Version classiqueVersion mobile

La pensée critique des enseignants

 | 
André D. Robert
, 
Bruno Garnier

Deuxième partie. Autour de la pensée d'acteurs critiques singuliers, enseignants (ou non)

Les pratiques de soi au cœur de la pensée critique des Freinet

Xavier Riondet

Texte intégral

  • 1 Dans ce texte, nous évoquons Freinet et Élise. En effet, Freinet se faisait toujours appeler « Fre (...)

1Les questions corporelles jouent-elles un rôle dans l’émergence d’une pensée critique ? C’est par une étude de cas, portant sur Célestin et Élise Freinet1, que nous souhaitons contribuer aux réflexions sur ce qu’est une pensée critique en éducation, et sur le rôle du corps dans cette enquête.

  • 2 L’éducation est un « fait social » et la pédagogie une « théorie pratique […] [qui] réfléchit en v (...)
  • 3 Ce qui distingue « réflexions pédagogiques » et « science de l’éducation » repose sur la différenc (...)

2En se référant à Durkheim et, en particulier, à Éducation et sociologie (2006, 1922), nous bénéficions d’un premier approfondissement conceptuel au sujet de la pédagogie. La réflexion pédagogique constitue un jugement sur l’éducation, qui se déploie à partir de connaissances et d’apports scientifiques. Distinguant, d’une part, éducation et pédagogie2, et d’autre part, pédagogie et science3, Durkheim explique que la pédagogie s’appuie sur la science, en même temps qu’elle la questionne et l’interpelle. La pédagogie étant un jugement sur ce qui apparaît comme évidence, elle constitue un travail critique permettant de réfléchir à ce que devrait être l’éducation.

  • 4 Henri-Louis Go est notamment l’auteur de l’ouvrage Freinet à Vence. Vers une reconstruction scolai (...)
  • 5 Là où le premier questionnement cherche à valoriser le précurseur limité bien qu’inventif, le prat (...)
  • 6 Dans notre ouvrage À côté de Freinet (Go et Riondet, 2016), nous montrons que « Freinet » n’est do (...)
  • 7 La ville de Vence est située dans le département des Alpes-Maritimes dans le sud de la France.

3Si la figure de Freinet en tant que grand pédagogue a été maintes fois célébrée, le travail que nous avons amorcé il y a quelques années en coopération avec Henri-Louis Go4 propose, au contraire, de regarder à côté de (la grande figure de) Freinet en restant attentifs à la dialectique entre le local et le transnational (et l’international) à partir de sources primaires, de nouveaux témoignages et d’archives méconnues, sous-estimées, et parfois inédites. Notre travail correspond à une triple série de déplacements et de glissements par rapport aux autres recherches déjà engagées au sujet de Freinet et qui se sont traduites par diverses publications solides et sérieuses. Le premier consiste à réfléchir, non pas sur ce en quoi Freinet est « raccord » imparfaitement aux sciences de l’éducation ou à l’Éducation nouvelle, mais sur ce en quoi Freinet n’est pas « raccord » parfaitement à ces ensembles et ces dispositifs5. Le second déplacement vise à abandonner cette « figure du grand pédagogue » qui canonise un personnage au profit d’une historicité complexe dans laquelle Freinet et Élise ont produit ensemble une machine Freinet6. Ce vocable de machine pédagogique utilisé par Madeleine Freinet en 1983 dans une lettre à l’Institut coopératif de l’école moderne (ICEM), désigne un système éducatif pensé par son père. Ce système, nous en attribuons la production commune à Freinet et Élise, comme d’ailleurs ne cessa de le souligner leur fille Madeleine : « sans ma mère, Freinet n’aurait pas existé » disait-elle fréquemment. Enfin, troisième déplacement : nous avons envisagé l’école Freinet à Vence7 comme une expérience dont on peut retracer la généalogie et faire émerger un champ de problématisation.

  • 8 Sur la question de la culture de soi, nous renvoyons le lecteur à certains passages de la récente (...)

4C’est dans cette série d’intervalles que nous voulons traiter des questions suivantes : en quoi le corps, le rapport au corps, la corporéité, peut intéresser la pensée critique ? En quoi un ensemble de manières de faire, de conduites, liées au corps, rendent possible l’émergence d’une production théorique singulière ? Ces réflexions s’insèrent selon nous dans la question foucaldienne de la culture de soi qui regroupe différentes thématiques (corps, art, culture, santé, etc.), si l’on considère que la culture de soi se déploie à partir d’un souci de soi, d’une attention extrême et perpétuelle portée à soi et dont l’enjeu est pluriel : changer son attitude envers soi, se mettre à distance de certaines connaissances (pour pouvoir en incorporer d’autres), maîtriser des armes, des techniques pour lutter et avoir du courage, et dont le nerf de la guerre est la santé et le corps8. C’est au prisme de cette question que nous abordons la pensée critique des Freinet. Pour envisager ces problématiques, notre propos va se déployer en trois parties : dans un premier temps, nous restituerons l’intrigue dans laquelle peut se lire l’épisode naturiste des Freinet dans les années 1930, puis nous observerons ce qu’induit la question du naturisme sur la machine Freinet, avant de décrire les déductions pratiques (d’un point de vue éducatif et corporel) induites par cette rencontre avec le naturisme.

1. L’épisode naturiste des Freinet

5Dans une précédente contribution (Riondet, 2013), nous avons déjà évoqué l’épisode naturiste des Freinet. Néanmoins, nous estimons que sa mise en intrigue, abordée d’une manière plus complexe, peut donner des clefs de lecture pour saisir conjointement l’évolution politique, théorique et pédagogique de la machine Freinet.

1.1. Les premiers pas de côté des Freinet à la fin des années 1920

6Dans les années 1920, Freinet a progressivement intériorisé la théorie de Marx et de Lénine selon laquelle les institutions s’adaptent au système économique et politique qui les domine. Il pense que l’école de la bourgeoisie républicaine, à partir de la fin du XIXe siècle, a préparé le peuple à assumer les besognes nouvelles qu’impose l’industrie pour parfaire son adaptation au « cadre étroit de son nouveau destin économique ». « […] Le peuple lui-même [est] apparemment satisfait. » Mais bientôt « le charme [est] rompu et l’escroquerie macabre de 1914-1918 y [contribue] largement ». Les plus clairvoyants prennent alors conscience du « destin de leur classe et du mensonge intéressé de l’éducation qu’ils avaient subie » (Freinet, 1945, p. 14). Comme l’explique l’un des premiers camarades de Freinet, l’idéal socialiste des rescapés de cette escroquerie macabre a fait d’eux des militants de la IIIe Internationale, et leur appartenance au prolétariat a fait d’eux des militants pour une école du peuple (Faure, 1985). Cependant, beaucoup de choses s’accélèrent et se modifient durant ces années 1920. En effet, Freinet effectue un voyage en URSS en 1925 afin d’observer ce qui y est réalisé en matière d’éducation. Le voyage des Freinet à Leipzig (en Allemagne) en 1928 est bien moins connu, à tort. Les Freinet sont partis à Pâques (13 et 14 avril) 1928 à Leipzig pour le Congrès pédagogique international de l’enseignement. Freinet vient d’être désigné comme délégué par l’Internationale des travailleurs de l’enseignement. Le Ve congrès ouvre dans la grande salle de la maison des instituteurs de Leipzig, sous la présidence du luxembourgeois Clément qui a présidé la délégation d’instituteurs lors du voyage en URSS de 1925.

7Lors de ces journées pédagogiques, la question est de travailler sur une pédagogie prolétarienne, au service de la masse des enfants du peuple. C’est Meta Kraus (1884-1940) qui fait la première conférence : « Situation matérielle de l’enfant prolétarien » (1928, p. 12-22). Elle fait un brillant exposé extrêmement bien documenté sur la condition salariée des pères, puis des mères, et aussi des enfants au plan international. Elle présente ensuite une impressionnante série de thèses sur le droit de l’enfant prolétarien à l’existence. Elle développe notamment l’idée que « l’État capitaliste cherche à empêcher la protection de l’enfant prolétarien quand elle constitue un élément de la lutte libératrice du prolétariat » (p. 18). Parmi ses thèses, Meta Kraus déclare en introduction : « l’État capitaliste ne connaît comme enfants que les enfants de deux classes et il ne leur attribue de valeur que sous deux espèces » (p. 19). Cela se révélait clairement en pratique, puisque les enfants de la classe dominée ne disposaient pas des mêmes conditions matérielles d’existence que ceux de la classe dominante. Élise et Freinet assistent à l’exposé de cette critique très forte des conditions de vie, de logement et de santé du prolétariat (et donc des enfants du prolétariat). Leur position par rapport à la question d’une nouvelle éducation sera toujours celle exposée par Meta Kraus à Pâques 1928 à Leipzig. Élise et Meta Kraus se lient d’amitié ; Élise reste d’ailleurs en contact pendant plusieurs années avec elle, mais également avec les réseaux militants de Kraus.

  • 9 Signalons qu’une des références littéraires partagées par ces militants et les Freinet est l’auteu (...)
  • 10 Il avait ouvert à Berlin (Beethovenstrasse, une rue proche du Reichstag) un Institut des sciences (...)
  • 11 Lettre de Meta Kraus-Fessel à Élise Freinet, 4 janvier 1929 (Fonds Freinet) : « Je ne veux plus ga (...)
  • 12 Le Kommunistische Partei Deutschlands (KPD) était le parti communiste d’Allemagne, fondé en décemb (...)
  • 13 Lettre de Meta Kraus-Fessel à Élise Freinet, 5 novembre 1929 (Fonds Freinet)

8À travers la correspondance entre Élise et Kraus, on prend conscience des informations dont disposaient les Freinet (notamment au sujet de l’évolution politique et militante en dehors de la France), des références culturelles9 en circulation (entre les Freinet et les proches de Kraus, allemands et parfois hollandais), mais également du réseau directement ou indirectement en lien avec les Freinet. On découvre alors plusieurs figures, dont certaines sont assez connues. Kraus était très proche d’Erich Mühsam (1878-1934), un militant anarchiste éminent, et également de Magnus Hirschfeld10 (1868-1935), dont le nom est souvent associé aux débuts du mouvement de libération sexuelle. Dans cette correspondance, on voit bien apparaître un réseau de militants libertaires alternatifs comprenant des artistes, des poètes, des prisonniers politiques, des scientifiques et des penseurs résidant en Allemagne ainsi que dans d’autres pays (comme la Hollande, par exemple). Si ce réseau était très hétérogène, il semble y avoir des régularités. Certains fréquentent des naturopathes, d’autres sont sensibles aux expériences alternatives, et surtout, beaucoup d’entre eux ne se satisfont pas des partages politiques. Ils n’y trouvent pas leur place11. À l’instar de l’affiliation très brève de Mühsam au KPD12 (15 jours), le réseau avec lequel correspond Élise semble ne jamais se satisfaire des logiques de parti politique, et encore moins du parti communiste. Dans une lettre adressée à Élise Freinet depuis Vienne, Meta Kraus s’irrite du fait que le parti officiel la désigne comme « contre-révolutionnaire », elle évoque même la « bêtise des guides communistes13 ». Les personnes en jeu dans ce réseau vont souffrir à la fois de l’émergence du nazisme et du communisme stalinien et seront en très grande partie décimés.

1.2. Tuberculose et naturisme

  • 14 Certificats médicaux du Dr Audion, 30 avril 1931 et 25 mai 1931 (Fonds Freinet).
  • 15 Certificats médicaux du Dr Plannat, 8 juin 1931, et du Dr Audion, 5 juin 1931 (Fonds Freinet).

9Il faut rappeler ici qu’après un premier congé en 1925 pour convenances personnelles, Élise est retournée en classe et cherche en vain à être nommée dans la même école que Freinet à Saint-Paul-de-Vence. De retour d’Allemagne à la fin des années 1920, elle a présenté quelques signes d’affaiblissement qui n’ont cessé de se manifester. En avril 1931, le docteur Audion lui prescrit repos et grand air. Mais son état se dégrade rapidement (dépression générale14) et en juin, elle présente sans surprise « des signes cliniques non douteux de tuberculose pulmonaire spécialement marqués à droite dans la fosse sus-épineuse ». Ce docteur précise « que le repos, l’air, la montagne si possible, lui étant nécessaires, il est indispensable que son congé maladie soit prolongé du 9 juin au 9 juillet 193115 ». Elle obtient une série de congés de « longue durée », avant d’essayer de faire reconnaître cette maladie comme ayant été contractée pendant l’exercice de son métier. Si cette hypothèse est peu vérifiable, elle reste parfaitement plausible tant la tuberculose fait encore à cette époque de nombreuses victimes. En 1932, en creux de l’affaire de Saint-Paul à laquelle est confrontée Freinet (Go et Riondet, 2016), Élise se bat pour ne pas succomber à la maladie et faire reconnaître cet état comme étant lié aux conditions précaires d’exercice à l’école. Tous deux font alors l’expérience traumatisante et épuisante de l’école classique et scolastique, et en ressortent profondément meurtris d’un point de vue psychologique et également d’un point de vue physique.

  • 16 Nous avons trouvé cette information sur le site de Laurent Gutierrez consacré à l’histoire du mouv (...)
  • 17 Voir la brochure d’Éducation nouvelle populaire no 44 de Julien Husson : Paul Robin éducateur (194 (...)

10D’après leur fille Madeleine, ce serait par l’intermédiaire d’amis communs, les Nelk, que les Freinet rencontrent un certain « Vrocho » (Freinet, M., 1997, p. 193-194). Vrocho (1892-1936), de son vrai nom Basile André Vrochopoulos, est une figure locale, dont la notoriété est grandissante dans les milieux naturistes de Nice et des environs. Les réseaux naturistes, anarchistes et théosophiques sont très développés à Nice au début des années 1930. Pour illustrer cela, il faut rappeler que, par exemple, le Trait d’union qui se présente initialement comme une tentative d’élargissement du programme hygiéniste de la Société végétarienne de France, a pour but de promouvoir le naturisme dans les milieux ouvriers (Baubérot, 2008, p. 104) et s’est implanté en province grâce à des « rameaux ». La présidente du rameau de Nice est Mme Bénigni. Institutrice, elle participe à la revue Régénération, dans laquelle elle s’occupe des questions d’enfance (Baubérot, 2004, p. 231) tout en étant liée à la Nouvelle Éducation, une société pédagogique créée par Roger Cousinet et Madeleine Guéritte en janvier 1921. Il est nécessaire de souligner en marge de ces ramifications, le rôle de deux autres personnes : Henri Chochon, théosophe, créateur du domaine de l’Étoile à Nice-Pessicart, communauté éducative fondée en 1920 et intitulée « maison d’enfants naturiste16 » ; et son épouse Marthe, institutrice, fille de Jacques Camescasse, auteur d’une méthode d’apprentissage des mathématiques en primaire, vantée par Freinet qui en vendait le matériel. Camescasse était un ancien élève de Paul Robin, le fondateur de l’école expérimentale de Cempuis17. Proches de la Nouvelle Éducation, adeptes du végétarisme, ils furent également proches du mouvement créé par Freinet dès la fin des années 1920.

  • 18 Voir Boutan (2011).

11C’est donc dans cet espace et à l’intersection de ces réseaux perméables (dans lesquels les questions éducatives rencontraient les questions naturistes), que s’inscrit Vrocho, un thérapeute naturiste grec qui semble compter plusieurs institutrices parmi les malades recevant ses soins (Caroline Nelk, Élise Freinet, mais aussi Lisette Vincent18 et Mme Bénigni). Personnage atypique, Vrocho aurait étudié de nombreux auteurs et se serait formé à diverses pratiques médicales dans les années 1920 en Allemagne. Dans l’ouvrage que lui consacre Ferrière en 1933, le pédagogue suisse rend compte du système Vrocho qui consiste, selon lui, « en une hydrothérapie épurative où alternent l’étude et le bain de tronc froid, une gymnastique […] et un régime naturiste où l’alimentation par les fruits et la marche en plein air jouent un rôle essentiel » (p. 43).

  • 19 La dégénérescence est tout aussi physique, physiologique, psychologique qu’intellectuelle, corpore (...)
  • 20 . Le système Vrocho se caractérise par différents procédés qui ont en commun de « stimuler la vie » (...)
  • 21 Formulation faisant référence à Mithridate VI, roi du Pont (Pont-Euxin), qui, d’après la légende, (...)
  • 22 Cette vision permet de remettre en question l’idée reçue selon laquelle la pensée des Freinet fut (...)

12En marge des transformations du cadre de vie liées aux Années folles, la pensée naturiste de Vrocho renvoie à un système subversif articulant alimentation, économie, philosophie, politique et éducation sur fond de dénonciation de la dégénérescence de la civilisation19. Derrière le système de pratiques corporelles (hydrothérapie, respiration, sudation) et alimentaires (alimentation centrée sur les fruits20), il faut prendre la mesure de l’originalité de la pensée médicale que développe Vrocho en considérant la guérison et la santé comme une paix intérieure résultant d’une lutte quotidienne et rigoureuse, au contraire de la mithridatisation21, phénomène où l’homme, cherchant à s’immuniser, fait de son corps une machine qui ne réagit plus aux agressions. Mais cette pensée médicale présente un versant politique. En effet, un autre trait distinctif de la pensée de Vrocho consiste dans la manière dont il pense le naturisme comme un mode de vie permanent, une éthique de soi qui est également une technique de résistance. Vrocho estime que c’est surtout dans les zones où le milieu naturel est détérioré que le naturisme est primordial22 :

Ils ne veulent pas comprendre qu’au grand air les échanges matériels s’opèrent plus régulièrement, qu’on peut s’y permettre impunément plus d’écarts, plus d’intoxications carnées, alcooliques et autres ; l’oxygène abondant et vivifiant, associé au mouvement physique auquel on s’astreint brule intensément et neutralise dans une large mesure la toxicité des matières morbides. Tandis que dans les villes, les usines, le métro, les agglomérations denses, la circulation atmosphérique est restreinte, ensuite l’air est forcément partagé entre ce fatras d’objets et l’homme qui est ainsi privé d’une partie considérable de sa ration d’oxygène. Le résultat fâcheux c’est qu’il arrive à la longue, le sédentarisme aidant, de ne pouvoir digérer, non seulement les matières notoirement reconnues toxiques comme la viande, les poissons, etc., mais aussi les plus légères voire l’eau pure. Donc, ce sont eux qui ont plus besoin du végétarisme que les campagnards pour atténuer les méfaits de leur vie malsaine. En outre, pour qui sont écrits tant de bouquins sur l’hygiène et la santé sinon pour les citadins, surtout ? (s. d., p. 10-11)

13On comprend dès lors combien le corps devient un enjeu politique essentiel. Non seulement, il faut se sensibiliser aux questions corporelles et incorporer totalement un mode de vie, mais c’est cette transformation qui permet de ne pas être trop conditionné par les influences extérieures. Vrocho estime ainsi que le rapport au corps et la manière de se former, de s’éduquer, à cette corporéité, est l’une des problématiques les plus sous-estimées par les hommes : « Ainsi, l’homme […] néglige son éducation physique et alimentaire oubliant criminellement que c’est elle seule qui peut le garantir contre les influences terrestres, atmosphériques et cosmiques » (p. 13).

2. Naturisme et questions éducatives

14L’historien de l’éducation se retrouve ainsi devant le dilemme suivant : considérer qu’il s’agit ici de détails insignifiants pour comprendre les questions éducatives ou, au contraire, envisager en quoi cet épisode naturiste permet d’observer une accélération de la machine Freinet. Optant pour la seconde proposition, nous choisissons de voir le naturisme des milieux proches des Freinet comme un fait social qui va permettre une complexification de la compréhension des phénomènes éducatifs et une radicalisation des perspectives.

2.1. Postulats en jeu

15La revue L’Éducateur prolétarien contribue, durant les années 1930, à centraliser et développer les initiatives des militants sur des questions diverses : naturisme, alimentation, habitation, tourisme, coopérative, etc. Tout un mouvement s’organise peu à peu autour d’un travail de théorisation mené en parallèle par Vrocho et Élise (qui recouvre progressivement la santé à partir de 1933) et qui se base sur plusieurs postulats.

16Le premier postulat est d’ordre anthropologique : « L’homme est, de par sa constitution organique, un mangeur de fruits et de graines », écrit Vrocho, il ne se rapproche ni des herbivores, ni des carnivores. Ce sont en fait des conditions anormales qui ont poussé l’homme à consommer de la viande et le problème s’est complexifié progressivement car l’homme a associé à la viande d’autres produits nocifs : « alcool, tabac, alcaloïdes, sel, chaleur des plats cuisinés, etc… » (1934, p. 222). Cette association contribua à une « désharmonie circulatoire » (Riondet, 2013, p. 137), qui induit des conséquences problématiques. Ainsi, selon Élise, toute la vie du civilisé moderne est « tissée d’hérésies d’un bout à l’autre de ses journées » et c’est ce fait qui représente « la cause de la maladie et de la stérilité intellectuelle » ; là est « le grand gaspillage d’énergie » (Freinet, É., 1936b, p. 332).

  • 23 « […] pour conserver un aliment naturel, il faut le soustraire à la fermentation vers laquelle il (...)

17Dès lors, on comprend que la compréhension des relations des pouvoirs et de la domination s’est complexifiée dans un laps de temps relativement court. On peut lire régulièrement les prises de position d’Élise contre certains préjugés alimentaires, notamment l’idée selon laquelle, l’industrie alimentaire aurait acquis « une perfection inégalée » et serait légitimée par l’émergence du frigorifique, qui « paraît conserver les denrées les plus fragiles, les viandes les plus délicates, les pâtisseries les plus légères » (Freinet, É., 1937b, p. 115). Pour Élise, le problème repose sur le fait que ces pratiques sont « contre-nature23 », mais, en outre, c’est bien un problème politique qu’elle dénonce.

  • 24 L’ensemble de l’industrie alimentaire s’était développé à partir de l’usage du toxique car « l’hom (...)
  • 25 « Cette science capitaliste dirigée contre le bonheur des hommes par quelques gangsters de marque, (...)
  • 26 Élise écrivait en 1936 qu’il restait à penser un art de guérir, lequel se confondrait en fait avec (...)

18Le deuxième postulat consiste à dire que la civilisation moderne est aux mains du capitalisme. La complexité du capitalisme réside dans sa manière de se rendre légitime en produisant des évidences dont l’individu n’arrive pas à se détacher (la consommation de viandes pour se réchauffer, les associations alimentaires, etc.). Le naturisme prolétarien voulait ainsi mettre à jour un triple point de tension (usage restreint de la révolution pastorienne, dogmatisme scientifique et médecine classique) qui illustre ce processus de légitimation d’une forme de civilisation dans laquelle le prolétariat reste le grand perdant et le perpétuel exploité (Riondet, 2013, p. 138). À travers la théorisation du naturisme prolétarien, Vrocho et Élise expliquent en outre que ce processus complexe de production de fausses évidences a contribué à ensevelir les diverses avancées à travers l’histoire au sujet de la santé naturelle. Plus qu’une corruption des lois naturelles24, c’est donc bien l’ensemble d’un système capitaliste qui est dénoncé ici ; un système où la science est entre les mains des exploiteurs et constitue « un moyen d’oppression terrible » contre la vie et le prolétariat25. Si le naturisme prolétarien constitue une nouvelle grille de lecture politique et d’une nouvelle cartographie du pouvoir, il est également un ensemble de techniques de résistance qu’il reste à penser et à faire proliférer26.

2.2. Un naturisme prolétarien et matérialiste

  • 27 « L’ouvrier n’a que trop souvent, le taudis, la rue sombre, l’estaminet, le petit restaurant bon m (...)
  • 28 « Le Naturisme se vend, s’achète, s’accommode à la mode, à la science, au commerce. Le Naturisme q (...)
  • 29 « Mais oui, camarade, il y a un naturisme bourgeois, celui qui participe à la plus-value honteuse (...)

19Le naturisme est un mouvement hétérogène dans lequel il s’agit de tracer une ligne de démarcation. Le naturisme de ce réseau est tout d’abord prolétarien. Si les malades sont de tous milieux, la « dégénération » semble néanmoins toucher plus durement l’ouvrier27. Le naturisme, à partir des années 1920, se développant au point d’être parfois récupéré par le capitalisme28, il apparaît fondamental pour Élise de distinguer le naturisme prolétarien des naturismes bourgeois29.

20Seconde particularité : il s’agit d’un naturisme matérialiste car il cherche également à se singulariser des développements idéalistes du naturisme. La référence à Marx est au cœur de cette distinction :

Nous sommes des disciples de Marx. Nous voyons la Nature sous un autre aspect plus dialectique, plus matérialiste aussi. Oui, la Nature est aux différentes saisons une source de joies saines et vivifiantes. Elle plaît à nos yeux et à notre âme, nous l’aimons. En son sein, nous retrouvons les instincts de l’animal dont nous fûmes issus. La Nature est bienfaisante. Pourtant, elle n’est pas unilatéralement bonne. Elle est le milieu indifférent, favorable ou défavorable qui fait éclore la vie et qui la broie. Les tempêtes passent comme les aubes de mai, la terre roule vers l’éternité des choses, elle crée des hécatombes d’hommes. Elle n’a de comptes à rendre à personnes (Freinet, É., 1939, p. 88).

  • 30 Pour Élise, ce qu’offre le capitalisme ne doit pas être considéré comme pur mais à purifier.

21Dans cette optique, l’enjeu n’est pas de retourner à un état naturel. La nature ainsi que la technique ne sont ni bonnes ni mauvaises. Distante des considérations naïves sur la vie dans la nature, Élise envisage au contraire l’action de l’homme à partir de la nature. Les Freinet ne recherchent pas à constituer un militantisme fermé en marge de la société, mais recherchent une nouvelle forme de lutte, d’action et de résistance. Ces réflexions se déploient à partir de deux objectifs : la libération de l’homme et la reconstruction de la société. Le naturisme prolétarien et matérialiste représente une expérience de pensée dans une société au sein de laquelle il convient de lutter30.

2.3. Expérience de pensée et pratique de soi

22Le naturisme des Freinet constitue une pratique de soi, en lien avec d’autres, qui vise à assumer sa propre ignorance en vue de s’émanciper de la dépendance dans laquelle nous entretiennent les institutions de la science et leurs discours. La pratique militante de soi représente une lutte délibérée contre les conditions d’assujettissement inscrites dans toutes les formes de la vie quotidienne en régime capitaliste. Loin d’être une doctrine de prescriptions, ce naturisme apparaît alors comme une pratique de soustractions (Go et Riondet, 2016) : se soustraire à l’envie de parvenir, se soustraire à l’ambition de gagner de l’argent et d’obtenir de la considération, se soustraire à l’habitude de consommer, se soustraire à l’habitude d’abandonner son corps malade aux médecins, etc. Cette pratique est accélérée par celle de la coopération, et la coopération élargit l’horizon politique d’une réflexion qui se présente sous une allure éthique.

  • 31 Jiddu Krishnamurti (1895-1986) est un penseur indien du XXe siècle dont la notoriété s’est constru (...)

23L’influence de la littérature indienne chez les Freinet a été peu relevée jusqu’alors. Elle est pourtant centrale pour saisir les positions des Freinet. En société capitaliste, il faut « entrer dans le conflit », écrit Élise en s’appuyant sur le philosophe indien Krishnamurti31. Cela signifie qu’il faut porter le conflit dans le rapport à soi-même et que cela constitue en soi un acte politique. Être prisonnier de l’excitant, « là est le centre de la question », car « la sensation forte ruine la compréhension » (Freinet, É., 1938b, p. 71) ; or, « comprendre pourquoi l’on est devenu esclave, c’est déjà lutter contre l’esclavage » déclare Élise, mais « on préfère les chaînes à la libération ». Pourtant, le conflit que nous cherchons à éviter se propose toujours à nous-même : « la maladie frappe à la porte, nous empoigne, nous broie » ; mais, là encore et toujours, « on se refuse à poser le problème de la maladie ». Pour Élise, il y a de fait une grande bataille à livrer : « entrez dans le conflit ! mettez-vous à l’épreuve de l’expérience » (p. 72).

  • 32 L’évocation du naturisme chez les Freinet fait émerger la question suivante : en quoi le rapport a (...)

24Cependant, le problème est justement le suivant : les hommes restent aveuglés (par des habitudes prises dans une civilisation qui les façonne et les conditionne) et n’ont pas la volonté de se mettre à l’épreuve de l’expérience. Afin de jouer sur cette question de la volonté, il faut changer le milieu de vie, car l’influence du milieu peut être à la fois « vitalisatrice » ou « dévitalisatrice ». Changer le milieu de vie demande un acte de la volonté, et ne pas produire cette résistance est en soi un choix, mais un choix de refus de l’émancipation. À ceux qui demandent pourquoi aller vers une vie simplifiée et renoncer aux excitants, elle demande à son tour pourquoi eux-mêmes ont-ils besoin de ces excitants. L’homme moderne, dit-elle, ne sait pas se contenter de la sagesse épicurienne car il voit l’évolution du mode de vie comme un progrès et une libération, mais c’est une libération qui en réalité l’emprisonne. Loin d’être morale ou mystique, la démarche de Freinet est politique. Il s’agit d’une objection matérialiste sur le fait que le recours aux excitants de tout ordre est une aliénation entretenue par un système dont le principal intérêt est en fait de maintenir la population hors de ce que Kant appelait la majorité consistant à avoir l’audace de vouloir penser par soi-même32.

2.4. Naturisme et éducation

25La manière dont le naturisme relance alors la pensée critique éducative des Freinet est assez remarquable. En effet, le fond de leur pensée pédagogique émerge indéniablement à la lecture continue de la revue de l’Éducateur prolétarien qui servit à diffuser leur pensée naturiste et pédagogique. Pour s’occuper des enfants aliénés par leurs conditions matérielles d’existence, il faut selon eux un milieu éducatif et des pratiques spécialement élaborées qui rendent possible le travail de régénération propre à l’univers naturiste. En effet, selon Freinet, l’instituteur est certain d’échouer dans un milieu ordinaire :

Si les locaux sont exigus, mal aérés, sans soleil ; si l’éclairage y est défectueux ; si les enfants sont mal nourris, faute de cantine convenable au cours des interclasses ; si les élèves sont trop nombreux dans les classes, rendant impossible tout mouvement, toute manifestation naturelle de l’activité enfantine, le travail pédagogique est également profondément déficitaire ; toute pédagogie libératrice devient impossible et tous les efforts des éducateurs sont, d’avance, voués à l’insuccès (Freinet, C., 1934, p. 26).

26L’« action scolaire » ne peut être que « nulle » face aux « malades, sous-alimentés, vivant dans les taudis sans air et sans soleil ». C’est en améliorant les conditions de vie des enfants et en contribuant à leur tonus vital que l’action de l’instituteur peut gagner en efficacité. Il faut prendre la mesure dans cette critique de la précarisation des conditions scolaires (précarisation de la profession enseignante, conditions précaires d’accueil des élèves, conditions de vie des enfants pauvres, etc.), des connexions entre conditions de vie et asservissement idéologique. En réalité, ce qu’explique Freinet, c’est combien le capitalisme s’est associé de formes de fascisme et combien l’exploitation est profonde, jusqu’à traverser, non plus les esprits (à travers les manuels scolaires et la scolastique), les corps (via les châtiments corporels), mais l’organisme humain, et la vie tout court.

27C’est dans ce pas de côté opéré par les Freinet à l’égard de l’Éducation nouvelle qu’il faut saisir l’ouverture de l’école Freinet. La spécificité de l’école nouvelle prolétarienne qui ouvre en 1935 porte sur la question des « bases physiologiques, matérialistes de l’éducation » :

Ces enfants qu’on nous confiera, intoxiqués, déformés, organiquement pervertis, las de la vie déjà, sans appétit ni élan, nous les soignerons d’abord par notre thérapeutique spéciale : alimentation spécifique idéale, en même temps que cure de désintoxication par sudations, réactions, frictions, massages, travail au grand air, marches et excursions (Freinet, C., 1935, p. 384-385).

28C’est bien l’action physiologique envisagée qui constitue la nouveauté de la machine Freinet dans son versant éducatif et qui va distinguer la pensée Freinet des réflexions de l’Éducation nouvelle centrée sur l’éducation et l’instruction. En effet, selon Freinet, il manque dans ces réflexions la question concrète de la régénération. Parfois, précise-t-il, c’est bien une erreur alimentaire ou un problème organique qui vient contrarier les grandes constructions pédagogiques et philosophiques et qui, in fine, vient toujours nuire aux mêmes populations, à savoir le peuple. Il s’agit donc d’un événement très important, puisque l’ouverture de l’école va permettre l’application intégrale des techniques élaborées par Freinet et son réseau.

3. École Freinet, milieu et mode de vie

29On observe bien les traumatismes (physiques et psychologiques) ressentis par les Freinet suite à leurs passages dans l’institution scolaire, ainsi que les conséquences de cette confrontation avec les mailles du pouvoir, mais également comment le corps et la santé deviennent alors des enjeux centraux dans l’expérience scolaire que les Freinet mettent peu à peu en place.

3.1. Former à la lutte par le mode de vie et les techniques corporelles

30L’école Freinet ouvre en 1935. Être scolarisé dans cette école n’est pas un fait anodin ; l’enjeu est de « préparer nos enfants à leur destinée d’hommes, sans nous soucier de les enfermer d’avance dans une orthodoxie quelle qu’elle soit qui craquera bientôt sous la poussée des événements, avec la certitude qu’un homme sera nécessairement un lutteur, un constructeur, un révolutionnaire » (L’Éducateur prolétarien, 1936a, p. 4). Or, ce qu’expérimente l’école peut se formuler comme une entreprise d’initiation à un mode de vie (en l’occurrence naturiste) à destination des populations en ayant le plus besoin (les enfants prolétaires et malades). Cette entreprise reprend en réalité des préceptes naturistes classiques qu’évoque d’ailleurs Vrocho : d’une part, il faut un milieu naturel et propice à la santé, mais d’autre part, l’environnement, quel qu’il soit, ne signifie pas qu’on puisse se passer d’un régime particulier, d’un rapport à soi.

31Il faut bien prendre la mesure de la singularité de cette école qui a été, en réalité, spécialement agencée pour les besoins naturels et les activités spécifiques de l’être humain :

Placés, on le voit, dans des conditions strictement prolétariennes, nous avons, à force de privations et d’efforts, réalisé une installation prolétarienne : aucun luxe superflu, mais de l’air, du soleil, de l’eau, de l’espace, des champs, la tranquillité et le calme, des locaux confortables où nul n’a souffert de l’hiver, qui s’ouvrent tout grand l’été sur des terrasses et des jardins, avec des locaux scolaires spécialement conçus pour les fins que nous nous proposons et dont nous reparlerons (L’Éducateur prolétarien, 1936a, p. 2-3).

32Mais, cette caractéristique spatiale s’articule à une autre particularité. La question du mode de vie est, à ce titre, au cœur de l’expérience de l’école Freinet. Si, d’une part, cette école va se constituer en « milieu paysagé » (Go, 2007), en haut d’un baou, au milieu des pins, un certain nombre de techniques, d’autre part, vont rythmer les journées des élèves et des éducateurs. Parmi ces techniques, on retrouvait la pratique du choc-froid tous les matins, la sudation, une alimentation centrée sur la consommation des fruits, des activités corporelles et de l’hydrothérapie. Les techniques utilisées étaient directement reprises de l’expérience naturiste d’Élise alors qu’elle lutta contre la tuberculose quelques années auparavant (Riondet, 2013).

3.2. Le corps de l’éducateur comme préalable

33Mais, pour que ce système puisse se déployer et fonctionner, il fallait nécessairement que tout instituteur puisse « acquérir cette nouvelle conception matérialiste de l’éducation », parce que « la première des conditions, c’est de devenir naturistes nous-mêmes, de nous désintoxiquer » (Freinet, C., 1934, p. 99-101). L’instituteur révolutionnaire devait entrer dans un rapport de force, et pour cela devait porter le conflit en lui-même. À ce titre, l’éducateur était le premier à assumer ce mode de vie pour deux raisons qui restaient imbriquées l’une dans l’autre. D’une part, l’éducateur prolétarien doit développer une pensée engagée et critique (lutter et résister) et, d’autre part, il doit incarner cette déprise et montrer à ses proches (camarades, enfants, etc.) par sa propre existence, le courage et le chemin à suivre (il s’agit d’un préalable presque didactique).

34Chez Freinet, par exemple, on a pu observer sur une durée très longue la régularité de ces pratiques corporelles. Dans les correspondances qu’échange Freinet avec Élise alors qu’il est dans un camp d’internement, il ne cesse de parler de son alimentation et de l’organisation stratégique de son quotidien. Alors qu’il est à Saint-Maximin, il écrit le jeudi 18 avril 1940 :

Notre travail a pris un certain rythme : le matin, je lis au lit, du lever du jour jusque vers 7 h 20, car on ne peut se laver qu’à partir de 7 h 30 et qu’on ne peut rien faire ailleurs à ce moment-là. Puis, je me lave, je déjeune d’une galette, je fais la gymnastique avec frictions. Puis je vais travailler au soleil, lorsqu’il fait beau (mais c’est un jour sur deux) ou à la table commune qui s’enfume peu à peu… (Freinet, M., 2004, p. 60).

  • 33 « Élise décrivait Freinet comme un travailleur, n’ayant “jamais eu la prétention de s’affirmer com (...)

35À de nombreuses reprises, Madeleine Freinet confirme cette habitude qu’a prise Freinet et cette force du travail qu’il développe notamment à l’égard du travail intellectuel33. Mais, cette habitude n’était possible qu’au prix de ces pratiques. Il tirait cette leçon des enseignements de Vrocho. Relisons à cet effet un des fragments de Vrocho au début des années 1930 :

On répète obstinément que le travail excessif musculaire et intellectuel exige une nourriture abondante. L’erreur me paraît flagrante. Le corps humain est comparable à une machine dotée d’une force motrice limitée, au-delà de laquelle elle s’échauffe et a besoin d’arrêt pour se refroidir. Donc les conditions pour l’ouvrier comme pour le savant après un travail maximum sont les mêmes. Il est évident, par conséquent, qu’à l’instar de la machine la réparation de l’usure occasionnée par la dépense physique, vient tout à fait secondairement. Ce qui prime pour le rétablissement du travailleur, c’est le repos et le sommeil. Mais ce besoin peut diminuer sensiblement si on employait l’eau froide tout de suite après la cessation du travail (s. d., p. 6).

36Précisons qu’il ne s’agit pas uniquement de force de travail intellectuel. Relisons ce qu’en dit Élise dans L’École Freinet, réserve d’enfants (1974) : « Nous étions ainsi parvenus à intégrer à notre vie de tous les jours une synthèse de comportements naturistes qui nous rendaient aptes à supporter un surmenage peu commun » (p. 49). Ces pratiques étaient tout autant des moyens d’augmenter sa puissance que des techniques de résistance face au surmenage, aux différentes pressions extérieures, aux mécanismes de contrôle de la vie, mais également face aux contraintes et à la sclérose de la routine au quotidien. Cependant, pour bien comprendre véritablement l’importance de ces questions corporelles dans l’œuvre des Freinet, il faut saisir que cette sensibilité naturiste était presque une condition pour pouvoir travailler à l’école ou collaborer avec Freinet. Si on peut envisager qu’il était peut-être plus facile de recruter dans le réseau et plus pratique de choisir des jeunes, il faut surtout comprendre que, pour les Freinet, il fallait des personnes qui partageaient intimement les convictions en jeu. On l’observe très clairement dans une offre d’emploi publiée dans l’Éducateur prolétarien :

Nous désirerons engager à Pâques, pour la préparer au service de notre école nouvelle, qui ouvrira en Octobre, une jeune fille (de préférence orpheline), naturiste si possible, aimant les enfants et capable de s’initier aux soins et à la cuisine naturistes, en complétant son éducation.
Les camarades qui connaîtraient des personnes susceptibles de nous aider, sont priés de vouloir bien nous les faire connaître (1935, p. 269).

  • 34 Herminio Almendros contribua très largement à diffuser les techniques Freinet en Espagne, et en pa (...)

37Ce qui se présente comme une particularité locale (le naturisme dans le sud de la France, dans l’arrière-pays niçois et vençois) pourrait être en fait une régularité dans les réseaux internationaux de Freinet. Quelques années après l’ouverture de l’école, en pleine guerre d’Espagne, alors que Freinet a besoin de collaborateurs sur Vence, l’inspecteur espagnol Almendros34 (1898-1974) fait part d’un camarade au profil très particulier à Pagès et à Freinet dans une lettre datant du 28 juin 1937 :

  • 35 Lettre d’Almendros à Pagès et à Freinet, 28 juin 1937 (Fonds Freinet).

Je ne sais pas si vous vous souvenez d’un docteur qui était avec nous au Congrès de Montpellier. C’est un enthousiaste de l’œuvre de Freinet et il a aussi ses idées sur le naturisme et le végétarisme. Il irait aussi chez Freinet, si Freinet voulait bien l’accepter comme collaborateur. Il se contentera de la pension gratuite et il vivrait donc à l’école avec Freinet et les enfants. C’est un homme intelligent, très bien et qui comprend l’œuvre de Freinet, et il a d’excellentes qualités d’éducateur. Au surplus c’est un grand chirurgien et il domine la didactique des sciences naturelles. Si Freinet doit aller en voyage durant cet été, ce camarade le remplacerait « magnifiquement ». Vous voyez donc que je puis vous procurer deux collaborateurs, desquels je réponds35.

  • 36 Rofes avait par ailleurs la particularité d’intervenir à l’Ateneu Polytechnicum de Barcelone. Il s (...)

38Le docteur en question se nommait Cosme Rofes (1889-197436). Dans une lettre de Rofes à Freinet, on prend bien conscience des nombreux points d’accroche entre Freinet et lui-même :

  • 37 Dans la première partie du XXe siècle, dans le cadre du mouvement de naturopathie, plusieurs conce (...)

Moi je suis le Dr. qui désirait travailler avec vous à votre école pendant une demi-année. J’ai un grand intérêt pour voir de près le résultat de la vie naturelle, associée à l’éducation. Je suis médecin naturiste et instituteur – quoique l’ami Almendros m’appelle chirurgien parce que je fais de la chirurgie dans les cas nécessaires. J’ai observé en Suisse le traitement Bircher37.

  • 38 Marcel Violet (1886-1973) est à l’origine de l’eau électro vibrée, un procédé visant à garder les (...)
  • 39 Envisageant un lien entre audition et langage, le docteur Tomatis (1920-2001), oto-rhino-laryngolo (...)

39Cet univers de pratiques et de croyances ne s’était pas restreint aux premières années d’existence de l’école. Dans les années 1960, le choc-froid et le végétarisme étaient encore pratiqués. D’autres expériences étaient même envisagées à partir des questions d’harmonie et régénération : eau électro-vibrée38 et oreille électronique39. Cependant, si l’on constate une certaine rémanence des pratiques naturistes à cette époque, elles restent pourtant moins revendiquées, à tel point que l’on peut se demander si cet implicite (qui est en réalité le cœur de l’expérience) n’a pas constitué un obstacle dans les relations entre les éducateurs initiés (qui partageaient déjà ce faisceau de croyances et de pratiques) et les éducateurs néophytes lorsque ceux-ci collaboraient à l’école Freinet.

Conclusion

40Chez Freinet, la question corporelle émerge à la suite d’une expérience personnelle (expérience de la tuberculose puis de la guérison via le naturisme). Nous avons montré les incidences de l’épisode naturiste sur la pensée éducative, médicale, politique, des Freinet. S’il faut néanmoins souligner que la rencontre des Freinet avec ces conceptions naturistes a pu bénéficier d’un terrain favorable (voir les relations entre les Freinet et les réseaux alternatifs allemands), cet épisode révèle de quelle manière le naturisme va permettre aux Freinet une lecture plus précise et plus complexe des processus de domination et une accélération de la machine Freinet à travers laquelle le corps devient un enjeu de résistance aux mécanismes de pouvoir. Mais, si l’attention au corps se retrouve progressivement au cœur de l’éducation, tout cela n’est pour autant possible que si l’éducateur s’est lui-même dépris du système et est arrivé à développer une technique de vie résistant aux pouvoirs sur la vie. Cette déprise n’est ici possible qu’à partir de techniques corporelles, alimentaires et respiratoires et renvoie explicitement à un univers culturel peu étudié jusqu’alors, et qui s’inscrit dans la thématique plus générale d’une culture de soi au cœur de la pensée critique des Freinet. Manger, savoir respirer, renforcer son corps, rester en bonne santé deviennent autant de gestes politiques dans un monde où les mailles du pouvoir se sont modifiées. Le pas de côté opéré Freinet par rapport à l’Éducation nouvelle se saisit de manière plus précise. Ainsi, peut également apparaître la singularité de leur réalisation, l’école Freinet : une école nouvelle, mais prolétarienne et naturiste. Si les techniques utilisées ne sont pas en soi inédites, c’est au contraire la manière dont sont incorporées ces techniques (alimentaires, respiratoires, hydrothérapeutiques) avec des techniques éducatives (texte libre, imprimerie, conférence, plan de travail) dans une réalisation éducative précise qui fait ici événement.

  • 40 Ainsi, en procédant par facilité et apparente rapidité, « [la logique] ne soupçonne même pas que l (...)

41À travers cette étude de cas, on entrevoit les difficultés pour penser de manière différente et, d’une certaine manière, le prix à payer pour développer une pensée réellement critique. C’est à cet endroit et au moment fondateur de la déprise que la question du corps fait irruption. Il n’est pas inutile de se rappeler un texte d’Élise Freinet paru dans Techniques de vie en 1963-1964 (« Y a-t-il une méthode de pensée ? »). Dans ce texte, Élise explique que la pensée occidentale a rejeté sans cesse à la marge la pensée primitive assimilée en une pré-conscience ancestrale, qu’il s’agisse de la magie en Afrique et en Océanie, de la pensée orientale, ou de la sagesse chinoise. En effet, la logique, explique Élise, « méconnaît systématiquement les chemins qui serpentent si agréablement autour du thème fondamental comme sentiers dans un paysage agreste, pour imposer l’autoroute à direction unique ». « Elle ramène tout à une ligne droite et fonce de toutes ses batteries sur un point déterminé de l’horizon40 » (1963-1964, p. 20). Pour Élise, il faut parvenir à « une personnalité dégagée de toutes les contraintes de la culture logique » :

[Il faut arriver à ce stade] pour évaluer tout ce que ce but pragmatique d’économie de temps et d’économie de la pensée, a enseveli de richesses et de trouvailles exceptionnelles au creuset des énergies initiales sûres d’elles comme l’œil de ses images ; pour faire comprendre combien ce but immuable de la pensée abstraite trop précocement enseignée a tué de géniale initiative intellectuelle chez les professeurs et les étudiants installés à vie dans les balançoires philosophiques pour examens ; pour faire l’inventaire d’un vocabulaire exclusivement philosophique qui ne s’emploie que dans un petit rayon d’initiés usant des mots consacrés comme des joueurs d’échec des pions sur le damier immuable (p. 21).

42Pour Élise, « le véritable penseur est celui qui, pressentant une vérité globale, sait prendre une position d’attente, d’appel et de tension avant que les pensées prennent forme » (p. 20) car elle considère que la science du troupeau ne se valide qu’à l’intérieur du troupeau, le bon sens lui échappant toujours : « La vérité n’est jamais calculée, méthodique, coercitive, elle est l’illumination d’un instant, comme la découverte du savant ou l’inspiration de l’artiste » (p. 23). C’est bien le rapport à soi, dans ses dimensions spirituelles et corporelles, qui détermine et garantit la position d’attente et de tension d’où peut émerger une pensée critique.

  • 41 La parrêsia renvoie au franc-parler comme qualité technique du directeur de conscience. Il s’agit (...)

43Les choix historiographiques et épistémologiques en jeu dans notre enquête font apparaître Freinet sous un angle différent de celui sous lequel il est abordé d’ordinaire. Le fait de se déporter sur des éléments quotidiens des militants (leur mode de vie, leurs problématiques quotidiennes, financières, médicales) et sur des jeux de connexions très complexes (connexions avec des espaces culturels transnationaux), tout en gardant à l’esprit les cartographies des débats sur les questions éducatives, semble faire émerger un autre Freinet, et surtout rendre visible l’influence d’Élise. Bien qu’il semble très proche de la figure de l’anarchiste individualiste naturiste, Freinet n’a pas pour autant renoncé, ni au monde public, ni à l’espoir de l’action efficace dans la sphère politique pendant les années 1920 et 1930. Par ailleurs, Freinet n’apparaît pas, ici, à travers la figure du grand pédagogue qui discourt, mais davantage à travers celle du cynique et du parrêsiaste41. Nous faisons ici référence au dernier cours de Foucault, Le courage de la vérité, lorsqu’il rapproche, dans la leçon du 29 février 1984, cynisme et attitudes révolutionnaires plus récentes, en tant que « témoignage par la vie » et « style d’existence », dans des militances souhaitant changer le monde. Cette remarque est en réalité d’ordre épistémologique car elle permettrait d’envisager d’une nouvelle manière l’historiographie des militants pédagogiques tout en contribuant aux réflexions sur ce que peut signifier une pensée critique en éducation. Un récent ouvrage de Revel, intitulé Foucault, une pensée du discontinu, évoquait justement cette étude possible des « modes de vie » où il s’agit de « faire la contre-histoire des rapports de pouvoir », mais selon une démarche précise :

[…] faire l’histoire de la manière dont des vies singulières et minuscules ont eu à se confronter aux rapports de pouvoir et en sont ressorties changées, profondément marquées, voire détruites – mais jamais sans avoir auparavant produit des stratégies de résistance qui reposent souvent sur une production discursive (une « prise de parole »), parfois encore sur des gestes ou des comportements inédits, des décisions ou des choix inattendus, et modifient tout à la fois les rapports de pouvoir qu’elles cherchent à défendre (2010, p. 281-282).

44Une autre perspective historiographique apparaît : rendre compte dans le passé de la manière dont des éducateurs, des enseignants, ont vu leur vie marquée par les institutions (notamment scolaire et scientifique) et leurs systèmes normatifs et ont envisagé, non seulement de penser autrement, mais de développer des formes de vie et des normativités scolaires différentes, tout en suscitant des vagues d’enthousiasme à leur égard. Ainsi pourrait-on observer l’importance dédiée à la question du mode de vie dans ces réalisations éducatives, leurs éventuelles conséquences didactiques et la problématisation que ces chantiers peuvent nous suggérer dans notre actualité.

Bibliographie

Sources et Bibliographie

Sources

Archives

Fonds Freinet. Archives départementales des Alpes-Maritimes.

Fonds privé Henri-Louis Go

Manuscrits

Vrocho, B. (1931). Sur les lois naturelles et les lois artificielles. Causerie faite au Foyer végétarien de Nice en juillet 1931, 11 p.

— (s. d.). Basile Vrocho42.

Imprimés

[Collectif] (1928). Pédagogie prolétarienne, Leipzig, Paris : ITE.

Freinet, C. (1934). « Notre naturisme prolétarien fonction éducative ». L’Éducateur prolétarien, no 5, décembre, p. 99-101.

— (1935). « L’École Freinet ». L’Éducateur prolétarien, no 17, mai, p. 381-387. Freinet, É. (1936a). « Réflexions sur la guérison I ». L’Éducateur prolétarien, no 15, mai, p. 308-309.

— (1936b). « Réflexions sur la guérison II ». L’Éducateur prolétarien, no 16, mai, p. 332-333.

— (1937a). « Pour un naturisme matérialiste ». L’Éducateur prolétarien, no 9, février, p. 198-199.

— (1937b). « Le stockage des matières alimentaires doit nous être suspect ». L’Éducateur prolétarien, no 6, décembre, p. 115-116.

— (1938a). « Vers un naturisme prolétarien ». L’Éducateur prolétarien, no 2, octobre, p. 42-43.

— (1938b). « Pour un naturisme prolétarien ». L’Éducateur prolétarien, no 3, novembre, p. 71-72.

— (1939). « Conditions matérialistes de la santé ». L’Éducateur prolétarien, no 8, janvier, p. 188-190.

— (1963-1964). « Y a-t-il une méthode de pensée ? ». Techniques de vie, nos 26-27, décembre-janvier, p. 17-25.

L’Éducateur prolétarien (1935). « Offre d’emploi ». L’Éducateur prolétarien, no 12, avril, p. 269.

L’Éducateur prolétarien (1936a). « L’organisation matérielle de l’École ». L’Éducateur prolétarien, nos 19-20, juillet, p. 2-4.

L’Éducateur prolétarien (1936b). « Notre régime ». L’Éducateur prolétarien, nos 19-20, juillet, p. 5-11.

Vrocho, B. (1934). « Notes ». L’Éducateur prolétarien, no 4, janvier, p. 222.

Références bibliographiques

Baubérot, A. (2004). Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature, Rennes : PUR.

— (2008). « De la nudité thérapeutique au nudisme, les naturistes français ». Rives nord-méditerranéennes, no 30, p. 101-116.

Boutan, P. (2011). « Les débuts de l’Éducation nouvelle en Algérie d’après le Bulletin de la Fédération algérienne du Syndicat National des Instituteurs ».

Recherches et éducations, no 4, mars, p. 65-78.

Durkheim, E. (2006/1922). Éducation et sociologie. Paris : PUF.

Faure, R. (1985). L’École moderne française. Techniques et pédagogie Freinet.

Grenoble : Le Gric.

Ferrière, A. (1933). Cultiver l’énergie, Vence : L’imprimerie à l’École.

Foucault, M. (2009). Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II, Paris : Gallimard et Seuil.

— (2015). Qu’est-ce que la critique ? suivi de La culture de soi. Paris : Vrin.

Freinet, C. (1945). L’École moderne française. Gap : Ophrys.

Freinet, É. (1974). L’École Freinet, réserve d’enfants. Paris : Maspero.

Freinet, M. (1997). Souvenirs de notre vie. Paris : Stock.

— (éd.) (2004). Élise et Célestin Freinet. Correspondances 21 mars 1940 – 28 octobre 1941. Paris : PUF.

Go, H.-L. (2007). Freinet à Vence. Rennes : PUR.

— (2014). « Pour une approche parrèsiastique de l’éducation scolaire ». Prairat, E. (dir.). À l’école de Foucault. Nancy : PUN-EDULOR, p. 15-32.

— et Riondet, X. (2016). À côté de Freinet. Nancy : PUN-EDULOR (à paraître).

Revel, J. (2010). Foucault, une pensée du discontinu. Paris : Mille et une nuits.

Riondet, X. (2013). « Élise Freinet : des pratiques naturistes aux pratiques de l’École Freinet ». Recherches et éducations, no 8, juin, p. 133-146.

Violet, M. (2009). L’énergie cosmique au service de la santé ou Le Secret des Patriarches. Clermont-Ferrand : La Source d’or.

Notes

1 Dans ce texte, nous évoquons Freinet et Élise. En effet, Freinet se faisait toujours appeler « Freinet », y compris par Élise. Quant à l’usage du prénom « Élise », il nous permet de la distinguer de Freinet, et c’est par son prénom qu’Élise Freinet est connue dans le mouvement.

2 L’éducation est un « fait social » et la pédagogie une « théorie pratique […] [qui] réfléchit en vue de fournir à l’activité de l’éducateur des idées qui le dirigent » (Durkheim, 1922, 2006, p. 79).

3 Ce qui distingue « réflexions pédagogiques » et « science de l’éducation » repose sur la différence entre discours sur ce qui est et discours au sujet de ce qui doit être. D’une part, la science de l’éducation doit s’articuler autour de la formation des enseignants et à partir d’autres sciences (sociologie, psychologie). D’autre part, dans ce cadre, la réflexion pédagogique consiste en la formulation d’un jugement, à partir de connaissances parfaitement délimitées, sur des pratiques devenues routinières.

4 Henri-Louis Go est notamment l’auteur de l’ouvrage Freinet à Vence. Vers une reconstruction scolaire (2007).

5 Là où le premier questionnement cherche à valoriser le précurseur limité bien qu’inventif, le praticien généreux, parfois un peu exotique et, parfois, trop engagé (a contrario du scientifique rigoureux, objectif et ordonné), le second questionnement se penche sur l’obscur, sur un système de cohérences restant à découvrir.

6 Dans notre ouvrage À côté de Freinet (Go et Riondet, 2016), nous montrons que « Freinet » n’est donc pas le « grand pédagogue » qu’aurait soutenu son épouse dévouée, ce n’est pas un sujet à côté duquel se tiendrait un autre sujet subalterne nommé Élise. Nous ne voyons pas la fabrication de pensée comme l’acte individuel d’un sujet pur mais d’abord comme le travail à deux de Freinet et d’Élise. Ce travail passe par une prolifération et une accumulation de bifurcations où s’invente en permanence un style de vie, un mode d’existence.

7 La ville de Vence est située dans le département des Alpes-Maritimes dans le sud de la France.

8 Sur la question de la culture de soi, nous renvoyons le lecteur à certains passages de la récente retranscription et publication de la conférence prononcée par Michel Foucault à l’université de Californie à Berkeley, le 12 avril 1983 (Foucault, 2015, p. 91-95).

9 Signalons qu’une des références littéraires partagées par ces militants et les Freinet est l’auteur Panaït Istrati (1884-1935), dont la particularité est qu’il commença à dénoncer les excès du régime soviétique dans les années 1930 (suite à ses différents séjours en Union soviétique) avant de se retrouver au cœur d’une campagne de calomnies menée par les intellectuels du parti communiste. Il passa les dernières années de sa vie à lutter contre la tuberculose entre Nice et Bucarest.

10 Il avait ouvert à Berlin (Beethovenstrasse, une rue proche du Reichstag) un Institut des sciences sexuelles.

11 Lettre de Meta Kraus-Fessel à Élise Freinet, 4 janvier 1929 (Fonds Freinet) : « Je ne veux plus gagner ma vie chez les partis politiques. Jamais je ne veux bien gagner cette vie dans les places gouvernementales, je cherche une possibilité neutrale. »

12 Le Kommunistische Partei Deutschlands (KPD) était le parti communiste d’Allemagne, fondé en décembre 1918.

13 Lettre de Meta Kraus-Fessel à Élise Freinet, 5 novembre 1929 (Fonds Freinet)

14 Certificats médicaux du Dr Audion, 30 avril 1931 et 25 mai 1931 (Fonds Freinet).

15 Certificats médicaux du Dr Plannat, 8 juin 1931, et du Dr Audion, 5 juin 1931 (Fonds Freinet).

16 Nous avons trouvé cette information sur le site de Laurent Gutierrez consacré à l’histoire du mouvement de l’Éducation nouvelle : http://hmenf.free.fr/article.php3?id_article=192.

17 Voir la brochure d’Éducation nouvelle populaire no 44 de Julien Husson : Paul Robin éducateur (1949), ainsi que deux ouvrages de Gabriel Giroud : Cempuis (1900) et Paul Robin, sa vie, ses idées, son action (1937).

18 Voir Boutan (2011).

19 La dégénérescence est tout aussi physique, physiologique, psychologique qu’intellectuelle, corporelle et politique.

20 . Le système Vrocho se caractérise par différents procédés qui ont en commun de « stimuler la vie » et de « faire fonctionner les organes » (sudations, réactions, marche, course, gymnastique corporelle, ascension, alimentation).

21 Formulation faisant référence à Mithridate VI, roi du Pont (Pont-Euxin), qui, d’après la légende, réussit à s’immuniser par l’absorption de petites doses de poisons. Lorsqu’il souhaita se suicider, il ne put le faire par empoisonnement et demanda qu’on l’aide à mourir.

22 Cette vision permet de remettre en question l’idée reçue selon laquelle la pensée des Freinet fut une pensée rurale, obsolète, inadaptée aux milieux urbains. Freinet et Élise avaient une pensée naturiste dont la dimension régénératrice était au contraire particulièrement adaptée aux problématiques de détérioration de certains espaces dans les zones urbaines contemporaines. Sur cette question, voir Go et Riondet (2016).

23 « […] pour conserver un aliment naturel, il faut le soustraire à la fermentation vers laquelle il tend, c’est-à-dire, il faut dénaturer cet aliment, en détruire le pouvoir de vie » (Freinet, É., 1937b, p. 115).

24 L’ensemble de l’industrie alimentaire s’était développé à partir de l’usage du toxique car « l’homme omnivore a voulu mangé de tout, sous toutes les latitudes et en toutes saisons de l’année » (Freinet, É., 1937b, p. 116).

25 « Cette science capitaliste dirigée contre le bonheur des hommes par quelques gangsters de marque, doit tomber aux mains des masses socialistes pour être assagie et soumise aux lois de la vie heureuse » (Freinet, É., 1937a, p. 199).

26 Élise écrivait en 1936 qu’il restait à penser un art de guérir, lequel se confondrait en fait avec un art de vivre, à travers « une technique à l’appui d’une philosophie et tout homme est compétent en la matière qui aura assez d’intuition et de sagesse pour comprendre que tout organisme est une unité dans la grande Unité de la Nature » (Freinet, É., 1936a, p. 308).

27 « L’ouvrier n’a que trop souvent, le taudis, la rue sombre, l’estaminet, le petit restaurant bon marché où l’on mange, hélas ! la nourriture bon marché qui conduit à l’hôpital. Oui, la santé aussi a un aspect de classe : les hôpitaux regorgent de cette misère prolétarienne sans issue, si poignante, si désespérée, qu’elle justifierait à elle seule la recherche d’une vérité de classe spécialement faite pour arrêter ce lamentable fléau de la maladie des prolétaires sans espoir » (Freinet, É., 1938a, p. 43).

28 « Le Naturisme se vend, s’achète, s’accommode à la mode, à la science, au commerce. Le Naturisme qui n’est que l’expression d’une parfaite sagesse, est devenue la spécialité de quelques praticiens haut placés qui le dispensent à prix d’or » (Freinet, É., 1938a). Depuis, on peut dire que cette idée naturiste a été intégrée par le capitalisme et son idéologie libérale.

29 « Mais oui, camarade, il y a un naturisme bourgeois, celui qui participe à la plus-value honteuse du moment et il y a aussi un naturisme prolétarien, celui de Vrocho, le nôtre, qui ne vise qu’à mettre inlassablement sous vos yeux, les quelques vérités essentielles, si simples, si catégoriques que si vous voulez bien faire le simple effort de la compréhension, vous aurez l’assurance quotidienne de la santé, toujours » (Freinet, É., 1938a).

30 Pour Élise, ce qu’offre le capitalisme ne doit pas être considéré comme pur mais à purifier.

31 Jiddu Krishnamurti (1895-1986) est un penseur indien du XXe siècle dont la notoriété s’est construite au fil de ces voyages et qui s’est distingué par la création d’écoles ayant pour objectif de réaliser une éducation alternative. On ne peut véritablement comprendre ce que Freinet désignait par « technique de vie » si l’on ne prend pas en compte l’influence de ce type de lecture sur l’évolution de la machine Freinet.

32 L’évocation du naturisme chez les Freinet fait émerger la question suivante : en quoi le rapport au corps peut permettre d’user de son propre entendement et d’exercer une activité critique ?

33 « Élise décrivait Freinet comme un travailleur, n’ayant “jamais eu la prétention de s’affirmer comme un être exceptionnel” mais capable de travailler dix-huit heures par jour : “ses résistances physiques et surtout sa capacité pulmonaire ont été diminuées et l’obligent à une discipline sévère de pratiques alimentaires et hygiéniques qu’il n’a garde de ne pas transgresser. Il sait conduire sa propre machine avec le sens subtil qu’il a de ses propres possibilités.” Confirmant cela, Madeleine Bens-Freinet me disait que son père n’avait certainement pas une intelligence supérieure à celle des autres, mais qu’il avait certainement une supériorité par rapport à d’autres : sa force de travail » (Go, 2007, p. 59).

34 Herminio Almendros contribua très largement à diffuser les techniques Freinet en Espagne, et en particulier en Catalogne, puis à Cuba, où il se réfugia à la fin de la guerre d’Espagne (Go et Riondet, 2016).

35 Lettre d’Almendros à Pagès et à Freinet, 28 juin 1937 (Fonds Freinet).

36 Rofes avait par ailleurs la particularité d’intervenir à l’Ateneu Polytechnicum de Barcelone. Il s’occupa également d’un cours d’éducation sexuelle à l’Ateneu Enciclopèdic Sempre Avant de Sants entre 1933 et 1934.

37 Dans la première partie du XXe siècle, dans le cadre du mouvement de naturopathie, plusieurs concepts nutritionnels furent développés, notamment le régime « Bircher-Benner » du médecin suisse Maximilian Oskar Bircher-Benner (1867-1939), basé sur la consommation d’aliments frais et crus. C’est grâce à Bircher-Benner que le Bircher-muesli, composé de fruits, de bouillie de céréales et de lait, aurait vu le jour.

38 Marcel Violet (1886-1973) est à l’origine de l’eau électro vibrée, un procédé visant à garder les propriétés vitales de l’eau à partir d’un appareil électro vibratoire. En mettant l’eau dans un état vibratoire et ionisé, Violet envisageait de retrouver la « forme d’énergie organisatrice » qui caractérise les eaux d’orage (Violet, 2009).

39 Envisageant un lien entre audition et langage, le docteur Tomatis (1920-2001), oto-rhino-laryngologiste, réalisa un dispositif visant à rééduquer l’audition et à travailler sur l’inconscient par le biais d’ondes particulièrement harmoniques. Il s’agissait de l’oreille électronique.

40 Ainsi, en procédant par facilité et apparente rapidité, « [la logique] ne soupçonne même pas que les chemins de traverse mal tracés, incorporés encore à la rusticité, aux senteurs de la Nature vierge – et si volontiers empruntés par les artistes et poètes – puissent inspirer une autre façon de penser, une nouvelle réceptivité, immédiate et joyeuse, pleine d’initiative et d’allégresse ». Pourtant, ce sont pour elle, « les marques mêmes de la bonne santé d’un esprit » (Freinet, É., 1963-1964, p. 21).

41 La parrêsia renvoie au franc-parler comme qualité technique du directeur de conscience. Il s’agit d’une thématique très présente dans les derniers cours de Foucault dans le troisième moment de sa pensée, lorsqu’il réfléchit aux pratiques de soi et pratiques de résistance face aux pouvoirs. Foucault va plus particulièrement s’intéresser à ce qu’il appelle la parrêsia cynique, où le dire-vrai est selon lui envisagé à travers un vivre-vrai, et qui fait référence « à la vie, l’enquête, la critique, mais qui inclut aussi la manière de se vêtir et de se nourrir, de se comporter et se rapporter aux autres » (Revel, 2010, p. 297). Les cyniques montrent par leur propre mode de vie cette résistance critique et courageuse du dire-vrai à l’ordre institué du monde. Voir à ce sujet Go, 2014.

42 Tout porte à croire qu’il s’agit de la brochure qu’avait préparée Vrocho pour compléter et rectifier les propos de Ferrière (1933) à son encontre.

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine. Membre de l’équipe « Normes et valeurs » du LISEC (Laboratoire interuniversitaire de sciences de l’éducation et de la communication, EA 2310), son chantier de recherche porte de manière générale sur une généalogie des valeurs scolaires et des normativités éducatives alternatives en France au XXe siècle. Il s’agit ainsi, en creux des valeurs énoncées, de décrire les jeux de force traversant l’école républicaine pour rendre compte des multiples hybridations qui caractérisent l’évolution de l’école dans un champ multiple de stratégies ainsi que des différentes voies alternatives toujours susceptibles d’être assujetties et apprivoisées. Dans cette équipe, il travaille depuis plusieurs années avec Henri-Louis Go sur la « machine Freinet » et l’École Freinet de Vence. En parallèle à ces recherches, il travaille avec Samuel Renier (université de Tours) sur la trajectoire professionnelle de Marie-Anne Carroi. Il collabore aussi à l’équipe ERHISE de l’université de Genève. Dans ce cadre, il étudie avec Rita Hofstetter la révision des manuels scolaires dans le contexte de la coopération intellectuelle et il travaille également avec Alexandre Fontaine sur la scolarisation en Tunisie sous le protectorat français.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search