Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Première partie. Des migrations à l'intégration : l'observatoire havrais

Travailleurs étrangers et coloniaux au Havre (1880-1962)

Claude Malon

Texte intégral

1La ville ouverte sur le monde, métropole de la mer, cité cosmopolite, carrefour des influences, porte des Amériques, voici autant de représentations du passé du Havre qui continuent de nourrir la construction de son identité. Elles semblent découler naturellement de sa maritimité.

2Cette maritimité a-t-elle vraiment nourri un flux migratoire abondant, intégré de manière durable et harmonieuse à la ville elle-même ? Rien n’est moins sûr. Un bilan chiffré de l’apport humain extérieur à l’époque contemporaine conduit vite à faire la part des clichés et celle des réalités. Les évolutions économiques et portuaires n’ont pas déterminé de manière automatique un fort mouvement d’immigration ou d’intégration d’hommes et de femmes venus de l’outre-mer étranger ou colonial.

3Pourquoi, en outre, distinguer ces deux apports ? Les coloniaux d’hier, ne sont-ils pas des étrangers d’aujourd’hui ? Certes, mais cette distinction peut aider à comprendre si l’immigration venue aujourd’hui du continent africain et du Tiers-Monde en général dans cette ville relève ou non de l’héritage du Havre colonial.

Une ville portuaire assez peu attractive au XXe siècle

  • 1 Le sous-préfet du Havre, après enquête, écrit le 11 novembre 1912 : « Il ne m’a été signalé, comme (...)

4Entre 1850 et 1936, alors que le nombre d’étrangers était multiplié par 6 dans le pays, il passait seulement de 2 000 à 3 000 individus au Havre. Les nationalités les plus stables, même au point d’étiage de l’occupation allemande, sont les Belges, les Espagnols, les Polonais, les Italiens. L’augmentation exceptionnelle de la population havraise au XXe siècle est davantage le résultat de l’apport extérieur que de l’accroissement naturel. Mais cet apport est avant tout d’origine normande et française. En 1891, 60 % des Havrais ne sont pas nés dans la ville mais seulement 1,5 % des habitants sont de vrais immigrés, c’est-à-dire nés à l’étranger. À cette époque la conquête coloniale de la seconde expansion impériale est en cours de réalisation, dans des territoires lointains comme le Soudan par exemple (actuel Mali) conquis successivement par Gallieni et Archinard. Si bien qu’avant 1914, les originaires des colonies sont très rares dans la région du Havre. Quant aux Algériens, dont le pays est colonisé depuis 1830, s’ils ont trouvé à s’embaucher à Marseille, Clermont-Ferrand ou Longwy, on en trouve peu dans la région1.

Une proportion d’étrangers modeste depuis le XIXe siècle

  • 2 Voir l’article d’Éric Saunier dans le présent volume.
  • 3 Jean Legoy fait la même constatation pour la période 1914-1940 (Le peuple du Havre et son histoire (...)

5En rassemblant des éléments statistiques épars sur la présence des étrangers au Havre depuis le milieu du XIXe siècle2, on s’aperçoit que la Porte Océane est loin d’être l’une des grandes villes de l’intégration et de l’immigration en France. Malgré ses liaisons avec l’hinterland européen, sa situation privilégiée sur les routes maritimes, son rôle de Porte impériale, Le Havre accueille et abrite proportionnellement moins d’étrangers et coloniaux au vingtième siècle que l’ensemble de la France3, aussi surprenant que cela paraisse.

Part de la population étrangère dans la population totale de la ville du Havre.

  • 4 Chiffre de 1901.
  • 5 Voir Jean Legoy, op. cit., p. 176 Si l’on accepte le chiffre proposé par l’Histoire du Havre et de (...)
  • 6 Les estimations convergent pour dire qu’il ne reste qu’environ 40 000 habitants dans la ville. On (...)

Années

Pourcentage d’étrangers (Le Havre)

Pourcentage d’étrangers (France)

Population Havre

1850

4

1,06

28 600

1890

3,2

2,74

116 300

1911

1,3

2,9

136 000

1921

2,95

3,9

163 374

1936

2

5,2

164 000

1943

0,9

(6)

1962

2,5

4,7

184 100

Le Havre, porte impériale des marchandises plus que des hommes

  • 7 Voir Claude Malon, « Le Havre colonial de 1880 à 1960 », thèse de doctorat nouveau régime préparée (...)
  • 8 Voir Albert Nicollet, Femmes d’Afrique noire en France, la vie partagée, Paris, L’Harmattan, Paris (...)

6Entre la reprise de l’expansion coloniale de la France vers 1880 et l’indépendance de l’Algérie en 1962, l’apport étranger, notamment européen, et l’apport colonial, africain ou indochinois, doivent être distingués. D’autant que certains « coloniaux » ont le titre de Français, sans en avoir pour autant la citoyenneté, et que d’autre part Le Havre parvient au cours des années 1920-1930 à occuper la place de deuxième port impérial de la France. Les produits venus des colonies y précèdent largement les hommes de ces territoires. Sur les quais du Havre et dans les entrepôts s’entassent les bois africains du Gabon et de Côte d’Ivoire, le riz d’Indochine, le café et le cacao de Côte d’Ivoire, les vins d’Algérie, le manioc et le riz de Madagascar… Dans la longue durée, hormis deux moments dont il sera question plus loin, les échanges humains avec les colonies ne sont pas à la mesure des échanges économiques. Vers 1937, au moment où les importations havraises de produits coloniaux français atteignent 27 % des entrées totales en valeur, on ne trouve au Havre qu’une centaine de migrants venus d’Afrique Noire, deux centaines venus du Maghreb et autant d’Indochine. Les étrangers sont environ six fois plus nombreux que les coloniaux. Autre caractéristique du décalage entre la fonction commerciale et les identités immigrées, les réservoirs favoris de l’économie coloniale havraise de 1920 à 1960 (Madagascar, la Nouvelle-Calédonie, le Cameroun, le Gabon, la Côte d’Ivoire7) fournissent peu de ressortissants. Le Havre était qualifié en 1927 par la Dépêche coloniale de « port malgache de la métropole » mais cette performance, n’avait pas créé de flux migratoire. Les Ivoiriens et Camerounais seront toujours sous-représentés, alors que le Sénégal ou le Maroc, territoires davantage liés économiquement à Bordeaux ou Marseille, donneront au Havre plus de migrants. Ce décalage entre lieux d’émigration et réservoirs de marchandises se prolonge après les indépendances, avec l’importance confirmée des migrants venus du Sénégal et la place occupée par la Mauritanie dans les années 1980-19908.

  • 9 Voir Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille, p. 180, Michel Péraldi, « Fragments d’urbanité d (...)
  • 10 Calcul d’après le recensement de 1962 : Observatoire Population et Habitat.

7Quelques sondages comparatifs avec d’autres villes ou ports français nourris d’immigration étrangère et coloniale confirment la modestie du cosmopolitisme havrais. À la fin du XIXe siècle, 40 000 Belges vivaient à Lille et 60 000 Italiens à Marseille9. En 1931 le port méditerranéen abritait 25 % de population étrangère. On peut comparer, malgré le rapport de 1 à 5 de la population totale des deux ports, les 190 Nord-Africains du Havre aux 10 000 Kabyles de la cité phocéenne en 1939. En 1962, les Algériens représentent à Marseille 3,8 % des résidents. Au Havre à la même date, cette communauté n’excède pas 0,5 % du total malgré une ébauche de regroupement familial10. Toulouse voit entrer 100 000 Espagnols entre 1936 et 1939.

8Il faut souligner en retour la grande difficulté des Havrais à s’exporter, à aller vivre « à la colonie », comme on disait à l’époque. Les stratégies d’implantation d’entreprises havraises et l’apparition d’une identité coloniale revendiquée par les milieux du négoce et la Chambre de commerce en particulier sont plus tardives qu’à Marseille ou Bordeaux. Elles ne se développent vraiment qu’à partir des années 1920. Le contingent le plus nombreux de Havrais dans l’Empire est celui des techniciens et cadres formés depuis 1908 à l’École pratique coloniale, devenue Ecole technique d’Outre-mer puis ISTOM. Jusqu’à 1960, environ 600 anciens élèves ont travaillé dans des sociétés coloniales d’import-export, la justice ou l’administration. Des élèves venus des territoires de la France d’outre-mer ont également fréquenté cette école. L’un deux Abohay Thao-Kou, de la promotion 1915 est même devenu président du Conseil du gouvernement du Laos en 1956.

L’appel à la main-d’œuvre étrangère et coloniale, des moments et des lieux

9Les deux moments forts du XXe siècle où le flux migratoire étranger et colonial s’est accentué correspondent à des situations créées par les deux conflits majeurs que l’Europe a connus. Il a fallu produire pour défendre, suppléer, reconstruire. Cette utilité évidente doit être rappelée quand on évoque les aspects positifs de l’immigration. Il faut toutefois préciser dans quelles conditions cette action s’est déroulée.

La Grande guerre : suppléer et produire

  • 11 Voir Élisabeth James, « Les travailleurs algériens, marocains et tunisiens au Havre de 1914 à 1920 (...)
  • 12 L’appellation « Chinois » confond alors les individus originaires de Chine (dits continentaux ou d (...)
  • 13 Au 1er décembre 1918, Schneider emploie 20 Algériens, 43 Espagnols et 381 Chinois. ADSM : 11 R 235
  • 14 ADSM : 11 R 199.
  • 15 Chambre de commerce du Havre, rapport Mandeix, Registre des délibérations no 100, juin 1919.
  • 16 Arrêté Rouvier, ADSM : 11 R 238.

10En 1917, 3 700 étrangers ont été recensés au Havre depuis le début de la guerre. Pour les coloniaux, qui s’ajoutent à ce chiffre, la statistique la plus fiable est probablement celle du Bureau des Affaires Indigènes11. 1 400 Nord-Africains, dont 500 sont « militarisés », et près de 800 Chinois12 travaillent dans les grandes entreprises havraises. Il s’agit de l’industrie d’armement Schneider13, des Tréfileries et Corderies, de la métallurgie Bassot, de la Compagnie des Extraits tinctoriaux et tannants, des Frigorifiques de l’alimentation havraise, et de la construction navale : Augustin-Normand et les Forges et Chantiers de la Méditerranée. Dans cette entreprise, un climat d’insoumission se développe parmi les ouvriers Chinois. Des incidents opposent 120 travailleurs coloniaux aux soldats qui les encadrent. Une grève de la faim est entreprise pour protester contre le manque de pain14. Une « carte d’identité et de circulation pour travailleurs coloniaux et étrangers » est délivrée, mais elle permet seulement de se déplacer dans les limites de la commune où le titulaire est affecté. Les entrepreneurs accordent à leurs ouvriers chinois les mêmes salaires qu’à leurs ouvriers français de même catégorie, mais ils retiennent des frais de baraquement, d’hospitalisation et de redevance à l’État15. Les « travailleurs indigènes » employés par l’Armée anglaise, Indiens, Nègres du Cap, Cafres, Chinois, Égyptiens, Fidjiens se voient interdire la fréquentation des cafés, restaurants et salles de spectacle16. Les recevoir est un délit en vertu de la loi sur l’Etat de siège de 1914, et de la loi sur l’organisation municipale d’avril 1884. Le Havre a perdu 7 500 soldats et marins durant la Grande guerre, un lourd tribut comparable à celui des régions rurales. La main d’œuvre coloniale a donc été particulièrement utile pour satisfaire aux besoins de la production industrielle et de la défense.

La Reconstruction, un nouvel appel à l’Afrique

  • 17 ADSM : 60 W 19, Service départemental de la main d’œuvre.
  • 18 ADSM : Z 2853. Le rapport du 26 mai 1952 fait référence à une étude de 1950.
  • 19 ADSM : Z 48255, MONA, 5-O1-1961.

11Après le retrait considérable de la population havraise comme de la population immigrée sous l’Occupation, puis le martyre subi en septembre 1944, la reconstruction s’impose. La main d’œuvre nord-africaine, réduite à 90 individus en juin 194517, vient à nouveau répondre aux besoins du bâtiment. Malgré la présence de 6 700 prisonniers de guerre en Seine-Inférieure, on manque de bras. En 1952 le commissaire central écrit au Préfet : « Le Havre est une ville particulièrement attirante pour les Arabes. Ils y trouveront en effet du travail dans la reconstruction, les usines et le port, toujours en qualité de manœuvres »18. En 1956, 1 600 ouvriers d’Afrique du Nord travaillent au Havre dont la moitié dans le bâtiment. Ils représentent environ 8 % de la main d’œuvre de ce secteur, ce qui est somme toute à la fois indispensable et modeste. Le Havre et Grand-Quevilly rassemblent la grande majorité des Algériens dans le département. Dès 1957, la présence de travailleurs d’Afrique noire se renforce. Le climat créé par la guerre d’Algérie est défavorable aux maghrébins. Multiplex, Le Nickel, Goodyear opèrent une substitution partielle de main d’œuvre. La reconstruction s’achevant, un volant de 300 chômeurs existe chez les Nord-Africains. Les archives des Renseignements généraux gardent la trace de la réticence patronale à les embaucher ; désormais, on tend à préférer la main d’œuvre noire. On peut aussi y lire que « le désaccord Noirs-Arabes s’accentue ». De plus, le milieu docker est toujours aussi imperméable à l’emploi régulier des immigrés. Les ouvriers africains ne sont que 42 sur 4 888 sur le port en 196119.

« L’inclusion exclusive » dans le paysage urbain

  • 20 Notons que l’usine y aménageait aussi des baraquements pour des ouvriers français afin de faire fa (...)
  • 21 AMH : délibérations du conseil municipal du Havre, 10 octobre 1919.

12La question de la fixation des populations nomades n’est pas dénuée de sens. Elle peut aider à mieux comprendre les modalités de l’accueil, le caractère plus ou moins éphémère des transformations de la sociologie urbaine imprimées par le passage des migrants, le rapport entre les « manières » d’habiter de ces hommes, souvent solitaires à cette époque, et l’environnement urbain et portuaire. Une hypothèse sera formulée ici : la main d’œuvre des travailleurs coloniaux, sans doute plus que celle des étrangers, a ouvert l’ère d’une dualité dans l’habitat entre la résidence « libre », en ville, et le cantonnement, qu’il relève de la contrainte militaire ou de la concentration géographique dans des immeubles de grande taille. La Première Guerre mondiale, avec pour la première fois un afflux de coloniaux significatif, a sans doute inauguré ce double mode d’habitat. On a vu des Marocains « libres » habiter le quartier du Rond-Point, rue Berthelot, rue Massillon. Mais aussi ceux qui sont logés en baraquements, ceux des Tréfileries par exemple dans le Camp de Cinder-City en 1920 à la suite de l’armée anglaise20. Des conseillers municipaux trouvaient d’ailleurs que la proximité de tels « camps » où se trouvaient réunis Marocains, Algériens, Sénégalais étaient un « véritable danger pour la sécurité publique, et qu’il convenait de les éloigner davantage »21.

  • 22 ADSM : 4M 366.
  • 23 Rapports de l’Amitié, ADSM : 2705 et 2853.
  • 24 La décision de construire est prise en 1957. La Société nationale de construction pour les travail (...)
  • 25 Le 5 septembre 1955 par exemple 700 nord-africains sont contrôlés dans les foyers d’hébergement et (...)

13Avec le retour à une proportion faible de coloniaux dans l’Entre-Deux-Guerres, la présence de travailleurs d’origine coloniale se limite pour l’essentiel aux quartiers Sud. Les Indochinois logent dans le quartier de l’Eure, ils sont aussi restaurateurs ou marins. Des Africains de l’Ouest, ruse de l’histoire, habitent dans le quartier Saint-François rue Faidherbe, et mieux encore dans les rues qui abritaient les grandes maisons de négoce colonial comme Homberg et Foache du temps de la traite négrière : rue Dauphine, rue du Grand Croissant, rue de la Crique où se trouvent également nombre de Marocains durant la Première Guerre mondiale22. Avec l’arrivée importante d’Algériens pour la Reconstruction, on retrouve cette dualité. D’une part, les travailleurs sont logés en ville, 200 en 1956, ou chez des hôteliers nord-africains. Ils sont alors 400 aux Neiges et 500 à la Cité Chauvin. En 1961, des familles vivent dans des conditions d’hygiène catastrophique dans les rues Cuvier, Marmiesse et Élysée Reclus23. D’autre part, le foyer ONCOR de la rue de la Vallée abrite de 400 à 700 locataires en chambre de 9 à 12 lits. Il est bientôt suppléé par le foyer SONACOTRAL construit Boulevard de Graville24. Les Algériens, selon les renseignements généraux sont « peu enthousiastes pour le logement collectif » Ils y font l’objet d’une certaine surveillance25. Au total, avec l’habitat polonais concentré près des Tréfileries, les travailleurs coloniaux demeurent proches du port et des usines. Ils habitent les Neiges, le quartier de l’Eure, Graville, individuellement ou collectivement.

Étranges étrangers : rejets et solidarités

  • 26 Voir le Journal du Havre du 28 avril 1931 et le Petit Havre du 11 juillet 1931. Cf. Claude Malon, (...)

14L’indifférence, la xénophobie, l’humanisme, la solidarité, laissent des traces au regard de l’historien, dont le rôle n’est pas de fabriquer une « mémoire collective » attribuant des vertus particulières à la ville du Havre en matière d’intégration. Dans l’imaginaire colonial, au Havre comme ailleurs, le rapport à l’Autre est fait à la fois de représentations pittoresques et de violence symbolique ou concrète. L’étonnement devant le « pittoresque » émaille les discours des Havrais aux colonies comme ceux des journalistes, à l’occasion du passage des chefs africains se rendant à l’exposition coloniale de 193126, ou lors de la visite du Sultan du Maroc en 1937. La xénophobie ou la solidarité se manifestent selon les raisons, les intérêts ou les valeurs qui traversent la société havraise, et il n’y a point on le verra, de déterminisme social de la vertu en ce domaine.

Des années vingt à la période de Vichy : la tentation d’exclure

  • 27 Le rapport de police parlait de « soulèvement de la population havraise contre les Marocains ». AD (...)
  • 28 Le Petit Havre du 22 janvier 1920.
  • 29 ADSM : 2Z 25.

15Indispensables durant la grande guerre, Chinois, Marocains et Polonais deviennent aux yeux d’une partie de la population, indésirables après l’armistice. Les archives policières et la presse d’époque sont en ce domaine, plus riches d’enseignements que la mémoire collective. L’argument de la différence vient alors appuyer celui de la préférence autochtone sur le marché du travail. Les incidents, bagarres et coups de feu dans le quartier de l’Eure en 1920, dans la continuité des défénestrations de la rue Berthelot en 191727, ont pour origine, selon Le Petit Havre, « l’animosité réciproque causée par la différence de races et de mœurs, pour une autre part la concurrence que cause à nos compatriotes la présence des sujets africains dans les usines et sur nos quais »28. Une pétition des habitants de la rue Regnard se plaint auprès du maire de « ces répugnants indigènes (…) qui infectent notre ville »29.

  • 30 ADSM : 11 R 235.
  • 31 Correspondance, décembre 1918 et Lettre de la direction de Forges et Chantiers de la Méditerranée (...)
  • 32 Le Petit Havre du 24 janvier 1920. L’ironie de la situation fait que Léon Meyer, à la même époque (...)
  • 33 AMH, FC : c. 14, correspondances et enquêtes sur la main d’œuvre.
  • 34 John Barzman, Les dockers du Havre, de la brouette au portique, XIXe-XXe siècles, 2000, p. 341.

16En décembre 1918, les Chinois fournis par le service des travailleurs coloniaux sont 750 dans les grandes entreprises30. Louis Legrain et Louis François, dirigeants du Syndicat des ouvriers métallurgistes et de l’Union des Syndicats, sont reçus par le Gouverneur de la Place. Ils lui demandent d’intervenir auprès des entrepreneurs afin d’opérer au plus vite le remplacement de la main d’œuvre étrangère, particulièrement chinoise. Les industriels ne sont pas aussi pressés que les syndicats, allant jusqu’à souligner que certains ouvriers étrangers sont devenus des spécialistes précieux et que certains emplois sont boudés par les Français31. Le maire Léon Meyer donne satisfaction au syndicat des ouvriers du port en organisant le retour au pays des Marocains, dont il affirme que contrairement aux Algériens « leurs idées et leurs coutumes ne sauraient s’assimiler aux nôtres »32. Les ouvriers polonais sont victimes du même rejet en 1922. Le secrétaire du syndicat de la métallurgie proteste auprès du maire contre l’emploi de trente travailleurs chez Schneider33. Même dans les périodes de plein emploi, le corporatisme portuaire pèsera sur la condition des immigrés. En juillet 1948, par exemple, 900 des 1 190 chômeurs du Havre sont des dockers professionnels complémentaires ou « occasionnels » souvent originaires d’Afrique du Nord ou d’Espagne34.

  • 35 L’entraide Belge du Havre, fondée en 1919, l’Association des anciens combattants belges de Seine-I (...)
  • 36 Registre des délibérations de la chambre de commerce no 127.
  • 37 Ibid., p. 6, p. 26, etc.
  • 38 Voir Philippe Verheyde, « Vichy et l’aryanisation des entreprises juives », L’Histoire no 229, fév (...)

17La proportion des étrangers au Havre au milieu des années 1930 demeure donc trois fois moins importante que dans la moyenne du pays. Celle des coloniaux est inversement proportionnelle aux progrès du négoce colonial. Cela n’implique pas que dans la longue durée, il n’y ait pas eu de « cohabitation réussie », et que l’intégration de familles belges ou polonaises par exemple n’ait pu se faire. Des Belges réfugiés au Havre ont fait souche. Des sociétés de secours mutuel se constituent35. Mais la pression demeure forte. Les réflexes d’exclusion se déplacent à la veille de la guerre vers les milieux du petit commerce, allant jusqu’à provoquer une prise de position officielle de l’assemblée consulaire contre l’installation de commerçants sédentaires ou ambulants dont on ne pouvait ignorer qu’ils étaient victimes de l’antisémitisme. Le rapport Aumont du 5 janvier 1939, adressé par la Chambre de commerce du Havre aux ministères et aux parlementaires, demande « qu’aucune carte de commerçant ou d’artisan ne soit délivrée à un étranger pour une installation nouvelle » et que les naturalisations soient suspendues dans le pays36. L’Union des commerçants du Havre est décidée à obtenir par « voie d’extinction », la réduction du contingent des « commerçants naturalisés ». La Chambre de commerce suit cette volonté. Elle donne des avis défavorables aux naturalisations des demandeurs les plus récemment arrivés, forains et marchands en bonneterie d’origine polonaise ou arménienne par exemple37. Souvent l’avis est motivé par une allusion aux « méthodes commerciales » déloyales, argument bien souvent utilisé dans les années qui suivent pour justifier les aryanisations38.

Solidarités, le politique et l’humanitaire

18La question du contact est double. Les solidarités et les rejets concernent tout à la fois la relation entre les migrants et les accueillants, et les relations entre groupes de migrants eux-mêmes, étrangers et coloniaux confondus. Les deux guerres faussent quelque peu la vision de l’accueil, puisque la première appelle des immigrés et la seconde les rejette. De plus, l’encadrement militaire ou administratif de la main d’œuvre, le cantonnement, sont des éléments en partie conjoncturels. La question posée à partir de ces remarques est celle de l’existence des liens de solidarité qui ont pu se tisser entre anciens et nouveaux Havrais et des raisons qui les ont rapprochés.

  • 39 Voir Olivier Sagna, Des pionniers méconnus de l’indépendance, Africains, Antillais et luttes antic (...)
  • 40 ADSM : 2 Z 55.

19Les communautés coloniales durant l’Entre-Deux-Guerres sont marginales et cloisonnées. La marginalisation des horsains par le corporatisme portuaire et le faible nombre d’Africains expliquent sans doute la rareté des sources relatives aux solidarités. Lorsque le « Comité de défense de la race nègre » se crée le 10 juillet 1926, une soixantaine de travailleurs coloniaux assistent à la séance, au milieu des deux cents Havrais, communistes essentiellement, pour écouter, selon la police, Léon Hanna Charley39 « disserter sur la culture négro-africaine ». Au début des années 1930, la concurrence entre marins Africains de l’Ouest et Somalis, ainsi qu’entre marins métropolitains et coloniaux, conduit La Ligue de défense de la race nègre, dont la section havraise est née en 1931 (elle remplace le Comité du même nom), à s’opposer au Syndicat des marins du Havre en même temps qu’à l’embauche des Somalis40. La direction de cette ligue est formée de Sénégalais et de Guinéens. Le président est un inscrit maritime de Dakar, N’Diaye Amadou. Chez les Africains, on peut parler d’action syndicale ou identitaire isolée plus que d’action anticoloniale avant ou après la Seconde Guerre mondiale.

  • 41 Sur cette période, cf. Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre, communistes du Havre, so (...)
  • 42 ADSM : 1 M 557 et 2 Z 39. Propagande anticoloniale.

20À l’inverse, la présence indochinoise fut réellement politisée, anticoloniale et liée étroitement au soutien du parti communiste local. L’un des premiers journaux indépendantistes vietnamiens, d’ailleurs interdit, était imprimé à l’Union des Syndicats, rue Hélène, sous la responsabilité d’Henri Gautier, responsable du PC41. La figure centrale de l’anticolonialisme indochinois était un annamite, Dang Van Thu, fils d’avocat surnommé « le Gros Louis ». Il tenait un « Restaurant Intercolonial » dans le quartier de l’Eure. Il était lui-même membre de la direction du Parti communiste au Havre. Une abondante littérature de combat est régulièrement saisie, qui dessine le projet nationaliste et indépendantiste vietnamien de l’Entre-Deux-Guerres42. Un syndicat unitaire des marins, de même obédience est créé en 1928 ; très minoritaire dans le monde portuaire, il rassemble cependant des métropolitains et des indochinois.

  • 43 Tract de la CGT, section algérienne, distribué au Havre, ADSM, 2 Z 39, 13 mars 1930.
  • 44 ADSM : Z 2705, Renseignements généraux, note du 29 juin 1956.
  • 45 Un Algérien, Hocine Hallache est tué par la police près du Cours de la République au cours de la m (...)
  • 46 La grève du 5 Juillet 1957 est suivie par 1 594 algériens sur 1 600 au Havre, 263 sur 1 300 à Roue (...)
  • 47 Voir Marie-Paule Dhaille-Hervieu, op. cit., p. 431.
  • 48 AMH : 405 W-5, Fonds Roger le Marec, dirigeant du syndicat des dockers-charbonniers.

21On sait que l’Algérie a constitué un cas à part dans l’histoire de la colonisation française et de ses représentations. Lors du centenaire de l’Algérie française en 1930, la protestation anticoloniale, très minoritaire, se limite à la dénonciation de l’indigénat. En aucun cas « l’affranchissement du peuple algérien » par l’égalité civique ne signifie revendication d’indépendance43. Après 1945, avec l’arrivée plus importante d’Algériens, le cloisonnement reste de mise. Deux groupes, venus de Grande Kabylie et du Constantinois « vivent en bonne intelligence mais ne se fréquentent que très peu »44. Cependant la communauté algérienne n’est pas neutre politiquement. Avant le début des « événements », en 1952, elle manifeste son attachement au Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) et à son leader historique Messali Hadj45. Le FLN ne parviendra pas, au Havre, à supplanter le MNA (ex-MTLD) durant la guerre d’Algérie. Les grèves de 1957 montrent que les messalistes du Havre sont suffisamment nombreux pour ne pas craindre d’éventuelles représailles du FLN, contrairement à Rouen où celui-ci est majoritaire46. Cette division ajoutée au contexte de la guerre froide, freine les convergences avec les courants anticolonialistes du Havre. Les Nord-Africains ne sont fortement mobilisés que lorsqu’ils agissent seuls. Dans la revendication nationaliste sur la place du Havre, les originaires d’Afrique noire sont très discrets et il n’existe aucun lien, selon la préfecture entre l’association d’aide aux Noirs créée en 1958 et les Algériens du Havre. Le Parti communiste soutient l’action du FLN. Autour de la cause algérienne se regroupent aussi des chrétiens et des prêtres ouvriers qui font vivre des associations d’aide aux immigrés47. Chez les dockers, dès 1956 le syndicat des charbonniers demande que le conflit soit résolu dans « l’intérêt réciproque des deux nations »48.

  • 49 ADSM : Z 2751-2752 et Z 2853.
  • 50 Organisation nationale pour le cantonnement ouvrier de la Reconstruction.

22C’est en direction de l’immigration d’Afrique du Nord, et sans doute à cause d’une importance numérique bien supérieure à ce qu’elle était avant-guerre, que l’aide se développe en tout premier lieu sur le plan de la solidarité humaine. En 1952, est fondée « L’Amitié nord-africaine de la région havraise ». Dirigée uniquement par des métropolitains, elle a pour but d’aider les migrants dans leurs démarches et « de développer chez eux le goût de l’instruction ». Son président, Etienne Mouchot est un ingénieur d’EDF qui a passé un quart de siècle en Afrique du Nord. L’Amitié organise des permanences sociales au Perrey, à la Cité Chauvin et des cours du soir à l’école Valmy et l’école des Neiges. En 1953 elle aide une centaine de bénéficiaires et en 1962 son action s’étend à 130 familles et 400 enfants49. Elle a la confiance des pouvoirs publics. Elle est financée par le Service de coordination de la France d’Outre-mer. Les militants de l’Amitié agissent également dans les immeubles de l’ONCOR50 situés au Perrey et à Tourneville et réunis ensuite rue de la Vallée. Une autre association, « L’œuvre d’entraide sociale des travailleurs nord-africains du Havre et de sa région » est composée uniquement de Nord-africains et « n’a pour but que d’aider ses coreligionnaires » selon le préfet. Elle se consacre au secours des chômeurs et à l’hébergement. Son président est un restaurateur, originaire de Akbou dans le Constantinois comme bien d’autres Algériens du Havre, Saïd Iraten. D’autres restaurateurs, eux-mêmes logeurs, sont membres de l’œuvre. Les deux associations, L’Oeuvre et l’Amitié, travaillent difficilement ensemble. La décision des autorités de créer un « Comité de coordination de l’aide aux travailleurs nord-africains du Havre » en y associant les représentants du ministère du travail, des syndicats patronaux du bâtiment et de la métallurgie ainsi que les deux représentants de l’Oeuvre et de l’Amitié est sans grand résultat. Le Comité périclite dans le climat de tension de la Guerre d’Algérie.

  • 51 Sur les enjeux et les difficultés du positionnement de l’historien dans ce travail entre histoire (...)

23L’immigration au Havre aujourd’hui n’est que très partiellement l’héritière des relations établies entre le port normand et les colonies françaises dans la première moitié du vingtième siècle. Elle relève davantage du type de relations établies entre l’Europe et le Tiers-Monde que d’un maintien des chasses gardées nationales de la colonisation. Même au temps de l’apogée impérial, il n’y a pas de correspondance évidente entre les réservoirs de marchandises et les contrées d’origine de l’immigration de travailleurs coloniaux au Havre. Le Havre demeure au vingtième siècle une ville relativement peu attractive pour des populations extra-métropolitaines. Dans la mémoire collective, l’importance sociologique des flux migratoires alimentant les élites (Suisses, Anglais ou Alsaciens) a quelque peu masqué les difficultés de l’intégration des populations venues pour une migration de travail (Marocains, Algériens, Chinois). Avant de « construire une mémoire collective », il convient de poursuivre le chantier de l’histoire. La notion « d’apport positif », appliquée tantôt au bilan de l’immigration, tantôt à celui de la colonisation, contient une volonté de démontrer qui n’est guère productive pour la connaissance. Cette histoire est mouvante et contradictoire. En effet la présence des milliers de travailleurs étrangers et coloniaux durant la grande guerre n’a-t-elle pas été jugée négative une fois la paix revenue, autant par une partie des élites que dans les milieux populaires ? Les clichés du cosmopolitisme et de l’ouverture ne résistent guère aux enseignements de la statistique et au primat de « l’utilité » dans la gouvernance urbaine. Il n’y a pas de vertu particulière qui découlerait de la maritimité et de l’ouverture portuaire. Le Havre est aussi une ville dont la sociologie et la géographie urbaine n’ont été que modestement influencées par l’échange humain ultramarin, hormis dans les quartiers Sud et Est. L’immigration étrangère, particulièrement européenne et continentale, a finalement dominé l’immigration coloniale jusqu’à la naissance du Tiers-Monde. L’interculturalité, les pratiques de solidarité et d’humanité n’ont jamais été absentes non plus. L’immigration elle-même n’est pas homogène, elle a été traversée, hier comme aujourd’hui, de conflits internes. À « l’expertise » d’un savoir sur l’immigration destiné à conforter une identité urbaine on préfèrera la « pensée critique »51 qui conduit à constater que l’histoire de l’immigration aide à comprendre autant l’histoire des accueillants que celle des accueillis.

Notes

1 Le sous-préfet du Havre, après enquête, écrit le 11 novembre 1912 : « Il ne m’a été signalé, comme ayant résidé dans mon arrondissement qu’un seul Algérien, originaire d’Oran, qui a travaillé à l’usine Westinghouse du Havre, en qualité de manœuvre » (ADSM, 4 M 867). Les Algériens et Marocains employés par la Compagnie générale transatlantique sur les navires, ou à quai, échappent à cette statistique.

2 Voir l’article d’Éric Saunier dans le présent volume.

3 Jean Legoy fait la même constatation pour la période 1914-1940 (Le peuple du Havre et son histoire, 1914-1940, Croissance et crises, Fécamp, 2002, p. 175).

4 Chiffre de 1901.

5 Voir Jean Legoy, op. cit., p. 176 Si l’on accepte le chiffre proposé par l’Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Privat 1983, p. 226 : 7 000 étrangers pour « l’agglomération », cela donnerait 4 %. Mais une source municipale très précise, le rapport de l’Inspection du Travail du 12 août 1920 (AMH, F2, c. 14) indique seulement 1 177 ouvriers étrangers travaillant dans 18 établissements industriels de la ville dont 226 Belges et 317 Chinois. Ce chiffre exclut les familles, mais l’immigration est encore à cette époque essentiellement masculine, beaucoup de coloniaux ont été renvoyés dans leur pays. Il ne représente que 0,7 % de la population totale de la ville.

6 Les estimations convergent pour dire qu’il ne reste qu’environ 40 000 habitants dans la ville. On dispose en revanche d’une statistique de la Préfecture de région sous Vichy : 2 078 étrangers pour 226 878 habitants dans l’arrondissement, soit 0,9 %. ADSM, 40 W 159.

7 Voir Claude Malon, « Le Havre colonial de 1880 à 1960 », thèse de doctorat nouveau régime préparée sous la direction du Professeur Barjot, Université de Paris IV, 2001, 1450 p. À paraître dans la Bibliothèque des thèses du Pôle universitaire normand.

8 Voir Albert Nicollet, Femmes d’Afrique noire en France, la vie partagée, Paris, L’Harmattan, Paris 1992.

9 Voir Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille, p. 180, Michel Péraldi, « Fragments d’urbanité dans une ville éparse », Cahiers Pierre Baptiste, Actes Sud, 1985, p. 106.

10 Calcul d’après le recensement de 1962 : Observatoire Population et Habitat.

11 Voir Élisabeth James, « Les travailleurs algériens, marocains et tunisiens au Havre de 1914 à 1920 », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction de John Barzman, Université du Havre, 2000. Cf. également sa contribution dans le présent volume.

12 L’appellation « Chinois » confond alors les individus originaires de Chine (dits continentaux ou du Nord) et les Indochinois de l’Empire français.

13 Au 1er décembre 1918, Schneider emploie 20 Algériens, 43 Espagnols et 381 Chinois. ADSM : 11 R 235.

14 ADSM : 11 R 199.

15 Chambre de commerce du Havre, rapport Mandeix, Registre des délibérations no 100, juin 1919.

16 Arrêté Rouvier, ADSM : 11 R 238.

17 ADSM : 60 W 19, Service départemental de la main d’œuvre.

18 ADSM : Z 2853. Le rapport du 26 mai 1952 fait référence à une étude de 1950.

19 ADSM : Z 48255, MONA, 5-O1-1961.

20 Notons que l’usine y aménageait aussi des baraquements pour des ouvriers français afin de faire face à la crise du logement. ADSM, 2 Z 25.

21 AMH : délibérations du conseil municipal du Havre, 10 octobre 1919.

22 ADSM : 4M 366.

23 Rapports de l’Amitié, ADSM : 2705 et 2853.

24 La décision de construire est prise en 1957. La Société nationale de construction pour les travailleurs originaires d’Algérie est une société d’économie mixte créée par la loi du 4 août 1956. Cf. Vincent Viet, La France immigrée, construction d’une politique, Fayard 1998, p. 204.

25 Le 5 septembre 1955 par exemple 700 nord-africains sont contrôlés dans les foyers d’hébergement et 24 arrestations sont opérées.

26 Voir le Journal du Havre du 28 avril 1931 et le Petit Havre du 11 juillet 1931. Cf. Claude Malon, Le Havre colonial…, p. 633-645.

27 Le rapport de police parlait de « soulèvement de la population havraise contre les Marocains ». ADSM : 2Z 25.

28 Le Petit Havre du 22 janvier 1920.

29 ADSM : 2Z 25.

30 ADSM : 11 R 235.

31 Correspondance, décembre 1918 et Lettre de la direction de Forges et Chantiers de la Méditerranée à l’Amiral Didelot, 7 janvier 1919, ADSM, 11 R 235.

32 Le Petit Havre du 24 janvier 1920. L’ironie de la situation fait que Léon Meyer, à la même époque organise le ravitaillement de la population par une importation massive de bœufs du Maroc.

33 AMH, FC : c. 14, correspondances et enquêtes sur la main d’œuvre.

34 John Barzman, Les dockers du Havre, de la brouette au portique, XIXe-XXe siècles, 2000, p. 341.

35 L’entraide Belge du Havre, fondée en 1919, l’Association des anciens combattants belges de Seine-Inférieure en 1922, la Famille antillaise en 1932, la British Legion en 1921. Cf. Annuaire Micaux des adresses du Havre 1939.

36 Registre des délibérations de la chambre de commerce no 127.

37 Ibid., p. 6, p. 26, etc.

38 Voir Philippe Verheyde, « Vichy et l’aryanisation des entreprises juives », L’Histoire no 229, février 1999, p. 17.

39 Voir Olivier Sagna, Des pionniers méconnus de l’indépendance, Africains, Antillais et luttes anticolonialistes dans la France de l’Entre-Deux-Guerres », thèse de doctorat de l’université de Paris VII préparée sous la direction du Professeur Coquery-Vidrovitch, 1986, 973 p.

40 ADSM : 2 Z 55.

41 Sur cette période, cf. Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre, communistes du Havre, société culture et politique, 1930-1983, Thèse de l’Institut d’Etudes Politiques préparée sous la direction du Professeur Prost, 1997, 845 p.

42 ADSM : 1 M 557 et 2 Z 39. Propagande anticoloniale.

43 Tract de la CGT, section algérienne, distribué au Havre, ADSM, 2 Z 39, 13 mars 1930.

44 ADSM : Z 2705, Renseignements généraux, note du 29 juin 1956.

45 Un Algérien, Hocine Hallache est tué par la police près du Cours de la République au cours de la manifestation. 22 condamnations sont prononcées contre les messalistes en juin. ADSM : série Z, surveillance des nord-africains, MTLD, FLN. Consultable avec dérogation.

46 La grève du 5 Juillet 1957 est suivie par 1 594 algériens sur 1 600 au Havre, 263 sur 1 300 à Rouen. ADSM : 1881W. 165.

47 Voir Marie-Paule Dhaille-Hervieu, op. cit., p. 431.

48 AMH : 405 W-5, Fonds Roger le Marec, dirigeant du syndicat des dockers-charbonniers.

49 ADSM : Z 2751-2752 et Z 2853.

50 Organisation nationale pour le cantonnement ouvrier de la Reconstruction.

51 Sur les enjeux et les difficultés du positionnement de l’historien dans ce travail entre histoire et mémoire, sur la manière de poser les questions autour du « nous » national en matière d’immigration, voir Gérard Noiriel, « Histoire, mémoire, engagement civique », Hommes et Migrations, no 1247, « Vers un lieu de mémoire de l’immigration », janvier 2004, p. 17 à 26.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540