Version classiqueVersion mobile

Vie et travaux du R. P. Cruchard et autres inédits

 | 
Gustave Flaubert

Alfred. Mardi, mercredi, jeudi 4, 5 et 6 avril 1848

Alfred. Mardi, mercredi, jeudi, 4, 5 et 6 avril 1848

Texte intégral

  • 1 Flaubert a entrepris cette lecture à la fin de l’année 1846 : « J’ai un Saint-Augustin complet, et (...)
  • 2 Alfred Le Poittevin est mort le lundi 3 avril, à minuit, d’après la lettre de Flaubert à Maxime Du (...)
  • 3 Aglaé de Maupassant (1796-1850), née Pluchard, la mère de Gustave (futur père de Guy de Maupassant (...)
  • 4 Sans doute un domestique des Flaubert : il en est question dans d’autres lettres, mais sans que l’ (...)
  • 5 Porte qui se trouvait (et qui se trouve toujours) rive droite, sur le Quai de Paris, en face de l’ (...)
  • 6 Alphonse Karr (1808-1890), romancier et journaliste, auteur de la revue mensuelle Les Guêpes (1839 (...)
  • 7 Flaubert prend la route de Paris par Bonsecours, qui permet de gagner le plateau en direction de l (...)
  • 8 Le manuscrit porte « Hermite ». Est-ce une faute de Caroline Franklin Grout, ou a-t-elle recopié l (...)
  • 9 Il faut comprendre : l’hiver d’avant la mort de son père et de sa sœur Caroline, respectivement le (...)

1J’étais à travailler le 6e volume de St Augustin1 – je venais de me réveiller. Il était trois heures passées2. Ma mère m’a apporté la lettre de Mme de Maupassant3 – nous sommes partis – chaleur atroce à Rouen – J’ai arrangé bien vite la voiture, j’ai mis le timon pendant qu’Eugène4 était parti chercher les chevaux. Sur le port, en face la porte Guillaume-Lion5 un homme à cheval en pantalon d’été, habit noir a passé que j’ai pris pour Alphonse Karr6. Au haut de la côte7 nous sommes entrés, ma mère et moi dans un cabaret Au jeune Ermite8 où j’ai pris un grog au kirsch ; Eugène un verre de cidre – (Nous y étions venus pour voir l’église, en fiacre avec Max, l’hiver d’avant mon Père, Caroline9 et on avait pris des petits verres.) De toute la route nous n’avons presque rien dit – le cheval de gauche galopait, je voyais sa tête –

  • 10 Jules de Maupassant (1795-1875), le beau-père d’Alfred Le Poittevin.
  • 11 « Il a souffert ».
  • 12 Parler purain : langage des ouvriers de Rouen (Littré). L’origine de l’expression vient sans doute (...)

2Mme de Maupassant est descendue l’escalier, nous a embrassés en pleurant, puis Monsieur10 – il a dit une phrase latine Doluit11 est tout ce qu’on a pu se rappeler. Puis ma mère est repartie – Je suis monté il était sur un lit de fer, ses os, surtout les genoux traversaient les draps – un linge sur la figure – J’ai levé le linge – yeux à demi ouverts – son nez m’a semblé plus long – raide dans sa cravate blanche, bonnet de coton trop enfoncé sur le front – les mains à plat – le long du corps – La fenêtre avec sa jalousie ouverte, sur la table de nuit deux flambeaux de cuivre doré – un petit crucifix – une branche de buis dans une assiette pleine d’eau bénite – La garde, petite femme grasse, un peu fanée, yeux noirs – parler purain12 – je ne l’ai bien vue que le lendemain – La femme de chambre Anna, grande et grasse, figure pâle, grand front blanc – air triste.

  • 13 Cette madame Renard fait partie de la famille Maupassant. Aglaé de Maupassant, née Pluchard (voir (...)
  • 14 Alfred Le Poittevin mentionne pour la première fois ce philosophe dans la lettre à Flaubert du [30 (...)
  • 15 La mère Pluchard : probablement la mère de Madame de Maupassant, née Aglaé Pluchard (voir la note (...)

3Dîner – Mme Renard13 à côté de moi – sourire sot. Il me semble qu’elle me fait de l’œil. « M. Alfred était trop systématique. » – M. de Maupassant : « Il lisait Spinoza14 jusqu’à une heure du matin – jamais il ne travaillait pour s’amuser. Il prenait des notes toujours. » La mère Pluchard15 trouve Spinoza étrange – « passe pour Descartes ». Toutes ces lectures désenchantent la vie (plusieurs fois répété), systèmes erronés – Le mot erroné employé à tort et à travers. Je mange beaucoup et je sens un sentiment de bien-être à la fin du dîner – –

  • 16 Dr Georg Friedrich Creuzer, Religions de l’antiquité considérées principalement dans leurs formes (...)
  • 17 Consolation pour les personnes endeuillées.

4Deux cigares dans le jardin – étoiles – Je monte – et je m’assois sur un fauteuil à côté d’une table de toilette en acajou. J’y veux mettre les flambeaux – la garde s’y oppose – on me donne la lampe – Je lisais le deuxième volume de Creuzer16 (les notes), Anna lisait un petit livre anglais Consolation for the mourners17 – à une mère qui a perdu son fils unique –

  • 18 C’est le désinfectant qu’utilisera le pharmacien au chevet d’Emma, pendant la veillée funèbre : «  (...)

5Les deux femmes ne veulent pas se coucher. La garde sur le petit canapé se plaignait beaucoup de mal de tête et se mettait du vinaigre sur les tempes – odeur du chlore18. Elles se sont mises sur le lit à dix heures moins le quart – Je regardais les flambeaux et je pensais qu’autour on avait joué aux cartes – salons – bals. J’ai lu – à 11 heures chant du cor éloigné, éloigné – doux – qui venait de loin dans les bois. Je fume, je lis, la nuit me semble longue – et pourtant je pense tellement que j’ai peur la nuit prochaine de ne pas retrouver cet état – à 1 heure 1/2 – je rentre dans ma chambre – j’ouvre ma fenêtre – je fume – étoiles – je dors mal.

  • 19 Une chienne de Caroline Commanville portera le même nom ; voir par exemple la lettre que Flaubert (...)
  • 20 Le mot « soucheur » ne figure pas dans les dictionnaires que nous avons consultés. Dans ce décor c (...)
  • 21 Épagneul nain anglais.

6Le lendemain matin – j’y rentre – la garde ravaudait des bas noirs – après déjeuner je vais dans le bois en face – je m’assois sur ma redingote dans l’ombre du tronc d’un arbre – deux corbeaux ont croassé, d’abord un, puis deux d’une manière déchirante – ils volaient dans le bleu en tournant, je devinais leurs ailes, il en est venu d’autres et ils sont partis – Je suis rentré chez moi – Explications de Mme de Maupassant qui expliquent peu – promenade dans le vallon – la chienne Diane19 qui avait hurlé la veille de sa mort me suit – Je marche longtemps – de temps à autres sur les versants gens qui abattaient du bois – J’ai dormi contre un tas de bourrée de genêts. La chienne a été joyeuse et a bondi quand je me suis relevé pour partir – grande chaleur. Je me suis assis vis-à-vis une espèce de rocher – je suis revenu, un bonhomme s’est plaint à moi de son métier de soucheur20 – un autre homme avec un King Charles21 qu’il faisait mettre debout – Je m’assois encore contre un versant et je fume encore – je regarde la maison et je pense au passé –

7Dîner peu triste.

  • 22 La lettre adressée à Maxime Du Camp le [7 avril 1848] apporte une précision supplémentaire : « J’é (...)
  • 23 Caroline Franklin Grout a souligné le mot et elle a écrit en marge « bizarre ? ». Ce lézard sur la (...)
  • 24 Le recueil de Victor Hugo a paru en 1831. Flaubert écrira à Laure de Maupassant, le [8 décembre 18 (...)
  • 25 Il s’agit probablement du projet d’un roman intitulé Une nuit de Don Juan, dont on a conservé un s (...)
  • 26 Lecture conjecturale.
  • 27 Les keepsakes sont des livres donnés en souvenir d’amitié (d’où leur nom anglais), renfermant des (...)
  • 28 Nous avons trouvé ce vers dans le Nouveau keepsake français. Souvenir de littérature contemporaine(...)
  • 29 Cette phrase se trouve dans Une promenade de Bélial, un conte philosophique qu’Alfred Le Poittevin (...)
  • 30 Louise de Maupassant (1825-1891). Elle a donné le jour à Louis Le Poittevin le 22 mai 1847. Il n’a (...)
  • 31 Dix ans plus tard, Flaubert évoquera ce souvenir dans la lettre à Edma Roger des Genettes du [18 d (...)

8Soir – avec le manteau de mon Père22. Les femmes se couchent – de temps en temps un lézard23 à la lampe – une fois j’ai frissonné croyant y avoir touché, c’était l’écran – je n’ose pas du pied toucher le lit – ce que je lis m’intéresse, d’abord Les Feuilles d’automne puis Creutzer l’édition que nous avons lue à Fécamp dans la chambre de Laure24. Je rêve beaucoup à la nuit de Don Juan25 – feu dans la cheminée que je réarrange26, la première nuit il n’y en avait pas – J’ai été regarder dans la petite étagère où j’avais déjà pris Les Feuilles d’automne que j’avais lues au commencement de la nuit et j’y prends deux petits keepsakes27, dans l’un je trouve une pièce de vers de Dumas « Minuit » où se trouve « Un jour on saura quelle lutte obstinée a fait sous mon genou, etc. »28 – et qu’il déclamait si souvent – à 4 heures thé – j’en refuse – J’ôte le drap et le voile – je le prends pour le retourner – puanteur – tout est traversé – la chemise noire et relevée sur la fesse gauche – la garde la rabat – Je sens le froid du bras – puis, je l’ai encore pris par les épaules et par la tête – Quand il a été bien roulé, serré, il ressemblait à une momie égyptienne – La jalousie était ouverte – brouillard au matin – les bois – les oiseaux, les deux bougies qui brûlaient jaunes. « Il ira, joyeux oiseau chanter dans les pins le soleil levant »29 – Je n’ai pas pu me défaire de cette phrase de toute la journée, j’en jouissais beaucoup et de l’idée surtout. Anna a dit que Mme Alfred30 voulait des cheveux, on l’a redécouvert – la garde n’a pas osé en prendre du côté droit – parce qu’il avait la tête tournée de ce côté et les yeux ouverts. Sur le côté gauche, à la tempe je l’ai embrassé et naturellement avant je m’étais tourmenté d’hésitation pour savoir si je le ferais31.

  • 32 Sans doute un cercueil de bois, placé ensuite dans un cercueil de métal (qui pouvait être en zinc)
  • 33 Est-ce Frédéric François Lesur, cultivateur, dont le nom apparaît sur l’acte de décès ?

9Plombiers – Les deux cercueils32 en bas dans le vestibule tendu de blanc – on le bourre de laine, plomb qu’on fait fondre – petite pluie – on cause – ouvrier – menuisier – petit homme – ancien soldat – plaisanterie de la garde et du domestique François33 – elle le pince. Dans le salon il m’a dit qu’il n’avait jamais fait de bêtises en maison de ses maîtres – Les femmes se découvrent trop – M. de M. pantalon étroit, espèce de souliers en guise de pantoufles – yeux bouffis – plus de tabac – ni lui ni la garde.

  • 34 Béjaune : surnom de Gustave de Maupassant, que l’on trouve déjà dans une lettre de Caroline Flaube (...)
  • 35 Charles Cord’homme (1824-1906) assiste aux obsèques de celui dont il épousera la veuve, Louise de (...)
  • 36 Louis Boivin-Champeaux (1823-1899), fils d’un conseiller à la Cour royale de Rouen, a été condisci (...)
  • 37 Narcisse Lormier, dont Achille Flaubert a épousé la sœur Julie le 1er juin 1839, ou son cousin, Na (...)
  • 38 Émile Hamard (1821-1877), beau-frère de Flaubert, et père de la petite Caroline. Flaubert et lui s (...)
  • 39 Louis Bouilhet (1821-1869) est lui aussi un condisciple de Flaubert au Collège royal, mais leur am (...)
  • 40 François Parain, l’oncle nogentais de Flaubert, qui séjournait souvent à Croisset.

10Déjeuner – Béjaune34 et le fils Cord’homme35. Boivin36 – Narcisse37 – on cause banquiers – Je monte avec Boivin fumer – Hamard38 et Bouilhet39 – allées et venues de moi. Le Père Parain40 – Je prends mon paquet de livres.

  • 41 Cette image est également présente dans la lettre contemporaine à Maxime Du Camp : « Placé derrièr (...)
  • 42 Il est question d’une Mme Lambert dans une lettre d’Alfred Le Poittevin à Flaubert, datée [après m (...)

11En marche – cierges – le petit chemin du parc trop étroit – mouvement du cercueil qui va comme un bateau41 – on se relaie – un porteur honoraire en queue et poudré – bonne mine stupide de Lambert42 – M. de M. en paletot bleu – Les haies vertes – les poiriers poudrés à blanc – un maréchal-ferrant qui regarde passer – gamin – coqs – la campagne est belle – Église – femmes partout dans la nef. – D’abord, un instrument de cuivre à clef et les psalmodies lentes m’ont plu – mais je n’en peux plus – J’étais entre le fils Cord’homme et Béjaune – effet grotesque de la voix de l’enfant de chœur – la flamme d’un flambeau vacillait dans un vitrail – son âme ? je la cherchais depuis mardi aux étoiles, dans les oiseaux.

12Cimetière – terre grasse – grasse – Ils n’en finissent pas – toujours le même son sur le bois, je n’ai pas pu m’empêcher de m’approcher du bord de la fosse et d’y rester – C’était une amertume aride – je ne pouvais pas pleurer – J’avais des sanglots dans le ventre – Comme il en tombait des pelletées de terre ! il m’a semblé qu’il en tombait cent mille – Il m’est venu l’idée que j’avais l’air de poser – peut-être (j’avais froid, j’avais boutonné ma redingote d’un bouton et déposé le cierge à terre contre un des tréteaux qui servent à déposer le cercueil) et je me suis écarté – derrière moi Béjaune pleurait.

13Signature de l’acte chez le curé –

  • 43 Le mariage a eu lieu le 6 juillet 1846.
  • 44 L’abréviation est très certainement due à Caroline Franklin Grout.

14Retour seul avec Boivin qui a trouvé, quand je m’y suis disposé, que j’avais tort de fumer. Nous causons de lui – Il était très triste le jour de son mariage43 – Quelques jours avant il avait eu envie de le rompre – et avait proposé à B. de f. le camp44 avec lui. Re-déjeuner – non pas moi – on y parle – politique encore !

  • 45 « Nous sommes revenus en 43 minutes. Il y a 5 lieues » (lettre à Maxime du Camp du 7 avril 1848).
  • 46 Quartier situé entre Rouen et Croisset. Caroline Franklin Grout écrit : « Bapaume ». Dans le Dicti (...)
  • 47 Flaubert fait souvent allusion à cette peau d’ours dans ses lettres. Caroline Franklin Grout l’évo (...)
  • 48 Nous n’avons pas trouvé ce que peut signifier ce mot de « Pimpenpohé ». Flaubert parle de ce rêve (...)

15Sur le siège avec Bouilhet – pluie – manteaux – course rapide45 – grand air qui me fait du bien – à la maison bouteille de champagne avec de l’eau – Mme Le Poittevin – retour à Croisset – Je m’endors à partir de Bapeaume46. – Mauvais temps toujours – Je me couche de bonne heure et dors 13 heures sans rêver à lui. Le lendemain l’après-midi sur ma peau d’ours47 le rêve de Pimpenpohé48

16Écrit le samedi soir 8 et le lundi soir 10 avril 1848 – Croisset.

Notes

1 Flaubert a entrepris cette lecture à la fin de l’année 1846 : « J’ai un Saint-Augustin complet, et une fois l’ami parti [Maxime Du Camp] je me lance à corps perdu dans les lectures religieuses » (lettre à Louise Colet du [7 décembre 1846], Corr., t. i, p. 414). C’est de cette époque que date le début des grandes lectures pour La Tentation de saint Antoine, que Flaubert commencera à écrire à la fin du mois qui suit la mort d’Alfred Le Poittevin. Deux mois après cette première lettre, l’ouvrage est à nouveau cité : « Je continue mon grec, je lis Théocrite, Lucrèce, Byron. Saint Augustin et la Bible » (à Ernest Chevalier, 23 février 1847, t. i, 440). Le tome VI des œuvres de Saint Augustin (Opera omnia, Paris, apud Gaume fratres, 1836-1838) contient Enchiridion ad Laurentium, sive de fide, spe et charitate liber unus. Les notes prises sur ce volume se trouvaient dans un dossier de la vente Franklin Grout, décrit ainsi : « deux chemises de la main de Flaubert. Saint-Augustin. Foi, Espérance, Charité. Formats divers, environ 50 pages » (Hôtel Drouot les 18 et 19 novembre 1931, no 145).

2 Alfred Le Poittevin est mort le lundi 3 avril, à minuit, d’après la lettre de Flaubert à Maxime Du Camp. L’acte de décès indique onze heures trente.

3 Aglaé de Maupassant (1796-1850), née Pluchard, la mère de Gustave (futur père de Guy de Maupassant) et de Louise, l’épouse d’Alfred Le Poittevin. Les parents Maupassant avaient fait construire le château de La Neuville-Champ-d’Oisel (aujourd’hui Neuville-Chant-d’Oisel), appelé Château-Anquetil depuis que le champion cycliste y habita.

4 Sans doute un domestique des Flaubert : il en est question dans d’autres lettres, mais sans que l’on sache s’il était réellement attaché à la famille.

5 Porte qui se trouvait (et qui se trouve toujours) rive droite, sur le Quai de Paris, en face de l’Ile Lacroix, et en bas de la rue des Arpents : ces noms sont restés inchangés.

6 Alphonse Karr (1808-1890), romancier et journaliste, auteur de la revue mensuelle Les Guêpes (1839-1846). Flaubert l’avait rencontré à Paris ou en Normandie, l’écrivain partageant sa vie, à partir de 1834, entre la capitale et la côte. Louise Colet le connaissait bien : elle l’avait agressé avec un couteau de cuisine en 1840, en représailles d’un article insultant pour Victor Cousin et pour elle, alors qu’elle était enceinte. Un autre proche de Flaubert eut affaire avec lui : Maxime Du Camp, dont il fit un portrait peu flatté dans Histoire de Rose et de Jean Duchemin, Barba, 1850 (voir Corr., t. i, n. 3, p. 37).

7 Flaubert prend la route de Paris par Bonsecours, qui permet de gagner le plateau en direction de la Neuville-Champ-d’Oisel, situé à une quinzaine de kilomètres à l’est de Rouen. Dans un brouillon de Madame Bovary, on trouve une mention de ce lieu, fréquenté par le jeune Charles : « – partie à Bonsecours/Café, – se laisse/pousser les cheveux/devient l’ami du/Mtre de café » (Bibliothèque municipale de Rouen, ms g 223 (1), f ° 32 v °, transcription de Raphaëlle Pache et Stéphanie Dord-Crouslé, en ligne sur le site Flaubert, http://www.univ-rouen.fr/flaubert).

8 Le manuscrit porte « Hermite ». Est-ce une faute de Caroline Franklin Grout, ou a-t-elle recopié la forme de l’autographe ? Jean-François Delesalle y voit un héritage du style troubadour.

9 Il faut comprendre : l’hiver d’avant la mort de son père et de sa sœur Caroline, respectivement le 15 janvier et le 22 mars 1846. Maxime Du Camp, que Flaubert a rencontré à Paris au mois de mars 1843, n’a pas pu venir à Croisset pendant l’hiver 1844-1845 : il voyageait alors en Orient, et n’est rentré qu’en mars 1845.

10 Jules de Maupassant (1795-1875), le beau-père d’Alfred Le Poittevin.

11 « Il a souffert ».

12 Parler purain : langage des ouvriers de Rouen (Littré). L’origine de l’expression vient sans doute des ouvriers teinturiers, qu’on appelait familièrement des purins, parce qu’ils utilisaient l’urine humaine pour la préparation de leurs teintures (Henri Moisy, Dictionnaire du patois normand, Caen, Deslesques, 1887).

13 Cette madame Renard fait partie de la famille Maupassant. Aglaé de Maupassant, née Pluchard (voir la note 3) avait deux sœurs, l’une mariée avec le docteur Douvre, l’autre avec un Renard. Si cette Mme Renard « fait de l’œil » à Flaubert, c’est qu’elle appartient sans doute à la génération suivante : ce pourrait être une belle-fille de Mme Renard née Pluchard (d’après les indications données par Marlo Johnston, que nous remercions).

14 Alfred Le Poittevin mentionne pour la première fois ce philosophe dans la lettre à Flaubert du [30 septembre 1843] : « Je lis Spinoza, que j’ai bientôt achevé ! Je prends beaucoup de notes ; je prépare beaucoup mais je ne suis encore qu’en gestation » (Gustave Flaubert-Alfred Le Poittevin, Correspondances, éd. citée, p. 80). C’est très certainement Le Poittevin qui a fait découvrir Spinoza à Flaubert. Il en fera son philosophe de référence, admirant le caractère unitaire de sa pensée, son déterminisme. En 1870, il découvre le Tractatus theologico-politicus (lettre à George Sand du [29 avril 1870], Corr., t. iv, p. 184). Au moment de préparer la troisième Tentation de saint Antoine, il revient à ces lectures fondatrices : « Je tombe avec voracité sur mon vieux et trois fois grand Spinoza ! Quel génie ! quelle œuvre que L’Éthique ! (lettre à George Sand du [31 mars 1872], Corr., t. iv, p. 505). Sur le spinozisme de Le Poittevin et de Flaubert, on se reportera aux analyses de Jean Bruneau dans Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert, ouvr. cité, p. 444-454). Comme pour son ami Alfred, ce fut sans doute l’une des dernières lectures philosophiques de Flaubert, au moment où il prépare les chapitres de Bouvard et Pécuchet consacrés à la philosophie et à la religion : « J'ai relu (pour la troisième fois de ma vie) tout Spinoza. Cet “athée” a été, selon moi, le plus religieux des hommes, puisqu'il n'admettait que Dieu » (lettre à Edma Roger des Genettes de [fin mars 1879], Corr., c.h.h.., t. v, p. 179). L’édition qu’il possédait se trouve encore à l’hôtel de ville de Canteleu : Spinoza, Opera quae supersunt omnia, Ienae, In Bibliopolo Academico, 1802-1803 (La Bibliothèque de Flaubert, Publication de l’Université de Rouen, 2001, p. 142). – Caroline Franklin Grout écrit « Spinosa », conformément à la graphie de Flaubert (voir la lettre à sa sœur Caroline du [25 mars 1843], Corr., t. i, n. 9, p. 921).

15 La mère Pluchard : probablement la mère de Madame de Maupassant, née Aglaé Pluchard (voir la note 3).

16 Dr Georg Friedrich Creuzer, Religions de l’antiquité considérées principalement dans leurs formes symboliques et mythologiques, traduit de l’allemand par J.-D. Guigniaut, Treuttel et Würtz, Didot frères, 1825-1851, 4 tomes en 10 vol. Flaubert possédait cet ouvrage (voir l’inventaire après décès de Me Bidault, dans La Bibliothèque de Flaubert, ouvr. cité, p. 166). C’est une des grandes lectures déterminantes pour la genèse de La Tentation de saint Antoine. – Caroline Franklin Grout écrit « Creutzer », comme son oncle.

17 Consolation pour les personnes endeuillées.

18 C’est le désinfectant qu’utilisera le pharmacien au chevet d’Emma, pendant la veillée funèbre : « Alors M. Bournisien aspergeait la chambre d’eau bénite et Homais jetait un peu de chlore par terre » (Madame Bovary, troisième partie, chap. 9 ; éd. citée, p. 340).

19 Une chienne de Caroline Commanville portera le même nom ; voir par exemple la lettre que Flaubert lui adresse le [5 février 1865], Corr., t. iii, p. 424.

20 Le mot « soucheur » ne figure pas dans les dictionnaires que nous avons consultés. Dans ce décor champêtre, il s’agit peut-être d’un bûcheron chargé d’extirper les souches d’arbres abattus.

21 Épagneul nain anglais.

22 La lettre adressée à Maxime Du Camp le [7 avril 1848] apporte une précision supplémentaire : « J’étais enveloppé moi-même d’un manteau qui a appartenu à mon père et qu’il n’a mis qu’une fois, le jour du mariage de Caroline ».

23 Caroline Franklin Grout a souligné le mot et elle a écrit en marge « bizarre ? ». Ce lézard sur la lampe est en effet surprenant : s’agit-il d’un mot mal lu ? Est-ce une illusion d’optique ? Dans sa lettre à Maxime Du Camp, Flaubert indique qu’« un papillon de nuit voltigeait autour des flambeaux ».

24 Le recueil de Victor Hugo a paru en 1831. Flaubert écrira à Laure de Maupassant, le [8 décembre 1862] : « Te rappelles-tu que nous lisions Les Feuilles d’automne à Fécamp, dans la petite chambre du second étage ? » (Corr., t. iii, p. 270). La maison de Fécamp appartenait aux familles Thurin-Le Poittevin, les parents d’Alfred et de Laure. Elle est actuellement située au 98, quai de Maupassant. Alfred Le Poittevin s’y rendait aux vacances ; Flaubert l’y rejoignit en septembre 1838, 1839 et probablement 1843 (sur ce dernier séjour, voir Gustave Flaubert-Alfred Le Poittevin, Correspondances, éd. citée, p. 79, n. 2).

25 Il s’agit probablement du projet d’un roman intitulé Une nuit de Don Juan, dont on a conservé un scénario (Houghton Library de l’Université d’Harvard ; Œuvres complètes, c.h.h., t. xii, p. 232-238). Flaubert y fait allusion pour la première fois dans une lettre à Bouilhet du 14 novembre 1850 (Corr., t. i, p. 708). Si le sujet auquel Flaubert « rêve » juste après la mort de Le Poittevin se confond avec ce que nous connaissons sous le même titre, il faudrait anticiper de deux années au moins sa conception.

26 Lecture conjecturale.

27 Les keepsakes sont des livres donnés en souvenir d’amitié (d’où leur nom anglais), renfermant des poèmes, des gravures, des pensées tendres. Déjà présents dans L’Éducation sentimentale de 1845 (chapitres x et xxvii, Œuvres de jeunesse, éd. citée, p. 874 et 1032), ils alimenteront les rêveries romanesques d’Emma (Madame Bovary, première partie, chap. 6).

28 Nous avons trouvé ce vers dans le Nouveau keepsake français. Souvenir de littérature contemporaine, Paris, Louis Janet, Libraire, s. d. Dans ce recueil, le poème d’Alexandre Dumas s’intitule « À toi », mais le début du premier vers (« Minuit sonne ») a pu servir de titre dans une autre édition. Flaubert ou sa nièce recopie un vers faux. Le poème de Dumas dit ceci : « Un jour on connaîtra quelle lutte obstinée/A fait sous mon genou plier la destinée,/À quelle source amère en mon âme j’ai pris/Tout ce qu’elle contient de haine et de mépris,/Quel orage peut faire, en passant sur la tête,/Qu’on prenne pour le jour l’éclair de la tempête,/Et ce que l’homme souffre en ses convulsions,/Quand au volcan du cœur grondent les passions !... » (p. 169).

29 Cette phrase se trouve dans Une promenade de Bélial, un conte philosophique qu’Alfred Le Poittevin commença en 1845, et qu’il reprit deux ans plus tard, sans l’achever. Le Diable Béel, ou Bélial, initie Mme de Préval aux mystères de la métempsycose : « – À ce compte, reprit Mme de Préval, le ver finira par devenir un homme ?/– Assurément, dit Béel. /– Mais auparavant, reprit Madame, il traversera l’une après l’autre les séries intermédiaires ? Il ira, joyeux oiseau, saluer dans les pins le soleil levant ; puis, coursier fringant, bondir dans les plaines ? » (Alfred Le Poittevin, Une promenade de Bélial et œuvres inédites, éd. citée, p. 7).

30 Louise de Maupassant (1825-1891). Elle a donné le jour à Louis Le Poittevin le 22 mai 1847. Il n’a donc pas encore un an à la mort de son père.

31 Dix ans plus tard, Flaubert évoquera ce souvenir dans la lettre à Edma Roger des Genettes du [18 décembre 1859 ?] : « Ça n’est pas gai de perdre les gens qu’on aime. En ai-je déjà enseveli, moi ! J’ai fait souvent la veillée ! L’homme que j’ai le plus aimé m’est resté à demi dans les mains… Quand une fois on a baisé un cadavre au front, il vous en reste toujours sur les lèvres quelque chose, une amertume infinie, un arrière-goût de néant que rien n’efface. Il faut regarder les étoiles et dire : “J’irai peut-être” » (Corr., t. iii, p. 67).

32 Sans doute un cercueil de bois, placé ensuite dans un cercueil de métal (qui pouvait être en zinc).

33 Est-ce Frédéric François Lesur, cultivateur, dont le nom apparaît sur l’acte de décès ?

34 Béjaune : surnom de Gustave de Maupassant, que l’on trouve déjà dans une lettre de Caroline Flaubert à son frère du 30 mars 1843 (Corr., t. i, p. 151). Un béjaune se dit d’un jeune homme sot et inexpérimenté (Littré). Gustave de Maupassant a épousé Laure Le Poittevin le 9 novembre 1846, quatre mois après qu’Alfred Le Poittevin, le frère de Laure, eut épousé Louise de Maupassant, la sœur de Gustave, le 6 juillet 1846.

35 Charles Cord’homme (1824-1906) assiste aux obsèques de celui dont il épousera la veuve, Louise de Maupassant, le 18 octobre 1852, dans la même commune de la Neuville. Cord’homme est un fervent militant républicain, que Flaubert qualifiera de « communal, communiste et commun » (lettre à sa nièce Caroline, [30 avril 1871], Corr., t. iv, p. 316). Il a laissé des mémoires édités par Yannick Marec, 1848 à Rouen, Luneray, Éditions Bertout, 1988. Par une dédicace explicite qui donne la clef du personnage, on sait que Maupassant s’inspira de son oncle par alliance pour le personnage de Cornudet dans Boule de suif (Maupassant, Contes et nouvelles, Bibliothèque de la Pléiade, 1974, t. i, n. 4, p. 90).

36 Louis Boivin-Champeaux (1823-1899), fils d’un conseiller à la Cour royale de Rouen, a été condisciple de Flaubert au collège. Il était substitut à Rouen quand Alfred Le Poittevin, alors avocat stagiaire, a fait sa connaissance en 1843 (voir la lettre à Flaubert du [14 décembre 1843], Gustave Flaubert-Alfred Le Poittevin, Correspondances, éd. citée, p. 83). Le Poittevin lui a dédié un conte fantastique intitulé Les Bottes merveilleuses, dont le manuscrit est conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen (ms g 271).

37 Narcisse Lormier, dont Achille Flaubert a épousé la sœur Julie le 1er juin 1839, ou son cousin, Narcisse Crépet ? (Voir Corr., t. i, p. 31, n. 2).

38 Émile Hamard (1821-1877), beau-frère de Flaubert, et père de la petite Caroline. Flaubert et lui s’étaient trouvés élèves au Collège royal de Rouen, puis étudiants en droit à Paris. Peu après la mort de la sœur de Flaubert, qu’il avait épousée le 3 mars 1845, il montra des signes de déséquilibre. Dans les mois qui suivent ce récit, sa propre famille engagea une procédure d’interdiction, visant à le priver de ses droits paternels et à le placer en institution sanitaire.

39 Louis Bouilhet (1821-1869) est lui aussi un condisciple de Flaubert au Collège royal, mais leur amitié date de leurs retrouvailles, en 1846. Avant même la mort d’Alfred Le Poittevin, c’est lui qui occupe la place de l’ami de cœur, et qui jouera le rôle de compagnon littéraire pour les grandes œuvres de la maturité.

40 François Parain, l’oncle nogentais de Flaubert, qui séjournait souvent à Croisset.

41 Cette image est également présente dans la lettre contemporaine à Maxime Du Camp : « Placé derrière, je voyais le cercueil osciller avec un mouvement de barque qui remue au roulis ». Elle se retrouvera dans La Tentation de saint Antoine (1849) : « On passe des bâtons sous la bière, et l’on s’en va. On la voit, quand on la suit, qui se balance de droite à gauche et semble à chaque pas plonger comme une chaloupe » (Œuvres complètes, éd. Jean Bruneau et Bernard Masson, Seuil, coll. « L’Intégrale », 1964, t. i, p. 451). C’est encore elle qui reviendra lors de l’enterrement d’Emma : « Elle [la bière] avançait par saccades continues, comme une chaloupe qui tangue à chaque flot » (Madame Bovary, troisième partie, chap. x, p. 345).

42 Il est question d’une Mme Lambert dans une lettre d’Alfred Le Poittevin à Flaubert, datée [après mars 1843], mais sans précision sur son identité (Corr., p. 72).

43 Le mariage a eu lieu le 6 juillet 1846.

44 L’abréviation est très certainement due à Caroline Franklin Grout.

45 « Nous sommes revenus en 43 minutes. Il y a 5 lieues » (lettre à Maxime du Camp du 7 avril 1848).

46 Quartier situé entre Rouen et Croisset. Caroline Franklin Grout écrit : « Bapaume ». Dans le Dictionnaire de la France de A. Peigné, 3e éd., mai 1863, ou encore dans le Dictionnaire de biographie et d’histoire de Dezobry et Bachelet, 9e éd., 1883, on trouve cette graphie, sans e, comme pour la ville du Pas-de-Calais (note due à Jean-François Delesalle).

47 Flaubert fait souvent allusion à cette peau d’ours dans ses lettres. Caroline Franklin Grout l’évoque dans ses Souvenirs intimes : « D’un bond je m’élançais sur une grande peau d’ours blanc que j’adorais ; je couvrais sa grosse tête de baisers » (Heures d’autrefois, éd. citée, p. 150). Comme pour attester son existence bien réelle, elle est consignée dans l’inventaire après décès dressé par Me Bidault, voisinant dans le cabinet de travail avec deux autres peaux : « une peau de tigre, une peau de lynx, une peau d’ours blanc » (en ligne sur le site Flaubert http://www.univ-rouen.fr/flaubert, rubrique Biographie > Documents biographiques). Sur ce motif de l’ours, on relira les savantes et spirituelles variations de Julian Barnes dans son Perroquet de Flaubert [1984], trad. par Jean Guiloineau, Stock, 1986, p. 59-65.

48 Nous n’avons pas trouvé ce que peut signifier ce mot de « Pimpenpohé ». Flaubert parle de ce rêve dans la lettre contemporaine à Maxime Du Camp : « J’ai dormi toute cette nuit et je puis dire tout aujourd’hui et j’ai fait un rêve étrange que j’ai écrit de peur de le perdre. » Le récit de ce rêve n’a pas été retrouvé. Il en sera question quelques années plus tard, à propos d’un autre rêve intitulé « Vieille, chapeau, présidente », qui se termine ainsi : « Il y a huit ans à cette époque-ci, 3 avril au lieu de 3 mars, je faisais un rêve pareil (si non, pourquoi le souvenir me revient-il ?) à Croisset, couché sur ma peau d’ours, quand on est venu m’annoncer la mort d’Alfred, ou en revenant de son enterrement, plutôt » (rêve du [3 mars 1856], publié dans la Corr., t. ii, p. 609).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search