Version classiqueVersion mobile

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Première partie. Des migrations à l'intégration : l'observatoire havrais

Migrants et protestantisme au xixe siècle

Philippe Manneville

Texte intégral

1Le 28 septembre 1819, le maire du Havre écrivait au sous-préfet :

  • 1 AMH, FM, P2, « culte protestant, 1802-1855 », carton 1, liasse 2.

« D’ancienne origine, de vrai et réel domicile, il y a très peu de familles protestantes en cette ville – peut-être pas deux cents individus de tout âge et de tout sexe.
« Cependant, après l’édit du Roi Louis XVI qui accordait à tous ses sujets le libre exercice des différents cultes, quelques familles ou autres personnes, de la religion protestante, voulant jouir de ce bienfait, firent établir un temple de cette communion dans un ci-devant magasin de la maison d’un négociant d’Hambourg domicilié alors en cette ville et l’approprièrent à cet usage.
« Comme c’était une innovation, ce temple fut pendant quelque temps assez fréquenté et même il s’y établit un ministre.
« Mais, soit que le zèle se refroidit ou que quelques maisons étrangères plus ardentes eussent quitté notre ville, et malgré ce qui s’est passé dans la révolution de favorable à la liberté des différents cultes, il fut bientôt abandonné au point que ce local ne servit plus qu’à donner des concerts de société...
« Si notre ville fut restée à sa population française, que j’appelle constante et réelle, peut-être le bâtiment aurait-il continué à être abandonné et malgré les sentiments religieux de nos anciennes familles protestantes, n’eut-on jamais pensé à le rétablir pour les autres cultes chrétiens. Mais l’établissement en cette ville et peut-être passager des diverses maisons suisses, allemandes, anglaises, américaines ou autres, en a fait renaître l’idée... Alors chaque dimanche, il y a dans ce temple deux offices à heures distinctes suivant chaque rite protestant ou anglican »1.

  • 2 Philippe Manneville, « Centenaire du temple du Havre », Bull. de la société d’histoire du protestan (...)

2La place des étrangers et des maisons de commerce tenues par des protestants est nettement soulignée. Tout d’abord, sous Louis XVI, et ici le maire confond deux édits, celui du 19 janvier 1786 et celui de novembre 1787, dit de tolérance qui instituait un état-civil pour les protestants mais pas la liberté du culte comme le sous-entend le maire. Celui qui nous intéresse est celui de 1786, garantissant aux protestants étrangers appelés en France par le roi, « la liberté de leurs usages ». On sait qu’au moment de la révocation de l’édit de Nantes, Le Havre plia plus vite que les autres villes et que l’annonce de la venue des dragons entraîna la conversion d’une grande partie des protestants de la ville. On sait également que si presque partout ailleurs des Églises se reconstituèrent à partir de 1760, il n’y eut pas au Havre d’Église du Désert, c’est-à-dire clandestine. C’est donc par le biais d’étrangers que le culte fut alors institué. Les luthériens suédois et allemands établis au Havre demandèrent et obtinrent l’autorisation d’avoir un ministre et en 1787, le raffineur de sucre, François Eichoff, originaire de Hambourg, aménage rue Percanville (quartier Saint-François) une salle de culte où l’on prêche régulièrement en allemand, mais une fois par mois en français, car les promoteurs de la société créée avaient prévu que des protestants français se joindraient à eux2.

Le protestantisme au Havre au début du XIXe siècle : le rôle privilégié des étrangers

  • 3 Voir Philippe Manneville, « Les protestants normands sous le Consulat et l’Empire », Études normand (...)
  • 4 AMH, FM, P2, « culte protestant, 1802-1855 », carton 1, liasse 2, Réponse du maire au sous-préfet d (...)
  • 5 Ibid., lettre au maire du 19 juin 1832.

3La place des étrangers est soulignée dans la lettre du maire au moment de la reprise des cultes. Rappelons qu’en application des Articles organiques promulgués en 18053, il fut accordé deux Églises consistoriales pour le département – Rouen et Bolbec ; de cette dernière dépend, comme annexe, l’Église de Montivilliers à laquelle sera rattaché Le Havre. En effet le nombre des protestants havrais n’était pas suffisant pour justifier une Église, tandis qu’il y avait de nombreux étrangers. Le retour à la paix après les guerres de l’Empire entraîne, pour le port du Havre, une intense activité commerciale. De nombreux étrangers sont alors venus et la majorité d’entre eux est protestante. En 1820 on évalue le nombre des protestants à huit cents dont trois cents Anglais ou Américains4. Parmi les Américains, il faut citer Jeremiah Winslow, originaire de Nantucket, qui se fixe au Havre en 1817 et sera à l’origine de la reprise au Havre de l’armement pour la chasse à la baleine qui deviendra rapidement prospère. Les Américains auront en 1832 une chapelle au n ° 3 rue Pleuvry. « Notre but est d’y célébrer un culte évangélique en faveur des marins américains. […] Nous ouvrons une école pour les enfants qui parlent l’anglais, chaque dimanche »5. En 1842, la fraction évangélique de l’Église réformée du Havre construit un temple rue de la Paix (devenue par la suite rue Hippolyte Fenoux) qui est occupé conjointement pendant une dizaine d’année par les Américains.

  • 6 Arch. Église réformée du Havre, anciennes pièces de correspondance.
  • 7 Charles Vesque, Histoire des rues du Havre, Havre, 1876, 2e vol., p. 560 donne la date de 1875, man (...)
  • 8 AMH, FM, P2, « culte protestant, 1802-1855 », carton 1, liasse 2.
  • 9 Juste retour des choses, elle servira au culte réformé après la Libération, en septembre 1944, jusq (...)

4Le cas des Anglais est quelque peu différent. Si les « non-conformistes » se rattachent à l’Église réformée officielle, les anglicans ont, depuis 1816, une English protestant Church at Havre. Rattachés à l’Église anglicane dont le souverain britannique est le chef et dont le déroulement du culte est plus proche, en apparence, du culte catholique, il leur est moins facile de s’intégrer à la communauté réformée française. On note cependant de nombreuses relations entre les deux Églises, ce qui se manifeste par l’utilisation conjointe de leurs temples. Une lettre de mars 1836 du président de l’Église anglaise au président du consistoire réformé6 fait état d’une vingtaine d’années depuis que les deux communautés se sont réunies sous le même toit, c’est-à-dire le temple réformé. Lorsque les réformés quittent leur temple de la rue d’Orléans, l’Église anglicane en conservera l’usage jusqu’en 1868 ou 18697. En effet, le 7 mai 1868, le consul de Grande-Bretagne demande au maire d’autoriser une « vente » pour trouver des fonds « pour bâtir une église destinée au culte anglican au Havre »8, ce sera la Holy Trinity Church, édifiée à l’angle des rues Lord Kitchener et Jean-Baptiste Eyriès9. Mais en 1820 a commencé le vaste mouvement d’émigration venant d’Allemagne, de Suisse, d’Autriche, d’Italie, pour les Amériques.

L’arrivée massive des populations germaniques ou le tournant des années 1820

5Très tôt le port du Havre est devenu l’un des principaux ports d’embarquement pour ces nouveaux migrants. On en trouve la trace dans les registres du consistoire, puis du conseil presbytéral de l’Église réformée. Tout d’abord dans les statistiques fournies chaque année par le pasteur, de 1837 à 1857 que résume le tableau ci-dessous :

6Ces chiffres sont donnés sous toutes réserves et doivent être interprétés avec prudence, en effet la distinction ne semble pas toujours très nette entre population flottante (c’est-à-dire les domestiques, employés de commerce, etc.) et les émigrants. Pour ces derniers, il est spécifié, en 1837, qu’ils sont Alsaciens, Allemands et Suisses en transit.

7S’agissant des décès, les Anglais comprennent aussi les Américains, mais, en 1836, le chiffre de 29 comprend les émigrants et la communauté anglaise.

8Quelques annotations d’ordre général méritent d’être relevées : pour l’année 1843, « la population flottante diminue », pour 1845, « la population flottante est stationnaire », pour 1846, « la population flottante s’est encore accrue par des Allemands et aussi des Français ».

9Pour l’année 1847, le pasteur ne parle plus de la population flottante qui est maintenant sous la direction d’un pasteur particulier, le pasteur Müntz. À partir de cette année, il est question plus précisément des Allemands, encore qu’il aurait sans doute été préférable de parler de populations de langue allemande. Le rapport précise à cette date que le recensement de M. Müntz compte « six cents Allemands émigrants dont deux cents resteront attachés à notre Église ». Ce mouvement est confirmé l’année suivante : « la population flottante a considérablement diminué par suite du départ des émigrants pour les Etats-Unis. Ceux qui sont restés et se fixent doivent être comptés parmi les fixes ». Pour l’année 1856, il note une diminution des décès « due au ralentissement de l’émigration ». La sédentarisation des émigrants se confirme. Le rapport de février 1869 cite au 31 décembre 1867 214 familles allemandes, soit 970 personnes, et au 31 décembre 1868, 241 familles, soit 1 025 personnes, précisant qu’il s’agit de « familles purement allemandes, non compris les jeunes Allemands employés dans le commerce ».

10Cet afflux de migrants de langue allemande, pauvres (ils quittent leur pays d’origine qui ne peut plus les nourrir), et devant souvent attendre leur embarquement dans des conditions précaires d’hébergement, ne va pas sans poser des problèmes. Si la plupart sont protestants, ils sont luthériens. De plus ils arrivent dans une ville où l’Église réformée n’est pas encore très forte et le nombre des émigrants protestants est parfois supérieur à celui des réformés « fixes ». Elle n’a un pasteur que depuis 1833 qui reste seul jusqu’en 1851. Se pose en outre le problème de la langue.

  • 10 Arch. Église Réformée du Havre, registre du consistoire.

11En décembre 183810, un pasteur de la Confession d’Augsbourg (luthérien), M. Knapp, exerce son ministère auprès de ces populations déplacées. Il demande alors au consistoire l’autorisation d’utiliser le temple le dimanche après-midi pour un service en allemand, ce qui lui est accordé, mais moyennant certaines conditions, en particulier celle « de faire une œuvre d’évangélisation et de charité et non point une œuvre de séparatisme et d’hostilité contre l’Église nationale ». Il va être remplacé, en 1842, par un jeune pasteur envoyé par la Mission de Bâle.

12En 1840, est soumis au consistoire le projet de solliciter les gouvernements des différents États allemands en vue de financer l’entretien d’un pasteur de langue allemande. Une réponse favorable est donnée à condition qu’il s’agisse d’un auxiliaire du pasteur du Havre et qu’il n’y ait pas création d’une autre Église.

13En janvier 1847 on apprend l’envoi du pasteur Müntz par le Consistoire luthérien de Paris à résidence fixe au Havre. Il quitte ce poste en mai 1848 ; il est remplacé par M. Rader, mais pour peu de temps, les événements parisiens obligeant le consistoire luthérien à renoncer. On trouve alors un colporteur qui célèbre le culte en allemand et donne des soins aux familles allemandes. Devant un refus des gouvernements allemands de financer un pasteur, un montage financier est proposé avec les participations de la Mission de Bâle, de la Société de Barmen, de la Ville du Havre qui subventionne un aumônier catholique de langue allemande, de maisons de commerce intéressées par l’émigration et de dons particuliers. Ces moyens permettent d’appeler le pasteur Kopp qui commence son ministère le 23 juillet 1854. Outre le culte et le catéchisme en allemand, des œuvres spécifiques sont créées – bibliothèque populaire, dames visiteuses, diaconat de langue allemande, maison de santé. M. Kopp quitte Le Havre en mars 1862 et M. Burghard le remplace, comme pasteur auxiliaire jusqu’en 1873, date à laquelle il est nommé titulaire du troisième poste pastoral que le gouvernement vient de créer, pour s’occuper des protestants de langue allemande. Il existe un comité spécial, présidé par M. Kestner, consul, administrant tout ce qui concerne le spirituel et le temporel de la communauté allemande, en rapport avec le consistoire et le conseil presbytéral de l’Église réformée du Havre. S’ils conservent le particularisme de la langue, ces immigrants, d’origine luthérienne, font désormais partie de l’Église réformée nationale. Sur ce point, ils ont été intégrés, si bien que lorsque M. Burghard prend sa retraite, en 1906, on ne cherche pas un germanophone pour le remplacer. On peut, ici, souligner la différence avec les Anglais, de confession anglicane, qui continueront à avoir leur église et leur culte.

La sociologie des étrangers dans l’Église réformée du Havre

  • 11 Arch. Église Réformée du Havre, déposé aux ADSM. Voir Philippe Manneville, « Les protestants étrang (...)

14Grâce à un « Ressencement [sic] de la population protestante du Havre, mis à jour en l’année 1855 et fait en 1854 »11 on possède une photographie de la composition sociologique des protestants du Havre au milieu du XIXe siècle, époque importante dans l’histoire de la Ville. Son commerce, son port sont en pleine expansion, la ville, en annexant en 1852 les communes suburbaines, devient une grande cité. Cette époque coïncide également, comme nous l’avons signalé, avec le début du déclin des mouvements migratoires et la sédentarisation de nombreux Allemands.

15On recense 2 870 réformés, sur lesquels on trouve 1 118 étrangers (38,95 %), répartis en douze nationalités. Les étrangers représentent donc plus du tiers des réformés du Havre. Mais 92 % de ces étrangers sont Suisses (460, 41,16 % des protestants étrangers, 16,03 % des protestants du Havre), Allemands (410, 36,68 % des protestants étrangers, 14,28 % des protestants du Havre) et Anglais (153, 13,69 % des protestants étrangers, 5,33 % des protestants du Havre).

16Les Suisses ont une provenance très variée puisqu’originaires de quinze cantons (sur vingt-deux), les francophones étant largement majoritaires (61,52 %). Par ordre décroissant on trouve parmi les plus représentés : Vaud (198, 43,04 % des Suisses), Neuchâtel (58, 12,61 %), Bâle (38, 8,26 %), Berne (32, 6,96 %) et Genève (27, 5,87 %).

17Les Allemands proviennent quant à eux de vingt états ou principautés. Parmi les plus représentés : Bavière (136, 33,17 %), Wurtemberg (49, 11,95 %), Bade (42, 10,25 %) et le Palatinat (30, 7,32 %).

18Certaines remarques peuvent être faites. On trouve environ deux fois plus de représentants du sexe masculin (Suisses 68,8 %, Allemands 65,5 %, Anglais 62,7 %). Les Allemands sont les plus âgés, les Anglais les plus jeunes, les Suisses étant en tête dans la tranche des 21-30 ans :

Tranches

Suisses

Allemands

Anglais

jusqu’à 40 ans

48,40

36,50

35,60

De 41 à 50 ans

39,00

48,50

55,90

De 51 et +

12,60
100 %

15,00
100 %

8,50
100 %

19Les adultes mariés ou qui l’ont été (la présence d’enfants au foyer l’atteste) se rencontrent surtout parmi les Allemands (47,46 %) et les Anglais (58,53 %). Les Suisses se font remarquer par la plus forte proportion de célibataires (70,04 %). Les mariages se sont faits pour les trois-quarts environ entre compatriotes, souvent avant de quitter le pays ; on trouve ensuite pour épouses des Françaises.

20Ne pouvant prendre en compte que les ménages ou restes de ménages ayant des enfants à leur domicile, d’importantes réserves doivent être faites sur les résultats trouvés en ce qui concerne le nombre d’enfants. Ce sont les Suisses qui en ont le moins, les Anglais le plus ; la médiane semble être de trois enfants par ménage ; les familles nombreuses (de 6 à 9 enfants) sont rares (8 sur 149).

21Ces écarts importants entre les trois nationalités étudiées peuvent s’expliquer par les motivations différentes de ces migrants. Les Allemands ont émigré pour des raisons économiques et ont tenté de partir pour les États-Unis. Ils sont restés au Havre ou y sont venus après avoir visité différents pays et cette émigration s’est faite en famille. Les Suisses et les Anglais, en revanche, sont venus au Havre attirés par la richesse de la place négociante, ses activités et leurs activités induites (domestiques). Ils sont plus jeunes et plus souvent célibataires, etc. Cette esquisse va se trouver confirmée par l’étude des professions, même si on doit observer la plus grande prudence, étant donné que les Anglais pris en compte ne représentent pas la totalité des protestants anglais havrais, la place des anglicans restant inconnue. Les Suisses arrivent en tête parmi les négociants et courtiers (49,41 % des protestants de la profession, devant les Allemands 24,71 % et les Anglais 11,76 %), les commis et employés (63,21 %, devant les Allemands 20,76 % et les Anglais 6,60 %), les domestiques (66,11 %, devant les Allemands 23,97 % et les Anglais 9,92 %) et les commerçants (58,82 %, devant les Allemands 35,30 % et les Anglais 5,88 %). Les Allemands sont les plus nombreux parmi les ouvriers (60,44 %, devant les Suisses 24,17 % et les Anglais 12,09 %). On doit souligner aussi que les professions maritimes ne sont représentées que par 1,87 %, les armateurs havrais étant en majorité catholiques.

22Regroupés socialement, ces étrangers font pour la plupart partie du prolétariat – domestiques, commis, ouvriers et marins – représentant en effet 67,43 % des professions. La classe moyenne – commerçants, professeurs et artistes – représente 12,32 %, et la bourgeoisie – négociants, courtiers, rentiers et professions maritimes – 20,25 %.

23Il est difficile de déterminer l’ancienneté de la présence de ces migrants. On peut pourtant, pour quelques uns, donner une date approximative d’arrivée au Havre en utilisant les dates de naissances des enfants nés au Havre, à défaut celles des derniers nés dans le pays d’origine ou ailleurs. Malgré la faiblesse d’une telle source et le faible nombre des cas ainsi recensés, la décennie 1840-1850 émerge nettement (plus de la moitié des cas pour les trois nationalités retenues) comme étant la plus forte période d’immigration.

24D’autres constatations peuvent encore être faites, telle l’importance de certains cantons suisses pour certaines professions, comme les pâtissiers des Grisons, l’importance d’une même ville ou d’un même village au sein de cette population. Les Allemands sont surtout originaires de villes et semblent avoir voyagé davantage que les autres, ce que l’on peut reconstituer à l’aide des lieux de naissance des enfants. Dans cette perspective, on peut évoquer le cas de la famille Barth, sans doute exceptionnel, dont les deux premiers enfants sont nés en Allemagne (1825, 1830), puis six au Havre (1834, 1837, 1839, 1841, 1843 et 1847), puis un à New-York (1849) et enfin un au Havre de nouveau (1854).

  • 12 Philippe Manneville, « Grands négociants et industriels protestants de Normandie », Actes du colloq (...)
  • 13 André Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849) – Étude historique d’une psychologie social (...)
  • 14 Philippe Manneville « Grands négociants… », art. cité, p. 336.
  • 15 Philippe Manneville, « Les négociants protestants havrais en 1855 », Annales de Normandie, 38e anné (...)

25Tous ces étrangers se sont trouvés assimilés rapidement. Ils ont fait carrière et pour certains ont dominé leur profession12. Certains ont eu des engagements politiques (conseillers municipaux, tels Frédéric De Coninck, Brostrom), des responsabilités électives ou professionnelles (Chambre de commerce, comme Frédéric Mallet, E. Langer, Westphalen, Tribunal de commerce, comme Jules Roederer). S’agissant de protestants, il est naturel de s’interroger sur la place occupée par ces étrangers dans l’Église réformée du Havre. Ce sont les grands négociants que l’on trouve au consistoire et au conseil presbytéral, ces organes de gouvernement de l’Église, ce qui découle des Articles organiques qui réservaient ces places aux plus imposés. Ils se sont acquittés de ces rôles avec conscience et résultat. Ils ont aussi subvenu aux besoins de l’Église et de ses œuvres. Mais il s’en est suivi une image trompeuse de la réalité. Ainsi André Tudesq écrit que la communauté protestante havraise était recrutée surtout parmi les hautes classes13. Or ce qui est valable pour les étrangers l’est également pour les Français composant l’Église protestante du Havre. L’importance des négociants n’est pas proportionnelle à leur nombre. En 1851, Le Havre compte 313 négociants, 97 sont protestants, soit 31 %, alors que les protestants ne représentent que 3,3 % de la population14. Et parmi les négociants, ils représentent les plus importants, les plus fortunés, regroupés pour la plupart sur « la Côte », c’est-à-dire rue Félix Faure15.

26C’est peut-être à cette importante proportion d’étrangers que l’on doit l’attitude ouverte de l’Église réformée du Havre face aux divergences théologiques et ecclésiologiques qui ont divisé le protestantisme français au XIXe siècle. Composées d’hommes aux horizons religieux divers – réformés, luthériens, anglicans, non-conformistes, etc. – les élites dirigeantes de l’Église du Havre observèrent une coexistence, plus ou moins pacifique, entre orthodoxes et libéraux qui ne se rencontre pas ailleurs en Normandie. Alors que certaines Églises furent acquises à un seul parti, telle celle de Bolbec où l’on sent très bien l’éviction des libéraux, ou allèrent jusqu’au schisme, comme à Luneray, au Havre, si chaque fraction avait son lieu de culte, le grand temple était occupé alternativement chaque dimanche par un pasteur orthodoxe et par un pasteur libéral, tandis qu’un habile dosage dans les instances dirigeantes permettait cette coexistence.

27Cette influence marquante des étrangers, montrée par un seul exemple, peut-être également trouvée dans l’attitude des élites négociantes qui pratiquèrent, en matière commerciale, le libre-échange, hérité des anglo-saxons. Et là on peut penser que ce n’est pas le fait d’être protestants qui les a conduit dans cette voie, mais leur origine étrangère. En effet, les industriels protestants rouennais, à la même époque, sont protectionnistes. On voit ainsi l’importance de l’immigration qui a façonné des mentalités et contribué à l’originalité du Havre.

Notes

1 AMH, FM, P2, « culte protestant, 1802-1855 », carton 1, liasse 2.

2 Philippe Manneville, « Centenaire du temple du Havre », Bull. de la société d’histoire du protestantisme français, CIXe année, juillet.-août-sept. 1963, p. 126 s.

3 Voir Philippe Manneville, « Les protestants normands sous le Consulat et l’Empire », Études normandes, No 2 – 2002, p. 63-68.

4 AMH, FM, P2, « culte protestant, 1802-1855 », carton 1, liasse 2, Réponse du maire au sous-préfet du 29 janvier 1820.

5 Ibid., lettre au maire du 19 juin 1832.

6 Arch. Église réformée du Havre, anciennes pièces de correspondance.

7 Charles Vesque, Histoire des rues du Havre, Havre, 1876, 2e vol., p. 560 donne la date de 1875, manifestement erronée.

8 AMH, FM, P2, « culte protestant, 1802-1855 », carton 1, liasse 2.

9 Juste retour des choses, elle servira au culte réformé après la Libération, en septembre 1944, jusqu’à la restauration du temple de la rue Anatole France. L’église anglaise, comme les Havrais l’appelaient, sera détruite en 1966 pour faire place à un immeuble à différents usages pour la communauté britannique.

10 Arch. Église Réformée du Havre, registre du consistoire.

11 Arch. Église Réformée du Havre, déposé aux ADSM. Voir Philippe Manneville, « Les protestants étrangers au Havre au milieu du XIXe siècle », dans Actes du 101e congrès national des sociétés savantes, Lille 1976, Section d’histoire moderne et contemporaine, tome I. Paris, Bibliothèque nationale, 1978, p. 193-204.

12 Philippe Manneville, « Grands négociants et industriels protestants de Normandie », Actes du colloque « Les protestants dans les débuts de la Troisième République (1871-1885) », Soc. hist. prot. Franç., Paris 1979, p. 333-353.

13 André Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849) – Étude historique d’une psychologie sociale, Paris, P.U.F., 1964, t. I, p. 271.

14 Philippe Manneville « Grands négociants… », art. cité, p. 336.

15 Philippe Manneville, « Les négociants protestants havrais en 1855 », Annales de Normandie, 38e année, no 2/3, mai-juill. 1988, p. 131-136.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

Auteur

Membre du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, diplômé d’études doctorales de l’université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search