Version classiqueVersion mobile

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Première partie. Des migrations à l'intégration : l'observatoire havrais

Annexe 1 : Migrations forcées, migrations oubliées

Sylvie Barot

Texte intégral

1. « Des sauvages du pays de Brésil et des cannibales » en Normandie

1Le Havre est né en même temps que les premières explorations françaises des parages brésiliens et du Havre partirent les premiers émigrants, dès le milieu du XVIe siècle tandis que les cales des navires de retour débordaient du bois rouge destiné à teindre les toiles normandes. Il arrivait aussi que des « indiens », vivants témoins, soient embarqués pour une présentation au roi, dans leurs plus beaux atours : la fête donnée pour Henri II à Rouen en 1550 a fait l’objet d’un récit aussitôt publié, avec ses 50 « naturels sauvages » et 240 matelots normands déguisés qui « ayant fréquenté le pays parlaient aussi bien [leur] langage ». Leur passage au Havre est sans doute à l’origine de la place des Cannibales, terme arawak désignant d’abord les Indiens Caraïbes et désignation ancienne de la place du Vieux Marché. D’autres Indiens Tupinambas et Tabajares arrivèrent en grande pompe en 1613 pour rencontrer Louis XIII et lui faire allégeance pendant le bref épisode de la France équinoxiale. Certains étaient amenés plus simplement par des marins. L’un, Simon, petit garçon en 1582, nous est connu par Ph. Barrey et les minutes du Tabellionage ; Guillaume de Buffes, écuyer et truchement à bord de la Petite-Mignonne en cours d’armement, rédige un testament de précaution et recommande à sa femme de le mettre à l’école et de s’en occuper pendant trois ans, jusqu’à ce qu’il soit en âge de gagner sa vie. Un autre, âgé de sept ans, est baptisé en 1641 d’un prénom peut-être hispanique, Alphonse, par un capitaine cartenier de la ville. Leur destin ultérieur nous échappe mais ils vécurent bien ici.

2. Havrais et « barbaresques »

2Si les premiers contacts maritimes des Normands avec la « Barbarie » sont attestés dès la fin du XIVe siècle, le commerce au départ du Havre avec les ports marocains de Larache, Safi et Agadir, l’est après 1533, quand la France obtient que ses navires y relâchent. Philippe Barrey, dans Les Normands au Maroc au XVIe siècle (Hachette, 1917), étudie à partir des registres du tabellionage, les relations du Havre avec ce pays et trouve 101 voyages commerciaux entre 1571 et 1588, avec une pointe de 17 navires partis en 1573. Sur place, les marchands, rouennais le plus souvent, avaient installé leurs facteurs pour effectuer les transactions et aussi des tonneliers pour conditionner les marchandises : sucre de canne et mélasse, cuirs verts ou secs, laines, cire, plumes d’Autruche, câpres, amandes et dattes. Les séjours des équipages havrais duraient au moins 70 jours, sans incidents autres que, rarement, le rachat de captifs (dont un marin de Sainte-Adresse en 1574). Les voyages de retour où ils affrontaient corsaires et pirates espagnols, anglais et hollandais étaient autrement périlleux.

3Les relations avec le Maghreb seront ensuite moins pacifiques, avec l’âge d’or des corsaires barbaresques, même si une Compagnie de Salé, d'établissement récent, importe à nouveau laines et cuirs en 1702 (AMH FF17). Des Havrais participent à l’attaque de Tunis en 1609, au blocus d’Alger en 1683 ; et en 1628, des déclarations sont passées à l’hôtel de ville, par les familles concernées, en vue du rachat de 95 marins emprisonnés, parfois depuis de longues années, à Tunis et à Alger ; quatre sont dits « reniés », s’étant convertis à l’Islam. Nous ignorons ce qu’il est advenu des uns et des autres. Symétriquement, on peut relever quelques rares conversions de musulmans dans les registres havrais de catholicité : un « turc de nation » de 31 ans baptisé René en 1648 ; Hubert Abdala fils d’Ameth, « maure de la montagne de Salé » en 1679 ; Antoine Magnan « maure d’Afrique » en 1700 ; Toussaint L’Embuscade (ce qui dit son baptême le 31 octobre et sa capture sur un vaisseau hollandais venant de Guinée) en 1709 ; et enfin le seul dont l’installation durable permet de suivre la trace, Louis Michel Bastié, natif de Tunis, baptisé et marié avec une havraise en 1734, devenu marinier quand il marie sa fille à un autre marinier en 1770.

3. Des Havrais venus d’Afrique et des Antilles au XVIIIe siècle

4Le rôle et la place du Havre dans le commerce triangulaire, une des toutes premières, loin derrière Nantes toutefois, ont été soulignés dès le XIXe siècle. Le « Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle », établi par Jean Mettas, a permis d’en chiffrer la plupart : près de 400 pour Le Havre, plus de 500 navires avec Honfleur ; le sommet fut atteint dans la décennie 1782-1792 : de la fin de la guerre d’indépendance américaine à l’interruption de tout trafic maritime, plus de 100 000 Africains déportés vers les Antilles, à l’issue de 190 voyages au seul départ du Havre.

5Moins étudiées, à peine évoquées au delà de quelques exemples repris des inventaires des archives municipales, sont la réalité et la consistance d’une population d’origine africaine dans la ville, présente depuis au moins la fin du XVIIe siècle, avant la promulgation de l’abominable Code noir de 1685.

6La fête civique du Havre-Marat le 20 ventôse an II (10 mars 1794), pour célébrer la première et brève abolition de l’esclavage, comporte la participation « d’une troupe de citoyens et citoyennes de couleur » (AMH K2 45) ; mention sibylline qu’aucune chronique ne vient étayer et faire vivre.

7Un travail en cours, croisant les registres de catholicité et les archives de la surveillance et de la répression présentes dans les fonds de la Marine et d’autres sources à peine exploitées, permet une première approche. Près de 200 actes attestent surtout des conversions forcées de garçons de 5 à 20 ans, « idolâtres » enlevés aux côtes d’Afrique (côtes d’Angole et de Guinée) ou d’ailleurs (Madagascar, côte indienne de Coromandel), des décès de jeunes esclaves né (e) s aux Antilles et présentent quelques rares unions de couples libres ou affranchis et de couples qu’on qualifierait aujourd’hui de mixtes. Parmi les maîtres et les parrains désignés, beaucoup ne sont ni capitaines de navire, ni négociants. Les autorisations de séjour valables trois ans jusqu’à l’interdiction totale (toute théorique) en 1777 devaient permettre l’apprentissage d’un métier utile aux planteurs des îles. Et on trouve la trace d’un refus d’apprentissage par les maîtres tonneliers en 1751 ou en 1768 l’expulsion d’une mulâtresse demeurant chez un maître voilier. D’autres débarquaient avec leurs maîtres ou transitaient, après Paris, pour un réembarquement forcé. D’autres étaient soldats dans des régiments en garnison, moyen de se libérer. Certains, traités avec égard, étaient fils de rois africains ou enfants mulâtres libres de colons, venus étudier en France. D’autres enfin, « nègres d’équipage », matelots libres embarqués de leur plein gré en Afrique, ou « négrillons de cuisine », ou du capitaine, se fixent ici et deviennent inscrits maritimes, cuisiniers ou maîtres perruquiers à partir de 1794, rejoints par des déportés de Saint-Domingue, établis cordonniers ou charpentiers, ces derniers soupçonnés d’être des agents de l’Angleterre à partir de 1802. Les uns et les autres ne font plus parler d’eux ensuite et l’abolition de 1848 semble passer inaperçue au Havre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search