Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Troisième partie. Migrants dans la cité

Une immigration méconnue

Les étudiants étrangers au Havre

Benjamin Steck

Texte intégral

  • 1 On peut se reporter, entre autres, à L’Étudiant étranger, « Préactes de la journée d’études du 8 f (...)
  • 2 Se reporter à L’université du Havre, une université dans la cité, Université du Havre, Editions de (...)

1Loin des clichés et des représentations les plus communément admises sur les immigrés, il est de première importance de mettre au jour l’une des faces méconnues de l’immigration, celle des cadres, des intellectuels, des étudiants, issus de divers horizons culturels. Peu de choses ont été écrites sur cet aspect de l’immigration. Dans cette contribution, nous nous en tiendrons à l’étude des étudiants d’origine étrangère1, installés, pour des durées très variables au Havre. Certes cette cité n’a pas une longue histoire d’enseignement supérieur et il faudrait lancer des recherches pour en savoir davantage sur ce qu’ont pu être les flux migratoires suscités par la création d’institutions telles l’école coloniale, devenue l’ISTOM, aujourd’hui en Ile-de-France, ou l’école supérieure de commerce ou l’école de la marine marchande. On peut formuler l’hypothèse que de telles écoles n’ont guère eu d’influence directe sur l’implantation d’immigrés au Havre, dans la durée, la vie étudiante étant par définition transitoire. Mais on peut aussi formuler l’hypothèse qu’elles ont eu un rôle dans la diffusion d’une réelle réputation internationale de la ville au travers des parcours de ceux qui y ont été formés et ont essaimé ensuite à travers le monde. Quoi qu’il en soit des lacunes que présente la connaissance sur de telles formes d’immigration, nous estimons possible d’établir quelques faits et de proposer quelques pistes d’analyse, concernant au moins l’université. La création de formations dépendant de l’université de Rouen, dans un premier temps, à la fin des années soixante, puis la naissance en 1984 et la croissance d’une université de plein droit ont suscité des flux d’étudiants mais aussi d’enseignants chercheurs issus d’Etats étrangers2. L’ouverture internationale a constitué une constante des choix pédagogiques et scientifiques des universitaires havrais. Cette décision originelle s’est trouvée confortée, depuis lors, en parfaite consonance avec les ambitions explicites d’une place portuaire qui a toujours regardé vers le grand large. Si l’université encourage ses étudiants d’origine française à partir vers l’étranger, au moins pour une partie de leurs études, elle est aussi terre d’accueil pour des jeunes étrangers qui veulent y poursuivre leur formation, pour un semestre, une année, souvent davantage. Dans le même temps, l’université du Havre a pu bénéficier de la venue de collègues d’origine étrangère, qualifiés par les instances universitaires nationales, recrutés par les instances scientifiques et pédagogiques de l’université et qui ont fait le choix de s’y implanter et d’y investir leurs hautes compétences au service de l’enseignement supérieur et de la recherche, tout principalement dans le domaine des sciences exactes. Cette internationalisation du corps enseignant s’est révélée féconde et a évité le piège du régionalisme trop souvent dénoncé dans les universités de petite taille. La variété de leurs origines constitue pour Le Havre un enrichissement culturel autant que scientifique. Nous n’en dirons guère plus dans cette étude, tant les recherches sont balbutiantes en la matière. Conduire une recherche sur les étudiants et les enseignants-chercheurs d’origine étrangère, c’est contribuer à démontrer l’importance de l’universel qui vit au cœur de toute ambition universitaire dans tout programme de développement local, surtout lorsqu’il est porté par une ambition internationale.

Des étudiants issus du monde entier

  • 3 Toutes les données proviennent du service de la scolarité de l’université du Havre, aimablement co (...)

2La croissance vigoureuse du nombre d’étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre, depuis sa création, est le premier indicateur fort de cette attractivité. Les effectifs d’étudiants étrangers s’élèvent à 968 pour l’année 2004-2005, soit 14 % des effectifs globaux3. Ce taux est un peu supérieur à la moyenne de l’ensemble des universités françaises et démontre les possibilités d’attraction d’une jeune université dont la notoriété internationale s’affirme progressivement, dans un monde où les formations supérieures se mondialisent rapidement. Un regard sur les années passées révèle une croissance régulière et forte des admissions d’étudiants étrangers. Depuis l’année universitaire 1998-1999, leur nombre s’est accru de 118 %, alors que dans le même temps, les effectifs globaux d’étudiants inscrits stagnaient. Cette évolution conduit à accroître leur part dans la population étudiante totale. Compte tenu des demandes d’inscription qui parviennent aux instances de l’université, en nombre sans cesse croissant, année après année, cette part pourrait être encore plus élevée. C’est en effet plusieurs milliers de dossiers qui sont reçus et traités par les instances compétentes. Seule une partie de ces demandes sont acceptées, compte tenu de la mise en œuvre d’une politique de sélection des dossiers, fondée sur des choix pédagogiques et scientifiques rigoureux, et définie par l’université, dans le cadre des réglementations nationales.

Une zone de recrutement très africaine

3L’université du Havre accueille en 2004 des étudiants ressortissants de soixante deux États sur environ deux cents membres de l’ONU (figure no 1). Mais vingt-sept seulement y ont des effectifs égaux ou supérieurs à 1 % des inscrits étudiants totaux. Si l’on prend en compte les inscriptions administratives depuis cinq ans, c’est quatre-vingt onze Etats qui ont été représentés au moins une année par au moins un étudiant.

Figure 1. Étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre pour l’année 2003-2004

Figure 1. Étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre pour l’année 2003-2004

4La répartition des étudiants étrangers selon leur origine par grands ensembles régionaux (figure no 2 et, dans les annexes, tableau no 1) est assez révélatrice des relations privilégiées que la France entretient toujours avec les pays d’Afrique, principaux pourvoyeurs d’étudiants pour l’ensemble des universités françaises. Ceux-ci constituent environ les deux tiers de la population étudiante étrangère au Havre. Le Maghreb arrive en tête. L’Afrique au sud du Sahara, y compris les États de l’océan Indien proches de l’Afrique, vient en seconde position. Si l’ensemble de l’Afrique constitue un vivier particulièrement riche pour le recrutement d’étudiants étrangers, une limite majeure nuance cependant le constat. Les étudiants africains proviennent presque exclusivement d’États africains francophones. Certes les temps ne sont plus où les autorités célébraient les vertus de ce que les journalistes ont appelé la « Françafrique » mais l’impact culturel, intellectuel et scientifique de la France sur cette partie du monde demeure déterminant. Les mesures drastiques mises en œuvre par les consulats de France dans ces pays freinent toutefois l’arrivée de candidats qui aspirent à trouver en France les conditions de formation et les possibilités de recherche qu’ils ne parviennent pas à trouver dans leurs universités trop souvent démunies, sans pour autant que les étudiants africains non francophones soient plus nombreux.

5Hors l’Afrique, le rayonnement de l’université du Havre est plus réduit. 110 étudiants seulement sont originaires d’États européens, moins qu’il y a cinq ans mais en reprise toutefois depuis le creux marqué de 2001. C’est manifestement encore très inférieur à ce qu’on serait en droit d’attendre de la mise en place d’une réelle politique d’échanges européens. Il faut souligner que nos principaux partenaires économiques, culturels, diplomatiques de l’Union européenne sont peu représentés. Depuis peu, la croissance des flux en provenance de l’Europe centrale, compense, pour partie, la baisse des flux en provenance de l’Europe occidentale, sans qu’il soit possible d’affirmer que ces nouveaux flux vont s’établir dans la durée et combler les défaillances de nos partenariats de proximité. Il est vrai que les étudiants européens effectuent la plupart du temps un séjour de courte durée au Havre, au mieux une année universitaire. L’impact sur la cité est donc assez faible. Seuls les étudiants roumains s’inscrivent pour des durées plus longues. C’est la conséquence d’un partenariat déjà ancien avec l’université de Galati, partenariat encouragé par la Région Haute Normandie.

6L’Asie est faiblement représentée, avec 150 étudiants. Mais, et c’est important pour l’avenir, leur nombre croît de façon spectaculaire depuis peu et le poids de l’Asie s’élève ainsi d’année en année. Entre la rentrée 1998 et la rentrée 2004, leur nombre a été multiplié par dix. Ce sont très majoritairement des Chinois. Cette évolution est observée partout en France et plus généralement dans tout le monde occidental. Mais, en dehors de la Chine, l’Asie est mal représentée, constat qui s’applique même à la Corée avec laquelle pourtant l’université du Havre a d’importants partenariats. Les choix opérés par les universitaires havrais en faveur de formations originales ouvertes à l’Asie, qui ont conduit à développer des partenariats spécifiques, n’ont pas encore eu les effets de réciprocité et d’entraînement qu’on aurait pu attendre.

7L’Amérique est enfin le continent le moins bien représenté dans les publics étudiants étrangers. Avec 12 étudiants seulement, en baisse par ailleurs depuis 1998, l’Amérique est la grande absente des statistiques étudiantes havraises. Malgré les dispositifs d’échanges internationaux, et les partenariats existant entre certaines universités d’Amérique et celle du Havre, l’attractivité demeure très faible. Le passé de relations maritimes et d’affinités électives qui devrait rapprocher Le Havre de l’Amérique semble ne jouer aucun rôle dans l’attractivité de son université sur cette partie du monde. Comme pour l’Asie, les choix opérés en matière de coopération internationale, pourtant favorables à l’Amérique, et tout particulièrement à l’Amérique latine, n’ont pas encore eu les effets attendus.

Figure 2. Origine des étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre (1998-2004)

Figure 2. Origine des étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre (1998-2004)

8La zone de recrutement de l’université du Havre est donc essentiellement africaine. Elle est de plus en plus chinoise. En cela, elle ne diffère pas fondamentalement de celle des autres universités françaises. On doit toutefois souligner quelques particularités havraises.

Tableau 1. Spécificité de l’université du Havre dans l’accueil des étudiants étrangers (États représentant au moins 1 % de la population étudiante étrangère inscrite à l’université du Havre en 2002)

ÉTAT

nombre d’étudiants inscrits à l’université du Havre

% du nombre total d’étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre

% du nombre total d’étudiants étrangers inscrits dans l’ensemble des universités françaises

sur ou sous représentation relative dans l’université du Havre en %

Bénin

10

1,28

1,03

23,58

Djibouti

11

1,40

0,73

91,80

Russie

11

1,40

1,27

10,44

Corée du sud

12

1,53

1,05

45,93

Côte d’ivoire

13

1,66

1,97

-15,70

Allemagne

13

1,66

3,27

-49,28

Cameroun

14

1,79

2,24

-20,17

Gabon

15

1,91

1,36

40,45

Madagascar

16

2,04

1,74

17,34

Congo

17

2,17

1,57

38,51

Roumanie

23

2,93

1,93

52,13

Tunisie

30

3,83

4,59

-16,69

Mauritanie

42

5,36

0,50

980,00

Chine

64

8,16

4,88

67,20

Sénégal

74

9,44

4,08

131,59

Algérie

129

16,45

9,50

73,24

Maroc

184

23,47

15,90

47,64

9Sur les dix sept États qui avaient au moins 10 étudiants inscrits à l’université du Havre en 2002 (tableau no 1 et, dans les annexes, tableau no 2), treize sont mieux représentés dans celle-ci qu’ils ne le sont dans l’ensemble des universités françaises. C’est principalement vrai pour la Mauritanie, très largement sur-représentée à l’université du Havre, mais aussi pour le Sénégal et dans une moindre mesure Djibouti et l’Algérie. Au total les États africains sont largement surreprésentés au Havre (environ 66 % au lieu d’environ 40 % pour l’ensemble des universités françaises). Le Cameroun, la Tunisie et la Côte d’Ivoire constituent des exceptions remarquées, même si leur sous-représentation demeure modérée. La Roumanie et dans une moindre mesure la Russie sont les seuls États européens mieux représentés au Havre que dans l’ensemble des universités françaises. En revanche pour la plupart des grands États européens dont la France est un partenaire majeur au sein de l’Union européenne, c’est la sous-représentation qui est la règle : l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni qui figurent dans les tout premiers rangs des États d’origine des étudiants étrangers inscrits dans des universités françaises pèsent bien peu dans les effectifs universitaires havrais (annexes, tableau no 2). Il en va de même, bien qu’à un moindre niveau, pour la Belgique, le Portugal, la Grèce mais aussi pour la Pologne ou la Bulgarie ou la Turquie dont les effectifs dans les universités françaises pèsent d’un poids nettement supérieur à ce qu’ils pèsent au Havre. On peut rappeler la très faible représentation des Etats-Unis, déjà mise en avant, mais aussi souligner la faible représentation du Liban, pourtant haut placé dans la hiérarchie des partenaires universitaires de la France.

Une ouverture vers d’autres horizons

10Quand on analyse l’évolution sur quelques années (1998-2004), on constate de progressifs déplacements (tableau no 2). Certes les principaux contingents restent issus des mêmes États, avec des fluctuations assez faibles. Toutefois si l’on considère l’ensemble des États représentant plus de 1 % des effectifs totaux d’étudiants étrangers, quelques cas retiennent l’attention. La hausse du nombre d’étudiants originaires de Chine, de Mauritanie, de Hongrie, de Roumanie, de Tunisie atteint des rythmes spectaculaires. Pour la Hongrie, cela représente encore très peu de monde mais pour les autres, cela porte sur des effectifs non négligeables. À l’opposé, on note des baisses absolues, Cameroun, et des baisses relatives significatives, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Allemagne, et même Sénégal…

Tableau 2. Evolution (1998-2004) des effectifs d’étudiants étrangers originaires d’États représentant au moins 1 % des étudiants étrangers inscrits en 2004

Tableau 2. Evolution (1998-2004) des effectifs d’étudiants étrangers originaires d’États représentant au moins 1 % des étudiants étrangers inscrits en 2004

11Pour la plupart de ces États, une telle évolution n’est toutefois pas très significative, tant les effectifs concernés sont faibles et sont susceptibles de varier assez rapidement d’une année à l’autre. Là où les évolutions sont les plus fortes, il s’agit d’États qui étaient très peu représentés, en 1998 et dont les effectifs, pour importants qu’ils soient devenus en 2004, ne sont pas encore très élevés. En conséquence une variation de quelques étudiants peut provoquer une hausse spectaculaire de la part relative, sans pour autant impliquer une réorientation massive de la zone de recrutement de l’université du Havre. Néanmoins, la part de l’Afrique, y compris le Maghreb, en hausse absolue, est en baisse relative. Mais au sein de l’Afrique, l’Union du Maghreb Arabe pèse de plus en plus alors que l’Afrique noire au sud de Sahara recule sinon en absolu du moins en relatif. La part de l’Europe décroît également mais celle de d’Europe centrale et orientale croît. Du seul fait de la Chine, la part de l’Asie croît à la fois en absolu et en relatif.

12En fait de telles évolutions sont pour une grande partie le reflet de mouvements d’ampleur internationale qui parcourt le monde des formations universitaires, mouvements qui commencent à tisser les fils d’un réseau mondialisé qui s’affiche de plus en plus clairement. L’attraction des formations des États du Nord est une réalité majeure que des décennies dites du développement consacrées aux États du Sud n’ont pas permis de réduire. S’y ajoute de plus en plus la curiosité des pays dits émergeants pour ce qui s’enseigne dans les puissances déjà confirmées, quand bien même leur niveau de formation supérieure est désormais tout à fait comparable. C’est l’une des manifestations du phénomène bien connu de captation des savoir-faire élaborés par d’autres pour se mettre à leur niveau et ensuite pouvoir les concurrencer sur leur propre terrain. L’ouverture de la Chine au monde et ses ambitions de jouer un rôle majeur dans les affaires du monde en constitue le plus brillant exemple. Mais à côté de ces facteurs universels, l’attractivité de l’université du Havre est soumise à d’autres facteurs plus strictement nationaux, voire locaux. L’attraction sur la Chine, par exemple, tient, peut-être, à l’existence d’un institut des langues et civilisations orientales mais aussi aux partenariats institutionnels que Le Havre a engagés avec la cité portuaire de Dalian. Sur un autre registre, si l’université du Havre adhère à la mise en œuvre d’un espace européen de l’enseignement supérieur, il est vrai que son attractivité sur les étudiants des grands pays voisins, demeure faible, par manque de notoriété internationale, sauf à intégrer des réseaux d’universités de même taille, situées dans des agglomérations de même ampleur, tel le réseau dit de Santander dont elle est membre. En fait, la véritable explication aux spécificités locales dans l’accueil des étudiants étrangers tient à l’orientation géographique des liens personnels et institutionnels tissés avec patience et dans la durée. C’est le rôle tenu par tel ou tel enseignant chercheur, lié par ses travaux ou ses relations universitaires nouées lors de colloques internationaux, à tel ou tel universitaire de tel ou tel État qui lance bien souvent les partenariats et les échanges et en assure la continuité. Le cas du Brésil, à une certaine époque, celui de l’Allemagne, de la Roumanie, de la Mauritanie, de la Corée en constituent des exemples révélateurs. Le risque d’une telle personnalisation de la relation, c’est son interruption dès que l’initiateur local quitte l’université.

Un choix d’études privilégiant de plus en plus le troisième cycle

  • 4 Depuis la réforme dite LMD (licence, master, doctorat) la structuration des études universitaires (...)

13Outre l’élargissement de la zone de recrutement de l’université du Havre, il faut noter une évolution dans les choix des étudiants étrangers. Pendant longtemps, ceux-ci étaient plus nombreux dans des formations de premier cycle. C’était encore le cas en 1997 : 53 % des effectifs étaient inscrits en premier cycle et 47 % en deuxième et troisième cycles dont 17 % en troisième cycle4. Pour l’ensemble de la France, les étudiants étrangers inscrits dans ces deux cycles représentaient alors 65 % des effectifs. Il y avait donc une nette sur représentation des étudiants inscrits dans des formations de premier cycle au Havre. En 2002, l’université du Havre se rapproche de la situation moyenne nationale, sans s’y conformer encore tout à fait : 43 % des étudiants étrangers sont inscrits en premier cycle et 57 % en deuxième et troisième cycles dont 24 % en troisième cycle. Entre 1997 et 2002, les effectifs de deuxième cycle ont augmenté de 126 % ; ceux de troisième cycle de 180 % pour une augmentation moyenne des étudiants étrangers de 103 %. La sur représentation relative du premier cycle par rapport à la moyenne nationale demeure mais elle s’atténue considérablement. Cette évolution est très positive puisqu’elle signifie une attractivité plus grande des laboratoires de recherche havrais couplée avec une notoriété porteuse d’avenir. C’est effectivement par la capacité d’attirer de très bons étudiants en master et en doctorat que l’université du Havre joue une partie de son affirmation comme pôle de recherche. Pour la cité, des tels étudiants sont évidemment des moteurs de développement et des instruments de diffusion de son image à travers le monde.

Figure 1. Répartition par cycles des étudiants étrangers inscrits en 2002

Figure 1. Répartition par cycles des étudiants étrangers inscrits en 2002

L’engagement de l’université du Havre pour une politique nationale plus favorable à l’accueil d’étudiants étrangers

14Le Havre a l’ambition d’être une place portuaire internationale attractive. L’université est un élément de cette stratégie. Les acteurs politiques, économiques et sociaux l’avaient bien compris qui, dès l’origine, ont œuvré pour la mise en place de cette université. L’un des facteurs du rayonnement de la place havraise réside dans sa capacité à attirer des étudiants mais aussi des chercheurs et des enseignants étrangers. Les récentes expertises du Conseil économique et social de la République l’ont souligné : la France va manquer d’ici peu d’années de compétences en nombre suffisant pour maintenir le niveau de sa capacité de création de richesses. Il est rappelé par ailleurs combien la pression internationale pour une libéralisation accrue de l’enseignement supérieur et une mise en concurrence des établissements universitaires à l’échelle mondiale va peser sur les décisions nationales en la matière. Par delà les choix politiques nationaux légitimes et, pour ce qui concerne la France, la défense positive des bienfaits d’un système d’enseignement supérieur public d’excellence, la question que soulève la modification des règles à l’échelle internationale et qui se présente comme une nouvelle contrainte, doit trouver une réponse. C’est le problème de toutes les universités françaises confrontées à ces évolutions. Il peut être tout particulièrement celui d’une université de petite taille.

15L’une des voies à prospecter pour mieux assurer la place des universités françaises dans le monde, est celle de la modification de la politique nationale d’attribution des visas. Les mécanismes mis en place par la loi sont encore très malthusiens et l’inscription dans une université française relève souvent encore du parcours du combattant. Il faut une volonté farouche pour aller jusqu’au bout des procédures imposées pour pouvoir s’inscrire dans une université française. Pour certains qui l’expriment, ces procédures sont ressenties comme autant d’obstacles, voire d’humiliations. Certes, il faut assurer une sélection, tant les dossiers de demandes sont nombreux et de plus en plus nombreux. Il faut établir des critères de compétence strictement universitaires. Les enseignants chercheurs constitués en commissions pédagogiques ad hoc exercent cette mission avec toute la rigueur requise. Certes il faut assurer les conditions optimales pour garantir la sécurité de la Nation et s’assurer que les candidats auront un minimum de moyens financiers pour vivre. Mais, lorsqu’il faut obtenir un visa, le circuit des consulats constitue un obstacle vécu fréquemment comme insupportables par tous ceux qui, titulaires de diplômes d’enseignement supérieur chez eux, se voient parfois traités avec peu d’égards par des personnels qui ne sont pas toujours très accueillants ni compréhensifs envers des personnes qui ont choisi la France pour se former ou y conduire des recherches. Ceci est d’autant plus préjudiciable à l’image de la France et de ses formations supérieures, que ces obstacles ne sont pas seulement imposés à des candidats étudiants mais aussi à des chercheurs confirmés, ayant, pour la plupart, obtenus leur doctorat dans les universités du Nord et parfois de réputation scientifique indiscutable. Cette politique suscite parfois des tensions avec la communauté universitaire, lorsque celle-ci constate que d’excellents étudiants admis sur critères universitaires, voient leur dossier bloqué par les services consulaires, sans qu’aucune explication n’en soit donnée, ni aux intéressés, ni à l’université. C’est encore plus grave lorsqu’il s’agit d’enseignants-chercheurs invités officiellement par les laboratoires de l’université avec un statut réglementaire garanti par les lois républicaines et qui peinent à obtenir leurs visas. Des tensions proviennent également de la trop grande disparité vérifiée chaque année entre les consulats, d’un pays à l’autre, dans les acceptations et les refus. Dans le cadre de l’internationalisation des formations de l’enseignement supérieur et des recherches qui lui sont associées, la mobilité étudiante et celle des chercheurs ne peuvent que croître à l’échelle mondiale. La France ne peut pas se fermer à ce mouvement de fond, au risque de voir se réduire son rayonnement scientifique et intellectuel. La compétition internationale devrait pousser les autorités françaises à être beaucoup plus attentives aux conditions dans lesquelles elles accueillent ces demandes, pourtant porteuses d’avenir pour la communauté nationale, dans le monde qui se construit.

16Le problème est celui de la pression très forte exercée par les ressortissants d’états du Sud. Mais il est aussi celui des étudiants d’origine européenne, tout particulièrement ceux qui viennent des anciens pays communistes et qui intègrent progressivement l’Union européenne. C’est aussi le cas des étudiants chinois dont l’irruption rapide dans toutes les universités du monde occidental touche aussi les petites universités comme Le Havre. L’université française a-t-elle encore la capacité d’accueillir des étudiants exigeants ? Avides de formations qu’ils considèrent généralement comme plus qualifiantes et plus prestigieuses que celles qui leur sont proposées dans leurs pays d’origine, soucieux aussi de pouvoir poursuivre leurs travaux dans de meilleures conditions matérielles, en particulier quand il s’agit de conduire des recherches dans les domaines scientifiques, ces étudiants sont les futurs cadres de leurs pays. Celui qui les aura accueillis et formés restera pour eux un partenaire de choix lorsqu’ils auront à exercer des responsabilités économiques, financières, scientifiques ou politiques. Le problème français est grave. Les ressortissants de nombreux pays du tiers monde s’adressent désormais à d’autres pays plutôt qu’à la France qui, à tort ou à raison, leur apparaît comme peu accueillante aux étudiants et chercheurs étrangers et peu encline à leur ouvrir les portes de ses universités, de ses laboratoires, de ses formations. Ce n’est pas le résultat d’une politique universitaire qui serait marquée par la défiance. C’est le résultat d’une politique plus globale de l’immigration.

17Mais, par delà ces questions qui échappent à la compétence immédiate des universités, se posent avec acuité les problèmes de la vie étudiante quotidienne des étudiants étrangers : obtention des cartes de séjour, logement, restauration, pratique de la langue française, accès aux soins, accès à la culture, possibilités d’exercer des petits travaux pour faire face aux besoins financiers non satisfaits par des bourses, quand il y en a… C’est le problème de l’environnement global qui est ainsi posé. Il dépend pour partie de l’administration des universités d’y apporter des solutions et celle du Havre s’y emploie avec ses partenaires. Un tutorat d’accueil facilite l’insertion progressive des étrangers dans la cité et à l’université. Le développement de l’enseignement du français langue étrangère (FLE) est une réponse à l’arrivée croissante d’étudiants non francophones. Le CROUS tente d’améliorer sa capacité de réponse de logements, globalement défaillante pour Le Havre, particulièrement en ville basse, près de l’université. Un projet ambitieux de maison de l’international destiné à héberger des chercheurs étrangers invités par les différentes institutions d’enseignement supérieur et de recherche du Havre et à leur offrir des services de qualité pendant leur séjour au Havre, est en cours de lancement. Des manifestations permettent aux étudiants étrangers de valoriser leur culture et de la faire partager au plus grand nombre. Un accord entre les services de l’université et ceux de la sous-préfecture facilite les démarches des étudiants étrangers pour l’obtention de leur carte de séjour. Des efforts sont ainsi conduits pour rendre l’acclimatation la plus favorable à la poursuite d’études et de recherches de qualité.

18Mais, la réussite de la politique locale d’accueil d’étudiants étrangers dépend des autorités de l’État et aussi de plus en plus des collectivités territoriales de la République. Ainsi en sera-t-il très bientôt, par exemple, du logement étudiant. L’accueil des étudiants, des enseignants, des chercheurs étrangers est un problème qui concerne tous les partenaires et pas seulement l’université. Les universitaires havrais, quant à eux, ont fait le choix de l’international et sont tout à fait prêts à ouvrir davantage leurs formations et leurs laboratoires à des étudiants et des collègues étrangers, sans pour autant brader leurs exigences strictement universitaires et sans renoncer à une politique d’excellence internationale. Mais pour cela, il faut qu’ils trouvent des appuis effectifs et efficaces auprès de tous les responsables soucieux de faire progresser l’attractivité internationale du Havre et de sa région.

Annexes

Annexe 5 : Les étudiants étrangers à l’université du Havre

5.1 Origine des étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre (1998-2004)

5.1 Origine des étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre (1998-2004)

5. 2 Spécificité de l’université du Havre dans l’accueil des étudiants étrangers (nationalités représentant au moins 1 % de la population étudiante étrangère inscrite dans l’ensemble des universités françaises en 2002)

ÉTAT

nombre d’étudiants inscrits dans les universités françaises

% du nombre total d’étudiants étrangers inscrits dans les universités françaises

% du nombre total d’étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre

sur ou sous représentation relative dans l’université du Havre

Bénin

1 854

1,03

1,28

24

Corée

1 884

1,05

1,53

46

Turquie

1 974

1,10

0,13

-88

Portugal

2 032

1,13

0,64

-44

Grèce

2 168

1,21

0,26

-79

Vietnam

2 214

1,23

0,13

-89

Belgique

2 250

1,25

0,26

-80

Russie

2 282

1,27

1,40

10

Gabon

2 447

1,36

1,91

40

Royaume-uni

2 569

1,43

0,89

-38

Bulgarie

2 598

1,45

0,38

-74

Etats-unis

2 607

1,45

0,64

-56

Congo

2 812

1,57

2,17

39

Pologne

2 870

1,60

0,64

-60

Madagascar

3 124

1,74

2,04

17

Roumanie

3 464

1,93

2,93

52

Espagne

3 524

1,96

0,89

-54

Côte d’ivoire

3 533

1,97

1,66

-16

Liban

3 869

2,15

0,51

-76

Cameroun

4 018

2,24

1,79

-20

Italie

4 088

2,28

0,26

-89

Allemagne

5 873

3,27

1,66

-49

Sénégal

7 321

4,08

9,44

132

Tunisie

8 250

4,59

3,83

-17

Chine

8 770

4,88

8,16

67

Algérie

17 061

9,50

16,45

73

Maroc

28 554

15,90

23,47

48

Notes

1 On peut se reporter, entre autres, à L’Étudiant étranger, « Préactes de la journée d’études du 8 février 2002 », Actes de l’histoire de l’immigration.

2 Se reporter à L’université du Havre, une université dans la cité, Université du Havre, Editions des Falaises, 2004.

3 Toutes les données proviennent du service de la scolarité de l’université du Havre, aimablement communiquées par monsieur Trochu. Ces données sont régulières et fiables depuis l’année universitaire 1998-1999. Un travail en profondeur sur les archives antérieures reste à conduire. Pour l’ensemble des universités françaises, on peut se reporter à la Note d’information du Ministère de l’Education 01-22 Mai, accessible par Internet sur le site www.education.fr ou encore, pour bénéficier de données plus récentes, aux Tableaux statistiques TS 6889, d’avril 2003 publiés par la direction de l’évaluation et de la prospective du ministère de la jeunesse, de l’éducation et de la recherche.

4 Depuis la réforme dite LMD (licence, master, doctorat) la structuration des études universitaires en premier, deuxième et troisième cycles est caduque. Il faut donc désormais opérer une transposition : par exemple le troisième cycle ancien correspond pour partie au cycle doctorat et pour partie au cycle master.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre pour l’année 2003-2004
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 2. Origine des étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre (1998-2004)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau 2. Evolution (1998-2004) des effectifs d’étudiants étrangers originaires d’États représentant au moins 1 % des étudiants étrangers inscrits en 2004
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Figure 1. Répartition par cycles des étudiants étrangers inscrits en 2002
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre 5.1 Origine des étudiants étrangers inscrits à l’université du Havre (1998-2004)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540