Version classiqueVersion mobile

Vie et travaux du R. P. Cruchard et autres inédits

 | 
Gustave Flaubert

Vie et travaux du R.P. Cruchard par le R.P. Cerpet de la Société de Jésus

Notice

Matthieu Desportes

Texte intégral

1Il y avait, à Nohant, dans la propriété de George Sand, une salle réservée au théâtre, équipée d’un véritable plancher pour comédiens et de fauteuils pour spectateurs. L’endroit a été aménagé par Sand pour son fils Maurice. La famille, les amis, s’y retrouvent sur ou devant la scène. On y joue des pièces, sérieuses ou non, réelles ou improvisées ; on y découvre les créations pour marionnettes de Maurice ; on s’y déguise, enfin on s’y amuse beaucoup. L’idée seule devait déjà séduire Flaubert et lui faire revenir en mémoire « le billard » de son enfance, où il fait jouer ses premières compositions, avec sa sœur Caroline et son voisin Ernest Chevalier, au bénéfice de la famille et de l’entourage proche. Le théâtre de Nohant se trouvait aussi dans une salle de billard.

  • 1 Lettres de Flaubert à Sand du [27 juillet 1867] et de Sand à Flaubert du 6 août 1867, Gustave Flau (...)
  • 2 C’est à partir d’une lettre de Louis Bouilhet datée du [8 juin 1861] que l’on trouve les premières (...)
  • 3 Gustave Flaubert, Lettres à sa nièce Caroline, éd. citée, p. 13, n. 1.

2Dans le courant de l’été 1867, Flaubert écrit à Sand que Bouilhet et lui ont fait « le scénario d’une comédie farce, qui serait bien belle à jouer sur le théâtre de Nohant ». Sand s’engage à jouer avec les siens, et pour Flaubert, le canevas que celui-ci voudra bien lui donner1. La farce en question, c’est vraisemblablement La Queue de la poire de la boule de Monseigneur, une pochade qui ne dépassa pas, à l’écrit du moins, le stade d’esquisse, gaillardement paillarde et plaisamment anticléricale. Les deux auteurs y animent des créatures imaginaires qui peuplent leur correspondance depuis le début des années 18602, et qui leur servent de masque. « Monseigneur » est Bouilhet, ainsi nommé, si l’on en croit la nièce Caroline, « à cause de sa belle prestance et de ses manières un peu bénisseuses ». Elle ajoute encore, dans une note de l’édition qu’elle offrit de la Correspondance de l’oncle, que « ce surnom engendra la création d’un archevêché idéal. Il y eut le grand vicaire, qui était mon oncle ; l’abbé Bougon, curé du quartier pauvre ; un missionnaire, l’abbé Serpet ; Zéphyrin, neveu de Mlle Placidie, la lingère ; Onuphre, valet de chambre de Monseigneur, et bien d’autres. Pendant plusieurs années, cette plaisanterie humoristique fut pour mon oncle, qui aimait beaucoup ce genre de farces, une source de gaîté : les initiés s’en amusaient comme lui »3. C’est, semble-t-il, en souvenir de la plaisanterie qu’on s’amuse à se nommer, plutôt que les caractères du quotidien qui inspirent la farce. Après avoir « joué à être » Onuphre (un nom en écho au faux dévot de La Bruyère), Bouilhet devient effectivement dans la correspondance le Monseigneur de Flaubert, lequel, d’abord nommé archevêque, est finalement le Grand Vicaire de Bouilhet. Onuphre, ce sera le surnom épisodique de Philippe Leparfait, fils naturel de Léonie, la compagne de Bouilhet. Aucun autre personnage de la comédie ne vient prendre les traits de proches de Flaubert. La farce reste au stade du scénario. Il y a tout lieu de penser qu’en l’état, ou fournissant le motif d’une improvisation théâtrale, elle n’a pas connu les honneurs des tréteaux de Nohant. Bouilhet meurt en juillet 1869. L’archevêché idéal disparaît en même temps que son éminence grise, jusqu’à la réapparition de Cruchard.

3Et c’est avec Sand que l’esprit du diocèse va renaître. En avril 1873, au retour d’un séjour à Nohant où Tourgueneff a rejoint les deux écrivains, Flaubert écrit à Sand : « Vos deux amis Tourgueneff et Cruchard ont philosophé […] de Nohant à Châteauroux, très agréablement portés dans votre voiture, au grand trot de deux chevaux. » Cruchard, c’est « Gustave Flaubert, autrement dit le R.P. Cruchard des Barnabites, directeur des Dames de la Désillusion », ainsi que l’atteste la signature. Mais Cruchard n’est pas né à Nohant en 1873, de même qu’il n’a pas été, à l’origine, imaginé pour Sand ou avec elle. Et sans doute ne vient-il pas non plus du petit univers burlesque créé avec Bouilhet. Cruchard appartient d’abord à la sphère familiale ; c’est un double qui signe à la place de Flaubert les lettres adressées à Caroline Hamard, la jeune nièce pas encore mariée à Commanville, dès 1863. C’est le même qui se fait appeler parfois « Ganachon » ou « Vieille nounou »… Cruchard reste dans les limites du monde intime de l’écrivain, jusqu’à ce qu’en 1873, donc, il soit « présenté » à George Sand.

  • 4 Voir La Queue de la poire de la Boule de Monseigneur, dans Œuvres complètes de Gustave Flaubert, c (...)
  • 5 Lettre du [14 juillet 1866] dans Louis Bouilhet, Lettres à Gustave Flaubert, éd. citée, 1996, p. 6 (...)

4Cruchard n’est pas, précisément, un rescapé du clergé imaginaire des années Bouilhet, mais Flaubert s’ingénie à l’y rattacher, comme pour l’inscrire dans une continuité de « blague », en imaginant que son histoire est rapportée par l’abbé Cerpet ou, dans les variantes, par l’abbé Pruneau. Présents tous deux dans La Queue de la poire, Pruneau y officie comme professeur de rhétorique et Cerpet (ou Serpet) comme jésuite missionnaire ; et c’est à ce titre encore qu’il apparaît comme biographe de Cruchard. Au reste, pour Bouilhet, l’un et l’autre (qui d’ailleurs, dans la farce, se jalousent4) semblent bien ne devoir apparaître qu’en fin de vie des prélats, pour les chanter ou les célébrer. Craignant pour son ami une contagion par le choléra qui menace à Paris, Bouilhet écrit à Flaubert de prendre « des précautions, quand ça ne serait que pour l’archevêché ! Ne fournis pas à l’abbé Pruneau une matière à vers latin, ni à l’abbé Serpet, une occasion d’oraison funèbre ! »5.

  • 6 Voir les lettres de Sand à Flaubert du [9 mai 1866] et du [4 décembre 1866], dans Gustave Flaubert (...)

5Une dizaine d’années après s’être désigné à sa nièce comme son « vieux Cruchard », Flaubert réalise le nom en personnage autour d’un paradoxe, l’acte de naissance en étant aussi, précisément, l’oraison funèbre. Le surnom du créateur ne s’incarne en créature que parce que cette dernière a vécu, et qu’on peut in fine en raconter la Vie – avec majuscule, à l’image de celle des saints que l’écrivain affectionne. À quelque temps du séjour chez Sand, au retour duquel Cruchard va déborder de la correspondance familiale, à la fin de septembre ou aux tout premiers jours d’octobre 1873, Flaubert envoie à Nohant le « Mémoire ». Ce faisant, Gustave peut rivaliser avec les avatars fantoches inventés à son intention par George dans les premiers temps de leurs échanges épistolaires : l’individu Goulard de Palaisot (sic), un pécheur recueilli pour son salut par « les frères » et Victoire Potelet dite Marengo Lirondelle, danseuse de corde vieillissante s’offrant comme modèle à Flaubert6. Goulard, Victoire et Cruchard, plaisante trinité de grotesques à agiter sur le théâtre de marionnettes de Nohant.

  • 7 Ibid., p. 442.
  • 8 Ibid., p. 429, n. 33.
  • 9 Lettre à George Sand, [30 octobre 1873], éd. cit., p. 444.
  • 10 Lettre du [15 mars 1874], éd. cit., p. 461.

6Le 3 octobre 1873, Sand, charmée, répond à son ami : « L’existence de Cruchard est un beau poème, tellement dans la couleur que je ne sais si c’est une biographie de ta façon ou la copie d’un article fait de bonne foi »7. De fait, pour cette « drôlerie », ainsi que l’appelle Alphonse Jacobs8, qui ramène l’auteur à l’époque heureuse des blagues de potaches quand, avec Ernest Chevalier, il rêvait la vie du Garçon, Flaubert va se montrer plus attaché qu’on pourrait l’imaginer, au point de la commenter et de la critiquer comme n’importe laquelle de ses œuvres : « Je suis content, écrit-il à Sand, de vous avoir un peu diverti [sic] avec la biographie de Cruchard. Mais, je la trouve hybride et le caractère de Cruchard ne se tient pas ? Un homme si fin dans la Direction n’a pas autant de préoccupations littéraires. L’archéologie est de trop. Elle appartient à une autre genre [sic] d’ecclésiastique ? C’est peut-être une transition qui manque ? Telle est mon humble critique »9. L’année suivante, enfin, Flaubert demande à sa correspondante de lui retourner son texte, pour s’y replonger, dit-il, mais aussi, autant qu’on a pu le vérifier, le reprendre et se corriger : « Pourriez-vous me donner une copie ou l’original de la biographie de Cruchard ? Je n’ai aucun brouillon et j’ai envie de la relire, pour me retremper dans mon idéal ? »10. Cet idéal peut bien avoir consisté, pour lui et sur le plan littéraire, à se fondre dans un récit en partie double, à travers une (auto) biographie détournée, dont il serait à la fois l’auteur et le sujet, l’écrivain et le texte. Soit ici un Flaubert-Cruchard vu et raconté par un Flaubert-Cerpet. Mais il y a aussi que, dans cette petite plaisanterie, l’écrivain glisse quelques thèmes et motifs de ses préoccupations romanesques contemporaines. Ainsi y a-t-il du Bouvard et Pécuchet dans la Vie de Cruchard. Cruchard lui-même se prénomme « Bartholomé Denys » (troisième et deuxième prénoms de François Bouvard) et « Romain » (deuxième prénom de Juste Pécuchet). On découvre, au repas donné par le Duc de Laroche-Guyon un Monseigneur de Chauvignolles, proche du nom de la ville qui sert de cadre au dernier roman, comme on assiste aux essais du R.P. dans diverses pratiques (rhétorique, logique, prédication, Beaux-Arts, archéologie, langues étrangères…) et par de multiples lectures, ainsi que le feront les « deux cloportes » normands dans leurs champs d’expériences successifs.

  • 11 Corr., t. iii, p. 706.

7La Queue de la poire de la boule de Monseigneur célébrait les noces païennes de Rabelais et de Sade. La Vie de Cruchard doit davantage à Voltaire, autre maître au Panthéon du lecteur Flaubert. Le titre à rallonge évoque ceux des ouvrages du XVIIIe siècle (on songe ainsi à La Vie et les opinions de Tristram Shandy de Sterne) ; le projet parodie la vogue des vies d’ecclésiastiques qui fleurissent au milieu du XIXe siècle (une lettre de 1867, année probable de la rédaction de La Queue de la poire, nous montre Flaubert remerciant Alfred Canel pour sa Notice sur la vie et les écrits de l’abbé G.-A.-R. Baston, chanoine de Rouen, évêque nommé de Séez11) ; le tout ressuscite un Grand Siècle à la mode d’Épinal, avec scènes pastorales et voyages édifiants, où l’on reconnaît ici la figure de Bossuet, plus loin la silhouette de Mlle de Lavallière. La Vie de Cruchard n’est pas pour autant un portrait charge, et la peinture du bonhomme et de son milieu sont plus cocasses que caustiques. Point de matière à blasphème ici, et l’amateur d’anticléricalisme en sera pour ses frais. On jurerait même (mais peut-être est-ce aussi parce qu’il y mit un peu de lui-même) qu’il y a, du créateur pour la créature, un regard enveloppant plein de bienveillance.

  • 12 Lettre à Maurice Sand, [avril 1880], dans Correspondance, c.h.h, t. v, p. 351.

8Après la mort de son amie, Gustave jouera encore le rôle de Cruchard pour son fils Maurice. Mais, à l’heure où se prépare une édition de la Correspondance de Sand, Flaubert demande à l’héritier d’effacer des lettres les noms de Cruchard et de Polycarpe, cet autre saint dans lequel Flaubert s’incarna : « Remplacez ces mots par ceux qu’il vous plaira. Le public ne doit pas avoir de nous tout. Réservons quelque chose pour nous-mêmes ». Et de signer : « cruchard pour vous, polycarpe pour le genre humain, gustave flaubert pour la littérature »12. De Caroline à Sand, le Révérend Père n’aura donc jamais quitté un petit cercle restreint. En 1880, Cruchard disparaît une seconde fois avec Flaubert.

  • 13 Le second époux de Caroline, l’aliéniste Franklin Grout, avait assisté l’héritière à partir de 190 (...)

9Le texte de sa biographie, qu’on a cru perdu, dispersé avec les ventes successives des manuscrits de l’écrivain et dont seule la correspondance avec Sand attestait l’existence, reparaît aujourd’hui grâce au souci de conservation de Caroline Franklin Grout, trop longtemps accusée d’avoir malmené, voire détruit, l’héritage manuscrit de l’oncle. La version que nous publions ici est une copie par la nièce du texte de Flaubert, selon toute probabilité dans sa version intégrale. Le manuscrit dont on dispose compte ainsi le même nombre de feuillets que celui de Flaubert lors d’une dernière apparition en salle des ventes. Le catalogue de l’Hôtel Drouot, pour la vente de la succession les 18 et 19 novembre 1931, décrivait « un manuscrit de six pages papier vergé bleu format 27 X 21 », « dans une chemise portant de la main du Dr Franklin Grout le titre : “Vie et travaux du R.P. Cruchard” »13.

  • 14 Éd. citée, p. 102, n. 1. L’intervention entre crochets est de Caroline Franklin Grout, alors Comma (...)

10Les déclarations de la correspondance, les catalogues de ventes et les informations fournies par l’héritière nous laissaient de bonnes raisons de penser que le texte initial pouvait réapparaître sous deux formes. Les titres sous lesquels fut présentée la Vie de Cruchard offrent en effet divers indices pour envisager l’existence de plusieurs « originaux ». On relève ainsi trois intitulés différents. Tout d’abord, le catalogue de Drouot présente le texte, identifié comme étant de la main de Flaubert, sous l’appellation Vie et travaux du R.P. Cruchard par le R.P. Cerpet ; dédié à Mme la baronne D. dev. Née A.D. La deuxième dénomination figure dans une note par Caroline à son édition des Lettres à sa nièce… : « [Mon oncle] écrivit pour George Sand […] la biographie du R.P. Cruchard sous le titre Vie et travaux du R.P.C. par le R.P. Cerpet de la S. de J. [Société de Jésus], dédiés à la baronne Dudevant »14. Enfin, il y a le titre porté par Caroline Grout sur son propre manuscrit, le plus complet de tous : Vie et travaux du R.P. Cruchard par le R.P. Cerpet de la Société de Jésus. Dédié à Me la Bne Dudevant née Aurore Dupin. On aurait alors deux ou trois états manuscrits distincts, qu’on pourrait identifier comme étant, d’un côté, l’original envoyé à Nohant et, de l’autre, la recopie du texte faite par (ou à la demande de) l’écrivain, à la suite de sa lettre en date du [15 mars 1874]. L’un ou l’autre des correspondants aura peut-être, par surcroît, pris soin d’en faire un double, à moins que l’on considère que le titre proposé par la nièce pour sa copie ne synthétise en les développant les deux premiers titres recensés. Deux manuscrits, certainement ; un troisième, peut-être… Il faut maintenant en envisager un quatrième et dernier, celui-là sensiblement différent des autres.

  • 15 . Confluences paraît à Lyon de 1941 à 1947. Sur la revue et sur la parution de la Vie de Cruchard, (...)
  • 16 Nous remercions Jean-Benoît Guinot d’avoir découvert cette parution et de nous en avoir communiqué (...)
  • 17 D.J. Colwell, Bibliographie des études sur Gustave Flaubert (1921-1959), Runnymede Books, rhbnc, E (...)

11En préparant ce texte pour l’édition, une note trouvée par Yvan Leclerc dans les papiers de Jean Bruneau, l’un des très grands noms de la recherche flaubertienne à qui l’on doit la remarquable édition de la Correspondance pour la Pléiade, a permis de remettre au jour un état publié de la Vie de Cruchard. C’est Jean Thomas, professeur de Lettres à l’Université de Lyon qui, en 1943, offre un Cruchard pour publication dans Confluences, l’une des plus importantes revues littéraires de l’Occupation15. Dans le numéro 16, daté de janvier 1943, les lecteurs peuvent donc découvrir, précédée d’une belle présentation signée de Jean Thomas, une version de Vie et travaux du R.P. Cruchard. Le texte est repris deux mois plus tard à l’identique, avec un renvoi à l’exemplaire de Confluences d’où il provient, dans le numéro 37 d’une revue parisienne : Voici, La France de ce mois16. Il demeure étonnant que cette double publication de 1943 soit jusqu’alors restée ignorée du petit monde de la recherche flaubertienne ; ce qu’on pourra expliquer par le fait que, dans la Bibliographie des études sur Gustave Flaubert qui fait autorité, D.J. Colwell ne signale pas Vie et travaux du R.P. Cruchard dans les éditions d’œuvres de Flaubert mais, au nom de Jean Thomas, dans la rubrique « Critique »17.

12Quoi qu’il en soit, l’inédit que nous donnons aujourd’hui aurait été, et par deux fois, défloré. À cela près qu’il ne s’agit pas exactement du même texte : du Cruchard qu’on a lu à celui de Jean Thomas, on relève une soixantaine de modifications dont la plus importante est dans le titre. Ce n’est plus Cerpet qui s’est fait biographe du prédicateur, mais Pruneau. Certains noms de villes et de personnes ont été changés, la ponctuation a été redistribuée, des propositions ont été supprimées, d’autres ajoutées… Il reste cependant difficile de déterminer laquelle de ces deux versions a servi de « brouillon » à l’autre, laquelle Flaubert eût gardée comme définitive, la part d’ajouts et de retranchements étant en effet égale d’un texte à l’autre. Peut-être est-ce celle signée Pruneau, où les titres latins ont été corrigés et où quelques tournures avec gérondifs ont été allégées ? Si des variantes peuvent être imputables à une mauvaise lecture du manuscrit par Caroline, la plupart témoignent d’un vrai travail de réécriture et de correction, preuve que Flaubert tenait à son texte au point de l’amender et d’en chercher la meilleure forme possible, le meilleur rythme, ainsi qu’il en était coutumier pour n’importe laquelle de ses œuvres. Davantage qu’en blague pour initiés ou qu’en hétéronyme plaisant, c’est bien en personnage littéraire, certes mineur, qu’il faudrait considérer le Cruchard de Flaubert – et un personnage que ses réapparitions et disparitions successives ont contribué à rendre quasi mythique. La découverte d’un état supplémentaire et inconnu du texte donne aujourd’hui corps à ce qui n’était jusqu’alors qu’une rêverie sur un personnage fantasmé dans les vies parallèles de l’écrivain.

Notes

1 Lettres de Flaubert à Sand du [27 juillet 1867] et de Sand à Flaubert du 6 août 1867, Gustave Flaubert-George Sand, Correspondance, éd. citée, p. 148-149.

2 C’est à partir d’une lettre de Louis Bouilhet datée du [8 juin 1861] que l’on trouve les premières allusions à l’archevêché entre Flaubert et son ami. Voir Louis Bouilhet, Lettres à Gustave Flaubert, éd. citée, p. 311.

3 Gustave Flaubert, Lettres à sa nièce Caroline, éd. citée, p. 13, n. 1.

4 Voir La Queue de la poire de la Boule de Monseigneur, dans Œuvres complètes de Gustave Flaubert, c.h.h., t. xii, 1974, acte ii, sc. 6, p. 249.

5 Lettre du [14 juillet 1866] dans Louis Bouilhet, Lettres à Gustave Flaubert, éd. citée, 1996, p. 618.

6 Voir les lettres de Sand à Flaubert du [9 mai 1866] et du [4 décembre 1866], dans Gustave Flaubert-George Sand, Correspondance, éd. citée, p. 61 et 105.

7 Ibid., p. 442.

8 Ibid., p. 429, n. 33.

9 Lettre à George Sand, [30 octobre 1873], éd. cit., p. 444.

10 Lettre du [15 mars 1874], éd. cit., p. 461.

11 Corr., t. iii, p. 706.

12 Lettre à Maurice Sand, [avril 1880], dans Correspondance, c.h.h, t. v, p. 351.

13 Le second époux de Caroline, l’aliéniste Franklin Grout, avait assisté l’héritière à partir de 1907 dans la récollection de tous les papiers de Flaubert, avant de les céder aux bibliothèques publiques ou de les mettre en vente. Voir sur ce point Caroline Franklin Grout, Heures d’autrefois, éd. citée, p. 103.

14 Éd. citée, p. 102, n. 1. L’intervention entre crochets est de Caroline Franklin Grout, alors Commanville.

15 . Confluences paraît à Lyon de 1941 à 1947. Sur la revue et sur la parution de la Vie de Cruchard, voir « Confluences de l’intérieur », entretien entre Georges Lorris et Jean José Marchand recueilli par Olivier Cariguel, La Revue des revues, no 28, 2000, p. 48-73.

16 Nous remercions Jean-Benoît Guinot d’avoir découvert cette parution et de nous en avoir communiqué une copie.

17 D.J. Colwell, Bibliographie des études sur Gustave Flaubert (1921-1959), Runnymede Books, rhbnc, Egham, Surrey, England tw20 oex, 1988, p. 104.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search