Version classiqueVersion mobile

Mémoires d'une inconnue

 | 
Christophe Martin

Introduction

Texte intégral

  • 1 Sur cette topique traditionnelle, voir les études réunies dans Le topos du manuscrit trouvé. Homma (...)

1Inconnue, l’héroïne mémorialiste de La Vie de Marianne ou Les Aventures de Madame la comtesse de *** (publiée par Marivaux entre 1731 et 1742) l’est à bien des titres. D’abord en raison de ces astérisques qui dissimulent l’identité de la narratrice. Cette anonymisation relève certes de la convention la plus banale dans le roman de la période, en particulier, comme c’est ici le cas, lorsque la fiction recourt au topos du « manuscrit trouvé1 ». Mais cette précaution est d’ordinaire imputée à l’éditeur fictif du manuscrit, alors qu’elle est très explicitement ici le fait de la mémorialiste, comme l’indique celui qui affirme avoir trouvé les lettres de Marianne dans la maison de campagne qu’il a achetée six mois plus tôt (p. 60) :

C’est une femme qui raconte sa vie ; nous ne savons qui elle était. C’est la Vie de Marianne ; c’est ainsi qu’elle se nomme elle-même au commencement de son histoire ; elle prend ensuite le titre de comtesse ; elle parle à une de ses amies dont le nom est en blanc, et puis c’est tout.

  • 2 Voir Le Paysan parvenu ou les Mémoires de M***, Érik Lebogne (éd.), Paris, Flammarion, « GF », 201 (...)

2Dès les premières lignes du roman, Marivaux se plaît donc à avertir le lecteur que le voile qui dissimule l’identité de la mémorialiste ne sera jamais levé puisque c’est la narratrice elle-même qui fait le choix de l’incognito. À l’ouverture de ses mémoires, elle fait d’ailleurs promettre à la destinataire de son récit de garder scrupuleusement le secret de son identité : « N’oubliez pas que vous m’avez promis de ne jamais dire qui je suis ; je ne veux être connue que de vous » (p. 60). Au temps de la narration, Marianne est donc censée avoir percé le mystère de sa naissance. Mais outre le souci qu’il a attribué à sa mémorialiste de préserver son anonymat, Marivaux a pris soin de reculer le temps de cette découverte à une période si lointaine par rapport aux événements relatés (« il y a quinze ans que je ne savais pas encore si le sang d’où je sortais était noble ou non, si j’étais bâtarde ou légitime », p. 60) qu’il n’a manifestement jamais songé à la rejoindre dans son récit. La narratrice signe certes ses mémoires du titre de comtesse. Mais l’était-elle de naissance, ou bien a-t-elle acquis ce titre par un mariage ? Le lecteur n’en saura jamais rien, alors que la réponse à cette question est évidemment loin d’être indifférente dans la société d’ordres qu’est l’Ancien Régime, et qu’elle détermine aussi le sens du parcours romanesque de Marianne : la mémorialiste est-elle à sa manière une « parvenue » comme ce paysan dont Marivaux rédige les mémoires fictifs dans l’intervalle qui sépare la parution de la deuxième et de la troisième parties de La Vie de Marianne2 ? Ou bien l’orpheline infortunée est-elle enfin parvenue à trouver le signe décisif de sa noble naissance ? L’enjeu romanesque est de taille : en créant un dispositif fictionnel rendant cette question à jamais indécidable, Marivaux s’est donné la possibilité d’offrir conjointement la belle et romanesque histoire d’une illustre infortunée et le roman d’une jeune fille s’efforçant d’échapper à la misère.

  • 3 Voir : Annick Jugan, Les variations du récit dans La Vie de Marianne de Marivaux, Paris, Klincksie (...)

3Car le mystère de Marianne est avant tout bien sûr celui de sa naissance. Mystère si « impénétrable » (p. 63) qu’il est presque impossible de résumer le sujet du roman sans prendre implicitement parti pour l’un des termes de l’alternative : dire que Marianne a perdu, à deux ans, ses parents lors de l’attaque d’un carrosse par des brigands, accident dont elle fut la seule survivante, c’est se prononcer sur une relation de filiation qui n’est pas même avérée. Pourquoi ne serait-elle pas plutôt la fille de cette femme de chambre d’environ quarante ans également assassinée lors de l’attaque ? Est-il même certain que ses véritables parents aient été présents dans ce carrosse ? Mais la désigner comme une enfant trouvée n’appartenant à personne, c’est refuser, à l’inverse, d’admettre la possibilité (dont elle est intimement convaincue) qu’elle soit effectivement une illustre infortunée, certains indices laissant imaginer que ses « parents » assassinés étaient « des étrangers de la première distinction » (p. 404). Cette donnée initiale de l’intrigue, dont Marivaux laisse malicieusement à sa mémorialiste le soin d’indiquer qu’elle « paraît annoncer un roman » (p. 60), ne saurait donc se ramener à une formulation neutre (d’où les multiples variations autour de ce récit tout au long de l’histoire de Marianne3). « Pauvre orpheline », « enfant trouvée », « enfant perdue », « enfant à personne » : les formules désignant l’enfant ayant miraculeusement survécu à l’attaque du carrosse prolifèrent dans le roman à proportion du mystère qui entoure la naissance de Marianne. Marianne n’a qu’un prénom, et c’est à peine si ce prénom est vraiment le sien, comme le souligne la marchande de linges chez qui la jeune fille a été placée quelques jours après son arrivée à Paris, à la mort de la sœur du curé qui l’a élevée (p. 333-334) :

Marianne. C’est le nom qu’elle avait quand je l’ai prise ; si elle ne l’a plus, c’est qu’elle en a changé, mais je ne lui en savais point d’autre, ni elle non plus ; encore était-ce, m’a-t-elle dit, la nièce d’un curé qui le lui avait donné, car elle ne sait qui elle est ; c’est elle qui me l’a dit aussi.

  • 4 Béatrice Didier, La voix de Marianne. Essai sur Marivaux, Paris, J. Corti, 1987, p. 85.
  • 5 Henri Coulet, Marivaux romancier. Essai sur l’esprit et le cœur dans les romans de Marivaux, Paris (...)

4Comme l’a souligné Béatrice Didier, un tel prénom a une valeur symbolique : « Marianne, c’est un diminutif de Marie, le prénom de fille le plus fréquent, le plus commun, c’est le nom de tout le monde et de n’importe qui : c’est une forme de désignation qui ne sort pas de l’anonymat4. » Aussi le sujet de Marianne n’est-il pas : « comment une orpheline découvre qui elle est, mais : comment être soi quand on n’est personne5 ? » De fait, tout le roman, on le verra, procède de cet anonymat d’un sujet sans qualité, en quête de sa propre identité et qui ne saurait être que ce qu’il devient.

  • 6 Voir René Démoris, Le roman à la première personne. Du classicisme aux Lumières, Genève, Droz, 200 (...)

5Avec La Vie de Marianne, le roman à la première personne apparaît donc plus que jamais comme celui de la naissance de l’individu. Dans les années 1730, le genre du roman-mémoires est, en effet, devenue la forme majeure de la fiction romanesque (il le restera jusqu’à ce que le roman épistolaire le supplante, vers 17606). Dès les années 1680, la mode des pseudo-mémoires, illustrés notamment par les romans-mémoires de Courtilz de Sandras (Mémoires de M.L.C.D.R, 1687 ; Mémoires de M. d’Artagnan, 1700 ; Mémoires de M. de B***, 1711, etc.), avait proposé une formule originale : imitant les Mémoires de nobles qui commencent à paraître dans le dernier tiers du XVIIe siècle, ces mémoires fictifs retracent la carrière d’officiers, d’espions ou de mercenaires en rapportant nombre d’histoires vraies mais profitant des zones d’ombre ou des silences de l’histoire pour les truffer d’aventures et d’épisodes fictifs. Contrairement à ce qu’on a pu croire par la suite, il ne s’agit pas de « faux » Mémoires puisque les lecteurs de l’époque savaient que le projet autobiographique était parfaitement fictif. S’ils ne lisaient pas tout à fait ces textes comme des romans, ils ne les lisaient assurément pas non plus comme des Mémoires véritables. Un érudit comme Bayle critique vivement ce genre de romans qui brouille le partage entre histoire et fiction, et fait, par contrecoup, peser un soupçon de facticité sur tout récit historique. Ces autobiographies fictives d’hommes quelconques (et non de grands aristocrates comme c’est le cas des mémoires véritables) ont une influence décisive pour l’évolution du roman au XVIIIe siècle. C’est là que s’origine le genre du roman-mémoire : à mesure que la participation à la vie publique des héros de ces pseudo-mémoires devient de plus en plus restreinte, s’éloigne le modèle des mémoires aristocratiques. Avec Les Illustres Françaises de Robert Challe en 1713 (qui relève du roman-mémoires par le biais d’une structure concertante où des devisants se racontent mutuellement leurs aventures) et le Gil Blas de Lesage en 1715 (pour les six premiers livres), s’impose le modèle du roman non historique de la vie privée.

  • 7 Voir : Florence Magnot-Ogilvy, La parole de l’autre dans le roman-mémoires (1720-1770), Louvain, P (...)
  • 8 Voir : Du Bos, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture, 1719 (en particulier : I, 7).

6Si la narration à la première personne constitue alors une innovation majeure de la fiction, c’est que son dispositif d’énonciation implique de présenter le seul point de vue du mémorialiste (à l’exception de discours rapportés qui acquièrent par là-même une importance décisive7) et s’organise autour de l’expression de cette subjectivité. En exposant ses sentiments et ses jugements, en dévoilant son intimité, en ressaisissant son passé proche (comme Des Grieux dans Manon Lescaut) ou lointain (comme Marianne), le personnage qui se raconte devient un Janus bifrons : il est à la fois le héros de la diégèse et le sujet de la narration. Le roman-mémoires place au premier plan un sujet écrivant sa vie et postulant qu’elle est digne d’intérêt : elle peut se lire comme un roman. Elle suppose donc de prendre pour héros un sujet apte à faire de sa vie une histoire, à la configurer en un récit intéressant (au sens classique, est intéressant ce qui provoque des sentiments, des passions et qui fait participer activement le lecteur à l’événement représenté par le récit ; le terme désigne chez l’abbé Du Bos ce qui provoque le processus d’identification8).

  • 9 Voir : Jean Rousset, « Marivaux ou la structure du double registre », Forme et signification, Pari (...)

7Ce qui fait, au moins en partie, la singularité de La Vie de Marianne est la manière dont Marivaux exploite ces données consubstantielles au roman à la première personne : d’une part en produisant un exceptionnel effet de présence de la mémorialiste (puisque les « aventures » de Marianne importent visiblement moins en elles-mêmes que comme occasions données à la narratrice d’exercer son esprit) ; et d’autre part en faisant de cette aptitude de Marianne à configurer sa vie en histoire un enjeu majeur à l’échelle du récit lui-même. C’est dire à quel point le phénomène du « double registre9 » propre au roman à la première personne se complexifie dans le roman de Marivaux : accusé à l’extrême par la distance temporelle et réflexive entre le temps du récit et le temps de la narration, il est comme annulé dans son principe même puisque le récit de la mémorialiste n’est, au fond, pas d’une autre nature que celui que Marianne est amenée à produire à maintes reprises au cours de l’intrigue.

  • 10 Pierre-François Guyot Desfontaines, Le Pour et Contre, 1734, Nombre XXX, p. 345 (cité dans La Vie (...)
  • 11 Pierre-François Guyot Desfontaines, « Lettre XL », Observations sur les écrits modernes, t. III, P (...)
  • 12 Voir : Annie Rivara, Les sœurs de Marianne : suites, imitations, variations, 1731-1761, Oxford, Vo (...)
  • 13 Œuvres mêlées contenant des pensées philosophiques, et quelques poésies, Amsterdam, 1749, p. 31 (c (...)
  • 14 Voir : Pierre Hartmann, « La scansion du pathétique (contribution à une définition de l’esthétique (...)

8Ces caractéristiques frappantes ont immédiatement fait l’objet de vives critiques de la part des commentateurs. À propos de deuxième partie, l’abbé Desfontaines écrit ainsi : « Qu’est-ce qu’une personne qui s’interrompt à chaque instant elle-même, sur la plus petite circonstance, pour moraliser sans nécessité10 ? » Et au sujet de la troisième partie, le même Desfontaines relève des « répétitions désagréables » précisément liées à ces variations autour du récit inaugural des infortunes de Marianne et du mystère de sa naissance : « Climal représente plusieurs fois à Marianne qu’elle est née sans bien et sans ressource, et cette fille redit à l’Abbesse ce qu’elle a déjà dit au Recollet11. » Le même critique est bien forcé de reconnaître toutefois que « ces défauts n’empêchent pas que l’ouvrage ne soit lu avec plaisir par un grand nombre de personnes ». L’engouement durable du public pour La Vie de Marianne est attesté notamment par cette remarque de d’Espiard de La Cour, en 1749 : « Marivaux et Prévost sont aujourd’hui les auteurs les plus en vogue. » De fait, une large partie de la production romanesque de la période (au moins jusqu’à La Nouvelle Héloïse de Rousseau, en 1761) prend La Vie de Marianne comme hypotexte, et propose d’innombrables variations plus ou moins directement inspirées du modèle12. Mais le constat d’Espiard de La Cour est assorti d’un jugement nettement dépréciatif : « scrutateur du cœur des petites gens, [Marivaux] possède à fond leur jargon, sème beaucoup d’esprit dans beaucoup de puérilités13. » C’est là une constante de la réception de l’œuvre de Marivaux (qui vaut aussi pour son théâtre) : à côté d’un réel succès public, elle s’est aussi beaucoup heurtée à la critique. Il faut dire que Marivaux s’en prend à bien des conventions classiques encore en vigueur (la vraisemblance, la hiérarchie des genres, l’unité du style…), et que, dans La Vie de Marianne, il contrevient à bien des normes implicites du roman « intéressant » et « bien fait » selon les critères de l’époque : non seulement, les réflexions de la narratrice sont envahissantes, mais l’intrigue amoureuse n’apparaît pas comme l’élément central du récit, et le roman semble en outre doublement inachevé : Marianne interrompt son récit pour donner la parole à Tervire au début de la neuvième partie, et le récit de cette dernière s’interrompt lui-même brutalement à la fin de la onzième et dernière partie... On a surtout beaucoup reproché alors à Marivaux (notamment au moment des Lumières militantes de Diderot, Grimm et de toute la génération encyclopédique) la supposée frivolité de ses objets, son refus, sans doute caractéristique de l’esthétique rococo, de traiter les « grandes passions » et les « grands sentiments ». De fait, même si Marianne pleure abondamment, et même si l’histoire de Tervire est celle d’une longue litanie de malheurs, le dispositif énonciatif adopté par Marivaux interdit à La Vie de Marianne de jamais verser dans le registre pathétique14.

  • 15 Les marques d’admiration de Stendhal pour La Vie de Marianne sont assez nombreuses (voir le relevé (...)

9Comme plus tard Stendhal15, Prévost fut plus clairvoyant que les nombreux détracteurs de Marivaux :

  • 16 Prévost, Le Pour et Contre, t. IX (approuvé le 10 octobre 1736), p. 273-274.

La cinquième partie de Marianne ne changera rien à l’idée que le public a prise depuis longtemps de l’esprit et de la fécondité de M. de Marivaux. Ceux qui n’aiment que la nature simple et sans art se plaindront peut-être encore qu’il subtilise trop ses impressions, et qu’il paraisse continuellement se contraindre pour leur donner un tour aisé. Mais ceux qui savent que le cœur a son analyse comme l’esprit, et que les sentiments sont aussi capables de variété et de diversité que les pensées ne seront pas surpris qu’un écrivain qui s’attache à développer aussi exactement les facultés du cœur que Descartes, Malebranche, celles de l’esprit, conduise quelquefois le lecteur par des voies qui lui semblent nouvelles, et qu’il emploie pour s’exprimer des termes et des figures aussi extraordinaires que ses découvertes. Je pardonnerai volontiers un peu de singularité dans le tour de l’expression à tout auteur qui pensera avec autant de finesse et de vérité que l’auteur de Marianne16.

10On ne saurait mieux indiquer l’enjeu à la fois philosophique et anthropologique de l’écriture romanesque marivaudienne. Véritable œuvre somme, qui se nourrit, on le verra, d’une très longue pratique narrative, théâtrale et « journalistique », La Vie de Marianne apparaît aujourd’hui avec évidence comme l’un des chefs d’œuvre du roman français, et contribue de manière décisive à imposer son auteur comme l’un des grands explorateurs de l’humaine condition.

Notes

1 Sur cette topique traditionnelle, voir les études réunies dans Le topos du manuscrit trouvé. Hommages à Christian Angelet, Jan Herman et Fernand Hallyn (dir.), Louvain-Paris, Peeters, 1999.

2 Voir Le Paysan parvenu ou les Mémoires de M***, Érik Lebogne (éd.), Paris, Flammarion, « GF », 2010.

3 Voir : Annick Jugan, Les variations du récit dans La Vie de Marianne de Marivaux, Paris, Klincksieck, 1978, et le chap. 4, infra.

4 Béatrice Didier, La voix de Marianne. Essai sur Marivaux, Paris, J. Corti, 1987, p. 85.

5 Henri Coulet, Marivaux romancier. Essai sur l’esprit et le cœur dans les romans de Marivaux, Paris, A. Colin, p. 224.

6 Voir René Démoris, Le roman à la première personne. Du classicisme aux Lumières, Genève, Droz, 2002 [Paris, A. Colin, 1975].

7 Voir : Florence Magnot-Ogilvy, La parole de l’autre dans le roman-mémoires (1720-1770), Louvain, Peeters, 2004.

8 Voir : Du Bos, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture, 1719 (en particulier : I, 7).

9 Voir : Jean Rousset, « Marivaux ou la structure du double registre », Forme et signification, Paris, J. Corti, 1962, p. 45-64.

10 Pierre-François Guyot Desfontaines, Le Pour et Contre, 1734, Nombre XXX, p. 345 (cité dans La Vie de Marianne, Frédéric Deloffre (éd.), Paris, Garnier, 1963, p. lxviii).

11 Pierre-François Guyot Desfontaines, « Lettre XL », Observations sur les écrits modernes, t. III, Paris, 1735, p. 233.

12 Voir : Annie Rivara, Les sœurs de Marianne : suites, imitations, variations, 1731-1761, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC 285, 1991.

13 Œuvres mêlées contenant des pensées philosophiques, et quelques poésies, Amsterdam, 1749, p. 31 (cité dans La Vie de Marianne, Frédéric Deloffre éd., op. cit., p. lxxviii).

14 Voir : Pierre Hartmann, « La scansion du pathétique (contribution à une définition de l’esthétique sensible à partir d’un exemple tiré de La Vie de Marianne) », dans Marivaux et les Lumières. L’éthique d’un romancier, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1996, p. 71-79.

15 Les marques d’admiration de Stendhal pour La Vie de Marianne sont assez nombreuses (voir le relevé de citations proposé par Frédéric Deloffre dans son édition, op. cit., p. lxxx-lxxxi).

16 Prévost, Le Pour et Contre, t. IX (approuvé le 10 octobre 1736), p. 273-274.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search