Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vie et travaux du R. P. Cruchard et autres inédits

 | 
Gustave Flaubert

9 et 10 juin 1867. Bal donné au Czar

9 et 10 juin 1867. Bal donné au Czara

Texte intégral

  • 1 Littéralement, la partie extérieure.
  • 2 Tendelet : « Tente placée à l’arrière d’une embarcation et sous laquelle on s’abrite » (Grand dict (...)
  • 3 Banneau : petit tombereau qui était d’usage courant dans la campagne normande. (Note de Jean-Franç (...)
  • 4 Ancienne voiture à cheval découverte à quatre roues.
  • 5 Flaubert, qui se partageait entre Croisset et Paris, habitait alors au 42, boulevard du Temple, un (...)
  • 6 Figure d’intellectuelle éclairée de la famille impériale, la princesse Mathilde (1820-1904), fille (...)
  • 7 Alexandre Mikhaïlovitch Gortchakov, avec cette orthographe (1798-1883). Prince et chancelier de l’ (...)
  • 8 Le 6 juin, quelques jours après son arrivée en France, Alexandre ii fut victime d’un attentat à l’ (...)

1Je suis arrivé à Paris à 4 heures 20. Sur les boulevards on revenait des courses de Vincennes – beaucoup de voitures, beaucoup de bruit. Le macadam arrosé, les fenêtres ouvertes et pavoisées – des fleurs au balcon – des omnibus ont leur out-side1 abrité d’un tendelet2, il y en a des pour l’exposition qui ont cinq chevaux comme les diligences et ressemblent à d’immenses banneaux3 – Dans des victorias4 des filles passent, archi-peintes ressemblant à des momies, quelques-unes habillées en mousseline vert clair ou rose avec des bracelets d’or. Il y a quelque chose de colossal et de fou dans l’air – Dîner chez moi avec Caro et son mari5 – le soir visite chez la Princesse Mathilde6 – très peu de monde – le fils du Prince Gorschakof7, petit jeune homme un peu précieux, très poli, me ramasse un de mes gants que j’ai laissé tomber – on parle de l’attentat sur le Czar8 et on dit des bêtises naturellement.

  • 9 Charles Thomas Floquet (1828-1896). Avocat et journaliste au Temps, il était un des plus virulents (...)
  • 10 Alphonse (1827-1905), fils de James de Rothschild, fondateur de la branche française de la famille (...)
  • 11 La Grande-Duchesse de Gerolstein, opéra bouffe en trois actes et quatre tableaux de Jacques Offenb (...)
  • 12 Passage couvert entre les Grands Boulevards et le quartier de la Bourse. Le Théâtre des Variétés y (...)

2Le Pendant du Républicain Floquet9 qui a crié « Vive la Pologne » au Palais de Justice se trouve dans les gens chicsb qui se font inscrire à l’Élysée. Le Czar en y arrivant s’est donné une dysenterie à force de fruits donnés par M. de Rothschild10 et a été obligé, plusieurs fois, de s’asseoir sur le rond, pendant La Duchesse de Gerolstein11 – c’est là le début de la promenade dans le passage des Panoramas12.

  • 13 Barbe-Bleue et La Vie parisienne de Jacques Offenbach, sur des livrets de Meilhac et Halévy, avaie (...)

3Il avait écrit de Cologne pour qu’on lui réservea une loge aux Variétés. Il a demandé « Barbe bleue » et il a été voir « La Vie Parisienne » au Palais-Royal13. Le seul artiste avec qui il a causé est un acteur des Variétés – et on cherche à tuer ces gens-là ! !

  • 14 Normandisme pour « perché », « haut perché ».

4Je l’ai bien regardé aux Tuileries, il est grand, mince, et ne manque [pas] de dosb et de loin d’une certaine élégance corporelle – son pied, chaussé d’une bottine – chaussure à élastique – (ce qui est d’un genre atroce) est petit et sa jambe bien faite – La têtec m’a parue bête – cheveux blonds grisonnants comme la barbe et coupés (de profil) de manière à continuer la ligne du collier. L’œil rond et grosd veut être expressif, et n’a rien d’agréable – il a quelque chose de dur et de sot – absence presque complète de menton ce qui donne à la figure quelque chose de perqué14 – pas de cervelet ni de temporaux – le dessus de la tête très développé il doit être mystique ?

  • 15 Peut-être s’agit-il d’un homme de loi, si Flaubert ne respecte pas la chronologie quand il relate (...)
  • 16 Sans doute s’agit-il d’une boutique parisienne du libraire belge, éditeur du Paris-Guide (voir la (...)
  • 17 Paris-Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, édité d’abord en deux volumes e (...)
  • 18 Flaubert fut l’ami des deux frères Duplan, Jules et Ernest, qu’il rencontra par l’intermédiaire de (...)
  • 19 « Charles Florimont était sous-chef du contentieux de la maison de l’Empereur et le “répondant” de (...)
  • 20 Le mot est difficilement lisible sur le manuscrit. On propose de lire « raout », Flaubert glanant (...)
  • 21 Guy est selon toute apparence le marchand de gants mentionné dans la lettre de Flaubert à Frédéric (...)
  • 22 Maxime Du Camp (1822-1894), l’ami de Flaubert, rencontré à Paris en 1843 pendant ses études de dro (...)
  • 23 Je n’ai pas trouvé de renseignements sur ce consul.
  • 24 Adèle Husson (née Adèle Sauvel, 1822-1894), épouse d’Émile Husson, avocat, et maîtresse de Maxime (...)
  • 25 Flaubert collecte alors divers renseignements pour L’Éducation sentimentale. Le chapitre IV de la (...)
  • 26 Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869), romancier et critique littéraire. C’est par son intermé (...)

5Le lendemain parti à 9 heures, visite chez Duret15, dont je vois un œil à travers la porte – chez Lacroix16 acheté Paris-Guide17 – chez Duplan18 absent – chez Florimont19 qui me donne les renseignements pour mon roman – Raout20 – Guy21 – Magnier chapelier – déjeuner chez Maxime22 – M. Bodin consul de Naples23, Mme Baschet belle-sœur de Mme Husson24 – au Jockey-Club pour le livre des courses de 47 – au Café anglais pour un menu de 4725 – visite à Sainte-Beuve26 – chaleur atroce – j’ai mal au pied, rentré chez moi je me couche sur mon divan – réveillé à 5 heures par Caro qui rentre – à 9 heures je m’habille et j’arrive aux Tuileries vers 10 heures un quarte.

  • 27 Charles Auguste Louis Joseph, duc de Morny (1811-1865). Demi-frère naturel de Napoléon iii, il fut (...)

6Dans les rues avoisinantes foule très compacte – les sergents de villef perdent la tête, les voitures s’accrochent – on va au petit pas – cet immense bourdonnement semble capable de vous renverser – et l’on sent mêlésg aux badauds quelques malintentionnés – la jalousie du pignouf, comme je l’avais remarquéeh aux funérailles de M. de Morny27 – quand on est sorti de là, on a un sentiment de débarras.

  • 28 Garde particulière de Napoléon iii, ou membre de cette garde. L’escadron des cent-gardes fut créé (...)

7Puis, tout à coup, dans la cour du Carrousel, grand silence – la lune brille – en face trois lignes de voituresi avec leurs lanternes – en passant, des jets de lumière et d’acier s’échappent du corps de garde des cent-gardes28.

  • 29 Au terme de trois journées d’insurrection populaire à Paris, le roi Louis-Philippe abdique et la S (...)
  • 30 Fils du philosophe Claude-Joseph Tissot (1801-1876), Charles-Joseph Tissot, né le 29 août 1828, di (...)
  • 31 Émile Augier (1820-1889). Dramaturge français, il s’est illustré dans la peinture de la société bo (...)
  • 32 Louis Godefroy Jadin (1805-1882) fut l’élève, entre autres, de Hersent et de Paul Huet. Peintre an (...)
  • 33 Jean Louis Ernest Meissonier (sous cette orthographe), né en 1815 et mort en 1891, peintre et dess (...)

8Je monte le grand escalier (que je n’ai pas vu depuis le 24 février 184829) – on tourne à droite et on entre dans une grande salle – toute pleine d’hommes – le bruit des voix (qui me semble excessifa) jointb à la chaleur me fait l’effet d’un coup assez fort pour me renverser – cette sonorité excessive vient du parquet et de l’absence complète de meubles – tout le monde est debout – Beaucoup d’uniformes militaires – pas un être de connaissance, sauf M. Tissot (consul)30. J’étouffe et vais dans l’anti-chambre – à la porte un chambellan qui salue les dames qui arrivent, disparaissent au fond dans une autre salle dont on referme la porte – quelqu’un a ouvert une fenêtre sur le Carrousel – et je respire – Arrivée des voitures de gala, harnais en cuir et soie rouge. Dans un piquet de cavaliers, Augier31 vient me prendre et m’emmène à un balcon sur le jardin où je me trouve avec Jadin père et fils32, Meissonnier33 et Augier.

9La première impression est exquise. Des lignes de lanternes en porcelaine marquent les allées et font comme de grosses perles brillantesc – Les fleurs du parterred ont l’air dessinées en lumière – les gazons semblent d’émeraude, les arbres paraissent peints. Au fond ce sont des boules blanches dans des feuillages, une teinte brune, monte et s’appâlit peu à peue dans le ciel d’un bleu de satin – Les jets d’eau changent de couleur chaque minutef – de temps à autre un raig de lumière électrique court à ras du solh – sous nos yeux un cent-garde se promène – son ombre est géante.

  • 34 L’empereur Napoléon iii et le tsar Alexandre ii.
  • 35 Eugénia Maria de Montijo de Guzmán, ou Eugénie de Palafox, comtesse de Teba (1826-1920). Napoléon (...)

10Ils sont maintenant deux ou trois ensemble – on dirait qu’ils ont dix pieds – La lune est à gauche – grand brouhaha lointain comme d’un océan – involontairement on parle bas. Puis, à gauche, à vingt pas de moi, sur l’estrade où part l’escalieri qui descend au jardin quatre ombres paraissent. Les deux Empereurs34, l’Impératrice35 et la Princesse Mathilde – Ils rentrèrent – deux ou trois dames descendent – cela a l’air d’une vision, d’un rêve. –

  • 36 Le mot est-il à entendre dans son sens propre (« chef », dans la tradition arabe), ou dans le sens (...)

11Puis les souverains descendent – on les suit peu à peuj – on se range des deux côtés – L’Impératrice a un petit paletot en drap d’or. L’empereur en pardessus d’été marrona qui jure avec sa culotte noire – il s’est approché d’un Scheikb36 – « Ça va bien ? » Le Scheik lui a baisé la main – L’Empereur l’a tendue à un autre qui s’est contenté de la serrer assez familièrement.

12Quel joli effet font les robes à queue des femmes qui se promènent poitrine nue entre les caisses d’orangers, sous ces lueurs laiteusesc – on allume des couronnes de gaz autour des bassins – les feux de Bengaled sentent trop l’alcool – Je prends une allée à droite et je fume en regrettant « le premier aveu de la femme aimée ». Ah ! quel cadre à passion ! avoir dix-huit ans et être aimé d’une Seigneuresse ! cette idée, certainement, est venue à plusieurs –

  • 37 Édouard Delessert, fils de Gabriel Delessert, préfet (destitué après la Révolution de 1848) et de (...)
  • 38 Peut-être s’agit-il du vicomte Henri Delaborde (1811-1899), peintre et critique d’art, secrétaire (...)
  • 39 Émile Perrin (1814-1885), peintre et critique d’art. Il fut administrateur de l’Opéra Comique entr (...)
  • 40 Ernest Hilaire Le Roy (ou Leroy), baron, né en 1810, mort en 1872, fut préfet de la Seine-Inférieu (...)
  • 41 Victor Fialin, duc de Persigny, fut le ministre de l’Intérieur de Napoléon iii de 1852 à 1854 et d (...)
  • 42 On lit clairement « M. de Morny » dans le manuscrit. Flaubert n’aurait-il pas plutôt écrit : « Mme(...)

13Rencontré Éd. Delessert37, M. Delaborde38, Perrin39, M. Leroy, préfet40, M. de Persigny41 passa au bras de M. de Morny42 tous en blanc et en perruque rouge. –

14Quelques ouvriers qui regardent font tache.

15Je remonte l’escalier. – La façade des Tuileries est du même ton et ce décor de toile et de bois a l’air vrai, même de près.

  • 43 Salle des Tuileries située dans le Pavillon de l’Horloge et ornée de portraits et de bustes de mar (...)
  • 44 Madame de Bourgoing était la dame de compagnie de l’Impératrice. Son époux, Philippe de Bourgoing (...)
  • 45 Peut-être s’agit-il d’Hortense Reiset, dont Ingres fit le portrait (1846). Elle était l’épouse de (...)

16Grande salle des Maréchaux43 où l’on danse – L’Empereur Alexandre est devant moi, à trois pas, pendant toute une contredanse et parle à deux dames dont l’une Mme de Bourgoing44 – Je donne le bras à Mme Reiset45 et je reviens avec elle sur l’estrade – Les orchestres placés dans le jardin se répondent – Les lumières électriques jouent sur les jets d’eau.

17Les Souverains rentrent dans la salle.

  • 46 Charlotte-Sophie de Castellane (1818-1904), épouse d’Henri, marquis de Contades (1814-1858), déput (...)
  • 47 Charles Adrien Gustave Duschesne de Gillevoisin, né en 1825, était l’un des chambellans de la mais (...)
  • 48 Vin mousseux, champagnisé en Ardèche.
  • 49 Antoine de Noailles, duc de Mouchy, né en 1841. Il fut député bonapartiste à trois reprises, entre (...)
  • 50 Une délégation japonaise, en visite à l’Exposition universelle, accompagna l’Empereur et le tsar d (...)
  • 51 Henri, marquis de Caux, écuyer de Napoléon iii, fut connu pour avoir été l’époux de la diva sopran (...)
  • 52 Le prince Humbert (1844-1900), fils de Victor-Emmanuel ii, roi d’Italie. Il succèda à son père en (...)
  • 53 Je n’ai pas identifié Mme de Grétry.
  • 54 Le comte Émile-Félix Fleury (1815-1884) fut général de l’armée de Napoléon iii, son premier aide d (...)
  • 55 Guillaume Ier (1797-1888) est la troisième personnalité d’importance de ces festivités données en (...)
  • 56 Otto Eduard Leopold Bismarck-Schönhausen (1815-1898). Homme d’état de l’extrême droite prussienne, (...)
  • 57 Épouse de Charles-Raymond de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier (1833-1886), ministre des Aff (...)

18Promenade dans les appartements avec Éd. Delessert – Mme de Baulincourt46, Marquis et Marquise de Conegliano47 – Au buffet je prends du saumon froid et un verre de Saint-Péraye48 à la glace. Le Duc de Mouchy49 tutoie Éd. D. Les Japonais50 – Cotillon conduit par le Marquis de Caux51. Le Prince Humbert52 n’y comprend pas grand chose. Mme de Grétry53 montée, pour voir sur une chaise à ma gauche – à ma droite, tout près de moi, une femme de 40 ans, brune, régulière, nez droit me paraît remarquer que je la regarde – une très grosse avec diadème d’or, énorme, collier de perles à plusieurs rangs – au-delà la grille, à droite le Général Fleury54, je ne distingue pas le roi de Prusse55 et Bismarka56. La Princesse Mathilde est tout à l’autre bout près du jeune prince Gorchakoff. Quelques autres, chauves, dansent ce qui me paraît grotesque, le seul qui ait l’air aisé est M. de Caux – bras de Mme de Saint-Vallier57 – M. de Caux distribue des fleurs, puis de petites oranges factices nouées de faveurs et qui contiennent je ne sais quoi.

19Les souverains vont souper – on referme la porte derrière eux.

  • 58 « Dame pour accompagner » de la princesse Mathilde à partir de 1862, elle a succédé à Madame de Fl (...)
  • 59 Louis Candide Boulanger (1806-1867), peintre français, auteur d’un célèbre Supplice de Mazeppa (18 (...)
  • 60 L’Albanie était alors sous domination ottomane. Peut-être Flaubert désigne-t-il un membre de la dé (...)
  • 61 Probablement le colonel Verly, qui avait succédé à Lepic au titre de commandant des cent-gardes, e (...)

20Attente très longue – Mme Espinasse et sa mère58 – Boulanger peintre59 – une Minerve près d’un Albanais60. La porte se r’ouvre pour laisser passer quelques repus, puis se referme – on se tasse et on commence à être mécontent. Mme de Grétry (a perdu une écharpe de dentelles) à mon bras. Je finis presque par l’entourer de mon bras – c’est un commencement d’intimité ? M. X61 chef des cent-gardes la révolte par l’ordre de repousser. On passe sous le bras de la sentinelle – Elle a perdu sa fille – Je la fais passer de force – elle doit être contenteb de moi car je suis content d’elle –

  • 62 Hortense Cornu, née Lacroix (1809-1875), fille d’une dame de compagnie de la reine Hortense de Bea (...)
  • 63 Martial Eugène Bataille (1815-1878), bonapartiste, prit part au coup d’État de 1851. Conseiller d’ (...)
  • 64 Eugène Jolibois est né à Amiens le 4 juin 1819. Avocat général puis magistrat, il fut également pr (...)
  • 65 Charles Lachaud (avec cette orthographe), né en 1817 et mort en 1882. Avocat inscrit en 1842 au ba (...)
  • 66 Probablement la baronne Louise Lepic, fille d’Adèle Perrot (une amie d’enfance de Mme Flaubert, mè (...)
  • 67 Jean-Joseph Gustave Dubois de l’Estang (sous cette orthographe), conseiller-maître à la cour des c (...)

21Vue du souper – Splendide d’effet – Il est servi en bas – on a du mal à trouver place – Mme Cornu62 – à une autre table Bataille63, sa femme, Jolibois64, Lachaux avocat65 – Mme Cornu me donne sa place – un Russe, près de moi, se plaint du désordre et me paraît grossier – Mme Léon Lepic66 – on s’en va – Mme de Baulincourt – M. Dubois de l’Étang67 (qu’elle accuse d’être gris) il fait jour – peu de voitures sur la place –

  • 68 Le domicile parisien de Flaubert (voir note 5).
  • 69 Anselme était le domestique des Commanville. Dans la lettre où il fait part à sa nièce de l’invita (...)
  • 70 La rue d’Amsterdam, où se situe la gare Saint-Lazare. Flaubert était de retour à Croisset le 11 ju (...)

22Retour au Boulevard du Temple68 – fureur contre Anselme69 – rue d’Amsterdam70, marchand de vin – café. Les voyageurs du train de plaisir. Départ à 8 heures.

Annexes

Variantes

L’abréviation « Ms. » renvoie aux particularités graphiques du manuscrit que nous reproduisons. Les variantes (« Var. ») enregistrent les leçons apportées par le manuscrit conservé dans le fonds Franklin-Grout de la Bibliothèque de l’Institut (Lovenjoul), et reproduit en annexe à l’édition des Heures d’autrefois de Caroline Franklin-Grout, Publications de l’Université de Rouen, 1999, p. 169.

Page 53

a. Ms. : Csar.

b. Ms. : chic

Page 54

a. Var. : réservât

b. Var. : et ne manque pas de dos

c. Var. : Sa tête

d. Var. : L’œil est lourd et gros

e. var. : vers 10 heures au quart.

f. Var. : les agents de la ville

g. Ms. : mêlé

h. Ms. : remarqué

i. Var. : La lune brille – trois lignes de voitures

Page 55

a. Var. : expressif

b. Ms. : jointe

c. Var. : des grosses perles brillantes

d. Var. : Les fleurs au parterre

e. Var. : Au fond ce sont des boules blanches. Dans les feuillages une teinte brune à l’horizon monte et s’aplatit peu à peu

f. Var. : à chaque minute

g. Ms. : rez

h. Var. : au ras du sol

i. Var. : l’estrade d’où part l’escalier

j. Var. : on les voit peu à peu

Page 56

a. Var. : L’empereur un pardessus d’été marron

b. Ms. : Sheik [pour les deux occurrences du mot.]

c. Var. : dans les lueurs laiteuses

d. Ms. : Bengal

e. Ms. : Saint Pérey

Page 57

a. Var. : le roi de Prusse ni Bismarck.

b. Ms. : content

Notes

1 Littéralement, la partie extérieure.

2 Tendelet : « Tente placée à l’arrière d’une embarcation et sous laquelle on s’abrite » (Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse).

3 Banneau : petit tombereau qui était d’usage courant dans la campagne normande. (Note de Jean-François Delesalle.)

4 Ancienne voiture à cheval découverte à quatre roues.

5 Flaubert, qui se partageait entre Croisset et Paris, habitait alors au 42, boulevard du Temple, un appartement qu’il occupa de 1855 à 1869. Caroline Commanville, sa nièce, et son époux Ernest possédaient quant à eux un hôtel particulier au 77, rue de Clichy. Cependant, à la fin du printemps 1867 – et peut-être pour toute la durée de l’été –, les Commanville résidèrent dans l’appartement parisien de l’oncle (voir la lettre du [4 juin 1867], Corr., t. iii, p. 647-648).

6 Figure d’intellectuelle éclairée de la famille impériale, la princesse Mathilde (1820-1904), fille du plus jeune des frères de Napoléon Ier, le roi Jérôme Napoléon, et de Catherine de Wurtemberg, fut fiancée à l’âge de 16 ans à son cousin, le futur Napoléon iii. L’engagement fut rompu après la tentative de coup d’État du prince à Strasbourg, le 30 octobre 1836. En 1840, elle épousa Anatole Demidoff. C’est le tsar lui-même qui mit un terme à ce mariage malheureux. Mathilde devint ensuite la maîtresse du comte de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-Arts de l’Empereur. Elle s’entourait d’artistes et d’écrivains qu’elle recevait lors de « dîners du mercredi » dans ses appartements, rue de Courcelles. Par l’intermédiaire de Sainte-Beuve, elle fit inviter Flaubert, tout auréolé du succès de Salammbô, lors d’une réception donnée le 21 janvier 1863, à laquelle les frères Goncourt assistèrent (voir leur Journal à cette date). L’écrivain et la princesse devinrent par la suite des intimes. Il est probable que Mathilde usa de son influence pour que Flaubert reçoive la Légion d’honneur, en 1866. Expatriée à Bruxelles pendant la guerre franco-prussienne qui précipita la chute de l’Empire, elle y reçut la visite et le soutien de Flaubert et de Théophile Gautier, au printemps 1871. Elle offrit son aide aux époux Commanville à la suite du désastre financier qui les ruina dans le courant des années 1870.

7 Alexandre Mikhaïlovitch Gortchakov, avec cette orthographe (1798-1883). Prince et chancelier de l’Empire russe, et l’un des principaux acteurs de la guerre de Crimée, il est, à cette date, ministre des Affaires étrangères d’Alexandre ii. À la suite de différends diplomatiques avec Bismarck lors du rapprochement russo-prussien, son influence s’est considérablement amoindrie. En 1878, il est tenu pour principal responsable de la cuisante défaite de la Russie au congrès de Berlin. Je n’ai pas trouvé de renseignements concernant son fils.

8 Le 6 juin, quelques jours après son arrivée en France, Alexandre ii fut victime d’un attentat à l’hippodrome de Longchamp, perpétré par Antoine Berezowski, réfugié polonais qui tira deux coups de pistolet en direction du tsar, et qui faillit être lynché sur-le-champ. Il fut condamné le 15 août suivant à vingt années de travaux forcés. Les insurrections polonaises contre l’oppression tsariste en 1831 et 1863 avaient été violemment réprimées, et avaient conduit nombre de Polonais à se réfugier en France. Cette tentative d’attentat fut, pour partie, cause de l’échec du rapprochement diplomatique entre la France et la Russie ébauché lors de ces journées de juin 1867. Par ressentiment, choqué qu’une peine aussi faible ait été prononcée contre le terroriste, Alexandre ii refusa son aide à la France lors de l’invasion prussienne de 1870.

9 Charles Thomas Floquet (1828-1896). Avocat et journaliste au Temps, il était un des plus virulents adversaires du Second Empire et ne cessa de combattre la politique de Napoléon iii. Le 6 juin 1867, il s’illustra effectivement par ce cri de « Vive la Pologne, Monsieur », qu’on peut croire adressé autant au tsar qu’à Bismarck, lequel avait soutenu les répressions de 1863 (voir la note précédente). En 1870, Floquet prit part à la Révolution du 4 septembre et défendit Paris contre les Prussiens. Élu député de la Seine en 1871, il fonda la Ligue d’Union Républicaine des Droits de Paris, et tenta une conciliation avec le gouvernement alors replié à Versailles, ce qui lui valut d’être poursuivi par Thiers. Il fut ensuite préfet de la Seine en 1872, président de l’Assemblée en 1885, président du Conseil en 1888 et ministre de l’Intérieur. Opposé à Boulanger, qu’il provoqua et blessa en duel, il perdit son poste de président de l’Assemblée en 1891, suite au scandale de Panama. Il parvint cependant à se refaire une santé politique et fut promu sénateur, en 1894.

10 Alphonse (1827-1905), fils de James de Rothschild, fondateur de la branche française de la famille. Il centralisa les affaires Rothschild à Paris. Nommé régent de la Banque de France en 1855, il exerça une très forte influence sur les politiques. Les Commanville, avec l’appui de la princesse Mathilde, s’adressèrent à lui dès 1871 pour tenter d’éviter, sans succès, la faillite.

11 La Grande-Duchesse de Gerolstein, opéra bouffe en trois actes et quatre tableaux de Jacques Offenbach, sur un livret de Henri Meilhac et de Jacques Halévy. L’œuvre fut créée au Théâtre des Variétés à Paris le 12 avril 1867, avec Hortense Scheider dans le rôle-titre.

12 Passage couvert entre les Grands Boulevards et le quartier de la Bourse. Le Théâtre des Variétés y a une entrée.

13 Barbe-Bleue et La Vie parisienne de Jacques Offenbach, sur des livrets de Meilhac et Halévy, avaient été créés l’année précédente. Le Théâtre des Variétés et le Théâtre du Palais-Royal (séparés par la place des Victoires) étaient les deux scènes de prédilection du compositeur. D’après Pierre Miquel (Le Second Empire, Plon, 1992, p. 392), le tsar avait demandé dès son arrivée à voir La Grande Duchesse de Gerolstein, la dernière création en date d’Offenbach. Mais deux autres œuvres de cet auteur à succès étaient encore à l’affiche : Orphée (1858) et La Belle Hélène (1864). Le lendemain du bal des Tuileries, les souverains furent conviés à la première de Don Carlos de Verdi, mal accueilli par les spectateurs ce soir-là.

14 Normandisme pour « perché », « haut perché ».

15 Peut-être s’agit-il d’un homme de loi, si Flaubert ne respecte pas la chronologie quand il relate à George Sand que le lundi 10 juin il est allé « successivement au Jockey-Club, au Café anglais et chez un avoué » (lettre du 12 [juin 1867], Corr., t. iii, p. 653).

16 Sans doute s’agit-il d’une boutique parisienne du libraire belge, éditeur du Paris-Guide (voir la note suivante). De retour à Croisset, Flaubert écrit à Duplan : « Fais-moi le plaisir d’entrer à la librairie Lacroix au coin de la rue Vivienne, de demander M. Lecuir (un gars à longues moustaches blondes) et de dire à iceluy que j’attends toujours les livres qu’il m’a promis » ([20 juin 1867], Corr., t. iii, p. 658).

17 Paris-Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, édité d’abord en deux volumes en 1867, puis réédité la même année en quatre tomes, chez A. Lacroix & Verboecken et Cie., Bruxelles. Conçu pour l’Exposition universelle sous l’impulsion de Paul Meurice, finalement écarté du projet par l’éditeur, Paris-Guide réunit des textes de Michelet, Dumas, Gautier, Sand, entre autres, à la suite d’une importante préface de Victor Hugo. Nous renvoyons à la notice qu’Yves Gohin a donnée de cette dernière, éditée sous le titre Paris, dans les Œuvres complètes de Victor Hugo (volume « Politique »), Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1985, rééd. 2002.

18 Flaubert fut l’ami des deux frères Duplan, Jules et Ernest, qu’il rencontra par l’intermédiaire de Maxime Du Camp en 1851, à l’époque où Jules étudiait la peinture avec Sébastien Cornu, l’époux de la sœur de lait de l’Empereur. Ernest était notaire. Jules, dont il est question ici, né en 1822 et mort en 1870, abandonna la peinture pour devenir négociant en soieries et tapis d’Orient. Il fut l’un des principaux informateurs de Flaubert pour L’Éducation sentimentale. Le [11 juin 1867], Gustave lui écrit : « J’ai passé chez toi, hier, à 9 heures et demie du matin. Pas de bonhomme ! » (Corr., t. iii, p. 651).

19 « Charles Florimont était sous-chef du contentieux de la maison de l’Empereur et le “répondant” de Flaubert à Paris pour la Faculté de droit » (note de l’éd. Conard, 1910, t. I, p. 105). Si les renseignements manquent concernant ce personnage, on peut néanmoins le considérer comme un proche de Flaubert, qui le cite à diverses reprises jusqu’à la fin de sa vie (visites, remerciements…) et qui paraît l’avoir appuyé lors du « procès Bovary ».

20 Le mot est difficilement lisible sur le manuscrit. On propose de lire « raout », Flaubert glanant peut-être auprès de Florimont des détails pour décrire une fête mondaine dans L’Éducation sentimentale. Par ailleurs, le mot apparaissant par deux fois dans le roman (partie I, ch. V, où l’on parle d’organiser un « raout oriental » ; et partie iii, ch. iii, où Frédéric « tomb[e] au milieu d’un raout » chez la Vatnaz), on peut penser que Flaubert l’emploie couramment à part lui pour désigner ces réceptions et certains épisodes de son œuvre.

21 Guy est selon toute apparence le marchand de gants mentionné dans la lettre de Flaubert à Frédéric Fovard du [7 avril 1865], Corr., t. iii, p. 430. (Note de Jean-François Delesalle.)

22 Maxime Du Camp (1822-1894), l’ami de Flaubert, rencontré à Paris en 1843 pendant ses études de droit. Écrivain, journaliste, photographe, il fut son compagnon pour les voyages en Bretagne et en Orient. Repreneur de la Revue de Paris, il publia Madame Bovary en pré-originale au prix de quelques coupes et de l’amitié de Flaubert. Les deux hommes demeurèrent cependant proches, lecteurs et juges de leurs œuvres respectives.

23 Je n’ai pas trouvé de renseignements sur ce consul.

24 Adèle Husson (née Adèle Sauvel, 1822-1894), épouse d’Émile Husson, avocat, et maîtresse de Maxime Du Camp. Gustave et Maxime la surnommaient « le Mouton » ou « le jumeau » de Flaubert (mais elle n’était née ni le même jour, ni la même année que l’écrivain). Mme Beschet, – ou Baschet selon le manuscrit, ou encore Béchet sous la plume de Du Camp, dans une lettre à Flaubert (du [12 juin 1877] : dans une lettre à Adèle Husson, Flaubert demande à celle-ci des nouvelles de « sa sœur », mais cette manière de nommer Mme Béchet est peut-être un raccourci pour parler de sa belle-sœur. Voir Gustave Flaubert-Maxime Du Camp, Correspondances, éd. citée, p. 416 et 437.

25 Flaubert collecte alors divers renseignements pour L’Éducation sentimentale. Le chapitre IV de la deuxième partie, situé au printemps 1847, conduit Rosanette et Frédéric Moreau de l’Hippodrome du Champ de Mars (le Jockey-Club) au Café anglais. Celui-ci, situé à l’angle du boulevard des Italiens et de la rue de Marivaux, était le plus célèbre restaurant parisien du XIXe siècle. C’est là que fut servi, le 7 juin 1867, le « dîner des empereurs », réunissant Napoléon iii, Alexandre ii et Guillaume ier. Démoli en 1913, le Café anglais fut « ressuscité » par les fondateurs du restaurant La Tour d’Argent. Flaubert ne dut pas obtenir immédiatement le menu désiré. De retour à Croisset, il demanda à Jules Duplan de lui faire « le plaisir, d’ici une huitaine, d’aller au Café anglais et de demander au chef de l’établissement le menu de 1847 qu’il a promis à M. G.F. » ([11 juin 1847, Corr., t. iii, p. 651).

26 Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869), romancier et critique littéraire. C’est par son intermédiaire que Flaubert rencontra la princesse Mathilde. À sa mort, Flaubert regretta qu’il ne puisse lire L’Éducation sentimentale, écrit comme en réponse à Volupté.

27 Charles Auguste Louis Joseph, duc de Morny (1811-1865). Demi-frère naturel de Napoléon iii, il fut son ministre de l’Intérieur après le coup d’état de 1851, et le président du Corps Législatif dès 1854. Il se retira de la politique pour se consacrer aux affaires minières et ferroviaires. C’est lui qui fit de Deauville une station balnéaire dans les années 1850. Le duc de Morny est mort le 10 mars 1865. Flaubert n’a pas assisté à ses funérailles mais a très bien pu voir le cortège funéraire, étant à Paris à cette date.

28 Garde particulière de Napoléon iii, ou membre de cette garde. L’escadron des cent-gardes fut créé le 24 mars 1854.

29 Au terme de trois journées d’insurrection populaire à Paris, le roi Louis-Philippe abdique et la Seconde République est proclamée. Flaubert et Bouilhet sont à Paris, chez Du Camp, depuis le 23 février. Ensemble, ils assistent au mouvement insurrectionnel, que Flaubert décrit dans la troisième partie de L’Éducation sentimentale. Il aurait donc été témoin du sac des Tuileries qu’il relate dans son roman.

30 Fils du philosophe Claude-Joseph Tissot (1801-1876), Charles-Joseph Tissot, né le 29 août 1828, diplomate et archéologue, fut consul à Tunis, à La Corogne, à Salonique, à Andrinople et à Jassy. Sous-directeur des affaires politiques au ministère des Affaires étrangères, il fut nommé ministre plénipotentiaire au Maroc puis ministre de France à Athènes. Il fut le premier président du conseil d’administration de l’Alliance Française.

31 Émile Augier (1820-1889). Dramaturge français, il s’est illustré dans la peinture de la société bourgeoise sous le Second Empire. Il collabora pour le théâtre avec Jules Sandeau, Alfred de Musset et Théophile Gautier. Membre de la Maison civile de Napoléon iii, il fut élu conseiller général de Bordeaux, puis promu sénateur en 1870, aux derniers feux de l’Empire.

32 Louis Godefroy Jadin (1805-1882) fut l’élève, entre autres, de Hersent et de Paul Huet. Peintre animalier et de natures mortes, paysagiste, aquarelliste et graveur, il exposa au Salon en 1831. Il en fut médaillé en 1840 et en 1855. Charles Emmanuel Jadin (né vers 1845), fils du précédent, étudia la peinture avec son père et rejoignit l’atelier de Cabanel. Ami intime de la princesse Mathilde, il participa au Salon en 1868. Il fut nommé sociétaire (puis secrétaire) des Artistes Français en 1885.

33 Jean Louis Ernest Meissonier (sous cette orthographe), né en 1815 et mort en 1891, peintre et dessinateur (pompier), il se spécialisa dans les tableaux de genre, particulièrement l’illustration de scènes de batailles, ce qui lui valut l’admiration et les honneurs de Napoléon iii.

34 L’empereur Napoléon iii et le tsar Alexandre ii.

35 Eugénia Maria de Montijo de Guzmán, ou Eugénie de Palafox, comtesse de Teba (1826-1920). Napoléon iii épousa en 1853 cette haute figure de la noblesse espagnole contre l’avis de sa famille, et avec la désapprobation quasi unanime des souverains européens – ce qui valut à l’Impératrice une très forte impopularité. Elle aurait joué de son influence sur son époux dans sa décision de déclarer la guerre à la Prusse. La tsarine est absente, mais en 1867 Alexandre ii vit déjà au grand jour sa liaison avec Katherina Dolgorouki, dite Katia, sa cadette de trente ans.

36 Le mot est-il à entendre dans son sens propre (« chef », dans la tradition arabe), ou dans le sens que Flaubert lui donne dans une lettre à sa mère, envoyée du Caire le 24 juin 1850 ? « Nous [Du Camp et lui] passons à peu près tout notre temps à faire les sheiks, c’est-à-dire les vieux ; – le sheik est le vieux monsieur inepte, rentier, considéré, très établi, hors d’âge » (Corr., t. I, p. 641).

37 Édouard Delessert, fils de Gabriel Delessert, préfet (destitué après la Révolution de 1848) et de Valentine, maîtresse de Maxime Du Camp à partir de 1851. Ce dernier et Flaubert avaient rencontré Édouard à Constantinople, en décembre 1850. Il publia les récits de ses voyages en Orient dans la Revue de Paris, dirigée par Du Camp.

38 Peut-être s’agit-il du vicomte Henri Delaborde (1811-1899), peintre et critique d’art, secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, ou de Léon, marquis de Laborde (1807-1869).

39 Émile Perrin (1814-1885), peintre et critique d’art. Il fut administrateur de l’Opéra Comique entre 1848 et 1857, puis de nouveau en 1862. De 1862 à 1870, il est également à la tête de l’Académie impériale de musique, et en 1871, il est nommé administrateur du Théâtre-Français. Comme Flaubert, Perrin était rouennais.

40 Ernest Hilaire Le Roy (ou Leroy), baron, né en 1810, mort en 1872, fut préfet de la Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime) de 1848 à 1870. Il fut nommé sénateur en 1857. Proche de la famille Flaubert, il a pu user de son pouvoir pour peser en faveur de Gustave lors de son procès. L’écrivain fut invité à signer le contrat de mariage de l’une de ses filles, en 1869. Au milieu des années 1860, Caroline Commanville (dont le mariage avec Ernest ne fut, semble-t-il, jamais consommé) et le baron Le Roy entretinrent une relation sentimentale platonique. Ernest Le Roy fut membre du corps d’armée de la Loire durant la guerre franco-prussienne.

41 Victor Fialin, duc de Persigny, fut le ministre de l’Intérieur de Napoléon iii de 1852 à 1854 et de 1860 à 1863.

42 On lit clairement « M. de Morny » dans le manuscrit. Flaubert n’aurait-il pas plutôt écrit : « Mme de Morny » ?

43 Salle des Tuileries située dans le Pavillon de l’Horloge et ornée de portraits et de bustes de maréchaux et de généraux morts au combat.

44 Madame de Bourgoing était la dame de compagnie de l’Impératrice. Son époux, Philippe de Bourgoing (1828-1882), baron, était écuyer de Napoléon iii.

45 Peut-être s’agit-il d’Hortense Reiset, dont Ingres fit le portrait (1846). Elle était l’épouse de Frédéric Reiset, conservateur des dessins du Louvre. Ils étaient bien en cour auprès de la princesse Mathilde.

46 Charlotte-Sophie de Castellane (1818-1904), épouse d’Henri, marquis de Contades (1814-1858), député du Cantal, puis de Victor, comte de Beaulaincourt de Marles (1820-1860), attaché militaire auprès de l’ambassade de France en Prusse. Mme de Beaulaincourt (cette orthographe) tint un salon littéraire et diplomatique réputé, et fut, entre autres, la correspondante de Prosper Mérimée.

47 Charles Adrien Gustave Duschesne de Gillevoisin, né en 1825, était l’un des chambellans de la maison de l’Empereur. Il avait hérité du titre de duc de Conegliano, porté par son beau-père, le général Moncey, membre éminent de l’armée napoléonienne. Je n’ai pas pu déterminer s’il avait été ou non élevé au marquisat. Son épouse était Jeanne-Françoise Éleine.

48 Vin mousseux, champagnisé en Ardèche.

49 Antoine de Noailles, duc de Mouchy, né en 1841. Il fut député bonapartiste à trois reprises, entre 1862 et 1889.

50 Une délégation japonaise, en visite à l’Exposition universelle, accompagna l’Empereur et le tsar dans leurs déplacements officiels. Elle était conduite par le prince Minbou-Taïbu, frère du Taïcoun (empereur) du Japon, le dernier des Tokugawa.

51 Henri, marquis de Caux, écuyer de Napoléon iii, fut connu pour avoir été l’époux de la diva soprano Adelina Patti, dont il divorça en 1868, après trois ans de mariage. À en croire les comptes-rendus mondains du Figaro, il s’illustra aussi comme cotillonneur, ainsi que l’avait observé Flaubert !

52 Le prince Humbert (1844-1900), fils de Victor-Emmanuel ii, roi d’Italie. Il succèda à son père en 1878 sous le nom de Humbert Ier. Il fut assassiné en 1900 par l’anarchiste Bresci.

53 Je n’ai pas identifié Mme de Grétry.

54 Le comte Émile-Félix Fleury (1815-1884) fut général de l’armée de Napoléon iii, son premier aide de camp et son grand écuyer. Il participa à la prise de la smala d’Abd-el-Kader en 1843, et à la campagne de 1870.

55 Guillaume Ier (1797-1888) est la troisième personnalité d’importance de ces festivités données en marge de l’Exposition universelle, et qui sont aussi l’occasion d’une réunion diplomatique qu’on désigna plus tard comme le « sommet des trois empereurs ». Guillaume Ier est roi de Prusse depuis 1861, après qu’il a assuré la régence pendant trois ans pour suppléer l’incapacité à gouverner de son frère, Frédéric-Guillaume iv, frappé de démence. Guillaume ne devint empereur qu’en 1871.

56 Otto Eduard Leopold Bismarck-Schönhausen (1815-1898). Homme d’état de l’extrême droite prussienne, diplomate, Bismarck (avec cette orthographe) fut l’homme fort de Guillaume Ier qui en fit, dès 1862, son Premier ministre, lui laissant aussi la direction des Affaires étrangères. Bismarck eut toute latitude pour faire de la Prusse une dictature dotée de la première armée du monde, et pour mener une politique anti-autrichienne et anti-française, dans une volonté de domination européenne. Il provoqua la déclaration de guerre de la France en 1870 après avoir falsifié des documents diplomatiques. Nommé chancelier du Reich, il poursuivit sa politique répressive, profitant des faiblesses et de la vieillesse de l’empereur. En conflit avec Guillaume ii il se retira de la vie politique en 1890.

57 Épouse de Charles-Raymond de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier (1833-1886), ministre des Affaires étrangères de Napoléon iii.

58 « Dame pour accompagner » de la princesse Mathilde à partir de 1862, elle a succédé à Madame de Fly comme lectrice de la Princesse. Elle fut l’épouse du général Charles Espinasse (1815-1859), ministre de l’Intérieur de Napoléon iii, tué à Magenta.

59 Louis Candide Boulanger (1806-1867), peintre français, auteur d’un célèbre Supplice de Mazeppa (1827) aujourd’hui conservé au Musée des Beaux-Arts de Rouen. Portraitiste de Balzac, il fut admiré des auteurs romantiques, principalement de Victor Hugo dont il illustra les œuvres, et qui lui dédia de nombreux poèmes.

60 L’Albanie était alors sous domination ottomane. Peut-être Flaubert désigne-t-il un membre de la délégation de l’Empire ottoman en visite à l’Exposition universelle ?

61 Probablement le colonel Verly, qui avait succédé à Lepic au titre de commandant des cent-gardes, et qui dirigea l’escadron jusqu’à la chute de l’Empire en septembre 1870.

62 Hortense Cornu, née Lacroix (1809-1875), fille d’une dame de compagnie de la reine Hortense de Beauharnais. Elle fut élevée avec le futur Napoléon iii au château d’Arenenberg et fut ainsi considérée comme sa sœur de lait. On lui prêta une relative influence sur l’Empereur, après qu’elle eut critiqué le coup d’État du 2 décembre 1851. Elle épousa le peintre Sébastien Melchior Cornu, ancien élève d’Ingres et lui-même professeur de peinture de Jules Duplan. À la mort d’Hortense Cornu, Gustave, qui l’avait sollicitée pour aider ses amis Louis Bouilhet, le naturaliste Pouchet et les frères Duplan, envers lesquels elle se montra peu disponible, écrivait à la princesse Mathilde : « J’ai été chez elle plusieurs fois, je l’ai même fréquentée pendant deux ou trois ans. – Car j’avais des amis intimes qui la chérissaient. – Mais nous ne nous sommes jamais bien compris, pour employer un mot prétentieux mais juste. Elle me considérait comme complètement fou, et moi je trouvais qu’elle manquait de discernement. Elle n’aimait que les humbles et se plaisait à protéger les canailles. Aimable personne du reste, mais qui a gaspillé sa vie sottement dans un tas de tripotages inférieurs, et dépensé en pure perte des qualités intellectuelles précieuses » ([6 ? juillet 1875], Corr., t. iv, p. 929-930).

63 Martial Eugène Bataille (1815-1878), bonapartiste, prit part au coup d’État de 1851. Conseiller d’état, il est intervenu dans les affaires des Commanville au moment de leur débâcle financière.

64 Eugène Jolibois est né à Amiens le 4 juin 1819. Avocat général puis magistrat, il fut également préfet de la Savoie et conseiller d’état. Après la chute de l’Empire, il redevint avocat au barreau de Paris, puis retrouva les chemins de l’Assemblée comme député bonapartiste de 1876 à 1893. Flaubert évoque sa réception à l’Académie de Rouen le 8 août 1854 dans une lettre à Bouilhet du [10 août] de la même année (Corr., t. ii, p. 566). En 1858, il assiste à un dîner chez Bataille (voir note précédente) avec « le terrible Jolibois » (lettre à sa nièce du [23 mars 1858], Corr., t. iii, p. 739).

65 Charles Lachaud (avec cette orthographe), né en 1817 et mort en 1882. Avocat inscrit en 1842 au barreau de Paris, il est célèbre pour avoir plaidé des procès retentissants, notamment l’affaire Troppmann. Il est le grand-père de Marc Sangnier.

66 Probablement la baronne Louise Lepic, fille d’Adèle Perrot (une amie d’enfance de Mme Flaubert, mère de Gustave), et demi-sœur d’Eugène Janvier de la Motte, député et préfet de l’Eure. Elle était l’épouse de Louis-Joseph Napoléon Lepic. Ce dernier, fils du général d’Empire Louis Lepic (1765-1828), fut député de Seine-et-Oise, et aide de camp de Napoléon iii. En 1860, il fut nommé premier maréchal des logis du palais, et surintendant des palais impériaux. La mention du prénom Léon est vraisemblablement une erreur de Flaubert, ou de Caroline Grout quand elle recopia le manuscrit de son oncle.

67 Jean-Joseph Gustave Dubois de l’Estang (sous cette orthographe), conseiller-maître à la cour des comptes. Flaubert dédia un exemplaire de L’Éducation sentimentale à son épouse, Marie Dubois de l’Estang, proche de la princesse Mathilde. Il doit y avoir ici une erreur de lecture de Caroline Franklin Grout qui écrit « Mr [abréviation pour M.] de Beaulincourt [sic] » et « Me [abréviation pour Mme] Dubois de l’Étang ». Or, Monsieur de Beaulaincourt est décédé en 1860. Le personnage (masculin) accusé d’être « gris » ne peut donc qu’être Monsieur Dubois de l’Estang.

68 Le domicile parisien de Flaubert (voir note 5).

69 Anselme était le domestique des Commanville. Dans la lettre où il fait part à sa nièce de l’invitation reçue pour assister au bal, il lui écrit en effet : « Tu me prêteras également “your little tiger Anselme” pour aller aux Tuileries » ([7 juin 1867], Corr., t. iii, p. 650). Comme le précise Jean Bruneau : « D’après un anglicisme, le Tiger ou Tigre désignait “le groom d’un élégant” (Littré) ». Aussitôt rentré à Croisset, il écrit à Caroline : « Dans quel état d’exaspération j’étais ce matin ! ! ! Je vous embrasse, en exceptant de mes tendresses votre bon petit domestique de voyage » ([11 juin 1867], ibid.). La nièce explique l’« exaspération » ou la « fureur » de son oncle dans une note : « Le paletot [de Flaubert] avait été égaré au bal des Tuileries, par la faute de mon domestique, “le petit Tiger” ; puis, au moment de refaire la caisse, plusieurs objets ne s’étaient pas retrouvés. Ce qui avait exaspéré mon oncle, c’est qu’à 5 heures du matin mon domestique, très correct, avait cru devoir remettre un tablier de service pour aider aux préparatifs du départ. Alors mon oncle était entré dans une fureur “homérique”, comme il appelait lui-même ces accès d’exaspération » (Gustave Flaubert, Lettres à sa nièce Caroline, éd. Caroline Commanville, Charpentier, 1906, p. 92, n. 1, et Corr., t. iii, p. 650, n. 4).

70 La rue d’Amsterdam, où se situe la gare Saint-Lazare. Flaubert était de retour à Croisset le 11 juin.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540