Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vie et travaux du R. P. Cruchard et autres inédits

 | 
Gustave Flaubert

Vie et travaux du R.P. Cruchard par le R.P. Cerpet de la Société de Jésus

Vie et travaux du R. P. Cruchard par le R. P. Cerpet1 de la Société de Jésus

Dédié à Mme la Bne Dudevant née Aurore Dupina2

Texte intégral

  • 1 Gustave Flaubert et Louis Bouilhet ont mis en scène un abbé Thomas Cerpet dans leur farce théâtral (...)
  • 3 Flaubert donne à Cruchard les prénoms de Bouvard et de Pécuchet. Bouvard s’appelle François, Denys (...)
  • 4 On peut également lire Marignerville. Il y a un Maniquerville près de Fécamp, mais il ne s’en trou (...)

1Bartholomé, Denys, Romain Cruchard3 naquit à Mariguerville-lès-Quiquenvilleb, diocèse de Lisieux4. Sa mère, pauvre paysanne, le mit au monde, tout à coup et sans douleurc dans un pressoir à cidre – où elle était pour lors en train de travailler – si bien que Cruchard avait coutume de dire : « Notre Seigneur est né dans une étable et moi dans un pressoir », plaisanterie qu’il ne manquait pas de répéter quand il faisait le catéchisme aux petits enfants.

  • 5 Élu pape en 1585, Sixte-Quint (1521-1590) avait été porcher dans son enfance. Le 9 avril [1851], F (...)
  • 6 Il y a un Mauconduit en Seine-Maritime. Le choix du nom est aussi une allusion plaisante en contra (...)

2Ses premières années n’eurent absolument rien de remarquabled ; elles se passèrent à la campagne où il gardait les bestiaux sans soupçonner qu’un de nos plus grands pontifes avait eu des commencements aussi modestes5. Mais au lieu de vagabonder, comme d’autres auraient pu faire, il employait ses heures à chanter des cantiques sous les arbres tout en sculptant, avec un couteaue, différents petits objets de piété en bois. C’est au milieu de ces occupations que le surprit un jour Mgr Cuisse, Évêque du Diocèse, et ce saint Prélat, à la vue d’une pareille candeur, ne put retenir ses larmes. Ayant donc interrogé le jeune Cruchard et se trouvant fort satisfait de ses réponses, il le confia aux soins de M. le Curé de Mauquonduitf6, et trois ans après, l’admit au nombre des boursiers qu’il entretenait lui-même au séminaire de Lisieux.

  • 7 On peut lire aussi Hoqueuville ; il y a Heuqueville en Seine-Maritime. Tous les noms de villages p (...)

3Mais les espérances de Monseigneur furent d’abord singulièrement trompées. Cruchard, en dépit de son application, était toujours le dernier de sa classe, et paraissait (pour dire le mot) stupideg. Si bien qu’on allait le renvoyer du séminaire, et ses parents, qui avaient fondé sur la protection de Monseigneur des rêves de fortunea, étaient désespérés lorsque Cruchard s’avisa d’aller au pèlerinage à Notre-Dame d’Hoquenvilleb7, pour implorer l’assistance de la Sainte Mère de Dieu. Il revint au séminaire, c’était jour de composition. Cruchard fut le premier.

4À partir de ce moment la vie de Cruchard au séminaire ne fut plus qu’une suite de triomphesc. Pas d’année où il ne remportât tous les premiers prix et le retentissement de ses succès s’étendit au loin dans la paroissed. On était heureuxe de voir ce jeune homme, mais se dérobant aux éloges et confiné dans sa cellule il se livrait avec ardeur à la double culture des lettres sacrées et profanes.

  • 8 L’usage rhétorique qui consiste à utiliser des métaphores et des périphrases pour éviter le mot pr (...)

5Ce fut à la fin de sa Rhétorique qu’il composa, pour la distribution des prix du séminairef, une tragédie latineg intitulée La Destruction de Sodome. Le sujet était scabreux, Cruchard sut en éviter les périls, et poussa même si loin les convenances qu’on avaith bien du mal à reconnaître de quoi il s’agissait8. Cependant, des motifs de discipline (ou d’autres peut-être) en empêchèrent la représentation – et Cruchard, nous devons l’avouer, en ressentit un vif déplaisir.

  • 9 Doctor angelicus (« Docteur angélique ») était le surnom donné à Thomas d’Aquin, « ange de l’école (...)

6Ce fut une raison pour se rejeteri sur la Logique. Son amour pour saint Thomas d’Aquin devint si fort qu’il employait une partie de ses nuits à lire et à relirej cet auteur – et comme il en avait toujours quelque volume au dortoir sous son oreiller, un de ses camarades disait spirituellement qu’il couchait avec l’angek de l’Ecole9 !

7Grâce à ce labeur persévérant, à son génie particulier et aussi, n’oublions pas, à la protection de celle dont il avaitl déjà goûté les faveurs, il débuta par un coup de tonnerre, en prêchant dans l’église cathédrale de Bayeux, où pendant tout un carême, la province fut suspendue à ses lèvres.

  • 10 Flaubert compare ici son R. P. avec différents prédicateurs des XVIIe et XVIIIe siècles : Louis Bo (...)
  • 11 En rhétorique, le style asiatique, ou asian, se caractérise par une abondance verbale, notamment p (...)
  • 12 Cicéron (né en 108, mort en 43 avant J.-C.), homme politique et orateur latin, fut contraint de se (...)

8Il n’avait point la douceur de Bourdaloue ni, peut-être, la politesse de Massillon ; il se rapprochait plutôt de Mascaron par le coloris, de Cheminais par la grâce et du Père Bridaine par la véhémence10 ; s’il est même quelque chose qu’onm puisse reprocher à l’éloquence de Cruchard, c’est d’être, quelquefoisn, un peu trop forte, et pour employer l’expression, asiatique11, défaut pardonnable aux grands talents, et dans lequel le prince des orateurs latins s’accuse lui-même d’être tombé, après un trop long séjour dans l’île de Rhodes12.

  • 13 Prophète Juif du VIIIe siècle avant J. C. Le Livre d’Isaïe est le premier des « Livres Prophétique (...)

9Le débit, chez Cruchard, était à la hauteur du style ; doué d’une voix sonore, il tonnait et, comme un nouvel Isaïe13, aurait eu besoin de se mettre nu – car il a été souvent obligé en descendant de la chaire de changer jusqu’à trois fois de suite de surplis, tant il se trouvait inondé de sueur.

10Sa poitrine se trouva bientôt affaiblie et comme brûlé du feu de son éloquence, Cruchard dut penser à prendre quelque reposa. Il profita donc de l’occasion de M. le Marquis de Crefforensb, ambassadeur près le roi de Naples, et qui voulut bien l’emmener avec lui, pour faire un voyage en Italie.

  • 14 Personnage mythologique, ce fils de Mercure (ou d’Échénius et de Timandre, selon les légendes), ap (...)
  • 15 Ancien nom de Naples.
  • 16 On peut voir là un autre point de comparaison avec Bouvard et Pécuchet, quand, au chapitre ix, Péc (...)

11Débarqué sur la terre du vieil Évandre14, Cruchard se livrac à tout l’enthousiasme des Beaux-Arts – médailles, tableaux, antiquités – il étudie, il annote, il dévore toutd ! Jusqu’à vouloir apprendre l’arabe d’un renégat dont il avait fait la connaissance dans l’antique Parthénope15 et même à cette occasion ses ennemis répandirent le bruit que Crucharde avait été sur le point de prendre le turban16.

  • 17 Peut-être s’agit-il de la ville picarde, dans le département de l’Aisne.

12Cruchard ne crut pas de sa dignité de répondre à une si infâme calomnie, mais il sentit lui-même que son goûtf pour les lettres l’entraînait trop loin, et au bout de trois ans, s’étant empressé de revenir en France, il demanda et il obtint la cure de Manicampg17 qui, fort peu importante du reste, lui donna tout loisirh pour se livrer à ses travaux, dont nous citerons les plus importants :

  • De Turre Babylionorum, 3 vol. in-f°.i18
  • L’Authenticité de la Révélation prouvée par différentes inscriptions découvertes chez les Sauvages de l’Amérique du Nord, suivie d’un dictionnaire et d’une grammaire de la langue de ces peuples.
  • L’Athéisme vaincu, en réponse à différents articles de M. B., 2 vol. in-f°.j
  • Architofela, ou les dangers de l’ambition, roman publié sous le voile de l’anonymat.
  • Les Fourberies de Calvinb, dédié à ceux de la R. P. R.19
  • Diabolus et Janseniusc, dialogue dans le goût d’Érasme.
  • De pondere, intimis, mensura figuraque Arcae Noë, et numero animalium authentico quae in illa inclusa et vecta fuere cum novis caelaturis magnificis, Lugduni Batavorum, IV vol. inf.d20
  • Manuel de l’oraison tiré des Pères Grecs avec les références aux règles de Saint Ignacee21.
  • Vie de Monseigneur Cuisse, 8 vol., inachevéf.

13Malgré ces travaux qu’il publiait coup sur coup, Cruchard fût demeuré inconnu si une circonstance extraordinaire ne l’avait appelé sur un plus vaste théâtreg.

  • 22 La biographie de Cruchard emprunte quelques traits caractéristiques à celle de Bossuet, qui visait (...)

14La favorite d’un grand prince régnait alors sur la France, et pour en affranchir son maître, un ministre habile, profond politique (parfaitement renseigné par ***h – on comprendra le scrupule qui nous empêche de dire le nom) eut l’idée de faire venir le Père Cruchard à Paris, afin de le donner comme directeur à cette personne illustrei22.

  • 23 On pense à Chavignolles, un petit village près de Nohant, où résidait George Sand. C’est aussi le (...)

15Un lieu si nouveau n’étonna pas Cruchard. Il conserva au milieu des pompes de Versailles cette mâle assurancej qu’il portait dans les campagnes et il sut bientôt se faire agréer de toute la cour par les grâcesk de son esprit et la facilitél de son commerce – tellement que se trouvant à un repas chez M. le Duc de Laroche-Guyonm, il mangea à lui seul un dinde avec trois lapereauxn, et Mgr de Chauvignolleso23 (le même dont le neveu eut une fin si tragique sur les galères de Malte et qui, bien que grand homme de guerre, ne vivait que de laitage) fut effrayé par son appétit et s’écria : « Père Cruchard, vous êtes le premier théologien et la première fourchette du Royaume ! »

  • 24 Nom pris par Mlle de La Vallière (née Françoise-Louise de La Baume le Blanc, 1644-1710) après qu’e (...)
  • 25 Ici, alternative non résolue : « briguaient » est donné en ajout interlinéaire, mais « soupiraient (...)

16Six mois aprèsp, la favorite avait quitté la cour et, comme Louise de la Miséricorde24, se préparait à édifier le monde par ses vertus, après l’avoir affligé par ses fautes. Dès lors, toutes les grandes dames soupiraient25 d’avoira pour directeur le Père Cruchard.

17Beaucoup de ces illustres mondaines ne le quittaient, pour ainsi dire, de toute la journée. Des Altesses le mandaient à chaque minute. Pour qu’il vînt plus vite, Mme de Larvillac lui envoyait sa chaiseb et Mlle de Brichanteau avouait qu’elle ne pouvait dîner sans lui.

  • 26 L’ordre des Visitandines (ou des Sœurs de la Visitation) a été fondé en 1610 par François de Sales (...)
  • 27 François Fénelon (1651-1715), évêque de Cambrai, se vit confier en 1678 la direction des « Nouvell (...)
  • 28 Pierre de Bérulle (1575-1629), homme d’Église qui organisa, à partir de 1604, les premiers carmels (...)

18Cependant, Cruchard se réservait plus particulièrement pour les Visitandines ou, mieux, pour les Dames du Désespoirc qui n’en sont qu’une dépendance26. Sitôt qu’il arrivait, toutes se précipitaient comme des biches altérées pour boire les ondes rafraîchissantesd de sa parole. Tant qu’il vécut, elles n’en voulurent point d’autre et employèrent pour le garder mille artifices. Mgr l’archevêque de Paris y échoua lui-même ; c’était une affection pareille à celle des nouvelles converties pour M. de Cambrai27 et à celle des Carmélites pour M. de Bérulle28. Enfin, il leur semblait impossible de recevoir la grâce autrement que par le canal de Crucharde.

  • 29 Dans un chapitre intitulé « Des Exercices de la mortification extérieure », Saint François de Sale (...)

19C’est qu’il savait aimer ! c’est qu’il connaissait les cœurs ! Habile dans les passions, il en distinguait les sources, pouvait jeter tout au milieu l’ancre de Salutf ou faire, en tournant leurs erreursg, qu’elles conduisent jusqu’au porth. « Ne vous tourmentez pas du péché », disait-il, « cette inquiétude est un levain d’orgueil. Les chutes ne sont pas toutes dangereuses et les vicesi deviennent quelquefois autant d’échelons pour monter jusqu’au ciel ». À l’exemple du bienheureux saint François de Sales, il appelait la chair « l’ânesse »29. Il abordait même ses pénitentes en leur demandant avec un sourisj : « Comment va l’ânesse ? » et ne voulait pas qu’on fût trop rudek pour cette pauvre bête.

20Enfin, les personnes les plus pieusesl convenaient qu’il leur faisait faire chaque jour des progrès infinis dans la perfection et d’autres qu’elles avaient éprouvé plus de plaisir dans les entretiensm du Père Cruchard que dans les embrassements de leurs amants.

  • 30 Doctrine du jésuite espagnol du XVIe siècle, Luis Molina, pour qui la Grâce ou la Providence n’emp (...)
  • 31 Évêque de Chypre au IVe siècle, il s’opposa violemment aux catholiques disciples d’Origène, voyant (...)

21Mais s’il fut un peu tendre sur la morale, assez même pour être taxé de molinisme30, il se montrait quant au dogme inflexible, n’admettant pas qu’il pût y avoir, en dehors de l’Église, aucun mérite et quand on objectait les sages de l’Antiquitéa, « Je suis sûr », disait-il, « que Dieub leur a fait la grâce, avant leur mort, de les rendre chrétiens d’une façon ou d’une autre. » Depuis saint Épiphane31 il n’y eut point d’homme certainement qui fût plus indigné contre l’hérésie. L’idée seule de l’hérésie le transportait de fureur et « il ne pouvait apercevoir un Janséniste » (ce sont ses propres expressions) « sans avoir envie de l’étrangler ».

22Dans les dernières années de sa vie, Cruchard, devenu fort obèse, ne sortait plus de son cabinet, et ses facultés, nous devons le reconnaître, étaient considérablement baissées. Il gardait cependant son inaltérable gaîté et il en donnac une dernière marque quelques minutes avant de mourir car il dit, plaisantant sur son nom : « Je sens que la Cruche va tout à fait se casser ».

  • 32 De la cruche au vase… L’expression « vase d’élection » désigne, en théologie, la personne choisie (...)

23Qu’il me soit permis, relevant à mon tour ce dernier traitd, d’affirmer avec tous ceux qui t’approchèrente « que tu étais, Ô Cruchard, un vase d’Élection »f32.

Annexes

Variantes

Les variantes sont relevées dans le texte publié par Jean Thomas dans Confluences, no 16, janvier 1943. Pour les nombreuses différences de noms propres d’un texte à l’autre, la graphie de Caroline Franklin Grout nous paraît douteuse, mais nous avons maintenu les formes qu’elle propose. Nous ne signalons pas ici les variantes de ponctuation quand elles ne sont pas pertinentes.

Page 111

a. par l’abbé PRUNEAU/dédié à Mme la Baronne DUDEV, née Aurore D.

b. Maniquerville-les-Quinauville

c. et sans docteur

d. Ses premières années n’eurent rien de remarquable ;

e. des cantiques au pied des arbres tout en façonnant avec son couteau

f. Quinauville,

g. Dans la version de Confluences, cette phrase s’enchaîne avec la suivante.

Page 112

a. de grands rêves de fortunes

b. d’aller en pèlerinage à Notre-Dame d’Ycoquenville

c. À partir de ce moment, sa vie n’offre plus qu’une suite de triomphes !

d. le retentissement de ses succès emplit bientôt tout le diocèse.

e. curieux

f. qu’il composa, pour la distribution des prix,

g. sa tragédie latine

h. et poussa même les convenances si loin qu’on avait

i. une raison pour lui de se rejeter

j. Il aimait tellement Saint-Thomas qu’il employait une partie de ses nuits à lire et relire

k. l’Ange

l. Grâce à ce labeur assidu, à son génie particulier, – et aussi, ne l’oublions pas, à la protection de Celle dont il avait

m. que l’on

n. parfois

Page 113

a. Sa poitrine ne manqua point de s’en ressentir, et comme brûlé par les feux de son génie, Cruchard enfin songea à prendre quelque rafraîchissement.

b. Il profita donc de la complaisance de M. le Marquis d’Arettovens,

c. se livre

d. Beaux-Arts. Médailles, peintures, antiquités, il étudie, il fouille, il dévore tout !

e. et même ce fut à cette occasion que ses ennemis répandirent le bruit que le P. Cruchard

f. turban. /Sans s’émouvoir d’une pareille calomnie, il sentit cependant que son goût

g. Maincamp

h. peu considérable, lui laissa tout loisir

i. De turre Babyloniaca. 300 p. in-fol.

j. en réponse à différents articles de M. Bayle. 2 vol. in-8

Page 114

a. Architophel

b. Les fourberies de Calvin découvertes,

c. Diabolus et demonius,

d. De pondere, mensura, figuraque Arcae Noë et numero animalium authentico qui in illa inclusi et vecti fuere, cum novis caelaturis mirificis. [Cet ouvrage et le précédent sont intervertis dans la bibliographie.]

e. Manuel pour l’oraison, tiré des poèmes grecs avec la référence aux règles de S. Ignace.

f. Vie de Monseigneur Cuisse. Huit volumes. Inachevé

g. si un événement extraordinaire ne l’avait amené sur un plus vaste théâtre.

h. X…

i. cette personne trop fameuse.

j. Cruchard. Au milieu des pompes de la Cour il conserva cette mâle assurance

k. et il sut plaire à tous les gens de qualité par les grâces

l. la douceur

m. M. de Camisson

n. une dinde et trois lapereaux,

o. M. le Maréchal de Chavignolles

p. Dix mois après,

Page 115

a. les grandes dames voulurent avoir

b. Pour qu’il vînt plus vite le matin, Mme de Lavillac lui envoyait régulièrement une chaise c. Cependant Cruchard réservait plus particulièrement ses soins aux visitandines, ou mieux aux Dames du Désespoir

d. salutaires

e. Monseigneur l’Archevêque de X…, qui avait un moment défendu ces fréquentations, y échoua lui-même, tant il semblait impossible à ces pénitentes de recevoir la grâce autrement que par le canal de Cruchard !

f. l’ancre du Salut

g. écueils,

h. jusqu’au Port.

i. les vives

j. sourire :

k. dur.

l. Enfin les personnes du sexe les plus édifiantes

m. vers la Perfection, et les autres qu’elles avaient conçu plus de délices dans les entretiens

Page 116

a. les Sages du Paganisme,

b. Je suis sûr – répondait-il – de ce que Dieu

c. son cabinet, et, malgré l’abaissement sensible de ses facultés, conservait cependant son inaltérable gaîté. Il en donna

d. relevant ce dernier trait

e. d’affirmer, comme tous ceux qui l’approchèrent

f. ô Cruchard, un véritable vase d’élection ! – [Le texte est signé : Pruneau.]

Notes

1 Gustave Flaubert et Louis Bouilhet ont mis en scène un abbé Thomas Cerpet dans leur farce théâtrale La Queue de la poire de la boule de Monseigneur.

2 Nom de George Sand, née Aurore Dupin et mariée à Casimir Dudevant.

3 Flaubert donne à Cruchard les prénoms de Bouvard et de Pécuchet. Bouvard s’appelle François, Denys, Bartholomée ; et Pécuchet Juste, Romain, Cyrille.

4 On peut également lire Marignerville. Il y a un Maniquerville près de Fécamp, mais il ne s’en trouve ni dans le Calvados ni dans l’Eure. Je n’ai pas trouvé de Quiquenville. On peut lire Quiquaville, Quiquaville ou Quiquesville : les « quiques » désignant les toilettes. « Quiquenville » serait donc un nom bouffon, bien dans l’esprit du Garçon, pour nommer « la ville des gogues ». On trouve en variante, dans le texte publié par Jean Thomas, Maniquervilleles-Quinauville, qui n’existe pas davantage, mais il existe un Quineville dans la Manche.

5 Élu pape en 1585, Sixte-Quint (1521-1590) avait été porcher dans son enfance. Le 9 avril [1851], Flaubert avait écrit de Rome à Louis Bouilhet : « Je cherchais la Rome de Néron et je n’ai trouvé que celle de Sixte-Quint. […] Mais comme tableaux, comme statues, comme XVIe siècle, Rome est le plus splendide musée qu’il y ait au monde », Corr., t. i, p. 771. – On a vu plus haut que Cruchard s’était livré en Italie « à tout l’enthousiasme des Beaux-Arts ».

6 Il y a un Mauconduit en Seine-Maritime. Le choix du nom est aussi une allusion plaisante en contraste avec la destinée de Cruchard, lequel se sera « bien conduit »…

7 On peut lire aussi Hoqueuville ; il y a Heuqueville en Seine-Maritime. Tous les noms de villages paraissent avoir été inventés par Flaubert en décalque de ceux de lieux plus proches de sa résidence.

8 L’usage rhétorique qui consiste à utiliser des métaphores et des périphrases pour éviter le mot propre, comme dans la tragédie classique, rappelle le défi qu’avaient relevé Flaubert, Bouilhet (et peut-être Du Camp) quand, vers 1846, ils avaient composé La Découverte de la vaccine.

9 Doctor angelicus (« Docteur angélique ») était le surnom donné à Thomas d’Aquin, « ange de l’école », qu’on jugeait être un professeur d’exception.

10 Flaubert compare ici son R. P. avec différents prédicateurs des XVIIe et XVIIIe siècles : Louis Bourdaloue (1632-1704) fut professeur de théologie. Il est l’auteur de Sermons publiés après sa mort. Jean-Baptiste Massillon (1663-1742), évêque de Clermont, académicien, est l’auteur de sermons réunis sous le titre de Petit Carême. Il composa une oraison funèbre pour Louis XIV. Jules de Mascaron (1634-1703), est l’auteur d’Oraisons funèbres (1666). Timoléon Cheminais de Montaigu (1652-1689), jésuite, composa des Sermons publiés à titre posthume, en 1690. Enfin, Jacques Bridaine (1701-1767), missionnaire jésuite, fut célèbre en son temps pour ses talents d’orateur. Il composa des Cantiques spirituels.

11 En rhétorique, le style asiatique, ou asian, se caractérise par une abondance verbale, notamment par le recours à la périphrase ou à des circonlocutions imagées, ainsi qu’évolua le grec dans les colonies asiatiques. Quintilien le condamne comme « vide et enflé » ; Cicéron y voit « une profonde gravité de pensée et une réelle majesté dans l’expression ».

12 Cicéron (né en 108, mort en 43 avant J.-C.), homme politique et orateur latin, fut contraint de se retirer à Rhodes (où il avait achevé ses études quelques années plus tôt), après avoir plaidé contre un protégé de l’empereur Sylla.

13 Prophète Juif du VIIIe siècle avant J. C. Le Livre d’Isaïe est le premier des « Livres Prophétiques » de l’Ancien Testament. « Mon serviteur Isaïe est allé sans vêtements et nu-pieds pendant trois ans. » (Isaïe xx, 3, Ancien Testament, édition d’Édouard Dhorme, Bibliothèque de la Pléiade, 1959, t. ii, p. 65).

14 Personnage mythologique, ce fils de Mercure (ou d’Échénius et de Timandre, selon les légendes), après qu’il fut chassé d’Arcadie, s’établit dans le Latium dont il fut le civilisateur. La tradition veut qu’il enseignât aux Latins l’alphabet, la musique et l’agriculture.

15 Ancien nom de Naples.

16 On peut voir là un autre point de comparaison avec Bouvard et Pécuchet, quand, au chapitre ix, Pécuchet est prêt d’abandonner la religion catholique pour se faire bouddhiste.

17 Peut-être s’agit-il de la ville picarde, dans le département de l’Aisne.

18 Littéralement, De la tour de Babyloniens. La variante donne plutôt De la tour babylonienne.

19 Désignation des calvinistes ; R. P. R. est l’acronyme de Religion Prétendument Réformée.

20 Du poids, de l'intérieur, de la capacité et de la structure de l'arche de Noé et du nombre authentique d'animaux qui y furent enfermés et transportés par elle, avec des gravures nouvelles et admirables, Leyde. Le latin de Flaubert est un peu trop fantaisiste, ou la lecture et la transcription de Caroline Grout erronées : le manuscrit présente le titre sous la forme fautive de De pondere, intimis, mensura figuraque Arcae Noë, et numero animaliurus authentico qui in illa inclusi et vedi finere cum novis caelaturis magnifici, Ludivis Batavorum. « Lugduni Batavorum », le « Lyon des Bataves » est Leyde, où se trouvèrent imprimés nombre d’ouvrages, afin d’échapper à la censure. Le titre porté en variante est plus grammaticalement et sémantiquement correct. Nous adressons tous nos remerciements à Juliette Chalot, ainsi qu’à Laurence Villard et à Jean-Michel Poinsotte, pour s’être penchés sur cette délicate tournure.

21 Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus.

22 La biographie de Cruchard emprunte quelques traits caractéristiques à celle de Bossuet, qui visait dans ses prêches Mlle de Lavallière, favorite de Louis XIV. Il fut plus tard nommé précepteur du Dauphin Louis de France.

23 On pense à Chavignolles, un petit village près de Nohant, où résidait George Sand. C’est aussi le nom que Flaubert donna au pays (fictif) où s’installent Bouvard et Pécuchet.

24 Nom pris par Mlle de La Vallière (née Françoise-Louise de La Baume le Blanc, 1644-1710) après qu’elle eut quitté Versailles et fut entrée au carmel. Elle y demeura de 1674 à sa mort.

25 Ici, alternative non résolue : « briguaient » est donné en ajout interlinéaire, mais « soupiraient » est maintenu.

26 L’ordre des Visitandines (ou des Sœurs de la Visitation) a été fondé en 1610 par François de Sales et Jeanne-Françoise de Chantal. Le sous-ordre des Dames du Désespoir est une invention de Flaubert. Dans sa lettre à George Sand du [24 avril 1873], Flaubert signe en qualité de « directeur des Dames de la Désillusion ».

27 François Fénelon (1651-1715), évêque de Cambrai, se vit confier en 1678 la direction des « Nouvelles Catholiques », communauté religieuse fondée en 1634 et accueillant, pour les renforcer dans leur foi, les protestantes converties au catholicisme.

28 Pierre de Bérulle (1575-1629), homme d’Église qui organisa, à partir de 1604, les premiers carmels français.

29 Dans un chapitre intitulé « Des Exercices de la mortification extérieure », Saint François de Sales, exploitant l’épisode biblique de l’ânesse de Balaam (Nombres, 22), avait écrit : « Hélas, chère amie ! Vous faites comme Balaam qui battait son Ânesse ; vous affligez votre corps, quoiqu’il ne soit pas la cause de la colère de Dieu, qui a la main levée sur vous. […] Oh pauvre âme ! Si ta chair pouvait parler comme l’Ânesse de Balaam, elle te dirait : Pourquoi me frappes-tu, misérable ? C’est contre toi que Dieu s’arme de colère ; c’est toi qui es la criminelle » (Introduction à la vie dévote, iiie partie. Nous citons l’Édition nouvelle, revue par le Père Brignon, A. Brusselle, chez François Fappeus, mdccxxviii, p. 247-248. – L’édition originale est de 1608). (Note de Jean-François Delesalle.)

30 Doctrine du jésuite espagnol du XVIe siècle, Luis Molina, pour qui la Grâce ou la Providence n’empêche en rien l’homme d’avoir son libre-arbitre, Dieu ayant déjà, de toute éternité, présidé aux destinées de chacun.

31 Évêque de Chypre au IVe siècle, il s’opposa violemment aux catholiques disciples d’Origène, voyant dans le Fils un subordonné du Père plutôt qu’un égal, et niant la damnation éternelle.

32 De la cruche au vase… L’expression « vase d’élection » désigne, en théologie, la personne choisie par Dieu pour être le réceptacle de la divinité. Le légionnaire romain Saül, devenu l’apôtre Paul, est désigné ainsi dans les anciennes traductions des Actes des Apôtres (9, 15). Cette idée d’une élection divine fut exploitée par les protestants, Jean Calvin se désignant lui-même comme « vase d’élection ». Au seuil de son existence, Cruchard se retrouve donc, devant Dieu, à égalité avec ses ennemis en théologie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540