Version classiqueVersion mobile

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Deuxième partie. Itinéraires

Annexe 3 : Des lieux de prédilection

Sylvie Barot

Texte intégral

2.1 Faubourgs et banlieues

  • 1 AMH, FC : I1 75-1, police des constructions.

1Quand, en 1907, sur plainte du Comité de défense du quartier des raffineries et de la cité Courtois, le médecin de la commission sanitaire inspecte les 2 à 18 de la rue d’Arcole, une des « cours des miracles » bien connues du Havre, il rapporte ceci : « dix-sept logements d’une seule pièce dans lesquels habitent une quarantaine de personnes […] quatre, cinq, voire même six personnes vivent dans une même pièce à peine éclairée, pas ventilée, au sol en terre battue. […] Dans les nombreuses régions exotiques que j’ai parcourues, je n’ai jamais rencontré de cabanes d’indigènes qui soient comparables à ces logements ». Et l’enquête du Bureau de bienfaisance pointera des familles souvent bretonnes, parents journaliers par intermittence, enfants non scolarisés faute de vêtements décents et faute de chaussures ; elle classera les unes et les autres selon leur moralité supposée1.

2Au XIXe siècle déjà, nouveaux arrivants, laissés-pour-compte, ruraux cauchois ou non, venant louer leurs bras que les travaux des champs n’utilisaient plus assez, émigrants en attente de départ, campaient en marge de la cité, hors de ses murailles, dans ces franges gagnées sur vergers et pâtures qui devinrent des faubourgs, au fur et à mesure de leur peuplement ouvrier :

  • 2 Charles Vesque, Histoire des rues du Havre, 1876, p. 518 : l’incendie d’un garni pour émigrants, p (...)

3Tentes et abris hâtifs sur les quais et les terrains vagues, jusqu’à la construction de l’hôtel des émigrants en 1910 ; baraques édifiées sur les chantiers des villes neuves successives, à partir de 1788, puis de 1853 et qui brûlaient et tuaient parfois2.

  • 3 Voir, dans cet ouvrage, Repères chronologiques (années 1778-1779).
  • 4 Entre le bord de mer et l’actuelle rue Guillemard, elles employaient des femmes et enfants indigen (...)

4Garnis des vieux quartiers où s’entassaient dans des conditions sordides les migrants temporaires, marins en quête d’embarquement, ouvriers regroupés entre « pays », attirés par les grands travaux urbains et portuaires et l’emploi industriel. Toute une population flottante, vite remplacée quand les premiers s’en allaient ou s’installaient un peu mieux, vivait ainsi dans la « ville en bois » du Perrey3, dont il subsistait des traces après 1914, autour des briqueteries du bas Sanvic4, près des ateliers et fabriques d’Ingouville, Graville et l’Eure au fur et à mesure de leur progression dans ce qui n’était pas encore la « ville basse », mais la plaine, marécageuse dans ses confins jusqu’à la fin du XIXe siècle et au-delà.

5Les émigrants allemands fournissent la première main-d’œuvre de la raffinerie de sucre implantée à Ingouville en 1777 par le Hambourgeois Eichoff, comme dans les années 1840 celle de la filature Courant à Graville. Mécaniciens et chauffeurs de machines anglais apportent leur savoir-faire au chemin de fer, à la fonderie Mazeline et aux Forges Nillus jusqu’au Second Empire. Ces recrutements extérieurs, d’abord très qualifiés, sont perpétués au tournant du XXe siècle par Westinghouse, Les Tréfileries, Le Nickel, Westphalen-Lemaître qui ne tardent pas à aller chercher leurs ouvriers plus loin, au-delà des mers, pour l’industrie de guerre à partir de 1915, pour la reconstruction et les Trente Glorieuses, quarante ans plus tard.

  • 5 AMH FC G3 1-3 et H4 6-4.
  • 6 Source : AMH FC HH 5-5.

6L’élargissement des aires de recrutement s’accompagne d’une autre nouveauté, déjà initiée, bien que timidement, pour la population ouvrière stable : le logement collectif organisé par les entreprises, au plus près des lieux de production, dans une logique qui ne diffère guère de celle qui préside à l’organisation des camps militaires voisins. Les plus nombreux s’installent donc dans des cités aménagées ou prévues à leur effet, sur des bases nationales ou communautaires. Belges dans la cité-jardin du Haut-Graville ou dans le foyer de l’actuelle rue Louis Eudier, refusé par les douaniers français, bien que neuf, pour son manque de confort5 ; Chinois et Nord-Africains cantonnés près des usines Schneider et des Chantiers Augustin-Normand qui les emploient6.

7Les Tréfileries vont plus loin, créant successivement une cité pour ses ouvriers musulmans, avec café maure et boucherie hallal intégrés, puis pour les familles polonaises, avec crèche, cantine et loisirs spécifiques. De quoi rester entre soi, à chaque fois.

  • 7 Précieuses indications dans : Max Bengtsson, Saint-François port d’attache, Le Havre, éd. De l’Est (...)

8Les ouvriers isolés, eux, se logent en ville, dans les quartiers portuaires et autour de la gare, certains déjà dans des baraquements misérables hérités des armées ou non. Ils fréquentent des lieux de sociabilité tenus par des compatriotes, petits restaurants et bistrots de quartier où on peut échanger et manger comme au pays, foyer annamite de la rue Gruchet et d’autres qui ne sont documentés que par de rares notations7, ou devinés dans les annuaires locaux.

  • 8 Voir Le fort de Tourneville, annexe 2.2.
  • 9 Les constructions provisoires ou CP occupèrent de vastes secteurs, sur les anciens camps américain (...)
  • 10 Années 1950 : Mare Rouge, Aplemont, Graville, Champs Barret, Soquence, Eure, puis Caucriauville au (...)

9Pendant la reconstruction, les Italiens sont les premiers arrivants et ne font pas l’objet d’un logement spécifique décelable. Leurs difficultés de vie sont les mêmes que celles du reste de la population et les améliorations progressives les concernent aussi. Force est de constater qu’il en va tout autrement pour les ouvriers recrutés en Afrique du Nord, en Algérie surtout, venus seuls et pratiquant des allers et retours cycliques, en fonction des saisons et des chantiers. Ceux du bâtiment sont regroupés au fort de Tourneville où leurs conditions de vie spartiates émeuvent certains8, ou dans des constructions provisoires au plus près des chantiers et des usines, sur les espaces libres9, environnement qui est aussi celui des sinistrés. Mais le temps passant, la plupart de ceux-ci finissent par intégrer des logements sociaux neufs dans des quartiers de plus en plus périphériques10, où se retrouveront directement des immigrants plus tardifs, venus du Portugal, d’Extrême-Orient et de Turquie.

  • 11 AMH, FC : F6 47-3.
  • 12 L’administration use aussi des termes « cases » et « gourbis ».
  • 13 Du bâtiment rue Audran depuis 1955, de la SONACOTRA, boulevard de Graville, depuis 1962 et de Roue (...)

10À l’inverse, les travailleurs venus d’Afrique du Nord, rejoints avant l’ère des indépendances par des originaires de l’Afrique subsaharienne, vivront une décennie supplémentaire, sinon deux, dans des logements de fortune. Une étude sur l’habitat des migrants étrangers dans l’agglomération, publiée par La Direction départementale de l’action sanitaire et sociale (DDASS), précise la situation au 31 décembre 197011 : les meublés vétustes et les taudis où les hébergent des marchands de sommeil peu scrupuleux, concernent 672 Africains isolés, dont 174 d’Afrique noire ; constructions provisoires dégradées et bidonvilles12, abritent surtout 1 260 Nord-Africains sans familles et 100 Africains subsahariens ; les trois seuls foyers13 logent 149 Nord-Africains et 510 Africains noirs, soit 65 % de ces derniers, mais aussi 74 Portugais et Espagnols et 94 « autres Européens » ; enfin, les cantonnements de chantiers et Algécos concernent 1 257 personnes (dont 558 pour la seule entreprise Thireau-Morel à Rogerville), parmi lesquels 494 Nord-Africains et 616 Portugais et Espagnols. Ces derniers vivent surtout en famille, à 47 % dans des logements anciens (984 personnes, 442 familles) et pour 17 % dans des logements neufs (360 personnes, 258 familles). Par contre, seules 528 personnes issues du Maghreb vivent dans ces types de logements et aucune du sud du Sahara. Chiffres à rapprocher des effectifs des populations adultes étrangères de l’agglomération pour la même année 1970, établis à partir des titres de séjour : 7 760 résidents dont 2 600 Algériens, 1 200 Africains noirs et 2 924 Européens (858 Portugais, 648 Espagnols, 543 Italiens…) ; toutes origines confondues, 4 256 étrangers ne bénéficient pas de logements ordinaires, sur un total estimé de 9 646 personnes, enfants nés hors de France compris et non compris ceux nés en France.

  • 14 Sixième plan, 1971-1975. Objectifs : 510 000 logements à construire par an, restructuration des ce (...)
  • 15 Éradication du bidonville de Nanterre achevée en 1971.
  • 16 AMH, FC : I5 48-1, rapports DDASS, situation des foyers, 1974-1976.

11Les pouvoirs publics prennent la pleine mesure de cette situation au tout début des années 197014 juste avant le premier choc pétrolier et l’arrêt de l’immigration, tandis que se poursuit le regroupement familial (sauf interruption de 1974 à 1976). Au Havre, le rattrapage, considérable, paraît moins rapide que dans la région parisienne15. Contrôles accrus de l’hygiène et du confort des meublés, suivis de fermetures administratives, résorption des bidonvilles jusqu’à disparition, au rythme des ouvertures des foyers, menées de manière soutenue jusqu’en 1976 : neuf foyers voient le jour, portant la capacité d’hébergement de 765 à 3 282 lits (ou 2 244 chambres ou chambrées)16.

12Enfin, en 1975, une nouvelle législation, affectant 0,20 % du 1 % patronal au logement social des travailleurs immigrants, permet au Havre, comme ailleurs, de rapprocher leurs conditions de vie de celles du reste de la population. L’étude en reste à faire, à l’aide de données chiffrées d’accès malaisé pour les trente dernières années.

13Aujourd’hui, il subsiste quatre foyers SONACOTRA et deux foyers AFTAM. Signes du temps, plusieurs, où demeurent des travailleurs vieillissants ou retraités dont la famille est restée au pays, envisagent de se transformer en maisons médicalisées ; et l’un d’eux est devenu « résidence sociale » grâce à un financement CADA (Centres d’accueil pour les demandeurs d’asile).

14Chaque époque produit ses nouveaux arrivants dont les origines ne cessent de s’élargir et qui se diversifient selon les aléas des conjonctures régionales et internationales. Immigrants économiques et demandeurs d’asile politique continuent donc de venir et de connaître les mêmes conditions de vie précaires que leurs prédécesseurs, quand ce n’est pas la rue, s’ils n’ont pas la chance de bénéficier d’un hébergement organisé, puis d’un titre de séjour. Et comme depuis presque deux siècles, la majorité d’entre eux a traversé une partie de l’Europe, et a été attirée, puis arrêtée par la situation portuaire du Havre, espoir d’un ailleurs et finisterre.

2.2 Le fort de Tourneville

15L’histoire du fort de Tourneville est particulièrement liée, dès l’origine de sa construction, à celle du fait migratoire au Havre, cela parfois au prix de légendes comme celle qui fit de prisonniers russes les bâtisseurs de celui-ci.

  • 17 Michel Eloy, Le Havre de 1517 à 1966, Le Havre, Impr. Etaix, 1967.

16Dans sa chronologie, Michel Eloy17 indique pour 1855 la construction, par des prisonniers russes de la guerre de Crimée, de l’immeuble où un Suisse allait installer le café Guillaume Tell, à l’angle de la place de l’hôtel de ville. Et on lit souvent, ça et là, que ces mêmes prisonniers ont aussi bâti les forts de Tourneville et de Sainte-Adresse, édifiés en réalité de 1855 à la guerre de 1870 et au-delà.

  • 18 Alphonse Martin, Sanvic et le protestantisme, Fécamp, Impr. Durand, 1877.

17Il suffit de parcourir le Journal du Havre de l’été 1855 et les précisions apportées par Alphonse Martin18 pour rétablir le détail des faits qui émaillent le très court séjour de 400 prisonniers arrivés le 13 juillet, repartis pour moitié vers la Baltique le 2 août et le reste le 18 août.

18Ils réussirent cependant à éveiller l’intérêt et la compassion des Havrais qui s’émurent de leur captivité et, probablement, de leur dénuement, en les voyant traverser la ville à pied pour se rendre sur les chantiers des forts auxquels ils avaient été assignés. L’armée les avait en effet loués aux entrepreneurs adjudicataires des travaux de terrassement, qui les logeaient dans des baraquements sur place et les nourrissaient plutôt mal. Cinq protestèrent et furent conduits à la maison d’arrêt, et une grève eut lieu au fort de Sainte-Adresse, vite brisée par les gendarmes, pour réclamer une augmentation des rations de pain. Il y eut aussi des moments de récréation : les chœurs des prisonniers se produisirent en concert salle Sainte-Cécile, dans le local d’un cirque et à l’hôtel Frascati, sous les fenêtres du prince Jérôme qui leur fit remettre de l’argent, venant compléter les quêtes publiques.

19Une dernière précision spontanée du chroniqueur du Journal : « Les témoignages d’intérêt s’adressaient plutôt à leur situation actuelle qu’à leurs chants ».

20Un siècle plus tard, les Russes bâtisseurs sont presque oubliés sauf de la légende, et le fort devient un lieu où se succèdent en peu d’années des migrants aux origines et aux motifs de séjour disparates. Caserne initiale oblige, tous étaient des hommes, et des hommes n’ayant pas choisi d’être là, assignés comme leurs prédécesseurs russes.

  • 19 British National Archives WO223/67, Immediat Report no 54, Capture of Le Havre.

21L’histoire militaire de la 2e guerre mondiale au Havre restant peu étudiée, passons vite sur l’armée française, les mobilisés, puis les évacués de juin 1940, et sur les occupants allemands, réputés compter dans leurs rangs en 1944 des « malgré nous » alsaciens et polonais19.

  • 20 Paragraphe entièrement construit à partir de témoins rencontrés sur place depuis vingt ans.

22La suite est mieux connue grâce au journal de la 49 ° Division britannique qui prit le fort d’assaut au matin du 12 septembre 1944, et aux témoignages postérieurs de ses vétérans : ils partirent aussitôt avec une prise de guerre d’importance, les alcools divers dont les caves étaient bien pourvues. Les supports logistiques de l’armée américaine occupèrent les lieux jusqu’en 1946. Là encore, peu de précisions disponibles, sauf qu’il se murmure dans le quartier qu’il existait une prison pour G’is et Marines indisciplinés arrêtés par la Military Police et qu’il y aurait eu au moins une exécution capitale, ou même le lynchage d’un évadé repris20.

  • 21 Voir : Bauer, François et Deschamps, « Le Fort de Tourneville, les Nord-Africains au Havre », Écol (...)

23Rendu à la vie civile, le fort abrita un temps, en 194721, 600 Polonais déplacés, en attente d’un embarquement pour les États-Unis comme il y en eut, ou d’un rapatriement dans leur pays libéré, comme il y en eut aussi. Les remplacèrent la même année, 350 Indochinois, requis de 1940, employés pour la reconstruction, mais qui partirent, « le caractère des travaux étant trop pénible pour eux » (sic) et encore plusieurs centaines d’ouvriers français dans l’attente des « hôtels » (baraques en planches et papier goudronné) que l’Office national des cantonnements ouvriers de la reconstruction (ONCOR) édifiait pour eux au Perrey et place Gambetta.

24Enfin arrivèrent en 1948, logés dans des bâtiments distincts, un peloton de gendarmerie mobile qui s’installa jusqu’en 1962 (la future CRS 32) et les cinq cents ouvriers algériens, sujets principaux de l’étude précitée.

25Au Havre depuis 1946, beaucoup étant originaires du même village de Kabylie, près de Bougie (Bejaïa), victimes de la crise économique et de la disette qui sévissaient en Algérie, ils avaient dû quitter un ancien camp américain de Graville, devenu inhabitable, et s’employaient comme manœuvres sur les chantiers des entreprises Thireau-Morel et Monod. Quand ceux-ci ralentissaient, de l’hiver au printemps, ils retournaient au pays pour les travaux des champs et revenaient ensuite, accompagnés de proches, attirés à leur tour par l’ouvrage.

  • 22 Voir Repères chronologiques.

26Malgré l’implantation au fort d’un centre de formation professionnelle et en dépit de l’entraide collective très forte, leur vie était ingrate, à l’écart de la ville, dans des chambrées humides et sans confort. C’est pourquoi des Havrais créèrent en 195222 (voir Repères chronologiques) l’Amitié Nord-Africaine assurant alphabétisation et aide sociale. Cette association deviendra L’Amitié africaine en 1963, puis l’Association havraise pour l’accueil de migrants (AHAM) en 1966, avant de participer, en 1993, à la création de la Coordination des associations régionales par l’intégration locale (CORAIL), ces deux dernières toujours très actives.

  • 23 Voir l’annexe 2, Faubourgs aux banlieues, dans ce même ouvrage.

27Et en juin 1953, pour en finir avec les formes d’habitats rudimentaires qui étaient le lot commun des Nord-Africains, le Conseil municipal vota à l’unanimité le principe d’un foyer. Ouvert en 1955, ce sera le foyer du bâtiment de la rue Audran, construit par L’Office public des habitations à loyers modérés (OPHLM) de la ville, grâce au décret du 9 août 1953, introduisant la contribution obligatoire des entreprises, à hauteur de 1 % de la masse salariale (dont 0,20 % réservés spécifiquement par la suite aux étrangers, que n’étaient pas les Algériens, citoyens français depuis 1947). Il faudra cependant vingt ans de plus pour que la plupart des travailleurs maghrébins soient logés de façon décente23.

Notes

1 AMH, FC : I1 75-1, police des constructions.

2 Charles Vesque, Histoire des rues du Havre, 1876, p. 518 : l’incendie d’un garni pour émigrants, près du théâtre, fait six morts en 1832.

3 Voir, dans cet ouvrage, Repères chronologiques (années 1778-1779).

4 Entre le bord de mer et l’actuelle rue Guillemard, elles employaient des femmes et enfants indigents, autant que la loi le permettait.

5 AMH FC G3 1-3 et H4 6-4.

6 Source : AMH FC HH 5-5.

7 Précieuses indications dans : Max Bengtsson, Saint-François port d’attache, Le Havre, éd. De l’Estuaire, 2002 et dans : Louise Bengtsson, Marius Bastide, Thérèse Cassani, Si le quartier des Neiges m’était conté, SNAG, 2005.

8 Voir Le fort de Tourneville, annexe 2.2.

9 Les constructions provisoires ou CP occupèrent de vastes secteurs, sur les anciens camps américains, les cités Thiers, Kléber, du Stade, les bords du quai Georges V, la place Massillon… (AMH, FC : D3 17-9, visite du ministre Sudreau, juin 1959).

10 Années 1950 : Mare Rouge, Aplemont, Graville, Champs Barret, Soquence, Eure, puis Caucriauville au début des années 1960 et enfin, Bois de Bléville et Montgaillard après 1970.

11 AMH, FC : F6 47-3.

12 L’administration use aussi des termes « cases » et « gourbis ».

13 Du bâtiment rue Audran depuis 1955, de la SONACOTRA, boulevard de Graville, depuis 1962 et de Rouelles ouvert un an avant pour les ouvriers sénégalais et mauritaniens du bâtiment et des métaux.

14 Sixième plan, 1971-1975. Objectifs : 510 000 logements à construire par an, restructuration des centres ville anciens, politiques locales de réhabilitation et rénovation des habitats dégradés, résorption des bidonvilles.

15 Éradication du bidonville de Nanterre achevée en 1971.

16 AMH, FC : I5 48-1, rapports DDASS, situation des foyers, 1974-1976.

17 Michel Eloy, Le Havre de 1517 à 1966, Le Havre, Impr. Etaix, 1967.

18 Alphonse Martin, Sanvic et le protestantisme, Fécamp, Impr. Durand, 1877.

19 British National Archives WO223/67, Immediat Report no 54, Capture of Le Havre.

20 Paragraphe entièrement construit à partir de témoins rencontrés sur place depuis vingt ans.

21 Voir : Bauer, François et Deschamps, « Le Fort de Tourneville, les Nord-Africains au Havre », École technique coloniale du Havre, 1953, rapport d’enquête dirigé par Albert Nicollet.

22 Voir Repères chronologiques.

23 Voir l’annexe 2, Faubourgs aux banlieues, dans ce même ouvrage.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search