Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Deuxième partie. Itinéraires

Les Polonais : de l’exil politique à l’usine

Marianne Hue

Texte intégral

1L’immigration polonaise au Havre a une histoire longue de près de deux siècles. La vague la plus significative fut celle de l’Entre-Deux-Guerres qui vit la venue de travailleurs recrutés sur place par le patronat en fonction de ses besoins, à la suite d’un accord conclu entre les gouvernants des deux pays après la Première Guerre mondiale. Elle fut cependant précédée d’une première migration qui, commencée après la Révolution de 1830, trouvait son origine dans l’histoire douloureuse des libéraux à l’époque de la Sainte-Alliance.

  • 1 AMH, JH, 02/04/1832.
  • 2 AMH, FM, I2, C4, l2 : bordereau des sommes payées par la caisse municipale de la ville du Havre po (...)
  • 3 AMH, FM, I2, C4, l2.

2Un accueil contrasté est réservé aux migrants polonais qui, fuyant leur pays, arrivent au Havre deux ans après l’échec de l’insurrection de Varsovie. En effet, si, le 13 juin 1832, les vingt militaires en exil qui accostent au Havre sont acclamés par une foule enthousiaste, l’élan populaire est en décalage avec l’inquiétude manifestée par le gouvernement. Celle-ci se diffuse rapidement dans la population havraise car la présence polonaise revêt des formes multiples. À l’aristocratie militaire réfugiée s’ajoutent en effet des familles sans ressources. Désirant s’embarquer pour l’Amérique, elles voient leur route s’arrêter au Havre où elles vivent de la mendicité, grossissant les rangs des miséreux qui constituent alors un danger potentiel dans cette ville menacée par le choléra1. En 1832, une pétition des Havrais vient d’ailleurs d’exiger le rassemblement des émigrants pour des raisons d’hygiène publique, entraînant leur assignation à résidence et leur placement sous une surveillance policière étroite. Par l’intermédiaire de la caisse municipale, le gouvernement leur octroie des subsides destinés à assurer leur subsistance et à subvenir aux frais de route vers les dépôts qui leur sont assignés, les frais de passage vers les États-Unis ou l’Angleterre étant avancés par la mairie puis remboursés par la sous-préfecture sur le fonds des réfugiés2. Un fait divers révèle particulièrement, malgré la sympathie initiale ressentie pour la cause des libéraux polonais, le difficile problème lié à l’arrivée de ces immigrants dans l’incapacité de continuer leur voyage. Le 7 janvier 1834, lorsqu’un navire transportant 162 réfugiés polonais vers les États-Unis subit des avaries qui l’obligent à rester à quai au Havre, un groupe de jeunes Havrais patriotes révoltés par la mise en quarantaine du bateau ramènent sur la terre ferme les infortunés Polonais, des militaires expulsés accompagnés de quatre femmes et de trois enfants. Leur sort est débattu à la Chambre des Députés et ils obtiennent du gouvernement le droit de rester dans la ville jusqu’à ce qu’ils trouvent du travail ou des subsides. Toutefois, selon un recensement de 1851, seuls 18 d’entre eux sont de fait restés au Havre3.

3Ainsi, si nombre de Polonais transitent au Havre dès le XIXe siècle, ils sont peu nombreux à y faire souche, à la différence des migrants issus de la vague d’immigration économique commencée après la Première Guerre mondiale.

L’Entre-Deux-Guerres : sur le chemin de l’usine

4Le traité de travail signé entre la France et la Pologne le 3 septembre 1919 autorise le recrutement massif et organisé des travailleurs polonais contre la promesse d’un traitement équivalent à celui des nationaux. C’est dans ce cadre que nombre de Polonais quittent leur campagne profonde pour fuir la misère, ou abandonnent les mines rhénanes où ils étaient venus travailler lorsque la Pologne n’avait plus de territoire. Tous signent un contrat d’un an avec l’espoir de repartir un jour au pays.

Une présence importante

5Au Havre, l’évolution des recensements effectués entre les deux guerres mondiales permet de mesurer l’impact considérable de ce traité. Dans le 4e canton où la présence des grosses entreprises havraises entraîne la concentration des étrangers (2,9 % de la population totale en 1921, 2,6 % en 1926, 5,6 % en 1931 et 3 % en 1936), les Polonais, presque absents en 1921 (19 individus), font une irruption spectaculaire. Ils représentent plus d’un tiers des étrangers dès 1926, soit 481 individus. Une décennie plus tard, avec 299 individus, ils constituent 24 % de la population étrangère. La forte proportion de jeunes (14,8 %) parmi ces migrants est par ailleurs un signe de dynamisme.

  • 4 ADSM, 1M555, évaluation des ressources en main d’œuvre, 1938. Les entreprises concernées sont : la (...)

6Cette population réside rue des Tréfileries, boulevard Sadi-Carnot, rue Armand Agasse et rue des Chantiers, près des Tréfileries et Laminoirs du Havre, principal employeur de la main d’œuvre polonaise. En 1938, 101 ouvriers polonais sont employés par les TLH, soit 85,5 % d’un effectif total de 118 travailleurs répartis dans 7 des 22 entreprises havraises qui embauchent des étrangers4.

  • 5 AMH, Annuaire du commerce du Havre, 1922. De 1922 à 1927, les départements de Seine-Inférieure, Eu (...)
  • 6 Havre-Libre, no 11469, 05/01/82.
  • 7 ADSM, 60W378, lettre du Chef du Service Départemental de la main-d’œuvre étrangère au Chef de la s (...)
  • 8 ADSM, 60W401, lettre du Chef du Bureau de la main-d’œuvre du Havre au Directeur Départemental du t (...)
  • 9 ADSM, 60W405, dossiers de demandes de délivrance de cartes de travail en 1949 au Havre.

7L’analyse du fichier du personnel des Tréfileries fait apparaître quatre phases d’embauche : 1923-1924, 1928-1930, l’année 1939 puis la période allant de 1945 à 1949. L’année 1923 marque le point de départ de cette migration. Nombre de Polonais recrutés par le Comité Central des Houillères de France sont acheminés par bateau au Havre où ils débarquent. La fondation d’un comité des « Amis de la Pologne », en avril 1923, et l’existence d’un Consulat de Pologne sis au 4, rue E. Larue5 marquent de manière concrète cette présence. L’arrivée du plus fort contingent d’ouvriers polonais a lieu en 1924, année durant laquelle la Société Générale d’Immigration formée par la fusion de plusieurs associations patronales prend en main le recrutement des travailleurs étrangers pour le compte de ses entreprises adhérentes. En 1927 survient une brève récession caractérisée par le ralentissement de ce courant d’immigration et par un creux de l’embauche des Polonais aux Tréfileries. Durant la seconde phase (1929-1930), les ouvriers commencent à être recrutés directement en Pologne alors qu’avant cette date, ils arrivaient aux Tréfileries, la plupart du temps, après un véritable parcours géographique et professionnel hors de leur pays, en Allemagne ou en France. Le pic se situe en 1930, puis un recul s’amorce en 1931. Il y a cependant encore 405 Polonais au Havre en 1936 (13 % de l’effectif étranger total) et 257 en 1943 (23 % des étrangers). En 1946, ils sont encore 248 présents dans le 4e canton (22 % de la population étrangère). À cette date, l’effectif reste stable malgré la propagande du régime polonais pour un rapatriement de ses émigrants. En fait, des retours au pays ont eu lieu mais ils sont en partie compensés par l’arrivée des soldats démobilisés de la division Anders. Au Havre, environ 300 Wartowniki auxiliaires de l’armée américaine viennent garder les deux camps de prisonniers allemands employés à la reconstruction. Après la fermeture de ces derniers en 1947, ils partent pour les États-Unis ou le Canada, à l’exception d’une cinquantaine d’entre eux, restés au Havre après avoir épousé de jeunes polonaises de la Cité6. À partir d’avril 1946, si toute introduction d’ouvriers polonais est officiellement supprimée7, les mouvements de main-d’œuvre étrangère ne cessent pas. Le Havre voit affluer journellement des ouvriers polonais venus des mines du Pas-de-Calais et du Nord8. En 1948, malgré un environnement défavorable à la venue de travailleurs étrangers dans le département, la main-d’œuvre présente « sur place » est stabilisée, les demandes de renouvellement de carte de travail se heurtant rarement à un refus et les Polonais n’étant victimes d’aucune discrimination9.

Aspects d’une population

8Les Polonais qui travaillent presque tous aux TLH ont été affectés à des travaux de faible qualification. Arrivés vers 30 ans dans le cadre d’une migration familiale rapidement mise en place, ce sont des hommes mûrs, mariés et pères de famille.

  • 10 Notons que cette cité n’est pas seulement surnommée « Cité Polonaise » par ses habitants et ceux d (...)

9Dès 1924, l’entreprise fait construire 72 pavillons regroupés en une Cité10 qui, destinée aux familles polonaises, devient une enclave en forme d’angle droit dont les côtés sont formés par la rue de la Vallée et l’avenue des Tréfileries. La Cité fait figure de petit quartier fermé, d’espace clos. Les logements en bois, mitoyens, possèdent un ou deux niveaux, disposent de deux grandes pièces et d’une cuisine (ou de quatre pièces plus petites pour les grandes familles), d’un WC dans la cour et d’un jardinet. Tous sont mitoyens.

10Au-delà de l’avenue des Tréfileries se trouve la Cité des Français, construite près de l’hôtel des Ingénieurs et de l’hôtel des Célibataires, le pendant de la Cité polonaise, à ceci près qu’elle est moins enclavée.

11Le stade, le cinéma, la salle des Fêtes, répondent au projet paternaliste de l’entreprise d’intégration de l’espace social alentour à l’usine, lequel accentue la mise à l’écart de ses ouvriers du reste de la population havraise.

Une intégration difficile

  • 11 Témoignage de M. Zmuda.
  • 12 ADSM, 1M553, lettre du Consul de Pologne au Préfet de Seine-Inférieure, 31 mai 1935.
  • 13 ADSM, 4M3226, lettre du Garde des Sceaux au Préfet de Seine-Inférieure, 15 novembre 1938.

12Dès le début des années 30, on enregistre une réaction xénophobe et la communauté polonaise est rapidement victime de refoulements soit par le biais de la limitation des entrées renforcée par la loi de contingentement de 1932 soit par celui du non renouvellement de la Carte d’identité11. En 1935, en Seine-Maritime, le nombre de Polonais refoulés ou au chômage est si élevé que le Consul de Pologne au Havre sollicite d’être prévenu quelques jours à l’avance de la date fixée pour le rapatriement de ses compatriotes12. Les refoulements sont érigés au rang d’outil de gestion de la main-d’œuvre et, en 1938, face aux menaces de guerre, ils deviennent même un moyen de se débarrasser de tous les étrangers indésirables. À cette date, il n’est plus seulement question d’apprécier l’intérêt économique mais aussi la capacité à s’assimiler13.

  • 14 ADSM, 60W369, Etats statistiques des dossiers de renouvellement de carte d’identité des travailleu (...)

13L’étude des dossiers de demandes de renouvellement de la carte d’identité concernant la main-d’œuvre étrangère de Seine-Inférieure pour les années 1939, 1940, 194114 montre cependant que la situation des Polonais est moins difficile que celle d’autres communautés : ils occupent en effet la deuxième place dans l’échelle des réponses favorables, derrière les Espagnols. Le profil de l’émigrant polonais, dans la force de l’âge, marié et père de famille, semble un facteur favorable pour résister à cette crise.

  • 15 LPH, 23/02/1923, 20/03/1923, 24/04/1923, 08/05/1923, 27/06/1923.

14Les sentiments qu’il suscite sont cependant parfois négatifs, les travailleurs polonais n’étant pas toujours, loin s’en faut, les bienvenus. Si la signature de traités d’immigration signifie une volonté de rapprochement entre les deux pays et le désir d’une coopération économique qui se sont exprimés à partir de 1923 à travers de fréquentes manifestations culturelles, commerciales et politiques15, et si l’on apprécie le tempérament et la culture du peuple polonais, on se méfie de l’individu et de l’ouvrier. Dès 1922, l’administration et les ouvriers havrais montrent une forte réticence à l’embauche de trente Polonais par l’usine Schneider. Il est vrai qu’elle se déroule dans le contexte d’un dur conflit entre patrons et ouvriers de la métallurgie. Le maire, Léon Meyer, émet un avis défavorable à leur venue et le syndicat accuse les industriels havrais de prendre parti contre les ouvriers locaux. Les rapports de police de ces années-là témoignent d’une surveillance particulière des relations entre les syndicats et les ouvriers polonais, bien qu’aucun d’entre eux n’ait d’engagement militant.

15À partir des années 30, dans un contexte où le gouvernement envisage de réduire l’entrée des étrangers et de lancer une politique d’assimilation supposant leur dispersion géographique et professionnelle, la concentration des ouvriers polonais au Havre va entraîner la montée de la défiance.

16Dans leur Cité, les Polonais conservent en effet leurs valeurs culturelles propres, cette attitude étant parfois encouragée par les autorités. Ainsi, suite à un accord franco-polonais du 17 avril 1924, l’enseignement en polonais le soir après la classe et les jeudis dans les écoles primaires publiques est autorisé, de même que le recrutement d’instituteurs polonais. Au Havre, une institutrice polonaise appointée par l’Ambassade, Madame Morze, dispense des cours d’enseignement général en polonais dans le groupe scolaire Fleurus, situé dans le quartier de Leure. Après la guerre, les cours ont lieu dans un local prêté par les Tréfileries. L’instituteur, qui loge dans l’hôtel des Ingénieurs des Tréfileries, délégué par le Consulat polonais, dépend du directeur de l’école Valmy et est soumis au contrôle de l’inspecteur primaire.

17L’école de la République permet ainsi de transmettre aux enfants la langue et la culture polonaises, voire un sentiment national entretenant l’espoir d’un retour en Pologne.

  • 16 ADSM, 51W683, fichier départemental de la police nationale, service des renseignements généraux, 1 (...)

18En outre, cette « culture de la polonité » est de plus en plus alimentée par des associations dont le nombre est supérieur à ce qu’indique la statistique officielle (une unique association est recensée en Seine-Inférieure en 1936 par la préfecture) car la plupart ne sont ni déclarées, ni subventionnées par les autorités françaises. Un orchestre Écho de la mer est créé le 1er février 1931 et une association culturelle Polonia encadrée par un Comité d’associations du Nord est fondée à la même époque16. Les immigrés polonais eux-mêmes sont parfois à l’origine de ces associations : c’est le cas du groupe théâtral polonais qui joue, un dimanche après-midi par mois, des pièces en polonais. Le spectacle est ouvert à tous et les cadres des Tréfileries y sont régulièrement conviés.

19Les fêtes jouent un grand rôle dans la vie des associations. Elles prennent souvent la forme de processions et défilés avec bannières, costumes régionaux, drapeaux et orchestre. La plus importante est celle qui commémore la Constitution du 3 mai 1792, fête nationale polonaise, en une longue procession allant de la Cité à la paroisse des Neiges. Orchestre en tête, elle se dirige vers l’église où une messe est dite par l’abbé Boulet. Elles revêtent un caractère spontané quand, lors de dimanches ensoleillés, en procession derrière l’orchestre, hommes, femmes et enfants de la Cité s’en vont pique-niquer puis danser à la forêt de Montgeon. Une fois par mois, le dimanche après-midi, le bal polonais est ouvert à tous les habitants du quartier.

20Si les Français n’ont pas le droit d’entrer dans les associations fondées par les Polonais pour eux seuls, ceux-ci peuvent en revanche adhérer aux associations françaises. Le club de football des Tréfileries a ainsi recruté des joueurs polonais et quelques femmes fréquentent le club de gymnastique. Les enfants des deux Cités, en dehors du cadre scolaire, se retrouvent pour « jouer à la bagarre » ou au foot, s’affrontant parfois en des matches « France-Pologne ». Les adultes organisent de leur côté parfois des défis, Cité contre Cité, sur le stade de football des Tréfileries.

  • 17 En 2005, un aumônier de Lisieux vient, plusieurs fois par an, dire la messe en polonais dans la ch (...)

21L’Église joue également un grand rôle dans cette évolution où cohabitent le maintien de la transmission des valeurs polonaises et l’établissement de liens entre les deux communautés. Au Havre où il n’y eut jamais de prêtre polonais à demeure, un aumônier polonais vient régulièrement de Potigny (Calvados), une fois par mois, dire la messe le dimanche après-midi en l’église des Neiges, puis, après guerre, à Graville17. Les enfants suivent un enseignement religieux en français et la Communion Solennelle est célébrée par l’aumônier polonais. L’Écho des Neiges bulletin publié par le curé de la paroisse, est rédigé à la fois en français, en breton, en espagnol et en polonais. Les nombreuses fêtes, commémorations, baptême de drapeaux, célébrations, revêtent un caractère religieux et sont honorées de la présence du prêtre français, voire de l’aumônier polonais.

22Toutefois, les contacts entre les adultes des deux communautés restent rares, les deux Cités représentant deux pôles indépendants.

23Ainsi, les femmes, qui ne peuvent établir aucun lien par l’intermédiaire du travail à l’usine, ne se rencontrent pas à l’extérieur. Le lavoir collectif, réservé aux femmes d’une même Cité, renforce en fait les liens sociaux intra-communautaires et accentue le repli sur le groupe. À l’usine, les hommes, concentrés dans quelques ateliers, côtoient peu leurs camarades français, sauf quand ils participent à des fêtes organisées par la ville.

  • 18 Témoignage de Madame Orzel.

24Le défilé des années trente, en costume national à pied ou sur des vélos aux couleurs de la Pologne derrière un char prêté par l’usine où deux jeunes filles polonaises figurant la reine de France et la reine de Pologne se tenaient par la main18, illustre bien la nature des relations franco-polonaises au Havre : une fraternité mythique dénuée de mélange véritable entre les deux communautés.

25Le particularisme polonais est fortement entretenu par l’action des associations qui sont le plus souvent sous tutelle religieuse. Cette tutelle se prolonge après la guerre, à l’instar du cercle folklorique de théâtre, chant et danse, les jeunesses catholiques polonaises, créé en 1955. Cette situation est par ailleurs largement tolérée par les Tréfileries. L’association Polonia dispose ainsi d’une salle pour les réunions et les banquets alors que le groupe théâtral répète deux fois par semaine dans un local prêté par l’entreprise, l’école ayant également lieu dans un bâtiment des Tréfileries. La Direction de l’usine prend souvent part aux diverses manifestations organisées par les Polonais.

  • 19 ADSM, 1M543, Lettre du Préfet de Seine-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 4 janvier 1937.

26Dans un tel contexte, la plupart des immigrants polonais conserve longtemps l’espoir d’un retour au pays. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, ils expriment passivité ou refus face aux valeurs culturelles françaises et résistent à la naturalisation. Entre 1928 à 1937, sur l’ensemble du département, parmi les 852 naturalisations du chef de famille, 89 d’entre elles seulement concernent des Polonais19. Cette proportion (10,5 %) se situe en deçà de la part des Polonais dans la population étrangère (12,3 %).

Le déclin d’une communauté

  • 20 Seule une cinquantaine d’hommes parmi les quelques 300 militaires polonais venus garder les camps (...)
  • 21 Ce quotidien, fondé dans la Ruhr par les mineurs polonais, est transféré à Lens en 1924 et paraît (...)
  • 22 Témoignage de Madame Zmuda.
  • 23 Hormis deux Ukrainiens, les autres habitants sont des Français d’origine, ouvriers aux Tréfileries
  • 24 Cité magazine, no 80, janvier 1993.

27L’immigration de masse des travailleurs polonais est stoppée en 1946. Le gouvernement polonais s’efforce alors de rapatrier ses émigrés en les attirant par une propagande mais ceux qui restent abandonnent l’espoir d’un retour rapide au pays. Certains facteurs, parmi lesquels on retiendra la diversité croissante de l’origine de ces migrants, vont alors favoriser l’intégration des Polonais. Malgré l’entre-soi communautaire de la Cité, la population polonaise est moins homogène qu’il y paraît. Elle comprend depuis longtemps, hormis les ouvriers recrutés en Pologne, des Westphaliens venus des mines d’Allemagne puis, après-guerre, des Ukrainiens, intégrés à la Pologne contre leur gré en 1919 et suspects de revendiquer la nationalité polonaise afin d’effacer le souvenir de la coopération entre l’Allemagne et l’Ukraine. À cette variété originelle s’ajoute celle provoquée par les nouveaux migrants. Les Wartowniki, anciens auxiliaires de l’armée américaine20, partis de Pologne « pour de bon » sont plus fortunés que les migrants habituels. Ils côtoient les réfugiés politiques de la guerre froide, comme cette dizaine de transfuges d’un bateau polonais de la marine marchande arrivés en 1950 et embauchés aux Tréfileries. Cette diversité entraîne de graves polémiques. Ainsi, en 1950, un scandale éclate à la messe quand est entonné, comme de coutume le Dieu, bénis la Pologne libre. Le Havre est alors dénoncé au journal Narodoviec21 comme un repaire de communistes soutenant le régime en affirmant que la Pologne est libre22. Cet éclatement va faciliter le recul du particularisme. De plus, la structure des familles polonaises semble alors faciliter l’intégration, par l’intermédiaire des enfants. La pratique du sport dans les clubs, la fréquentation de l’école publique et le catéchisme français permettent l’amélioration de leur insertion alors que, dans la population adulte, la tendance à la concentration recule. Une étude du recensement de 1954 montre ainsi une perte de 20 % de l’effectif de la population polonaise du 4e canton-Graville depuis 1946 et une plus grande dispersion dans l’espace. En 1956, la Cité n’abrite plus que 73 Polonais auxquels on doit ajouter 68 naturalisés soit 51 % de sa population23. Si le nombre de Polonais reste supérieur au nombre de naturalisés, on ne compte que 20 enfants polonais pour 37 enfants français parmi ceux issus de familles polonaises. En 1993, seules huit familles polonaises vivent encore à la Cité des Polonais, le reste des trente logements étant occupé par des familles maghrébines24. La communauté des Polonais s’est dispersée. La Cité, en grande partie démolie, est devenue un terrain vague. La vie associative, encore très riche dans les années 50, disparaît dans les années 80 en raison de divergences d’opinion. Elle renaît cependant en 1997 à travers l’association France-Pologne de Haute-Normandie dont les activités consistent à transmettre les pratiques traditionnelles polonaises (messe en polonais, cours de langue, menus typiques…). Quant aux relations des immigrants polonais avec les autres Polonais de la région, notamment ceux de Potigny, elles ne subsistent que par l’intermédiaire du prêtre qui vient plusieurs fois l’an célébrer la messe en polonais. Le lien avec le pays est maintenu par le biais de voyages touristiques et d’actions caritatives relayées par la Maison de la Polonité de Roubaix, laquelle a pour but de maintenir la cohésion de la communauté polonaise en France.

Notes

1 AMH, JH, 02/04/1832.

2 AMH, FM, I2, C4, l2 : bordereau des sommes payées par la caisse municipale de la ville du Havre pour frais d’embarquement, novembre 1834, janvier, mars, juin 1835 et lettre du sous-préfet au maire du Havre, 21/09/34.

3 AMH, FM, I2, C4, l2.

4 ADSM, 1M555, évaluation des ressources en main d’œuvre, 1938. Les entreprises concernées sont : la Cie électromécanique (7 ouvriers polonais sur 43 ouvriers étrangers), Multiplex (1 sur 9), les Ateliers Mazeline (2 sur 15), les Forges et Chantiers de la Méditerranée (3 sur 37), la Maison Bertrand et Cie (1), les Ateliers Augustin-Normand (3 sur 13), les Tréfileries et Laminoirs du Havre (101 sur 185).

5 AMH, Annuaire du commerce du Havre, 1922. De 1922 à 1927, les départements de Seine-Inférieure, Eure, Calvados, Manche, Orne, Ille-et-Vilaine, Mayenne, Côtes du Nord, Morbihan et Finistère étaient placés sous la juridiction du Consul Alfred Stempowski, en poste au Havre. À partir de 1927, seule la Seine-Inférieure restait sous sa juridiction.

6 Havre-Libre, no 11469, 05/01/82.

7 ADSM, 60W378, lettre du Chef du Service Départemental de la main-d’œuvre étrangère au Chef de la section agricole de Fécamp, le 23 avril 1946.

8 ADSM, 60W401, lettre du Chef du Bureau de la main-d’œuvre du Havre au Directeur Départemental du travail et de la main-d’œuvre, 2 décembre 1948. 15 à 20 ouvriers étrangers venus des mines à la suite des grèves dans les Houillères, sont reçus entre le 15 novembre et le 31 décembre 1948 au Havre.

9 ADSM, 60W405, dossiers de demandes de délivrance de cartes de travail en 1949 au Havre.

10 Notons que cette cité n’est pas seulement surnommée « Cité Polonaise » par ses habitants et ceux du quartier. La nomenclature figure également sur les documents tout à fait officiels que sont les fichiers du personnel des Tréfileries.

11 Témoignage de M. Zmuda.

12 ADSM, 1M553, lettre du Consul de Pologne au Préfet de Seine-Inférieure, 31 mai 1935.

13 ADSM, 4M3226, lettre du Garde des Sceaux au Préfet de Seine-Inférieure, 15 novembre 1938.

14 ADSM, 60W369, Etats statistiques des dossiers de renouvellement de carte d’identité des travailleurs étrangers.

15 LPH, 23/02/1923, 20/03/1923, 24/04/1923, 08/05/1923, 27/06/1923.

16 ADSM, 51W683, fichier départemental de la police nationale, service des renseignements généraux, 18 mai 1947.

17 En 2005, un aumônier de Lisieux vient, plusieurs fois par an, dire la messe en polonais dans la chapelle Saint-Michel.

18 Témoignage de Madame Orzel.

19 ADSM, 1M543, Lettre du Préfet de Seine-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 4 janvier 1937.

20 Seule une cinquantaine d’hommes parmi les quelques 300 militaires polonais venus garder les camps de prisonniers allemands sont restés au Havre en 1947.

21 Ce quotidien, fondé dans la Ruhr par les mineurs polonais, est transféré à Lens en 1924 et paraît jusqu’en 1989. Il est entièrement rédigé en polonais et de nombreux ouvriers polonais du Havre y ont été abonnés.

22 Témoignage de Madame Zmuda.

23 Hormis deux Ukrainiens, les autres habitants sont des Français d’origine, ouvriers aux Tréfileries.

24 Cité magazine, no 80, janvier 1993.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540