Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Troisième partie. Migrants dans la cité

Morceaux choisis

Le Havre vue par les visiteurs et par les Havrais

Sylvie Barot

Texte intégral

Journal du voyageur Arnold Van Buchel (1565-1641)

19 mai 1585. Nous avons descendu la Seine dans une barque hollandaise…

210 mai. […] Le site et le port lui-même sont fort importants… L’air est salubre, les rues sont larges, la plupart des habitants sont marins ; il y a deux grandes places de marché ; les habitants y apportent de Provence, d’Espagne et des îles divers produits exotiques…

3Descendant du bateau, nous sommes allés loger, à mon grand regret, au Coq Enchaîné, où une hôtesse anversoise… vendait non seulement du vin, du pain et de la viande, mais aussi ses paroles.

4Alphonse Martin, Un Hollandais au Havre en 1585, Société Havraise d’Etudes Diverses, 1901.

Affaire de Lardinière, extrait d’une requête présentée au roi au nom de la ville du Havre en 1615

5…[Le Havre de Grace] est à présent frontière et la porte par laquelle entrent et sortent la plupart des marchandises de ce royaume… Deux cents grands navires et plus [s’y] victuaillent tous les ans pour aller aux Indes Orientales, Occidentales, Espagne, Terre-Neuve, Canada et autres régions lointaines…

6AMH, Fonds ancien : CC 36.

Opinion d’une femme des Lumières sur la traite

7Que de monde ! Que de voitures ! Ces grandes tentes remplies de balles de coton, de laine, de barriques de sucre, de café, d’indigo. Et tout ce riche, ce précieux ballotage de marchandises de nos manufactures de France, qui ne vous échappe que parce qu’il est recouvert d’une même toile.

8Voyez ce beau navire si bien fait, si élongé, il est prêt à partir pour la traite des nègres. Je suis entré il y a peu de jours dans un semblable, où j’ai tellement frémi d’horreur en écoutant ce qu’on disait, et à l’aspect des fers qu’on leur prépare, que je n’ai pu voir le navire comme je me l’étais proposé ; comment me suis-je dit en moi-même, avec des mœurs si douces, tant de lumières et de philosophie, la cupidité peut-elle nous porter a étendre cette tache sur notre siècle ?

9Extrait de : Marie le Masson le Golft, Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre, 1778, BMR : MS Y 45 (inédit).

Mémoire du Curé Mahieu sur les pauvres de la ville du Havre et paroisse d’Ingouville, mars 1788.

10La ville du Havre n’est pas du nombre de celles qui étant bornées et circonscrites dans leur enceinte, n’admettent qu’un certain nombre d’individus qu’il est facile de distinguer et de connaître. Ouverte et accessible de tous cotés, soit par terre soit par mer elle est comme un centre où viennent aboutir tous les jours un grand nombre d’étrangers. Ce ne sont pas toujours des gens fortunés que la curiosité de voir un port de mer y amène, ce sont plus souvent des malheureux qui semblent fuir devant la misère qui les poursuit : ne pouvant aller plus loin, ils s’arrêtent au Havre. Quelques efforts que l’on fasse, toujours à contre cœur, pour les regrouper, l’humanité, la nécessité extrême réclament en leur faveur, on est forcé de les assister.

11AMH, fonds ancien : GG 557.

Les impressions d’un voyageur anglais

12Le 16 août 1788.

13Il n’est pas besoin d’information pour s’apercevoir de la prospérité [du Havre-de-Grâce] ; impossible de s’y méprendre : il y a plus de mouvement, de vie, d’activité que n’importe où j’aie été en France…

14Le commerce occupe tous les quais ; tout y est hâte, confusion et animation…

15M. de Récicourt, capitaine au corps royal du génie, pour lequel j’avais des lettres de recommandation, me présenta à MM. Hombert, qui prennent rang parmi les plus notables négociants de France. On dîna dans une de leurs maisons de campagne, en nombreuse société, de façon très somptueuse. Les femmes, les filles, les cousins et les amis de ces messieurs ont beaucoup d’enjouement, de grâce et d’instruction. L’idée de les quitter si tôt ne me revenait nullement, car leur société me semblait devoir rendre un plus long séjour très agréable. Il n’y a pas de mauvais penchant à aimer des gens qui aiment l’Angleterre, où ils ont été pour la plupart. – Nous avons assurément en France de belles, d’agréables et de bonnes choses ; mais on trouve une telle énergie dans votre nation !

16Eté 1789.

17La seule industrie encore florissante est le commerce avec les colonies sucrières, et l’idée d’émanciper les noirs, ou au moins d’en arrêter la traite (idée venue d’Angleterre) a jeté Nantes, Bordeaux, Le Havre, Marseille et les autres villes intéressées à ce commerce, quoique indirectement, dans une extrême agitation… Les planteurs et les négociants […] sont mieux préparés à montrer l’importance de leurs transactions, qu’à raisonner philosophiquement sur l’abolition de l’esclavage.

18Arthur Young, Voyages en France, Paris, éd. A. Colin, 1976.

Bégouen-Demeaux, député à l’Assemblée nationale, à la municipalité du Havre, le 3 mars 1790, à propos du vote du décret abolissant les droits féodaux

19… Je crois Messieurs pouvoir absolument vous rassurer sur l’issue de cette affaire et vous dire que l’intention presque générale est de laisser continuer la traite mais l’embarras d’une grande partie de l’Assemblée est de trouver une tournure qui ne la mette pas en contradiction manifeste avec ses principes…

20AMH : PR D3 39.

Un rapport sur l’émigration allemande vers l’Amérique.

21« Il s’est produit (en 1818) un fait commercial important : le passage des émigrants est devenu un moyen de retour pour les navires américains qui, apportant du coton au Havre, manquaient d’éléments de cargaison à leur sortie ; cet élément trouvé, le taux du fret sur le coton qui, autrefois, devait couvrir la dépense des deux voyages, a baissé, et la construction des navires mêmes en a été modifiée. Les Américains, renonçant aux formes effilées et élégantes de leurs coques, qui avaient eu tant de succès pendant la guerre, ont trouvé moyen de construire des navires qui ont porté plus de balles de coton et ont présenté ensuite de plus vastes aménagements aux familles des émigrants. Les flancs élargis se sont élevés beaucoup plus au-dessus de la ligne de flottaison, sans, pour cela, gêner la marche du navire. Ce nouvel article d’encombrement a afflué de plus en plus sur les quais du Havre, de 1818 à 1836, et le nombre des émigrants qui traversaient la France atteignait déjà, à cette dernière date, 15 à 20 mille par année. »

22 Journal du Havre, article du 6 février 1855 citant l’économiste Horace Say.

Rapport du général Niel au Comité des Fortifications sur l’utilité du maintien de l’enceinte bastionnée continue qui entoure Le Havre, 26 avril 1853

23… La population du Havre est-elle homogène et animée de sentiments patriotiques comme celle de Lille, de Metz, de Strasbourg ? Peut-on lui confier une vaste enceinte ou faut-il la garder avec des citadelles ? Voici comment la dépeint le Maréchal Vaillant : « il faut tenir en respect la population du Havre qui, bien plus cosmopolite que française, et désireuse de prévenir ou de terminer toute lutte qui compromettrait ses intérêts matériels, pourrait dans certaines circonstances paralyser les efforts de la petite garnison… sinon même se joindre aux ennemis du dehors et contraindre à rendre la place. Cette résolution doit exercer une grande influence sur les résolutions du gouvernement… »

24Service Historique de l’Armée de Terre, archives techniques du Génie, château de Vincennes, section 1 Le Havre, carton 5.

Une élite protestante

25S’il existait en effet une vieille aristocratie bourgeoise autochtone, composée de familles catholiques, toutes proches de la terre normande, le monde de la Bourse comptait par contre une élite issue d’un peu partout, en grande partie protestante. Il y avait d’une part tout un groupe alsacien, que le coton avait attiré là et où Jules Siegfried retrouvait plus d’un membre de sa famille. Mais il y avait aussi des Anglais, des Suisses, des Allemands, des Hollandais, des Scandinaves, des Américains, qui généralement se francisaient vite et dont les fils devaient par la suite devenir les serviteurs les plus convaincus de notre pays. Pourtant, ces familles conservaient longtemps, dans leurs mœurs, leurs conceptions, leurs manières, quelque chose de distinct. La côte d’Ingouville, où se trouvaient principalement les résidences de cette aristocratie protestante des affaires, contenait ainsi une société, séparée de l’autre, qui ne se mêlait pas aux anciennes familles catholiques et, par rapport à la basse ville, faisait un peu bande à part.

26André Siegfried, Jules Siegfried 1837-1922, Société des Bibliophiles Havrais, Firmin-Didot, 1942.

Une Babel trépidante et grouillante

27Je revois ce soir d’octobre, l’arrivée du gouvernement belge, sa descente du bateau, encore essoufflé de son évasion d’Ostende, la désolation de ce quai recevant, dans la mélancolie de la nuit brumeuse, toutes les tristesses, toutes les amertumes, tout le pesant mystère de l’exil… Des bruits percèrent les ténèbres : « Vive la Belgique ! ». Aux fenêtres, sur le parcours du cortège, des drapeaux hâtivement arborés prenaient, avec la nuit, des silhouettes de crêpes. Une joie palpitante et pénible s’efforçait d’oublier dans l’espérance la cruauté des réalités vécues.

28Ce soir-là, le Havre acheva de perdre sa couleur propre et traditionnelle. La même âme y brûla, sans doute, concentrée et fervente, avec la foi robuste et la dignité consciente que la « Cité françoise » a toujours montrées, même aux heures noires de son histoire, mais extérieurement, dans sa mise, dans ses manifestations diverses, dans l’aspect changeant de sa vie et la physionomie saisissante de sa rue, le Havre était devenu autre chose : une sorte de Babel trépidante et grouillante où se coudoient toutes les races du monde, où l’on parle beaucoup anglais, beaucoup flamand, où l’on retrouve moins souvent, noyé dans le flot, épave ballottée par l’imprévu des conversations, cet accent traînard et goudronné qui est l’accent de l’indigène, et qui, frère du grand air du large, emporté par lui de carrefours en carrefours à travers les vieux quartiers, a comme lui le sel et la franchise.

29[…] C’est donc bien Le Havre, cette ville bruyante et bigarrée, où l’auto militaire circule au milieu d’un mêli-mêlo d’uniformes, où l’on frôle l’Anglais, le Belge, l’Américain, le Portugais, le Serbe, le Russe, le Marocain, le Chinois, l’Annamite, et même le Français ; où l’exotisme nonchalant s’adapte vite au modernisme le plus aigu, où le civil « tient » avec un apparent désir d’existence souriante et frivole, où les primeurs sont hors de prix, les terrasses de café envahies, où l’argent roule, abondant, autour d’un luxe sans réserve ?

30Non, ce n’est pas lui.

31Albert Herrenschmidt, Au fil des jours, Paris, Maison du livre, 1918.

L’origine d’une vocation

32Pendant cet été 1916, une fin d’après-midi,… j’attendais dans le hall vitré de l’ancienne gare du Havre, l’arrivée de je ne sais plus quel train, et je découvris dans un coin, dans un renfoncement mal abrité des courants d’air, un « sidi » coiffé d’un fez, accroupi, grelottant de fièvre, le corps secoué par la toux. Des émigrants, depuis des années, passaient par le Havre : Siciliens, paysans d’Europe centrale, Africains, fuyant leur misère, emmenés comme les bêtes d’un troupeau, vers les plaines inhabitées des Etats-Unis et du Canada. Cet Arabe avait-il été oublié ? Que faisait-il, seul, dans son dénuement, parmi ces indifférents ? Quel était son avenir sinon s’effondrer sur le trottoir pour être jeté inconnu à la fosse commune du cimetière Sainte-Marie ? Il avait été un petit enfant dans le soleil. Quels pouvaient être ce jour-là, ses souvenirs ? Sentait-il encore se poser sur les derniers jours de sa vie le regard d’Allah ? J’avais seize ans, je tournais autour de lui, trop timide pour lui tendre la main. Je rentrai chez moi dans une grande agitation, et aussitôt, j’écrivis cette rencontre. Le soir même, je crois, je l’envoyai au journal que je lisais : l’Humanité, fondé par Jean Jaurès.

33Armand Salacrou, Les idées de la nuit, Librairie Fayard, Paris, 1960.

Au marché du Rond-Point

34Les fils du désert africain ont émigré, on le sait, sous toutes les latitudes, mais ils y ont perdu le sourire de leurs dents blanches et de leurs yeux brillants, et la barbe que Mahomet ordonne de porter a de ces airs qui n’auraient pas plu au Prophète. Les pauvres diables ! Allah n’est pas bon pour eux : ils ne savent pas travailler de leurs mains, mais ils réussissent au négoce et vendent les reliefs de maints mobiliers où ils espèrent, mais pauvre illusion, de s’enrichir…

35Quelques fils du ciel présentent aussi, l’amour du lucre au fond de leurs yeux bridés, les fétiches et bouddhas qu’on fabrique au Céleste Empire.

36Vision moins exotique, des orchestres tziganes, réduits, accompagnent cette comédie humaine de romances langoureuses et sentimentales où bien des filles sensibles se laissent prendre et bercer.

37Abbé Maurice, Le Quartier Sainte-Marie du Havre, Le Havre, imprimerie Micaux, 1929.

Un des carrefours du globe

38Le port du Havre avait tellement pris au sérieux, avant la guerre, son rôle d’antichambre de l’Amérique que, par une sorte de mimétisme inconscient, il s’était mis à lui ressembler.

39Le Havre était la seule ville en France, avec ses larges avenues se coupant à angle droit, la rectitude de ses rues interminables et toujours désertes, dont la silhouette rappelle celle des cités à la croissance hâtive de l’Ouest américain. Bien plus, la présence de toute une classe de la population, marins, négociants, employés, dockers, en contact quotidien avec les choses et les hommes des Etats-Unis, n’était pas sans influencer son atmosphère spirituelle. On était très pragmatiste au Havre avant la guerre. On s’y moquait volontiers des systèmes et des parti-pris, on y avait le culte de l’efficacité. Le sentiment religieux même s’y exprimait souvent à travers des formes américanisées, assez inattendues dans ce coin de l’Ouest catholique. Les sectes protestantes dissidentes adventistes, baptistes, évangélistes, y avaient de nombreux disciples qui se réunissaient le dimanche pour chanter des hymnes dans des chapelles en planches, reléguées dans les faubourgs. On y trouvait même des adeptes de la science chrétienne.

40Puis, contrastant avec ce côté puritain, collet-monté et un peu froid, il y avait les vieux quartiers, Saint-François dans l’île et Notre-Dame, pittoresques, grouillant de vie, fréquentés par les matelots de tous les continents. Des bistrots minuscules et proprets qui bordaient les quais, tous tenus par des bretonnes méticuleuses, s’échappaient des airs d’accordéon, des rires de filles, des bruits de verres choqués. On y parlait toutes les langues du monde, et, lorsqu’une escadre étrangère venait jeter l’ancre dans le port, les uniformes sombres, les bérets, les rubans, les pompons des marins, créaient une atmosphère de kermesse et de mascarade. On s’y embrassait, on s’y querellait avec une égale conviction. Nous avions alors le sentiment de vivre à l’un des carrefours du globe, en un point où jamais l’activité ne s’arrête, et où le brassage des foules lui-même est une source d’énergie dont profitent tous ceux qui s’y mêlent.

41Pierre Aubery, Les Américains au Havre, Paris, la Bibliothèque française, 1948.

Fily-Dabo Sissoko, député du Soudan à l’Assemblée Nationale Constituante, au Maire du Havre le 26 août 1947

42J’ai l’honneur d’attirer tout particulièrement votre attention sur la situation très difficile dans laquelle se trouvent certains de mes compatriotes noirs domiciliés au Hâvre.

43Ces compatriotes noirs, au nombre de 83, sont des navigateurs qui travaillent sur des bateaux à mazout. Il paraîtrait que, maintenant, ils ne peuvent plus trouver d’emploi au Hâvre, parce que le syndicat s’oppose à leur embauchage. C’est pourquoi M. Camara Amady, domicilié au Centre d’Accueil des Marins, au Hâvre, est venu m’exposer leurs doléances…

Réponse du secrétaire de l’Union Syndicale des Marins et A.D.S.G. du Havre

44… nous sommes étonnés des réclamations faites par nos Camarades Sénégalais […]. Depuis le 1er/I/45 les marins sont soumis à un régime de réquisition, trois décrets successifs ont établi ce régime […].

45En application de ces derniers, très peu de Sénégalais réunissent les conditions, c’est pourquoi nous avons demandé à la Commission Locale Tripartite ainsi qu’à l’Inscription Maritime de bien vouloir embarquer ces derniers, même ne réunissant pas les conditions […].

46Beaucoup d’entre-eux sont rentrés en France par des moyens illégaux, d’autres, embarqués pour remplacer des blancs malades sur la côte devaient être débarqués et rapatriés au compte de l’Armateur, mais ils ont refusé à être rapatriés, ce qui fait que le nombre augmente sans cesse.

47Pour ce qui est des navires à mazout, comme il faut savoir lire et écrire, les armateurs préfèrent embarquer des blancs […].

48AMH, Fonds contemporain : F7 4-2.

Exposé d’Albert Charles présentant le 7 mars 1949 au Conseil municipal du Havre un projet d’exposition internationale, maritime et coloniale

49En 1887, la participation coloniale était à peu près nulle car les rapports du Havre avec les possessions d’Outre-mer étaient presque exclusivement limités aux Antilles, à la Guyane ou à la Nouvelle-Calédonie. Depuis, l’Empire Colonial français s’est considérablement agrandi et a développé ses exportations vers la Métropole. Le Havre, moins attiré jusqu’alors que des ports comme Marseille ou Bordeaux par le trafic colonial, y prit une part de plus en plus grande et étendit ses relations vers la Côte Occidentale d’Afrique, le Cameroun, le Gabon, Madagascar, la Guyane et même l’Indochine et la Côte des Somalis. Sans être aussi importantes, les transactions avec l’Algérie, la Tunisie, mais surtout avec le Maroc atteignent même maintenant une certaine activité… [Notre manifestation] en effet, permettrait de mettre en valeur la part importante, sinon prépondérante du Havre dans les importations coloniales de produits comme le coton, le café, les rhums, les vins, le poivre, le cacao, les fruits, le riz, le maïs, le manioc, les oléagineux, le sisal, le graphite et les bois.

50Si Marseille est la Porte de l’Orient, Le Havre, déjà connu comme Porte Océane, est bien la Porte de l’Occident.

51Nos relations ne sont pas, en effet, limitées aux colonies, mais s’étendent à toutes les parties du monde, et particulièrement aux Amériques. Le Havre, grand port transatlantique de l’Europe continentale, est un vaste entrepôt de matières premières les plus diverses : coton, café, cacao, céréales, cuirs et peaux, cuivre, étain, bois exotiques, caoutchouc, sucre, viandes, fruits, pétrole, sans compter les produits alimentaires, les machines et un nombre infini d’articles les plus divers.

52C’est cet ensemble d’importations qui font l’objet de transactions régulières qui constitue le Marché du Havre dont l’influence s’exerce sur les différentes places mondiales.

53Archives municipales du Havre, délibérations.

Annexes

Annexe 6 : Le poids des migrations. Présences et traditions oubliées

Sylvie Barot

Rapportés du Brésil dès avant 1540, puis de Guyane et des Isles, ils font partie avec perruches, serins et singes, des cadeaux exotiques offerts aux hauts personnages en visite et à la Cour, jusqu’au XVIIIe siècle.

Objets précieux et autorisés de portage pour les marins auxquels ils assuraient des bénéfices confortables, retours de pacotilles, on les retrouve dans la cérémonie rituelle, festive et annuelle du « papegay », attestée de 1596 à 1713 : effigies sculptées et peintes en écussons, hissées au haut de la « grosse tour » ou du clocher Notre-Dame, pour être abattues par les bourgeois conviés à apprendre à bien tirer à l’arquebuse pour la défense de la ville.

Ils sont trois à décorer l’enseigne d’un cabaretier en 1716. Marie le Masson se moque en 1778, dans son « coup d’œil… », quand sa cuisinière en troque un, pour l’instruire et le revendre ensuite, avec une marge agréable.

Ils sont présents chez la comtesse de Ségur, quand la pauvre Sophie, en attente d’un voilier pour l’Amérique, s’amuse beaucoup « des quais couverts de marchands de perroquets, de singes… ».

Et Loulou, le perroquet de Flaubert et de Félicité au cœur simple débarque ici dans les bagages d’un consul retour d’Amérique, avant d’y être empaillé en 1837, inspiré de celui d’un ancien capitaine au long cours retiré à Trouville, ami de l’écrivain.

Quant à Gérard de Nerval, de passage en 1846, il note « l’immense quantité de perroquets suspendus dans les cages aux portes des maisons. Ils répètent tous… « as-tu déjeuné ? etc. ».

Et c’est sans doute pour lutter contre le souvenir d’un tel vacarme que les règlements de co-propriété des premiers immeubles reconstruits en 1950 prohibent formellement et solennellement leur présence.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540