Version classiqueVersion mobile

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Première partie. Des migrations à l'intégration : l'observatoire havrais

Les migrants étrangers et les Havrais : le legs du passé

Eric Saunier

Texte intégral

1Est-il utile d’évoquer les premiers temps de l’histoire d’une ville pour comprendre la relation qu’il s’y développe entre les accueillants et les migrants étrangers ? Cette question mérite d’être posée car une telle démarche, s’agissant du Havre, peut susciter a priori de sérieuses réserves.

  • 1 Sur l’origine géographique de la population havraise, voir notamment Jean Legoy, Le Peuple du Havr (...)
  • 2 Sur la faible présence des étrangers au Havre, voir les chiffres donnés par Céline Vendrand (« Les (...)
  • 3 En mars 1793, la municipalité havraise, appliquant les lois et décrets relatifs aux étrangers exig (...)
  • 4 Si l’on accepte le chiffre de 265 individus fournis par le recensement, cette population représent (...)

2La première réside dans le fait que ce sont surtout les migrants de proximité qui contribuèrent au peuplement du Havre-de-Grâce1. Jusqu’au milieu d’un XVIIIe siècle pendant lequel Le Havre connaît son décollage économique, et alors même que nombre de Havrais se lancent dans l’aventure américaine, les étrangers2 n’ont constitué qu’une migration d’appoint, le premier recensement fiable3 les concernant confirmant la faiblesse de leur présence. Au moment où d’autres ports de l’Atlantique, comme Bordeaux, exercent une forte attraction sur eux, ils représentent en fait une proportion marginale dans la population du Havre4. Les esclaves, « migrants forcés » qu’une mémoire défaillante a longtemps tenus dans l’oubli, y vivent, à la différence de Nantes, en faible nombre.

  • 5 Roche D., La ville promise. Mobilité et accueil à Paris – XVIIe-XIXe siècle –, Paris, Fayard, 438  (...)

3Signe fort de cette difficulté havraise à s’imposer comme ville réceptacle pour les migrants venus d’horizons lointains, les arrivées des principaux groupes, Italiens, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Anglais, à partir de 1780, se produisent avec un retard d’un demi-siècle dans la cité océane5.

  • 6 Sur ce sujet, voir Matthieu Verdier, « Les étrangers au Havre dans la première moitié du XIXe sièc (...)
  • 7 Voir l’article de Claude Malon dans le présent volume.

4La Révolution passée, une embellie émerge quand, vers 1820, commence le grand mouvement de migration vers l’Amérique qui conduit nombre d’Allemands à s’entasser dans le faubourg d’Ingouville. Toutefois, cette croissance, modérée, ne saurait faire illusion : parmi les étrangers recensés au milieu du siècle, les migrants de passage n’ont jamais été aussi nombreux6 et l’attraction relative de la ville sur les étrangers diminuera lorsque, dès le milieu du XIXe siècle, se ralentit la migration américaine7.

  • 8 Au printemps 1790, les cinq sections du Havre engagent un débat sur le sujet du vote des étrangers (...)

5Outre leur faible nombre, une seconde raison pourrait légitimement être invoquée pour contester la pertinence d’un regard en amont. En un temps où la mobilité des hommes reste faible, l’étranger apparaît dès le faubourg et, à dire vrai, distinguer le migrant non régnicole du « horsain » résulte d’une construction rétrospective. Au Havre, frontière militaire sous la Révolution devenue plaque tournante de l’Europe des libéraux au temps de la Sainte-Alliance, ce sont les débats occasionnés par la crise révolutionnaire8 puis l’impact du mouvement des nationalités sur l’opinion qui feront émerger véritablement la conscience de la spécificité de l’« Étranger à la nation ».

6Pourtant, l’histoire des petits groupes de migrants présents au Havre mérite qu’on s’y arrête. À l’aune d’une démarche fondée sur la reconstitution de milliers d’itinéraires individuels tenant compte des réactions de la société d’accueil, on constate en effet que c’est entre le XVIIe et le milieu du XIXe siècle qu’émergent les deux idées qui doivent diriger le regard de l’historien sur l’intégration. La première est la complexité qui entoure la réflexion en raison de la diversité d’une population rarement prise en compte par l’historiographie et, surtout, de la relation asymétrique entre les étrangers et des Havrais tiraillés entre un désir d’acceptation lié à la conscience de l’utilité économique de ces migrants et une défiance latente qu’une conjoncture difficile fait émerger.

Variété des origines, variété des conditions : un regard sur l’intégration déjà complexe

7La difficulté de procéder à une analyse générale sur le rapport liant les accueillants et les migrants étrangers installés au Havre émerge à la vue des résultats offerts par les apports socio-géographiques des recensements de population.

1. L’origine géographique des migrants étrangers au Havre

1793

1851

1891

Anglais

58

225

523

Ecossais

10

15

4

Américains

13

44

47

Irlandais

14

7

23

Allemands

42

204

422

Autrichiens

7

5

Suisses

14

211

428

Flamands

22

63

345

Néerlandais

11

25

Espagnols

3

17

61

Portugais

7

7

9

Italiens

19

38

152

Mexicains

19

Brésiliens

8

Divers Amérique sud

10

Suédois

9

7

33

Danois

5

5

21

Norvégiens

7

120

Polonais

27

34

Grecs

27

Russes

14

Hongrois

5

Autres

21

10

32

2. La profession des migrants étrangers au Havre

1793

1851

1891

Négoce

99

121

74

Artisanat

76

132

211

Commerce

108

180

Professions libérales

13

56

112

Ouvriers

23

38

116

Ouvriers du port

51

25

Domestiques

20

155

330

Commis

132

181

Autres

30

84

115

8La première impression découlant de l’observation de ces trois recensements qui, en raison de leur espacement, permettent de voir à grands traits les évolutions propres aux équilibres existant parmi les migrants étrangers, est la confirmation d’idées communément admises parmi lesquelles figure notamment l’affirmation tout au long du XIXe siècle de communautés originales (Suisses, Belges) dont la présence se hisse, à la fin du siècle, au niveau de celle du binôme anglo-allemand, lequel rassemblait deux étrangers sur trois présents au Havre jusqu’au début du XIXe siècle. L’évolution dans la géographie du recrutement s’accompagne d’une relative descente du niveau social des migrants étrangers qui est due à l’atonie du négoce havrais durant la crise révolutionnaire, au tropisme croissant exercé par l’Amérique sur des populations déshéritées et aux conséquences de l’industrialisation du port.

  • 9 Sur l’action politique du groupe d’Italiens et d’Allemands au sein de la société populaire et de l (...)

9Toutefois, plus qu’à ces faits peu surprenants, on prêtera surtout attention aux constantes révélées par les recensements, lesquelles détruisent le cliché souvent véhiculé par l’ensemble de l’historiographie, du moins pour le XVIIIe siècle, d’une migration étrangère essentiellement élitiste. On remarque en effet le double éclatement géographique et sociologique qui caractérise la présence étrangère au Havre. Au XVIIIe siècle, les Anglais, dont on plaît à relater la place occupée dans la cité, ne sont guère plus nombreux que des Allemands dont les professions témoignent d’une diffusion de la présence étrangère dans l’ensemble du corps social souvent ignorée. Les multiples communautés secondaires (Italiens, Suédois…), fortement spécialisées, contribuent à leur manière à complexifier un paysage social que l’on ne saurait limiter à la seule présence des étrangers parmi le négoce local. De cette remarque découle la nécessité de refuser tout schématisme, un travers que l’historiographie de la Révolution, notamment, n’a pas su éviter. Ainsi, l’idée d’une Révolution détruisant le lien social entre étrangers et accueillants ne résiste pas, si l’on se réfère à l’exemple havrais, à la critique, les déboires des Anglais présents dans cette ville, souvent évoqués, ne pouvant occulter le fait qu’au même moment un noyau actif d’Allemands et d’Italiens parfaitement insérés au sein du monde de l’échoppe et de la boutique accédaient à un rôle politique de premier plan9.

10Au-delà de la statistique socio-géographique, la variété des comportements doit également être réévaluée en raison des enseignements offerts par l’étude des comportements culturels, un regard attentif révélant une diversité des attitudes durable. De ce point de vue, on soulignera que les pratiques développées par les deux communautés les plus importantes au XVIIIe siècle, les Anglais et les Allemands, sont quasiment contraires.

11Tandis que les Anglais font montre d’une tendance durable à l’endogamie familiale et professionnelle et présentent un sex ratio équilibré qui est inhabituel au XVIIIe siècle où la présence étrangère se caractérise par une surreprésentation de la population masculine, les Allemands présentent à la fois une diversité professionnelle très remarquable, un déséquilibre entre les sexes considérable et une capacité à se fondre dans l’espace urbain.

12Ainsi, dès les premiers pas de la migration étrangère au Havre, la complexité d’une étude sur l’intégration émerge de la diversité des conditions qui, à première vue, semble cependant être un atout pour les communautés migrantes en vue d’une acceptation réussie.

Le Havre : une ville accueillante…

  • 10 Sur la mise en place de réseaux d’accueil des étrangers de passage, voir : Géraldine Boucher, « Le (...)
  • 11 Sur l’adaptation des comportements démographiques des étrangers au Havre sous l’Ancien Régime, voi (...)
  • 12 Sous l’Ancien Régime, le pourcentage atteint 83 %.
  • 13 Dans son étude sur les mariages des enfants de plus de 80 migrants étrangers, Céline Vendrand mont (...)

13À l’évidence, nombre d’indicateurs montrent l’inclination des étrangers à adopter les comportements de la ville d’accueil. Bénéficiant de conditions d’accueil qui facilitent la naissance de creusets régionaux et familiaux10, elle émerge en premier lieu dans des comportements démographiques qui se caractérisent par une normalisation progressive11 des pratiques et par la quasi-systématisation des mariages mixtes contractés par les migrants arrivés célibataires au Havre12. Le recul du déséquilibre du sex ratio parmi les migrants étrangers progresse au XIXe siècle et un certain appauvrissement de ceux-ci ne changea rien à cette évolution : c’est bien le premier signe d’une volonté d’intégration que confirment les pratiques matrimoniales des enfants13.

  • 14 Deux Liégeois, François Debrun, tailleur, et Jean-Pierre Weiszkorn, cordonnier, syndics, de leurs (...)
  • 15 Marie-Loup Chastres, op. cit., p. 80-125.

14Autre symptôme convaincant de cette tendance : malgré l’endogamie professionnelle de quelques communautés, parmi les plus importantes (Suisses, Anglais), l’étude des relations professionnelles montre que l’on n’hésite pas, et cela même dans le monde des corporations pourtant prompt à la défense de ses intérêts, à recruter des étrangers, voire à leur confier des responsabilités de premier plan14. La crise révolutionnaire permet de vérifier, tant du côté des élites que du côté du peuple des villes, la solidité des solidarités qui sont contractées dans le cadre du travail. Ainsi, au moment où les négociants de la place viennent en nombre défendre la cause de Thomas Collow, négociant anglais réputé patriote, nombre de représentants de l’échoppe et de la boutique se portent garants des étrangers inquiétés en raison d’une appartenance à une nation ennemie, ce qui leur permet d’obtenir un certificat de résidence, un précieux viatique pour demeurer dans la cité15.

  • 16 Ibid. L’auteur montre notamment la participation d’un noyau d’une quinzaine d’étrangers aux activi (...)

15L’attitude des Havrais n’est évidemment pas étrangère à la réussite de ces stratégies, l’aptitude à l’intégration souvent prêtée aux villes portuaires pouvant trouver confirmation à cette occasion. Elle est le fait, bien sûr, des négociants de la place qui, dans un contexte où le négoce havrais se nourrit à l’Ecole des Autres, n’hésitent pas à braver les interdits imposés par le pouvoir royal. Dès le milieu du siècle, les méfaits de la politique anti-protestante du duc de Saint-Aignan, gouverneur peu soucieux des intérêts du commerce, montre à la fois la conscience qu’ont les négociants havrais du rôle des étrangers dans la prospérité de la cité et la tolérance de fait dont ils font preuve à l’encontre de ces protestants qu’ils épaulent lors de leurs demandes d’obtention de lettres de bourgeoisie. Le pragmatisme du négoce havrais permettra d’ailleurs à nombre de ces hommes d’occuper une place de choix au sein de l’influent Comité des négociants qui, dans cette ville, tient les commandes du négoce, avant que la Révolution ne leur permette, sous des formes nouvelles de s’impliquer dans la vie de la cité16.

16C’est toutefois à l’intérieur des espaces de socialisation « sans finalité extérieure » que l’on peut apprécier le plus la propension des Havrais à intégrer les étrangers. Au sein des deux ateliers maçonniques de la cité, L’Aménité et La Fidélité, les francs-maçons du Havre montrent en effet des comportements peu courants. Plus que sur le nombre non négligeable d’étrangers reçus maçons au Havre (23), on insistera sur l’existence de comportements que l’on ne retrouve pas, loin s’en faut, dans toutes les villes portuaires. Absence de loges spécialisées dans le recrutement des étrangers, à la différence de Nantes, choix, en la personne d’Antoine Schmuck (originaire de Dantzig), d’un vénérable d’origine étrangère sont en effet des pratiques plutôt rares au sein de ce lieu de sociabilité où l’on est plus prompt à professer le cosmopolitisme qu’à le pratiquer.

17Au XIXe siècle, la sensibilité originale des francs-maçons havrais trouvera d’ailleurs son aboutissement dans une participation active aux gestes de solidarité à l’endroit des libéraux en lutte.

18Ces faits décrits, doit-on en conclure que l’acceptation de l’étranger serait la norme au Havre ?

... touchée par l’anglophobie

  • 17 Outre les études citées, voir sur ce sujet : Nadia Gacem, « Approche culturelle des populations ét (...)

19La tendance au repli sur soi qui apparaît, qui dans le choix des témoins, qui dans le maintien des liens avec le pays d’origine17, est le premier symptôme d’une relation moins harmonieuse qu’il n’y paraît, celle-ci trouvant une confirmation dans l’étude fouillée des relations professionnelles desquelles émerge, au-delà du constat un peu bref d’une absence de réticence à l’embauche envers les étrangers, un manque de mobilité sociale appelé à durer.

20Dans ce contexte, une conjoncture moins favorable suffit à faire émerger des comportements qui atténuent l’impression initiale, et qu’annonçaient, trente ans plus tôt, les motifs réels qui sous-tendirent l’histoire encore mal connue de l’échec du groupe négociant havrais dans son projet d’ériger une juridiction consulaire. Malgré les propos réitérés par l’historiographie, cet échec est en effet moins dû à l’opposition des Rouennais qu’au désir des négociants havrais de rang moyen d’empêcher l’émergence d’un instrument qu’ils ont peur de voir tomber dans les mains des puissants négociants étrangers.

21C’est la communauté anglaise, la plus nombreuse et la plus visible, qui sera l’objet, dans un tel contexte, de ce que nous considérons comme la première forme de rejet de l’étranger qui vit le jour au Havre. Or, il s’agit là d’un fait intéressant en raison de la réputation d’anglophilie attribuée, sans être vérifiée, aux habitants d’une ville où nombre de fleurons de la vie associative doivent il est vrai leur naissance au rôle de la communauté anglaise. À regarder de près, l’anglophilie, moins réelle que supposée, pèse en réalité d’un faible poids comparé à l’anglophobie qui émerge lorsque, dans le milieu des années 1780, la concurrence du textile anglais détruit le milieu de la manufacture rouennaise avec lequel nombre de Havrais sont liés.

  • 18 BMLH, Manuscrit 351. Souvenirs d’un vieillard par Pierre-Philippe-V. Thomas, commissaire de la mar (...)
  • 19 BM Montivilliers, Précis de la Révolution française (1793-1803).

22Ce sont sans doute les témoignages privés qui révèlent au mieux le sentiment profond de nombre de Havrais qui, dès 1785, semble peu marqué par l’anglophilie. Racontant une jeunesse passée au Havre, Charles-Pierre Thomas18, commissaire à la marine qui fréquente le gotha du négoce havrais, manifeste ainsi, à côté d’une admiration certaine pour l’opulence et le savoir des négociants anglais de la place, une méfiance à peine contenue envers ces étrangers dont il juge « l’accent sifflant très détestable ». Plus significatif, le monument d’histoire des mentalités que constitue le journal écrit par François Bonvoisin19 nous montre bien les ambiguïtés qui entourent l’accueil de ces migrants indispensables à la cité mais qui suscitent une méfiance enracinée dont la résurgence met à mal l’impression léguée, trente ans plus tôt, par un philo protestantisme de circonstance. Ami de Bégouën, figure représentative d’un négoce local issu de l’aristocratie artisanale, l’ancien mercier Bonvoisin, dans le cadre du récit d’une crise révolutionnaire vécue comme un traumatisme, montre, au fil des pages, les faux-semblants qui régissaient la prévenance dont étaient entourées les négociants anglais. Signe fort : on y retrouve, au tournant d’une évocation de la vie sociale au Havre, Thomas Collow au sujet duquel on apprend beaucoup concernant la solidarité dont il fut l’objet au plus fort de la Terreur de la part du négoce havrais. Collow, selon François Bonvoisin, qui ne masque pas l’antipathie qu’il peut éprouver tant à l’égard des Juifs que des migrants venus d’Europe du nord en raison de solides préjugés antiprotestants, aurait eu pour vertu principale de disposer de réseaux relationnels permettant de pallier en partie les carences dans les approvisionnements dont souffre la ville du Havre.

  • 20 Parmi les plus véhéments à l’encontre du pauvre Wright figure le syndic liégeois de la corporation (...)
  • 21 Il s’agit de William Wright, maître cordonnier originaire du Sussex.

23Les sentiments du négoce havrais, dont on connaît l’influence exercée sur l’ensemble du corps social devaient entraîner une large diffusion. Ainsi, en 1786, au sein de la communauté réputée pour son agitation, les Cordonniers du Havre, les maîtres, autres migrants étrangers en tête20, font d’un pauvre vieillard anglais21, venu au Havre dans le sillage de négociants londoniens le bouc-émissaire d’un mouvement de protestation dirigé contre le pouvoir négociant depuis les lendemains de l’Edit de 1779, lequel permit aux corporations havraises, objet d’une réorganisation, d’exercer un contrôle sur les nouveaux venus.

24De ce panorama, on conclura à la fragilité des positions occupées par les étrangers dans la cité, l’exemple anglais montrant que l’aporie qui caractérise la relation entretenue par les accueillants avec les migrants étrangers dans cette ville, est une attitude puisant à la source de comportements très enracinés.

25Toutefois, au delà de ce seul constat, on soulignera aussi que l’étude de la période la plus éloignée de l’histoire des migrations étrangères au Havre ouvre également des pistes qui restent, dans cette ville comme ailleurs, largement à explorer. En effet, s’il apparaît que de nouvelles figures de migrants étrangers remplaceront au XIXe siècle les Anglais comme objet de stigmatisation, force est aussi de constater que les rejets qui peuvent apparaître à un moment donné contre une communauté dans une ville ne sont pas sans laisser quelques traces. Ainsi, l’anglophobie connaît au Havre, tout au long du XIXe siècle, des résurgences qui, à l’évidence, mériteraient un approfondissement. Dans une première moitié de ce siècle pourtant marqué par les mouvements libéraux pour lesquels Le Havre fut une plaque tournante, on remarquera le contraste existant entre la sympathie manifestée par les Havrais envers la cause des Portugais ou des Polonais et la suspicion dans laquelle ils tiennent les radicaux anglais ou les petits noyaux méthodistes débarqués dans le port puis, à la fin du siècle, la place de choix qu’ils occupent parmi les victimes lorsque, à la fin du siècle, montent la xénophobie et l’antisémitisme.

Notes

1 Sur l’origine géographique de la population havraise, voir notamment Jean Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire. La ville des négociants, p. 95-106.

2 Sur la faible présence des étrangers au Havre, voir les chiffres donnés par Céline Vendrand (« Les étrangers résidants au Havre (1560-1750) », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, 2001) à partir des mariages contractés dans les deux paroisses de la ville. L’auteur a comptabilisé, en presque deux siècles (1560-1740), le faible nombre de 160 mariages concernant des non nationaux.

3 En mars 1793, la municipalité havraise, appliquant les lois et décrets relatifs aux étrangers exigeant de recenser les étrangers afin d’arrêter ceux présents en France depuis 1789 avec lesquels la République est en guerre, établissent trois listes fort précises permettant de dresser un état des lieux sur la présence des étrangers en France à la fin de l’Ancien Régime. Voir : Marie-Loup Chastres, « Les comportements politiques des étrangers résidant au Havre (1789-1796) », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, 1998, 174 p.

4 Si l’on accepte le chiffre de 265 individus fournis par le recensement, cette population représenterait un peu plus de 1 % de la population de la ville.

5 Roche D., La ville promise. Mobilité et accueil à Paris – XVIIe-XIXe siècle –, Paris, Fayard, 438 p. Arrivés massivement dans la capitale dans la seconde moitié du XVIe siècle, les Italiens viennent au Havre à partir de 1620. Au XVIIIe siècle, le phénomène se reproduit avec les Anglais. Massivement présents à Paris dans le second quart du siècle, ils arrivent de manière significative au Havre seulement après 1780 (cf. S. Tetrel, « Les Britanniques au Havre des Lumières au Consulat », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, 2000).

6 Sur ce sujet, voir Matthieu Verdier, « Les étrangers au Havre dans la première moitié du XIXe siècle », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, 2004, 2 volumes.

7 Voir l’article de Claude Malon dans le présent volume.

8 Au printemps 1790, les cinq sections du Havre engagent un débat sur le sujet du vote des étrangers à l’occasion du premier scrutin municipal (voir : Marie-Loup Chastres, op. cit.)

9 Sur l’action politique du groupe d’Italiens et d’Allemands au sein de la société populaire et de la municipalité du Havre entre 1792 et 1794, voir : M.-L. Chastres, op. cit., p. 80-125.

10 Sur la mise en place de réseaux d’accueil des étrangers de passage, voir : Géraldine Boucher, « Les étrangers de passage au Havre (1774-1788) », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, 1998.

11 Sur l’adaptation des comportements démographiques des étrangers au Havre sous l’Ancien Régime, voir les mémoires de Céline Vendrand et de Marie-Loup Chastres, op. cit.

12 Sous l’Ancien Régime, le pourcentage atteint 83 %.

13 Dans son étude sur les mariages des enfants de plus de 80 migrants étrangers, Céline Vendrand montre que tous se sont mariés avec une épouse de nationalité française.

14 Deux Liégeois, François Debrun, tailleur, et Jean-Pierre Weiszkorn, cordonnier, syndics, de leurs corporations, sont élus à la députation de celles-ci à l’occasion de la rédaction des cahiers de doléances.

15 Marie-Loup Chastres, op. cit., p. 80-125.

16 Ibid. L’auteur montre notamment la participation d’un noyau d’une quinzaine d’étrangers aux activités de la société populaire et de la vie des sections havraises.

17 Outre les études citées, voir sur ce sujet : Nadia Gacem, « Approche culturelle des populations étrangères et coloniales au Havre au XVIIIe siècle », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, 1999, 2 vol. Le travail, fondé sur une exploitation des inventaires après décès appartenant aux étrangers installés au Havre au XVIIIe siècle, montre notamment l’importance de la correspondance épistolaire développée entre les migrants irlandais présents au Havre et la famille et les amis restés dans le pays d’origine.

18 BMLH, Manuscrit 351. Souvenirs d’un vieillard par Pierre-Philippe-V. Thomas, commissaire de la marine.

19 BM Montivilliers, Précis de la Révolution française (1793-1803).

20 Parmi les plus véhéments à l’encontre du pauvre Wright figure le syndic liégeois de la corporation Jean-Pierre Weiszkorn.

21 Il s’agit de William Wright, maître cordonnier originaire du Sussex.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search