent bien sont rares.

24Avec une précision redoutable, Varthon décrit un mécanisme conduisant l’héroïne à perdre la maîtrise du roman qu’elle s’est inventée. Littéralement, son œuvre lui échappe, et se diffracte à travers le monde en mille « petits articles » qui dépouillent l’histoire de Marianne de toute son aura, la mettant cruellement à nu (p. 473-474) :

Cette marchande de linge chez qui vous avez été en boutique ; ce bon religieux qui a été vous chercher du secours chez un parent de Valville ; ce couvent où vous avez été vous présenter pour être reçue par charité ; cette aventure de la marchande qui vous reconnut chez une dame appelée Mme de Fare ; votre enlèvement d’ici, votre apparition chez le ministre en si grande compagnie ; ce petit commis qu’on vous destinait à la place de Valville, et cent autres choses qui font, à la vérité, qu’on loue votre caractère, qui prouvent qu’il n’y a point de fille plus estimable que vous, mais qui sont humiliantes, qui vous rabaissent, quoique injustement, et qu’il est cruel qu’on sache à cause de la vanité qu’on a dans le monde : tout cela, dis-je, dont Valville m’a rendu compte, lui a été représenté.

25La seule ressource qui s’offre alors à Marianne est d’en revenir elle-même à une interprétation superlativement humble de sa propre histoire, dans une sorte de surenchère dans l’humiliation. Manière de se réapproprier le récit de sa vie, en privant sa rivale de tout argument, et surtout d’offrir une parodie du récit malveillant colporté par Varthon afin de lui ôter toute valeur (p. 475) : « je vous passe l’énumération de tous les opprobres dont notre mariage le couvrirait. Oui, je ne suis plus rien ; la moindre des créatures est plus que moi ; je n’ai subsisté jusqu’ici que par charité : on le sait, on me le reproche ; vous me le répétez, vous m’écrasez, et en voilà assez. »

  • 22 De même, dans Le Paysan parvenu, l’irruption du chevalier en plein rendez-vous galant chez la Rémy (...)
  • 23 Florence Magnot-Ogilvy, La parole de l’autre dans le roman-mémoires, op. cit., p. 154. On comparer (...)

26Dans La Vie de Marianne, un récit n’est donc jamais fait une fois pour toutes ; il est toujours susceptible d’être repris, parodié, reconfiguré, réinterprété. Que ce conflit des interprétations soit un enjeu essentiel de l’intrigue, c’est ce qui apparaissait dès la cinquième partie, dans une séquence capitale de l’intrigue. Lors de l’irruption brutale de Mme Dutour chez Mme de Fare qui réduit Marianne au silence22 (« pas un mot de ma part, j’étais anéantie », p. 334), la jeune fille se trouve en effet comme « rattrapée » par sa propre histoire, perdant toute maîtrise sur le récit de sa vie. Avec Mme Dutour, c’est un passé inavouable et comme refoulé qui fait retour, revenant hanter un présent fondé sur l’oubli ou le déni d’un épisode pourtant encore très récent de l’histoire de Marianne. Parodie d’une scène de reconnaissance qui, dans sa version noble, n’aura jamais lieu (sauf dans l’histoire de Tervire, mais sur un mode délibérément déceptif, on l’a vu), cette scène est d’autant plus ironique que Marivaux prête alors à Mme Dutour « des paroles qui transmettent au fond le même message pour lequel elle a été chaleureusement remerciée lors de l’épisode de la tourière23 ». Mais l’histoire de Marianne en humble et honnête fille de boutique n’est désormais plus bonne à dire. Le récit de la marchande qui fut si salutaire à l’héroïne à la fin de la troisième partie (il offre au récit de Marianne une caution morale autorisant Mme de Miran à la prendre sous son entière protection) est devenu dans la cinquième partie, le discours le plus inconvenant, plongeant Marianne dans une situation intenable parce qu’elle ne saurait alors produire un récit permettant de tisser une continuité entre le moment présent et son passé dénié. Il incombe donc à Valville de prendre le relais et de développer à l’intention de Mlle de Fare un récit à valeur conjuratoire, rigoureusement antithétique à celui de Mme Dutour, affirmant d’autant plus fermement la noblesse de Marianne que le récit de la lingère l’a plus durement et ingénument mise à mal : « Il est vrai, mademoiselle a été quelques jours chez cette marchande ; elle a perdu son père et sa mère depuis l’âge de deux ans ; on croit qu’ils étaient étrangers ; ils ont été assassinés dans un carrosse de voiture avec nombre de domestiques à eux, c’est un fait constaté ; mais on n’a jamais pu savoir qui ils étaient ; leur suite a seulement prouvé qu’ils étaient gens de condition, voilà tout » (p. 335). Mais, comme le confirmera la plaidoirie de Mme de Miran devant le conseil de famille, un tel récit (parangon de la variante noble de l’histoire de Marianne) ne saurait convaincre que ceux qui sont déjà acquis à la cause de la jeune fille, prêts à faire de sa noblesse un objet de croyance. C’est le cas, en l’occurrence, de Mlle de Fare, destinataire du récit. Mais pour Mme de Fare elle-même, le mal est fait : le discours de Mme Dutour a provoqué le rire de la femme de chambre qui s’est empressée de tout rapporter à sa maîtresse. Ce récit ne nous est pas relaté, mais on peut aisément le reconstituer : il ne saurait être qu’une version altérée et donc encore plus prosaïque du récit déjà fort trivial de la lingère.

27Le mal est-il sans remède ? Pas dans l’absolu en tout cas. Car les pouvoirs du récit sont tels qu’une version de l’histoire peut toujours en corriger une autre, surtout pour un esprit aussi frivole que celui de Mme de Fare, ainsi que Mme de Miran l’explique à Marianne : « je la verrai ensuite, je lui conterai toute ton histoire ; elle est curieuse, elle aime qu’on lui fasse des confidences ; je la mettrai dans la nôtre, et elle m’en sera si obligée, qu’elle sera la première à me louer de ce que je fais pour toi, et qu’elle pensera de ta naissance pour le moins aussi avantageusement que moi, qui pense qu’elle est très bonne » (p. 356). Mais en réalité, l’indiscrétion de Mme de Fare a déjà fait son œuvre, et il ne faudra pas moins de deux récits particulièrement éloquents devant le conseil de famille, celui de Mme de Miran et celui de Marianne, pour apaiser la crise suscitée par le discours de Mme Dutour. Relayé par la femme de chambre, puis par Mme de Fare, le récit de la marchande de toiles déclenche une véritable tempête, entraînant la formation d’un complot de famille, à base d’enlèvement, de mariage arrangé (avec Villot) et de comparution devant un ministre du royaume.

  • 24 Annick Jugan, Les variations du récit dans La Vie de Marianne, op. cit., p. 180.

28C’est donc bien un récit, on le voit, qui constitue l’une des péripéties essentielles de l’intrigue. « Son récit me tuait » écrit la mémorialiste un peu plus tard, à propos des confidences de Mlle Varthon révélant à Marianne l’infidélité de Valville (p. 449). La formule en dit long sur les pouvoirs de la narration dans un roman « dont l’histoire n’avance que par des récits24 ». Objet de récit avant même de pouvoir prendre la parole (l’histoire de son infortune attire vers elle l’attention de tous les cantons voisins, p. 63), Marianne, tout au long de son parcours, trouve sa seule ressource dans les pouvoirs que lui confère son aptitude à transformer sa vie en histoire.

VERTIGES DE L’IDENTITÉ

  • 25 Ibid., p. 212.

29Que le récit soit un enjeu essentiel pour Marianne n’implique pourtant pas d’assimiler cette intense activité narrative à une série de mensonges intéressés. Il serait d’autant plus vain de réduire cette « fonction fabulatrice » à une conduite machiavélique que ses enjeux dépassent largement la question des frontières peut-être indiscernables entre authenticité et mauvaise foi. Originellement dépourvue de toute identité (privée d’état civil et de filiation), Marianne ne peut être que ce qu’elle devient, et dépend entièrement de son aptitude à rendre son histoire intéressante, touchante, ou séduisante. D’où le fait que l’unité ou l’identité de la jeune fille apparaisse encore « moins contradictoire que fuyante » : « Marianne change au cours des événements, non parce que son expérience augmente et que sa personnalité mûrit, mais parce qu’elle se fait d’elle-même successivement des images différentes selon ses différentes réactions aux circonstances25. » Tour à tour coquette et vertueuse, figure de la conquête et du renoncement, vouée au plaisir et aux agréments ou aux souffrances et aux pleurs, Marianne disperse dans le roman une série d’images de soi reliées entre elles par une certaine ressemblance mais que n’unifie aucune continuité profonde. Toutes ces attitudes s’imposent à Marianne comme autant de moments de son existence qui n’ont peut-être ni plus ni moins d’authenticités que d’autres. On ne voit plus, dés lors, quelle continuité profonde relie les différents rôles du sujet Marianne. Celle-ci semble, à bien des égards, n’être que la série projective d’une même instance qui n’existe guère hors de ses métamorphoses.

  • 26 L’Essai philosophique concernant l’entendement humain, de Locke paraît en anglais en 1690, est con (...)
  • 27 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 72.

30Tout se passe comme si Marivaux avait utilisé la thématique croisée de la pícara et de l’illustre infortunée pour illustrer la théorie du sujet empiriste dérivée de la philosophie de Locke qui se fonde sur la discontinuité des qualités du moi et des expériences qu’il peut faire, des sensations qu’il éprouve. L’aptitude de Marianne à fabriquer des récits adaptés à chaque situation et la dispersion des différentes images de soi que ce talent implique ne servent sans doute pas seulement, en effet, à donner une impression de profondeur. Le « vertige » que suscite la multiplication conflictuelle des récits de soi semble lié à la nouvelle manière de concevoir l’homme que Locke a définie à la fin du XVIIe siècle et qui domine tout le siècle suivant26. Le roman marivaudien intègre profondément les conceptions du sujet et du temps élaborées par la philosophie empiriste. Il épouse le dynamisme introspectif de la conscience de soi que Locke a mis au centre de sa théorie de l’entendement humain, indiquant que le sujet se constitue dans une histoire complexe grâce à sa capacité réflexive, par opposition à l’affirmation fondatrice du cogito et au principe cartésien des idées innées. Il semble même, tant cette aptitude à de surprenantes métamorphoses n’est pas l’apanage de Marianne, annoncer les analyses de David Hume pour qui le moi n’est jamais qu’un faisceau de qualités : si chacun peut avoir l’impression d’une sorte de stabilité, rien ne permet de lui assurer une valeur, encore moins une réalité objective. Dans La Vie de Marianne, en effet, « les êtres peuvent changer à tel point qu’ils apparaissent comme totalement autres » : « Valville infidèle est-ce bien encore Valville amoureux27 ? » Et Climal redevenu vertueux au moment de son agonie, est-ce bien encore le Climal faux-dévot, dont l’identité était au reste déjà si clivée que Marianne parlait de « deux Climal » : « M. de Climal, tête à tête avec moi, ne ressemblait point du tout au M. de Climal parlant aux autres : à la lettre, c’était deux hommes différents ; et quand je lui voyais son visage dévot, je ne pouvais pas comprendre comment ce visage-là ferait pour devenir profane, et tel qu’il était avec moi » (p. 97).

  • 28 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 409.

31Mais c’est bien sûr chez Marianne que cette instabilité du sujet est la plus frappante. Chaque moment de son existence tend à prendre une autonomie faute de pouvoir être rapporté à une instance centrale et stable ou à un sujet antérieur. Ainsi, « après l’infidélité de Valville, Marianne peut offrir à Mme de Miran, le spectacle du désespoir amoureux, puis, aussitôt après, découvrir qu’elle est relativement heureuse28 ». Engagé dans un processus d’interaction permanent, le moi de Marianne n’est pas une donnée antérieure à son expression : il ne cesse de se développer et de se modifier dans le mouvement de cette expression de soi, dans la confrontation aux autres, et enfin dans le texte même de ces mémoires que la narratrice adresse à sa destinataire. Aussi la narrativité joue-t-elle un rôle central. Il s’agit, dans La Vie de Marianne, de montrer, en en faisant le récit, la façon dont les dispositions d’un individu s’ordonnent, dans la contingence et l’aléatoire. Ce qui revient à constituer le moi à la fois comme un être historique et comme un pur être de langage. Le moi n’étant que l’expression du moi, il doit faire l’objet d’une histoire.

  • 29 Ibid., p. 408.

32En jouant de la discordance relative des fables de soi qu’élabore le sujet Marianne au fil de son parcours, Marivaux suggère le caractère éminemment contingent, accidentel, fortuit de ce que l’on désigne comme identité. À certains égards, le sujet ne change pas : il n’est que la somme virtuelle de ses différents moments. On ne saurait le reconnaître dans ce qu’il a été ni dans ce qu’il apparaît : « dans une existence, il n’y a donc peut-être pas de continuité réelle qui justifie le récit ; il y a du moins cette continuité imaginaire que le héros, bien avant d’écrire, veut donner à sa vie et qui est la grille à travers laquelle il entend la déchiffrer. Cette intention de continuité fait que le personnage se trouve devant sa vie dans une position assez analogue à celle que connaît l’écrivain en train de bâtir une action29. » La « fonction fabulatrice », qui permet de subsumer hypothétiquement un ensemble disparate d’expériences étrangères les unes aux autres, devient dès lors le seul lieu où se construit et se décompose tout à la fois l’identité du sujet et la formation du moi.

LE CARROSSE ET L’APPARTEMENT

  • 30 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 218 et 220.
  • 31 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 407.

33Cette activité fabulatrice ne saurait donc être réduite à un mensonge ou à une ruse puisqu’elle seule offre non seulement une continuité mais aussi un repère et une identité à l’héroïne. Car la jeune fille agit toujours « en fonction de l’image qu’elle se fait d’elle-même » : « c’est en réfléchissant sur les qualités qu’on estime en elle que Marianne va se fixer une conduite “digne de cette Marianne dont on faisait tant de cas30”. » Autrement dit, « en se racontant sa belle histoire de princesse abandonnée, Marianne se comporte sur ce modèle31 », et c’est en posant à la jeune fille vertueuse – ce qu’elle n’est pas tout à fait encore au début de son parcours – qu’elle tend à le devenir pour de bon. L’abandon aux chimères possède une vocation dynamique et créatrice qui, à certains égards, apparentent la vie de Marianne à un songe. Ainsi, l’échange de regard avec Valville est aussitôt suivi par l’accident de carrosse qui est, pour la jeune fille, le moyen paradoxal d’accomplir son rêve : non seulement rencontrer son prince charmant, mais aussi se donner une nouvelle chance de rouler carrosse. Car tout le parcours de Marianne ne consiste en un sens qu’à retrouver ce qu’en termes aristotéliciens il faudrait appeler son « lieu naturel », autrement dit à remettre le carrosse originel à l’endroit afin de s’y replacer aux côtés d’une autre mère. Que Marianne perçoive les carrosses comme un « lieu naturel » qu’il s’agit de reconquérir, c’est ce qui est fort explicite dans son discours lorsqu’elle revendique une connaissance innée du « monde » qu’ils abritent, familiarité qui, à ses yeux, est à l’évidence un signe de sa noble origine (p. 87) :

Je ne connaissais personne à Paris, je n’en avais vu que les rues, mais dans ces rues, il y avait des personnes de toutes espèces, il y avait des carrosses et dans ces carrosses un monde qui m’était très nouveau, mais point étranger. Et sans doute, il y avait en moi un goût naturel qui n’attendait que ces objets-là, de sorte que, quand je les voyais, c’était comme si j’avais rencontré ce que je cherchais.

34À l’aristotélisme implicite, s’ajoute, on le voit, un soupçon de réminiscence platonicienne.

  • 32 Jean-Paul Sermain l’a justement souligné : « le somptueux appartement que lui donne Mme de Miran n (...)
  • 33 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 114. Avant même que Mme de Miran ne lui offre c (...)
  • 34 Ibid., p. 105 et 116-117.

35Le désir que suscite ces carrosses ne saurait toutefois être réduit à un intérêt purement matériel. Il est de même nature que celui que suscite le magnifique appartement que Mme de Miran projette de donner à la jeune fille après son mariage avec Valville32. Si après la trahison de Valville, la perte de cet appartement est, de toute évidence, incommensurable avec celle du fils de Mme de Miran, c’est parce que son habitation eût comblé une attente fondamentale. Cet appartement est, comme Béatrice Didier le souligne, « l’unique refuge qui soit véritablement maternel pour Marianne33 ». Enjeu crucial dans un roman marqué par la prédominance du Dedans sur le Dehors, et fondé sur l’« inlassable recherche d’un espace matriciel […], d’un lieu où retrouver la mère, dont l’image reste à jamais celle d’un cadavre dans une voiture34 ». Ce que cet appartement a, en effet, de proprement ravissant aux yeux de Marianne, et dont elle ne parvient pas à faire son deuil, c’est le fait qu’il communique directement avec celui qu’occupe sa « mère » (p. 469) :

  • 35 Découvrant cet appartement, Marianne pleure de « pur ravissement » : « Ah ! ma mère, lui répartis- (...)

Je songeai que non seulement Valville était infidèle, mais que Mme de Miran ne serait plus ma mère. Ah ! Seigneur, n’être point sa fille, ne point occuper cet appartement qu’elle m’avait montré chez elle ! Souvenez-vous en, madame. De cet appartement j’aurais passé dans le sien ; quelle douceur ! Elle me l’avait dit avec tant de tendresse ! Je me l’étais promis, j’y comptais, et il fallait y renoncer35 !

  • 36 Ibid.

36La douceur de ce passage dans l’espace maternel est éloquente et montre qu’à cet endroit, le fantasme de Marianne est, ainsi que l’a indiqué René Démoris, d’être « installée en un lieu qui lui permet de retourner à la mère, de s’abriter dans un ventre métaphorique » : « Est en jeu un rapport fondamental, prénatal peut-être, à l’espace (le contraire même de cet écrasement par le corps de la mère subi par Marianne dans la voiture du début36). »

37Là est en effet la quête essentielle, le desiderium primordial de Marianne : celui d’un lieu qui soit l’envers du carrosse où se fantasme l’origine. Car ce carrosse et cet appartement sont véritablement ce qu’en termes freudiens, on pourrait appeler un « couple d’opposés ». Si parfaitement euphorique soit-elle, la relation quasi amoureuse à l’espace que lui offre Mme de Miran ne fait qu’inverser les signes de l’étouffement éprouvé dans le carrosse originel. Aussi n’est-ce sans doute pas un hasard si, au moment où l’héroïne révèle à Mme de Miran l’infidélité de Valville, font retour dans le récit de la narratrice des termes très proches de ceux qui décrivaient l’asphyxie de l’enfant dans le carrosse renversé : « Mme de Miran fondant en larmes et me serrant entre ses bras, m’attendrit et me remua tant que mes sanglots pensèrent me suffoquer, et qu’il fallut me jeter dans un fauteuil » (p. 496). Les effusions de la « mère » répètent, en l’inversant, le trauma initial de la suffocation dans la voiture accidentée :

Je faisais des cris épouvantables, à demi étouffée sous le corps d’une femme qui avait été blessée, et qui, malgré cela, voulant se sauver, était retombée dans la portière, où elle mourut sur moi, et m’écrasait. […] Je criais sous le corps de cette femme morte […]. Un côté du visage de cette dame morte était sur le mien, et elle m’avait baignée de son sang. [Les officiers] repoussèrent cette dame, et toute sanglante me retirèrent de dessous elle.

  • 37 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 97 et 115.

38Ainsi que l’a fait observer Béatrice Didier, la scène inaugurale de La Vie de Marianne semble offrir « une représentation fantasmatique […] d’une naissance qui causerait la mort de la mère ». C’est à ce carrosse renversé, d’où l’on extrait Marianne « comme d’un ventre37 » que renvoie sans doute la fascination de la jeune fille pour ce ventre métaphorique qu’est l’appartement de Mme de Miran où elle rêve de s’installer, afin d’y jouir de la certitude de n’être plus jamais sans feu ni lieu.

Notes

1 Pour emprunter les formules de Deleuze au sujet du cinéma de Rohmer (Cinéma 2. L’Image-temps, Paris, Minuit, 1985, p. 316).

2 Marthe Robert, Roman des origines, origines du roman, Paris, Gallimard, 1972.

3 Georges Benrekassa, « Marianne, l’histoire et les signes : l’horizon du réel », Fables de la personne. Pour une histoire de la subjectivité, Paris, PUF, 1985, p. 43.

4 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 407.

5 Ugo Dionne, « Les bégaiements du cœur et de l’esprit », art. cité, p. 146.

6 Jan Herman, « Variations sans thème… », art. cité, p. 16.

7 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 34.

8 Ibid.

9 L’étrangeté du point de vue adopté est particulièrement frappante dans le paragraphe suivant : « Pendant que je criais sous le corps de cette femme morte qui était la plus jeune, cinq ou six officiers qui couraient la poste passèrent » (p. 61). Dans La Religieuse, Diderot se plaira à multiplier ces focalisations aberrantes en attribuant à Suzanne l’étrange aptitude à relater des scènes se déroulant pendant son sommeil, ses évanouissements ou ses extases (voir : Christophe Martin, Diderot. La Religieuse, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2010, p. 142 et suiv.).

10 Voir : Christophe Martin, « De quelques ressemblances imaginaires dans l’œuvre de Marivaux », dans Marivaux et l’imagination, op. cit., p. 89-104.

11 Fontenelle, De l’origine des fables [1714], dans Rêveries diverses. Opuscules littéraires et philosophiques, Alain Niderst (éd.), Paris, Desjonquères, 1994, p. 98.

12 Ibid.

13 Marivaux fait cette fois plaisamment écho non plus à Fontenelle mais à la célèbre lettre 30 des Lettres persanes sur l’engouement passager et superficiel que suscite l’exotisme des Persans.

14 Fontenelle, De l’origine des fables, op. cit., p. 98.

15 Jean-Pierre Faye, Le récit hunique. Essai, Paris, Seuil, 1967, p. 255. C’est cette perspective de lecture qu’a développée de manière systématique Annick Jugan dans Les variations du récit dans La Vie de Marianne, op. cit.

16 Marc Escola, « Le Paysan parvenu ou les romans possibles », art. cité, p. 46.

17 Georges Benrekassa, « Marianne, l’histoire et les signes : l’horizon du réel », art. cité, p. 39.

18 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 409.

19 Jean-Paul Sermain, Rhétorique et roman au dix-huitième siècle, op. cit., p. 48.

20 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 221.

21 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 409.

22 De même, dans Le Paysan parvenu, l’irruption du chevalier en plein rendez-vous galant chez la Rémy déconcerte totalement Jacob en le ramenant brutalement à son passé récent de domestique.

23 Florence Magnot-Ogilvy, La parole de l’autre dans le roman-mémoires, op. cit., p. 154. On comparera en particulier les deux passages suivants : « Madame, vous ne sauriez croire tout ce qu’on m’en vient de conter ; c’est qu’elle est sage, vertueuse, remplie d’esprit, de bon cœur, civile, honnête, enfin la meilleure fille du monde ; c’est un trésor, hors qu’on dit qu’elle est si malheureuse que nous en venons de pleurer, la bonne Mme Dutour et moi. Il n’y a ni père ni mère, on ne sait qui elle est : voilà tout son défaut » (p. 223). « Au surplus, je n’ai que du bien à dire d’elle ; je l’ai connue pour honnête fille, y a-t-il rien de plus beau ? je lui défie d’avoir mieux, quand elle serait duchesse : de quoi se fâche-t-elle ? » (p. 334).

24 Annick Jugan, Les variations du récit dans La Vie de Marianne, op. cit., p. 180.

25 Ibid., p. 212.

26 L’Essai philosophique concernant l’entendement humain, de Locke paraît en anglais en 1690, est connu en France par la traduction que donne Coste de la 4e édition en 1700.

27 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 72.

28 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 409.

29 Ibid., p. 408.

30 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 218 et 220.

31 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 407.

32 Jean-Paul Sermain l’a justement souligné : « le somptueux appartement que lui donne Mme de Miran ne ravit pas la jeune fille parce qu’il représente une solide assurance contre les dangers de la rue ou les brimades du couvent, mais parce qu’il lui permet d’épancher sa sensibilité auprès de sa “mère”. L’objet possédé ne figure qu’à titre de métonymie d’une situation affective » (Rhétorique et roman au dix-huitième siècle, op. cit., p. 72).

33 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 114. Avant même que Mme de Miran ne lui offre cet appartement, le simple fait d’être chez elle la comble d’aise : « je goûtai tout à mon aise le plaisir de me trouver chez ma mère, et d’y être comme si j’avais été chez moi » (p. 421). Quant à Mme de Miran, sa passion pour sa « fille » se traduit très vite en un désir impérieux et quasi explicite de cohabitation : « Je ne [me] propose plus d’autre douceur que celle d’avoir Marianne auprès de moi ; je ne pourrais plus me passer de ma fille » (p. 352).

34 Ibid., p. 105 et 116-117.

35 Découvrant cet appartement, Marianne pleure de « pur ravissement » : « Ah ! ma mère, lui répartis-je d’un ton pénétré, quelles délices pour moi ! Songez-vous que cet appartement-ci me conduira dans le vôtre » (p. 424). Ainsi que l’a relevé René Démoris, la logique des propos échangés semble impliquer que Mme de Miran a repris l’appartement du père de Valville, et donc « qu’elle occupe symboliquement, par rapport à Marianne, la place de l’époux » (« L’inceste évité : identification et objet chez Marivaux », art. cité, p. 130).

36 Ibid.

37 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 97 et 115.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search