Version classiqueVersion mobile

La pensée critique des enseignants

 | 
André D. Robert
, 
Bruno Garnier

Les auteurs

Texte intégral

1Michaël Attali est professeur des universités à l’Unité de formation et de recherche des activités physiques et sportives (UFRAPS) de l’université de Rennes 2. Il est directeur du laboratoire « Violences, identités, politiques et sports » (EA 4636) et responsable du master 2e année Sport et sciences socialesadministration, territoires, intégration (SSSATI). Il est président de la Société française d’histoire du sport depuis 2012. Ses recherches portent sur les processus de diffusion culturelle au XXe siècle. Il s’attache à étudier les mécanismes ayant conduit à structurer le sport comme un objet social et culturel. Il s’agit de s’intéresser aux canaux par lesquels le sport s’impose, s’implante, se développe puis se diffuse tout en portant une attention sur les mises en œuvre adoptées. Les points aveugles, les régressions comme les discriminations font l’objet de recherches afin de pouvoir situer les dynamiques à l’œuvre dans les modes de captation du sport. Dans ce cadre, il porte une attention particulière aux activités physiques et sportives comme espace de socialisation et développe une analyse générationnelle donnant une place importante aux sphères éducatives. Il est l’auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages et de nombreux articles dans des revues nationales et internationales ainsi que de chapitres ouvrages.

2Bruno Garnier est professeur de sciences de l’éducation, directeur adjoint du laboratoire Lieux, identités, espaces et activités (LISA, UMR CNRS 6240), à l’université de Corse. Docteur de l’université Paris IV, il a d’abord publié une vingtaine d’ouvrages et articles sur la traduction littéraire (notamment Pour une poétique de la traduction : l’Hécube d’Euripide en France de la traduction humaniste à la tragédie classique, Paris, L’Harmattan, 1999). À l’UMR Éducation et politiques (université Lyon 2-INRP), il s’est intéressé à l’histoire des rhétoriques politiques en éducation (il a notamment dirigé « Politiques et rhétoriques de l’“École juste” avant la cinquième République », Revue française de pédagogie, no 159, 2007 et publié Figures de l’égalité : deux siècles de rhétoriques politiques en éducation, Bruxelles, Bruylant, 2010), puis à la démocratisation de l’enseignement (il a dirigé Problèmes de l’école démocratique : XVIIIe-XXe siècles, Paris : CNRS, 2013). Auteur d’une soixantaine de publications, il est membre du CNU et du Conseil scientifique de l’enseignement scolaire (DGESCO-MEN), et poursuit ses recherches sur le droit à l’éducation à l’heure de la mondialisation et sur la diversité culturelle et linguistique dans l’enseignement (il a dirigé notamment « Politiques d’éducation et identités territoriales », Carrefours de l’éducation, no 38, 2014 et « Insécurité linguistique en éducation : approche sociologique comparée des élèves issus du Maghreb », Études de linguistique appliquée, no 175, 2014).

3Henri-Louis Go est maître de conférences (habilité à diriger des recherches) en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine, où il est responsable de la licence de sciences de l’éducation, et directeur de l’équipe « Normes et valeurs » du Laboratoire interuniversitaire de sciences de l’éducation et de la communication (LISEC EA 2310). Spécialisé en philosophie de l’éducation, ses travaux visent à proposer une reconstruction de la forme scolaire ; ils portent à la fois sur une approche didactique des questions d’éducation scolaire et sur le problème de l’éducation morale à l’école. Il est l’auteur notamment de Freinet à Vence. Vers une reconstruction de la forme scolaire, Rennes, PUR, 2007. Il dirige le séminaire annuel de l’équipe « Normes et valeur » qui produit régulièrement un ouvrage collectif (par exemple Dewey penseur de l’éducation, Nancy, PUN, 2013). Il est également le directeur scientifique de l’École Freinet, à Vence, et le responsable, depuis 2011, d’une recherche sur cette école dans le cadre du programme « Lieux d’éducation associés » à l’Institut français de l’éducation.

4Pierre Kahn est professeur émérite à l’université de Caen-Basse-Normandie. Jusqu’en juin 2015, il a été directeur adjoint et responsable de l’axe « Histoire : institutions, disciplines, idées, acteurs » du Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE). Ses recherches portent sur les enjeux sociaux, culturels, épistémologiques et pédagogiques de l’histoire de l’enseignement. Il a notamment travaillé sur l’école de la IIIe République et le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson, la réforme de l’enseignement secondaire de 1902 et l’influence de l’Éducation nouvelle sur les orientations institutionnelles et les pratiques pédagogiques de l’école en France. Coordinateur du groupe d’experts chargés auprès du Conseil supérieur des programmes d’élaborer les nouveaux programmes d’enseignement moral et civique, il mène par ailleurs des recherches sur la signification historique et les enjeux actuels de la laïcité scolaire.

5Alain Kerlan est philosophe, professeur émérite en sciences de l’éducation à l’université Lumière-Lyon 2, où il a exercé les fonctions de directeur de l’Institut des sciences et des pratiques d’éducation et de formation. Son travail se situe aux carrefours de la philosophie et de la pédagogie, de l’art et de l’éducation. Il est l’auteur ou le directeur de plusieurs ouvrages, dont notamment : L’art pour éduquer ? (Presses de l’université Laval, 2004), Des artistes à la maternelle (Scérén, 2005) La photographie comme lien social (Scérén, 2008), Paul Ricoeur et la question éducative (Presses de l’université Laval, 2011, co-direction Denis Simard), Repenser l’enfance ? (Hermann, 2012, co-direction Laurence Loeffel), Un collège saisi par les arts (Attribut, 2015, avec Françoise Carraud, Céline Choquet et Samia Langar).

6Frédéric Mole est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne et membre du laboratoire Éducation, cultures, politiques (EA 4571), co-responsable de l’axe de recherche « Politiques, diversité, monde commun ». Il est également collaborateur scientifique aux archives, Institut Jean-Jacques Rousseau à l’université de Genève et associé aux travaux de l’Équipe de recherche en histoire sociale de l’éducation (ERHISE). Ses recherches portent sur l’histoire des débats pédagogiques et politiques relatifs aux conceptions de la culture scolaire et au rôle de l’école dans l’émancipation et la démocratisation (fin XIXe-XXe siècles). Il s’intéresse en particulier aux instituteurs critiques et aux acteurs de l’Éducation nouvelle. Il a notamment publié L’école laïque pour une République sociale. Controverses pédagogiques et politiques (1900-1914), Rennes, PUR ; Lyon, INRP, 2010, et près d’une trentaine d’articles ou chapitres d’ouvrages.

7Noëlle Monin est maîtresse de conférences, habilitée à diriger des recherches, en sciences de l’éducation à l’ESPE de l’université Lyon 1 et membre du laboratoire Éducation, cultures, politiques (EA 4571). Ses travaux portent sur l’analyse socio-historique des transformations du métier d’enseignant et de leur mobilisation pour l’innovation pédagogique, depuis les années 1960. Elle fait partie du Standing Working Group dirigé par André D. Robert et elle participe à la conférence de l’ISCHE (International Standing Conference for the History of Education). Dans ce cadre, elle contribue aux recherches entreprises sur l’émergence d’une pensée critique enseignante.

8Oussama Naouar est professeur adjoint à l’université fédérale du Pernambouc (UFPE). Ses recherches s’inscrivent au carrefour de l’histoire des idées éducatives et des études littéraires : elles portent essentiellement sur la réception et le voyage des idées, des représentations et des textes et plus particulièrement sur les influences impliquées dans la construction de l’imaginaire. Elles abordent également la question des relations épistémologiques entre la fiction littéraire et la réalité ainsi que sur les fonctions de la littérature dans la perspective du perfectionnisme moral. Il est membre du laboratoire Éducation, cultures, politiques (EA 4571) et du programme de post-graduation de l’UFPE.

9Dominique Ottavi est professeur en sciences de l’éducation à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, après avoir enseigné la philosophie et formé les enseignants du premier et second degré en institut universitaire de formation des maîtres (IUFM). Ses recherches portent sur l’histoire des idées éducatives, en particulier l’histoire de l’Éducation nouvelle, ainsi que sur l’histoire de la psychologie de l’enfant et du concept de développement. Elle est membre du comité de rédactions des Études sociales, de Penser l’éducation, du Télémaque, et membre du conseil d’administration de l’Association transdisciplinaire pour la recherche en histoire de l’éducation (ATRHE). Elle a publié notamment De Darwin à Piaget (CNRS, 2009) et des ouvrages en collaboration avec Marie-Claude Blais et Marcel Gauchet : Pour une philosophie politique de l’éducation, six questions d’aujourd’hui, (Bayard, 2002), Conditions de l’éducation (Stock, 2008), Transmettre, apprendre (Stock, 2014).

10Bruno Poucet est professeur de sciences de l’éducation à l’université de Picardie-Jules-Verne, directeur du laboratoire CAREF et de la revue Carrefours de l’éducation, membre élu du conseil des études et de la vie universitaire et du conseil de gestion de l’UFR de sciences humaines, sociales et philosophie. Il a publié notamment Entre l’Église et la République, L’Atelier, 1998 ; Enseigner la philosophie, CNRS, 1999 ; Bâtisseurs d’avenir, histoire de la FEP-CFDT, L’Harmattan, 1999 ; De l’Enseignement de la philosophie, Hatier, 1999 ; La loi Debré, paradoxes de l’État éducateur (dir.), CRDP, 2001 ; Les politiques éducatives en question, L’Harmattan, 2004 ; Mille ans d’éducation en Picardie (dir.), Encrage, 2008 ; La liberté d’enseignement sous contrat, Fabert, 2009 ; L’État et l’enseignement privé (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2011 ; L’enseignement privé en France, PUF, 2012 ; Marronnage et diversité culturelle (dir.), Ibis rouge, 2012 ; L’académie d’Amiens, une académie en devenir (dir.), Encrage, 2015 ; Histoire de l’enseignement supérieur en Picardie (dir.), Encrage, 2015 ; avec David Valence (dir.), Réformer l’université après Mai 68, la loi d’orientation et son application, Presses universitaires de Rennes (à paraître en 2015) ; avec Patrick Rayou, Enseignement et pratiques de la philosophie, Presses universitaires de Besançon, (à paraître en 2016).

11Samuel Renier est docteur en sciences de l’éducation. Il enseigne actuellement au département des sciences de l’éducation et de la formation de l’université François-Rabelais de Tours. Ses recherches portent principalement sur la philosophie de l’éducation développée par John Dewey, envisagée d’un point de vue tant conceptuel qu’historique. Il a notamment traduit en français Les sources d’une science de l’éducation et L’école et la société de John Dewey (à paraître), ainsi que plusieurs articles. Le prolongement de ce travail l’a également amené à s’intéresser à la réception française des idées de Dewey au cours du XXe siècle par différents courants (Éducation nouvelle, formation des adultes) et acteurs éducatifs (Marie-Anne Carroi, Ovide Decroly ou encore Adolphe Ferrière).

12Xavier Riondet est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine. Membre de l’équipe « Normes et valeurs » du LISEC (Laboratoire interuniversitaire de sciences de l’éducation et de la communication, EA 2310), son chantier de recherche porte de manière générale sur une généalogie des valeurs scolaires et des normativités éducatives alternatives en France au XXe siècle. Il s’agit ainsi, en creux des valeurs énoncées, de décrire les jeux de force traversant l’école républicaine pour rendre compte des multiples hybridations qui caractérisent l’évolution de l’école dans un champ multiple de stratégies ainsi que des différentes voies alternatives toujours susceptibles d’être assujetties et apprivoisées. Dans cette équipe, il travaille depuis plusieurs années avec Henri-Louis Go sur la « machine Freinet » et l’École Freinet de Vence. En parallèle à ces recherches, il travaille avec Samuel Renier (université de Tours) sur la trajectoire professionnelle de Marie-Anne Carroi. Il collabore aussi à l’équipe ERHISE de l’université de Genève. Dans ce cadre, il étudie avec Rita Hofstetter la révision des manuels scolaires dans le contexte de la coopération intellectuelle et il travaille également avec Alexandre Fontaine sur la scolarisation en Tunisie sous le protectorat français.

13Luc Robène est historien, professeur en sciences de l’éducation à l’université de Bordeaux (Collège des sciences de l’homme) au sein de laquelle il dirige le master mention « Sciences de l’éducation ». Il est également chargé de cours à Sciences-Po Bordeaux, à l’ENS Cachan et intervenant dans les séminaires de l’École polytechnique. Ses recherches portent sur l’histoire de la culture et des pratiques culturelles en France et en Europe (XVIIIe-XXIe siècles) – cultures corporelles, cultures techniques, cultures et musiques populaires. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles dans les revues scientifiques nationales et internationales. Il a notamment dirigé « Le sport et la guerre » (Presses universitaires de Rennes, 2012) et codirigé « Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle » (Presses universitaires de Rennes, 2013).

14André D. Robert est professeur de sciences de l’éducation à l’université Lyon 2, au sein de laquelle il dirige l’école doctorale pluridisciplinaire EPIC (Éducation, psychologie, information et communication) après avoir été à la tête de l’EA 4571 « Éducation, cultures, politiques ». Spécialisé en socio-histoire de l’éducation, ses travaux de recherche ont porté et portent principalement sur les politiques publiques d’éducation en France depuis la Libération ainsi que sur les institutions et les mobilisations syndicales enseignantes (étudiées en lien avec la question des identités professionnelles des enseignants des premier et second degrés). Il est l’auteur à ce jour de plus d’une dizaine d’ouvrages (le dernier paru étant L’école en France de 1945 à nos jours, Grenoble, PUG, 2015) et de nombreux articles dans des revues nationales et internationales. Il a été le président de la section « Sciences de l’éducation » du Conseil national des universités (2011-2015). Il anime le Standing Working Group de l’ISCHE « Teachers critical Thinking » d’où est issu cet ouvrage, comme le précédent paru au Mexique en 2014 (Julieta Espinosa, André D. Robert (dir.), Epistemolgia social, pensiamento critico. Pensar la educacion de otra manera, Universidad de Morelos, Juan Pablos).

15Jean Saint-Martin est professeur des universités en STAPS et membre du laboratoire E3S, « Sport et sciences sociales » (EA 1342) de l’université de Strasbourg. Ses recherches portent sur l’histoire de l’enseignement de l’éducation physique à l’école et sur l’évolution de la diffusion des pratiques corporelles (sports de montagne et pratiques d’entretien) au cours des XIXe et XXe siècles.

16Il s’agit notamment de mieux comprendre leurs conditions d’émergence et de transformation au regard des enjeux géopolitiques et géoculturels. Récemment, il a publié aux éditions Armand Colin, en co-direction avec Michaël Attali, le Dictionnaire culturel du sport (2010) et Le sport : politiques, cultures et sociétés (2012) ; et, en 2014 aux éditions De Boeck de Bruxelles, À l’école du sport. Épistémologie des savoirs corporels du XIXe siècle à nos jours.

17Jean-Yves Seguy est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. Il appartient à l’EA 4571 « Éducation, cultures, politiques » (ECP). Il a soutenu en 2010 une thèse préparée sous la direction d’André D. Robert : « Les politiques de démocratisation de l’enseignement secondaire dans l’entre-deux-guerres : des classes amalgamées aux classes d’orientation, réformes et réactions aux réformes dans le monde politique et éducatif français ». Outre ses travaux sur la démocratisation de l’enseignement et l’orientation, il s’intéresse à certains aspects de l’histoire de l’enseignement technique, en étudiant en particulier l’origine des instituts universitaires de technologie. Il mène actuellement des recherches sur l’histoire de l’instruction à domicile ainsi que sur l’histoire des sciences de l’éducation en France.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search