Version classiqueVersion mobile

Vie et travaux du R. P. Cruchard et autres inédits

 | 
Gustave Flaubert

Annexe

Le bal donné au Czar, dans la presse

Texte intégral

Le Moniteur universel, 12 juin 1867

1Paris, le 11 juin

2Un bal très brillant a été donné hier aux Tuileries en l’honneur des Souverains, des Princes et Princesses qui sont à Paris en ce moment.

3À la liste de nos Augustes Hôtes, si souvent présentée ici à nos lecteurs, nous devons ajouter le nom de s.a.r. le Prince Humbert, fils de s.m. le Roi d’Italie.

4La décoration des jardins, l’ouverture de tous les salons et de toutes les galeries du premier étage et l’ingénieuse transformation de l’ancienne salle de spectacle du château ont contribué à l’éclat de cette fête, dont le souvenir restera longtemps gravé dans la mémoire de ceux qui y ont assisté.

5Une charpente hardie, en forme d’escalier à deux rampes, touchait par son sommet au balcon de la salle des Maréchaux, et par sa double base aux jardins dans lesquels circulaient incessamment les invités.

6Dès leur entrée, Leurs Majestés et Leurs Altesses Impériales et Royales se sont rendues sur la plate-forme de cette construction pour admirer le féerique effet des jets d’eau et des massifs

7illuminés par les flammes de Bengale, par des lanternes vénitiennes et par de nombreux foyers de lumière électrique.

8Nos Hôtes Augustes ont paru émerveillés à l’aspect des pelouses et des sentiers bordés d’astragales fleuris et étincelants, et à la vue du gigantesque soleil de gaz édifié au milieu de la grande allée du parc et auquel on avait donné la forme de la plaque de Saint-André, le plus ancien et le plus élevé des ordres russes.

9Après avoir quelque temps assisté aux danses et après avoir fait le tour des salons, Leurs Majestés, les Princes et les Princesses se sont dirigés vers la nouvelle salle du souper où le couvert des Souverains avait été dressé sur une estrade. Des tables avaient été réservées dans le bas pour les nombreux invités.

10Cette vaste pièce, magnifiquement éclairée, avait été ornée de tentures et de peintures, et le mur du fond, précédé d’une fontaine jaillissante, avait été caché par une toile peinte avec art.

11C’est là que les artistes et les chœurs de l’Académie impériale de musique firent entendre, durant le souper, les meilleurs morceaux de leur répertoire.

12Leurs Majestés sont ensuite rentrées dans leurs appartements, et le bal s’est prolongé fort avant dans la nuit.

13La réverbération des feux dans l’air tiède et pur avait attiré aux abords des Tuileries, sur la place de la Concorde et dans les Champs-Élysées, une affluence de monde considérable, et le jour était déjà levé qu’une foule curieuse se pressait encore aux grilles du jardin.

14Pages suivantes

15Grand dîner des Tuileries, L’Illustration, 15 juin 1867.

16Le Souper ; Illuminations du jardin réservé, L’Illustration, 22 juin 1867.

17© Clichés BnF, Paris.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search