Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Deuxième partie. Itinéraires

Les Juifs au Havre pendant l’occupation allemande : entre exode et destruction

Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Texte intégral

  • 1 Pour ces chiffres, voir Blaise Rouquette, « Les Juifs au Havre (1939-1945) », mémoire de maîtrise (...)

1Étudier les Juifs pendant l’occupation militaire allemande, c’est écrire l’histoire d’une petite minorité (environ 320 personnes) et de sa disparition (soit au moins les 110 noms1 de victimes inscrits dans la troisième synagogue, rue Victor Hugo). C’est aussi tenter de délimiter les frontières de leur groupe, moins par l’appartenance religieuse et/ou l’inscription « raciale », comme le firent le parti et l’état nazis ainsi que les gouvernements et le régime de Vichy, que de définir une identité revendiquée faite d’une appartenance culturelle, pouvant ou non intégrer une dimension religieuse, constituée par une histoire familiale et communautaire et par la référence à un peuple dispersé.

En 1939 : un groupe hétérogène, entre intégration et exclusion

2Avant guerre, la population juive havraise comprenait soit des citoyens français de longue date (comme J. Danon, É. Meyer, É. Lang…), y compris des Alsaciens ayant fait le choix de la nationalité française en 1871, soit des immigrants récents venus de Pologne (les Bendet, les Rosenberg, les Sliwka, les Yourowski), de Lituanie (M-Onijas, F. Soukalski, A. et R. Stein), de Roumanie (les Letchinko), de Hongrie (les Silberstein), de Russie (les Chourin) et de Turquie (les Salmona) dans le but d’échapper aux pogroms et à la misère.

3Par ailleurs, des réfugiés politiques étaient arrivés d’Allemagne, d’Autriche et de Tchécoslovaquie pour fuir les persécutions antisémites de l’État nazi. Certains étaient venus au Havre pour s’y fixer, d’autres pour s’y embarquer vers les nouveaux mondes.

  • 2 ADSM : 40 W 159 (renseignements communiqués par Françoise Bottois, auteure de l’exposition Le sort (...)
  • 3 Les marchands ambulants séfarades se regroupent non loin de l’Eglise et de l’Institution Saint-Jos (...)

4Le nombre de Juifs étrangers était officiellement, en décembre 1940, de 39 personnes2, pour moitié des Polonais. On peut remarquer le caractère familial de cette immigration (couples avec ascendants et descendants) et la tendance à vivre les uns près des autres, soit dans les quartiers « marins » (Notre-Dame, St-François, Le Perrey), soit au Rond-Point, dans les rues commerçantes (rue des Drapiers, rue de Paris, Cours de la République, rue Maréchal Joffre)3. Les Séfarades, venus pour la plupart d’Afrique du Nord, et en particulier de Bizerte, gardèrent de tels liens avec leurs lieux d’origine qu’ils retourneront s’y réfugier après les débuts de l’Occupation (les Fdida, les Elalouf).

  • 4 Voir Claude Malon « Le grand commerce havrais et ses entrepreneurs face à la guerre, l’Etat franca (...)

5Ce que l’on appelle parfois « la Communauté juive havraise » n’a socialement rien d’homogène. Elle se compose aussi bien de grands négociants4 (comme Joseph Danon, Benjamin Ullmann, Ernest Traumann ou David Zigmant), de notables (comme le maire Léon Meyer et le premier adjoint Edouard Lang), que de pauvres immigrants. Ainsi, chez les Zolty, des juifs polonais, le père, Moszeck, est manoeuvre et la mère, Chana, sans profession. Le couple de juifs roumains Letchinki-Veinberg exerce le métier de marchands-ambulants. Culturellement, la différence est grande entre les familles de rabbins respectant les rites alimentaires (les Ziwick et les Onijas, les Chourin et les Schwartz) et celles qui assistent très irrégulièrement aux offices, essentiellement à quelques grandes fêtes religieuses et familiales.

  • 5 Le recensement de décembre 1941 donne le chiffre de 156 Juifs domiciliés au Havre parmi lesquels f (...)

6On peut cependant noter des dominantes : la majorité des Juifs au Havre, et dans l’arrondissement, appartiennent aux classes moyennes non salariées, comme l’avocate Isabelle Abramovitch, le chirurgien-dentiste Jean Lehmans, les docteurs Rosenberg et les nombreux commerçants et artisans qui représentent la moitié des Juifs recensés en décembre 19415. Ces derniers sont cordonniers (Biedny, Schwartz), coiffeurs (A. Stein), tailleurs (A. Silberstein), marchands de fruits et légumes (les Fdida), commerçants en habillement, en chaussures (les Coronel), en meubles (J. Leibel) ou négociants en cotons et cafés, thés. Mais on recense aussi des familles d’employés (les Onijas, les Loeb) ou un ouvrier qualifié (Jacob Yourowski).

7Autre caractéristique majeure : les Juifs du Havre sont principalement des Ashkénazes, originaires de l’Europe centrale et orientale, comme le démontrent les nationalités d’origine des rabbins et officiants (Max Ziwick, H. Melcer, M. Weiss, M. Chourin) qui pratiquent, comme les Alsaciens, le rite allemand.

8Enfin, quelle que soit leur origine, les survivants témoignent de leur volonté d’intégration et du rôle joué par l’école, le lycée et l’acquisition de la nationalité française.

9Cependant des différences subsistent entre les personnes. Outre les appartenances professionnelles, le degré d’insertion et la pratique religieuse, l’une des plus importantes a trait aux langues pratiquées en fonction des origines nationales (le hongrois pour Violette Silberstein, le yiddish pour Albert Onijas). En outre, Séfarades et Ashkénazes sont physiquement séparés, dans la première synagogue de la rue de Bretagne (quartier St-François) datant de 1884. Les uns sont en effet de rite allemand et les autres espagnols.

  • 6 Voir Bl. Rouquette, op. cit., Annexe VIIIC.

10À certaines occasions, les familles qui ont le même parcours aiment se retrouver entre elles : d’après la photographie de mariage de Victor Uzan et de Georgette Fdida, ce sont presque exclusivement les familles séfarades de la ville (les Fdida, les Saadoune, les Ditchi, les Sitbon, les Bijaoui, les Msica6) qui sont invitées.

11Ce qui va déterminer l’unité du groupe, ce sont en fait les politiques antisémites d’état des autorités allemandes et des gouvernements français, lesquelles vont de la persécution des Juifs à une tentative de destruction.

À partir de 1940 : les exodes pour échapper à la persécution

12La déclaration de guerre amène la mobilisation de jeunes Juifs de nationalité française : les frères Danon, Henri Schwartz. Les Premières opérations militaires en mai-juin 1940 font des morts au combat (Max Grutzhendler) et des prisonniers de guerre (Robert Danon). Elles entraînent aussi l’arrivée de réfugiés juifs belges et hollandais. Les bombardements aériens allemands précédant l’occupation militaire de la ville, le 13 juin 1940, sont à l’origine des premiers exodes et de la catastrophe du Niobé, bateau mitraillé en mer.

13Le départ du maire, Léon Meyer, et celui du sous-préfet, sans doute sur injonction de Georges Mandel, alors ministre de l’intérieur, déterminent leur remplacement immédiat, avec l’aval des autorités allemandes. Léon Meyer est bientôt privé de sa fonction de député par l’application de l’article 2 du premier statut des Juifs qui leur interdit toute fonction élective (3 octobre 1940).

  • 7 Citons l’exemple des Onijas à Saint-Romain de Colbosc et Etainhus (entretien entre Albert Onijas e (...)

14À partir de ce même mois d’octobre, nombre de familles juives se réfugient dans le pays de Caux, gagnent la région parisienne, voire la zone non occupée, tant pour échapper aux mesures discriminatoires que pour se soustraire aux bombardements anglais7. De leur coté, des Séfarades s’embarquent à Marseille pour Bizerte et l’Afrique du nord.

  • 8 La photo de ces deux jeunes garçons nés au Havre en 1929 et en 1930 fait la couverture de Shoah en (...)
  • 9 Sa photo a été publiée par Serge Klarsfeld dans Mémorial des enfants juifs déportés de France.

15Ces déplacements n’épargnent pas toujours la vie de ceux qui sont restés en France : Bernard et Maurice Soukalski (13 ans et 12 ans) repliés à Boulogne-Billancourt, sont déportés avec leur mère Fanny, par le convoi 318, le 11 septembre 1942. Maurice, Lise et Jeannine Onijas sont arrêtés à Paris pendant la rafle dite du Vel d’hiv, le 16 juillet 1942. Maurice Onijas est déporté le 31 juillet 1942, sa femme Lise le 3 août (convoi 14), et leur fille Jeannine9, âgée de 8 ans et demie, le 19 août 1942 (convoi 21). Les trois filles de Jacques Leibel sont arrêtées en Ille-et-Vilaine et déportées par le convoi 47, le 11 février 1943. De même les deux derniers enfants de la famille Slivka, Jacqueline et Madeleine, sont arrêtées dans l’Oise et déportées le 20 janvier 1944.

  • 10 Voir Témoignages pour mémoire : film de Claudine Drame, 1992.

16Certains, très peu, survivront à la déportation, comme Violette Silberstein-Jacquet10 qui fut arrêtée avec ses parents à Lille, le ler juillet 1943, transférée à Malines et déportée avec eux à Auschwitz le 31 juillet. Léon Meyer, réfugié en zone sud, fut aussi déporté, de l’Isère, avec sa femme et sa fille à Auschwitz (convoi 77 du 31 juillet 1944).

  • 11 Renseignements aimablement fournis par Catherine Poulain-Martel, présidente de l’Association « Gar (...)

17S’ajoutent à ces victimes des Juifs fusillés : les deux frères Maurice et Daniel Auscaler sont ainsi pris comme otages par la division allemande Das Reich. Emprisonnés à Toulouse, ils sont fusillés dans le village de Miremont (Haute-Garonne) le 2 juin 194411. De même, Joseph Stein, réfugié à Caillac, est fusillé à Cahors (Lot) le 16 août 1944, ainsi que Jean Soukalski.

18La politique de discrimination commence avec la définition imposée aux Juifs par les législations allemande et française, d’une appartenance religieuse et/ou raciale, quelle que soit leur nationalité. Puis une série de recensements de l’ensemble des Juifs, à partir de septembre et octobre 1940, leur enjoignent d’apposer la marque « Juif » sur leurs papiers d’identité. À partir du 29 mai 1942, ils sont contraints de porter l’étoile jaune (Marc Bernheim). Aux recensements des personnes s’ajoute celui des « biens juifs » établi par la sous-préfecture du Havre le 26 Décembre 1940. Il y a donc, dès l’automne 1940, des listes préalables à des mesures d’expulsion mais aussi de spoliation et de déportation élaborées en collaboration avec l’administration allemande.

  • 12 La Chambre de commerce, l’Union des commerçants et le Syndicat des armateurs donnent ainsi un avis (...)

19La confiscation d’entreprises et immeubles appartenant à des personnes juives dite « aryanisation économique » démarre en octobre 1940 sous l’autorité du préfet de Seine-Inférieure René Bouffet. Elle prend la suite de mesures xénophobes et antisémites12 prises dès 1939 qui visaient les commerçants juifs étrangers (A-Soukalski, les époux Letchinki-Veinberg, M. Perelman) et continuèrent en 1940 et 1941 (M. Hoffmann, A. Stein). La politique dite « d’aryanisation » entraîne la prise de meubles et d’objets personnels, le transfert de la propriété d’entreprises et d’immeubles. Elle se double de la perception d’une amende « à titre de représailles » (un milliard de francs le 14 décembre 1941).

20115 biens font, au Havre, l’objet de ventes forcées, soit 48 entreprises, pour les 4/5e des petits commerces et entreprises artisanales (P. Abraham, A. Silberstein). Huit sont des sociétés de négoce de cotons, thés et cafés, caoutchouc (J. Danon, É. Traumann, B. Ullmann, D. Zigmant...). Ces entreprises doivent être liquidées par des administrateurs provisoires désignés par les autorités préfectorales, sur la base de listes élaborées par la Chambre de Commerce puis en relation avec la délégation régionale du Commissariat aux questions juives, à partir de sa création le 29 mars 1941 (une des trois délégations régionales en zone occupée étant à Rouen).

  • 13 Voir Blaise Rouquette, op. cit.
  • 14 Voir Cl. Malon, art. cité.

21Certes, il y eut des atermoiements (comme par exemple les délais de vente exceptionnellement longs de la brûlerie artisanale de café de Paul Abraham13) et des ventes fictives (la fille d’Antoine Silberstein put récupérer son bien après sa libération d’Auschwitz et Jacques Trautmann reprendre la tête de sa maison de négoce de cafés dès la fin de la guerre). Il y eut aussi des arrangements : Benjamin Ullmann vendit ainsi ses parts à son associé Henry Scholaert. Mais d’autres profitèrent sans vergogne de la spoliation. Ainsi les partisans havrais du Rassemblement National Populaire (le parti créé par Marcel Déat), les JNP, emménagèrent dans les magasins de J. Leibel (92 Boulevard Foch) et d’I. Coronel (74 rue de Paris). Et le responsable local de la Croix Rouge demanda, le 22 mai 1944, la mise à disposition de l’immeuble appartenant à « la société israélite J. Danon »14.

  • 15 Syndicat légal, collaborant avec les autorités allemandes, à la différence de la CGT clandestine e (...)

22C’est encore avec la complicité d’une fraction de l’Union des syndicats ouvriers du Havre et de la région15 (ex-CGT) et le soutien du nouveau maire du Havre, Pierre Courant, que l’argent volé aux Juifs, fut reversé, partiellement, par les autorités allemandes, au COSI (Comité Ouvrier de Secours Immédiat). Cette structure associative, créée le 7 avril 1942, se chargea de distribuer argent et meubles aux sinistrés non-juifs, victimes des bombardements « anglais ».

23Autant dire que l’antisémitisme d’État se doublait d’un effort de propagande, relayé par la presse locale, en particulier Le petit Havre, les mouvements et partis très engagés dans la voie de la collaboration (Francistes, RNP et PPF) et le cinéma nazi. Le film de Veit Harlan, Le Juif Süss, fut projeté au cinéma Eden, en mai 1941.

La politique de destruction : de la spoliation à la déportation

24Dans une première période dite de persécution des Juifs de France l’administration militaire allemande et l’administration civile française collaborèrent avec leurs objectifs et leurs services propres mais, à partir de 1942, avec la mise en place de la politique de destruction et les premières déportations, les ordres venaient essentiellement de la Feldkommandantur et du préfet régional, c’est-à-dire de Rouen, relayés par la Kreiskommandantur, dirigée par Ackermann, et la sous-préfecture du Havre, avec son service des « affaires juives ». De même, les six commissariats de police et la gendarmerie nationale travaillèrent avec la Gestapo dirigée par un autre Ackermann (2 rue Hippolythe Fénoux). Mais la spécificité de la circonscription administrative du Havre doit être relevée : il n’y eut en effet, dans l’arrondissement, ni police de sécurité (SIPO-SD), ni délégation régionale du Commissariat général aux questions juives. Il n’exista pas non plus de délégation locale de 1’UGIF (Union général des Israélites de France), au contraire de Rouen.

  • 16 Sur ce sujet, une étude a été menée par Jennifer Lanneau dans le cadre de la préparation d’un Mast (...)
  • 17 Voir : Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942, Autrement (...)
  • 18 Samuel Biedny (matricule 3915), Simon Ditchi (3912), Abraham Goldstein (3909), Salomon Stein (3906 (...)

25La première rafle16 au Havre se situe les 23 et 24 février 1942. Elle est parfois appelée « rafle du pont de la Barre » et est opérée dans les quartiers marins et centraux. Elle est décidée par les autorités militaires allemandes, en représailles à l’attentat commis par le groupe de résistants communistes FTP contre des soldats allemands à proximité de l’Arsenal. Elle aboutit à l’arrestation de 150 à 200 hommes transformés en 30 otages juifs et communistes17, c’est-à-dire menacés d’exécution ou de déportation en cas de non dénonciation des « coupables ». Ces juifs étrangers (Polonais, Roumain, Lithuanien), Samuel Biedny, Simon Ditchi, Simon Fdida, David Fourmann, Abraham Goldstein, Isidore Hoffmann, Salomon Stein, et Maurice Wolfovicz, sont emprisonnés au Havre et à Rouen. Internés dans le camp allemand de Compiègne-Royallieu, ils sont déportés à Auschwitz-Birkenau, soit par les convois des 5 juin (no 2) et 18 juillet 1943 (no 57) au titre « d’otages juifs »18, soit par le convoi politique du 6 juillet 1942 pour Isidore Hoffmann, juif et communiste, qui est l’un des 23 déportés du Havre immatriculés 45 000.

  • 19 Noms, âges, nationalités et numéros de convoi sont publiés par Serge Klarsfeld dans : Le Mémorial (...)

26La seconde rafle a lieu à l’échelle de la région, entre le 9 et le 14 octobre 1942. Suite aux accords Oberg-Bousquet, elle vise essentiellement les juifs étrangers et particulièrement les femmes et les enfants. Sept personnes sont arrêtées dans l’arrondissement du Havre et enregistrées à leur arrivée dans le camp de Drancy, le 16 octobre. Deux femmes de nationalité étrangère, Sifra Letchinki-Veinberg, 39 ans, marchand-forain roumaine, et Clara Boczar-Kleiner, 51 ans, polonaise, sont déportées par le convoi 42 (6 novembre 1942), ainsi que les deux enfants Szwindler (Louis, 10 ans et Sarah, 7 ans), deux petits Havrais dits « apatrides » réfugiés à St Martin-du-Manoir. Les trois membres d’une famille polonaise, les Bendets (le père Herszlit, 54 ans, et ses deux fillettes Odette, 14 ans, et Fanny, 13 ans) sont quant à eux déportés par le convoi no 45, le 11 novembre 194219.

27Ce sont de nouveau des gendarmes français, de Sanvic, qui les convoient à Rouen au centre d’accueil de la rue Poisson, d’où ils sont transférés à Drancy puis déportés à Auschwitz.

  • 20 Initiative prise sans en référer à son supérieur hiérarchique René Bousquet, secrétaire général de (...)

28La troisième rafle, dite des 15 et 16 janvier 1943, est une initiative20 du préfet de région André Parmentier qui répond à la demande des autorités militaires, suite à l’attentat commis à Rouen contre un officier allemand. Elle se traduit par l’arrestation, par la police française, de familles entières y compris de jeunes enfants ayant ou non la nationalité française.

29Gitla et son fils Jacques Yourowski, 11 ans et demi, né au Havre, sont déportés par le convoi no 48 le 13 février 1943, de même que les trois filles de Jacques Leibel (Pauline, Claire et Nelly). Ces deux dernières étant nées au Havre. Furent aussi déportés par le même convoi Paul Abraham, ancien combattant de la Première Guerre mondiale et sa femme Hélène emmenés à Sobibor le 25 mars 1943 (no 53), Mina Loeb et ses deux enfants (Monique et Jean). Celui-ci, âgé de 9 ans et demi, est arrêté dans son école de Sainte-Adresse par un agent de police requis par le commissaire de la rue de l’Alma.

30La docteure Blanche Rosenberg, de Lillebonne, et ses deux fils (Armand, 5 ans, et Daniel, 3 ans) sont déportés par le convoi no 58 du 31 juillet 1943. Moszek et Chana Zolty, recensés le 5 décembre 1940 avec deux enfants de moins de quinze ans sont quant à eux déportés l’un le 2 mars 1943 (convoi no 49) et l’autre le 9 février à Auschwitz-Birkenau.

31Enfin, Pauline Lederman, mère de Mina Loeb, âgée de 66 ans, est déportée par le convoi no 48 du 13 février 1943, ainsi que Leibuch et Beila Fournand, 57 et 51 ans, qui mourront, ainsi que leur fils David (30 ans), à Auschwitz. Le plus effarant reste sans doute l’histoire de Charles Klein, dont la mère, enceinte, est arrêtée le 15 janvier 1943. Il naît à Drancy le 5 février 1943, puis est déporté le 18 juillet par le convoi no 57.

32Ces arrestations collectives, soit 14 personnes venant du Havre et 4 de Lillebonne enregistrées à Drancy, se doublent d’arrestations individuelles, comme celle d’Eugénie Mayer, née en 1864 arrêtée en mars 1943 et déportée le 31 juillet 1943 (convoi no 58).

  • 21 Par exemple dans la désignation des otages.

33Les Juifs au Havre pendant l’occupation allemande ont donc subi non seulement les conséquences de la guerre et de l’administration militaire mais aussi celles de la politique de l’Etat nazi, c’est-à-dire une tentative de destruction méthodique avec la complicité des représentants de l’État français21. Une politique criminelle qui n’épargne ni les enfants, mêmes les plus jeunes, comme le petit Charles Klein, déporté à l’âge de 5 ans et demie, ni les vieillards, telle Eugénie Mayer, déportée à près de 80 ans.

  • 22 Violette Jacquet, violoniste dans l’orchestre d’Auschwitz, a beaucoup témoigné. Elle a également é (...)

34Acte d’accusation contre ce système concentrationnaire : les premiers juifs déportés (S. Biedny, S. Stein, S. Ditchi, M. Wolfowicz) ont survécu moins de deux mois et la grande majorité des femmes, enfants et hommes âgés, ont été gazés dès leur arrivée à Auschwitz, Birkenau et Sobibor. Les rescapés des camps, très peu nombreux, témoignent encore, comme Violette Silberstein-Jacquet22.

35Si des Juifs ont survécu en se cachant ou en s’exilant, d’autres ont été dénoncés et fusillés ou exécutés sommairement en France. Quant aux spoliations, étape intermédiaire dans la politique de destruction, elles ont été tolérées voire encouragées, révélant un antisémitisme d’opinion, malgré quelques actes de solidarité et des comportements de Justes dont témoigne Albert Onijas lorsqu’il fait référence à ses parents adoptifs.

36Si l’historiographie des juifs au Havre a longtemps été celle d’une absence ou d’une disparition, les traces qu’ont laissé les juifs au Havre démontrent, qu’entre 1940 et 1944, leur histoire se situe bien entre exode et destruction.

Notes

1 Pour ces chiffres, voir Blaise Rouquette, « Les Juifs au Havre (1939-1945) », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction de John Barzman, 2000. Selon les renseignements généraux il restait, après les exodes des débuts de la guerre, 156 personnes juives en décembre 1941.

2 ADSM : 40 W 159 (renseignements communiqués par Françoise Bottois, auteure de l’exposition Le sort des Juifs dans l’agglomération rouennaise pendant la seconde guerre mondiale (janvier-février 2005).

3 Les marchands ambulants séfarades se regroupent non loin de l’Eglise et de l’Institution Saint-Joseph, rue Victor Hugo.

4 Voir Claude Malon « Le grand commerce havrais et ses entrepreneurs face à la guerre, l’Etat francais et l’occupation », Colloque du GDR 2539 du CNRS « Les transports en France, 1939-1945 », Le Havre, 2005, à paraître.

5 Le recensement de décembre 1941 donne le chiffre de 156 Juifs domiciliés au Havre parmi lesquels figurent 87 commerçants, 41 salariés, 8 sans profession.

6 Voir Bl. Rouquette, op. cit., Annexe VIIIC.

7 Citons l’exemple des Onijas à Saint-Romain de Colbosc et Etainhus (entretien entre Albert Onijas et John Barzman, 13 juillet 2005).

8 La photo de ces deux jeunes garçons nés au Havre en 1929 et en 1930 fait la couverture de Shoah en Normandie (Yves Lecouturier, 2004).

9 Sa photo a été publiée par Serge Klarsfeld dans Mémorial des enfants juifs déportés de France.

10 Voir Témoignages pour mémoire : film de Claudine Drame, 1992.

11 Renseignements aimablement fournis par Catherine Poulain-Martel, présidente de l’Association « Gardarem Miremont », conseillère municipale (brochure pour le 60e anniversaire : « Miremont. Ses martyrs, ses héros »).

12 La Chambre de commerce, l’Union des commerçants et le Syndicat des armateurs donnent ainsi un avis défavorable suite à des demandes de naturalisation et d’ouvertures de commerce (voir Cl. Malon, art. cité).

13 Voir Blaise Rouquette, op. cit.

14 Voir Cl. Malon, art. cité.

15 Syndicat légal, collaborant avec les autorités allemandes, à la différence de la CGT clandestine et résistante.

16 Sur ce sujet, une étude a été menée par Jennifer Lanneau dans le cadre de la préparation d’un Master 1 d’histoire contemporaine préparé sous la direction de John Barzman.

17 Voir : Claudine Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942, Autrement, 2005.

18 Samuel Biedny (matricule 3915), Simon Ditchi (3912), Abraham Goldstein (3909), Salomon Stein (3906) et Maurice Wolfovicz (3914) sont déportés par le premier convoi, Simon Fdida et David Fourmann par le second à partir de Drancy (voir Mathilde Dessolles, « Retour sur les juifs au Havre pendant la Seconde Guerre mondiale, mémoire de Master 1 en préparation sous la direction de John Barzman.

19 Noms, âges, nationalités et numéros de convoi sont publiés par Serge Klarsfeld dans : Le Mémorial de la déportation des juifs de France, 1978.

20 Initiative prise sans en référer à son supérieur hiérarchique René Bousquet, secrétaire général de la police.

21 Par exemple dans la désignation des otages.

22 Violette Jacquet, violoniste dans l’orchestre d’Auschwitz, a beaucoup témoigné. Elle a également été filmée par Claudine Drame et dans le film « La Chaconne d’Auschwitz », France 3. Elle a aussi été longuement enregistrée par l’Union des déportés d’Auschwitz.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540