Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (xvie-xxie siècle)

 | 
John Barzman
, 
Éric Saunier

Première partie. Des migrations à l'intégration : l'observatoire havrais

Une migration maritime : les Bretons au Havre

Jean Legoy

Texte intégral

1Le 16 avril 1517, le premier coup de pioche marquant les débuts des travaux de la création du port du Havre est donné sous l’œil attentif du vice-amiral Du Chillou. Qui a donné ce coup de pioche ? Nous ne le savons pas. Mais les rôles des travaux conservés aux Archives Municipales du Havre révèlent que, parmi les 53 ouvriers employés la deuxième semaine des travaux, il y a huit Bretons. La main-d’œuvre locale, décimée par une épidémie de peste, et peut-être aussi lasse de répondre au service obligatoire de la corvée royale, est largement complétée en 1518 par 200 pionniers bretons sur les 365 ouvriers employés aux travaux. Ils sont encore 75 en 1520 qui logent dans les baraques en bois élevées sur les « perreys » de galets. Ils resteront au Havre jusqu’à l’achèvement des principaux travaux, c’est-à-dire vers 1530.

2Après le retour en Bretagne des pionniers, les Bretons ne formeront dans la ville, jusqu’au milieu du XIXe siècle, qu’un noyau insignifiant. Les relations entre Le Havre et la Bretagne seront aux XVIIe et XVIIIe siècles uniquement commerciales : des bateaux havrais iront chercher du sel à Bréhat et à Guérande, des ententes seront conclues avec Saint-Malo pour armer des corsaires ou des bateaux de pêche à la morue, des relations seront établies avec Lorient par l’intermédiaire de la Compagnie des Indes. Mais cela n’implique pas une présence bretonne importante : sur les 2 500 habitants venus de l’extérieur et reçus bourgeois au Havre entre 1700 et 1790, on ne compte que 19 personnes venant de Bretagne ; un comptage effectué dans les registres paroissiaux de Notre-Dame et de Saint-François des années 1780 à 1789 révèle que, parmi les hommes et les femmes ayant contracté mariage, 18 seulement sur 3516 sont originaires de Bretagne.

Ils débarquent

  • 1 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le X (...)
  • 2 Philippe Ariès, op. cit., p. 45.

3À partir du XVIIe siècle, la Bretagne, qui était jusqu’alors uniquement terrienne et agricole, se tourne vers la mer. La création de l’Inscription Maritime par Colbert en 1669 offre un débouché pour la main-d’œuvre excédentaire. La côte se peuple et sa densité dépasse rapidement celle de l’intérieur. Philippe Ariès estime entre 15 et 30 % selon les régions l’augmentation de cette population au XVIIIe siècle et au début du XIXe. Dans le même temps, l’industrie de la toile, les petits métiers ambulants disparaissent. L’agriculture et la marine ne peuvent plus absorber l’excédent de population1. Les familles nombreuses de 12 à 15 enfants ne sont pas rares, la natalité est très forte. L’émigration devient la seule solution. Qu’une mauvaise récolte survienne et des familles entières sont chassées des campagnes et partent chercher du secours sur la côte ou ailleurs, c’est ce que Philippe Ariès appelle : « une émigration de la faim »2.

4C’est aussi l’époque de l’expansion urbaine en France. La population du Havre et de la banlieue proche va passer de 26 620 habitants en 1818 à 152 000 en 1911. À partir de 1830, les constructions de nouvelles habitations se multiplient, la zone urbanisée s’étend sur les communes voisines qui sont peu à peu annexées. L’industrie fait son apparition et couvre la plaine de Graville-Leure. Le port prend une nouvelle dimension, à partir de 1820, sept bassins sont creusés, faisant passer leur superficie totale de 13,5 hectares à 77,3 hectares. Toutes ces expansions demandent une main-d’œuvre nombreuse.

  • 3 Jean Berthou, « Edouard Corbière, homme multiple », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havr (...)

5Après 1815, les quelques liaisons maritimes avec la Bretagne amènent au Havre des Bretons qui, individuellement, décident d’y tenter leur chance. C’est le cas de Joseph Morlent, employé des Douanes, arrivé au Havre vers 1820 et qui abandonne l’administration pour le journalisme, il sera rédacteur en chef du Journal du Havre en 1825. C’est surtout le cas d’Edouard Corbière né à Brest en 1793, d’abord marin puis journaliste et écrivain (il est l’auteur d’un des premiers romans d’aventure maritime, Le Négrier), il sera le père du poète Tristan Corbière. Il arrive au Havre en 1823, abandonne la marine en 1827 et entre comme journaliste au Journal du Havre où son ami Morlent lui cède rapidement la place de rédacteur en chef3.

6Breton, Corbière s’intéresse au sort de ses compatriotes obligés de quitter leur pays natal pour survivre, il constate leurs difficultés à trouver un navire qui veuille bien les emmener. Le développement rapide des lignes de bateaux à vapeur entre Le Havre et les ports de Basse-Normandie lui donne l’idée de créer une telle liaison avec la Bretagne. À l’aide de capitaux fournis par des négociants et des hommes d’affaires havrais et rouennais, en liaison avec un ami de Morlaix nommé Tilly, Corbière crée la Compagnie des Paquebots à vapeur du Finistère au capital de 720 000 Francs et fait construire un steamer, « Le Morlaisien », au Havre par Augustin Normand. Le premier voyage a lieu le 10 juillet 1838. Le voyage entre Le Havre et Morlaix dure 20 heures, le paquebot peut transporter 150 passagers et diverses marchandises. C’est le véritable début de la migration bretonne. Le succès de la Compagnie du Finistère entraîne la création en 1843 de la Compagnie d’Ille-et-Vilaine dirigée par Auguste Postel, qui relie Le Havre à Saint-Malo, et en 1854, de la Compagnie Brestoise qui relie Brest au Havre en une journée.

  • 4 Julien Guillemard, L’esprit du Havre et ses aspects depuis ses origines, Le Havre, Imprimerie de la (...)

7Mais le plus populaire et le plus utilisé par les Bretons qui viennent s’installer au Havre est « Le Morlaisien » d’Édouard Corbière. Il accoste quai de l’Ile à Saint-François jusqu’en 1872, puis sur le quai nord du Bassin de la Citadelle. L’écrivain havrais Julien Guillemard a souvent assisté vers 1900 à son arrivée4 : « Du bateau de Morlaix, débarquaient chaque semaine des campagnards bretons venus travailler portant encore la petite veste noire, le gilet brodé et le large chapeau à rubans, ils apportaient pelle et pioche, et la plupart ne savaient que quelques mots de français ». Ce petit paquebot participait également au ravitaillement du Havre, il apportait du beurre salé, des œufs, des légumes frais, des artichauts de Saint-Pol-de-Léon, dont les bas prix provoquaient parfois la colère des marchandes de la Place du Vieux Marché. Il apportait aussi de nombreux porcs qui avaient le mal de mer et qui se lamentaient tout au long du voyage.

  • 5 Philippe Gillet, Pochet-le Courval, les maîtres du Verre et du Feu, Paris, Editions Perrin, 1998, p (...)

8C’est par le bateau de Morlaix qu’arrivent en juin 1848 les gardes-nationaux bretons appelés par Cavaignac pour réprimer la révolte des ouvriers parisiens des Ateliers Nationaux, ils prennent ensuite le train récemment inauguré pour rejoindre la capitale. La Compagnie du Finistère utilisera cette filière jusqu’à l’achèvement du réseau de chemin de fer vers la Bretagne en 1865 pour transporter des travailleurs qui font étape au Havre avant de prendre le train pour Paris. Parmi eux se trouvent des enfants recrutés dans les familles paysannes pauvres de l’intérieur de la Bretagne, ils sont dirigés vers les verreries de la vallée de la Bresle et du nord de la France. Ces enfants, « les gamins », y effectuent tous les menus travaux que les ouvriers verriers ne veulent pas faire et sont censés ainsi apprendre le métier. En 1855, la verrerie du Courval, la plus ancienne de la vallée de la Bresle, emploie 45 « gamins » âgés de 8 à 16 ans5.

Une main-d’œuvre disponible

9Ainsi, à partir de 1840, se constitue au Havre une importante colonie bretonne. Le recensement de la population en 1891 permet de connaître le lieu d’origine des Bretons installés au Havre :

5 763 sont nés dans les Côtes du Nord (Côtes d’ Armor).

2 864 sont nés dans le Finistère.

1 025 sont nés en Ille-et-Vilaine.

563 sont nés dans le Morbihan.

Aucun n’est né en Loire-Inférieure (Loire-Atlantique).

10La colonie bretonne du Havre comprend donc à cette date 10 215 individus nés en Bretagne, soit 8,8 % de la population havraise. Cette proportion d’environ 9 % va se maintenir jusqu’en 1939. Mais si on prend en compte les individus nés au Havre de parents bretons, le nombre de Havrais d’origine bretonne est beaucoup plus important, en 1936 il est évalué à 50 000 personnes, soit plus du quart de la population. Cette évaluation est confirmée par l’enquête menée par un instituteur havrais, Lechevalier, auprès des élèves de l’école des Etoupières à Saint-François : sur 194 élèves qui se disent d’origine bretonne, 22 seulement sont nés en Bretagne, les 172 autres étant nés au Havre mais dont les parents sont bel et bien bretons.

  • 6 AMH, Fonds Graville, I3, carton 14.

11En général, les Bretons qui débarquent au Havre n’ont aucune qualification, ils n’ont que leurs bras et la volonté de travailler à proposer. Une étude des registres d’inscription des livrets ouvriers tenus par la mairie de Graville, banlieue industrielle du Havre, confirme l’observation faite par des témoins6 : sur les 2 867 livrets visés entre 1838 et 1852, 69 seulement appartiennent à des ouvriers d’origine bretonne embauchés dans l’industrie soit 2,4 % du total, et encore ces embauches concernent des postes de manœuvres ou de manutentionnaires.

12D’après l’enquête de la Chambre de Commerce menée en 1907 le creusement de nouveaux bassins dans le port du Havre, l’installation des grandes compagnies de navigation et, secondairement, le besoin en main-d’œuvre de l’industrie, sont les principales raisons de la venue des Bretons. L’enquête précise que les métiers de la mer conduisent vers Le Havre un certain nombre d’émigrants issus d’une zone limitée qui va de Tréguier à l’île de Batz par Perros-Guirec et Lannion. Ceux de l’île de Batz vont sur les chalands de la Seine, ceux de Perros-Guirec recherchent surtout les embarquements sur les bateaux des grandes compagnies maritimes (CGT et Chargeurs Réunis). Les grands transatlantiques en particulier marchant au charbon ont besoin d’un grand nombre de soutiers pour alimenter les chaudières en combustible (ils sont 50 à 60 selon les paquebots).

13Les gens de Roscoff ouvrent des petits commerces (épiceries, charcuteries, crêperies…). Certains viennent aussi de l’intérieur : de Belle-Isle-en-Terre, de Plonevez-du-Faou, de Pleyben, de Coray, de Carhaix. Ceux-là sont surtout terrassiers ou manœuvres dans les usines. Une recherche effectuée dans les registres d’État-Civil de la ville du Havre des années 1909 à 1913 et d’après le lieu de naissance porté sur les actes de décès comportant la mention d’une profession, donne une idée des emplois tenus par les Bretons :

Industrie

71 sur 326

Ouvriers du port, journaliers

195 sur 948

Marins

155 sur 276

Bâtiment

20 sur 161

Employés de Chemin de Fer

10 sur 40

Total

451 sur 1 751 actes de décès
soit 25,7 %

14Quelles que soient leurs origines, les Bretons s’agglomèrent au Havre en deux noyaux bien déterminés : à leur arrivée, ils cherchent un gîte à peu près tous à Saint-François, près du bateau qui les a amenés et qui les relie encore à leur pays. Ils y trouvent d’ailleurs facilement un lieu d’accueil, les cafés et leurs enseignes leur servent de guide : « À la descente des Audiernistes », « À la descente du Finistère », etc. le « Café de Saint-Pol-de-Léon », le « Rocher de Cancale » les attendent, et surtout le patron ou la patronne qui va les héberger quelques jours et les mettre en contact avec un « marchand d’hommes » chargé de leur trouver du travail. Après avoir trouvé un emploi et s’être accoutumés à leur nouvelle vie, les Bretons font venir leur famille. Certains s’installent alors à Saint-François, d’autres vont dans le quartier de Leure auprès de leur lieu de travail, quelques-uns s’éparpillent dans le reste de la ville. En 1891, les immigrés bretons se répartissent ainsi :

1er canton (Notre-Dame) : 901 individus soit 4.4 % de la population du canton.

2e canton (Saint-François) : 3 902 soit 18.4 %.

3e canton (Leure) : 3 096 soit 19.2 %

4e canton (Rond-Point) : 982 soit 4.7 %

5e canton (Hôtel-de-ville) : 1 019 soit 4.3 %

6e canton (Saint-Vincent) : 315 soit 2.2 %.

15Après 1914, le plateau, Sanvic, Bléville accueilleront bon nombre de Bretons comme d’autres Havrais qui abandonnent les vieux quartiers insalubres pour des lotissements pavillonnaires.

16Mais jusqu’en 1939, le groupe le mieux défini est, sans conteste, celui de l’île Saint-François. Les coiffes de femmes, les enseignes des cafés, les nombreux écriteaux vantant les produits de Bretagne frappent les promeneurs, il y a même, rue du Général Faidherbe, au fond d’une cour, l’enseigne du « Consul Breton » où s’alignent les titres et l’énumération des services qu’il prétend rendre à ses compatriotes en sa double qualité d’interprète et d’écrivain public. À partir de 1875, un aumônier breton est attaché à la paroisse Saint-François et un sermon en langue bretonne a lieu tous les dimanches.

17À l’ouest de la rue de Paris, vers le Perrey, existe un groupe surtout formé de marins et de pêcheurs.

18Le groupe de Leure, très nombreux, présente moins d’homogénéité et moins de netteté dans ses contours que celui de Saint-François. Le noyau principal se trouve autour de l’église Saint-Nicolas qui est aussi dotée d’un aumônier breton de 1887 à 1896. Mais avec l’assainissement de la plaine de Leure, la création de nouveaux bassins, le creusement du canal de Tancarville et le développement de l’industrie, les Bretons se sont peu à peu répandus vers l’est. On en trouve dans le quartier des Raffineries, aux Neiges, à la cité Bricard, ce sont surtout des terrassiers et des manœuvres d’industrie.

19Dans le quartier Sainte-Anne habitent des douaniers bretons dont la caserne est toute proche.

Une vie difficile

  • 7 Jean Le Guen, « Charles Le Goffic et Le Havre », Cahiers Havrais de Recherche Historique, no 61, 20 (...)

20Ayant fui la misère dans leur pays quel sort attend les émigrés bretons qui arrivent au Havre ? A part les marins, la plupart d’entre eux n’ont aucune qualification professionnelle. Ils sont destinés aux rudes tâches : manœuvres, terrassiers, dockers occasionnels pour les hommes, domestiques, bonnes à tout faire pour les femmes. Divers personnages guettent l’arrivée des Bretons pour essayer d’en tirer profit : le marchand d’hommes qui les prend en main et leur promet du travail ; les entrepreneurs de travaux publics qui apprécient leur force physique et les jugent taillables et corvéables à merci ; les industriels qui ne voient qu’une main-d’œuvre se contentant de bas salaires et peu regardante sur les conditions de travail ; les propriétaires qui leur louent à prix d’or de véritables taudis7.

  • 8 Docteur Lecadre, « Etudes sociales et médicales des ouvriers employés aux travaux du port du Havre  (...)

21L’homme ou la jeune fille, arrive en premier, la famille suivra lorsque l’individu aura trouvé du travail et un logis. En 1857, le docteur Lecadre a enquêté auprès de ces immigrés. Il raconte que pour se loger, ils ont recours à des logeurs qui leur font payer cher des conditions d’hébergement abominables : « Dans des quartiers généralement obscurs, étroits et mal aérés… des logeurs disposent de deux ou trois chambres situées au deuxième ou au troisième étage, quelques-unes dans les greniers, sous le toit ; d’autres dans des rez-de-chaussée, à peine éclairés, assis tout simplement sur le sol et conséquemment très humides. Il y a quelques années, je visitais un ouvrier malade au rez-de-chaussée d’une maison (de Saint-François). La journée avait été pluvieuse, la chambre était située au-dessous du sol ; l’eau y était entrée en masse et pour arriver au lit du malade, il fallait se faire un passage sur des planches »8. Ces chambres, souvent petites contiennent « jusqu’à six et huit lits garnis chacun d’une paillasse recouverte de draps et d’une couverture dont la blancheur n’a existé qu’à une autre époque ».

22Quarante ans après le docteur Lecadre, à la fin du XIXe siècle, Charles Le Goffic, professeur au Lycée du Havre, écrivain, futur membre de l’Académie Française, enquête sur la vie des Bretons installés au Havre en vue de la composition de son roman La Payse, il décrit ainsi la rue d’Edreville : « Une rue ? Un couloir à ciel ouvert plutôt… et long, et froid, et noir, flanqué de vieilles bâtisses cadavéreuses, de masures en décomposition, toutes pourries, leur plâtre tombé avec de grandes lézardes qui les fendaient de haut en bas… Et les autres rues de Saint-François, à l’exception d’une ou deux, n’avaient pas meilleure mine ».

  • 9 AMH, fonds Graville, F1, carton 1.

23Le sort des Bretons logés dans d’autres quartiers n’est pas meilleur. On peut lire dans un rapport rédigé en 1857 par le commissaire de police de Graville9 : « On a toléré depuis deux ans des constructions en planches prés des travaux qui s’exécutent en ce moment au Havre. Ces misérables logements sont habités par des familles bretonnes. Mais ces locataires préfèrent rester dans ces logements insalubres qui se trouvent dans les faubourgs, que de résider au centre de la ville où ils subiraient la hausse des loyers ».

24Comment s’étonner alors qu’en 1880, le docteur Leprévost, chirurgien de l’hôpital, estime que la colonie bretonne du Havre fournit en moyenne 1 600 malades sur les 12 000 reçus chaque année. Ce sont eux, les petites bonnes surtout, qui fournissent le plus fort contingent de tuberculeux.

Intégration ?

  • 10 Marthe Barbance, Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique, Paris, Arts et Métiers Graphiqu (...)
  • 11 Le Progrès, 19 juillet 1913.

25L’arrivée des Bretons n’est pas toujours bien vue de la plupart des Havrais. Les entrepreneurs préfèrent bien souvent employer « ces gens taillables et corvéables à merci, toujours satisfaits du premier salaire qu’on leur offre et se pliant sans rien dire aux conditions de travail les plus exorbitantes » (Charles Le Goffic). Exploités par les patrons, ils le sont aussi par les logeurs : « La nourriture et le logement absorbent, par leur cherté, la totalité des salaires, toute économie leur est impossible » (idem). Souvent, le patronat leur fait jouer le rôle de briseurs de grève, ainsi lors des grèves des ouvriers du port et des marins en 1900, en 1904, 1907, 1910, 1912, « La Compagnie (Générale Transatlantique) s’adressant à des « marchands d’hommes » faisait rechercher dans les campagnes bretonnes des manœuvres qui suppléaient à la main-d’œuvre locale »10. Les établissements Caillard font de même en 1913 pour suppléer à leurs ouvriers chaudronniers en grève, les Bretons embauchés doivent s’engager à ne commettre « aucune faute de nature à se faire exclure des ateliers et à ne pas s’associer au mouvement gréviste »11.

26Les conditions misérables d’accueil ne facilitent pas leur insertion sociale. Les taudis dans lesquels ils trouvent refuge, les font passer pour malpropres. L’usage de la langue bretonne, le mauvais français que certains parlent, accentuent la ségrégation. Les annonces en langue bretonne ne sont pas rares sur les vitrines des boutiques de Saint-François et même le quotidien Havre-Eclair contient de la publicité en langue bretonne. Avec leur langue et leur costume, les Bretons semblent anachroniques dans la société et l’opinion publique leur attribue les pires méfaits. Ainsi lors de l’attentat de Lucas contre Louise Michel en 1888, un journal havrais conclut son compte-rendu en écrivant : « Il n’y avait guère autre chose à attendre d’un tel individu, il est alcoolique et breton ».

27Cette allusion à l’alcoolisme est malheureusement une réalité, les Bretons fréquentent beaucoup les innombrables cafés de Saint-François, rien que dans la rue du Général Faidherbe, sur 63 numéros, on compte 35 débits. De nombreux éléments engagent les Bretons à boire : le déracinement de l’immigré, les pénibles conditions de travail, l’état déplorable des logements, l’habitude prise par beaucoup d’entrepreneurs de payer les travailleurs dans les cafés… Les Bretonnes qui ne travaillent pas se fréquentent beaucoup l’une l’autre, Charles Le Goffic a constaté qu’elles se réunissent autour d’une tasse de « nicano », mélange à dose presque égale de café et d’alcool, « Il n’est que de les voir sirotant sur un coin de table le délicieux nectar qu’elles agitent d’une cuiller lente et méthodique… ».

28La plupart des individus se mariaient entre eux. En 1900, 7,5 % des mariages célébrés au Havre sont contractés entre Bretons qui poussent parfois le rapprochement jusqu’à se marier entre garçon et fille d’une même localité. Avec la seconde génération, surtout après 1914. Les mariages avec des Havraises ou des Havrais vont faciliter l’intégration, sans pour autant abolir les caractères propres à leurs origines. Certains ont attribué la forte natalité havraise (31,1 ‰ dans la période 1896-1900 contre 21,9 ‰ pour la France) à la présence des Bretons. Les statistiques montrent que ce n’est pas la réalité, le taux de Saint-François pour la même période n’est que de 28,8 ‰ inférieur à la moyenne havraise.

29La colonie bretonne est de toutes les colonies régionalistes havraises, celle qui tient le plus à conserver sa culture propre et dont l’assimilation est la plus longue, sans être jamais totale. L’écrivain havrais Robert de la Villehervé observe en 1904 : « Les Bretons du Havre ne s’intéressent pas à la vie intellectuelle de la cité… Le goût esthétique de leur élite, les marins, ne va pas au-delà du gréement scrupuleux d’un beau trois mâts minuscule dans une bouteille de verre blanc. Ils sont humbles, ils sont pauvres… Ils sont attachés à leur parler plus qu’à aucune autre chose de la Bretagne. C’est leur patrimoine le plus cher ». Jusqu’en 1914, ils passent leurs heures de liberté à se visiter entre eux pour parler du pays, il n’est jamais question de retour vers la Bretagne ou d’aller y finir ses jours, ou bien cela reste un rêve irréalisable.

30C’est ce qui explique le succès des sociétés bretonnes qui organisent la résistance à la perte de la culture régionale. « L’Union Bretonne du Havre », « Les Bretons du Havre », « La Bretagne » organisent fêtes, pardons, bals, concerts, excursions dans la région du Havre qui se succèdent toute l’année.

31Pendant longtemps, les Bretons semblent vivre à l’écart de la vie et des manifestations publiques. Lors de la célébration du 14 juillet 1880 qui voit tout Le Havre en liesse, les Bretons restent à Saint-François danser une partie de la nuit au son du biniou. Les élections ne semblent guère intéresser les hommes, les inscrits sur les listes électorales sont peu nombreux ; cependant, ceux-ci augmentent notablement au début du XXe siècle :

32Proportion d’inscrits par rapport au nombre d’hommes adultes

1902

1906

2e canton (Saint-François)

45,9 %

60,8 %

3e canton (Leure)

61,8 %

77,9 %

Le Havre

71,8 %

74,1 %

33Signe d’intégration ? Prise de conscience due aux grandes grèves des terrassiers et des marins en 1900 ?

34La première grande manifestation publique de la présence bretonne au Havre a lieu en 1911. Une « grande cavalcade historique et régionaliste » met en scène une noce bretonne suivie par de nombreux participants en costume. Parti de Saint-François, le cortège emmené par la « Duchesse Anne » est accueilli par la « Reine du Havre » puis solennellement reçu par le maire à l’Hôtel-de-Ville. Par milliers, les Havrais sont dans la rue pour admirer et applaudir comme s’ils voulaient ainsi célébrer l’adoption des anciens immigrés.

35Après la guerre de 1914, l’intégration est plus rapide et plus sensible. L’immigration de masse est terminée, le bateau de Morlaix, « l’Edouard-Corbière » torpillé en 1917, n’est pas remplacé. Les Bretons qui viennent s’installer au Havre sont des fonctionnaires pour la plupart, ils y sont nommés : instituteurs, douaniers, employés de chemin de fer, etc. Ce sont eux qui, la retraite venue, envisagent le retour au pays.

36Havrais de fraîche date ou Havrais-Bretons de 2e ou 3e génération, l’attirance pour la terre natale ou le pays des ancêtres demeure très grande. C’est vers la Bretagne que se dirigent beaucoup de Havrais en 1936 à l’occasion des premiers congés payés. C’est aussi vers la Bretagne que le flot des réfugiés lors de l’évacuation de juin 1940 tentera de se diriger. C’est vers la Bretagne que partiront les 800 Havrais qui trouveront la mort sur « Le Niobé » torpillé en baie de Seine. Au recensement de 1975, moins de 5 % des Havrais déclarent être nés en Bretagne. Un des restes les plus évidents de la présence bretonne est dans les habitudes culinaires de nombreux Havrais : les crêperies qui offrent la fameuse galette bretonne à la farine de sarrasin sont deux fois plus nombreuses qu’à Rouen, et elles sont pour la plupart installées à Saint-François ; les « produits de Bretagne » sont encore très appréciés et l’annonce de leur vente n’est pas rare aux vitrines de certains magasins.

37Présents à la naissance du Havre en 1517, les Bretons l’ont été à nouveau lors de la formidable expansion de la ville au milieu du XIXe siècle. Ils ont apporté leur courage et leur obstination. Les marins bretons ont contribué à la richesse considérable du port. Ils se sont peu à peu intégrés à la vie locale, complétant le caractère cosmopolite de la cité.

Notes

1 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle, Paris, Editions SELF, 1948.

2 Philippe Ariès, op. cit., p. 45.

3 Jean Berthou, « Edouard Corbière, homme multiple », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, no 50, 1991, p. 141-165.

4 Julien Guillemard, L’esprit du Havre et ses aspects depuis ses origines, Le Havre, Imprimerie de la Presse, 1951.

5 Philippe Gillet, Pochet-le Courval, les maîtres du Verre et du Feu, Paris, Editions Perrin, 1998, p. 120-124.

6 AMH, Fonds Graville, I3, carton 14.

7 Jean Le Guen, « Charles Le Goffic et Le Havre », Cahiers Havrais de Recherche Historique, no 61, 2003, p. 59-78.

8 Docteur Lecadre, « Etudes sociales et médicales des ouvriers employés aux travaux du port du Havre », Recueil des publications de la Société Havraise d’Etudes Diverses, année 1857-1858.

9 AMH, fonds Graville, F1, carton 1.

10 Marthe Barbance, Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique, Paris, Arts et Métiers Graphiques éditeur, 1955, p. 184.

11 Le Progrès, 19 juillet 1913.

Auteur

Historien du Havre, diplômé d’études doctorales de l’université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540