Version classiqueVersion mobile

Mémoires d'une inconnue

 | 
Christophe Martin

Chapitre 3. Une « dangereuse petite créature »

Texte intégral

Si on savait tout ce que je dis là, cela ferait peur.
(La Vie de Marianne, p. 106)

1Dès la rencontre avec Valville, on l’a dit, le roman abandonne la tonalité légèrement picaresque de la première partie. Que l’histoire de Marianne soit en réalité celle d’une « aventurière » séduisant un riche fils de famille est en revanche une possibilité rappelée de façon récurrente au cours du récit. Il s’agit certes moins là d’un « roman possible » que d’une autre interprétation possible de son histoire. Mais cette autre version est précisément celle que rencontre Marianne dans la parole des autres, ou lorsqu’elle adopte le regard des autres sur sa propre histoire. Le terme revient même avec une insistance paradoxalement d’autant plus grande que la jeune fille devient plus « digne de cette Marianne dont on faisait tant de cas » (p. 468). Ainsi quand elle se retrouve chez Valville pour faire soigner son entorse, elle perçoit bien déjà que, faute de pouvoir nommer une famille à qui elle appartienne, elle fera nécessairement « figure d’aventurière » si elle n’avoue pas – ce qui lui est insupportable – qu’elle est fille de boutique (p. 138). Plus tard, elle ne peut éviter que Mme Dorsin lui applique ce mot de « petite aventurière », mais à ce moment du récit, elle n’a pas encore été identifiée comme cette « petite fille » qui semble avoir détourné Valville du mariage prévu (p. 241). C’est bien à nouveau en ces termes qu’elle est cette fois publiquement qualifiée par la parente de Mme de Miran qui a fait réunir contre elle un conseil de famille (p. 416) :

Adieu, la petite aventurière ; vous n’êtes encore qu’une fille de condition, nous dit-on ; mais vous n’en demeurerez pas là, et nous serons bien heureuses, si au premier jour vous ne vous trouvez pas une princesse.

2Si le sous-titre de ses mémoires ne confirme certes pas tout à fait cette prévision, Marianne s’y prévaut bien du titre de comtesse. Et, non sans paradoxe, elle affiche le mot d’« aventures » en lieu et place du terme attendu de « mémoires », qui eût d’ailleurs été plus conforme à son rang. Sans doute le terme d’aventurière n’apparaît-il pas dans la bouche de Varthon, devenue la rivale de Marianne. Mais ses accusations obliques sont encore bien plus graves et infamantes. Sous couvert de lui rapporter les propos calomnieux qu’on tient sur elle dans le monde (et qui justifieraient l’infidélité de Valville), elle jette rétrospectivement sur toute l’histoire de Marianne des soupçons d’arrivisme et de duplicité (p. 474) :

Ce sont des avanies sans fin ; je ne vous en répète pas la moitié. Quoi ! une fille qui n’a rien ! dit-on ; quoi ! une fille qui ne sait qui elle est ! eh ! comment oserez-vous la montrer, monsieur ? Elle a de la vertu ? Eh ! n’y a-t-il que les filles de ce genre-là qui en ont ? N’y a-t-il que votre orpheline d’aimable ? Elle vous aime ? Eh ! que peut-elle faire de mieux ? Est-ce là un amour si flatteur ? Pouvez-vous être sûr qu’elle vous aurait aimé, si elle avait été votre égale ? A-t-elle eu la liberté du choix ? Que savez-vous si la nécessité où elle était ne lui a pas tenu lieu de penchant pour vous ?

  • 1 Pour Marivaux, l’intérêt d’une re-lecture est un critère essentiel dans l’évaluation des romans : (...)

3Propos perfides de personnages malintentionnés ? Sans doute. Mais en faisant entendre cette interprétation malveillante de manière d’autant plus insistante que Marianne va bientôt céder la parole à Tervire, Marivaux fait en sorte qu’il soit impossible de l’ignorer, invitant à une lecture du soupçon, fût-elle rétroactive1.

  • 2 « Je ne vous plains point, monsieur, vous êtes en bonne compagnie, un peu dangereuse à la vérité ; (...)

4Au reste, celle-là même qui la protège envers et contre tout ne la qualifie-t-elle pas de « bonne petite hypocrite » (p. 306) ? Ne s’exclame-t-elle pas, au moment même où elle vient de consentir à ce qu’elle soit aimée de Valville : « Quelle dangereuse petite fille tu es, Marianne » (p. 267) ? Le terme s’était déjà rencontré dans la bouche d’une dame du monde accompagnant Climal et venant de surprendre Valville aux genoux de Marianne « à demi-couchée sur un lit de repos2 ». Il revient sur les lèvres du père Saint-Vincent, horrifié par les accusations que Marianne porte contre Climal : « Ah ! la dangereuse petite créature ! » (p. 206).

SANS FEU NI LIEU

  • 3 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 207.

5Quel danger pourtant peut bien faire courir cette « petite fille » qui semble se caractériser tout au long du roman par sa passivité et ne fait que réagir à des événements qu’elle paraît impuissante à provoquer ? Comment qualifier d’aventurière celle qui semble ne faire tout au plus que des choix négatifs (refusant de devenir domestique, rejetant le mariage qu’on lui propose avec Villot, etc.), et paraît obéir en tout aux volontés de Mme de Miran, allant jusqu’à supplier Valville de renoncer à elle ? Ne court-elle pas bien « plus de dangers qu’elle n’en fait courir aux autres3 » ? Quelle menace peut bien représenter cet être qui ne cesse de dire son néant, de répéter qu’elle n’est « la fille ni la parente de qui que ce soit », qu’elle n’a « personne sur la terre » qui la connaisse (p. 77), qu’elle n’est « qu’une pauvre orpheline » qui ne connaît point ceux qui l’ont mis au monde (p. 354), qu’elle n’est rien, et n’a rien qui puisse la faire considérer (p. 244) ?

6Cette situation de parfait dénuement caractérise notamment trois séquences des premières parties où Marianne apparaît littéralement comme un corps sans feu ni lieu. À l’ouverture du récit, les officiers qui retirent la petite fille âgée de deux ans du carrosse où gisent les cadavres des autres occupants ne savent que faire d’elle ni « où la mettre », et décident de la confier au curé du village le plus proche. Ce moment de complète déréliction se répète à deux reprises, suscitant à chaque fois l’image du « désert ». Le terme surgit d’abord à la mort de la sœur du curé qui l’a recueillie : « il me sembla que tout l’univers était un désert où j’allais rester seule » (p. 73). Le père Saint-Vincent lui présente alors Climal qui propose de la loger chez sa marchande de linge. Plus tard, ayant refusé la « petite maison fort jolie » (p. 180) dans laquelle Climal désirait l’installer pour mieux assouvir ses désirs, Marianne se retrouve à nouveau dans un total dénuement (p. 198-199) :

Plus je voyais de monde et de mouvement dans cette prodigieuse ville de Paris, plus j’y trouvais de silence et de solitude pour moi : une forêt m’aurait paru moins déserte […]. De cette forêt, j’aurais pu m’en tirer ; mais comment sortir du désert où je me trouvais ? Tout l’univers en était un pour moi, puisque je n’y tenais par aucun lien à personne.

7L’euphorique vertige des possibles qu’avait éprouvé la jeune fille en découvrant la capitale a cédé la place au sentiment douloureux d’une impasse. Tout naturellement, si l’on peut dire, elle se tourne vers ce religieux qui, dans une situation de dénuement équivalente, lui avait présenté Climal. Mais celui-ci n’est plus désormais d’aucun secours et elle se retrouve à nouveau dans la rue, dans un accablement encore plus grand (p. 211). C’est alors que Marianne entre dans l’église d’un couvent de filles pour y pleurer à son aise. Une dame la remarque. On connaît la suite.

  • 4 Marie-Anne Arnaud, « La Vie de Marianne et Le Paysan parvenu : itinéraire féminin, itinéraire masc (...)

8Faut-il voir dans cette église un refuge providentiel ? « Au moment où sa plainte se fait pathétique, la porte d’une église s’offre, grande ouverte, les murs s’écartent pour absorber l’enfant, et se referment pour la protéger », écrit Marie-Anne Arnaud4. Certes dans toute cette séquence, plus encore que dans le reste du roman, Marivaux paraît s’être bien peu soucié de vraisemblance (la dame en question se révèle être à la fois la sœur de Climal et la mère de Valville) et n’a nullement cherché à masquer l’arbitraire (en d’autres termes le recours à un expédient ostensiblement romanesque) de cette heureuse rencontre. Mais il a bien pris soin, en revanche, d’écarter toute lecture providentialiste en donnant à l’entrée de Marianne dans l’église une motivation plaisamment indécise, où le sentiment religieux occupe une place pour le moins périphérique : « Moitié par un sentiment de religion qui me vint en ce moment, moitié dans la pensée d’aller soupirer à mon aise, et de cacher mes larmes qui fixaient sur moi l’attention des passants, j’entrai dans cette église » (p. 211). C’est seulement dans l’exorde de sa « petite harangue » à la prieure et à Mme de Miran que la perspective providentialiste est sensiblement accentuée par Marianne : « au sortir de chez [le père Saint-Vincent], j’ai passé par ici, et je suis entrée dans votre église à cause que je pleurais le long du chemin, et qu’on me regardait ; et puis Dieu m’a inspiré la pensée de me jeter à vos pieds, ma mère, et d’implorer votre aide (p. 219).

9Une lecture poéticienne serait sans doute plus pertinente. À trois reprises, Marivaux redonne une sorte de virginité absolue à son héroïne, et se donne les moyens de relancer l’action à nouveaux frais en déliant Marianne de tout entourage familial et social : en « liquidant » d’abord les parents naturels, puis les parents adoptifs (le curé et sa sœur), et enfin en écartant Climal (avant de le faire mourir à son tour peu après). Mais la structure commune que permet de dégager ce point de vue narratologique ne doit pas masquer la discrète mais capitale évolution qui se laisse discerner dans ces trois moments de relance du récit. Concernant l’attaque du carrosse et la « liquidation » des parents, Marianne n’y était pas : « car ce n’est pas y être que de l’éprouver à l’âge de deux ans » (p. 62). Après la mort de la sœur du curé, Marianne reste certes dans la chambre de son auberge pendant quinze jours comme absente à elle-même et ne prenant plus part à la vie (p. 76). Et il faut la visite du religieux ami de sa mère adoptive pour la tirer de cette « tranquillité » morbide : « il me fit envisager les dangers que je courais en restant dans cette maison seule et sans être réclamée » (p. 77). Mais à cet instant, un tournant décisif s’amorce. Marivaux laisse, en effet, à la jeune fille l’initiative de refuser la première proposition de Climal : prendre une place de domestique au service de sa belle-sœur. C’est à ce moment somme toute assez tardif de son récit que surgit pour la première fois la revendication d’une naissance noble, qui lui interdirait le service (p. 81) :

Hélas ! monsieur, lui dis-je, quoique je n’aie rien, et que je ne sache à qui je suis, il me semble que j’aimerais mieux mourir que d’être chez quelqu’un en qualité de domestique ; et si j’avais mon père et ma mère, il y a toute apparence que j’en aurais moi-même, au lieu d’en servir à personne.

10Or, toute l’ambiguïté de cette affirmation de noblesse est qu’elle est aussi pour Marianne le moyen de tirer meilleur parti des offres de Climal qui ne manque pas de la féliciter de penser si noblement (« je vous loue de penser comme cela […]. Il en coûtera davantage, c’est une pension qu’il faudra payer ; mais n’importe, dès aujourd’hui vous serez placée : je vais vous mener chez ma marchande de linge, et vous y serez la bienvenue », p. 82). C’est là, en effet, une des constantes du roman et l’un de ses aspects les plus troublants : la revendication de sa « noblesse » a toujours pour effet de procurer à Marianne des avantages matériels auxquels elle semble pourtant parfaitement indifférente. Et si la mémorialiste se plaît à débusquer toutes les ruses de l’amour-propre et de la vanité chez la jeune fille qu’elle fut, elle reste en revanche obstinément muette sur cette dimension concrète, économique et sociale, de son histoire.

11Quant à la rencontre « providentielle » de Mme de Miran dans l’église du couvent, elle doit certes tout à l’arbitraire du romancier. Mais ce constat ne saurait dispenser de souligner la part considérable que prend Marianne dans cette heureuse issue. Car c’est un pur effet de la narration rétrospective que de donner un aspect providentiel à ce qui est d’abord le résultat d’un charme « naturel » et d’un art consommé. C’est bien Marianne qui découvre la voie lui permettant de sortir de l’impasse où l’a conduite son noble (quoique tardif) refus de tout compromis avec Climal et qui, à force de grâce, d’éloquence et de séduction, parvient à transformer cette église conventuelle, d’abord indifférente à ses larmes, en un refuge quasi maternel.

  • 5 « Si j’avais mon père et ma mère, il y a toute apparence que j’en aurais moi-même, au lieu d’en se (...)

12C’est en effet sa touchante affliction et le récit poignant qu’elle fait de son infortune qui suscitent la compassion, non pas certes de la prieure mais de Mme de Miran (ce qui prouve assez que le couvent n’a en lui-même rien de providentiel). Fait remarquable : dans ce récit, sa naissance noble, qui n’était que hautement probable dans le discours adressé à Climal, et l’hypothèse seulement la plus plausible dans le récit qui ouvre ses mémoires5, est quasiment devenue un fait : « Je n’avais que deux ans […] quand [mes parents] ont été assassinés par des voleurs qui arrêtèrent un carrosse de voiture où ils étaient avec moi ; leurs domestiques y périrent aussi… » (p. 217). En dissipant toute l’ambiguïté qui pèse sur l’identité sociale de ses parents, Marianne ne manque pas son effet : « Et moi, je ne souffrirai point qu’une fille aussi bien née y soit jamais réduite », s’exclame Mme de Miran (p. 220), choquée de la proposition de la prieure qui ne voit d’autre secours à apporter à une jeune fille dans la misère que de la recommander à la charité des dames pensionnaires du couvent.

13Là est bien la nouveauté essentielle de la scène dans l’économie générale du roman. Pour se tirer de l’embarrassante situation où elle se trouvait face à Valville, Marianne n’avait su que soupirer et pleurer. Remède certes déjà assez miraculeux, on y reviendra. Mais à ce moment de son récit, elle était encore presque ignorante de l’effet touchant et séduisant inhérent à sa situation d’orpheline infortunée, et n’avait pas su en faire l’histoire à Valville (p. 140) :

Et dans le fond, observons une chose. Être jeune et belle, ignorer sa naissance, et ne l’ignorer que par un coup de malheur, rougir et soupirer en illustre infortunée de l’humiliation où cela vous laisse ; si j’avais affaire à l’amour, lui qui est tendre et galant, qui se plaît à honorer ce qu’il aime : voilà, pour lui paraître charmante et respectable, dans quelle situation et avec quel amas de circonstances je voudrais m’offrir à lui.

14Or, face à Mme de Miran, Marianne a su, à l’inverse, exploiter tout le potentiel romanesque de son histoire : « Là finit mon petit discours ou ma petite harangue, dans laquelle je ne mis point d’autre art que ma douleur, et qui fit son effet sur la dame en question » (p. 219). Selon la mémorialiste, il n’entrerait aucun art dans l’éloquence de la jeune fille. L’efficace de son discours serait parfaitement naturelle, liée à l’expression de sa douleur et de sa sensibilité. Mais de cet effet touchant et séduisant inhérent à sa situation, Marianne est bel et bien devenue la productrice.

NAÎTRE RIEN, ÊTRE TOUT

15On conçoit mieux dés lors le danger que peut représenter Marianne. Rappelons le mot de « la parente farouche » de Mme de Miran, après la comparution de la jeune fille devant le conseil de famille : « nous serons bien heureuses, si au premier jour vous ne vous trouvez pas une princesse » (p. 416). Cette parente entend ainsi dévoiler l’arrivisme supposé de la « petite aventurière ». Elle indique aussi incidemment que la raison de sa propre lucidité est sa défiance à l’égard des chimères de l’imagination : « je ne suis pas extrêmement sensible aux vertus romanesques ». C’est pointer l’origine même du pouvoir paradoxal de Marianne. La dame revêche rejoint ici exactement les analyses de la mémorialiste qui explique le charme propre aux belles infortunées ignorant tout de leur naissance par le rapport étroit qui unit amour et besoin de fiction (p. 141) :

Et ne vous embarrassez pas d’ignorer ce que vous êtes née ; laissez travailler les chimères de l’amour là-dessus ; elles sauront bien vous faire un rang distingué, et tirer bon parti des ténèbres qui cacheront votre naissance. Si une femme pouvait être prise pour une divinité, ce serait en pareil cas que son amant l’en croirait une.

16Le danger que représente Marianne et l’inquiétude qu’elle suscite ne sont, en effet, que le revers de la fascination qu’elle exerce en vertu de son origine inconnue. D’où le clivage immédiat qu’elle introduit parmi les « honnêtes gens », et en particulier dans la famille de Mme de Miran, entre ceux qui la chérissent et ceux qui la rejettent. Car la fascination que suscite la pauvre orpheline n’est nullement réservée aux amants comme en témoigne, après l’attaque du carrosse, l’accueil fait à la petite orpheline par les femmes du voisinage (p. 64) :

On venait pour me voir de tous les cantons voisins : on voulait savoir quelle physionomie j’avais, elle était devenue un objet de curiosité ; on s’imaginait remarquer dans mes traits quelque chose qui sentait mon aventure, on se prenait pour moi d’un goût romanesque. J’étais jolie, j’avais l’air fin ; vous ne sauriez croire combien tout cela me servait, combien cela rendait noble et délicat l’attendrissement qu’on sentait pour moi. On n’aurait pas caressé une petite princesse infortunée d’une façon plus digne ; c’était presque du respect que la compassion que j’inspirais.

17Le carrosse dont elle est extirpée à l’ouverture de sa carrière romanesque lui confère, en effet, tous les traits d’une enfant miraculée, ayant providentiellement échappé à un massacre et à une sorte de naufrage, motif familier, on le sait, aux fables païennes ou sacrées. Certes, l’habitude de la voir dissipe assez vite les fantaisies de l’imagination et « au bout de six mois, cette aimable enfant ne fut plus qu’une pauvre orpheline » (p. 64). Telle est aussi la règle pour la fascination des amants (« ce sont là de ces grâces et de ces dignités d’emprunt qui s’en retournent avec les amoureuses folies qui vous en parent », p. 141), que semble illustrer, plus tard, l’infidélité de Valville. Mais Marianne n’a-t-elle pas alors su prolonger suffisamment cet effet pour éviter à tout jamais d’être à nouveau cette petite fille sans feu ni lieu ? Sa réussite a manifestement partie liée avec la sorte d’aliénation dont l’imagination romanesque est la source.

  • 6 Pascal, Trois discours sur la condition des grands (1670), dans Œuvres complètes, Jacques Chevalie (...)
  • 7 Voir la célèbre analyse de ce conte par Louis Marin dans Le récit est un piège, Paris, Minuit, 197 (...)
  • 8 Au théâtre, Marivaux conserve en général le dédoublement plus traditionnel de ces deux fonctions : (...)

18La fascination qu’exerce Marianne est bien celle, en effet, que fait naître l’irruption de l’inconnu qui, tombé du ciel ou de nulle part, peut accéder aux plus hauts rangs parce qu’on le prend pour un prince, voire une divinité. On peut songer à la fable forgée par Pascal du naufragé arrivé sur une île déserte et qui est pris pour le roi : il feint de l’être, puis le devient6. De même, le pouvoir de Marianne est le produit de deux croyances quant à sa noblesse hypothétique. On songera aussi au conte du Chat botté de Perrault : par son art du récit et de l’éloquence, le chat parvient à transformer son maître, fils cadet misérable d’un pauvre meunier, en un prince puissant et comblé, en le dépouillant d’abord de toute identité pour lui en faire endosser une autre, parfaitement fictive (marquis de Carabas), mais qui ne tarde pas à prendre corps dans le réel grâce à la ruse du chat et à la crédulité du roi qui accepte ses dons et lui donne sa fille. Un peu comme Mme de Miran accepte de donner son fils à Marianne7. À la différence du fils du meunier, Marianne doit toutefois assumer elle-même le rôle de calculateur éventuellement cynique et rusé que tient le chat dans le conte de Perrault : l’amante infortunée se double d’une machiniste habile8. On pourra songer encore à Arlequin poli par l’amour, où Marivaux lui-même avait mis en scène une fable montrant un Arlequin comme tombé des nues et d’abord dénué de tout (et pas seulement d’esprit), mais parvenant à la fin à dérober la baguette de la Fée et à prendre le pouvoir par la ruse, renversant l’ordre établi. Figuration ô combien éloquente d’une menace de complète subversion pour la société d’ordre, conservatrice et très hiérarchisée qu’est celle de l’Ancien Régime.

19Ces fables sont moins celles du parvenu (même si Le Paysan parvenu de Marivaux présente quelques traits communs avec elles), que celles du hors-venu : elles ne reposent pas sur le schéma d’une ascension graduelle mais sur celui d’une métamorphose du plomb en or, permettant au hors-venu de passer d’un seul coup du néant à la lumière : naître rien, être tout.

Je n’étais rien, je n’avais rien qui pût me faire considérer ; mais à ceux qui n’ont ni rang, ni richesses qui en imposent, il leur reste une âme, et c’est beaucoup ; c’est quelquefois plus que le rang et la richesse, elle peut faire face à tout. Voyons comment la mienne me tira d’affaire (p. 244).

20Toute la question est de savoir ce que recouvre ce mot d’« âme » ici. Ne serait-ce que le nom honorable de sa ruse ou de son « industrie » (pour employer un terme fréquent sous sa plume) ?

  • 9 Franck Salaün « Marivaux et le devenir-femme. La formation des qualités féminines dans La Vie de M (...)
  • 10 « En vérité, j’étais déplacée, et je n’étais pas faite pour être là » souligne la mémorialiste lor (...)

21Tel est en tout cas le paradoxe de Marianne : « n’étant la fille de personne, elle n’est rien, mais ce néant est plus favorable à ses prétentions qu’une origine modeste9. » C’est bien de n’avoir pour espace originel qu’un carrosse renversé (d’où l’on extrait péniblement son corps menacé d’étouffement sous le poids du cadavre sanglant d’une belle et élégante jeune femme) que Marianne tire à la fois la certitude romanesque de sa noble ascendance et l’explication pathétique de son dénuement. C’est cette complète indétermination sociale qui lui offre une chance de se faire une place parmi les « honnêtes gens », ce qui eût été évidemment impensable si elle avait été fille de basse condition. D’où la profonde justesse du mot trivial prononcé aussi bien par Toinon que par la femme qui accompagne Marianne dans le carrosse où elle a été enlevée : « il faut que vous soyez née coiffée » (p. 98 et 379). Mais s’« il n’y a rien de tel que d’être orpheline » (p. 100), encore faut-il savoir tirer parti de ce capital ô combien paradoxal. Et ne pas méconnaître les obstacles puissants qui se dressent alors devant soi. Car, on l’a dit, ce qui fait le pouvoir de fascination de Marianne est aussi ce qui la rend si dangereuse : c’est d’être un corps sans origine assignable mais qui s’éprouve et se dit « déplacée10 » qui fait d’elle un agent de perturbation dans une organisation sociale hiérarchisée, et qui attribue alors à chacun, et tout particulièrement aux femmes, une place clairement définie.

  • 11 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 207.

22Aussi l’effet de bouleversement que produit Marianne n’est-il pas moins destructeur que celui d’Arlequin pour l’ordre social établi : « la voilà, relève ainsi Henri Coulet, qui démasque l’hypocrisie d’un faux dévot et qui force un prêtre à douter des effets de son ministère. On comprend la colère et l’effroi du père Saint-Vincent ! Elle va bientôt soulever contre elle toute une famille, faire reprendre à Valville et à Mme de Miran la parole donnée ; elle apporte la division, oblige chacun à prendre parti, ébranle les notions reçues sur la noblesse, sur la famille, sur les convenances, simplement parce qu’elle est, comme elle dit, “déplacée11”. » À cette zizanie familiale, il faut ajouter, un Valville à la réputation entachée, voire à la situation sociale ébranlée. L’abbesse chez qui Marianne est conduite avant de comparaître devant le conseil de famille reconnaît certes ses bonnes qualités, mais la met en face du désordre proprement « monstrueux » que représenterait son mariage avec Valville (p. 370) :

La différence des conditions est une chose nécessaire dans la vie, et elle ne subsisterait plus, il n’y aurait plus d’ordre, si on permettait des unions aussi inégales que le serait la vôtre, on peut dire même aussi monstrueuses, ma fille. Car entre nous, et pour vous aider à entendre raison, songez un peu à l’état où Dieu a permis que vous soyez, et à toutes ses circonstances ; examinez ce que vous êtes, et ce qu’est celui qui veut vous épouser.

23Marianne est celle par qui le scandale arrive. Car son dénuement économique et social est tel qu’il fait nécessairement apparaître ses projets de mariage avec Valville comme une insupportable transgression. L’intégration de ce corps étranger à la société des « honnêtes gens » semble une idée si intolérable que tous les moyens sont bons pour obtenir son exclusion : enlèvement, séquestration, comparution devant une sorte de tribunal privé, mariage arrangé, etc.

  • 12 « Son mariage aurait sans doute été déclaré nul, s’il avait voulu ; son âge, l’extrême inégalité d (...)

24Le point de vue adopté tend certes à atténuer cette dimension scandaleuse du parcours de Marianne. Mais l’histoire de Tervire sert à nouveau ici de contrepoint. Dans l’histoire de Marianne, la question de la mésalliance est bien sûr centrale mais le motif traditionnel est comme brouillé par la position singulière de Mme de Miran, qui se dérobe à son rôle attendu d’opposante au mariage des jeunes gens. Tout à l’inverse, l’histoire de Tervire décline des situations parfaitement topiques de ce point de vue. Tervire elle-même est née d’une mésalliance d’où procède tout le drame de son existence (en épousant Mlle de Tresle, certes noble mais sans aucune fortune, le père de Tervire a enfreint l’interdit paternel). Dursan, dont s’éprend Tervire, est le fruit d’une mésalliance encore bien plus choquante : sa mère, fille d’un petit artisan, seulement dotée « d’un de ces visages propres à causer bien de l’affliction à une famille » (p. 609), a réussi à se faire épouser par le fils de Mme Dursan suscitant l’indignation de celle-ci : « l’extrême inégalité des conditions » fait de ce mariage une union « infâme », vouant le fils de Mme Dursan à la ruine, au vol, et à la fuite. L’écho que Marivaux ménage entre cette histoire et celle de Marianne est évident, mais il en figure ici la face sombre, Tervire adoptant strictement le point de vue des normes sociales qui condamnent cette mésalliance et n’y voient qu’un objet de scandale12 (il appartient au lecteur d’imaginer les sentiments de Marianne à ce moment du récit de son amie…).

NORMES SOCIALES, VALEURS MORALES

  • 13 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 222.

25Et pourtant, si l’on en croit Henri Coulet, Marianne elle-même « aurait horreur de devenir un objet de contestation et de scandale13 ». Jamais, en effet, elle ne prétend faire triompher ses projets de mariage au détriment des « coutumes du monde », comme en témoigne exemplairement sa harangue devant le conseil de famille (p. 414) :

Le monde me dédaigne, il me rejette ; nous ne changerons pas le monde, et il faut s’accorder à ce qu’il veut. Vous dites qu’il est injuste ; ce n’est pas à moi à en dire autant, j’y gagnerais trop ; je dis seulement que vous êtes bien généreuse, et que je n’abuserai jamais du mépris que vous faites pour moi des coutumes du monde

  • 14 C’était malgré elle qu’on l’envoyait au couvent » (Manon Lescaut, op. cit., p. 153).
  • 15 Voir nos Espaces du féminin dans le roman français du dix-huitième siècle, op. cit., p. 23.

26Cette intériorisation des valeurs de la société, ce respect scrupuleux qu’elle professe pour les usages établis est bien ce qui la distingue d’un personnage comme Manon Lescaut, avec laquelle elle partage pourtant certains traits essentiels. Comme Marianne, Manon est, en effet, au moment où s’ouvre sa carrière romanesque, sans feu ni lieu. Mais alors que Marianne s’efforce d’éviter la prostitution, Manon s’évertue, elle, à échapper au couvent14, et elle n’imagine d’autre recours pour se soustraire à l’imminence de son enfermement que de se faire enlever par des Grieux. Sa trajectoire romanesque oscille ensuite entre des asiles précaires où des Grieux veut la retenir, des « maisons commodes » où certains (comme Climal avec Marianne) veulent l’entretenir, des prisons où l’on veut la détenir (l’Hôpital général, le Châtelet). Cette menace d’emprisonnement pèse constamment sur elle, jusqu’au désert des environs du Nouvel-Orléans qui constitue au fond son ultime prison, la plus radicale parce que sans cloison, elle est aussi sans issue. Tout à l’inverse, c’est en parvenant à se faire accepter dans un couvent que Marianne trouve une issue à son dénuement. Destins croisés, en somme : c’est sans doute parce qu’elle consent à sa réclusion (fût-ce provisoirement) que Marianne échappe au destin de Manon15.

  • 16 Frédéric Deloffre a souligné les liens étroits entre cette histoire et le roman de Marivaux dans l (...)
  • 17 Robert Challe, Les Illustres Françaises [1713], Frédéric Deloffre et Jacques Cormier (éd.), Genève (...)

27Dans La Vie de Marianne, en effet, le consentement à une clôture vertueuse apparaît à la fois comme le signe d’une intériorisation des valeurs sociales et un moyen « honnête » (et d’autant plus efficace) de séduction. Il s’agit là manifestement d’un trait hérité de l’Histoire de M. de Contamine et d’Angélique dans Les Illustres Françaises16. Comme l’indique la préface de Challe, l’objet de cette histoire est de montrer « qu’une fille sage et vertueuse peut prétendre à toutes sortes d’établissements, malgré la bassesse de sa fortune17 ». Or, la réussite sociale d’Angélique passe par un consentement à la clôture qui paraît éminemment stratégique. Soucieuse de manifester sa haute vertu, en dépit de sa basse condition, Angélique fait preuve d’une ardeur singulière à transformer la maison où l’a installée M. de Contamine en une sorte de cloître qui ne laisse aucune prise aux éventuels soupçons qu’on pourrait avoir sur sa conduite. Le triomphe de la jeune fille, qui parvient non seulement à épouser Contamine en dépit de leurs différences de fortune et de rang, mais à se faire idolâtrer de sa belle-mère (ce qui ne peut évidemment manquer de faire songer à Mme de Miran), est donc la récompense d’un respect scrupuleux des valeurs socialement établies. Mais le paradoxe est que ce conformisme est au service d’une transgression (ce mariage étant contraire à tous les usages).

  • 18 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 109.

28Dans La Vie de Marianne, le couvent joue un rôle à peu près analogue. Aux yeux de Mme de Miran, c’est bien d’avoir pour cadre l’église d’un couvent où elle a ses habitudes que les larmes de Marianne tirent alors une grande partie de leur attrait : en ce lieu plus qu’honorable, la détresse de la jeune fille peut susciter une immédiate sympathie. Une fois que Marianne parvient à y entrer comme pensionnaire, le couvent non seulement garantit sa vertu, mais offre un décor idéal à ses discours les plus touchants (on observera que ceux qu’elle est censée tenir dans les salons ou les dîners qu’elle fréquente, lors de ses rares sorties, ne sont jamais rapportés). Plus secrètement, il permet aussi d’érotiser la relation de plus en plus intense qui se noue entre Marianne et sa « mère » (de manière fort éloquente, et contrairement à tous les usages romanesques, l’érotisation de la grille du parloir ne concerne pas ici la relation de Marianne et de Valville). Comme l’a noté Béatrice Didier, « le parloir est symboliquement et matériellement divisé en deux par la clôture qui assure la séparation radicale du dedans et du dehors18 ». Mais la grille n’interdit pas tout contact : rien de plus suggestif que ces jeux de mains entre Marianne et sa « mère » à travers des barreaux qui intensifient l’effleurement et électrisent le toucher, et que la narratrice inventorie avec un soin qui en dit long sur l’importance de ces sortes de didascalies :

[Mme de Miran] avançant sa main à la grille pour me prendre la mienne, dont je ne pus lui passer que trois ou quatre doigts, me dit : Oui, Marianne, je vous aime, et vous le méritez bien. (p. 238)

Tu m’inquiètes, ma chère enfant, pourquoi donc pleures-tu ? ajouta-t-elle en me présentant sa main comme elle avait déjà fait quelques moments auparavant. Mais je n’osais plus lui donner la mienne. (p. 244)

Oui, c’est ma fille plus que jamais, répondit ma bienfaitrice [à Mme Dorsin] ; et sur-le-champ, elle me tendit une troisième fois la main, que je pris alors du mieux que je pus, et que je baisai mille fois à genoux, si attendrie moi-même que j’en étais comme suffoquée. (p. 247)

Je m’étais jetée à genoux, et j’avais passé une moitié de ma main par la grille pour avoir celle de Mme de Miran, qui en effet approcha la sienne ; et Valville, éperdu de joie et comme hors de lui, se jeta sur nos deux mains, qu’il baisait alternativement. (p. 272)

  • 19 « Si j’avais été en bonne santé, il n’aurait pas pris garde à moi ; c’est mon évanouissement qui e (...)

29Étranges jeux de mains, qui ressemblent à s’y méprendre à une gestuelle amoureuse, et où, tour à tour, Marianne offre et refuse sa main en un mouvement dont elle ne saurait tout à fait ignorer la valeur puisque l’enjeu pour elle est bien à la fois de se remettre entre les mains de sa « mère » et de mettre la main sur elle (au moment même où elle lui révèle qu’elle est « la petite aventurière » qui a ébloui son fils). À travers la grille, se jouent des manœuvres de séduction qui manifestent comme un désir de préhension et de captation : il s’agit bien, pour finir, d’avoir la main de Mme de Miran, formule où l’on peut discerner une manière de mariage symbolique. La grille du parloir n’est pas seulement une grâce supplémentaire pour la jeune fille : son rôle essentiel est de garantir son innocence et de la rendre intéressante, pour employer le lexique du XVIIIe siècle, c’est-à-dire tout à la fois touchante et désirable (ces liens étroits entre désir et compassion sont plus tard subtilement analysés par Mlle Varthon à propos de l’infidélité de Valville19).

30Mais si touchante et vertueuse que soit la conduite de Marianne, son projet de mariage avec Valville et son adoption par Mme de Miran n’en constituent pas moins, on l’a dit, des objets de scandale. Mis au service d’une transgression, son conformisme moral et sa vertu touchante ne la rendent même que plus « dangereuse ». Symétriquement, c’est l’infidélité de Valville, autrement dit son inconstance ou son libertinage qui, en ruinant les projets matrimoniaux de Marianne, pourrait jouer le rôle d’un retour à l’ordre (de même, le projet libertin de Climal d’installer Marianne dans une maison commode doit-il être situé du côté d’une conformité à l’ordre : assigner à une Marianne le rôle d’une grisette n’a rien qui puisse alors choquer la société). Mais l’attachement passionné que Marianne est parvenue à susciter chez Mme de Miran lui évite d’être renvoyée dans son non-lieu originel, et interdit donc la résorption du désordre.

  • 20 Jean-Paul Sermain, « L’art du lieu commun chez Marivaux. L’opposition “res” et “verba” dans La Vie (...)
  • 21 Ibid., p. 898.

31Plus encore que celle d’Angélique, l’histoire de Marianne révèle donc les tensions profondes entre les conventions qui structurent la société d’Ancien Régime et les valeurs morales qu’elle est censée promouvoir. L’identité sociale peut-elle dépendre uniquement de la qualité morale ? Persuadée d’être « déplacée », Marianne suppose que ses « délicatesses » proviennent de « son sang » (p. 86). Ce qui revient à poser crûment la question des rapports entre noblesse sociale et noblesse morale. Aussi bien, « menées à leurs ultimes conséquences, les idées de l’héroïne pourraient conduire à un bouleversement social, puisque les trois “ordres” et la distribution des fortunes ne sont nullement établis d’après les mérites individuels20 ». Le roman de Marivaux se situe ainsi sur la ligne de partage entre une société établie sur un ordre pluriséculaire et une nouvelle hiérarchie fondée sur le seul mérite individuel (exprimé dans La Vie de Marianne uniquement en termes de vertus morales et de délicatesses des manières et du sentiment). Le discours implicite du récit paraît clair : bien des nobles de naissance ne méritent pas de l’être, quand d’autres individus qui ne sont pas nés avec les titres requis en ont pourtant toutes les vertus. Le ministre qui préside le conseil de famille formule cette contradiction de la manière la plus nette : « La noblesse de vos parents est incertaine, mais celle de votre cœur est incontestable, et je la préférerais, s’il fallait opter » (p. 415). S’il prend nettement parti pour Marianne, il se garde certes « d’entrer dans le fond du débat21 ». Au moins son jugement laisse-t-il clairement entendre qu’à ses yeux, certains individus offrant tous les signes de la vraie noblesse pourraient bien désormais se passer du titre (c’est là, on le sait, la revendication essentielle des groupes bourgeois sous l’Ancien Régime). Et rien sans doute ne peut satisfaire davantage Marianne, qui se désole certes de ne pouvoir apporter la preuve matérielle de sa noble ascendance, mais considère, en réalité, que la seule preuve qui importe est celle que son cœur ne cesse de donner.

SACRIFICES PROFITABLES

  • 22 Jean-Paul Sermain, Rhétorique et roman au dix-huitième siècle. L’exemple de Prévost et de Marivaux(...)

32Le jugement du ministre pose néanmoins une autre question, plus redoutable mais peut-être sans réponse : cette « noblesse du cœur » de Marianne est-elle aussi « incontestable » qu’il l’affirme ? Ne semble-t-elle pas parfois aussi « incertaine » ou suspecte que celle de sa naissance ? N’est-ce pas aussi cette noblesse-là que conteste la parente revêche en la traitant de « petite aventurière » ? Toute l’ambiguïté du roman, à ce point de vue, est que « le romancier a placé son héroïne dans des conditions telles que sa conduite est condamnée à l’équivoque22 ». Autrement dit, derrière la belle et romanesque histoire d’une orpheline infortunée, se profile le roman d’une jeune fille dépourvue de tout et s’efforçant d’échapper à la misère. Mais ce « second » roman ne se laisse discerner que dans les marges et les silences du récit de la mémorialiste.

33Difficile, pourtant, de rester tout à fait aveugle aux bénéfices concrets que Marianne retire de sa noblesse de cœur et de sa « belle âme ». Fait d’autant plus troublant que la jeune fille multiplie les dénégations, et professe régulièrement une parfaite indifférence pour tous ces biens matériels. Devant la prieure et Mme de Miran, elle raconte ainsi avoir « tout perdu » avec la mort de sa mère adoptive (la sœur du curé), mais elle prend soin de spécifier aussitôt le sens de sa formule : « il ne me reste plus que la charité des autres ; aussi n’est-ce qu’elle et son bon cœur que je regrette, et non pas les secours que j’en recevais » (p. 217). Plus tard, face à l’abbesse qui la retient prisonnière, elle explique que son attachement à Valville et à Mme de Miran ne doit rien à leurs bienfaits : « Veut-on que je leur résiste, que je refuse ce qu’ils m’offrent, surtout quand je leur ai moi-même donné tout mon cœur, et que ce n’est ni leurs richesses ni leur rang que j’estime, mais seulement leur tendresse ? » (p. 372).

  • 23 Ibid., p. 84.
  • 24 Ibid., p. 64.

34De fait, il ne saurait être question de soupçonner chez Marianne un pur appât du gain. Ne donne-t-elle pas la preuve de son désintéressement en renonçant aux bienfaits de Climal ? Mais précisément, elle ne manque pas de se prévaloir implicitement de ce refus vertueux dans le récit qu’elle fait de cet épisode à la prieure et Mme de Miran (p. 218). Là est bien le paradoxe commun à La Vie de Marianne et au Paysan parvenu, comme l’a souligné Jean-Paul Sermain : « le roman ne dissimule pas que c’est poussés par les contingences matérielles que [Marianne et Jacob] affichent ce mépris des biens et des honneurs, et que c’est ce mépris qui séduit les puissants auxquels il s’adresse23 ». Tout au long du roman, Marianne semble obstinément écarter la conscience des avantages matériels attachés au mariage prévu avec Valville ou à son adoption par Mme de Miran. Les bénéfices concrets induits par la reconnaissance de son mérite apparaissent dans son récit tout au plus comme des circonstances parfaitement secondaires, qui n’appellent aucune remarque ni aucune de ces « réflexions » dont la narratrice n’est pourtant pas avare. Mais si la mémorialiste fait comme si la question ne se posait pas, le roman laisse percevoir que c’est ce désintéressement même qui séduit ses bienfaiteurs, puisqu’il est censé manifester sa noblesse d’âme et prouver qu’elle est leur « égale ». Ainsi des « hardes » offertes par Climal que Marianne renvoie par l’entremise de Valville : n’est-ce pas saisir l’occasion de se dire son « égale » (p. 225) et ainsi « dissimuler l’énorme disparité de rang et de fortune qui les sépare24 » ?

  • 25 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 214.
  • 26 Annick Jugan, Les variations du récit dans La Vie de Marianne de Marivaux, op. cit., p. 130.

35Il y a là une constante du roman : les renoncements de Marianne lui sont systématiquement profitables. Plus encore que son découragement ou ses larmes, ce sont ses sacrifices qui ne cessent de « remédier à tout » (p. 140), et c’est toujours « à son avantage que tournent ses renoncements et son humilité25 ». Le roman semble ainsi instaurer « un jeu de renversement par lequel elle regagne tout ce qu’elle s’ôte : ainsi en va-t-il tout au long d’un récit où plus elle s’abaisse plus elle se grandit26 ». Toute l’ambiguïté porte évidemment sur le degré de conscience que peut avoir Marianne des retombées profitables de ses conduites « sacrificielles ». Obéissant au vœu de sa bienfaitrice, Marianne s’efforce ainsi de faire renoncer Valville à son amour pour elle. Son discours poignant, adressé à Valville en présence de Mme de Miran, lui permet de manifester toute sa grandeur d’âme. Marianne était censée décourager l’amour de Valville, mais face à tant de noblesse et de générosité, ce dernier prend à témoin sa mère : « Faites de moi ce qu’il vous plaira, vous êtes la maîtresse, mais vous m’avez perdu ; vous avez mis le comble à mon admiration pour elle en m’attirant ici » (p. 265). Dans un phénomène de double destination éminemment théâtral, le discours de Marianne s’adressait aussi et surtout à Mme de Miran, et son efficacité sur elle est encore bien plus grande (p. 266) :

Hélas ! mon fils, que veux-tu que je te réponde ? lui dit cette dame. Il faudra voir ; je te plains, je t’excuse, vous me touchez tous deux, et je t’avoue que j’aime autant Marianne que tu l’aimes toi-même. Lève-toi, mon fils, ceci n’a pas réussi comme je le croyais, ce n’est pas sa faute ; je lui pardonne l’amour que tu as pour elle, et si tout le monde pensait comme moi, je ne serais guère embarrassée, mon fils.

  • 27 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 354.

36Une telle générosité mérite assurément récompense et Mme de Miran se résout à donner son accord au mariage de son fils avec cette inconnue, qui n’a ni nom ni fortune. La noblesse de cœur dont fait preuve Marianne est proprement désarmante et anéantit toute résistance. Tout se passe comme si Marianne s’était saisie de l’occasion offerte par Mme de Miran pour susciter un mouvement d’admiration propre à lever tous les obstacles s’opposant à son union avec Valville. Comment ne pas remarquer, au reste, qu’il ne revient pas tout à fait au même « de déclarer à Valville, comme elle le fait ou à peu près, qu’elle se fera religieuse puisqu’elle ne peut l’épouser, ou de lui déclarer, comme le conseillait Mme de Miran, qu’il ne pourra l’épouser parce qu’elle se fera religieuse27 » ?

37Tout au long de son parcours, Marianne multiplie ainsi les discours sacrificiels : quand elle conjure Valville de ne plus l’aimer (p. 260), quand, devant l’abbesse du couvent où elle a été enlevée, elle s’affirme « la dernière de toutes les créatures » (p. 372), quand, devant le ministre, elle déclare à Mme de Miran qu’elle renoncerait pour elle à son royaume si on venait lui apprendre qu’elle est « la fille d’une reine » (p. 412), et donne sa parole à toute l’assistance que « jamais [ce mariage] ne se fera » (p. 413), quand elle supplie Mme de Miran de céder à l’opinion et d’abandonner l’idée du mariage (p. 494), jamais Marianne ne semble pâtir de ces discours de renoncement. Bien au contraire, comme au jeu du « qui perd gagne », Marianne ne cesse de tirer profit de tout ce à quoi elle semble renoncer. Ce qui ne saurait bien sûr manquer de poser la question de l’authenticité d’un tel discours. Le consentement au sacrifice étant toujours une conduite largement bénéficiaire et efficace, le soupçon que cette conduite puisse être le résultat d’un calcul, que son résultat ait été prévu par Marianne ne peut manquer de naître dans l’esprit du lecteur. On songera en particulier à la scène où la jeune fille apprend à sa « mère », contre le vœu de Valville, ce qui s’est passé chez Mme de Fare et à cette exclamation de Mme de Miran : « As-tu pu croire qu’une aussi louable sincérité que la tienne tournerait à ton désavantage auprès d’une mère comme moi, Marianne ? » (p. 357). De fait, Marianne n’a-t-elle pas depuis longtemps eu l’occasion de vérifier la pertinence de ce propos, qui n’est pas sans rappeler la plaisante exclamation de Silvia devant le Prince qui l’aime dans La Double Inconstance :

Comment voulez-vous que je vous renvoie. Vous vous tairez, s’il me plaît ; vous vous en irez, s’il me plaît ; vous n’oserez pas vous plaindre, vous m’obéirez en tout. C’est bien là le moyen de faire que je vous commande quelque chose. (II, 9)

  • 28 Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, dans So (...)

38Ici et là se découvrent la même règle : l’extrême obéissance, le consentement au sacrifice peuvent être les moyens les plus efficaces de faire fléchir toute résistance à ses désirs. Tel est l’effet paradoxal des sacrifices que Marianne semble faire à la vertu. L’économie marivaudienne semble se fonder ici sur une loi que Marcel Mauss a analysée comme l’une des plus fondamentales dans l’économie du don, à savoir l’« obligation de rendre le présent reçu28 ». Le sacrifice, autrement dit le don sans réserve et sans contrepartie, a pour effet d’obliger le donataire, et d’en obtenir un don réciproque. Le don sacrificiel refuse explicitement l’échange, et s’affirme sans contrepartie. Mais cela ne signifie pas que cette contrepartie ne se réalise pas. Bien au contraire, le contre-don ne se réalise qu’en fonction de cette négation même. Mais tout se passe pour Marianne comme s’il lui suffisait de donner les signes du renoncement pour obtenir un contre-don supérieur au sacrifice consenti. Comme si une perte apparente permettait un gain réel. Le sacrifice devient alors une conduite parfaitement conforme à ses intérêts, et même la plus efficace. Tout le problème est d’évaluer le degré de conscience qu’elle peut avoir des retombées profitables de ses conduites sacrificielles. Un tel soupçon effleure la mémorialiste elle-même, peu après l’exclamation de Mme de Miran sur l’efficacité de la franchise de Marianne, mais elle ne le mentionne que pour rapidement l’écarter, ou plutôt pour déclarer le problème insoluble (p. 361-362) :

Et puis, me direz-vous, vous ne couriez aucun risque à être franche ; vous deviez même y avoir pris goût, puisque vous ne vous en étiez jamais trouvée que mieux de l’avoir été avec Mme de Miran, et qu’elle avait toujours récompensé votre franchise.
J’en conviens, et peut-être ce motif faisait-il beaucoup dans mon cœur ; mais c’était du moins sans que je m’en aperçusse, je vous jure, et je croyais là-dessus ne suivre que les purs mouvements de ma reconnaissance.

  • 29 Jean-Paul Sermain, Rhétorique et roman au dix-huitième siècle, op. cit., p. 147.

39Si la question reste sans réponse, force est de constater que Marivaux n’a rien fait pour dissiper le soupçon. N’est-ce pas la mémorialiste elle-même qui remarque qu’il suffit de passer pour modeste pour en acquérir la réputation (p. 125), qu’on cherche plutôt à être honoré qu’à être honorable (p. 148), à être loué qu’à être louable (p. 234), que le comble de la coquetterie est sans doute de la dénier pour mieux mettre en valeur ses charmes (p. 258) ? Tout se passe comme si Marianne avait détecté très tôt que tout est théâtre, et qu’il suffit donc « de savoir manier les signes des diverses qualités morales ou sociales pour qu’elles soient automatiquement inscrites à votre crédit29 ».

UN THÉÂTRE DE SIGNES

40Cette admirable maîtrise des signes et de l’effet qu’ils peuvent produire sur les autres est, en effet, l’un des traits les plus remarquables du personnage. La mémorialiste en avertit elle-même ses lecteurs dès la fin de la première partie (p. 107) :

Je savais être plusieurs femmes en une. Quand je voulais avoir un air fripon, j’avais un maintien et une parure qui faisaient mon affaire ; le lendemain on me retrouvait avec des grâces tendres ; ensuite j’étais une beauté modeste, sérieuse, nonchalante. Je fixais l’homme le plus volage ; je dupais son inconstance, parce que tous les jours je lui renouvelais sa maîtresse, et c’était comme s’il en avait changé.

  • 30 Ibid., p. 50.
  • 31 Le Cabinet du philosophe, op. cit., Feuille 2, p. 173.
  • 32 Voir, sur ce point : Didier Souiller, Le roman picaresque, Paris, PUF, 1980 ; et Cécile Cavillac, (...)
  • 33 René Démoris, « De l’importance d’être badin… », art. cité, p. 144.

41On a certes déjà relevé l’écart assez sensible entre cet autoportrait de Marianne en séductrice protéiforme et les images que la jeune fille donne d’elle-même dans la suite du récit, même lorsqu’elle insiste moins sur la noblesse de ses sentiments que sur sa maîtrise à la fois innée et acquise de toutes les ruses de la coquetterie. Ce hiatus peut sans doute, on l’a dit, être mis au compte de la périodicité du roman : l’autoportrait correspondrait alors à une première orientation, légèrement plus picaresque, du récit. Mais il est aussi très caractéristique des romans à la première personne, où l’écart « entre l’écriture du mémorialiste et l’ensemble des images partielles qu’il donne de lui au cours de ses aventures, doit éveiller le soupçon du lecteur, et l’obliger à s’interroger sur le rôle que joue l’éloquence dans la vie et le récit du héros-narrateur30 ». L’autoportrait pourrait alors avoir valeur d’avertissement. Même s’il se colore des grâces du Je ne sais quoi (« ne me cherchez pas sous une forme, j’en ai mille, et pas une de fixe31 »), ce pouvoir de métamorphose dont se prévaut Marianne est, en effet, un trait visiblement hérité du pícaro et de la pícara, figures protéiformes par vocation et par nécessité32. Virtuose des apparences, le héros picaresque n’a de cesse de masquer sont néant ontologique et social par une mise en scène de son paraître : c’est en raison de cette nullité originelle qu’il doit constamment revêtir de nouveaux masques et adopter des postures variées dont la succession anarchique ne fait que souligner ce néant qu’il cherche à dissimuler. Cet autoportrait, qui peut sembler d’abord légèrement inapproprié, n’invite-t-il pas dès lors à être sensible à la troublante plasticité de Marianne, et à son aptitude à répondre aux attentes de ses interlocuteurs. Au reste, Marianne ne vient-elle pas de nous rappeler que si l’on savait toute l’intelligence qui se déploie dans la tête d’une coquette plaçant un ruban à sa toilette, « cela ferait peur » (p. 106) ? Badinage, assurément. Mais « badiner, c’est aussi trouver moyen de faire passer une parole interdite33 ».

42Il serait vain de faire le répertoire des ruses dont on peut soupçonner Marianne. Au reste, elle-même ne fait pas mystère que sa conduite va parfois jusqu’au calcul. Ainsi lorsque Mme de Miran autorise finalement son fils à l’aimer, elle refuse d’aller le retrouver « afin que si Mme de Miran le savait, elle [l’] en estimât davantage ». Non sans préciser que « ce trait de prudence rusée » lui « coûta extrêmement » (p. 269). Péché véniel assurément, mais qui témoigne d’une impressionnante maîtrise des effets que sa conduite et ses discours peuvent produire sur les autres. Une telle maîtrise ne saurait manquer de faire songer au modèle du comédien. La référence est évidente dans l’autoportrait de Marianne en femme-protée, et elle intervient de manière plus discrète à certains moments clefs du récit. Ainsi à la veille du conseil de famille, jour décisif pour elle, Marianne se prépare comme une actrice devant entrer sur scène, révise ses arguments et répète soigneusement sa harangue. Mais ces préparatifs font aussitôt l’objet d’une sorte de dénégation de la part de la mémorialiste, comme s’il importait d’en minorer la portée dans l’esprit du lecteur (p. 376) :

Je m’arrangeai sur la conduite que je tiendrais dans cette maison où l’on devait me mener le lendemain ; je méditai ce que je dirais, et je trouvais mes raisons si fortes, qu’il me semblait impossible qu’on ne s’y rendît pas, pour peu qu’on voulût bien m’écouter.
Il est vrai que les petits arrangements qu’on prend d’avance sont assez souvent inutiles, et que c’est la manière dont les choses tournent qui décide de ce qu’on dit ou de ce qu’on fait en pareilles occasions ; mais ces sortes de préparations vous amusent et vous soulagent. On se flatte de gagner son procès pendant qu’on fait son plaidoyer, cela est naturel, et le temps se passe.

  • 34 Jean Dagen, Préface à La Vie de Marianne, Paris, Gallimard, « Folio », 1997, p. 37.

43Une fois encore, seuls compteraient le naturel et la spontanéité, tout le reste relevant en somme du « divertissement ». Mais comment ne pas remarquer qu’à l’autre bout de la séquence, c’est bien encore le modèle de l’actrice qui transparaît, la « comédienne34 » ne se privant pas d’apprécier l’effet produit par son discours (p. 412-413) :

Ici, à travers les larmes que je versais, j’aperçus plusieurs personnes de la compagnie qui détournaient la tête pour s’essuyer les yeux.
Le ministre baissait les siens, et voulait cacher qu’il était ému. Valville restait comme immobile, en me regardant d’un air passionné, et dans un parfait oubli de tout ce qui nous environnait ; et ma mère laissait bien franchement couler ses pleurs, sans s’embarrasser qu’on les vît.

44Comme l’actrice, Marianne sait aussi exactement quelle parure adopter en fonction des circonstances, c’est-à-dire, encore, de l’effet à produire. S’il s’agit de renoncer noblement à Valville pour complaire à Mme de Miran, elle sait pertinemment qu’il ne lui conviendrait pas de s’ajuster, et qu’un négligé et sa robe du matin feront au contraire la meilleure impression sur la mère de son amant puisqu’ils donneront les signes d’un renoncement à toute séduction. Sans rien ôter à son charme, au reste, car Marianne est experte en ce genre de compromis (p. 258) :

Je n’avais, en un mot, que les grâces que je n’avais pu m’ôter, c’est-à-dire celles de mon âge et de ma figure, avec lesquelles je pourrai encore me soutenir, me disais-je bien secrètement en moi-même, et si secrètement que je n’y faisais pas d’attention.

45Inversement, s’il s’agit d’honorer sa première invitation à dîner, elle n’a pas besoin d’attendre l’ordre de Mme de Miran pour se « parer » (p. 275).

46N’est-ce pas au reste, plus obscurément, le pressentiment que la belle robe offerte par Climal pourrait ne pas lui être inutile pour attirer sur elle des regards bienveillants qui l’a conduite à finalement ne pas la glisser avec les autres « hardes » dans la cassette à destination de Valville ? N’en avait-elle pas déjà éprouvé l’efficacité séductrice, quelque temps auparavant, dans l’église où elle avait su capter tous les regards ? Cette robe, trace d’un commerce fort suspect avec Climal, obtenue et conservée par Marianne d’une manière fort peu honorable, joue en effet un rôle essentiel dans la séduction immédiate qu’elle exerce sur Mme de Miran lorsque celle-ci entre dans l’église et la découvre « dans la posture de la personne du monde la plus désolée » (p. 212) :

Mon affliction, qui lui parut extrême, la toucha ; ma jeunesse, ma bonne façon, peut-être aussi ma parure, l’attendrirent pour moi ; quand je parle de parure, c’est que cela n’y nuit pas.
Il est bon en pareille occasion de plaire un peu aux yeux, ils vous recommandent au cœur. Êtes-vous malheureux et mal vêtu ? Ou vous échappez aux meilleurs cœurs du monde, ou ils ne prennent pour vous qu’un intérêt fort tiède ; vous n’avez pas l’attrait qui gagne leur vanité, et rien ne nous aide tant à être généreux envers les gens, rien ne nous fait tant goûter l’honneur et le plaisir de l’être, que de leur voir un air distingué.

  • 35 Jean-Paul Sermain, « De la robe de Peau d’Âne à la parure de Marianne : Marivaux et l’expression d (...)

47Comme l’a souligné Jean-Paul Sermain, le corps de Marianne « ne peut déployer son pouvoir de séduction que par la robe qui l’enserre et qui signifie aussi une appartenance sociale (trompeuse) : il annonce à Mme de Miran une honorabilité, une proximité, qui la rendent intéressante, presque romanesque, et digne de compassion. Sans sa robe, Marianne soupçonne qu’elle n’aurait guère été vue, qu’elle n’aurait pas attendri35 ».

48Il n’est pas jusqu’à l’art du soupir que Marianne ne semble maîtriser à la perfection. Si, après l’infidélité de Valville, un soupir lui échappe au moment d’expliquer à Mme de Miran pourquoi elle ne l’appelle plus « ma mère » mais « Madame », ce serait seulement parce qu’elle n’a « pu le retenir ». Ce soupir n’en atteint pas moins parfaitement sa cible : « [il] n’échappa point à Mme Dorsin, et […] confondit l’inquiet et coupable Valville ; il en perdit toute contenance ; et en effet, il y avait de quoi. Ce soupir, avec ce respect dans lequel je me retranchais, n’avait point l’air d’être là pour rien » (p. 482).

UNE « ACTRICE DE BONNE FOI36 »

  • 36 Les Acteurs de bonne foi est l’une des dernières comédies de Marivaux (représentée pour la premièr (...)

49Si la préméditation de l’effet est en l’occurrence probable, la mémorialiste ne cesse de répéter pourtant que la mauvaise foi n’est pas une certitude, et renonce obstinément à tracer une frontière nette entre le naturel et l’imposture. En témoigne exemplairement le récit de sa vie qu’elle fait à Mlle Varthon (p. 435) :

Elle me confiait son affliction, et dans l’attendrissement où nous étions toutes deux, dans cette effusion de sentiments tendres et généreux à laquelle nos cœurs s’abandonnaient, comme elle m’entretenait des malheurs de sa famille, je lui racontai aussi les miens, et les lui racontai à mon avantage, non par aucune vanité, prenez garde, mais, ainsi que je l’ai déjà dit, par un pur effet de la disposition d’esprit où je me trouvais. […] En un mot, je ne mentis en rien, je n’en étais pas capable ; mais je peignis dans le grand ; mon sentiment me menait ainsi sans que j’y pensasse.

50L’analyse de Marianne fait ici exactement écho à celle de Jacob dans Le Paysan parvenu, à propos de la manière dont il aurait su se mettre au diapason des sentiments de Mlle Habert :

  • 37 Le Paysan parvenu, op. cit., p. 146-147.

Je me ressouviens bien qu’en lui parlant ainsi, je ne sentais rien en moi qui démentît mon discours. J’avoue pourtant que je tâchai d’avoir l’air et le ton touchant, le ton d’un homme qui pleure, et que je voulus orner un peu la vérité ; et ce qui est de singulier, c’est que mon intention me gagna tout le premier. Je fis si bien que j’en fus la dupe moi-même, et je n’eus plus qu’à me laisser aller sans m’embarrasser de rien ajouter à ce que je sentais ; c’était alors l’affaire du sentiment qui m’avait pris, et qui en sait plus que tout l’art du monde.
Aussi ne manquai-je pas mon coup ; je convainquis, je persuadai si bien Mlle Habert, qu’elle me crut jusqu’à en pleurer d’attendrissement, jusqu’à me consoler de la douleur que je témoignais, et jusqu’à me demander excuse d’avoir douté.
Je ne m’apaisai pourtant pas d’abord ; j’eus le cœur gros encore quelque temps, le sentiment me menait ainsi, et il me menait bien37.

  • 38 Jean-Paul Sermain, Rhétorique et roman au dix-huitième siècle, op. cit., p. 63.

51Au vu d’ambiguïtés aussi savamment ménagées entre authenticité et mauvaise foi, on conçoit que les critiques aient pu « tour à tour reconstituer l’architecture secrète d’un double langage qui sait donner à ses calculs et ses artifices une parfaite apparence de naturel, ou au contraire s’extasier sur la délicieuse spontanéité de Marianne et de Jacob38 ». L’hypothèse d’une ruse machiavélique ne peut certes pas être écartée chez ces deux « acteurs de bonne foi ». Mais dans le cas de Marianne du moins, on observera que l’emportement d’imagination qui la conduit à peindre son histoire « dans le grand » ne lui est en l’occurrence guère profitable (l’interruption de son récit ne permet pas à Mlle Varthon d’identifier Valville comme l’amant de Marianne).

52D’autres conduites tout aussi ambiguës semblent certes bien plus efficaces. On songera en particulier au don des larmes qui permet à Marianne de sortir du cruel dilemme où elle se trouve de ne pouvoir éternellement rester muette devant Valville, ni lui indiquer une adresse qui révélerait la médiocrité de son état : « Je pleurai donc, et il n’y avait peut-être pas de meilleur expédient pour me tirer d’affaire, que de pleurer et de laisser tout là. Notre âme sait bien ce qu’elle fait, ou du moins son instinct le sait pour elle » (p. 139). Invention instinctive et remède miraculeux, les pleurs de Marianne offrent une réponse adéquate puisqu’elles lui permettent de réduire la pénible dissonance entre les éléments nobles (que conforte son « air mignon et distingué », p. 129) et les éléments ignobles de son histoire (la boutique de Mme Dutour qui a le tort de « figurer » mal avec une aventure comme la sienne) :

Cet abattement et ces pleurs me donnèrent, aux yeux de ce jeune homme, je ne sais quel air de dignité romanesque qui lui en imposa ; qui corrigea d’avance la médiocrité de mon état, qui disposa Valville à l’apprendre sans en être scandalisé ; car vous sentez bien que tout ceci ne saurait demeurer sans quelque petit éclaircissement. Mais n’en soyez point en peine, et laissez faire aux pleurs que je répands ; ils viennent d’ennoblir Marianne dans l’imagination de son amant ; ils font foi d’une fierté de cœur qui empêchera bien qu’il ne la dédaigne (p. 140).

53On peut certes voir en ces larmes le plus habile des faux-fuyants : mais si cette ruse avait été consciente, la jeune fille n’aurait sans doute pas trouvé les moyens de la mettre en usage. « L’âme » (ou l’instinct) de Marianne fait mieux que l’esprit le plus industrieux. L’atteste plus encore la « solution » trouvée par la jeune fille un peu plus tôt pour jeter Valville à ses pieds, et qui peut encore moins être suspectée de machiavélisme : c’est en se faisant renverser par le carrosse du jeune homme qu’elle se retrouve en tête à tête avec lui, alors qu’ils viennent seulement d’échanger quelques regards à l’église, et qu’en raison de la différence prodigieuse de leur condition, une nouvelle rencontre eût été assez improbable.

  • 39 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 400-401.

54La mémorialiste ne dissimule certes pas les ruses et les calculs s’entrelaçant à ses actions a priori les plus innocentes et les plus vertueuses. Mais l’interprétation machiavélique, qui suspecterait Marianne d’une imposture systématique, relèverait ici d’une lecture « demi-habile » pour parler comme Pascal. Car c’est au fond la distinction classique entre vérité et apparence, authenticité et mauvaise foi qui se trouve ici mise en cause. En Marianne, l’entrelacement de la simplicité et de la duplicité est si inextricable que sa conduite devient justiciable non pas d’un jugement moraliste mais d’une analyse potentiellement infinie (d’où, aussi, l’inachèvement du roman). Telle est bien, comme l’a souligné René Démoris, « l’innovation fondamentale » de Marivaux, chez qui « une analyse poussée jusqu’à l’infinitésimal tend à montrer que la question de l’authenticité n’a pas de sens : chaque acte est simultanément ceci et cela. Du moment où l’on admet que n’existe pas seule cette raison géométrique qui se donne clairement pour calcul, on perçoit que l’action la plus spontanée, la plus naturelle recèle mille calculs instantanés et subconscients39 ». De proche en proche, c’est la possibilité même de juger qui est ici mise en question. Si peu éloignée que Marivaux soit encore de la tradition moraliste, et de La Bruyère en particulier, il s’emploie néanmoins à construire des figures injugeables, et qui n’ont pas à être jugées, qui se dérobent à tout jugement possible.

  • 40 Ibid., p. 413.

55S’il fallait néanmoins dégager un critère implicite de jugement, il serait à situer bien moins du côté de la motivation, foncièrement inaccessible et nécessairement impure, des actes et des discours de Marianne, que du côté de leurs effets. Pas plus que celle de Jacob, la conduite de Marianne ne nuit véritablement à qui que ce soit. La plasticité de sa conscience morale apparaît même souvent aussi obligeante qu’intéressée. Elle n’est pas la seule et peut-être pas même la principale bénéficiaire de son aptitude à se conformer à l’horizon d’attente de ceux à qui elle s’adresse et ne fait souvent que répondre à une attente et même, pourrait-on dire, à une injonction tacite de ceux dont elle sollicite la protection. Incarnant (au moins provisoirement) un idéal romanesque aux yeux de Valville, elle offre surtout à Mme de Miran des satisfactions évidentes, dont il importe peu, au fond, de savoir si elles sont maternelles, narcissiques, ou amoureuses. Là encore, la figure de Tervire sert de contre-épreuve : « sa conscience n’a rien de la souplesse suspecte de celle de Marianne : mais aussi sa rigueur la mène d’échec en échec40. » Radicalement dépourvue d’intuition et de sentiment, Tervire est une aussi piètre « dramaturge » que Marianne est une actrice éblouissante, et les scènes de reconnaissance qu’elle se plaît à organiser théâtralement, distribuant les rôles, déguisant l’épouse du fils Dursan en une femme de chambre, dictant leurs répliques à tous ceux qu’elle s’évertue à réunir, tournent immanquablement au désastre.

  • 41 René Démoris, Lectures des Fausses Confidences de Marivaux, op. cit., p. 50.

56À l’inverse, l’art dont faire preuve Marianne est moins affaire de calcul que d’intuition. Pour Marivaux, qui applique ici la thèse pascalienne, déjà développée dans Le Spectateur français, de la supériorité de l’esprit de finesse sur l’esprit géométrie, les calculs du sentiment sont plus efficaces que ceux de la raison raisonnante. L’instinct de Marianne, plus savant qu’elle, la conduit à privilégier des voies qui ne lui seront bénéfiques qu’à moyen ou long terme, ce qui implique de savoir résister à la tentation de voies moins honorables, qui la conduiraient à la fortune par des moyens non romanesques (en répondant aux attentes de Climal par exemple). Autrement dit, en se fiant globalement à « l’idée qu’elle a d’elle-même, de façon quasi instinctive, Marianne obtient des résultats que n’aurait pu lui valoir aucune conduite plus méthodique41 ». La fable de la naissance noble dont elle se berce n’est pas donnée dans le roman pour autre chose qu’un objet de croyance. L’explication cynique est pourtant déjouée. L’efficacité de cette fable ne repose pas sur l’imposture mais sur une croyance partagée : c’est parce qu’elle-même adhère à cet idéal noble et romanesque et se laisse guidée par le sentiment qu’elle séduit ou persuade ceux dont elle sollicite la protection.

Notes

1 Pour Marivaux, l’intérêt d’une re-lecture est un critère essentiel dans l’évaluation des romans : « Les romans d’à présent lus une fois ne sont bons qu’à jeter. Relisez-les une seconde fois, vous y trouverez une sécheresse et un vide de pensées qui vous en rebute » (Les Effets surprenants de la sympathie, op. cit., p. 9).

2 « Je ne vous plains point, monsieur, vous êtes en bonne compagnie, un peu dangereuse à la vérité ; je n’y crois pas votre cœur fort en sûreté, dit-elle à Valville en nous saluant » (p. 144-145).

3 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 207.

4 Marie-Anne Arnaud, « La Vie de Marianne et Le Paysan parvenu : itinéraire féminin, itinéraire masculin à travers Paris », RHLF, no 3, 1982, p. 398.

5 « Si j’avais mon père et ma mère, il y a toute apparence que j’en aurais moi-même, au lieu d’en servir à personne » (p. 81) ; « Si l’une des deux dames était ma mère, il y avait plus d’apparence que c’était la jeune et la mieux mise… » (p. 61).

6 Pascal, Trois discours sur la condition des grands (1670), dans Œuvres complètes, Jacques Chevalier (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, p. 366.

7 Voir la célèbre analyse de ce conte par Louis Marin dans Le récit est un piège, Paris, Minuit, 1978, p. 117-143.

8 Au théâtre, Marivaux conserve en général le dédoublement plus traditionnel de ces deux fonctions : Flaminia et le Prince dans La Double Inconstance, Dubois et Dorante dans Les Fausses Confidences, etc. Une exception toutefois : la Silvia du troisième acte du Jeu de l’amour et du hasard.

9 Franck Salaün « Marivaux et le devenir-femme. La formation des qualités féminines dans La Vie de Marianne », dans L’autorité du discours. Recherches sur le statut des textes et la circulation des idées dans l’Europe des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 383.

10 « En vérité, j’étais déplacée, et je n’étais pas faite pour être là » souligne la mémorialiste lorsque Marianne s’installe dans la boutique de Mme Dutour (p. 86).

11 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 207.

12 « Son mariage aurait sans doute été déclaré nul, s’il avait voulu ; son âge, l’extrême inégalité des conditions, l’infamie de ces petites gens avec lesquels il s’était allié, le crédit et les richesses de sa mère, tout était pour lui, tout l’aurait aidé à se tirer d’affaire, s’il avait seulement commencé par se séparer de cette fille » (p. 575).

13 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 222.

14 C’était malgré elle qu’on l’envoyait au couvent » (Manon Lescaut, op. cit., p. 153).

15 Voir nos Espaces du féminin dans le roman français du dix-huitième siècle, op. cit., p. 23.

16 Frédéric Deloffre a souligné les liens étroits entre cette histoire et le roman de Marivaux dans la préface de son édition (La Vie de Marianne, op. cit., p. xxi et suiv.).

17 Robert Challe, Les Illustres Françaises [1713], Frédéric Deloffre et Jacques Cormier (éd.), Genève, Droz, 1991, p. 2.

18 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 109.

19 « Si j’avais été en bonne santé, il n’aurait pas pris garde à moi ; c’est mon évanouissement qui en a fait un infidèle. Et vous qui êtes si aimable, si capable de faire des passions, peut-être avez-vous eu besoin d’être infortunée, et d’être dangereusement tombée à sa porte, pour le fixer quelques mois » (p. 460).

20 Jean-Paul Sermain, « L’art du lieu commun chez Marivaux. L’opposition “res” et “verba” dans La Vie de Marianne », RHLF, no 6, 1984, p. 899.

21 Ibid., p. 898.

22 Jean-Paul Sermain, Rhétorique et roman au dix-huitième siècle. L’exemple de Prévost et de Marivaux, Oxford, Voltaire Foundation, 1999 [1985], p. 126.

23 Ibid., p. 84.

24 Ibid., p. 64.

25 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 214.

26 Annick Jugan, Les variations du récit dans La Vie de Marianne de Marivaux, op. cit., p. 130.

27 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 354.

28 Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, dans Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 153.

29 Jean-Paul Sermain, Rhétorique et roman au dix-huitième siècle, op. cit., p. 147.

30 Ibid., p. 50.

31 Le Cabinet du philosophe, op. cit., Feuille 2, p. 173.

32 Voir, sur ce point : Didier Souiller, Le roman picaresque, Paris, PUF, 1980 ; et Cécile Cavillac, L’Espagne dans la trilogie « picaresque » de Lesage : emprunts littéraires, empreinte culturelle, Presses universitaires de Bordeaux, 1984.

33 René Démoris, « De l’importance d’être badin… », art. cité, p. 144.

34 Jean Dagen, Préface à La Vie de Marianne, Paris, Gallimard, « Folio », 1997, p. 37.

35 Jean-Paul Sermain, « De la robe de Peau d’Âne à la parure de Marianne : Marivaux et l’expression de soi », dans Poétique de la pensée. Études sur l’âge classique et le siècle philosophique en hommage à Jean Dagen, Béatrice Guion, Maria Susana Seguin, Sylvain Menant et Philippe Sellier (dir.), Paris, Honoré Champion, 2006, p. 880.

36 Les Acteurs de bonne foi est l’une des dernières comédies de Marivaux (représentée pour la première fois en octobre 1748).

37 Le Paysan parvenu, op. cit., p. 146-147.

38 Jean-Paul Sermain, Rhétorique et roman au dix-huitième siècle, op. cit., p. 63.

39 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 400-401.

40 Ibid., p. 413.

41 René Démoris, Lectures des Fausses Confidences de Marivaux, op. cit., p. 50.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search