Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Deuxième partie. Itinéraires

Algériens, Marocains et Tunisiens de 1914 à 1920

Elisabeth James

Texte intégral

1Avec la déclaration de guerre en août 1914, le besoin de main-d’œuvre se fait sentir. Nombre d’hommes originaires d’Afrique du Nord viennent travailler en France, particulièrement au Havre. Peu organisé à ses débuts, ce mouvement migratoire, qui s’intensifie à partir de l’année 1917, en même temps que le contrôle par les autorités françaises, permet de prendre connaissance des premiers problèmes engendrés par la cohabitation entre cette main-d'œuvre étrangère et la main-d’œuvre française rentrant du front.

Algériens, Marocains et Tunisiens au Havre au début du conflit

  • 1 AMH, Fonds Contemporain, I 2, Carton 7, Liasse 3, Troubles du 2 août 1914.
  • 2 AMH, Petit Havre, 3 août 1914.

2Les relations entre les Havrais et les travailleurs originaires du Maghreb doivent être resituées dans le contexte général de tensions et de surveillance qui caractérise la Cité Océane au début du conflit. Dès le 2 août 1914, des pillages de plusieurs épiceries se produisent, au Rond-Point notamment1, mais aussi dans les quartiers Sainte-Marie, Saint-François…2 Cinq à six cents personnes se rassemblent devant la boutique d’un épicier de la rue Dauphine et protestent, certaines ménagères semblant agir parce qu’elles ne trouvent pas de quoi s’approvisionner à des prix raisonnables. Les forces de police sont débordées.

3Très rapidement, la ville est menacée par des troupes allemandes. Des sous-marins ennemis patrouillent et coulent des navires sur lesquels servent des Havrais. Dans le même temps, des milliers de réfugiés arrivent au Havre, fuyant la Belgique envahie et le Nord de la France. À cette pression démographique s’ajoute le passage de milliers de soldats britanniques, puis américains, canadiens, australiens… qui transitent dans des casernes ou dans des camps.

  • 3 John Barzman, Peuple et mouvement ouvrier havrais 1914-1924, p. 14, 190.

4La ville servant également à approvisionner en armement et en matériel militaire l’arrière-pays, Paris et le front, la municipalité du Havre perd tout pouvoir sur sa ville. Un gouverneur militaire dirige la place et toute décision doit être prise avec son accord. En outre, un Commissaire spécial, chef de la Sûreté, exerce dès l’avant-guerre une surveillance active sur le mouvement ouvrier3. Les années suivantes, il informera le Sous-préfet du Havre, le Préfet de Seine-Inférieure et le Ministre de l’Intérieur des actions susceptibles de générer des perturbations de l’ordre public. Les travailleurs nord-africains auront affaire à lui.

5C’est dans les grandes entreprises havraises qu’on trouve des traces de ces derniers. Parmi celles-ci, on retiendra :

6– La Société Schneider et Cie du Creusot, la plus puissante installée au Havre pour ce qui concerne son capital. L’essentiel de ses activités est consacré aux fabrications militaires. Les usines du Havre, de Graville-Le Hoc et de Gonfreville l’Orcher emploient 1 500 personnes fabriquant des engins d’artillerie.

  • 4 ADSM, 2 Z 3, Rapport du Sous-préfet du 11 mai 1916.

7Ce sont les établissements d’Harfleur qui utilisent la main-d’œuvre coloniale. À côté des Chinois, on trouve en effet 150 Algériens et 70 Marocains, soit 220 travailleurs coloniaux d’Afrique du Nord en mai 19154. Cette situation est exceptionnelle car il est inhabituel que deux communautés coloniales différentes se trouvent dans une même usine. Dès octobre 1915, des Algériens travaillant chez Schneider envoient une lettre dans laquelle ils expliquent que leurs conditions de travail sont très dures. Ils se plaignent aussi du froid.

  • 5 Jean Legoy, Le peuple du Havre…, p. 308.
  • 6 ADSM, 11R230.

8– Les Tréfileries et Laminoirs du Havre sont une entreprise installée au Havre depuis 1896. Cet « important complexe multinational »5 (2 000 salariés au Havre en 1913) verra travailler, en 1917, 700 à 800 travailleurs d’Afrique du Nord6. La plus grande partie de la production des Tréfileries est utilisée pour l’équipement et les constructions électriques, les lignes télégraphiques et toutes les applications de l’électricité.

  • 7 ADSM, 11 R 230, Rapport de l’État major.
  • 8 ADSM, 2 Z 3, Lettre du 27 octobre 1915.

9– Le port du Havre : la présence d’ouvriers coloniaux sur les quais est ancienne. Bien avant la guerre, la Compagnie Générale Transatlantique (CGT), qui manque de personnel, utilise des sujets algériens ou marocains, soit comme manœuvres, soit sur les quais7. En 1915, un courrier mentionne l’arrivée au Havre de 800 Algériens et Tunisiens pour décharger le charbon dans les docks et sur les quais. Dès leur arrivée, le Sous-préfet sollicite le rapatriement de certains pour raison de santé8, ce qui signifie que les conditions de sélection, au départ de la colonie ou du protectorat ne sont pas très rigoureuses ou que les conditions de voyage ne relèvent pas du voyage touristique.

10Les travailleurs d’origine maghrébine se divisent en deux catégories de deux statuts différents : les « libres » et les « recrutés ». Les travailleurs appelés « libres », le plus souvent originaires de Kabylie, sont venus d’eux-mêmes travailler en France métropolitaine et constituent la majorité des travailleurs d’Afrique du Nord de 1914 à 1916. Les « recrutés », ou administratifs, arrivent en France essentiellement à partir de la circulaire ministérielle du 29 juin 1916 qui institutionnalise le recrutement des travailleurs coloniaux. Le décret du 14 septembre 1916 accentue le caractère contraint de cette migration : les récalcitrants sont en effet déclarés passibles du conseil de guerre. Ces travailleurs utilisés par l’Etat sont employés surtout dans des établissements liés à la Défense Nationale. Bien que civils, ils sont encadrés militairement et vivent dans des conditions médiocres. Ils habitent en effet dans des baraquements installés sur leur lieu de travail, souvent dépourvus de douches et de toilettes intérieures et, à la différence des « libres », éloignés du centre-ville. Ces derniers, logés à plusieurs dans des chambres sordides louées ou sous-louées, vivent de façon assez indépendante. Au Havre, ils habitent dans les immeubles du Cours de la République, dans le quartier Notre-Dame, rue de l’Eglise, boulevard Amiral Mouchez, ou encore le long du boulevard de Graville qui, à cette époque, constitue la limite entre les communes de Graville et du Havre.

  • 9 ADSM, 11 R 230.

11Ces travailleurs « libres » sont inquiétés par les autorités militaires et civiles qui tentent de les recenser et de les contrôler, avec difficulté. En mai 1916, le maire de Graville indique ainsi que plusieurs centaines de ces Marocains travaillent dans les usines de ce faubourg mais qu’il lui est impossible de délivrer les certificats de moralité que le gouverneur de la place du Havre lui demande. Selon ses propres termes, « ces individus sont sans domicile fixe, ne parlent pas français »9. L’instabilité de cette population est renforcée par le fait que les numéros impairs du Boulevard sont sur la commune de Graville, alors que les pairs sont sur celle du Havre. Les Marocains passent ainsi, au gré des offres de chambres meublées, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre.

  • 10 ADSM., 2 Z 3 Rapport du Commissaire chef de la Sûreté au Commissaire central le 10/05/17.

12Malgré les difficultés à recenser cette population, on peut considérer que, pour la seule ville du Havre, celle-ci rassemble, en mai 1916, 207 Algériens et 106 Marocains travaillant pour la Défense Nationale, auxquels on doit ajouter 60 Algériens et 108 Marocains exerçant une autre profession10. Les chiffres sont fournis par un rapport du chef de la Sûreté.

  • 11 Gilbert Meynier, L’Algérie révélée, p. 462.

13Bien que « libres », ces hommes sont surveillés par les services des Affaires Indigènes et par des indicateurs, parmi lesquels on compte notamment les patrons de cafés maures qui exercent des activités douteuses (jeux d’argent, prostitution…)11.

  • 12 Gilbert Meynier, L’Algérie révélée, p. 462.

14À partir de 1917, le gouvernement essaie d’obliger les employeurs à n’embaucher que des travailleurs coloniaux détenteurs de certificats de police, mais la demande en main d’œuvre est trop forte pour que cette mesure soit suivie d’effet12.

Le tournant : l’année 1917

  • 13 John Barzman, « La gravité du fléchissement… », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 17 (...)

15En juin 1917, la Seine-Inférieure est décrite comme l’un des huit départements dont le moral est jugé franchement mauvais par les services de l’armée, le commandant de région soulignant « la gravité du fléchissement qui s’était produit au Havre »13.

  • 14 Guy Pedroncini, Histoire militaire de la France, p. 262.
  • 15 AMH, PH, 17 mai 1917.
  • 16 AMH, PH, 1 juillet 1917.

16Dans ce contexte, la récente révision des exemptés et réformés (appelée souvent « la chasse aux planqués » ou Loi Mourier) est très mal perçue par les Français de souche. La loi demande en effet que les commissions de réforme révisent leur jugement sur chaque réformé et précisent si « les récupérés sont aptes à faire campagne dans des unités combattantes ou non »14. En mai 1917, un échange de lettres entre le contre-amiral Didelot et le commissaire de Graville nous apprend que « l’état d’esprit des ouvriers de Graville ferait l’objet de remarques défavorables ». Une enquête « discrète » menée par le commissaire de Graville atteste de son côté que « [si] l’état d’esprit est globalement bon… il existe un malaise chez certains individus qui ressentent des inquiétudes sur l’issue de la guerre. » Les conditions alimentaires assombrissent un peu plus la vie des Havrais. Dans cette ville, le lundi et le mardi deviennent des jours sans viande suite à l’interdit qui est fait de vendre pendant deux jours toute viande à l’exception de la viande de cheval15, et la vente de spiritueux est limitée à l’heure des repas16.

17Les rigueurs de l’hiver 1916-1917, pendant lequel meurent de froid 80 Parisiens, vont achever de détériorer le climat social au Havre. Dans ce contexte, les travailleurs coloniaux et étrangers deviennent des bouc-émissaires, et cela d’autant que l’année 1917 voit le record du nombre des ouvriers coloniaux embauchés en France. Quatre contingents de 5 000 travailleurs algériens sont en effet venus en métropole et 30 000 ouvriers algériens ont été embauchés entre 1916 et juillet 1917.

  • 17 ADSM, 11 R 230, Rapport 1917-1918.
  • 18 Idem.
  • 19 ADSM, 11 R 209, Lettre du général Rouvier.

18Le nombre exact d’Algériens, de Marocains et de Tunisiens présents dans l’agglomération havraise reste difficile à évaluer, malgré le zèle dont fait preuve l’officier chargé du recensement. Ses rapports indiquent seulement la prépondérance des Marocains et la faible présence des Tunisiens. Il recense, au 1er janvier 1917, 1 330 « indigènes nord-africains libres » et 866 au 31 décembre 1917, auxquels il faudrait ajouter environ 500 travailleurs militarisés qui ne relèvent pas directement de sa compétence17. Au total, on aboutit à un chiffre de 1 366 travailleurs18. Un rapport du général Rouvier, Commandant la 3e Région, indique cependant un nombre plus élevé puisqu’il y aurait environ 2 000 Nord-Africains libres présents au Havre19.

  • 20 AMH, PH, 7 avril 1917.

19Un climat de méfiance s’instaure à l’égard de ces étrangers de plus en plus nombreux. Ainsi lit-on dans Le Petit Havre qu’« une sélection est nécessaire pour écarter les sujets physiquement et moralement indésirables et éviter toute influence dangereuse sur notre population française »20.

  • 21 ADSM, 11 R 209, Rapport du Commissaire central au Contre Amiral.

20Le 17 juin 1917, une dispute éclate entre un soldat français en permission, Lucien Ouf, et un Marocain, dans la rue Berthelot. Lucien Ouf insulte le Marocain, lequel réplique, aidé ensuite par deux compatriotes21. Une bagarre s’ensuit. La foule, composée de 3 à 400 personnes exaspérées, lynche tous les Marocains présents sur son passage. Le bilan est lourd. D’après le rapport de police, 18 Marocains sont transportés à l’hôpital dans un état grave, et deux sont décédés à leur arrivée. Lucien Ouf est dans un état désespéré.

21Les effets de cette ratonnade sont immédiats. Le 1er juillet 1917, Didelot propose au commissaire central et au sous-préfet du Havre de mettre en baraquements tous les « indigènes » d’Afrique du Nord libres qui habitent dans l’agglomération havraise. Ceux récalcitrants ou à qui les employeurs refuseraient le logement doivent être dirigés vers Marseille et rapatriés chez eux.

  • 22 ADSM, 11 R 235.

22Le 7 juillet, Didelot édicte un arrêté interdisant « à tous les habitants de l’agglomération havraise de louer, sous-louer en garni ou non, de prendre en pension des ouvriers coloniaux, qui doivent tous être logés dans les cantonnements »22.

  • 23 ADSM, 11 R 234, Lettres du 20 juillet 1917, du 23 juillet 1917 et du 29 août 1917.

23Cet arrêté soulève de nombreuses réactions. À la différence des Marocains, les Algériens ne s’estiment pas visés par cette interdiction de vivre librement en ville. Ils sont « Français » et décident d’écrire une lettre de protestation contre ledit arrêté. La police veut cependant exécuter cet ordre discriminatoire mais face aux protestations, Didelot finit par accorder que les Algériens « qui ne sont pas considérés comme étrangers », les quelques Marocains et Tunisiens mariés à des Françaises et, en général, « ceux qui connaissent suffisamment notre langue et ont adopté notre manière de vivre et nos coutumes », logent en ville. En contrepartie, ils recevront une carte d’identité bleue avec photo, mentionnant l’autorisation de résidence, et porteront un brassard. Ils doivent également se conformer aux règles d’hygiène et de politesse en usage en France23.

24Les cantonnements de travailleurs se trouvent sur les lieux où sont installées les usines, qui ouvrent des camps pour accueillir les anciens « travailleurs libres » ou agrandissent ceux où vivaient déjà les travailleurs requis, et aux forts de Tourneville et de Sainte-Adresse pour les « réquisitionnés ». Seul le Port du Havre refuse d’appliquer cette décision, arguant du manque de place.

25Des travailleurs « libres », qui refusent la mesure, quittent la métropole ce qui provoque de nouveau un manque de main-d’œuvre dans les usines.

  • 24 ADSM, 11 R 230, Rapport périodique.

26Autre problème soulevé par cette obligation : les propriétaires logeurs havrais sont privés d’une clientèle intéressante. Ils intentent alors un procès qu’ils gagnent contre le gouverneur. Le jugement de police rendu le 1er mars 1918, fondé sur les arrêts de la cour de cassation, déclare en effet inopérant l’arrêté de Didelot du 7 juillet 1917 qui interdit de loger des indigènes nord-africains. Le gouverneur est censé seulement pouvoir expulser de la place forte les individus jugés indésirables, c’est-à-dire les « indigènes » qui paraîtraient oisifs ou dangereux. La réaction des travailleurs coloniaux ne se fait pas attendre si l’on en croit ce rapport rédigé à la fin de 1918 dans lequel il est dit : « Depuis ce jugement, aux Tréfileries, les Algériens et Tunisiens ont quitté les baraquements… Parmi les Marocains qui restent au camp, il y a 277 « libres » et 163 Marocains [requis] »24.

Les lendemains du conflit

27À la fin de la guerre, les hommes ne rentrant pas immédiatement du front, nombre des travailleurs du Maghreb continuent à être employés dans les usines havraises, dans un contexte où le mécontentement social latent est amplifié par une flambée des prix faisant du Havre l’une des villes de France où les biens de consommation courante sont les plus chers.

  • 25 ADSM, 11 R 231, Rapport du BAI de décembre 1918.

28Restée en nombre, la population des travailleurs maghrébins est l’objet de deux transformations importantes. D’une part, les « libres » remplacent les « militarisés » qui, une fois terminé leur contrat, retournent au pays. Selon un rapport, alors qu’il y avait en novembre 1918, 950 « libres » et 270 « militarisés » au Havre, il ne resterait, en décembre 1918, que 450 « libres » et 179 « militarisés » (soit un total de 629)25.

  • 26 Patrick Weil, La France et ses étrangers, p. 31-33.

29D’autre part, le développement d’une immigration nord-africaine voit le jour. Depuis 1919, les musulmans d’Algérie n’ont il est vrai plus besoin de permis de voyage pour se rendre en métropole. C’est également à ce moment-là que se produit la première vague d’immigration marocaine vraiment significative en France26.

  • 27 ADSM, 11 R 199, Lettre du commissaire de Graville.

30On voit alors éclater des émeutes contre les travailleurs marocains ou algériens. Aux usines Schneider, des ouvriers français empêchent les manœuvres marocains de reprendre le travail en les menaçant de mort27.

  • 28 ADSM, 11 R 235, Lettres du 7 et 11 décembre 1918.
  • 29 ADSM, 11 R 235, Lettre du 31 décembre 1918.
  • 30 ADSM, 11 R 235, Lettre du 3 janvier 1919.

31Il est vrai que, dès décembre 1918, deux secrétaires syndicaux, Louis Legrand et François Louis, se préoccupaient de la position des industriels vis-à-vis des travailleurs coloniaux une fois la guerre terminée28. Didelot les avait alors rassurés en expliquant que son service favorisait le retour au pays des Marocains et des Algériens dont le nombre avait diminué de 40 % depuis l’Armistice. Dans le même temps, des postes qui avaient été confiés à des travailleurs étrangers ou à des prisonniers de guerre étaient attribués à des femmes et les emplois de manœuvres accordés de préférence à des ouvriers français démobilisés. Les Tréfileries, qui emploient encore 200 ouvriers « indigènes » en décembre 1918 (contre 500 avant l’Armistice)29 et les usines Schneider, où 20 Algériens font des travaux de terrassement30, confirment qu’elles feront tout leur possible pour licencier la main-d’œuvre d’Afrique du Nord qui manifeste de plus en plus son mécontentement.

  • 31 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 21 juillet 1919.
  • 32 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 23 juillet 1919.

32C’est en juillet 1919 que de graves incidents éclatent quand une centaine de travailleurs maghrébins attaquent un café et tirent une cinquantaine de coups de revolver prétextant que, depuis quelques jours, on refuse de les servir. Enervés, 100 à 200 d’entre eux se rendent sur place. Après enquête, le commissaire indique que la bagarre qui a eu lieu rue Chanzy aurait une autre cause. Les dockers montreraient en fait ainsi leur désapprobation face à leurs patrons avec qui ils ne parviennent pas à trouver un accord sur la rémunération du taux horaire. L’attaque contre la main-d’œuvre étrangère suppléant leur absence au travail lors des manifestations de mécontentement serait ainsi une réponse à ce différend31. Le lendemain, vers quatre heures du matin, une bagarre éclate, suivie de jets de pierres, Quai de Gironde, entre travailleurs coloniaux et journaliers du port. Des mesures de police sont alors prises pour renforcer la surveillance32.

33En janvier 1920, la tension monte d’un cran. Les ouvriers du port sont attaqués par des travailleurs marocains qui, quelques jours plus tôt, ont été malmenés par des ouvriers français, Quai de la Marne, au lieu même où l’on embauche les ouvriers du port.

  • 33 ADSM, 2 Z 25, Lettre du Commissaire central du 21 janvier 1920.

34Le 20 janvier, un rapport du commissaire central nous apprend que des individus sans travail ont cherché querelle à Mohamed Amed, ce Marocain ayant alors excité ses camarades. Arrivés très énervés le lendemain au moment de l’embauche, l’un d’entre eux tire sur la foule des dockers. Comme en 1917, celle-ci se lance à la poursuite des Arabes qu’ils rouent de coups. Le bilan de l’altercation est lourd : cinq Français, un Belge et sept Marocains sont hospitalisés. Parmi ces derniers, l’un d’entre eux décède, un autre est mourant et cinq gravement blessés à la tête33.

  • 34 ADSM, 2 Z 25.

35Les patrouilles de police, aidées de policiers municipaux, ont des difficultés à protéger les Marocains consignés au camp de Jemmapes. Puis, dans les jours qui suivent, se propage la thèse selon laquelle une distinction doit être faite entre travailleurs marocains et algériens. Les premiers, étant libres et vivant par petits groupes indépendants alors que les seconds sont casernés au camp de Jemmapes, les journaux souhaitent que les Algériens reprennent leur travail et que les Marocains soient rapatriés. Un affichage ambigu, émanant de la Mairie du Havre et reproduit dans Le Petit Havre du 24 janvier 1920, sous-entend que la population havraise n’est pas coupable dans la triste affaire34 survenue quelques jours plus tôt, même si on conseille aux Havrais de ne pas oublier l’aide apportée par les Algériens pendant la guerre.

  • 35 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 28 janvier 1920.

36Dans le but de séparer les deux communautés, l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, chef d’exploitation du port, propose, de concert avec le Préfet, que les travailleurs algériens mis à la disposition du port soient porteurs d’un insigne qui permettrait de les distinguer des Marocains. La mesure est adoptée : sur la manche gauche de chaque homme, on coud deux écussons en toile blanche, portant le cachet officiel des Travailleurs Coloniaux, un contrôle rigoureux étant fait au camp afin de s’assurer que les travailleurs portent l’insigne35.

  • 36 ADSM, 2 Z 25, Lettres du 5 février, 16 juillet, 21 juillet et du 27 juillet 1920.
  • 37 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 27 juillet et 28 juillet 1920.
  • 38 ADSM, 2 Z 25, Lettre de la Compagnie au Sous-préfet du 24 septembre 1920.

37En 1920, la sous-préfecture demande aussi la mise en baraquements de ce personnel dans le but d’éviter la répétition des évènements de janvier. Les Tréfileries aménagent alors des locaux qui ont appartenu à l’armée anglaise (le camp de Cinder City) : ils vont permettre de loger 360 travailleurs coloniaux. Une seconde tranche de baraquements est construite pour loger des ouvriers français. Mais reste 700 Marocains sans logement36. La Compagnie des Extraits tinctoriaux, qui emploie 40 Marocains dont 16 vivent en baraquement et 24 librement en ville37, explique qu’elle ne peut construire davantage de baraquements pour les loger car ces travaux entraîneraient des frais supérieurs à l’intérêt financier que représentent ces travailleurs marocains38.

  • 39 Paul Hauchecorne, Pendant la guerre, p. 97-98.

38Quel bilan peut-on tirer de ces années pendant lesquelles une première vague de migrants maghrébins vint s’installer au Havre ? Si aucun conflit notable n’est à déplorer jusqu’en 1916, les Maghrébins restent incompris par les Havrais. Paru en 1916, le récit de Paul Hauchecorne, qui narre l’enterrement d’un soldat musulman dans cette ville, nous fait découvrir l’étonnement mêlé à la curiosité des témoins français présents à cette cérémonie. Certains Havrais ne comprennent pas que le corps soit enterré dans un sac et non dans un cercueil, et ils se demandent si ces hommes adorent le soleil ou Mahomet. La nuit suivante, les compagnons du mort doivent venir refaire la tombe selon leurs rites39.

39À partir de 1917 se manifeste clairement une détérioration des relations entre les travailleurs venus d’Afrique du Nord et les Havrais qui s’aggrave après la fin du conflit.

40Au-delà de la simple narration des faits, il apparaît en fait que les mécanismes d’intégration inhérents à ce premier mouvement migratoire annoncent ceux qui animent les générations plus récentes d’immigrés nord-africains. Venus en France en groupes, parfois originaires du même village, ils vivent déjà dans des conditions matérielles difficiles, les travailleurs « libres », mieux payés, parvenant cependant à économiser pour pouvoir envoyer de l’argent au pays.

  • 40 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 20 mars 1920.
  • 41 ADSM, 11 R 234, Lettre du Commissaire spécial du 17 décembre 1917.

41Quelques facteurs d’acceptation sont cependant à relever. En 1920, le sous-préfet du Havre parle ainsi positivement d’Omar ben Hamon, un Marocain vivant maritalement avec une Française depuis plusieurs années avec laquelle il a eu plusieurs enfants40. Un autre Marocain, Madani ben Lyaizid, 33 ans, fait un parcours comparable. Résidant en France depuis 1905, il a travaillé dans les mines de Saint André, à Caen puis au Havre comme chef de bordée aux docks. Blanche Marais, sa femme, obtiendra du gouverneur, en février 1918, l’autorisation de garder sa maison en ville et de permettre à son mari de prendre la succession, à la cantine des Tréfileries, d’un Maghrébin qui va quitter la France41.

Notes

1 AMH, Fonds Contemporain, I 2, Carton 7, Liasse 3, Troubles du 2 août 1914.

2 AMH, Petit Havre, 3 août 1914.

3 John Barzman, Peuple et mouvement ouvrier havrais 1914-1924, p. 14, 190.

4 ADSM, 2 Z 3, Rapport du Sous-préfet du 11 mai 1916.

5 Jean Legoy, Le peuple du Havre…, p. 308.

6 ADSM, 11R230.

7 ADSM, 11 R 230, Rapport de l’État major.

8 ADSM, 2 Z 3, Lettre du 27 octobre 1915.

9 ADSM, 11 R 230.

10 ADSM., 2 Z 3 Rapport du Commissaire chef de la Sûreté au Commissaire central le 10/05/17.

11 Gilbert Meynier, L’Algérie révélée, p. 462.

12 Gilbert Meynier, L’Algérie révélée, p. 462.

13 John Barzman, « La gravité du fléchissement… », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 179, p. 115.

14 Guy Pedroncini, Histoire militaire de la France, p. 262.

15 AMH, PH, 17 mai 1917.

16 AMH, PH, 1 juillet 1917.

17 ADSM, 11 R 230, Rapport 1917-1918.

18 Idem.

19 ADSM, 11 R 209, Lettre du général Rouvier.

20 AMH, PH, 7 avril 1917.

21 ADSM, 11 R 209, Rapport du Commissaire central au Contre Amiral.

22 ADSM, 11 R 235.

23 ADSM, 11 R 234, Lettres du 20 juillet 1917, du 23 juillet 1917 et du 29 août 1917.

24 ADSM, 11 R 230, Rapport périodique.

25 ADSM, 11 R 231, Rapport du BAI de décembre 1918.

26 Patrick Weil, La France et ses étrangers, p. 31-33.

27 ADSM, 11 R 199, Lettre du commissaire de Graville.

28 ADSM, 11 R 235, Lettres du 7 et 11 décembre 1918.

29 ADSM, 11 R 235, Lettre du 31 décembre 1918.

30 ADSM, 11 R 235, Lettre du 3 janvier 1919.

31 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 21 juillet 1919.

32 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 23 juillet 1919.

33 ADSM, 2 Z 25, Lettre du Commissaire central du 21 janvier 1920.

34 ADSM, 2 Z 25.

35 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 28 janvier 1920.

36 ADSM, 2 Z 25, Lettres du 5 février, 16 juillet, 21 juillet et du 27 juillet 1920.

37 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 27 juillet et 28 juillet 1920.

38 ADSM, 2 Z 25, Lettre de la Compagnie au Sous-préfet du 24 septembre 1920.

39 Paul Hauchecorne, Pendant la guerre, p. 97-98.

40 ADSM, 2 Z 25, Lettre du 20 mars 1920.

41 ADSM, 11 R 234, Lettre du Commissaire spécial du 17 décembre 1917.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540