Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Repères chronologiques

Sylvie Barot

Texte intégral

7 février 1517

Ordre de fondation du port du Havre par François 1er « pour tenir en sûreté les navires et vaisseaux de nous et de nos sujets navigant sur la mer Océane ».

Avril 1517-1530

De nombreux pionniers bretons parmi les ouvriers employés au terrassement et à la construction du port et de la ville.

8 octobre 1517

Octroi de privilèges aux habitants de la « forteresse et ville close » destinée à protéger le port et accueillir les marchands « tant de notre royaume qu’étrangers ».

1523

Premier départ du Florentin Jean Verazzano : début des explorations des côtes américaines, du Canada à la Floride et premiers armements de navires marchands vers le Brésil.

1533

Départ de l’ambassadeur de François 1er vers Larache ; origine du commerce avec le Maroc.

1536

Transit de Jacques V d’Écosse et de 16 000 soldats venus apporter leur renfort à François 1er contre Charles Quint.

1541

L’ingénieur Jérôme Bellarmato, né à Sienne en Italie, choisi par François 1er pour améliorer et agrandir le Havre et « y faire la terre à la façon de Venise ».

1551

Giovanni Tommasi, ingénieur militaire italien, poursuit la construction des murailles de la ville.

1553

Flamands et Espagnols conçoivent les écluses de chasse du Perrey.

1557-1558

Quatre compagnies de soldats mercenaires allemands campent à Ingouville, non sans dommages.

1558

Premières assemblées protestantes suite au passage de Venable, disciple de Calvin.

20 sept. 1562

Traité d’Hampton Court : Le Havre livré aux Anglais, occupation de la place par quelques 4 000 hommes du comte Warwick.

29 juil. 1563

Après un siège de 9 mois, reprise de la ville par des troupes françaises, allemandes et suisses.

1564

Giulio Cesare Spinelli, d’Urbino en Italie, entreprend la construction de la première citadelle destinée à défendre le port.

1582

Présence avérée d’un petit garçon indien ramené du Brésil par un marin.

1587

André Brancas, issu d’une famille napolitaine installée en France depuis un siècle, devient gouverneur.

7 mai 1600

Inauguration du temple réformé ou prêche de Sanvic, suite à l’Édit de Nantes.

1604-1608

Expéditions de Champlain au Canada, depuis Honfleur, Dieppe et Le Havre.

1620

Premier voyage de Belain d’Esnambuc à l’île de Saint-Christophe, base de la future Compagnie des Indes occidentales et de la colonisation des Petites Antilles.

1627

Création par Richelieu, gouverneur en titre, d’une fabrique de canons à Graville, dirigée par des maîtres fondeurs hollandais.

1628

95 marins havrais, capturés par des corsaires barbaresques, emprisonnés à Alger et Tunis.

1643

Emploi d’interprètes pour les navires basques, olonnais, boulonnais, calaisiens, bretons, anglais, flamands et hollandais.

1665

Le Havre port de guerre. Colbert fait venir des ingénieurs flamands pour les travaux hydrauliques.

1669

Les Havrais les plus riches peuvent consommer des « oranges de la Chine » et des citrons du Portugal.

30 septembre 1671

Baptême de quatre jeunes natifs du Sénégal.

Avril 1685

Destruction du prêche de Sanvic suivie de l’abjuration forcée de plus de 400 protestants et du départ d’au moins autant. Selon certaines estimations, Le Havre perd 5 % de sa population.

1690-1694

Un huitième des Havrais morts par suite des épidémies et de la famine. Flux de nouveaux migrants qui assurent la croissance démographique du Havre au XVIIIe siècle.

1706

Existence attestée d’un tenancier de café, vingt ans avant l’introduction de sa culture aux Isles d’Amérique.

23 septembre 1713

Départ du navire Le Gorée appartenant à la Compagnie du Sénégal.

1716

Retour du capitaine Dubocage de Bléville de son voyage dans les mers du sud, de la Chine au Pérou.

1716-1717

Fin du privilège exclusif des compagnies qui ouvre la traite des Noirs d’Afrique et le commerce avec les Antilles.

1719-1723

Embarquements de milliers de colons engagés ou déportés et « filles du roi » pour la Louisiane. Déportation d’Africains par les navires de la Cie des Indes armés au Havre vers la même destination.

1723

Un dénombrement révèle la présence de 957 militaires et invalides et de 1800 matelots et officiers de marine non domiciliés, parmi une population active de 6 057 habitants.

1724

Présence, attestée par un baptême, de « plusieurs interprètes de la langue du pays de Bisseaux » (Bissau, Guinée).

1725

Création d’un comptoir à Cadix « entrepôt de l’Europe » par Begouën, origine de la maison et de la prospérité familiale.

1728

Installation de la manufacture des tabacs grâce aux importations de tabac anglais de Virginie.

1730

Arrivée d’un prêtre irlandais, rétribué par la ville, pour le service des étrangers catholiques anglophones.

1744

Premières activités attestées de La Fidélité, loge maçonnique la plus ouverte aux étrangers.

1752

Premier navire havrais pour la Russie, armé par Begouën.

Juil-sept. 1755

15 000 soldats stationnent au camp de Frileuse.

1759

Débarquement de plusieurs centaines d’Acadiens proscrits du Canada britannique.

1762

Son voyage en Europe du Nord amène J. F. Begouën à séjourner six mois en Russie.

1768

« Le rempart du derrière de la citadelle » est le lieu ordinaire d’inhumation des Havrais de religion juive.

1770

Les échevins refusent d’octroyer la bourgeoisie à Suzanne Compers, veuve Homberg, parce qu’elle est juive.

Sept. 1775

Lettres de naturalisation octroyées par Louis XVI aux trois frères Homberg pour services rendus « en étendant leur commerce dans les pays du Nord », après celles du syndic des Juifs d’Alsace.

14 déc. 1776

Départ du premier navire chargé d’armes pour les insurgés de la Nouvelle-Angleterre.

Nov. 1777

Création officielle d’un dépôt des Noirs à la prison de l’arsenal, enclave extraterritoriale destinée à éviter l’affranchissement des esclaves avant leur retour forcé vers les Iles.

27 août 1779

La Fayette reçoit l’épée d’honneur décernée par le Congrès américain.

1778-1779

Mouvements de troupes considérables au quartier général de l’armée du comte de Vaux où se succèdent des régiments de toutes les provinces. Origine du Perrey « ville en bois ».

1 er juillet 1783

Entrée d’une frégate de guerre, premier navire des États-Unis en mission officielle.

1785-1786

Conversions familiales au catholicisme des frères Homberg et d’une partie de leur parentèle.

1786

Un an avant l’édit dit de tolérance, ouverture d’une chapelle luthérienne par les Allemands et les Suédois.

Mars 1789

Huit interprètes de langues étrangères réunis pour la préparation des États Généraux (quatre des langues britanniques, trois des langues germaniques et du nord, un pour l’espagnol, l’italien et le portugais).

Juin 1789

Etienne Isabelle, négociant de Mexico, dernier des 38 non régnicoles reçus bourgeois depuis 1627 (sur 1 176 réceptions).

14juil.1791

Participation à la fête de la Liberté des capitaines et négociants anglais et américains.

1793

Recensement des 272 étrangers résidents au Havre.

10 mars 1794

Fête de l’affranchissement des hommes de couleur, à laquelle certains participent.

23 oct. 1794

Arrivée du premier transport de colons réfugiés aux États-Unis ou déportés depuis Saint-Domingue et les Iles-sous-le-vent.

1803-1814

Très nombreux marins et pêcheurs havrais prisonniers de guerre de longues années sur les côtes d’Angleterre, par suite du Blocus Continental.

Mai 1803

La rupture de la paix d’Amiens fait affluer les militaires logés en ville qui portent « l’immoralité au comble », selon le sous-préfet.

Juin 1814

Passage remarqué d’une unité de 400 membres de la garde impériale russe ayant participé à l’occupation de Paris.

3 juin 1816

Inauguration, rue de Percanville, du premier temple réformé ouvert depuis la libéralisation des cultes par le Concordat.

1817

Arrivée de Jeremiah Winslow qui développe le premier armement français de pêche à la baleine dans les mers du sud.

Février 1823

Mise en service de la première ligne régulière de paquebots à voiles américains Le Havre New-York.

1826

Ouverture de la première agence d’émigration, rue Royale (Général Faidherbe).

Juillet 1827

Six indiens Osage du Missouri, armés et costumés, « font courir toute la ville ».

1832

182 décès provoqués par le choléra, parmi lesquels nombre de pauvres Alsaciens émigrants.

28 août 1833

Élan de sympathie dans la population à l’arrivée de la reine déchue du Portugal, Dona Maria.

Janvier 1834

Accueil, secours et assignation à résidence des officiers et soldats polonais.

1838

Fondation de la Société des Régates sur le modèle associatif britannique.

1838-1848

Apogée de la pêche à la baleine ; de nombreux marins baleiniers désertent et s’installent sur les côtes chiliennes, néo-zélandaises et australiennes.

10juillet 1839

Lancement de la ligne Le Havre-Morlaix dont les paquebots contribuent à désenclaver le Finistère.

1841

Lancement de l’Europe, Cie de bateaux à vapeur entre Le Havre et Saint-Pétersbourg.

1842

Construction du temple de l’Église évangélique américaine, avec culte bilingue et école enfantine anglophone.

20 mars 1847

Achèvement de la ligne de chemin de fer Paris-Le Havre. Construite par une compagnie, des ingénieurs et ouvriers britanniques, le premier train entré en gare est conduit par un mécanicien anglais.

Fév-mars 1848

Chômage massif et vague de xénophobie parmi les ouvriers qui réclament le renvoi des travailleurs étrangers ; passages gratuits vers les États-Unis et aussi l’Algérie pour 1 200 émigrants allemands et alsaciens, avec l’aide des Églises et des autorités municipales.

Août 1848

Embarquement des convois d’insurgés parisiens déportés ; 11 000 vont traverser la ville.

1849-1851

La ruée vers l’or de Californie entraîne l’armement de 59 navires transportant 12 000 émigrants à San Francisco.

1850

Ouverture d’une église anglicane rue d’Orléans (Victor Hugo).

1851

Premier comptage des étrangers : un peu moins de 380 000 en France, 873 installés au Havre et 155 de passage.

1854

Inauguration de la première synagogue, rue Dauphine.

1855

Création des commissariats de l’émigration, dont celui du Havre, qui comporte aussi 10 des 26 agences françaises autorisées à recruter et transporter les émigrants.

Juillet-août 1855

Bref séjour de 400 prisonniers russes de la guerre de Crimée.

1855-1856

Les grands travaux urbains et portuaires attirent un grand nombre d’ouvriers migrants saisonniers normands, bretons et jusqu’à 2 000 terrassiers et maçons belges.

1857

Ouverture d’une agence de la Compagnie Générale Maritime qui devient bientôt la Compagnie Générale Transatlantique.

13 juin 1864

Le Washington inaugure la French Line du Havre à New-York.

1866

Création d’une chapelle catholique allemande pour les émigrants germanophones (147 mariages jusqu’en 1870).

28 janvier 1871

Création d’une ligue antiprussienne pour chasser tous les Allemands non encore évacués vers l’Angleterre.

1872

Dénombrement de la population : mention de 138 Alsaciens et Lorrains ayant opté pour la France et de 955 n’ayant pas opté.

Naissance du Havre Athletic Club, sur l’initiative de commis de négociants anglais et de leur pasteur.

16 oct. 1872

Lancement du Belgrano, premier paquebot des Chargeurs réunis à assurer des liaisons régulières avec le Brésil et l’Argentine.

Novembre 1875

La Mission norvégienne des Marins ouvre une chapelle luthérienne et un foyer, rue Dubocage de Bléville.

1875

Un prêtre de langue bretonne est attaché à la paroisse Saint-François.

Août 1878

Décès de Marie-Christine, veuve de Ferdinand VII d ‘ Espagne, exilée depuis presque 40 ans.

Janvier 1879

Décès d’Octave Cremazie, poète national québécois, exilé sous un pseudonyme depuis les années 1840.

1882-1883

Ouverture des marchés internationaux des cafés et des cotons.

1886

4 183 étrangers présents au Havre. C’est le nombre le plus important jamais atteint jusqu’en 1921.

Été 1886

Séjour d’officiers japonais venus suivre l’armement du croiseur Unebi aux Forges et Chantiers de la Méditerranée.

Juillet 1889

Premier service postal régulier avec la côte occidentale d’Afrique assuré par les Chargeurs Réunis.

1891

Construction, place Gambetta, d’une chapelle méthodiste anglaise.

Juillet 1896

En tournée internationale, Li Hung Chang, quasi chef du gouvernement chinois, fait sensation en gare du Havre. Il assiste à des essais de tir au canon au champ du Hoc des Établissements Schneider.

Septembre 1897

Séjour du roi de Siam, reçu par Félix Faure, les Ets Schneider et les Forges et Chantiers.

1898

Implantation de l’usine de construction de matériel électrique Westinghouse qui va très vite recruter des ouvriers en Belgique et en Suisse.

L’appel de Zola et la demande de révision du jugement contre Dreyfus déclenchent des campagnes fortement antisémites dans une partie de la presse havraise (Cloche Illustrée, Petit Havre et Courrier du Havre).

Décembre 1898

Fondation de la section havraise de la Ligue des Droits de l’Homme.

1899

Lancement du Tocsin normand, organe des groupes nationalistes et antijuifs du Havre, qui cesse très vite de paraître.

1900

38 nations sont représentées par des postes consulaires permanents.

Juillet 1905

Le Shah de Perse assiste aux festivités de la semaine maritime.

1907

Un pic de 1 250 000 émigrants transitent par Ellis Island, dont plus de 80 000 proviennent du Havre, transportés par La Transat.

Août 1907

Établissement remarqué d’un campement chaudronniers ambulants « venus des confins russes ».

10 juillet 1908

Ouverture de l’École pratique coloniale créée par le négociant en coton Ch. A. Marande

1910

Mise en service par la Cie Gle Transatlantique d’un hôtel des émigrants de 2 000 places, avec une cantine destinée aux juifs pratiquants, rue G. Péri.

1914

Mythe ou réalité ? Le futur Hô Chi Minh, aide cuisinier débarqué, jardinier à Sainte-Adresse.

9 août 1914

Arrivée des premières troupes britanniques issues de tous les pays du Commonwealth ; installation de camps de repos et d’un hôpital (Le Havre, Sanvic et Rouelles).

13 octobre 1914

Débarquement du gouvernement belge en exil qui s’établit à Sainte-Adresse.

1915

Premier recrutement collectif de travailleurs venus d’Afrique du Nord ; 800 Algériens et Tunisiens déchargent le charbon sur les quais et 120 Marocains sont embauchés par l’usine Le Nickel.

Été 1915

Le réfugié Léon Trotski vient au Havre pour rencontrer des militants syndicalistes et socialistes, opposés ou non à la guerre.

Août 1915

Rassemblement de 1 200 prisonniers de guerre allemands sur le port où vont les rejoindre des dockers d’Anvers et de Londres.

24 mai 1916

Délégation de la Douma russe accueillie avec chaleur par la population et à l’hôtel-de-ville.

Mai 1916

Le maire du Havre évalue à plus de 50 000 civils la population supplémentaire accueillie par la commune, dont la moitié est belge.

10 octobre 1916

200 travailleurs chinois des usines Schneider de Gonfreville défilent à pied et en fanfare dans leurs costumes traditionnels jusqu’au centre du Havre pour leur fête nationale.

Juin 1917

Premiers contingents américains en transit ; 720 000 au total jusqu’à l’armistice.

Été 1917

Installation par les Tréfileries d’un camp modèle pour loger 4 à 500 ouvriers recrutés en Afrique du Nord ; ses premiers ouvriers espagnols s’implantent en famille aux Neiges.

18 juin 1917

Violentes échauffourées entre travailleurs marocains et havrais dans les quartiers de la Gare et de l’Eure.

5 janvier 1918

Grève de protestation des ouvriers marocains des Établissements Schneider auxquels le maire d’Harfleur interdit l’achat de pain en boulangerie.

Novembre 1918

L’armistice accélère le départ de la majorité des réfugiés belges et amorce celui des travailleurs dits coloniaux, chinois et nordafricains.

21 janvier 1920

Bagarres pour l’embauche entre ouvriers du port français et marocains au pont 3 : 3 morts.

Février-mars 1921

Pour lutter contre la vie chère, le maire Léon Meyer importe massivement des bœufs et des œufs du Maroc.

30 mai 1921

Première visite officielle en Europe d’Hiro Hito, prince héritier du Japon. 945 marins membres de la division navale qui l’escorte séjournent dix jours.

1922

Embauche par les Tréfileries des premiers travailleurs polonais sous contrat officiel.

Juillet 1922

Départ du Havre du premier navire français à destination de la Russie soviétique, chargé des dons du Comité d’aide au peuple russe. À sa tête, au Havre, Albert Dubosc, conseiller général.

Le Conseil d’État autorise la concession du futur port pétrolier à la Compagnie Industrielle Maritime (CIM) créée avec l’aide de capitaux anglais et américains.

14 février 1923

À la demande d’une des amicales de Bretons du Havre, la rue du Grand-Croissant devient la rue de Bretagne.

Avril 1925

Comité d’action contre la guerre du Rif.

Avril 1927

Comité de Défense de Sacco et Vanzetti initié par le groupe libertaire.

6 avril 1927

Meeting au Cercle Franklin pour l’indépendance de l’Indochine.

Octobre 1927

Saisie policière du journal Viêt-Nam, indépendantiste et communiste, imprimé au Rond-point.

Décembre 1927

Revue La Croisière noire menée au Casino par Joséphine Baker accompagnée par un orchestre de jazz.

1928

Ouverture par la CIM du parc de La Hève pour loger les passagers transatlantiques de 3e classe, en partance vers l’Amérique du Sud et le Canada principalement.

1929

Lancement par l’abbé Boulet d’un mensuel trilingue français-espagnol-polonais, L’Écho populaire des Neiges.

7 novembre 1929

Création de l’Institut colonial.

Avril 1932

Accueil de 376 anabaptistes russes fuyant Shanghai, en partance pour le Paraguay.

Juin 1932

Constitution par seize associations du Cartel Havrais de la Paix.

Janvier 1933

Pour diminuer le chômage, le Cercle d’études des employés de bureau propose de réduire l’emploi féminin et étranger.

Mai 1933

Refus des dockers, puis des ouvriers de l’usine Schneider, d’embarquer des armes pour l’Indochine.

6 février 1934

Certains membres de la Chambre syndicale des Courtiers assermentés font signer une pétition pour exclure le maire Léon Meyer de leurs rangs.

Juillet 1934

Des manifestants communistes troublent l’inauguration du monument du Général Archinard, ancien conquérant du Soudan.

1935

Boycott du matériel de guerre à destination de l’Italie par les dockers et marins.

Juillet 1935

Célébration du tricentenaire du rattachement des Antilles et de la Guyane à la France, à l’initiative d’une association antillaise.

1936

Fermeture de l’hôtel des émigrants de la Transat.

Printemps 1937

Accueil des premiers réfugiés basques espagnols et création de l’orphelinat Francisco Ferrer rue Félix Faure.

20 juillet 1937

Visite officielle de Mohamed V, sultan du Maroc.

Début juin 1940

Premier exode massif des Havrais. Les départs seront parfois définitifs, notamment parmi les familles de marins bretons.

13 juin 1940

Occupation du Havre par l’armée allemande qui l’englobe dans la zone côtière interdite.

Septembre 1940

Création de l’équipe des « artificiers noirs », marins antillais et africains au chômage qui vont neutraliser pendant six ans bombes, obus et mines au péril de leur vie.

Janvier 1942

Premières arrestations d’otages juifs.

12 sept. 1944

Reddition allemande auprès de l’armée britannique qui fait 11 291 prisonniers, avec l’aide des résistants.

Octobre 1944-juillet 1946

Le Havre, seizième port libéré, devient une des plus importantes bases logistiques américaines en Europe : six grands camps assurent le transit et le séjour de 3 675 000 soldats.

Avril 1945

Remise en état des installations portuaires par 12 601 soldats américains, 4 500 Français, dont 729 militaires, et 6 216 prisonniers allemands, cantonnés près du pont 5.

Août 1947

Protestation du député du Soudan exposant la situation de 83 navigateurs sénégalais, anciens soutiers sur les navires à mazout, ne trouvant plus d’embarquement.

Juin 1948

Arrivée autorisée par l’État d’ouvriers qualifiés étrangers, italiens surtout, pour la reconstruction.

1949

Fondation de la clinique scandinave pour les gens de mer, à l’extrémité est du bassin du Commerce

Nouvelles « importations de main-d’œuvre », étrangère et coloniale, pour la métallurgie et la construction navale.

7 mars 1951

Accueil organisé à la gare d’un jeune soldat emprisonné pour avoir distribué des tracts contre « la sale guerre du Viêt-Nam ».

24 mai 1952

Sanglante répression d’une manifestation interdite d’Algériens protestant contre l’arrestation de Messali Hadj.

Décembre 1952

Fondation de l’association Amitié Nord Africaine dans le but d’améliorer les conditions de vie des ouvriers algériens de la reconstruction logés au fort de Tourneville ou dans des baraquements provisoires.

1953

Logement, durant un mois, d’un équipage de 70 Chinois à la Maison du Marin, en attente de la livraison d’un navire.

Septembre 1953

Projection à L’Idéal-Cinéma, dans le quartier de l’Eure, de films en version arabe originale.

1954

La population active de l’agglomération, du Havre surtout, compte 370 Algériens, principalement ouvriers spécialisés (OS) et cimentiers dans le bâtiment, et 1 007 étrangers dont 215 maçons ; parmi les 3 149 dockers, 6 Algériens et 49 étrangers.

Janvier 1955

Ouverture du premier foyer d’hébergement pour les ouvriers migrants du bâtiment, rue Audran.

7 juin 1956

Manifestation à la gare contre le départ des rappelés en Algérie.

1962

Implantation de l’Association des Travailleurs sénégalais.

1964

Trois immeubles financés sur crédits « rapatriés » abritent 750 réfugiés d’Algérie à Harfleur-Caucriauville. Le Havre en compte 468.

24 août 1964

Première des nombreuses visites de Léopold Senghor, Président du Sénégal, à ses compatriotes havrais.

1970

Fondation de l’Association pour la Promotion, l’Animation et l’Alphabétisation des Migrants (APAAM)

Avril 1971

Ouverture du foyer AGEFO (Association de Gestion des Foyers Ouvriers) pour travailleurs migrants, surtout originaires de l’Afrique de l’Ouest, boulevard Amiral Mouchez, à la place de la Maison du Marin.

21 avril 1972

Démolition du dernier baraquement de la place Massillon.

Septembre 1972

Ouverture du département universitaire des Affaires internationales privilégiant l’enseignement des langues étrangères.

11 novembre 1972

Ouverture d’un foyer SONACOTRA (Société Nationale de Construction de Logements pour les Travailleurs Africains) sur un terrain dégagé par la démolition partielle du bidonville de la cité Chauvin, boulevard Jules Durand.

Octobre 1973

Évacuation presque achevée du bidonville de la cité Chauvin. Y demeuraient 700 travailleurs immigrés, algériens surtout.

Novembre 1973

Livraison de 540 logements dans l’ancien îlot insalubre de la rue de la Ligne, en rénovation depuis 15 ans. Projet avorté d’une Maison de l’Afrique, initié par les pouvoirs publics.

1974

La CGFTE, concessionnaire des autobus, emploie une soixantaine de conducteurs africains (un quart de ses effectifs).

Janvier 1974

171 services d’autocar assurent le transport des ouvriers de Renault-Sandouville, 2860 du Havre et banlieues, 5 000 de l’extérieur, jusqu’à Luneray.

Février 1974

Disparition du bidonville de la rue Marmiesse qui abritait 60 Nord-Africains et 40 Portugais et Espagnols.

Avril 1974

Création, au Franklin Building, d’un bureau d’accueil pour les migrants.

Avril 1976

Les douze foyers d’hébergement pour travailleurs migrants isolés de l’agglomération ont une capacité de 3 282 lits.

Été 1976

Plus de 800 réfugiés du sud-est asiatique accueillis dans les foyers de la Pommeraie et de la rue Audran.

Décembre 1976

333 originaires de l’Ile Maurice demeurent au Havre, selon la presse, tandis que s’installent les premiers Comoriens, les uns et les autres navigateurs.

Mai 1977

Première mosquée permanente de la région havraise inaugurée sous l’échangeur d’Harfleur, pour le foyer de la Lézarde.

Juin 1977

La presse quotidienne publie un communiqué officiel en portugais à l’occasion de la fête des communautés portugaises émigrées.

Janvier 1978

Troisième festival national des travailleurs immigrés accueilli à l’Union Chrétienne des Jeunes Gens (UCJG).

Décembre 1978

Fin de la longue grève des loyers au foyer dit « sénégalais », boulevard Amiral Mouchez. La plupart des résidents travaillent chez Renault et aux Tréfileries ; début de l’auto gestion.

L’usine de contreplaqués Luterma compte, avant fermeture, un quart d’ouvriers africains et une moitié de femmes.

Novembre 1979

L’aménagement de terre-pleins pour les conteneurs supprime les traces de la cité Bricard, dernier bidonville du Havre, aux Neiges.

Mai 1980

Ouverture du centre d’hébergement de l’Armée du Salut, rue de la Vallée, à la place du foyer d’ouvriers isolés prévu.

1980

Les 770 immigrés de l’usine Renault de Sandouville (1964) représentent 7 % de son effectif contre 80 % à Boulogne-Billancourt.

1982

572 des 1 840 Turcs du département vivent au Havre.

8 janvier 1983

Deuxième Nuit des Griots organisée par la Maison de la Culture, avec une assistance africaine importante.

Début 1985

Installation de la « grande mosquée », capable d’accueillir plus de 500 fidèles, dans d’anciens docks de l’Eure.

Mai 1985

Nomination du cinéaste chilien réfugié, Raoul Ruiz, à la tête de la Maison de la Culture.

26 octobre 1985

Ouverture de l’exposition Le Bois d’Ébène, organisée par les musées historiques municipaux.

1986

Création de l’Association pour le développement de la vallée du fleuve Sénégal et pour l’éducation des migrants en France (ADVERF).

Juillet 1986

Les restructurations successives de l'usine Tecnor entraînent le démantèlement de l’ancienne cité des Polonais des Tréfileries.

18 juin 1988

Juin dans la Rue : 70 000 Havrais acclament Johnny Clegg, le « Zoulou blanc », qui chante contre l’apartheid.

Novembre 1988

Ouverture aux Neiges du Foyer international des marins qui assure un accueil, mais plus de logement.

Été 1990

L’Armée du Salut héberge les premiers réfugiés des pays de l’Est, russes et roumains.

Septembre 1990

Départ de l’Institut des Sciences et Techniques d’Outre-mer (ISTOM), ex École coloniale.

Juin 1991

Création au Mont-Gaillard de l’association Trait d’Union, destinée à la prévention de la délinquance par l’animation et l’emploi de jeunes chômeurs en tant qu’agents de sécurité.

Novembre 1992

Découverte du drame du Mc Ruby : 7 passagers clandestins ghanéens ont été tués et jetés par-dessus bord en pleine mer.

1993

Apparition, dans les écoles de Caucriauville, de femmes africaines interprètes et médiatrices, relais entre les familles et les enseignants.

24 mai 1995

Marche silencieuse à la mémoire d’Imad Bouhoud, jeune français d’origine tunisienne, assassiné par des skinheads.

Novembre 1996

Les marins du « cargo-poubelle » angolais Kifangondo, retenus à quai presque trois ans, sont payés et quittent le navire.

Avril 1997

Révélation de l’assassinat raciste, commis 7 ans plus tôt, de James Dindoyal, jeune Mauricien sans papiers, le jour de son arrivée au Havre.

14 mars-2 décembre 1998

Occupation de l’église Saint-Pierre de Caucriauville par un collectif de sans-papiers, avec l’accord de l’évêque.

1999

Première mosquée construite à cet usage par l’Amicale des travailleurs turcs, au Mont-Gaillard.

2002-2005

Parmi les entreprises du chantier de Port 2000, deux filiales de groupes néerlandais et une société belge se partagent les travaux de dragage.

Janvier 2003

Création du Conseil supérieur des Sénégalais du Havre.

2003

Afflux d’étrangers candidats à l’émigration clandestine en Angleterre ou réfugiés politiques. 4 000 interpellations opérées par la Police de l’Air et des Frontières.

Février 2003

Le nouvel an chinois rassemble plus d’une centaine de personnes venues de Chine continentale ; pour 1/3 des étudiants, pour 2/3 des familles installées.

Juillet 2003

Arrivée de Luis Fernandez Florez, formé à Bilbao et à Madrid, à la tête de Renault-Sandouville, 1er employeur de la région.

Octobre 2003

L’Université du Havre accueille 766 étudiants étrangers (12 % de ses effectifs).

Janvier 2004

Inauguration d’une rue Victor Schœlcher à Caucriauville, suite à un vœu unanime du Conseil municipal.

28 janvier 2004

Une cinquantaine de clandestins se déclarant irakiens sont délogés par la police du pont Jean-Jacques Rousseau sous lequel ils s’étaient installés.

Juillet 2004

La solidarité des habitants de Rouelles bloque la reconduite à la frontière d’un Angolais demandeur d’asile, et de ses enfants.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540