Version classiqueVersion mobile

Mémoires d'une inconnue

 | 
Christophe Martin

Chapitre 2. La poétique négative de La Vie de Marianne

Texte intégral

1Si l’on excepte la préface des Serments indiscrets (1732) et les considérations égrenées au fil de ses diverses feuilles périodiques, l’œuvre de Marivaux est remarquablement avare de considérations théoriques (c’est là, il est vrai, une caractéristique générale de l’esthétique rococo). Les éléments paratextuels, lorsqu’ils existent, ne délivrent pas directement les éléments d’un art poétique puisqu’ils font presque toujours partie intégrante de la fiction. Les « avertissements » qui figurent en tête de la première et de la seconde partie de La Vie de Marianne sont de ce point de vue exemplaires. Ils ne fournissent des indications sur la poétique de La Vie de Marianne que de manière oblique, à travers le filtre d’une fiction convenue (le topos du manuscrit trouvé) et en multipliant les dénégations : celui qui donne cette histoire au public « pour voir ce qu’on en dira » (p. 56) n’en est pas l’auteur et s’est borné à « retoucher quelques endroits trop confus ou trop négligés » (p. 55). L’homme qui lui a confié ce manuscrit trouvé par hasard dans sa maison de campagne n’est pas davantage un auteur (p. 58) et Marianne non plus (p. 112). Elle « n’a pas songé à faire un roman » (p. 112), elle ne sait pas où prendre un style (p. 58) et ne sait pas seulement ce que c’est (p. 60). En racontant sa vie, elle n’a d’autre souci que de produire un récit qui soit agréable à la destinataire de ses lettres. Quant au roman lui-même, la poétique que l’on peut inférer de sa lecture et découvrir « en creux » semble caractérisée par une nouvelle série de choix négatifs : refus des aventures et réduction drastique de la matière narrative au profit d’une prolifération des digressions réflexives ; refus du principe de composition et de la détermination préalable d’un plan, la publication de l’œuvre par « parties séparées » autorisant l’auteur à se soustraire à l’obligation de tout prévoir et d’inventer une histoire complète ; refus corrélatif de l’exigence d’achèvement : dans les trois dernières parties, Marianne suspend son récit, donnant la parole à Tervire, dont l’histoire reste tout aussi inachevée que la sienne ; évitement du topos de la reconnaissance, qui aurait permis de faire toute la lumière sur la naissance de Marianne ; refus même de focaliser l’intrigue sur une histoire d’amour, l’infidélité de Valville n’apparaissant finalement pas comme une catastrophe pour Marianne…

LE TOPOS DU MANUSCRIT TROUVÉ

2Moyen paradoxal mais en réalité fort conventionnel d’afficher le caractère fictif d’un récit, le topos du manuscrit trouvé est traité avec une évidente désinvolture dans La Vie de Marianne. Outre que cette fiction succède immédiatement à une page de titre qui affiche le nom de l’auteur véritable (alors même que la pratique de l’anonymat était alors très fréquente), « l’éditeur » ne donne, pour convaincre de l’authenticité du manuscrit dont il publie la première partie, qu’un argument purement formel : « Ce qui est de vrai, c’est que si c’était une histoire simplement imaginée, il y a toute apparence qu’elle n’aurait pas la forme qu’elle a » (p. 55). La Vie de Marianne s’éloignerait trop des usages du roman contemporain pour être l’œuvre d’un écrivain. L’usage constant des « réflexions » serait l’indice d’une narration naïve, ignorant tout des codes de la littérature romanesque. Mais loin d’être un gage d’authenticité, la remarque relève à l’évidence de cette poétique indirecte évoquée plus haut. C’est le moyen que le roman se donne pour alerter le lecteur sur l’une de ses originalités majeures : s’écartant des conventions du roman contemporain, il contient de longues et fréquentes réflexions et ne se borne pas à relater des « aventures ».

3Après l’Avertissement, la fiction du manuscrit trouvé se développe sur quelques lignes, à l’ouverture de la première partie, sous la plume de celui qui affirme avoir trouvé les lettres de Marianne dans la maison de campagne qu’il a achetée six mois plus tôt. Ce récit paraît d’autant moins apte à accréditer la thèse de l’authenticité du manuscrit qu’il prend presque la forme d’un petit roman (p. 57) :

Il y a six mois que j’achetai une maison de campagne à quelques lieues de Rennes, qui, depuis trente ans, a passé successivement entre les mains de cinq ou six personnes. J’ai voulu faire changer quelque chose à la disposition du premier appartement, et dans une armoire pratiquée dans l’enfoncement d’un mur, on y a trouvé un manuscrit en plusieurs cahiers contenant l’histoire qu’on va lire, et le tout d’une écriture de femme.

  • 1 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 13. Jan Herman a prolongé cette analyse : « Mar (...)

4Dans ce récit, certains détails paraissent aussi gratuits que ceux qui foisonnent dans le récit de l’attaque du carrosse qui lui succède presque immédiatement. Ici et là, ces détails semblent n’avoir d’autre fonction que de brouiller les pistes, et décourager toute possibilité d’identification. L’origine du manuscrit est vouée à rester aussi mystérieuse que celle de Marianne. Cet isomorphisme ne doit évidemment rien au hasard : « le manuscrit trouvé figure par avance l’enfant trouvé dont il raconte précisément l’histoire1. »

  • 2 Jean-Paul Sermain, « Méduse-marionnette : La Vie de Marianne de Marivaux (1728-1741) et l’héritage (...)
  • 3 Henri Coulet a fait un relevé exhaustif de ces remarques de Marianne, en les reliant au rythme rée (...)

5Ces lettres, est-il précisé, sont vieilles de quarante ans, et constituent donc un ensemble supposé prêt à la publication. Le propos concorde avec celui de « l’éditeur » qui indique que si la première partie de La Vie de Marianne plaît aux lecteurs, « le reste paraîtra successivement ; il est tout prêt » (p. 56). Or, comme l’a relevé Jean-Paul Sermain, « le romancier oublie bientôt cette fiction et laisse sa Marianne écrire ses lettres au rythme des remarques de son interlocutrice et même des lecteurs2 ». De fait, si l’Avertissement de la seconde partie prolonge la fiction de « l’éditeur » (qui, au reste, ne tardera pas à être également abandonnée : on ne trouve plus ensuite aucun avertissement à l’ouverture des différentes parties du roman), il n’est plus question de ce manuscrit supposé complet, et Marianne reste (dans la fiction) seule maîtresse du rythme capricieux des livraisons successives de son récit. Au début de chaque partie, la narratrice insiste sur la lenteur ou la rapidité de sa rédaction, explique ses retards, anticipe la surprise ou la déception de sa destinataire3. La septième partie présente même une sorte de bilan quant au rythme général de sa production (p. 397) :

Souvenez-vous-en, madame ; la deuxième partie de mon histoire fut si longtemps à venir, que vous fûtes persuadée qu’elle ne viendrait jamais. La troisième se fit beaucoup attendre ; vous doutiez que je vous l’envoyasse. La quatrième vint assez tard ; mais vous l’attendiez, en m’appelant une paresseuse. Quant à la cinquième, vous n’y comptiez pas sitôt lorsqu’elle arriva. La sixième est venue si vite qu’elle vous a surprise : peut-être ne l’avez-vous lue qu’à moitié, et voici la septième.

6De fait, près de trois ans s’écoulent entre la première et la seconde partie, près de deux ans entre la seconde et la troisième, quatre mois entre la troisième et la quatrième, etc. Ainsi, loin de chercher à accréditer la fiction du manuscrit trouvé, Marivaux semble avoir préféré jouer sur une sorte d’équivalence entre écriture réelle et narration fictive, entre le mode de publication de son roman « par parties séparées » (nous y reviendrons) et le temps d’écriture de Marianne, accentuant par là-même l’originalité qu’il revendiquait implicitement dès l’Avertissement : les aventures de Marianne importent moins en elles-mêmes que comme occasions données à Marianne narratrice d’exercer son esprit, autrement dit comme moyens de créer, on l’a dit, un remarquable effet de présence de la mémorialiste.

  • 4 Voir Jean Rousset, « Marivaux ou la structure du double registre », art. cité.

7Dans La Vie de Marianne, Marivaux a su exploiter les potentialités propres au roman-mémoires d’une manière très largement inédite. Sans doute, comme l’a montré Jean Rousset, parce que ce double niveau correspond à une structure profonde de l’œuvre marivaudienne4. C’est ainsi que « la Marianne du présent a pour la Marianne du passé le regard d’un auteur pour un personnage dont il connaît la destinée et qui lui est à demi-étranger ». Cette distance (souvent étrangère à la narration pathétique des mémorialistes prévostiens) à l’égard de ses aventures anciennes et ses incessantes interruptions du récit rapprochent la mémorialiste du narrateur ironique de Pharsamon. Mais de ce détachement (au moins relatif) à l’égard de son existence passée, Marianne est aussi et surtout redevable aux différentes figures de « journalistes » inventées par Marivaux, auxquelles elle emprunte en particulier un art achevé de conjoindre activité narrative et réflexions morales. C’est en intervenant sans cesse dans son récit et en multipliant les réflexions qu’elle acquiert une présence et une force inédites dans son activité de mémorialiste.

MOINS DE FAITS, PLUS DE MORALE

8Tout se passe en effet comme si Marivaux avait élargi au roman le principe constitutif de ses « journaux », insufflant à Marianne l’énergie intellectuelle qu’il avait déployée auparavant sous le masque du Spectateur français et, de manière quasi contemporaine, sous celui de l’Indigent philosophe. Telle est bien l’originalité majeure que Marivaux revendique implicitement dans les avertissements des deux premières parties : si La Vie de Marianne était un roman, « il y aurait plus de faits et moins de morale » ; ce qui prouve que le manuscrit trouvé n’est pas « une histoire simplement imaginée », c’est que Marianne « ne s’est refusée aucune des réflexions qui lui sont venues sur les accidents de sa vie » (p. 55). « L’éditeur » y insiste à nouveau trois ans plus tard, en réplique aux lecteurs agacés par l’abondance excessive de ses réflexions : « Si vous regardez la Vie de Marianne comme un roman, vous avez raison, votre critique est juste ; il y a trop de réflexions, et ce n’est pas là la forme ordinaire des romans, ou des histoires faites simplement pour divertir. Mais Marianne n’a point songé à faire un roman non plus » (p. 111-112).

  • 5 Georges May, Le dilemme du roman au XVIIIe siècle : étude sur les rapports du roman et de la criti (...)
  • 6 Marivaux, Le Paysan parvenu, op. cit., p. 50.
  • 7 Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, Frédéric Deloffre et Raymond Picard (éd.), P (...)

9Une telle insistance ne doit rien au hasard. Loin de constituer une justification de ce qui serait un « défaut » du roman, elle implique une discrète mais double provocation. La première est de mettre « l’éditeur » en situation de s’excuser de publier un manuscrit comportant peu de faits et trop de morale. Paradoxe plaisant pour un roman, genre alors voué (comme l’a montré Georges May) à se faire taxer d’immoralité dès qu’il s’efforce de produire les effets de vérité que le public attend désormais, autrement dit dès qu’il rompt avec l’idéalisme de la haute romancie5. L’insistance du péritexte de La Vie de Marianne sur l’omniprésence des réflexions morales a pour effet de désigner et de masquer tout à la fois l’absence flagrante de toute référence à une visée instructrice du récit, que ce soit dans le discours de l’éditeur ou dans celui de la mémorialiste. Jacob prendra du moins la peine de signaler que le récit de ses aventures « ne sera pas inutile à ceux qui aiment à s’instruire6 », sans préciser il est vrai en quoi pourrait bien consister cette instruction. Marianne ni « l’éditeur » de son manuscrit ne se soucient même de faire signe, fût-ce allusivement, en direction du fameux précepte horacien de l’utile dulci (joindre l’utile à l’agréable). Au détour d’une de ses digressions, Marianne ira jusqu’à préciser qu’elle « ne veut instruire personne » (p. 74). En indiquant « en creux » que son roman se dérobe à toute visée morale, Marivaux prolonge implicitement la critique que développait le Télémaque travesti à l’encontre de Fénelon et de tous ceux qui assignent à la fiction une visée instructrice, voire édifiante, montrant que le jeu de l’exemplum peut s’apparenter à un leurre (au moment où Marivaux rédigé l’Avertissement de La Vie de Marianne, Prévost répond ironiquement à cette exigence de moralité en présentant Manon Lescaut – récit dont la valeur normative est loin d’être évidente – en laissant son narrateur Renoncour présenter le texte comme un « traité de morale, réduit agréablement en exercices7 »).

  • 8 Desfontaines, Le Pour et Contre, 1734, Nombre XXX, déjà cité supra.
  • 9 Henri Coulet, « Les lieux communs romanesques dans La Vie de Marianne », Études littéraires, 1991, (...)

10La seconde provocation n’est guère moins audacieuse. Elle consiste, avant même que le roman commence, à décevoir en partie l’attente suscitée par son sous-titre : Les Aventures de Madame la comtesse de ***. Car en fait d’aventures, l’Avertissement se plaît aussitôt à l’annoncer, il faudra que le lecteur se contente de bien peu. Desfontaines ne s’est pas privé de le souligner dans sa critique de la seconde partie : « Marianne va à l’église, elle y attire les regards, elle se blesse le pied en sortant, on la panse, elle est conduite chez elle, ce sont tous les faits du livre8. » À ce point de vue, les choix romanesques de Marivaux sont diamétralement opposés à ceux de Prévost, qui élargit au contraire le champ d’aventures de ses héros, lesquels arpentent le globe en tout sens, quitte à revisiter parfois certains hauts lieux de la romancie. Inversement, dans La Vie de Marianne, Marivaux élimine soigneusement tous les topoi qui sont « liés à une thématique caractérisée, celle de ce que le père Bougeant, dans son Voyage du prince Fan-Férédin (1735), appelle la Haute-Romancie, naufrage dans une île inconnue, enlèvement de l’héroïne par les Barbaresques, princes travestis, femmes déguisées en hommes, etc.9 ». Refusant même à peu près toute aventure, Marivaux se fixe sur une matière narrative presque infime, aussi dépourvue de péripéties que possible. Le rapport de proportion entre temps de la narration et temps de la fiction devient dès lors extrêmement singulier si l’on se réfère aux conventions romanesques alors en usage, Marianne n’hésitant pas à étirer démesurément son récit par de fréquentes réflexions qui en interrompent le cours, ou par une attention aux détails les plus minuscules.

11Cet épuisement de la matière narrative a pour corollaire, en effet, une prolifération des digressions réflexives vivement critiquée par Desfontaines dès la parution de la première partie de La Vie de Marianne :

  • 10 Desfontaines, Le Nouvelliste du Parnasse, Paris, Chaubert, 1731 (cité dans La Vie de Marianne, Fré (...)

Quoique Marianne dise je ne sais point philosopher, et je ne m’en soucie guère, car je crois que cela n’apprend rien qu’à discourir, c’est pourtant une vraie discoureuse, qui au lieu de se contenter de bien peindre et de narrer avec une vivacité expressive (ce qui est son talent), s’interrompt elle-même fréquemment pour se jeter sans nécessité dans des raisonnements abstraits, dont le lecteur la dispenserait volontiers10.

12En 1734, les jugements de Desfontaines deviennent encore plus sévères :

  • 11 Desfontaines, Le Pour et Contre, Nombre XXX, p. 345, déjà cité supra.

La seconde partie de La Vie de Marianne n’a pas été reçue du public comme la première. Les réflexions ont paru trop recherchées, trop longues et trop fréquentes. […] N’est-il pas contre l’essence de la narration de faire ainsi à chaque instant de longues réflexions ? Si la brochure était purgée de ses moralités, il n’en resterait pas six pages. Ces moralités ne doivent être que l’accessoire, et elles sont le principal contre toutes les règles de la nature11.

  • 12 « Un auteur ne peut affectionner ni rendre attentifs à l’esprit qu’il nous présente qu’en donnant, (...)

13Là est bien l’infraction majeure de La Vie de Marianne au code de la narration classique : non seulement le récit de la mémorialiste est mené sur le double plan de l’action et de la réflexion, mais la règle de subordination de la seconde à la première y est presque systématiquement transgressée, comme si les « faits » n’étaient là que pour « donner chair aux idées12 ».

  • 13 Marivaux répliquera indirectement à Crébillon dans la quatrième partie du Paysan parvenu. Mais en (...)

14Un tel effacement des faits au profit de la réflexion morale contrevenait ouvertement aux principes édictés en particulier par Du Plaisir dans ses Sentiments sur les lettres et sur l’histoire avec des scrupules sur les style (1683) au nom de « l’essence de la narration » et en faveur des impératifs de pureté du récit et de la fonction représentative dans la nouvelle classique. Tels sont exactement les griefs développés à la fin du livre second de Tanzaï et Néadarné de Crébillon (1734) au sujet du récit de la fée Moustache (figuration transparente de Marivaux13). À l’imitation de Marianne, la fée se plait à égrener sa narration sinueuse de réflexions proliférantes, pour le plus grand plaisir de Néadarné, mais au grand dam du prince Tanzaï :

  • 14 Crébillon, Tanzaï et Néadarné, histoire japonaise, Jean Sgard et Jean-François Perrin (éd.), dans (...)

Les belles réflexions ! dit encore Néadarné. Quand il serait vrai, reprit Tanzaï, qu’elles fussent aussi belles que vous le dites, je ne les en aimerais pas davantage. Je les trouve longues et déplacées, et je ne sache rien de si ridicule que d’avoir de l’esprit mal à propos. Il y a trois heures au moins que Moustache nous tient en haleine pour une histoire que j’aurais faite en un quart d’heure. […] Si par hasard un fait fournit une réflexion, qu’on la fasse, mais qu’elle n’anéantisse jamais le fond ; qu’elle soit courte ; qu’elle ramène l’auditeur à l’attention qu’il doit avoir pour le narré qu’on lui fait14.

15Ces critiques laissent clairement entendre que la transgression opérée par La Vie de Marianne à l’égard du « bon usage » des réflexions dans le roman a d’abord été perçue comme un archaïsme, un regrettable retour aux pratiques du roman héroïco-galant. Et de fait, c’est bien la nostalgie d’un ancien code romanesque que l’on pouvait discerner dès l’« Avis au lecteur » des Effets surprenants de la sympathie :

  • 15 Les Effets surprenants de la sympathie, dans Œuvres de jeunesse, op. cit., p. 8-9.

Je trouve à mon gré qu’on a retranché des romans tout ce qui pouvait les rendre utiles, et souvent même intéressants. Ceux qu’on compose à présent ne sont que de simples aventures racontées avec une hâte qui amuse le lecteur à la vérité, mais qui ne l’attendrit, ni ne le touche. […] L’auteur de celles que je donne n’était pas apparemment de ce goût ; car son roman est semé de réflexions […]. Les romans d’à présent lus une fois ne sont bons qu’à jeter. Relisez-les une seconde fois, vous y trouverez une sécheresse et un vide de pensées qui vous en rebute ; ce n’est qu’un amas, pour ainsi dire, d’actions sans âme15.

  • 16 René Démoris, « De la morale du pied au bourreau de soi-même : réflexions sur les aventures de la (...)

16S’affirmaient à nouveau ici en toute clarté les options anti-classiques de Marivaux : c’est bien en effet la fiction du règne du Roi-Soleil qui s’est efforcée d’« éliminer la fonction réflexive auparavant assumée par le romancier, cette voix moralisante référée à l’auteur lui-même, chargée à la fois de produire des énoncés généraux explicatifs et normatifs » : « On tend à un récit pur qui élimine les “réflexions” et leurs versions dialogiques, les “conversations” chères à Mlle de Scudéry, aussi bien que d’autres “ornements” comme les descriptions16. »

« UNE FEMME QUI PENSE »

17Dans La Vie de Marianne néanmoins, Marivaux se garde bien de toute référence à cet usage pré-classique des digressions morales. Bien au contraire, c’est à un modèle conversationnel on ne peut plus « moderne » que se réfère l’Avertissement de la seconde partie (p. 112) :

En contant ses aventures, [Marianne] s’imagine être avec son amie, lui parler, l’entretenir, lui répondre ; et dans cet esprit-là, mêle indistinctement les faits qu’elle raconte aux réflexions qui lui viennent à propos de ces faits : voilà sur quel ton le prend Marianne. Ce n’est, si vous voulez, ni celui du roman, ni celui de l’histoire, mais c’est le sien : ne lui en demandez pas d’autre. Figurez-vous qu’elle n’écrit point, mais qu’elle parle ; peut-être qu’en vous mettant à ce point de vue-là, sa façon de conter ne vous sera pas si désagréable.

  • 17 Desfontaines, Le Pour et Contre, Nombre XXX, p. 345, déjà cité supra.

18Même s’il n’emporta pas l’adhésion de Desfontaines (« un homme qui conterait ainsi de vive voix ne passerait-il pas dans une compagnie pour un babillard importun et insupportable17 ? »), l’argument ne manque ni de pertinence, ni d’efficacité, et prolonge une remarque incidente de Marianne dans la première partie (p. 90) :

Peut-être devrais-je passer tout ce que je vous dis là ; mais je vais comme je puis, je n’ai garde de songer que je vous fais un livre, cela me jetterait dans un travail d’esprit dont je ne sortirais pas ; je m’imagine que je vous parle, et tout passe dans la conversation. Continuons-la donc.

19Fondant ainsi son esthétique sur le ton libre de la conversation, le roman de Marivaux s’inscrit non plus dans la tradition archaïque de la « haute romancie », mais dans le cadre de la mondanité galante du début du XVIIIe siècle.

  • 18 Voir : Antonia Zagamé, L’écrivain à la dérobée. L’auteur dans le roman à la première personne (172 (...)

20Érigé en principe de lecture, cet argument permet surtout de naturaliser l’expansion vertigineuse de la réflexion morale dans le roman en faisant de ce babil le signe distinctif de la féminité de Marianne18. C’est exactement l’argument qu’avance Marianne dans l’une des nombreuses digressions métaréflexives du roman (p. 121) :

Mais m’écarterai-je toujours ? Je crois qu’oui ; je ne saurais m’en empêcher : les idées me gagnent, je suis femme, et je conte mon histoire ; pesez ce que je vous dis là, et vous verrez qu’en vérité je n’use presque pas des privilèges que cela me donne.

  • 19 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 20.
  • 20 Ce lieu commun figure encore en bonne place dans le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert (« g (...)

21Comme l’a souligné Béatrice Didier, « le lieu de la parole [de Marianne] se situe par rapport à son sexe19 ». Dés lors, toutes les caractéristiques les plus frappantes, voire les plus choquantes de sa narration peuvent être versées au compte de sa féminité : les caprices de la rédaction, le caractère oral du récit, le refus d’écrire un livre, et surtout la pratique systématique de la digression. L’habileté de l’argument avancé par l’Avertissement de la seconde partie (faire comme si Marianne parlait) vient de ce que l’art de la conversation et l’écriture épistolaire étaient alors reconnus comme les domaines de prédilection du « génie » féminin20. L’attestent en particulier les célèbres remarques de La Bruyère sur l’écriture épistolaire féminine :

  • 21 La Bruyère, « Des ouvrages de l’esprit », 37 (IV), Les Caractères, Robert Garapon (éd.), Paris, Ga (...)

Ce sexe va plus loin que le nôtre dans ce genre d’écrire. Elles trouvent sous leur plume des tours et des expressions qui souvent en nous ne sont l’effet que d’un long travail et d’une pénible recherche ; elles sont heureuses dans le choix des termes, qu’elles placent si juste, que tout connus qu’ils sont, ils ont le charme de la nouveauté, semblent être faits seulement pour l’usage où elles les mettent ; il n’appartient qu’à elles de faire lire dans un seul mot tout un sentiment, et de rendre délicatement une pensée qui est délicate ; elles ont un enchaînement de discours inimitable, qui suit naturellement, et qui n’est lié que par le sens. Si les femmes étaient toujours correctes, j’oserais dire que les lettres de quelques-unes d’entre elles seraient peut-être de ce que nous avons dans notre langue de mieux écrit21.

22La manière dont La Bruyère caractérise le genre de la lettre familière comme spécifiquement féminin s’applique remarquablement à certaines caractéristiques essentielles de la narration de Marianne, naturelle et badine, et surtout heureusement soustraite à tout modèle. Pour un partisan des Anciens comme La Bruyère, l’écriture féminine épistolaire est implicitement le seul « genre d’écrire » qui puisse atteindre à l’excellence sans se plier au principe de l’imitation, les femmes étant, sauf exception, privées d’accès à la culture savante et aux grands modèles de l’Antiquité, et donc exclue des « grands » genres.

  • 22 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 22.
  • 23 Voir « De l’importance d’être badin : pour une mise en situation des Mémoires de la vie de Henriet (...)
  • 24 Voir Jean-Christophe Abramovici, « L’écriture féminine chez Marivaux », dans « Marivaux moderne et (...)
  • 25 Voir : Annie Rivara, Les sœurs de Marianne : suites, imitations, variations, 1731-1761, Oxford, Vo (...)
  • 26 Claude Reichler, « Portes du gynécée », dans « Littérature et secret », Versants, no 2, hiver 1981 (...)
  • 27 Anne Deneys-Tunney, « Marianne ou le babillage du corps », Écritures du corps : de Descartes à Lac (...)

23Marivaux n’est certes pas le premier romancier à s’être approprié une voix féminine (qu’on pense aux Lettres de la religieuse portugaise de Guilleragues), mais « rares sont ceux qui ont poussé l’expérience aussi loin dans la reconstitution du style de l’autre, de ce que le XVIIIe siècle peut considérer comme l’essence du style féminin22 ». De fait, Marivaux semble avoir su capter tout l’héritage d’écritures féminines reconnues comme des modèles à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle dans le genre mineur de la lettre familière (Mme de Sévigné), du conte de fées (le genre triomphe autour de 1700 et est alors essentiellement pratiqué par des conteuses telles que Mme de Murat ou Mme d’Aulnoy), ou encore du roman (plus qu’à Mme de Lafayette, on songera à Mme de Villedieu et en particulier aux Mémoires de Henriette Sylvie de Molière dont Marivaux s’est très probablement inspiré23). C’est bien cette prouesse du romancier, parvenant à reconstituer ce style supposé propre aux femmes24, créant un effet de féminité à partir des traits constitutifs du discours de Marianne qui, dans une large mesure, explique le pouvoir de fascination exercée alors par La Vie de Marianne, dont témoigne la très longue liste de ses imitateurs, au moins jusque dans les années 176025. Ce faisant, Marivaux, en effet, a joué un rôle essentiel dans le vaste mouvement de polarisation du roman autour du mundus muliebris, le romancier des Lumières choisissant fréquemment de faire parler un personnage féminin et de manière plus générale, apparaissant souvent comme une sorte de « grand inquisiteur du secret de la femme26 ». Affinant le dispositif énonciatif de la Lettre contenant une aventure, celui de La Vie de Marianne (un homme découvrant au fond d’une armoire une série de lettres qu’une femme adresse à une autre) semble donner accès au cœur même de la féminité : « l’atmosphère de secret qui entoure le début du récit, faisant de cette narration une “confidence”, installe d’emblée le lecteur dans la position du voyeur […]. L’acte même de pénétrer cet espace secret, fermé que constitue la féminité, provoque le plaisir érotique de ce texte27. » À ce point de vue, La Vie de Marianne pourrait même être rapprochée de ces « romans à transformations », contes à la fois merveilleux et libertins qui fleurissent dans la première moitié du XVIIIe siècle, et qui permettent à un narrateur masculin de s’approcher au plus près de l’intimité féminine en se métamorphosant en sièges divers (comme dans Le Sopha de Crébillon, rédigé en 1737, ou Le Canapé couleur de feu de Fougeret de Montbron, publié en 1741), ou même en femme (comme dans L’Histoire véritable de Montesquieu, rédigé vers 1730). Mais de tels rapprochements ne peuvent que souligner par contraste la fécondité du dispositif énonciatif de La Vie de Marianne. Dans le « roman à transformations », le récit est toujours celui d’une expérience révolue (d’où le caractère fortement stéréotypé de discours fondés sur l’exigence au moins implicite de délivrer un « savoir » sur la féminité). À l’inverse, l’appropriation de la voix féminine est une expérience narrative indéfinie (à tous les sens du terme dans le cas de La Vie de Marianne) dont la visée ne saurait se réduire à la révélation d’une vérité sur la féminité et qui repose sur le principe d’une identification possible à l’autre sexe (d’où chez Marivaux un renoncement définitif au scénario de l’effraction dans l’intimité féminine auquel se conformait idéalement la scène fameuse de la coquette surprise dans la première feuille du Spectateur français).

  • 28 Florence Lotterie, Le genre des Lumières. Femme et philosophe au XVIIIe siècle, Paris, Classiques (...)
  • 29 Léo Spitzer, « À propos de La Vie de Marianne, lettre à M. Georges Poulet », Études de style [1959 (...)

24Dans La Vie de Marianne, le savoir féminin apparaît comme « celui qui correspond à une nature, une spontanéité où l’esprit de coquetterie, compris comme disposition innée de la femme à saisir les rouages de l’amour-propre, donne son aliment à la pénétration28 ». En fondant l’esthétique vagabonde et digressive du récit de Marianne sur la part supposée féminine de l’enjouement, du badinage, du caprice et de la coquetterie, le roman de Marivaux conduit, selon le mot de Léo Spitzer, à une « glorification du principe féminin dans la pensée humaine29 ».

RÉCIT ET RÉFLEXION

  • 30 Jean-Paul Sermain, « Méduse-marionnette… », art. cité, p. 116.

25Encore faut-il ne pas s’y tromper : l’explication par le « genre » (gender) offre certes une justification idéale à certains traits caractéristiques de la narration de Marianne, mais elle ne fait en un sens que redoubler la transgression : Marivaux « montre “une femme qui pense” (p. 112), à “l’esprit sérieux et philosophe” (p. 55), opérant ainsi une double infraction générique : Marianne offre ce qu’on n’attend pas d’une femme, et Marivaux ce qu’on n’attend pas d’un roman, l’activité d’une pensée et non le compte-rendu d’aventures30 ». Et la naturalité de cette « philosophie de tempérament » (pour reprendre la formule du Spectateur français) fondée sur la liberté de digresser et sur l’esprit supposé « naturel » aux femmes est donnée comme un leurre par Marianne elle-même dans l’incipit de la sixième partie, lorsqu’elle annonce que Tervire ne sera pas « babillarde » et qu’elle-même renonce désormais à l’être (p. 342) :

Mais je songe que ce mot de babillarde, que je viens de mettre là sur mon compte, pourrait fâcher d’honnêtes gens qui ont aimé mes réflexions. Si elles n’ont été que du babil, ils ont donc eu tort de s’y plaire, ce sont donc des lecteurs de mauvais goût. Non pas, messieurs, non pas ; je ne suis point de cet avis ; au contraire, je n’oserais dire le cas que je fais de vous, ni combien je me sens flattée de votre approbation là-dessus. Quand je m’appelle une babillarde, entre nous, ce n’est qu’en badinant, et que par complaisance pour ceux qui m’ont peut-être trouvée telle ; et la vérité est que je continuerais de l’être, s’il n’était pas plus aisé de ne l’être point.

26Récusant toute concession aux détracteurs du « babillage », Marivaux souligne, par la voix de Marianne, la difficulté extrême de cet entrelacement constant de la pensée et du récit. Car on ne saurait réduire les « petites réflexions » de Marianne à des variations plus ou moins badines sur les maximes de La Rochefoucauld. Certes, les énoncés généraux sont légion dans ses mémoires (« on croit souvent avoir la conscience délicate, non pas à cause des sacrifices qu’on lui fait, mais à cause de la peine qu’on prend avec elle pour s’exempter de lui en faire », p. 126 ; « il n’y a pas trop loin d’être si aimable à n’être plus digne d’être aimée », p. 128 ; « il faut se redresser pour être grand : il n’y a qu’à rester comme on est pour être petit », p. 195 ; « car quelquefois on est glorieux avec soi-même, on fait des lâchetés qu’on ne veut pas savoir, et qu’on se déguise sous d’autres noms », p. 196, etc.).

27Mais la dimension réflexive du récit s’étend bien au-delà de ces maximes qui n’en constituent que la partie la plus visible, et sans doute la plus superficielle. Non seulement le « babillage » de Marianne prend des tournures souvent bien plus digressives (en témoignent par exemple ses remarques sur le suicide, p. 129), mais dans ses formes les plus caractéristiques, il se développe au point de former une sorte de doublure dans la trame du récit : on songera dans la première partie à la grande scène de Marianne à l’église, dans la seconde, à celle où elle se désole de ne pouvoir révéler son adresse à Valville, ou encore, dans la quatrième partie, à celle où Marianne comprend peu à peu qu’elle est cette « petite aventurière » dont s’entretiennent Mme de Miran et Mme Dorsin.

  • 31 Voir : Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 206.
  • 32 Stéphane Pujol, « La règle du je. Figures et fonctions du commentaire dans le roman marivaudien », (...)

28Pas plus que de « pause descriptive » chez Proust31, on ne peut donc souvent parler de « pause réflexive » dans la narration de La Vie de Marianne (au moins jusqu’à la sixième partie où la part des réflexions s’amenuise, au point de quasiment disparaître dans la septième partie. Elles font discrètement retour dans la huitième partie mais sont absentes du récit de Tervire). Car de manière générale, c’est la narration elle-même qui apparaît comme une activité intense, intellectuelle, et profondément réflexive, à la fois miroir du sujet et lieu d’interrogation critique. Loin de mettre en cause l’activité narrative, la réflexion devient « le lieu improbable de la narration elle-même, de ses développements et de ses degrés, selon un travail complexe de réflexivité32 ».

  • 33 « J’interromps souvent mon histoire, mais je l’écris moins pour la donner que pour réfléchir » (Le (...)
  • 34 Jean-Paul Sermain, « Méduse-marionnette… », art. cité, p. 119.

29Comme le Spectateur français, Marianne écrit moins son histoire pour la donner que pour réfléchir33. Son rôle est bien moins de suivre le déroulement du passé que de le comprendre, en s’attardant, parmi les circonstances infimes de son histoire, sur les éléments sollicitant un effort d’élucidation. L’atteste exemplairement le récit de la découverte de Paris qui, littéralement, ne rapporte aucun « fait », ne laisse rien discerner de ce que voit Marianne (« alors que la vision de la capitale par une jeune provinciale ne serait pas à dédaigner par un romancier, et qu’elle présenterait au lecteur une série d’informations sur le cadre dans lequel les principales aventures vont se dérouler34 »), mais se résorbe entièrement en une analyse de cet événement dans l’esprit de la jeune fille, s’arrêtant sur le trouble que ce spectacle suscite d’abord en elle, puis sur l’exaltation devant ce monde nouveau et riche de promesses : « Je me retrouvai pourtant dans la longueur du chemin, et alors je jouis de toute ma surprise : je sentis mes mouvements, je fus charmée de me trouver là » (p. 68). Ce qui est ainsi offert au lecteur est ce que visait déjà le Spectateur français : non pas l’expérience « vécue » en elle-même, mais au sens propre la réflexion de cette expérience dans la pensée.

  • 35 Jean Rousset, Forme et signification, op. cit., p. 53.
  • 36 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 230.

30Aussi importe-t-il d’éviter tout usage simpliste de la notion de « double registre », qui pourrait inviter à situer tout uniment la réflexion lucide du côté de la mémorialiste, et l’action aveugle du côté de la jeune Marianne. Entre « le temps de la spontanéité obscure et le temps de la réflexion spectatrice35 », les limites sont toujours indécises dans La Vie de Marianne. Car le regard de la narratrice n’est pas « une pleine et fixe lumière dans laquelle tous les mouvements vécus par la jeune Marianne recevraient leur désignation définitive, mais une élucidation en acte, plus ou moins complète selon que l’objet est plus ou moins pénétrable, plus ou moins importante selon que le regard de Marianne avait été plus ou moins lucide autrefois36 ». Pour comprendre ce continuum réflexif entre la jeune Marianne et la mémorialiste, il convient d’abord de faire intervenir la notion d’instinct telle qu’elle est définie dans Sur la pensée sublime :

  • 37 Sur la pensée sublime [1719], dans Journaux, op. cit., t. II, p. 77.

Cet instinct est donc connaissance, direz-vous, madame ; non, c’est une sorte de sentiment qui porte instruction sans clarté ; c’est une vue trouble de l’âme embarrassée dans ses organes ; en un mot, l’instinct est à l’âme humaine un sentiment non déployé, qui lui prouve la vérité des choses qu’elle aperçoit nettement, en lui montrant un mystère obscur des dépendances qu’elles ont avec d’autres37.

31C’est exactement en ce sens que le terme est employé dans La Vie de Marianne pour justifier la capacité de Marianne à saisir spontanément, sans réflexion, ce qui se passe dans l’âme des femmes et des hommes qui l’entourent à l’église, sans même que cette intuition immédiate des êtres et du monde extérieur soit traduite dans le langage (p. 117) :

Et moi, je devinais la pensée de toutes ces personnes-là sans aucun effort ; mon instinct ne voyait rien là qui ne fût de sa connaissance, et n’en était pas plus délié pour cela ; car il ne faut pas s’y méprendre, ni estimer ma pénétration plus qu’elle ne vaut.

  • 38 « Il n’y a que le sentiment intérieur qui nous apprenne que nous sommes, et ce que nous sommes ». (...)

32La notion d’instinct est étroitement corrélée, on le voit, à celle de sentiment. De fait, pour Marianne, la valeur cognitive et philosophique du sentiment est supérieure à celle de l’esprit, et c’est une sorte de sentio ergo sum, sans doute inspiré de Malebranche38, qu’elle professe au moment de relater la mort de sa mère adoptive (p. 74) :

Je pense, pour moi, qu’il n’y a que le sentiment qui nous puisse donner des nouvelles un peu sûres de nous, et qu’il ne faut pas trop se fier à celles que notre esprit veut faire à sa guise, car je le crois un grand visionnaire.

  • 39 « En mon particulier, je plaignis beaucoup cette inconnue, dont l’infortune me fit encore songer à (...)

33Or, c’est précisément ce registre du sentiment qui fait cruellement défaut à Tervire, la conduisant d’échec en échec (elle ne paraît ainsi soupçonner à aucun moment la duplicité de « Brunon », l’épouse Dursan ; et plus tard, elle n’éprouve aucun véritable pressentiment en rencontrant l’inconnue qui se révèle être sa mère39). Et c’est bien de là que procède l’absence de réflexions dans son récit, offrant un saisissant contraste avec la narration de Marianne. Car le travail réflexif de celle-ci consiste en grande partie à formuler ce qu’elle n’a fait qu’entrevoir au temps de sa jeunesse. En cela, son activité est exactement celle que Marivaux assigne à ces « grands génies qu’on appelle quelquefois beaux esprits » et qui, injustement, sont souvent moins reconnus que les philosophes :

  • 40 Réflexions sur l’esprit humain à l’occasion de Corneille et de Racine [1755], dans Journaux, op. c (...)

Les belles choses qu’ils nous disent ne nous frappent pas même comme nouvelles ; on croit toujours les reconnaître, on les avait déjà entrevues, mais jusqu’à eux on en était resté là, et jamais on ne les avait vues d’assez près, ni assez fixement pour pouvoir les dire ; eux seuls ont su les saisir et les exprimer avec une vérité qui nous pénètre, et les ont rendues conformément aux expériences les plus intimes de notre âme40.

34Comme dans ses Journaux, Marivaux met ainsi au premier plan de La Vie de Marianne le phénomène de la réflexion et de l’écriture, et par là même, se cache en montrant comme un double fictif de lui-même.

  • 41 René Démoris, « De la morale du pied au bourreau de soi-même », art. cité, p. 180.

35Encore faut-il préciser que la mémorialiste n’est nullement dotée d’une forme de supralucidité qui lui permettrait d’accéder en toute transparence aux motivations et aux sentiments qui furent les siens au temps de la fiction. Au cours de la vertigineuse autoanalyse dans laquelle elle entraîne son lecteur, la narratrice rencontre à de multiples reprises, on l’a dit, l’indicible ou l’indécidable. Et c’est bien en cela que les réflexions de Marianne sont irréductibles au discours de savoir élaboré par les moralistes de la fin du XVIIe siècle, et qu’on ne saurait les extraire de son texte pour en faire « un livre intitulé Réflexions sur l’homme » (p. 111). Autrement dit, il n’y a pas seulement intrication du récit et de la réflexion morale, mais plus essentiellement, inclusion de cette réflexion morale dans la représentation romanesque. Car dans le roman à la première personne, le discours moral fait partie intégrante de l’univers qu’explore le romancier. Émanant non pas directement de l’auteur ou d’un narrateur extra-diégétique mais d’un narrateur homo-diégétique inévitablement intéressé à l’image qu’il donne de lui-même, le discours moralisant ne peut plus être pris comme parole de vérité, tout au plus comme un effort, plus ou moins authentique ou lucide, pour accéder à une vérité nécessairement relative, « ce qui revient à solliciter en permanence l’activité interprétative du lecteur quant à la pertinence de la réflexion morale, entendue comme un des modes d’existence du sujet humain41 ».

DÉFAILLANCES DE LA VOIX MORALE

36De fait, la réflexion morale, dans La Vie de Marianne, se caractérise aussi par ses silences ou ses défaillances, parfois désignées par la dérision ou le badinage. Lorsque Marianne se retrouve contrainte de se déchausser pour montrer son pied au chirurgien, la narratrice analyse la « bonne fortune honnête » de la jeune fille qui se retrouve en situation de pouvoir renoncer par devoir aux exigences de la pudeur, et d’exhiber son pied au regard de Valville en toute impunité. S’ensuit une dénonciation de l’hypocrisie des dévots « qui voudraient bien gagner le ciel sans rien perdre à la terre ». La narratrice souligne elle-même plaisamment le caractère très abrupt de cette digression : « Mais n’admirez-vous pas au reste, cette morale que mon pied amène » (p. 126). De fait, comme l’a souligné René Démoris, « le déplacement est évident de l’énoncé moralisant par rapport à l’objet narratif. Pas tant que cela pourtant : aux dévots, avec M. de Climal, Marianne vient d’avoir affaire, et elle a su alors négocier avec sa conscience jusqu’à se laisser manier les cheveux et planter un baiser sur l’oreille. Le tout pour garder robe et cornette qui ne sont pas sans effet sur le jeune homme qu’elle entend séduire. La morale du pied survient à point pour signaler et masquer à la fois ce qu’a de puissamment érotique la succession des deux scènes. De l’opposition simple vieillard lubrique/innocente victime, il faut faire son deuil. Là-dessus la narratrice s’abstient de moraliser, et pour cause ».

37Les longues réflexions que suscite l’achat de l’habit et du beau linge par Climal sont également exemplaires de ces secrètes défaillances de la voix morale dans le récit. Marianne narratrice ne manque certes pas d’ironiser sur sa coupable faiblesse devant les vêtements offerts. Mais le lecteur n’en est pas moins invité à considérer qu’à aucun moment, et en dépit de son total dénuement, la jeune fille n’a été tentée de céder aux avances de son hypocrite bienfaiteur (p. 100) :

Il était pourtant vrai que M. de Climal était amoureux de moi ; mais je savais bien aussi que je ne voulais rien faire de son amour ; et si, malgré cet amour que je connaissais, j’avais reçu ses présents, c’était par un petit raisonnement que mes besoins et ma vanité m’avaient dicté, et qui n’avait rien pris sur la pureté de mes intentions. Mon raisonnement était sans doute une erreur, mais non pas un crime : ainsi je ne méritais pas les outrages dont me chargeait Mme Dutour, et je fis un vacarme épouvantable.

  • 42 « Il n’y avait pas moyen […] que j’en pénétrasse davantage » (p. 89).

38Même misérable, Marianne n’a jamais été corruptible mais seulement sujette à ce qu’elle se plaît à appeler sa « vanité ». Le conflit moral en jeu dans cet épisode initial de la vie de Marianne peut sembler pourtant beaucoup plus trouble. On relèvera d’abord que la longue justification de l’aveuglement prolongé de Marianne sur le désir de Climal42 n’est peut-être pas entièrement convaincante. Ne suffit-il pas d’un regard « ardent » du faux dévot pour provoquer le « coup de lumière » (p. 91) qui éclaire la jeune fille sur le sens de sa conduite ? N’avoue-t-elle pas alors qu’elle n’était déjà plus une parfaite ingénue (« car enfin, j’en avais vu, des amants, dans mon village, j’avais entendu parler d’amour, j’avais même déjà lu quelques romans à la dérobée ») ? Tout se passe comme si Marivaux laissait percevoir que le récit de la mémorialiste se conforme un peu trop complaisamment à l’opposition topique du séducteur hypocrite et de la victime innocente (on n’est pas très loin du Petit chaperon rouge).

39Quant au désir de conserver les habits offerts par Climal, il n’est sans doute pas aussi innocent que les termes de « vanité » et de « coquetterie » s’efforcent paradoxalement de le suggérer. La succession des séquences est ici capitale. Le discours moral attestant de la « pureté des intentions » de Marianne ne surgit en toute clarté qu’au moment où sont rapportés les discours humiliants de Mme Dutour. La lingère recommande ensuite crûment à la jeune fille d’accepter sans scrupule les présents de Climal (p. 103) :

Il vous aime, ce n’est pas votre faute, tous ces bigots n’en font point d’autres. Laissez-le aimer, et que chacun réponde pour soi. Il vous achète des nippes, prenez toujours, puisqu’elles sont payées ; s’il vous donne de l’argent, ne faites pas la sotte, et tendez la main bien honnêtement, ce n’est pas à vous à faire la glorieuse. S’il vous demande de l’amour, allons doucement ici, jouez d’adresse, et dites-lui que cela viendra ; promettre et tenir mène les gens bien loin. (p. 103)

40C’est seulement après la relation de ces conseils de Mme Dutour que la narratrice s’exclame (p. 104) :

Pour moi, j’avais le caractère trop vrai pour me conduire de cette manière-là ; je ne voulais ni faire le mal, ni sembler le promettre : je haïssais la fourberie de quelque espèce qu’elle fût, surtout celle-ci, dont le motif était d’une bassesse qui me faisait horreur.

41Or, les propos de Mme Dutour n’ont fait que répéter, sur un mode involontairement parodique, les compromis de la jeune fille avec sa conscience morale, lucidement exposés dans la séquence précédente (p. 95) :

On m’a menée à lui comme à un homme charitable et pieux, il me fait du bien : tant pis pour lui si ce n’est point dans de bonnes vues, je ne suis point obligée de lire dans sa conscience, et je ne serai complice de rien, tant qu’il ne s’expliquera pas ; ainsi j’attendrai qu’il me parle sans équivoque.

  • 43 C’est ce que laisse plaisamment entendre Le Prince travesti dans le récit qu’Arlequin élabore de s (...)
  • 44 Non pas une prostitution professionnelle sans doute, mais bien celle qui apparaît comme le seul re (...)

42Telle a bien été, en effet, la décision de Marianne confrontée à ce « cas de conscience » : « Je reculais une rupture avec M. de Climal, et je gardais ce qu’il me donnait » (p. 94). Même si la mémorialiste ne fait alors pas mystère des sophismes de la jeune fille, il appartient au lecteur de repérer lui-même la flagrante contradiction avec les déclarations ultérieures de la narratrice, et d’observer en somme l’élaboration en acte d’une conscience morale d’abord tâtonnante, et qui ne se définit que par réaction aux propos jugés grossiers de la lingère. Ce que suggère alors le roman, c’est que le scénario de la corruption d’une innocence est, au moins en partie, une fable que s’invente le sujet après coup43. Une remarque incidente de la mémorialiste permet de mesurer l’inadéquation de la situation « réelle » et de ce scénario archétypal : « peut-être [Climal] eût-il été ma première inclination si nous avions commencé autrement ensemble » (p. 92). Ainsi, le conflit exhibé par la voix morale entre la coquetterie et la honte d’accepter un don intéressé semble occulter une autre tentation, bien moins avouable mais aussi bien peu évitable dans la situation de Marianne, et qui aurait engagé la jeune fille dans une toute autre voie : celle de la prostitution44.

L’ÉCONOMIE DES POSSIBLES (PÉRIODICITÉ ET INACHÈVEMENT)

  • 45 La Vie de Marianne, Frédéric Deloffre (éd.), op. cit., p. 58, note 1. Voir : Henri Coulet, Marivau (...)
  • 46 René Démoris, « Questions de partition chez Marivaux et Mouhy », dans La partie et le tout, op. ci (...)
  • 47 Marc Escola, « Le clou de Tchekhov. Retours sur le principe de causalité régressive », dans La par (...)

43Ce spectre de la prostitution pèse comme une menace ou une tentation pour la jeune fille au moins jusqu’à la rencontre avec Valville. Or, on sait que dans la première version de la seconde partie, dont ne subsiste qu’un fragment, la scène de la rencontre à l’église n’existait pas : y pénétrant à la fin de la première partie, elle en sortait dès la première ligne de la seconde (« Je sortais de l’Église où je vous ai dit précédemment que j’avais été, et où j’avais excité la curiosité d’une jeunesse étourdie et du beau monde dévot45 »). Certes, l’accident de Marianne figurait déjà dans cette version, et même la mention d’un homme dans le carrosse criant « plus que les autres » et descendant pour porter secours à la jeune fille. Faut-il discerner dans cette silhouette la figure du futur Valville ? Rien ne l’exclut, mais rien non plus ne le prouve. Comme l’a observé René Démoris, Marivaux semble avoir longuement hésité avant d’entamer une histoire d’amour dans la seconde partie, et d’abandonner « la tonalité discrètement picaresque de son début46 ». Cette hésitation entre deux directions possibles du roman, caractéristique de ces fictions que Marc Escola a baptisé « périodiques47 », est riche d’implications quant à la poétique de La Vie de Marianne.

  • 48 Pierre Huet, Lettre à M. de Segrais sur l’origine des romans (1669), cité dans Idées sur le roman. (...)
  • 49 René Démoris, « L’inceste évité : identification et objet chez Marivaux entre 1731 et 1737 », Étud (...)

44Dans sa Lettre sur l’origine des romans (1669), qui constitue l’un des premiers essais théoriques spécialement consacré au genre romanesque, Pierre Huet en avait fermement défini l’objet propre : « l’amour doit être le principal sujet du roman48. » Or, le moins qu’on puisse dire est que La Vie de Marianne ne répond qu’imparfaitement à cette obligation. D’abord, on l’a dit, parce que l’intrigue amoureuse ne commence qu’avec la seconde partie, sans peut-être même avoir été prévue au début de la rédaction. Qu’il y ait alors eu chez Marivaux la tentation d’échapper à la nécessité de fonder le roman sur l’amour, c’est bien, au reste, ce que suggère aussi Le Paysan parvenu qui, à sa manière, ne se dérobe pas moins à ce sujet imposé en substituant à l’intrigue amoureuse une série de rencontres du héros avec différentes figures féminines, rencontres d’où le sentiment n’est certes pas exclu, mais où la « grande passion » brille par son absence, et dont la fonction semble surtout de permettre à Jacob d’accomplir sa trajectoire ascensionnelle. Cette dimension « sérielle » du récit est certes bien plus discrète, dans La Vie de Marianne puisque Marivaux s’est plu à borner les relations de la jeune fille à un cercle très étroit, et même quasi consanguin : Marianne rencontre tour à tour l’oncle (Climal), le jeune homme (Valville) et sa mère (Mme de Miran), les autres personnages restant plus ou moins périphériques. Mais précisément, dans ce schéma narratif, la rencontre amoureuse n’est pas l’événement central autour duquel s’ordonne toute la fiction. Elle n’est qu’une étape dans un parcours qui conduit Marianne des manœuvres sordides de Climal à l’affection quasi maternelle de Mme de Miran. De même que, dans la deuxième partie, la rencontre avec Valville fait passer Climal au second plan, la liaison amoureuse se trouve éclipsée quasiment dès la fin de la troisième partie par la rencontre bouleversante avec Mme de Miran : « et nos yeux se rencontrèrent » (p. 212). Comme l’a relevé René Démoris, « le topos analysé par Jean Rousset se retrouve ici dans toute sa pureté49 ». La formule est saisissante, en effet, et place immédiatement la rencontre des deux femmes sous le signe de l’éblouissement amoureux. Valville passe alors à son tour au second plan, bien avant d’être infidèle. À partir de la quatrième partie, les débordements affectifs les plus violents n’auront pas lieu entre Marianne et le jeune homme, mais bien entre l’orpheline et celle qu’elle ne cesse d’appeler sa « mère » (sous le regard extasié de Mme Dorsin : entre femmes donc). À plusieurs reprises, Marianne énonce en toute clarté la hiérarchie de ses sentiments, en particulier lors de ses retrouvailles avec Valville et Mme de Miran, après son enlèvement et sa comparution devant le conseil de famille (p. 421) :

Ma mère, lui dis-je, voilà M. de Valville ; il m’est bien cher, et ce n’est plus un secret, je l’ai publié devant tout le monde ; mais il ne m’empêchera pas de vous dire que j’ai mille fois plus encore songé à vous qu’à lui.

  • 50 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 401.

45Si Mme de Miran paraît combler à ce point les attentes de Marianne, c’est qu’elle incarne en somme la synthèse idéale de ce que proposait Climal (la protection matérielle) et son neveu (l’effusion amoureuse). On conçoit dès lors que la jeune fille puisse « manquer au rite capital de la jalousie, lorsque, à l’indignation des critiques, elle souffre bien moins qu’on ne devait s’y attendre de l’infidélité du jeune homme50 ». Une telle infraction aux conventions romanesques en dit long sur le refus de réduire la destinée féminine à l’expérience amoureuse. Dans La Vie de Marianne, le rapport amoureux n’est plus qu’un aspect parmi d’autres dans l’évocation d’une expérience globale du monde.

  • 51 Marc Escola, « Avis de tempête et préavis romanesques. Les scènes d’embarquement dans Cleveland », (...)
  • 52 Marc Escola, « Avis de tempête et préavis romanesques… », art. cité, p. 60.

46Si ce manquement aux usages du roman procède à l’évidence d’une conception très originale de l’expérience amoureuse, il illustre aussi de manière exemplaire le parti que Marivaux a su tirer des contraintes et des libertés propres au mode de publication choisi. Dans La Vie de Marianne, comme plus tard dans Le Paysan parvenu, Marivaux a reconduit, en effet, le système de livraisons successives qu’il avait expérimenté avec Le Spectateur français, puis L’Indigent philosophe. L’usage de publier des romans par « parties séparées » était, il est vrai, une pratique fréquente dans la première moitié du XVIIIe siècle : Gil Blas de Lesage, Les Égarement du cœur et de l’esprit de Crébillon, Cleveland de Prévost (parmi bien d’autres romans) partagent ainsi avec La Vie de Marianne et Le Paysan parvenu la caractéristique de « commencer à paraître alors même que leur continuation et mieux encore leur dénouement ne sont pas exactement arrêtés : autant de romans qui s’écrivent dans l’ignorance de leur fin, avec cette circonstance aggravante que leur auteur fictif, le mémorialiste qui tient la plume, est pour sa part réputé connaître à tout instant la suite et le terme de ses aventures51… ». Ce mode de publication commande une « économie narrative » très particulière : chacune des parties une fois publiée, toute correction ou tout repentir est bien sûr interdit au romancier. La prolepse, en particulier, devient un exercice périlleux puisque dans une fiction périodique, « elle est moins un effet d’annonce qu’une forme d’engagement sur une suite qui reste à écrire, mais dont rien ne garantit qu’elle le sera vraiment52 ». D’où sans doute l’impression étrange que laisse par exemple telle remarque incidente de Marianne, dans la première partie : « j’appris à faire je ne sais combien de petites nippes de femme, industrie qui m’a bien servi dans la suite » (p. 66). Rétrospectivement, et même si l’on considère le roman comme inachevé, on ne voit guère à quel moment de son existence cette « industrie » aurait bien pu lui servir. Mais l’indication est en revanche très précieuse pour mesurer la réorientation que Marivaux a visiblement donnée à un roman d’abord engagé dans une voie légèrement picaresque, on l’a dit, et qu’il a infléchi dans une direction plus « romanesque » à partir de la rencontre avec Valville. C’est bien aussi ce que suggère l’autoportrait à valeur discrètement proleptique que l’on rencontre un peu plus loin (p. 107) :

J’ai eu un petit minois qui ne m’a pas mal coûté de folies, quoiqu’il ne paraisse guère les avoir méritées à la mine qu’il fait aujourd’hui […]. Mais ma vanité, en revanche, s’en est bien donné autrefois : je me jouais de toutes les façons de plaire, je savais être plusieurs femmes en une.

  • 53 Laclos, Les Liaisons dangereuses (lettre X), Michel Delon (éd.), Paris, LGF, 2002, p. 72

47L’annonce est certes suffisamment vague pour que rien, ensuite, ne vienne la contredire expressément. Cet autoportrait peut en outre renvoyer à une période de la vie de Marianne bien plus tardive que celle qui sera effectivement relatée. Difficile néanmoins de ne pas éprouver le sentiment d’un écart entre la représentation de soi donnée ici par la mémorialiste et les images partielles de Marianne qui s’égrèneront au fil du récit. Certes, la coquetterie est bien l’un de ses traits constitutifs (du moins dans les deux premières parties), mais on ne voit guère à quel moment de son existence la protégée de Mme de Miran aurait pu coïncider exactement avec cette image d’une féminité si plastique et si plurielle qu’elle annonce presque le talent de Mme de Merteuil à tenir lieu à elle seule de toutes les favorites d’un sérail53.

  • 54 Sur cette fonction du récit récapitulatif dans La Vie de Marianne, voir : Ugo Dionne, « Les bégaie (...)

48La publication d’une fiction périodique peut impliquer aussi pour l’écrivain la contrainte de rendre sensible le lien narratif entre les différentes parties (par des effets d’annonce et de suspens), voire d’introduire, dans chaque nouvelle livraison, un résumé plus ou moins substantiel des épisodes antérieurs. D’où sans doute, dans La Vie de Marianne, la fréquence des passages récapitulatifs, et en particulier la répétition incessante par Marianne de l’histoire de sa vie (même si le phénomène est loin d’être réductible à cet usage purement fonctionnel, on le verra54).

  • 55 Marc Escola, « Le clou de Tchekhov », art. cité, p. 117.

49Mais en contrepartie, la publication par livraisons successives offre à l’écrivain la possibilité non seulement de tenir compte des critiques du public (ce dont Marivaux ne se prive pas, que ce soit au sujet de l’abus supposé des « réflexions », de la « vulgarité » de la scène du cocher et de la lingère, ou de l’infidélité de Valville) mais de modifier son projet, et même de le réorienter chaque fois qu’il entame une nouvelle partie. Rodé à l’écriture « périodique », habitué à la rédaction d’unités narratives assez brèves et plus ou moins autonomes, Marivaux nourrit son roman de cette pratique qui soutient aussi la dimension réflexive de la narration en attirant l’attention du lecteur davantage sur la voix de Marianne que sur la matière du récit, dont le lecteur aura pu oublier les détails dans les longs intervalles qui séparent les différentes livraisons. Exploitant la liberté offerte par ce mode de composition qui implique que « le tout n’a pas autorité sur la partie55 », le romancier peut ainsi se soustraire à l’obligation d’inventer une histoire complète, et en particulier ne pas focaliser son intrigue sur une relation amoureuse autour de laquelle s’organiserait l’ensemble du récit.

  • 56 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 232.

50Mais le parti le plus essentiel que Marivaux ait tiré de la publication périodique est ailleurs. Tout se passe comme s’il avait exploité l’économie des possibles narratifs propre aux publications par parties séparées (la fiction devant continûment trouver les voies de sa continuation) pour produire un effet vertigineux en ce qu’il est rigoureusement isomorphe à l’expérience de Marianne telle que la relate la mémorialiste. La jeune fille est, en effet, saisie à ce moment déterminant de son existence, où en vertu (ou à cause) de sa naissance obscure, tous les possibles, même (ou surtout) les plus sombres, s’offrent à elle. De sorte que l’indétermination initiale du récit coïncide exactement avec l’absence totale d’identité sociale de la jeune fille : « combien de Marianne possibles comportait l’avenir de l’enfant recueillie à demi étouffée dans le carrosse ! » remarque justement Henri Coulet56. C’est bien ce vertige des possibles qui saisit Marianne, on l’a vu, au moment de découvrir Paris. C’est bien aussi l’effet que suscite la description en quelque sorte génétique de l’élaboration d’une conscience morale qui ne se forme qu’à tâtons, et ne perd sa remarquable plasticité qu’au fur et à mesure des épreuves et des rencontres contingentes que lui ménage la fiction et qui lui permettent de se définir un être.

  • 57 Sur l’importance de l’esthétique de l’inachèvement chez Marivaux, voir : Trude Kolderup, Le goût d (...)
  • 58 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 245. Voir aussi l’analyse de René Démoris : « Lorsq (...)

51Certes la mémorialiste, on l’a dit, est censée, ne rien ignorer de la fin de ses aventures. Mais à ce point de vue, la question de l’inachèvement de La Vie de Marianne, si souvent commentée, semble avoir été parfois mal posée57. Assurément, les mémoires de Marianne sont inachevés, et même doublement puisqu’avant d’avoir conclu son récit, elle cède la parole à Tervire (alors que celle-ci n’a joué qu’un rôle tout à fait mineur dans la vie de Marianne, la décourageant tout au plus de se faire religieuse) dont le récit occupe les trois dernières parties et s’interrompt tout aussi abruptement que celui de Marianne. Mais quant au roman lui-même, son inachèvement est à vrai dire tout relatif. Nul hasard, en réalité, si Marivaux abandonne Marianne à un moment où le champ des possibles, qui est à la fois le sujet et l’objet même du roman, s’est réduit à tel point que son être, ayant perdu sa plasticité originelle, ne pourra plus guère changer : ses « mémoires s’interrompent quand au moi naissant et en devenir succède le moi engagé et fixé dans sa définition sociale58 ».

  • 59 L’antonomase est utilisée par la mémorialiste lors de la rencontre avec Valville, la jeune fille s (...)
  • 60 C’est une hypothèse analogue qu’a développée Marc Escola au sujet du Paysan parvenu. Voir « Le Pay (...)

52Cette économie des possibles narratifs est en réalité discrètement engagée dès le titre du roman. Paradoxalement associé au terme de comtesse, le mot « aventures » avait, en effet, de quoi intriguer. Une matière narrative, certes ambiguë, n’y était-elle pas discrètement programmée ? Par quelles aventures une Marianne59 avait-elle bien pu devenir une comtesse ? Ce qui pouvait laisser présager le roman d’une aventurière, sinon d’une pícara. Ou bien : quelles aventures pouvaient expliquer qu’une comtesse ait pu être prise pour une Marianne ? Ce qui pouvait laisser espérer un roman fondé sur le topos d’une reconnaissance tardive. Faut-il percevoir dans cette ambiguïté initiale une hésitation de Marivaux entre deux romans possibles60 ? On fera plutôt l’hypothèse que La Vie de Marianne se construit ironiquement (non sans hésitation, ni tâtonnement) sur le refus de ces deux romans virtuels.

53Dans la première partie du roman, la possibilité d’une destinée picaresque pour Marianne ne se laisse guère discerner, en effet, que dans l’horizon de prostitution évoqué plus haut. Ce qui garantit Marianne contre le destin de la pícara, c’est au fond l’éducation dont Marivaux prend soin de la pourvoir. Élevée par un curé et sa sœur, sans fortune mais « de très bonne famille » (p. 64), la jeune fille se trouve dotée d’un « capital culturel » (sous la forme en particulier d’une aptitude à manier la langue des honnêtes gens, qui la distingue immédiatement de Toinon) qu’elle saura faire fructifier par la suite, en suscitant l’admiration pour la grâce de ses manières, et son bel esprit. Après la rencontre avec Valville, et surtout celle de Mme de Miran, Marianne n’évolue plus que dans la bonne société, et la possibilité d’un destin picaresque est définitivement écartée. Que la vie de Marianne soit en réalité l’histoire d’une « aventurière » est en revanche, on le verra, une possibilité rappelée de façon récurrente dans le roman, mais il s’agit moins là d’un possible romanesque que d’une autre interprétation possible de son récit.

  • 61 Henri Coulet, « Les lieux communs romanesques dans La Vie de Marianne », art. cité, p. 99.
  • 62 Raymond Joly, Le Pharsamon de Marivaux ou comment s’inventer un sexe, Paris, PUF, 1995, p. 104. Ce (...)
  • 63 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 38.
  • 64 Henri Coulet, « Les lieux communs romanesques dans La Vie de Marianne », art. cité, p. 100.

54Bien plus prégnant dans La Vie de Marianne est le roman possible de la reconnaissance tardive. Difficile, en effet, de ne pas voir affleurer dans le récit de la mémorialiste le scénario ô combien topique (depuis la Chariclée d’Héliodore ou la Chloé de Longus) « de l’orpheline malheureuse, abandonnée, protégée par la charité ou objet de la généreuse affection de quelque protecteur ou protectrice, amoureuse et aimée d’un jeune homme de la bonne société, qu’elle peut enfin épouser quand elle retrouve sa famille ou fait reconnaître l’honorabilité de sa naissance61 ». Ce roman possible se laisse discerner d’autant plus nettement dans La Vie de Marianne qu’il avait déjà été abondamment exploité par Marivaux dans ses romans de jeunesse : « l’orpheline née de parents inconnus, de sang évidemment noble à en juger par sa beauté, ses manières et la qualité de son âme, et qu’un intense amour lie à la dame qui l’a recueillie, pour en faire sa fille, fascinait tellement l’écrivain qu’avant de l’immortaliser sous le nom de Marianne, il l’avait déjà mise en scène au moins trois fois62. » Or, le récit inaugural de l’accident qui coûte la vie aux parents de Marianne comporte, comme l’a remarqué notamment Béatrice Didier, « un luxe de détails dont l’utilité n’apparaît pas absolument dans l’état d’inachèvement du roman63 », mais qui semble assez nettement laisser attendre une scène de reconnaissance (la présence d’une suite de domestiques, la fuite du chanoine de Sens, etc.). Ce dénouement pouvait sembler d’autant plus plausible pour les lecteurs de Marivaux que ce dernier n’a pas manqué de parsemer son récit d’une série de figures traditionnellement liées à ce topos : mère adoptive, protecteur vicieux, amie confidente, etc. Tous ces éléments familiers et même certains propos ambigus de Marianne (« Mme de Fare sait que je ne suis qu’une pauvre orpheline, ou du moins que je ne connais point ceux qui m’ont mis au monde », p. 354) pouvaient faire espérer une telle scène. Mais ce dénouement, « qui n’eût été qu’un dernier topos couronnant les autres, nous en sommes frustrés, et tout le sens du roman est suspendu à son absence64 ».

  • 65 Julien Gracq, Lettrines, Paris, J. Corti, 1967, p. 32.
  • 66 Voir : Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 54-55.
  • 67 Voir : René Démoris, « Tervire ou la réparation impossible », Marivaux et l’imagination, Françoise (...)
  • 68 Ibid., p. 225.

55De même que Julien Gracq a révélé que Le Rivage des Syrtes, tout le temps de sa rédaction et « jusqu’au dernier chapitre, marchait au canon vers une bataille navale qui ne fut jamais livrée65 », faut-il considérer que La Vie de Marianne s’orientait, tout au long de ses livraisons successives, vers une scène de reconnaissance qui ne fut jamais écrite ? On peut en douter d’autant plus légitimement que les scènes de reconnaissance prolifèrent dans le roman, au point de constituer une véritable « séquence-narrative-type66 ». Elle occupe en particulier une place déterminante dans le récit de Tervire, mais elle y prend un tour nettement déceptif, pour ne pas dire tragiquement burlesque67. La grande scène de reconnaissance qu’elle organise théâtralement entre Mme Dursan et son fils dans la dixième partie ne débouche pas ainsi pas sur la joie des retrouvailles mais sur la mort du fils le soir-même, et de la mère une semaine après. Tervire se lance ensuite dans cette « si grande et si intéressante aventure » qu’est la quête d’« une mère qui vous est inconnue » (p. 649). Le tour involontairement métafictionnel de l’exclamation de Tervire permet au romancier de pointer ironiquement la facticité de cette quête. Là encore, la scène de reconnaissance préméditée est d’autant moins propre à susciter l’émotion pure des retrouvailles que Tervire ne vise que les signes d’une tendresse maternelle devant procéder non pas d’un sentiment authentique mais seulement des circonstances malheureuses où sa mère se trouve (rejetée par le fils auquel elle a tout sacrifié) : « j’arrivais dans des circonstances qui me répondaient de son cœur ; j’étais comme sûre de la trouver meilleure mère, et je comptais sur sa tendresse à cause de son malheur » (p. 650). De fait, « comme dans l’épisode précédent, la reconnaissance est sous le signe de la souffrance et la composante agressive n’est pas absente68 », ainsi qu’en témoigne l’exclamation de la mère revenant de son évanouissement : « Ah ! Tervire ! ma fille, me disait-elle, que tes transports me rendent coupable ! » (p. 665). Cette fois, la reconnaissance ne débouche pas sur la mort de la figure maternelle, mais sur une « paralysie qui lui tenait tout le côté droit, qui gagna bientôt l’autre côté, et qui lui resta jusqu’à la fin de sa vie » (p. 665). Une remarque de la narratrice laisse assez bien entendre qu’au sens littéral, cette paralysie ne l’afflige pas autant qu’on aurait pu s’y attendre : « sa paralysie m’aurait extrêmement affligée si on ne nous avait pas fait espérer qu’elle en guérirait ; cependant on se trompa » (p. 666).

  • 69 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 50.

56Au regard de cette contre-épreuve que constitue l’histoire de Tervire, faut-il dire qu’outre la chance d’être orpheline évoquée par Toinon dans la première partie du roman et réaffirmée ensuite par Tervire, Marianne a le bonheur insigne de le rester ? Le roman de Marivaux se plait, en tout cas, à ménager autour de la question de l’origine de Marianne une double zone d’inconnu, à la fois explicitement (« je ne sais qui j’étais »), et implicitement, par omission et transgression à l’égard des conventions romanesques. Loin d’être « l’une des causes fondamentales de l’inachèvement de l’œuvre69 », l’évitement concerté du topos de la reconnaissance dans l’histoire de Marianne suffit dès lors à se convaincre que, dans le roman de Marivaux, l’inachèvement n’est sans doute qu’un leurre.

Notes

1 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 13. Jan Herman a prolongé cette analyse : « Marianne est la métaphore du texte. Comparé et comparant d’une métaphore, Marianne et le texte ont en commun le vide originaire » (« Variations sans thème. La Vie de Marianne et la question de l’origine », dans « Pensée de Marivaux », Franck Salaün (dir.), CRIN, no 40, 2002, p. 11-22, p. 18).

2 Jean-Paul Sermain, « Méduse-marionnette : La Vie de Marianne de Marivaux (1728-1741) et l’héritage de Don Quichotte », Études françaises, vol. 42, no 1, 2006, p. 111-125.

3 Henri Coulet a fait un relevé exhaustif de ces remarques de Marianne, en les reliant au rythme réel de la publication du roman (Marivaux romancier, op. cit., p. 416-417).

4 Voir Jean Rousset, « Marivaux ou la structure du double registre », art. cité.

5 Georges May, Le dilemme du roman au XVIIIe siècle : étude sur les rapports du roman et de la critique (1715-1761), New Haven, Yale University Press, 1963.

6 Marivaux, Le Paysan parvenu, op. cit., p. 50.

7 Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, Frédéric Deloffre et Raymond Picard (éd.), Paris, Gallimard, « Folio », 2008 [Garnier, 1965], p. 144.

8 Desfontaines, Le Pour et Contre, 1734, Nombre XXX, déjà cité supra.

9 Henri Coulet, « Les lieux communs romanesques dans La Vie de Marianne », Études littéraires, 1991, vol. 24, no 1, p. 99.

10 Desfontaines, Le Nouvelliste du Parnasse, Paris, Chaubert, 1731 (cité dans La Vie de Marianne, Frédéric Deloffre éd., op. cit., p. lxvi).

11 Desfontaines, Le Pour et Contre, Nombre XXX, p. 345, déjà cité supra.

12 « Un auteur ne peut affectionner ni rendre attentifs à l’esprit qu’il nous présente qu’en donnant, pour ainsi dire, des chairs à ses idées » (Le Miroir, dans Journaux, op. cit., t. II, p. 328).

13 Marivaux répliquera indirectement à Crébillon dans la quatrième partie du Paysan parvenu. Mais en réalité, il n’est pas du tout certain que Tanzaï soit ici le porte-parole de Crébillon : dans Le Sopha (1742), c’est bien plutôt l’approche de Desfontaines qui semble faire l’objet de l’ironie du romancier, à travers le discours d’un sultan qui, dans les récits qu’on lui fait, s’impatiente dès qu’une réflexion interrompt l’action.

14 Crébillon, Tanzaï et Néadarné, histoire japonaise, Jean Sgard et Jean-François Perrin (éd.), dans Œuvres complètes, Paris, Classiques Garnier, t. I, 1999, p. 360.

15 Les Effets surprenants de la sympathie, dans Œuvres de jeunesse, op. cit., p. 8-9.

16 René Démoris, « De la morale du pied au bourreau de soi-même : réflexions sur les aventures de la voix moraliste dans la fiction du XVIIIe siècle jusqu’à Rousseau », dans « Morale et fiction aux XVIIe et XVIIIe siècles », Marc Escola (dir.), RSH, no 254, avril-juin 1999, p. 172.

17 Desfontaines, Le Pour et Contre, Nombre XXX, p. 345, déjà cité supra.

18 Voir : Antonia Zagamé, L’écrivain à la dérobée. L’auteur dans le roman à la première personne (1721-1782), Louvain, Peeters, 2011, p. 306.

19 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 20.

20 Ce lieu commun figure encore en bonne place dans le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert (« genre épistolaire : genre exclusivement réservé aux femmes »). Voir sur ce point le volume L’épistolaire, un genre féminin ?, Christine Planté (dir.), Paris, Champion, 1998.

21 La Bruyère, « Des ouvrages de l’esprit », 37 (IV), Les Caractères, Robert Garapon (éd.), Paris, Garnier, 1962, p. 79-80.

22 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 22.

23 Voir « De l’importance d’être badin : pour une mise en situation des Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière (1671-1674) », dans Madame de Villedieu romancière. Nouvelles perspectives de recherche, Edwige Keller-Rahbé (dir.), Presses universitaires de Lyon, 2004, p. 129-144.

24 Voir Jean-Christophe Abramovici, « L’écriture féminine chez Marivaux », dans « Marivaux moderne et libertin », Lydia Vázquez (dir.), RSH, vol. 291, no 3, 2008, p. 27-36.

25 Voir : Annie Rivara, Les sœurs de Marianne : suites, imitations, variations, 1731-1761, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC 285, 1991.

26 Claude Reichler, « Portes du gynécée », dans « Littérature et secret », Versants, no 2, hiver 1981-1982, p. 101. Voir sur ce point nos Espaces du féminin dans le roman français du dix-huitième siècle, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC 2004 : 01.

27 Anne Deneys-Tunney, « Marianne ou le babillage du corps », Écritures du corps : de Descartes à Laclos, Paris, PUF, 1992, p. 81-82.

28 Florence Lotterie, Le genre des Lumières. Femme et philosophe au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 92.

29 Léo Spitzer, « À propos de La Vie de Marianne, lettre à M. Georges Poulet », Études de style [1959], Paris, Gallimard, 1970, p. 389.

30 Jean-Paul Sermain, « Méduse-marionnette… », art. cité, p. 116.

31 Voir : Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 206.

32 Stéphane Pujol, « La règle du je. Figures et fonctions du commentaire dans le roman marivaudien », dans La partie et le tout. La composition du roman de l’âge baroque au tournant des Lumières, Marc Escola, Jan Herman, Lucia Omacini, Paul Pelckmans et Jean-Paul Sermain (dir.), Louvain-Paris, Peeters, 2011, p. 177.

33 « J’interromps souvent mon histoire, mais je l’écris moins pour la donner que pour réfléchir » (Le Spectateur français, op. cit., Feuille 25, p. 268).

34 Jean-Paul Sermain, « Méduse-marionnette… », art. cité, p. 119.

35 Jean Rousset, Forme et signification, op. cit., p. 53.

36 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 230.

37 Sur la pensée sublime [1719], dans Journaux, op. cit., t. II, p. 77.

38 « Il n’y a que le sentiment intérieur qui nous apprenne que nous sommes, et ce que nous sommes ». (Malebranche, De la recherche de la vérité, dans Œuvres, Geneviève Rodis-Lewis éd., Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1979, t. I, p. 810). Voir : Henri Coulet, « Marivaux et Malebranche », CAIEF, no 25. 1973, p. 141-160.

39 « En mon particulier, je plaignis beaucoup cette inconnue, dont l’infortune me fit encore songer à ma mère » (p. 656). L’indice que fournit cette association d’idées est évident pour le lecteur, mais le personnage lui-même n’éprouve pas le frémissement topique qui prépare ordinairement les scènes de reconnaissance.

40 Réflexions sur l’esprit humain à l’occasion de Corneille et de Racine [1755], dans Journaux, op. cit., t. II, p. 344.

41 René Démoris, « De la morale du pied au bourreau de soi-même », art. cité, p. 180.

42 « Il n’y avait pas moyen […] que j’en pénétrasse davantage » (p. 89).

43 C’est ce que laisse plaisamment entendre Le Prince travesti dans le récit qu’Arlequin élabore de ses transactions avec Frédéric : « Oui, c’est fort bien dit, il m’a corrompu, j’avais le cœur plus net qu’une perle, j’étais tout à fait gentil » (acte II, scène 12 ; voir aussi son récit à la Princesse, II, 10). Voir sur ce point notre étude : « Tentations et “embarras de l’âme” chez Marivaux », dans « Morale et fiction aux XVIIe et XVIIIe siècles », Marc Escola (dir.), op. cit., p. 129-138.

44 Non pas une prostitution professionnelle sans doute, mais bien celle qui apparaît comme le seul recours dans une situation de dénuement ou de ruine (le thème est quasi obsédant dans Le Spectateur français). Pour Manon Lescaut, dont le dénuement à l’ouverture du roman de Prévost est pourtant un peu moins grand que celui de Marianne (elle a du moins des parents qui veulent la placer dans un couvent), cette prostitution « non professionnelle » apparaît comme le seul moyen d’échapper à la misère lorsque la bourse du chevalier des Grieux s’épuise.

45 La Vie de Marianne, Frédéric Deloffre (éd.), op. cit., p. 58, note 1. Voir : Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 212-213.

46 René Démoris, « Questions de partition chez Marivaux et Mouhy », dans La partie et le tout, op. cit., p. 449.

47 Marc Escola, « Le clou de Tchekhov. Retours sur le principe de causalité régressive », dans La partie et le tout, op. cit., p. 117.

48 Pierre Huet, Lettre à M. de Segrais sur l’origine des romans (1669), cité dans Idées sur le roman. Textes critiques sur le roman français, XIIe-XXe siècle, Henri Coulet (éd.), Paris, Larousse, 1992, p. 110.

49 René Démoris, « L’inceste évité : identification et objet chez Marivaux entre 1731 et 1737 », Études littéraires, vol. 24, no 1, 1991, p. 128. Voir : Jean Rousset, Leurs yeux se rencontrèrent. La scène de première vue dans le roman, Paris, J. Corti, 1981.

50 René Démoris, Le roman à la première personne, op. cit., p. 401.

51 Marc Escola, « Avis de tempête et préavis romanesques. Les scènes d’embarquement dans Cleveland », dans Lectures de Cleveland, Colas Duflo, Florence Magnot et Franck Salaün (dir.), Louvain, Peeters, 2010, p. 59. Béatrice Didier développe une série d’intéressantes remarques sur les prolepses de La Vie de Marianne, mais sans tenir compte des spécificités de la fiction périodique (La voix de Marianne, op. cit., p. 30-33).

52 Marc Escola, « Avis de tempête et préavis romanesques… », art. cité, p. 60.

53 Laclos, Les Liaisons dangereuses (lettre X), Michel Delon (éd.), Paris, LGF, 2002, p. 72

54 Sur cette fonction du récit récapitulatif dans La Vie de Marianne, voir : Ugo Dionne, « Les bégaiements du cœur et de l’esprit : Marianne, la récapitulation et le marivaudage romanesque », dans Marivaudages : théories et pratiques d’un discours, Catherine Gallouët et Yolande G. Schutter (dir.), Oxford, Voltaire Foundation, 2014, p. 143-161.

55 Marc Escola, « Le clou de Tchekhov », art. cité, p. 117.

56 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 232.

57 Sur l’importance de l’esthétique de l’inachèvement chez Marivaux, voir : Trude Kolderup, Le goût de l’inachèvement : esthétique et narration dans l’œuvre de Marivaux, Paris-Oslo, L’Harmattan-Solum, 2011. Voir aussi : Henri Coulet, « L’inachèvement dans les récits de Marivaux », Saggi e Ricerche di Letteratura Francese, no 22, 1983, p. 31-46.

58 Henri Coulet, Marivaux romancier, op. cit., p. 245. Voir aussi l’analyse de René Démoris : « Lorsque Marivaux abandonne ses personnages, même si l’intrigue n’est pas terminée, la figure qu’ils auront, assez précisément déterminée par les règles acceptées du jeu social, est clairement dessinée. Ils sont devenus des personnages, et à ce titre, ils cessent d’être intéressants » (Le roman à la première personne, op. cit., p. 407).

59 L’antonomase est utilisée par la mémorialiste lors de la rencontre avec Valville, la jeune fille se réjouissant et se désolant tout à la fois d’avoir « peu l’air d’une Marianne » (p. 142) : moyen d’accentuer les connotations « basses » du prénom confortées dans le titre du roman par l’absence du nom de famille.

60 C’est une hypothèse analogue qu’a développée Marc Escola au sujet du Paysan parvenu. Voir « Le Paysan parvenu ou les romans possibles », Revue Marivaux, no 6, 1997, p. 43-54.

61 Henri Coulet, « Les lieux communs romanesques dans La Vie de Marianne », art. cité, p. 99.

62 Raymond Joly, Le Pharsamon de Marivaux ou comment s’inventer un sexe, Paris, PUF, 1995, p. 104. Ces trois orphelines sont Dorine et Parménie dans Les Effets surprenants de la sympathie, et « le Solitaire » dans Pharsamon.

63 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 38.

64 Henri Coulet, « Les lieux communs romanesques dans La Vie de Marianne », art. cité, p. 100.

65 Julien Gracq, Lettrines, Paris, J. Corti, 1967, p. 32.

66 Voir : Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 54-55.

67 Voir : René Démoris, « Tervire ou la réparation impossible », Marivaux et l’imagination, Françoise Gevrey (dir.), Toulouse, Éditions universitaires du Sud, 2002, p. 191-202, p. 213-227.

68 Ibid., p. 225.

69 Béatrice Didier, La voix de Marianne, op. cit., p. 50.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search