Version classiqueVersion mobile

La pensée critique des enseignants

 | 
André D. Robert
, 
Bruno Garnier

Deuxième partie. Autour de la pensée d'acteurs critiques singuliers, enseignants (ou non)

Le docteur Philippe Tissié et l’émergence d’une pensée critique en éducation physique en France (1888-1939)

Michaël Attali et Jean Saint-Martin

Texte intégral

1Au cours du premier vingtième siècle, la France est encore marquée par la défaite militaire face à la Prusse de 1870. Les discours des démographes et des médecins dénoncent l’angoisse de la dépopulation et la crainte de la dégénérescence de la race française. Comme dans de nombreux pays européens, les campagnes hygiénistes marquent les esprits et les luttes contre les fléaux sociaux qui ravagent le pays, tels que la tuberculose, l’alcoolisme ou la syphilis (Faure, 1994). Sensibles à ces arguments hygiénistes, nombreux sont les acteurs à structurer leur pensée critique autour de la contribution de l’éducation physique à l’amélioration de la santé alors que jusqu’ici la finalité militaire de cet enseignement était privilégiée (Spivak, 1983 ; Arnaud, 1991). Devenue obligatoire pour tous les enfants et appréhendée comme une modélisation corporelle, l’éducation physique revêt un intérêt inédit et structurant des politiques publiques. Conçue comme une alliance de la pédagogie et de l’hygiène, l’éducation physique renvoie à toute forme d’activité corporelle contribuant à l’œuvre de régénération sociale comme l’atteste la référence en France aux conceptions venues du nord de l’Europe (Saint-Martin, 2003 ; Andrieu, 1988). Certains s’emploient même à importer en France les solutions éprouvées dès 1813 en Suède par Per Henrik Ling, alors directeur de l’institut royal d’éducation physique de Stockholm (Annerstedt, 2003).

  • 1 Il est régulièrement surnommé le Ling français, même si plusieurs travaux mettent en garde contre (...)
  • 2 La contribution de la méthode suédoise aux projets hygiénistes et eugénistes est particulièrement (...)

2Pour ce faire, les partisans de la diffusion de la méthode suédoise en France dispensent une pensée critique, fortement marquée de valeurs traditionnelles. Si l’éducation physique existe dans les programmes scolaires depuis la fin du XIXe siècle (Andrieu, 1999), la description des finalités, contenus et dispositifs pédagogiques renforcent la pensée critique des thuriféraires de cette méthode qui doivent faire face à d’importantes oppositions. Au cours du premier vingtième siècle, les luttes d’influences et de pouvoir entre les promoteurs des différents systèmes sont vives. Ce climat vaut à cette période d’être désignée par les historiens de l’éducation physique comme celle de la « guerre des méthodes ». Pour Philippe Sarremejanne (2006), la méthode suédoise est au cœur de ces conflits à travers les positions tenues en sa faveur par le docteur palois Philippe Tissié (1852-1935) et par le directeur de l’École normale de Joinville, le commandant Coste, à partir notamment de 1902. L’analyse de ces conflits permet de montrer comment la défense de la gymnastique suédoise se construit en France en grande partie sur la critique des autres méthodes d’éducation physique existantes, et en particulier en réaction aux systèmes d’éducation physique pré-militaire. L’analyse du discours de Philippe Tissié, l’un des plus fervents défenseurs de la méthode suédoise en France1, permet ainsi de suivre dans le temps les déclinaisons discussives tout autant que les critiques portées aux autres méthodes (Collinet, 2000). En se référant à une conception particulière de l’homme à former et notamment à la nécessité d’un effort utile et discipliné, la pensée critique du docteur Philippe Tissié s’inscrit de façon plus large dans un projet hygiéniste, voire eugéniste d’une croisade sociale de certains médecins de la fin du XIXe siècle2 où l’on perçoit par ailleurs des enjeux idéologiques sous-jacents, entre nationalisme défensif et positivisme (Saint-Martin, 2004). Enfin, l’analyse genrée des discours démontre que l’intérêt porté à l’éducation physique des filles accentue cette pensée critique soucieuse de promouvoir une méthode d’éducation physique pour renforcer les organismes les plus faibles (Bazoge, 2008). Notons que cette pensée critique n’est pas seulement présente sur le territoire français. En effet, au-delà des frontières françaises, le même phénomène se produit, à l’instar de la diffusion de cette méthode qui repose pour partie sur des gymnastes issues de l’Institut central de gymnastique de Stockholm (Trangbaek, 2005 ; Lindval, 2015). Cette pensée se diffuse aussi en Angleterre ou au Danemark où ses partisans militent en faveur d’une méthode suédoise particulièrement adaptée aux filles par ses justifications scientifiques et son caractère rationnel (Fletcher, 1985).

  • 3 Cette création fait suite à la création de la Ligue nationale d’éducation physique par Paschal Gro (...)

3En créant la Ligue girondine d’éducation physique en décembre 18883 et en multipliant les conférences à l’Académie de Bordeaux puis auprès des sociétés savantes et de l’École normale de jeunes filles de la ville de Pau, le docteur Philippe Tissié promeut l’exemplarité suédoise comme alternative au modèle républicain de la gymnastique française (Arnaud, 1987).

  • 4 Cette diversité des méthodes d’éducation physique au regard de leur ancrage culturel ainsi que les (...)

4Cette étude se propose donc d’approfondir les vecteurs d’influence de la pensée critique de Philippe Tissié et de la Fédération internationale d’éducation physique (FIEP) qu’il contribua à créer tout en la resituant dans une perspective géopolitique. En revisitant la diffusion de la méthode suédoise en France au prisme des relations internationales, il s’agit d’expliquer en quoi la pensée critique d’influence suédoise se construit d’une part à travers l’élaboration d’une identité nationale par opposition à l’Allemagne et à son Turnen4 ; et d’autre part comment cette pensée critique se renforce par la création d’un réseau international nourri par les échanges entre Philippe Tissié et ses homologues scandinaves.

1. Philippe Tissié et la promotion du modèle suédois contre les méthodes d’éducation physique traditionnelles françaises

  • 5 Alors que Philippe Tissié propose la LGEP comme solution institutionnelle, les premières associati (...)

5La fondation de la Ligue girondine d’éducation physique5 (LGEP), le 19 décembre 1888, par un jeune médecin bordelais, Philippe Tissié, accroît la diffusion de la méthode suédoise sur le territoire français. La LGEP répond en effet au vœu formulé quelques mois auparavant par Paschal Grousset, fondateur de la Ligue nationale d’éducation physique (Lebecq, 1997) d’une renaissance physique de la population française. Pour Philippe Tissié, il s’agit « d’éduquer de bons Français qui sachent aimer fortement la France en lui consacrant le meilleur d’eux-mêmes, en toute force physique, intellectuelle et morale, par l’éducation physique, grande école de santé publique, d’initiative individuelle, de respect au chef élu et de généreuse dignité » (1901, p. 8). L’éducation physique ne peut donc pas se satisfaire de pratiques approximatives, tant son importance est grande pour l’avenir de la race française. La nécessité d’adopter une éducation physique convenant à toutes les constitutions, à toutes les conditions sociales, à toutes les spécificités professionnelles et aux deux sexes s’impose. De ce point de vue, le système suédois que Philippe Tissié découvre lors de son voyage en Suède en 1898 est à l’origine de sa pensée critique qu’il convient d’appeler méthode franco-suédoise d’éducation physique.

1.1. L’utilité sociale de l’éducation physique

  • 6 L’analyse des archives historiques permet de mettre en évidence l’intérêt notoire et croissant du (...)
  • 7 Expression employée pour la première fois dans Tissié, 1905e, p. 5.

6Lors du congrès olympique du Havre en 1897, Philippe Tissié se voit confier une mission d’étude en Suède par le ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts6. Au cours de l’année 1898, il observe la méthode suédoise tant dans les écoles et les associations qu’à l’Institut central de gymnastique de Stockholm qui forme les futurs professeurs. L’exemple de Philippe Tissié est particulièrement explicite pour démontrer la subjectivité du discours français à l’égard du modèle suédois de gymnastique. Dans la Revue des jeux scolaires, organe officiel de la LGEP, Philippe Tissié décrit notamment ses deux entrevues avec le roi, la première en avril 1898 à Stockholm et la seconde, le 23 mars 1899 à Biarritz. À chaque fois, l’admiration est manifeste comme en atteste le portrait qu’il dresse : un « roi philosophe et bon, savant, artiste et soldat, au geste large et enveloppant, à la physionomie généreuse, au regard doux et profond, à la sensibilité exquise et presque féminine émanant d’un cœur chaud et miséricordieux aux humbles » (1899, p. 39). L’exemplarité suédoise s’explique aussi par la volonté de promouvoir une vision particulière de l’identité nationale française, en réaction aux identités allemande et anglaise (Lipiansky, 1991). La Suède, perçue en France comme un pays neutre séduit l’opinion publique lorsqu’il s’agit de rappeler les origines paloises d’un général d’Empire, devenu roi de Suède, le général Bernadotte. Le voyage d’étude de Philippe Tissié de 1898 marque donc le point d’origine de sa pensée critique faisant la promotion d’une éducation physique hygiénique, seule capable de répondre concrètement au contexte sanitaire de la France de la Belle Époque (Lejeune, 1991). Cherchant à transmettre le goût de l’effort utile7, la pensée critique franco-suédoise promeut ainsi une méthode rationnelle, scientifique et dosée : « Les exercices physiques sont dosés avec méthode en gymnastique suédoise, selon l’âge, le sexe, l’état et la structure physiologique du sujet » (Tissié, 1901, p. 10).

7Par ailleurs, Philippe Tissié s’emploie à en diffuser les principes et contenus dans les établissements scolaires. En effet, il multiplie les initiatives en direction notamment du secteur scolaire avec le soutien des membres de la LGEP. Au cours des premières années de son existence, la Ligue concentre ses efforts sur l’organisation de concours en fin d’année scolaire entre les établissements primaires et secondaires, appelés « lendits ». Véritables vitrines de l’action de la Ligue, ces lendits sont conçus pour permettre au recteur de juger « dans un coup d’œil d’ensemble, les résultats acquis, au cours de l’année, dans chaque établissement, en éducation physique et en éducation morale » (Tissié, 1919, p. 297-298). Regroupant chaque année environ 200 élèves des lycées de l’académie de Bordeaux et 300 à 400 élèves des écoles primaires de Bordeaux, les lendits se définissent avant tout comme une alternative au modèle des bataillons scolaires alors en vigueur en France entre 1882 et 1892 (Bourzac, 2004).

8D’abord chargé d’une mission d’inspection dans les collèges et lycées de l’académie de Bordeaux, Philippe Tissié se voit ensuite confier la fonction d’inspecteur de l’éducation physique de l’académie en 1896 ([Anonyme], 1897). Il est alors amené à rédiger en 1904 le programme pour les écoles primaires des Basses-Pyrénées, au sein duquel la gymnastique franco-suédoise occupe une place centrale (Tissié, 1905c). Afin de rendre ce programme opérationnel, il se charge lui-même de la formation des instituteurs par l’intermédiaire de conférences qui alternent démonstrations théorique et pratique pour démontrer les bienfaits de cette méthode (Robène, 2012). Cette diffusion ne se limite pas aux écoles de garçons. Au contraire, la facilité d’adaptation de la méthode suédoise aux filles, dans un contexte de régénération du peuple français, est un argument de poids en faveur de cette gymnastique. À l’École normale de Bordeaux, puis à celle de Pau, les institutrices sont considérées comme de véritables missionnaires chargées de diffuser les conceptions de la Ligue dans les écoles primaires de filles, le « contingent féminin » devant servir « la bonne cause de l’hygiène sociale » (Tissié, 1909, p. 84). En jouant le rôle de passeurs culturels, ces institutrices diffusent la pensée critique franco-suédoise dans leurs écoles primaires et contribuent à faire de la Ligue girondine, la première institution à transmettre à plus de 6 000 fillettes des écoles de Bordeaux une éducation physique alternative (Tissié, 1905a, p. 74).

9Alors que Philippe Tissié se réjouit de « la joie de vivre dans l’effort utile » qu’il observe chez les usagers de cette gymnastique franco-suédoise, la directrice de l’École normale de Pau en 1907 démontre les bienfaits de cette méthode sur la santé des élèves-maîtresses (Tissié, 1905c). Les mêmes constats sont dressés par d’anciennes élèves de Philippe Tissié confrontées à l’enseignement de la gymnastique suédoise dans les écoles de filles. Les effets physiologiques (plus d’appétit, meilleur sommeil, augmentation de la capacité respiratoire) et esthétiques (démarche assurée, pleine de légèreté et de souplesse) sont particulièrement soulignés. La détente obtenue par ces cours permet une amélioration des autres apprentissages. Comme une consécration, le 26 juin 1910, les élèves-maîtresses s’exercent sous les yeux du ministre de la Guerre, du délégué du ministère de l’Instruction publique et de l’inspecteur d’académie (Tissié, 1910, p. 58-70). Les témoignages rapportés par Philippe Tissié lui permettent donc de montrer que la méthode suédoise réussit là où les autres échouent. Associant l’analyse théorique et les mises en œuvre pratiques, cette méthode d’éducation peut être qualifiée de pensée critique alternative au modèle dominant. En effet, à titre de comparaison, la méthode utilisée dans les sociétés de gymnastique est jugée trop orientée par une volonté de préparation militaire qui se traduit dans les oppositions nationalistes lors du déroulement des Jeux olympiques :

Former des athlètes en vue de la revanche de Stockholm à prendre à Berlin en 1916 ! Singulière mentalité ! La revanche ! À Berlin ! Par le double muscle français ! La petite guerre au biceps avant la grande guerre au canon ! Au moment précis où le moindre incident peut provoquer une conflagration générale ! Et l’enfant ? Et la femme ? Et le vieillard ? Et le malade ? Qu’en fait-on ? Triste ! Triste ! (Tissié, 1912, p. 169).

10Dans un contexte de relations internationales tendues, l’alternative suédiste dont Philippe Tissié se veut le principal passeur revêt d’autant plus d’intérêt qu’elle répond aux préoccupations hygiénistes de la société française.

1.2. Le sens de l’effort utile

11Au lendemain de la Grande Guerre, l’esprit de sacrifice et d’effort est promu afin de se « rendre utile » (Tissié, 1933, p. 101) car « tout homme, qui ne peut faire effort utile, est vaincu d’avance ; toute société pour laquelle l’effort est pénible est une société appelée à disparaître ». « L’homme n’est pas fait pour se reposer mais pour travailler et pour faire effort » (1901, p. 16). Dans l’ouvrage dédié aux soldats français de 1914-1918, l’Éducation physique et la Race, Philippe Tissié est on ne peut plus explicite :

En France, on ne sait pas s’habituer à un principe, à une règle […]. L’EP, branche la plus importante de l’hygiène, est avant tout un devoir à accomplir, et non un acte instinctif à commettre. En cela, l’EP est une morale. Sans la discipline, l’EP est sacrifiée ; avec la discipline, elle est sanctifiée […]. La discipline implique la confiance, la confiance n’est conquise que par la compétence. Notre démocratie a tout à gagner à être guidée par des compétences. Créer des compétences, c’est élever le niveau moral de la démocratie, c’est la rendre moins vaniteuse, moins envieuse, moins jalouse ; vanité, envie, jalousie sont les filles de l’incompétence (1919, p. 332).

12Opposé au moindre effort et à l’oisiveté, il estime qu’un peuple ne vaut que par l’enfant et que « le problème à résoudre est celui-ci : créer chez l’enfant des tendances vers le sens de l’effort utile, par le développement du caractère, dans la joie de vivre » (1905c, p. 12). Quinze ans après le congrès international d’expansion économique de Mons de 1905, ses propos critiques sont toujours d’actualité lorsqu’il s’agit de réclamer un « homme pratique et fort, aimant la lutte pour la lutte et l’effort pour l’effort ». Il s’agit, selon lui, « […] de ne se laisser jamais bercer par de chimériques illusions ; de rester toujours maître de soi-même ; d’être généreux et bon ; volontaire et doux, conciliant avec ses semblables » (1905b, p. 5).

13Durant les années vingt, Philippe Tissié poursuit donc la mise en pratique de sa pensée critique en présentant l’œuvre éducative de la maison de l’enfant de Pau. Il intervient bénévolement dans cet ancien dispensaire de la Croix-Rouge des femmes de France qui accueille des enfants déshérités, âgés de 6 à 13 ans. À ces filles et fils de manœuvres espagnols et français, à ces pupilles de la nation, et parfois même à des arriérés mentaux des classes primaires, Philippe Tissié dispense durant deux heures hebdomadaires sa gymnastique éducative dans le but de créer « une petite république de petits bonshommes dont les jugements sont sûrs » (1920, p. 164). Il s’agit là encore de développer d’une manière concrète le sens de l’effort utile, en même temps que l’action et l’affirmation de l’individualité. Pour Philippe Tissié, le jeu procure la joie de vivre qui, à son tour, devient une force à part entière. Et l’auteur de comparer le geste de la joie qui augmente la circulation sanguine alors que la tristesse contracte, amplifie l’égoïsme de chacun. « Le geste de la joie » est donc bel et bien le « geste mondial » (1920, p. 164). Afin de convaincre, il introduit la référence à Tarde qui considère la joie comme le fait « d’être et d’agir ensemble pour sympathiser, pour fraterniser ». « Qui dit société, dit joie ; la joie est la fleur naturelle de la sociabilité » (1905b, p. 7).

14L’enjeu de la gymnastique franco-suédoise consiste donc à apprendre l’utilité et la gratuité de l’effort individuel et collectif parce qu’une nation « qui se satisfait du nécessaire est une nation paresseuse » (Tissié, 1919, p. 43). À tel point que son slogan pourrait être « faire effort et vouloir se rendre utile » (1933, p. 101) :

Tout homme, écrit-il, qui ne peut faire effort utile est vaincu d’avance ; toute société pour laquelle l’effort est pénible est une société appelée à disparaître. L’homme n’est pas fait pour se reposer mais pour travailler et pour faire effort, c’est pourquoi il doit gagner son pain à la sueur de son front ; ce devoir ne saurait être considéré comme une punition, mais bien au contraire, comme une haute récompense de la nature qui a fait son élu de l’homme fort, produisant par un travail constant (1901, p. 16).

1.3. Face aux sports…

15Alors qu’il déclarait en 1906 qu’« il est nécessaire d’affiner tout particulièrement chez les jeunes générations le sens de l’effort utile en vue d’une plus grande expansion de la patrie dans les compétitions âpres, complexes et nombreuses qui se partagent le monde actuellement » (1906, p. 3), il met toujours en avant les mêmes valeurs lorsqu’il s’adresse aux instituteurs français auxquels il dédie son ouvrage Léducation rationnelle de 1922. Selon lui, « vivre consiste à agir […] ». « Le problème social à résoudre consiste à créer chez l’enfant des tendances à l’action dans l’effort utile par le mouvement ordonné et discipliné, par une éducation physique rationnelle, en vue de la formation et du développement du caractère, dans la joie de vivre qui est une force, en toute plénitude de production et de rendement économique social » (1922, p. 200).

16En réalisant l’éloge de l’effort construit et utile, de la volonté et de l’abnégation, Philippe Tissié souhaite discipliner et responsabiliser la jeunesse de France en l’éduquant d’une manière juste. Son œuvre éducative vante les vertus républicaines de la liberté, de la responsabilité et de la solidarité. Utile à la société française et à la démocratie qui lui confère des droits et des devoirs, chaque garçon doit faire preuve de mesure en accordant une place mesurée aux jeux et à leurs formes plus élaborées les sports. En alternant scientifiquement les apprentissages de techniques corporelles, véritable grammaire du geste, et les jeux, moments privilégiés de l’expression de la personnalité de chacun, la gymnastique franco-suédoise de Philippe Tissié transmet les vertus de la souffrance et du plaisir qui en résulte. Sa conception de l’éducation physique vise donc à marteler les caractères des jeunes Français et Françaises :

Le caractère est une des grandes manifestations des forces psychiques humaines. Il est fait de jugement, de raison, d’intelligence, de volonté et de beauté. […] L’homme sans caractère est soumis à toutes les fluctuations de l’existence, c’est un navire à la dérive sans mâture, sans gouvernail, sans boussole. L’homme sans caractère traite souvent de mauvais caractère celui qui, en possédant un, l’affirme. Il confond l’entêtement avec la volonté. […] L’homme de caractère s’étant fixé un but le poursuit sans jamais dévier ; ignorant les compromissions, il accomplit son devoir, au jour le jour, en toute simplicité, en toute sincérité, quoi qu’il arrive, utile d’abord, heureux ensuite (1905b, p. 11).

17Entre les deux guerres mondiales, Philippe Tissié exprime donc à plusieurs reprises sa pensée critique car il ne faut pas céder, selon lui, aux sports et à leur présence dans les leçons d’éducation physique. Sa pensée critique repose sur les valeurs traditionnelles et leur présence dans l’école de la reconstruction :

Méthode, ordre, discipline, compétence, responsabilité, hiérarchie, tout cela est inconnu de la foule désordonnée et impulsive à mentalité animalienne ; tout cela doit être imposé à la foule mieux ordonnée par l’école éducatrice (1919, p. 272).

18Patriote sans être chauvin, militariste à sa manière mais non belliqueux, pacifiste et humaniste, Philippe Tissié combat ainsi la loi du moindre effort et reste d’autant plus vigilant qu’il adhère aux propos de Georges Clemenceau de 1919 : « gagner la paix sera encore plus difficile ». S’il prône une éducation physique et morale de toute la jeunesse française, y compris la jeunesse délinquante, il n’en demande pas moins que la terre de France reste l’arme au pied, attentive aux évolutions géopolitiques. Seule compte « l’assurance dans l’avenir, par le travail réparateur et fécond, dans la joie de vivre, sans avoir à redouter de nouveaux conflits armés » (1922, p. xi).

  • 8 D’une certaine manière, la pensée critique de Philippe Tissié rejoint celle de Georges Hébert qui, (...)

19Pour lui, il s’agit de mettre fin au mal dont souffre la France, la paresse qui s’applique systématiquement à détruire les bonnes volontés. Au cours des années trente, Philippe Tissié précise les déviances du sport moderne qui peuvent amplifier les comportements des jeunes Français8. Cette nouvelle mise en garde est essentielle à ses yeux car elle permet de dissocier la re-création, mission beaucoup plus noble poursuivie par Philippe Tissié, de la récréation, objectif essentiel des sociétés sportives qui forment non plus des citoyens mais des « ludomanes impulsifs » :

De même que la discipline grammaticale des mots assure celle de la phrase et du discours ; que celle de la note gammée du solfège assure celle de l’exécution de la partition musicale, la discipline du muscle, par la gymnastique analytique, assure la valeur des muscles dans l’exécution de la partition ludique et sportive (1932, p. 5).

20En critiquant le sport spectacle, Philippe Tissié rejoint les nombreux pédagogues qui dénoncent à cette époque auprès du ministre de l’Instruction publique les risques encourus dans les établissements scolaires (Saint-Martin, 2005). Regrettant les déviations morales constatées lors des pratiques sportives (Attali et Saint-Martin, 2006), il s’insurge contre la généralisation d’un fâcheux état d’esprit chez les jeunes et l’usage de gros mots et autres jurons ([Collectif], 1922-1924, p. 5 bis).

21Si l’attrait ludique du sport répond à une volonté de se divertir, Philippe Tissié lui préfère les jeux récréatifs, régis par des règles bien définies. Il estime en effet que « le sport est un provocateur de réflexes impulsifs d’ordre personnel qui ne correspond pas au tempérament français » (1933, p. 71-72). Pire, il peut constituer un danger pour la jeunesse qui, « mal conseillée et mal dirigée en abuse avec ignorance » (1934, p. 27). Durant toute sa vie, s’il s’opposera à l’enseignement des sports violents car ils provoquent, selon lui, non la santé mais la maladie (1919, p. 136).

2. Vers un réseau suédiste international

22Face à « l’ardeur sportive » qui invite la jeunesse française à s’intéresser de plus en plus aux joies du sport (Rioux, 1979, p. 78 et Tétart, 2007), la critique suédiste se structure aussi sur le plan international. Lors du congrès international d’éducation physique d’Odense au Danemark de juillet 1911, cette diffusion semble même relancée dans la mesure où les initiatives prises vont marquer une étape déterminante dans la diffusion française de la méthode suédoise. Parmi les faits majeurs, l’engagement de Philippe Tissié dans la création de l’Institution internationale de l’éducation physique (IIEP) constitue une initiative déterminante qui constitue une seconde voie d’influence, indirecte, dans le processus de diffusion.

2.1. Pensées critiques et alliances internationales

23Avant la première guerre mondiale, les suédistes français et européens s’étaient déjà regroupés en une fédération internationale de gymnastique suédoise. À cette époque déjà, l’IIEP cherche à fédérer les courants ayant développé une pensée critique en voulant « provoquer et discipliner les activités scientifiques internationales », à partir du modèle suédois. Le préambule des statuts de cette organisation non gouvernementale demeure explicite à ce sujet : seule, « une entente internationale peut permettre de faire bénéficier l’humanité des bienfaits de la science du mouvement physique par la coopération des groupements nationaux » (FFEPGV, s. d., p. 1). Cette institution se dote ainsi, à la veille de la Grande Guerre, de deux buts principaux :… faire progresser la science de l’éducation physique et ses applications pratiques en centralisant les résultats des études et des expériences faites dans le monde entier et en indiquant le rôle à suivre en vue de nouvelles recherches et faire pénétrer dans l’esprit des peuples le principe que l’éducation physique doit coopérer avec l’éducation intellectuelle et l’éducation morale pour augmenter l’énergie individuelle, nationale et mondiale (FFEPGV, s. d., p. 4).

  • 9 Il emploie à ce sujet le vocable de « Comité international d’éducation physique » à la place de ce (...)

24Lors de sa première assemblée générale, cinq personnalités sont élues et constituent pour une durée de quatre ans le premier bureau de l’IIEP : le major Sellen (Suède), directeur de l’Institut central de gymnastique de Stockholm, est élu président, le docteur Philippe Tissié (France), président fondateur de la LFEP, et l’inspecteur Knud Anton Knudsen (Danemark), inspecteur de la gymnastique, sont élus vice-présidents. Le docteur Meijers (Hollande) est nommé trésorier, alors qu’Henri de Genst (Belgique), président de la Ligue nationale belge d’éducation physique, est nommé secrétaire général. Pour Philippe Tissié, vice-président de l’IIEP, cette naissance constitue un « véritable acte décisif » (1911, p. 1339) pour permettre la diffusion d’une pensée alternative aux conceptions pré-militaires et militaires de l’éducation physique alors en vigueur partout dans le monde. Grâce notamment aux thuriféraires belges de la méthode suédoise, en particulier MM. Lefébure et Gommaerts, amis personnels de Philippe Tissié, l’IIEP fédère un mouvement international ayant « pour objet d’étude l’éducation physique et l’organisation de l’action collective par le maintien et l’affirmation des principes de la méthode de gymnastique suédoise de Ling, la seule reconnue jusqu’à ce jour comme la plus rationnelle » (Tissié, 1911, p. 134).

25Alors que la guerre de 1914-1918 stoppe momentanément le développement de l’IIEP, ses responsables redéfinissent dès 1919 ses fonctions et relancent la nécessité d’orchestrer à l’échelle mondiale une pensée critique. Pour ces acteurs, il s’agit de retrouver le plus rapidement possible la dynamique d’avant-guerre. La première opportunité est offerte par le Comité international olympique (CIO) lors de son congrès de Lausanne en juin 1921. Viktor Balck, le « père du sport suédois », qui avait déjà œuvré pour l’introduction de démonstrations de gymnastique suédoise aux Jeux olympiques de Londres (1908), Stockholm (1912) et Anvers (1920), réussit à convaincre le CIO d’admettre la présence de l’IIEP aux Jeux olympiques de Paris (1924). Le colonel Viktor Balck reçoit rapidement le soutien d’Elström (Suède) et de Clarence von Rosen (Suède), tous deux membres du CIO et favorables à l’intégration de l’IIEP dans le mouvement olympique. Lors du congrès de Bruxelles des 11 et 12 juillet 1923, l’IIEP se transforme en une Fédération internationale de gymnastique éducative (FIGE) afin d’établir « une coopération internationale entre les associations similaires […] et d’assurer la défense des intérêts communs aux institutions fédérées » (Archives de la FFEPGV, 1923, p. 6-7). Même si Philippe Tissié, vice-président de la FIGE, apparaît en position de force pour poursuivre son apostolat suédiste, il décide de renforcer son action en France par une seconde opportunité.

  • 10 Eugeniusz Piasecki milite depuis plusieurs décennies pour la diffusion partout en Europe de la con (...)
  • 11 L’objectif principal de cette mission de 80 jours, qui s’étale du 20 septembre au 10 décembre 1927 (...)
  • 12 En ayant retenu la candidature allemande, le comité d’hygiène de la SDN aurait été confronté à une (...)

26Au lendemain de la Grande Guerre, Philppe Tissié en appelle à la Société des Nations (SDN) pour parfaire l’implantation nationale et internationale de la conception suédiste d’éducation physique. Depuis septembre 1923, le comité d’hygiène de la SDN s’intéresse au rôle dévolu à l’éducation physique pour lutter contre la dégénérescence de la race humaine. Lors de sa session de travail de février 1924, sur proposition de la Tchécoslovaquie, ce comité propose de créer une commission d’études sur les questions d’hygiène scolaire et d’éducation physique. Trois ans plus tard, il finance une enquête ayant pour seul objet d’étude la place et l’évolution de l’éducation physique en Europe. En 1927, plusieurs scientifiques européens sont sollicités pour mener cette enquête. Parmi les nombreux postulants, le docteur Eugeniusz Piasecki de l’université de Poznan rallie la majorité des suffrages. Directeur de l’Institut supérieur d’éducation physique, rédacteur en chef d’une revue polonaise d’éducation physique, sa candidature est retenue même si elle n’est pas neutre10. La mission qu’il dirige présente à la fois une dimension politique et scientifique comme le souligne la lettre du 20 septembre 1927 du directeur médical de la SDN, Ludwik Rajchman11. Sur le plan diplomatique, la SDN espère en effet conforter son rôle d’arbitre international en nommant un émissaire polonais12. Consensuelle, la nomination d’Eugeniusz Piasecki interdit a priori toute controverse politique.

2.2. En continuité du comité d’hygiène de la Société des Nations

27Ces échanges culturels sont inédits dans l’histoire de l’éducation physique européenne. Quatorze pays, si l’on tient compte de la Pologne, sont successivement étudiés : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Grande-Bretagne, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie. Au total vingt-quatre centres de formation en éducation physique sont visités à travers toute l’Europe de l’entre-deux-guerres pour envisager des transferts culturels transnationaux. Leur choix n’est pas anodin. Prenons l’exemple de la France où le docteur Eugeniusz Piasecki envisage de se rendre dans trois lieux de formation : l’Institut régional d’éducation physique de Paris, l’École supérieure d’éducation physique de Joinville-le-Pont et à Pau chez son ami, Philippe Tissié. Si la visite des deux premiers centres ne saurait soulever aucune contestation, la pertinence du troisième centre retenu peut être discutée. Eugeniusz Piasecki le justifie en expliquant qu’il est, depuis 1920, très sensible à la pensée critique de Philippe Tissié, au point de devenir le correspondant polonais de la revue suédiste dirigée par le docteur Philippe Tissié, la Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale. Sous couvert de l’objectif officiel de structurer une éducation physique scientifique supranationale, le comité d’hygiène de la SDN œuvre à la diffusion de la pensée critique franco-suédoise. De ce point de vue, les conclusions de cette enquête sont très significatives (SDN, 1929, p. 44). Cette partialité se retrouve plus particulièrement au moment de prononcer les traditionnels vœux. D’une façon prioritaire, la SDN entend accentuer les échanges internationaux, qu’il s’agisse des travaux proprement dits ou des échanges temporaires de professeurs et d’étudiants. Enfin, pour Eugeniusz Piasecki, cette solution de l’échange n’est possible en éducation physique qu’à la seule condition qu’il soit exclusivement structuré par l’orthodoxie suédiste définie par Pehr Henrik Ling et défendue par la FIGE.

  • 13 Le vocabulaire choisi illustre la volonté explicite de se démarquer du courant sportif. À l’Olympi (...)

28En établissant une correspondance régulière avec le directeur médical de la SDN, Philippe Tissié cherche à promouvoir son rôle et la pensée critique qu’il développe en France depuis plus de trente ans. Sa démarche révèle deux enjeux. D’une part, il s’agit de contribuer à l’élaboration d’une éducation physique suédiste supranationale qui se présente comme une alternative aux conceptions militaires et sportives, encore très répandues partout en Europe. D’autre part, Philippe Tissié souhaite que sa conception franco-suédoise devienne le seul modèle possible d’hygiène sociale. À ce titre, la participation d’une délégation française à la première Lingiade13 est très symbolique. Cette fête mondiale de la gymnastique suédoise a en effet pour enjeu de s’opposer aux Olympiades organisées tous les quatre ans depuis 1896. La présence d’émissaires français à Stockholm en 1939 consacre non seulement cinq décennies d’efforts et de propagandes suédistes mais traduit aussi une victoire posthume de Philippe Tissié, qui a disparu quatre ans plus tôt.

  • 14 La population de la France en 1921 compte deux millions de citoyens en moins par rapport à 1911, v (...)

29Ce réseau international peut à ce titre être considéré comme un passeur à part entière d’une pensée critique. L’influence de ce réseau est d’autant plus importante qu’il est relié par les milieux médicaux et paramédicaux, lui apportant en retour une légitimité scientifique marque du sceau de la rationalité. Sa puissance est d’autant plus réelle qu’il répond aux préoccupations sanitaires et aux projets hygiénistes faisant la part belle à la conception franco-suédoise d’éducation physique. La constitution de ce réseau suédiste permet ainsi à Philippe Tissié de renforcer l’implantation de sa pensée critique dans l’opinion publique française qui, suite à l’hécatombe de la Grande Guerre14 et à ses conséquences économiques, souhaite résolument entrer dans le XXe siècle. Pour Philippe Tissié, les exercices physiques permettent non seulement de développer les idées de responsabilité et de solidarité mais ils contribuent à accroître le potentiel à l’effort de chaque Française et Français en leur inculquant une bonne hygiène sociale, physique, morale et psychique.

Conclusion

30Au cours du premier vingtième siècle, l’influence d’une pensée critique franco-suédoise s’est considérablement renforcée dans les discours et les pratiques d’éducation physique. Grâce à de multiples initiatives et à des échanges entre la France et la Suède, de nombreux acteurs de l’éducation physique française se sont peu à peu convertis à une conception alternative des systèmes militaire et sportif d’éducation corporelle alors dominants. Son attractivité s’est graduellement accrue au fur et à mesure que Philippe Tissié s’est affirmé comme un passeur incontournable de cette pensée critique. Au demeurant, la constitution progressive du réseau suédiste sur le plan international renforce l’acuité de cette pensée sur le territoire français.

31En resituant les discours et les actions de ce promoteur de la méthode francosuédoise d’éducation physique et de ses relais tant en France qu’à l’étranger, cette analyse révèle les enjeux sous-jacents de cette lutte d’influence que se livrent les acteurs de l’éducation physique française tout au long du premier vingtième siècle. En outre, elle permet aussi de mettre en en évidence le poids des représentations sociales qui participent à leur manière et parfois d’une façon elle aussi originale à l’élaboration de croyances, voire de mythes qui traversent les frontières des États européens. Plus généralement, cette étude de cas permet de réinterroger l’utilisation séculaire de l’activité physique au service des politiques d’hygiène en montrant comment une pensée critique en matière d’éducation corporelle, finalisée par l’intermédiaire de la méthode franco-suédoise, a pu être considérée en France comme un remède alternatif au cours du premier XXe siècle.

Bibliographie

Sources et bibliographie

Sources

[Anonyme] (1897). Assemblée générale du 29 janvier 1897. Revue des jeux scolaires.

[Collectif] (1922-1924). Rapports des conseils d’académie de 1922 à 1924 sur l’enseignement secondaire public et privé. Rapport sur l’enseignement secondaire des garçons dans l’académie de Poitiers pendant l’année scolaire 1921-1922. Archives nationales, dossier F 17 13 928.

FFEPGV [Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire] (1923). Extraits des statuts et règlements de la FIGE. Bruxelles. Archives.

— (s. d.). Dossier FIEP, plaquette présentant les statuts de l’Institution internationale d’éducation physique. Archives.

FIGL [Fédération internationale de gymnastique Ling] (1938). Bulletin, no 1.

MAE [Ministère des Affaires étrangères] (1927). Archives Société des nations, sous-titre I. L, no 1565, lettre du 20 septembre.

SDN [Société des nations] (1929). La science de l’éducation physique dans les différents pays de l’Europe. Archives, CH. 781, 8 avril.

Tissié, P. (1899). Revue des jeux scolaires, no 3.

— (1901). L’éducation physique au point de vue historique, scientifique, technique, critique, pratique et esthétique. Paris : Larousse.

— (1905a). Comité central de la Ligue, Revue des jeux scolaires, no 6, juin.

— (1905b). L’homme de demain, l’éducation physique en France. Rapport présenté au Congrès international d’expansion économique mondiale, Mons, section 1, enseignement.

— (1905c). La gymnastique suédoise dans les écoles primaires des Basses-Pyrénées. Revue des jeux scolaires, novembre.

— (1905d). Rapport de la conférence faite par M. le Dr Tissié. Bulletin officiel de l’Instruction primaire, no 7, juillet, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, 73BA.

— (1905e). Revue des jeux scolaires, nos 1-2, janvier-février.

— (1906). Notre programme. Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale.

— (1909). Le jeu pour la Patrie. Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale, nos 5-6, mai-juin.

— (1910). Ligue française d’éducation physique – Fête de gymnastique et de jeux de plein air. Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale, nos 4-5-6, avrilmai-juin.

— (1911). Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale.

— (1912). Revue des jeux scolaires, octobre-novembre-décembre.

— (1919). L’éducation physique et la race. Paris : Flammarion.

— (1920). La maison de l’enfant à Pau. Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale.

— (1922). L’éducation physique rationnelle. Paris : Alcan.

— (1932). Le sport tabou. Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale.

— (1933). La peur et le courage de vivre. Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale.

— (1934). Grandeur et décadence de l’EP en France. Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale.

Références bibliographiques

Andrieu, G. (1998). L’influence de la gymnastique suédoise sur l’éducation physique en France entre 1847 et 1914. Stadion, vol. 14, no 2, p. 163-180.

— (1999). La gymnastique au XIXe siècle ou la naissance de léducation physique (1789-1914). Paris : Actio.

Annerstedt, C. (2003). Per Henrik Ling. Sa gymnastique, sa conception de la santé et son influence sur les sports. Simonet, P. et Veray, L. (dir.). Lempreinte de Joinville. 150 ans de sport. Paris : INSEP, p. 371-385.

Armengaud, A. (1965). La population française au XXe siècle. Paris : PUF.

Arnaud, P. (1987). Les athlètes de la République, gymnastique, sport et idéologie républicaine. Toulouse : Privat.

— (1991). Le militaire, lécolier, le gymnaste. Naissance de léducation physique en France (1869-1889). Lyon : PUL.

Attali, M. et Saint-Martin, J. (2006). La laborieuse diffusion du sport dans l’Éducation physique rhône-alpine (1918-1939). Actes du colloque du comité Pierre de Coubertin. Reims : Université de Reims-Champagne-Ardennes, p. 43-57.

Bazoge, N. (2008). Pour la patrie. Par le foyer, par lécole, par la caserne : une histoire genrée de la Ligue girondine d’éducation physique (1888-1935). Thèse de STAPS, Université de Lyon 1.

Bourzac, M. (2004). Les bataillons scolaires (1880-1891) : léducation militaire à lécole de la République. Paris : L’Harmattan.

Collinet, C. (2000). Les grands courants de léducation physique en France. Paris : PUF.

Faure, O. (1994). Histoire sociale de la médecine en France (XVIIIe-XXe siècles). Paris: Economica.

Fletcher, S. (1985). The Making and Breaking of a Female Tradition: Women’s Physical Education in England 1880-1980. British Journal of Sports History, vol. 2, no 1, p. 29-39.

Lebecq, P-A. (1997). Paschal Grousset et la Ligue nationale de léducation physique. Paris : L’Harmattan.

Lejeune, D. (1991). La France de la Belle Époque, 1896-1914. Paris: A. Colin.

Lindval, S. (2015). From Ling Gymnastics to Sport Science: The Swedish School of Sport and Health Sciences, GIH, from 1813 to 2013. The International Journal of the History of Sport, vol. 32, no 6.

Lipiansky, E.-M. (1991). Lidentité française, représentations, mythes, idéologies. La Garenne-Colombes: Espace européen.

Park, R. (1987). Physiologists, Physicians and Physical « Educators: Nineteenth Century Biology and Exercise, Hygienic and Educative ». Journal of Sport History, vol. 14, no 1, p. 28-60.

Pfister, G. (2003). Cultural Confrontations: German Turnen, Swedish Gymnastics and English Sport. European Diversity in Physical Activities from a Historical Perspective. Sport in Society, vol. 6, no 1, p. 61-91.

Rioux, J.-P. (1979). L’ardeur sportive à la Belle Époque. Lhistoire, no 14, p. 78.

Robène, L. (2012). Philippe Tissié et les « hussardes noires de la gymnastique ». L’enseignement de la gymnastique à l’École normale de jeunes filles de Pau (1903-1913). Saint-Martin, J., Lebecq, P.-A., Morales, Y. et Travaillot, Y. (dir.). Lœuvre du Dr Philippe Tissié : une croisade sociale en faveur de léducation physique (1888-1914). Bordeaux : PUB.

Saint-Martin, J. (2003). Éducations physiques françaises et exemplarités étrangères entre 1815 et 1914. Paris : L’Harmattan.

— (2004). L’éducation physique du berceau à la tranchée… ou les enjeux idéologiques d’une éducation physique suédiste à la française (1898-1935). Loudcher, J.-F. et al. (dir.). Sport et idéologie, no 3, Besançon : ACE-SHS, p. 187-197.

— (2005). La force nationale par le sport. Analyse géopolitique de l’éducation physique française entre les deux guerres mondiales (1918-1939). Gigliola, G. et Terret T. (dir.). Sport & Education in History. Sankt Augustin: Academia, p. 272-279.

—, Lebecq, P.-A., Morales, Y. et Travaillot, Y (2012). Lœuvre du Dr Philippe Tissié : une croisade sociale en faveur de léducation physique (1888-1914). Bordeaux : PUB.

Sarremejanne, P. (2006). L’héritage de la méthode suédoise d’éducation physique en France : les conflits de méthode au sein de l’École normale de gymnastique et d’escrime de Joinville au début du XXe siècle. Paedagogica Historica, vol. 42, no 6, p. 817-837.

Spivak, M. (1983). Éducation, sport et nationalisme en France du Second Empire au Front populaire : un aspect original de la défense nationale. Thèse de lettres, Université Paris 1-Sorbonne.

Tétart, P. (2007). Histoire du sport en France. Tome I. Paris: Vuibert.

Trangbaek, E. (2005). Swedish Gymnastics: An Educational System with Different Meanings, Gori, G. et Terret, T. (dir.). Sport and Education in History, Sankt Augustin : Academia, p. 167-176.

Notes

1 Il est régulièrement surnommé le Ling français, même si plusieurs travaux mettent en garde contre la réduction de son œuvre à cette seule promotion de la méthode suédoise. Se reporter en particulier à Saint-Martin et al., 2012.

2 La contribution de la méthode suédoise aux projets hygiénistes et eugénistes est particulièrement mise en exergue dans la littérature internationale. Se reporter en particulier à Park, 1987.

3 Cette création fait suite à la création de la Ligue nationale d’éducation physique par Paschal Grousset quelques mois auparavant.

4 Cette diversité des méthodes d’éducation physique au regard de leur ancrage culturel ainsi que les conflits générés ont été analysés dans le contexte européen par Pfister, 2003.

5 Alors que Philippe Tissié propose la LGEP comme solution institutionnelle, les premières associations sportives (le Racing Club de France est créé en 1882, le Stade français en 1883) se regroupent dès 1887 pour former l’Union des sociétés de courses à pied (USCP). Celle-ci se transforme en 1889 en une Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) et permet la création des premières associations sportives scolaires, à Paris au lycée Lakanal en 1889, puis en province, à Lyon, en 1890 avec l’Union sportive du lycée Ampère.

6 L’analyse des archives historiques permet de mettre en évidence l’intérêt notoire et croissant du ministère français de l’Instruction publique pour l’exemple suédois.

7 Expression employée pour la première fois dans Tissié, 1905e, p. 5.

8 D’une certaine manière, la pensée critique de Philippe Tissié rejoint celle de Georges Hébert qui, au lendemain des Jeux olympiques de Paris de 1924, dénonce les risques du sport moderne dans son célèbre pamphlet, Le sport contre l’éducation physique, publié aux éditions Vuibert.

9 Il emploie à ce sujet le vocable de « Comité international d’éducation physique » à la place de celui d’IIEP.

10 Eugeniusz Piasecki milite depuis plusieurs décennies pour la diffusion partout en Europe de la conception suédoise d’éducation physique.

11 L’objectif principal de cette mission de 80 jours, qui s’étale du 20 septembre au 10 décembre 1927, consiste à rédiger un rapport sur les « diverses méthodes scientifiques nationales d’éducation physique et les centres et instituts civils et militaires d’éducation physique en divers pays » (Archives du ministère des affaires étrangères, 1927, p. 1).

12 En ayant retenu la candidature allemande, le comité d’hygiène de la SDN aurait été confronté à une crise grave qui aurait pu mettre en péril la mission, étant donné que l’Allemagne n’a pas encore à cette époque adhéré à la SDN.

13 Le vocabulaire choisi illustre la volonté explicite de se démarquer du courant sportif. À l’Olympiade s’oppose la Lingiade, en hommage au créateur Pehr Henrik Ling (FIGL, 1938).

14 La population de la France en 1921 compte deux millions de citoyens en moins par rapport à 1911, voir Armengaud, 1965, p. 14 et 27.

Auteurs

Professeur des universités à l’Unité de formation et de recherche des activités physiques et sportives (UFRAPS) de l’université de Rennes 2. Il est directeur du laboratoire « Violences, identités, politiques et sports » (EA 4636) et responsable du master 2e année Sport et sciences sociales administration, territoires, intégration (SSSATI). Il est président de la Société française d’histoire du sport depuis 2012. Ses recherches portent sur les processus de diffusion culturelle au XXe siècle. Il s’attache à étudier les mécanismes ayant conduit à structurer le sport comme un objet social et culturel. Il s’agit de s’intéresser aux canaux par lesquels le sport s’impose, s’implante, se développe puis se diffuse tout en portant une attention sur les mises en œuvre adoptées. Les points aveugles, les régressions comme les discriminations font l’objet de recherches afin de pouvoir situer les dynamiques à l’œuvre dans les modes de captation du sport. Dans ce cadre, il porte une attention particulière aux activités physiques et sportives comme espace de socialisation et développe une analyse générationnelle donnant une place importante aux sphères éducatives. Il est l’auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages et de nombreux articles dans des revues nationales et internationales ainsi que de chapitres ouvrages.

Professeur des universités en STAPS et membre du laboratoire E3S, « Sport et sciences sociales » (EA 1342) de l’université de Strasbourg. Ses recherches portent sur l’histoire de l’enseignement de l’éducation physique à l’école et sur l’évolution de la diffusion des pratiques corporelles (sports de montagne et pratiques d’entretien) au cours des XIXe et XXe siècles.
Il s’agit notamment de mieux comprendre leurs conditions d’émergence et de transformation au regard des enjeux géopolitiques et géoculturels. Récemment, il a publié aux éditions Armand Colin, en co-direction avec Michaël Attali, le Dictionnaire culturel du sport (2010) et Le sport : politiques, cultures et sociétés (2012) ; et, en 2014 aux éditions De Boeck de Bruxelles, À l’école du sport. Épistémologie des savoirs corporels du XIXe siècle à nos jours.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search