Version classiqueVersion mobile

Madame Thomassin

 | 
Guy de Maupassant

Comptes rendus de Madame Thomassin1

Texte intégral

Comptes rendus qui nomment Maupassant

Le Figaro, 14 janvier 1883

  • 1 Nous reprenons, par ordre chronologique, les comptes rendus de Madame Thomassin, d’abord ceux qui (...)

1[Compte rendu de la pièce d’Albin Valabrègue, Les Maris inquiets.] La représentation de Cluny commence par du Busnach. Un acte très palpitant intitulé Madame Thomassin, et pour lequel, dit-on, l’auteur de L’Assommoir et de Nana aurait eu pour inspirateur anonyme, M. Guy de Maupassant, qui a tenu à rester dans la coulisse parce que l’œuvre n’était pas traitée, selon lui, avec le réalisme qu’il aurait rêvé. Ce poète distingué, mais farouche, réprouverait complètement la mièvrerie et la préciosité affectée du collaborateur ordinaire d’Émile Zola.

2Busnach accusé de marivaudage... Ô William !

***

3Phénomène tout à fait inattendu. Le théâtre Cluny est rempli de spectateurs en habit noir et en cravate blanche. [Suit un compte rendu sur le premier bal de l’Éden Théâtre.]

  • 2 Signature qui apparaît pendant quelques jours en janvier 1883 dans les articles de la « La Soirée (...)

4Un Monsieur du Balcon2

L’Intransigeant, 15 janvier 1883

5Les amateurs de contrastes ont été servis à souhait hier à Cluny. On y a passé non pas seulement du grave au doux, mais du lugubre au désopilant.

6Le lugubre d’abord. C’est l’acte de M. Busnach, Madame Thomassin. Le jour de l’enterrement de sa femme, un mari s’apercevait qu’elle l’a trompé avec son meilleur ami. Naturellement, désespoir, colère. Le mari trompé pardonne à la morte mais il ne peut pardonner à l’amant qu’il chasse. Voilà tout.

7C’est simple et bref. Ce n’est que l’exposé d’une situation déjà exploitée, et qui n’a qu’un tort : c’est de n’avoir aucun dénouement dramatique. Car que voulez-vous que fasse un mari dans une telle situation ? Rien. Il ne peut même pas se venger : on ne se venge point d’une morte – ni pour une morte. Il ne peut que rester seul avec son déshonneur. C’est ce que fait Thomassin. Mais n’est-ce pas finir un peu en eau de boudin ?

8Somme toute, Madame Thomassin n’est que la mise en scène des dernières pages de Madame Bovary : le rapprochement s’impose, et il est redoutable.

9On nous a assuré que M. William Busnach n’est pas le seul auteur de cet acte, que M. Guy de Maupassant, un des plus vigoureux talents de l’école moderne, y a collaboré. Ceci ne nous étonnerait pas – à cause de la manière brusque et simpliste de la pièce – qui n’est, certes, pas sans valeur, et présente quelque chose d’original et de curieux, au moins dans la forme.

10Il n’y a guère dans Madame Thomassin qu’un rôle : celui du mari. M. Maurice Simon le joue avec émotion.

***

11À ce drame, noir d’un bout à l’autre, a succédé la comédie de M. Albin Valabrègue, Les Maris inquiets. [...]

12Fauchery

Le Voltaire, 15 janvier 1883

13Bien qu’on n’ait nommé que M. Busnach, pour le drame en un acte représenté hier soir à Cluny, il faut aussi citer M. Guy de Maupassant qui est l’imaginateur de Madame Thomassin, William n’en étant que l’adaptateur.

14Thomassin, aidé de son ami Henri, enterre sa femme.

15Quand il revient du service funèbre, c’est pour trouver dans le livre de messe – oh ! la sainte créature ! – de sa défunte, une lettre d’Henri qui a été son amant. Il chasse alors celui-ci et pardonne à sa femme, en se disant qu’après tout c’est lui le coupable, parce qu’il était trop âgé pour elle.

16Cette donnée qui n’a rien de folâtre a été, du reste, égayée par le public auquel le son des cloches et de l’orgue, les tirades sur la mort, les larmes incessantes de Thomassin ont un peu trop rappelé les pleurnicheries éternelles des Corbeaux.

17Deux phrases ont surtout jeté leur éclat joyeux dans cet ouvrage funèbre.

18L’une, par laquelle le mari parle des trous du cœur, a fait pâmer les carabins du parterre ; dans l’autre, le même dit à l’amant en lui reprochant de l’avoir trompé :

19– Je vous aimais comme mes enfants, c’est presque un inceste.

20On a trouvé que ce mari mettait un peu trop de bonne volonté à se rappeler Phèdre.

21Malgré le talent de M. Maurice Simon, les lettres de faire-part, commandées par Thomassin, pourront servir pour la pièce.

22 Requiescat in pace.

23 Les Maris inquiets sont d’Albin Valabrègue seul. C’est un gros vaudeville, pimenté à l’excès et gaulois au possible.

24Est-ce que Cluny voudrait devenir l’Athénée de la rive gauche ?

25[...]

26Scapin [Alexandre Hepp]

Le XIX e siècle, 16 janvier 1883

  • 3 Le critique fait sans doute allusion au roman de Huysmans, À vau-l’eau, paru l’année précédente, e (...)

27Sans le théâtre de Cluny, nous n’aurions aucune première représentation cette semaine aux théâtres déjà connus. Mais ce brave petit théâtre nous sauve de la disette : il nous a donné un drame en un acte et un vaudeville en trois, et, sur ces quatre actes, il y en avait bien un et demi qui valait le voyage ! Le drame est tout à fait noir. Mme Thomassin vient de mourir et elle laisse derrière elle, plongés dans une égale douleur, son mari, une vieille bonne de la maison et un jeune ami du mari, Henri. M. Thomassin a l’idée de demander à la religion des consolations pour son chagrin et se fait donner le livre d’heures de la défunte pour y lire les prières. Idée funeste ! Car ce livre d’heures est semblable au missel de Marguerite, empoisonné sous le souffle de Méphistophélès, et où, au lieu de pieuses images, la jeune fille trouve des images d’amour ! Dans ce livre de Mme Thomassin se cache en effet une lettre passionnée d’Henri, qui ne laisse aucun doute au mari sur son malheur. Ce que c’est que de ne pas brûler les lettres ! C’eût été le cas d’égayer Madame Thomassin – l’héroïne posthume donne son nom au drame – par un aparté joyeux comme celui qu’on trouve dans le vaudeville qui le suit, une femme « lâchée » s’adressant aux femmes du monde qui sont dans la salle de Cluny, et leur disant : « Voyez-vous, mesdames, c’est toujours comme cela que ça finit ! » Le malencontreux poulet, si mal placé dans un livre de messe, plonge Thomassin dans une grande et légitime fureur. Se retrouvant en présence d’Henri, il fait mine de l’étrangler, puis de l’assommer avec un chenet, mais l’amant ayant eu l’inspiration heureuse de s’écrier : « Je ne me défendrai pas, je vais la rejoindre ! » cette hypothèse théologique désarme le mari. Henri, cependant, a pu apprendre à Thomassin que sa femme s’était tuée, empoisonnée, par remords. Comment le médecin ne s’en est-il pas aperçu ? Voilà qui ne fait pas honneur à la Faculté ! Et ce remords, une seule faute l’a causé. Un seul jour, un seul, et un jour d’orage (circonstance atténuante pour le physiologiste), ils étaient ensemble, lisant quelque histoire, comme Francesca et Paolo, et comme eux, ce seul jour, ils ne lurent plus avant. Le mari réfléchit. Il se range à l’opinion de Montaigne, qui écrivait, en parlant un peu insolemment des femmes : « Enfin, il n’y en a pas de si vertueuse que le muletier ne trouve pas son heure... » et il pardonne à feu Mme Thomassin, qui n’a pas résisté au muletier. Quant à Henri, qui voudrait bien rester à la maison et continuer à parler d’elle au mari, comme, ou à peu près, Saint-Lambert chez Voltaire quand la marquise fut morte, Thomassin, dans sa bonnasserie tragique, se contente de lui fermer la porte au nez. Châtiment peu sévère, en somme. Vous verrez que ce bonhomme de Thomassin se consolera, se remariera, et rappellera Henri à la maison, pour faire son bézigue [sic] ! Ce dénouement gai est le plus philosophique du monde. Et la pièce, direz-vous ? La pièce ? Il n’y en a pas. La trouvaille de la lettre est un vieux moyen, fort employé déjà, et qui, bien mis à la scène, a produit son effet ordinaire. Tout le drame est dans ce moyen. Il n’y a pas de conclusion. La situation, qui est d’une issue délicate, j’en conviens, ici n’a pas d’issue du tout. L’acte est écrit pour nous apprendre que M. Thomassin était trompé par sa femme et qu’il en a conçu un assez vif dépit pour se brouiller avec son ami. Ce n’est pas assez pour le théâtre, et je m’étonne que M. William Busnach, homme du métier, n’ait pas vu de suite que, dans tout ce qu’il nous a raconté, il n’y avait qu’un point de départ. La pièce est à faire. Ce sera la vengeance du mari ou le pardon, drame, comédie attendrie, vaudeville effronté, tout ce qu’on voudra, pourvu qu’il y ait un commencement, un milieu et une fin. Cette Madame Thomassin, quoique d’un noir terrible, à peine égayé par l’air comiquement navré de l’acteur qui jouait le rôle de l’amant, m’a cependant intéressé, surtout quand j’ai su – on l’assurait du moins – que M. William Busnach avait prêté son nom et son habileté de metteur en scène à M. Guy de Maupassant. Celui-ci, qui est plein de talent, a le tort de se laisser dire chef d’école par des disciples qui ont apporté au roman une poétique nouvelle. « M. Duran, employé de ministère, ayant eu des difficultés à son restaurant parce qu’on lui mettait trop de vinaigre dans la salade, malgré ses observations, change de pension : mais dans sa nouvelle table d’hôte on met trop de sel dans la salade, et, ayant longuement délibéré, M. Duran retourne à son ancien gargotier. »3 Il y a des romans de l’école nouvelle qui ont tout juste autant d’intérêt que cette petite histoire que j’emprunte à l’un d’eux. Essayerait-on d’introduire au théâtre cette conception nouvelle de l’art ? Je m’étonnerais qu’elle réussît.

28Par contre, Les Maris inquiets, de M. Albert Valabrègue, sont un vaudeville de l’ancien jeu, ni meilleur ni plus mauvais qu’un autre. [...]

29Henry Fouquier

Le Réveil, 16 janvier 1883

30Au moment où le rideau se lève sur le cadavre de Madame Thomassin, la pièce est déjà finie. Elle tentera il est vrai de recommencer et de dénouer une situation insoluble.

31Voici les pièces du procès :

32M. Thomassin vient de perdre une femme qu’il adorait. Comme il est tout entier à son désespoir, il trouve sur l’oreiller de la morte un petit papier révélateur qui lui dévoile son cocuage.

33Mme Thomassin y avoue qu’elle l’a trompé avec Henri, un jeune homme familier de la maison, une sorte de fils adoptif et que, torturée par le remords, elle s’est empoisonnée.

34Il ne reste plus au Sganarelle posthume qu’à chasser le séducteur, et dire qu’il comptait sur lui pour soulager sa douleur !

35Sur cette expulsion, la toile tombe.

36On conçoit que cette sombre situation n’ait pas suffi même à remplir un petit acte en dépit d’une gaieté inespérée, provoquée par un style bizarre et des naïvetés d’un bon tonneau.

37On m’a affirmé dans les couloirs que Busnach n’était que l’éditeur responsable de cet enfantillage dramatique. Je ne puis ajouter crédit au nom qu’on m’a cité, celui du plus vigoureux et du plus original écrivain de la jeune école naturaliste. Il me paraît que Busnach suffit à cette gloire nouvelle.

38[Compte rendu des Maris inquiets.]

39Je ne dois omettre les interprètes de Madame Thomassin : M. Maurice Simon, ému et touchant ; Mlle France, simple et naturelle. Quant à M. Rosny, le meilleur est de n’en rien dire.

40Henri Bauër

L’Opinion nationale, 19 janvier 1883

41Hier le Théâtre Cluny renouvelait son affiche et nous offrait deux pièces nouvelles. Bien que Mme Thomassin donne son nom à la première, vous cherchiez vainement ce nom dans la distribution. En effet Mme Thomassin est morte. Et quand le rideau se lève nous sommes dans la chambre mortuaire au moment des préparatifs de ses obsèques. C’est-à-dire que c’est une pièce qui commence par la fin... de Mme Thomassin.

42Beaucoup de spectateurs arrivant hésitaient même à entrer, croyant que le rideau allait tomber.

43M. Thomassin pleure chaudement sa femme quand, en revenant de l’enterrement, il découvre dans le livre de messe de la chère défunte un papier qui lui apprend qu’elle le trompait avec le jeune Henri, un ami intime, son fils adoptif. Le mari supporte cette nouvelle avec courage et va même jusqu’à s’excuser d’avoir voulu être le mari de sa femme tandis qu’il n’aurait dû être que son père ; il pardonne à l’ami perfide. Cette pièce funèbre, ou plutôt cet office des morts touche de près au dénouement de Madame Bovary. C’est un drame ou même un mélodrame en un acte, écrit dans un style pseudo naturaliste. Nous y trouvons des phrases comme celle-ci. [La phrase manque.]

44Il paraît que M. Guy de Maupassant a quelque peu collaboré à cette pièce et qu’il en serait même le principal auteur. Mais alors pourquoi est-il signé de Busnach seulement ? M. Guy de Maupassant craignait peut-être de compromettre par un acte sans importance son avenir littéraire, il a préféré laisser la responsabilité à M. Busnach qui a les reins plus solides.

45Nous ne ferons pas plus longuement l’oraison funèbre de cette pièce. Malgré tout le talent de M. Simon, l’aimable directeur du Cluny, qui exprime avec un grand sentiment dramatique la douleur du mari, elle n’a pas réussi.

46Les invités à cet enterrement, peu respectueux et peu touchés par la mort de cette personne inconnue, ont égayé la cérémonie de leurs rires.

47Enfin « Mme Thomassin » est enterrée sans exhumation probable.

48« Requiescat in pace ! »

49[Article non signé]

Panurge, 21 janvier 1883

50[...] Le petit Théâtre Cluny s’est avisé, lui aussi, de renouveler son affiche. Cela n’est pas de grande importance, mais il m’a paru cependant que la direction avait fait un effort. Elle a donné le même soir un drame dont l’idée première appartient à notre collaborateur Guy de Maupassant, mais qui a été dérangé par Busnach : Madame Thomassin. Maupassant n’a pas signé, et il a bien fait. L’idée était originale ; la pièce ne l’est pas. Il m’a paru même qu’on riait plus au drame qu’on n’a ri à la bouffonnerie de M. Albin Valabrègue qui le suivait : Les Maris inquiets. Il y a bien ça et là quelques passages drôles, mais l’ensemble n’a pas réussi complètement.

51Jean de la Leude

La Patrie, 22 janvier 1883

52Grande disette de « premières ». Les théâtres ont tous renouvelé leur affiche avant le jour de l’An et coulent des jours fortunés. Pourtant nous avons à enregistrer quelques petits événements dramatiques.

53D’abord, à Cluny, Madame Thomassin, un drame en un acte de M. William Busnach, et Les Maris inquiets, une bouffonnerie en trois actes de M. Albin Valabrègue.

  • 4 Sur l’usine Cail, voir la note 9 de la page 42.
  • 5 La Joie fait peur : pièce en un acte de Delphine de Girardin (1804-1855), jouée au Théâtre-Françai (...)

54Quelle singulière idée a eue M. Busnach, qui est un constructeur de « grandes machines », le directeur d’une usine Cail4 des mélodrames, d’écrire un acte en prose ? La Joie fait peur5 l’empêcherait-elle de dormir ? Une légende prétend que le charmant ouvrage de Mme de Girardin, primitivement en plusieurs actes, a été revu et allégé par M. Adolphe d’Ennery ; une autre légende circulait l’autre soir dans les couloirs du Théâtre de Cluny et l’on disait que M. Busnach n’avait fait qu’arranger et « mettre au point » Madame Thomassin, dont le véritable auteur serait M. Guy de Maupassant.

55Nous aimons mieux n’en rien croire et n’avoir affaire, dans tous les cas, qu’à l’arrangeur, à M. William Busnach, qui a signé seul. Car, si M. Guy de Maupassant, – auteur d’un volume de vers très énergiques et très personnels et, entre autres choses, de deux nouvelles : Boule de suif et Mademoiselle Fifi, qui, étant admise l’audace naturaliste, sont de petits chefs-d’œuvre – si M. Guy de Maupassant est coupable de Madame Thomassin, nous le regrettons pour lui ; car Madame Thomassin est un assez insignifiant opuscule.

56Un veuf désolé, au retour de l’enterrement de sa femme, ramasse, dans le désordre funèbre de son logis, une lettre qui lui prouve – clair comme le soleil – l’adultère de sa femme avec son meilleur ami, avec le jeune homme sur le bras duquel il s’appuyait tout à l’heure en suivant le corbillard. Rage, sanglots, scène violente avec l’amant, jalousie rétrospective, et puis... et puis c’est tout. Que voulez-vous qu’il arrive ? On ne peut pas tuer une morte et on ne plaide pas en séparation avec un cercueil.

57Mais c’est le dénouement de Madame Bovary ? vous êtes-vous déjà dit. Lui-même, ne varietur ; et de ces quatre ou cinq admirables pages de roman, l’auteur, quel qu’il soit, de Madame Thomassin n’a tiré qu’un tableau sans intérêt, qu’une demidouzaine de scènes d’une monotonie lugubre. De plus, par-ci par-là, des malheurs d’expression qui font sourire. Or, Guy de Maupassant est un franc et solide prosateur. Décidément la pièce doit être de M. Busnach.

58Malgré le jeu plein de chaleur de M. Maurice Simon, elle n’a pas réussi ; mais les Maris inquiets, de M. Albin Valabrègue, ont été plus heureux.

59[...]

60François Coppée

Comptes rendus qui ne nomment pas Maupassant

Le Gaulois, 13 janvier 1883

6113 janvier : Madame Thomassin est une pièce en deuil, comme La Joie fait peur et Les Corbeaux. M. Thomassin vient de perdre, après deux ans de lune de miel, sa femme qu’il adorait. Le jour même de l’enterrement, en sortant de l’office, il trouve dans le livre de messe de la défunte, une lettre qui lui apprend qu’elle l’a trompé – et avec qui ? – avec un jeune homme que ce pauvre Thomassin aimait comme son enfant, traitait en fils adoptif.

62La situation est des plus cruelles qui se puissent voir. Quand on entend raconter un pareil drame, on dit : « Voilà une pièce toute faite ! » On se trompe ! La pièce est à faire, et M. William Busnach, malgré son incontestable habileté de main, ne l’a pas faite.

63Ce qui prouve une fois de plus, comme l’a soutenu M. Alexandre Dumas dans une de ses magistrales préfaces, que ce qui importe le moins, dans une comédie ou dans un drame, c’est le sujet.

64 Madame Thomassin n’est pas d’ailleurs suffisamment jouée. M. Maurice Simon – le Sganarelle en deuil connaît son métier, Mlle France aussi. Mais, M. Rosny qui remplit le rôle de l’amoureux de la morte, a fait rire ceux qu’il s’agissait de faire pleurer.

65H. P. [Henri de Pène]

Le Temps, 15 janvier 1883

66Le Théâtre Cluny a donné deux premières représentations : Madame Thomassin, drame en un acte de M. William Busnach ; et Les Maris inquiets, comédie en trois actes de M. Albin Valabrègue.

67 Madame Thomassin n’a pas eu grand succès. La donnée est déjà bien usée. Mme Thomassin vient de mourir. Son mari, qui l’adorait, trouve en rangeant ses affaires une lettre qu’il prend d’abord pour un testament. La lettre ne lui laisse aucun doute sur la trahison de sa femme. Elle le trompait avec un de ses amis, son meilleur ami.

  • 6 La Dernière Idole : drame en un acte d’Alphonse Daudet et Ernest L’Épine, joué à l’Odéon le 4 févr (...)

68C’est un point de départ qui a déjà tenté plus d’un dramaturge. Le malheur est que la donnée soit sans issue. MM. Daudet et Lépine sont ceux qui l’ont mise le mieux en œuvre dans La Dernière Idole6. Mais, dans ce dernier drame, la faute a été commise depuis tant d’années, qu’il y a prescription. On peut conclure par le pardon. Verconsin a également tiré de cette donnée première un très joli vaudeville, qui s’est joué au Gymnase, et qui n’a pas eu tout le succès qu’il méritait à mon sens.

69Les développements de Busnach ont paru bizarres. La vieille bonne de Mme Thomassin plaide la cause de sa maîtresse morte, et cherche à prouver à M. Thomassin que c’est sa faute, à lui mari, si sa femme l’a trompé. Le public a commencé par se fâcher ; il a fini par rire.

70Simon joue avec beaucoup de force et de pathétique le rôle de l’époux trahi.

71[...]

72Francisque Sarcey

L’Estafette, 15 janvier 1883

73Ne vous y trompez pas au moins, c’est un grand événement que l’ouverture de l’Éden-Théâtre. Voilà dix ans déjà qu’on se demande où s’en va le goût du public et qu’on cherche ce qui pourra le fixer. L’Éden-Théâtre est, à ce point de vue, la tentative la plus considérable qui ait été faite et dont le succès peut le mieux jeter un jour sur cette intéressante question. Mettons, en effet, de côté quatre ou cinq scènes qui ont gardé logiquement leur clientèle, la Comédie-Française, l’Opéra, l’Opéra-Comique, le Vaudeville et les Bouffes, parce qu’elles répondent aux besoins littéraires ou musicaux répandus dans une certaine classe, il faut convenir que toutes les autres traversent une crise sans exemple. On peut dire que le drame est mort, puisqu’il lui faut maintenant, pour attirer la foule, recourir aux curiosités malsaines de LAssommoir et de Nana. [Long développement sur le ballet Excelsior.]

74Mais il y a un public immense qui, malheureusement, je le confesse, n’éprouve aucun besoin littéraire après son dîner. Eh bien, je répète que, pour celui-là, même au point de vue de son éducation, il vaut mieux aller assister aux miraculeuses fantaisies d’Excelsior que de s’emplir l’oreille de fautes de français dans les théâtres secondaires, ou de refrains imbéciles dans les estaminets concertants. Et veuillez croire que c’est par respect du grand art absolument, que je parle ainsi.

75Le Théâtre Cluny a renouvelé son affiche avec un drame en un acte de M. William Busnach, lequel ne manque pas d’originalité, tout en ayant le même sujet que La Dernière Idole, et par une comédie-vaudeville de M. Albin Valabrègue. [...] Les deux ouvrages sont très convenablement joués, mais le public de Cluny est décidément un public houleux, le jour des premières.

76Armand Silvestre

L’Événement, 15 janvier 1883

  • 7 Le Crime de Faverne : drame en cinq actes et sept tableaux de Théodore Barrière et Léon Beauvallet (...)

77Jamais enterrement ne fut aussi gai que Madame Thomassin ; on n’a cessé de rire pendant cette cérémonie funèbre. Ce n’est pas la première fois assurément qu’un auteur taille une pièce dans l’histoire du mari qui adore sa femme et qui découvre, au moment où la douleur de l’avoir perdue déchire son cœur d’époux, que la défunte l’a indignement trompé. Vieille histoire, qui rappelle La Dernière Idole et Le Crime de Faverne7.

78Au lever du rideau, on va procéder à l’enterrement de Mme Thomassin ; son corps est dans le cercueil, sous la porte cochère ; la morte est vivement regrettée, d’abord par le mari, qui prononce son oraison funèbre dans un monologue qui se transforme bientôt en duo, car la vieille bonne, jadis nourrice de Mme Thomassin, mêle ses larmes à celles du veuf. Cette scène se passe dans la chambre mortuaire. Le mari est vêtu de deuil, la bonne aussi ; le jeune Henri, ami intime du veuf, porte également le deuil. À la cantonade, on procède à la levée du corps, et, comme l’église est juste en face, on va entendre l’orgue et le son des cloches. Eh bien ! plus M. Busnach s’efforçait de faire pleurer le public, plus il riait, car cette histoire n’intéressait pas du tout la salle. Le spectateur ne s’émeut pas de la mort d’une personne qu’il n’a pas vue ; pour l’intéresser à la douleur des survivants, il faillait donc frapper l’esprit du public par le détail. Ici, le détail tourne au comique, malgré M. Busnach. Quand le mari affligé prie le jeune Henri de ne pas le quitter, vu qu’il a besoin d’affection dans son malheur, il s’exprime ainsi :

79– Il faut combler le trou de mon cœur.

80On a ri. Quand le mari découvre que le jeune Henri a été l’amant de sa femme, il lui tient à peu près ce langage :

81– Ah ! vous l’aimiez ! Et vous voudriez ne pas quitter ces lieux, où tout vous rappelle son souvenir chéri ? Eh bien ! je vous chasse.

82On a encore ri. Mais où le rire est devenu du délire, c’est quand la bonne est intervenue pour dire à son maître ce qui suit :

83– Tout ce qui est arrivé est de votre faute ! Vous n’auriez pas dû épouser ma maîtresse ; vous étiez à un âge à être son père plutôt que son mari.

84On s’est tordu à l’orchestre. Il est écrit dans le livre du Destin que Busnach fera rire toute sa vie. J’engage ce gai compère à retourner à ses vaudevilles, qui sont souvent très amusants.

85Albert Wolff

Le Parlement, 15 janvier 1883

86[...] « Par respect, ou par une sorte de sensualité qui lui faisait mettre de la lenteur dans ses investigations, Charles n’avait pas encore ouvert le compartiment secret d’un bureau de palissandre dont Emma se servait habituellement. Un jour, enfin, il s’assit devant, tourna la clef et poussa le ressort. Toutes les lettres de Léon s’y trouvaient. Plus de doute, cette fois ! Il dévora jusqu’à la dernière, fouilla dans tous les coins, tous les meubles, tous les tiroirs, derrière les murs, sanglotant, hurlant, éperdu, fou. » Madame Thomassin, le drame en un acte de M. Busnach, roule sur une aventure pareille à celle de Charles Bovary.

87Il est malaisé de faire une pièce avec ces découvertes posthumes. Une explosion de fureur contre l’amant et la morte adultère ne suffit pas pour animer un drame, fût-il aussi court qu’on voudra. Le tumulte de sentiments qui bouleverse l’âme d’un homme, à un moment aussi poignant, peut mieux être dépeint, je crois, dans une nouvelle ou un roman que dramatisé sur les planches.

88Le drame de M. Busnach a donc paru un peu noir et funèbre, et les premières scènes poignantes où l’on vient prendre le cercueil ont fait l’effet d’un cauchemar. La pièce est loin, d’ailleurs, d’être banale, et certains mots y sont profonds et bien humains. Il faut avouer toutefois que le dénouement de M. Busnach – ce « jamais », prononcé par Thomassin quand on lui demande s’il pardonnera un jour à l’amant de sa femme – est contraire à ce qu’on attend, et à l’esprit même du drame. C’est un mot de théâtre et non pas un mot vrai. « Je ne vous en veux pas, dit Bovary à Rodolphe, Non ! je ne vous en veux plus ! » Thomassin doit penser de même, dans la lassitude funèbre où il est plongé. La pièce entière semble faite en vue de cette réconciliation. Tel qu’il est, le drame ne conclut pas.

89[Analyse de la pièce Les Maris inquiets, pièce applaudie ; jugement sur les acteurs.] Dans le drame de M. Busnach, M. Maurice Simon a paru tout à fait remarquable.

90Élémir Bourges

Le National, 15 janvier 1883

91[...] Nous avons beaucoup ri – je le répète – aux Maris inquiets – mais pas encore tant qu’à Madame Thomassin – cette Dernière Idole absolument ratée et trop enfantine pour être l’œuvre d’un homme aussi expérimenté que M. Busnach.

92Faut-il vous dire que Mme Thomassin vient de mourir et qu’au moment où la toile se lève, on entend sonner l’office des morts ? C’est déjà gai, n’est-ce pas ?... M. Thomassin pleure encore sa femme, quand il apprend, au moyen d’une lettre échappée du livre d’heures de la morte, que celle-ci l’avait trompé avec le jeune homme qu’il regardait comme son fils, et que, pour punition, il chasse de la maison... Il est bien temps, vraiment ! Et comment voulez-vous nous intéresser au récit de ces événements rétrospectifs ? La première condition d’une pièce de théâtre, c’est l’action. Il n’y a pas d’action dans Madame Thomassin ; mais quel style bizarre !

93À un moment, nous avons pensé que M. Thomassin allait s’en tirer, en épousant la bonne ; mais celle-ci se fâche en disant à son maître : « Tout ça, c’est de votre faute. Vous auriez dû rester le père de madame et ne pas être son mari... »

94Peut-être, comme le pense M. Busnach, la pièce fera-t-elle pleurer le public habituel de Cluny ; nous ne pouvons raisonnablement blâmer celui de la première de s’être franchement amusé à cette bonne folie, interprétée avec conviction par le directeur lui-même, M. Maurice Simon, M. Rosny et Mlle France.

95Edmond Stoullig

La France, 15 janvier 1883

96Le Théâtre Cluny s’est composé un spectacle attrayant avec une série de théories excentriques sur la manière de comprendre les infortunes conjugales.

97La théorie noire est exposée par M. William Busnach dans un drame en un acte qui a pour titre : Madame Thomassin.

98M. Thomassin vient de conduire sa jeune femme au cimetière. En rentrant dans la maison vide, il trouve une lettre qui lui prouve que Mme Thomassin l’a trompé avec un jeune homme qu’il choyait et qu’il aimait comme un fils. Le pauvre veuf perd la tête. Il parle des « trous du cœur » et de ce qu’il faut mettre dedans. Pour le consoler, une bonne vieille servante lui déclare que s’il a été trompé, c’est bien de sa faute. M. Thomassin, qui a un mauvais caractère, refuse de se laisser convaincre et ne consent pas à pardonner l’amant de sa femme.

99Un joli solo de violon, des sons de cloche, des bruits du dehors agrémentent ce déluge de larmes en un acte qui sert de repoussoir violent à la comédie de M. A. Valabrègue.

100[...]

101Dans le drame de M. Busnach, M. Maurice Simon pleure avec conviction, Mme France pleure avec abondance ; et M. Rosny avec sécheresse.

102Saint-Juirs [pseudonyme de René Delorme]

Le Petit Journal, 15 janvier 1883

103[Longue analyse des Maris inquiets.] Avant Les Maris inquiets, nous avons eu la représentation de Madame Thomassin, un petit drame intime en un acte, qui a fait valoir les sérieuses qualités de diction et de jeu de M. Maurice Simon.

104Émile Kerst

Gil Blas, 16 janvier 1883

105Je ne sais pas de qui est la musique dont est précédé le drame en un acte de W. Busnach, Madame Thomassin. C’est un petit motif plein de douceur et de charme. Par inattendu, les applaudissements ont éclaté de toutes parts. À partir de ce moment, et pour le reste de la soirée, ça n’a plus été que des sifflets et des huées. Madame Thomassin et Les Maris inquiets ont remporté une de ces « vestes » qui ressemblent fort à un « complet ». Nous serons conviés bientôt, j’imagine, à rendre compte d’un nouveau spectacle.

  • 8 Le colonel Ramollet : sans doute un personnage dans une pièce de l’époque, que nous n’avons pas ré (...)

106Mme Thomassin est une épouse adultère. Elle s’est donnée au fils adoptif de son mari, puis, honteuse et indignée de sa faute, a avalé une petite fiole, le philtre étrange dont parle Ruy Blas, et s’est endormie dans la mort. Elle a laissé préalablement, entre les deux feuillets d’un livre de messe que l’on remettra à son mari, l’aveu de sa faute. C’est au sortir de la messe mortuaire que M. Thomassin lit ce petit épisode érotique et paraît fort mécontent. Le fils adoptif, qui est habillé comme un marchand de marrons, entre sur ces entrefaites. Avec la voix désormais légendaire du colonel Ramollet8, Thomassin objurgue le jeune libidineux, Henri – le jeune libidineux s’appelle Henri – veut absorber le restant de la fiole et aller rejoindre son amante. Le plus heureux des trois l’en empêche et prononce quelques paroles émues. Ce petit drame – écho de La Dernière Idole, de Daudet – a beaucoup fait rire.

107Où l’on a commencé à ne plus rire, c’est quand la toile s’est levée sur la comédie-vaudeville de M. A. Valabrègue [...].

108Léon Chapron

Le Matin, 16 janvier 1883

109Les théâtres de la rive gauche ne sont pas ceux où l’on travaille le moins. L’Odéon et Cluny donnent à leurs confrères de la rive droite un exemple d’activité que ceux-ci devraient bien souvent imiter.

110Le nouveau spectacle de Cluny se compose d’un drame en un acte de M. William Busnach, Madame Thomassin, et d’une comédie-bouffe en trois actes, de M. Albin Valabrègue.

111Le premier a échoué ; la seconde a réussi à merveille.

112Mme Thomassin vient de mourir. Son mari, qui l’a crue toujours fidèle et aimante, la regrette et la pleure. Mais, quelques jours après, il trouve dans un tiroir des lettres d’amour de Mme Thomassin, adressées à un autre que lui. Il regrette alors ses regrets et maudit celle qu’il a pleurée. Ce drame sans issue a plutôt soulevé le rire que les larmes par les fantaisies d’un dialogue trop libre en ses allures.

113En revanche, Les Maris inquiets de M. Valabrègue ont obtenu un succès de fou rire. [...] [Article non signé]

Le Rappel, 16 janvier 1883

114M. Thomassin pleure sa femme morte subitement et verse sa douleur dans le sein d’une vieille bonne, tout ce qui lui reste, avec Henri. Henri, c’est l’ami en qui l’on met toute sa confiance, le témoin du bonheur évanoui, comprenant seul toute l’étendue d’un tel malheur, mêlant ses larmes et celles du veuf.

115C’est l’heure des funérailles, le glas sonne à l’église contiguë à la maison mortuaire, on entend l’orgue souffler son Dies irae, le mari s’est laissé traîner, inerte, à la cérémonie.

116Henri a quitté son ami, au milieu de l’enterrement ; il est rentré dans la maison mortuaire sous prétexte de chercher le livre de messe oublié par M. Thomassin, mais en réalité pour chercher autre chose. Il ne trouve pas ce qu’il cherche, mais le mari rentrant, trouve, lui, ce qu’il ne cherchait pas. En ouvrant le livre de messes de sa femme il fait tomber une lettre. Une lettre d’amour d’Henri à celle qu’il pleure comme la plus pure et la plus fidèle des épouses, une lettre ne lui laissant aucun doute sur l’étendue de son nouveau malheur ! Henri rentre au même moment.

117Va-t-il le tuer ? Non, ce traître rejoindrait sa maîtresse dans la mort. Henri lui apprend que Mme Thomassin s’est empoisonnée, ne pouvant survivre à sa faute, et il offre au mari de lui éviter un meurtre en se suicidant à son tour ; Thomassin se borne à fermer la porte à l’ami qui l’a trahi.

118Il y a là une idée de pièce, puisque MM. Daudet et Lépine en ont fait La Dernière Idole, qui n’est pas la seule pièce qu’on ait faite. Le public a été sévère : M. William Busnach a réussi assez souvent pour que ce petit échec ne l’égratigne même pas.

119Un gros vaudeville a réussi par le plus violent des contrastes, après ce dialogue des morts en action.

120[Article non signé, peut-être d’Émile Marsy]

Revue du monde musical et dramatique, no 3, 20 janvier 1883

121M. Busnach s’est trompé en croyant trouver un drame dans une situation sans issue, mais la façon réaliste dont est traité son petit tableau, l’essai de vérité auquel il a visé, excusent pour nous bien des fautes, et, quoiqu’en art, l’intention ne puisse être réputée pour le fait, nous déterminent à plus d’indulgence que n’en ont montré nos confrères.

  • 9 Le Marbrier : drame en trois actes d’Alexandre Dumas, joué au Vaudeville, le 22 mai 1854 (Michel L (...)

122Sans doute, Madame Thomassin procède du Marbrier9, de La Dernière Idole, du Crime de Faverne et même, par certains points, de La Joie fait peur et des Corbeaux, cette saisissante toile à la Holbein qui aura sa revanche ; sans doute Madame Thomassin est écrite d’un faux style fait d’une sorte d’emphase simple particulière, sans doute Madame Thomassin est sans développements et sans dénouement ; telle qu’elle est, cependant, cette pièce a du moins le mérite de « sortir du moule ».

123L’étude de la vie restera toujours supérieure aux contextures conventionnelles qu’on s’entête à prendre pour du théâtre.

124L’acte de M. Busnach a pour lui un avantage énorme, celui d’être parfaitement interprété par M. Maurice Simon qui a su trouver le pathétique en restant simple et vrai dans le personnage de Thomassin, veuf Bovary.

125 Les Maris inquiets, folie, pochade, parade, mais non pas comédie comme le dit inconsidérablement l’affiche, ont fait rire et continueront, croyons-nous, de faire rire le gros public.

126Est-ce assez pour Cluny, que M. Maurice Simon a le sincère désir de remonter à la hauteur de son passé ?

127Une œuvre pensée et écrite ne se trouve pas tous les jours, mais la pente de l’abracadabrante est dangereuse.

128Il faut en convenir, ces Petits fils de Ménélas, ces Maris inquiets ne sont point une pièce du tout, mais seulement une série de scènes incohérentes dont pas une ne fournit de situation, reliées entre elles au petit bonheur du hasard et saupoudrées de mots souvent grossiers et toujours de la qualité d’esprit la plus commune.

129M. Maurice Simon a le droit et le devoir d’être plus difficile pour son théâtre auquel tout Paris ne demande pas mieux que de retourner comme autrefois.

130Attendons – et espérons.

131Jules de Marthold

Le Siècle, 22 janvier 1883

132Tout s’épuise, même le succès de La Noce de Mademoiselle Loriquet, devenue, chose rare, centenaire sur la rive gauche, et le Théâtre Cluny a renouvelé son affiche. Le nouveau spectacle est varié ; il se compose d’un drame et d’un vaudeville. On y peut tour à tour pleurer et rire. C’est pourtant le rire qui paraît avoir les préférences de la maison, car le drame n’a qu’un acte et le vaudeville en a trois.

133Le drame s’appelle Madame Thomassin et a pour auteur M. William Busnach. Ce titre seul nous avertit que nous sommes en plein dans l’histoire contemporaine et que le drame dont il s’agit, est un drame en habit noir.

134Mme Thomassin, – qu’est-ce que Mme Thomassin ? Vous ne la verrez pas. Elle donne son nom à l’ouvrage et n’y figure pas. Elle est morte, bien morte, clouée entre les quatre planches de son cercueil, et la pièce s’ouvre au moment même où on va l’enterrer, où le représentant correct et poli de l’administration des pompes funèbres dira à ceux qui mènent le deuil : Messieurs, quand il vous plaira…

135M. Thomassin l’aimait de son cœur et la pleure de tous ses yeux ; il mêle ses sanglots à ceux de Julie, la vieille nourrice de Mme Thomassin ; il était l’ami, l’associé du père de la morte, et c’est à lui qu’en mourant celui-ci a recommandé sa fille. Il était peut-être un peu vieux pour elle ; étant son aîné de quelque vingt ans ; mais il l’aimait, il lui a offert sa main et elle l’a acceptée ; il lui a dû deux années d’un bonheur parfait. Avec elle c’est la joie de sa vie qui est partie, et elle est morte soudain en vingt-quatre heures, enlevée par un mal aussi subit qu’incurable. Le drame, vous le devinez aussitôt. Mme Thomassin, qui était aimée, mais n’aimait pas, a trompé son mari, et pour se punir de la faute commise, elle s’est empoisonnée. Le mari va découvrir tout à coup que celle qu’il pleure l’a trompé, et il découvrira que son séducteur, c’est précisément celui qu’il croit son meilleur ami.

136La situation n’est pas très nouvelle, ni au théâtre, ni dans la vie non plus. Du moment où nous avons vu apparaître un jeune homme appelé M. Henri, nous avons tous prévu, sans grand effort, ce qui allait suivre. Le moyen imaginé pour amener l’explication dramatique n’est pas très neuf non plus, c’est tout simplement une lettre des plus explicites adressée par l’amant à sa maîtresse et que celle-ci a cachée dans son livre de messe – un singulier endroit, par parenthèse, pour enfermer les lettres d’amour. À la place de l’amant qui cherche vainement ce livre de messe, c’est le mari qui l’ouvre et qui lit la lettre. Le voilà désormais bien fixé sur son sort. Toute la question est de savoir ce qu’il va faire, une fois ce point éclairci. Il y a le mari farouche qui se venge ; il y a le mari débonnaire, comme le Charles Bovary du dernier chapitre de Flaubert qui, lui aussi, trouve dans des lettres, après la mort de sa femme, la preuve de ses malheurs conjugaux, qui pourtant aime si bien la morte que c’est encore une consolation pour lui, lorsqu’elle n’est plus, de parler d’elle, fût-ce avec un amant. M. Thomassin n’est ni l’un ni l’autre de ces deux hommes ; il commence par éprouver une féroce envie de sauter à la gorge de M. Henri et de l’étrangler, – sentiment fort excusable. Il y résiste pourtant, et se borne à lui interdire « d’aller pleurer sur la tombe de sa femme ». Après quoi, il réfléchit encore, et, la bonne nourrice aidant, en vient à pardonner à sa femme infidèle, voire même à se reprocher de lui avoir donné un mari trop vieux pour elle.

137Mais quand, après avoir obtenu le pardon de Mme Thomassin, Julie essaie d’obtenir le pardon de M. Henri, M. Thomassin se rebiffe. Décidément, c’est là plus que sa mansuétude ne peut accorder. Il consent à ne pas se venger, mais pour ce qui est de continuer à voir l’amant et de le traiter encore comme un ami, cela lui est impossible ; ce sacrifice est au-dessus de ses forces. À parler franchement, M. Thomassin est bien excusable de ne pas pousser plus loin la longanimité !

138Je ne dirai pas que le succès de Madame Thomassin ait été très vif ; étant donné l’analyse, le lecteur s’étonnerait du contraire. M. Maurice Simon, chargé du personnage de M. Thomassin et Mlle France, chargée du rôle de Julie, ont pourtant joué leurs personnages avec conviction. Quant à M. Henri, il a eu, d’un bout à l’autre, un air fort piteux ; ce n’était pas uniquement la faute de l’acteur, chargé d’un emploi par trop ingrat.

139Heureusement, le vaudeville qui suivait le drame a fort agréablement réussi et c’était là la pièce importante de la soirée.

140[...]

141Charles Bigot

Moniteur universel, 22 janvier 1883

142[Analyse des Maris inquiets.] Il faut compter avec M. Albin Valabrègue. C’est peut-être un jeune homme, mais c’est un homme et un auteur qui a tout un répertoire à produire.

143 Madame Thomassin, hélas ! commence par le lugubre désolant, pour finir par le lugubre burlesque. On n’attriste pas le public à ce point, on ne lui touche pas le cœur aussi profondément que cela, on ne nous fait pas pleurer feue Mme Thomassin avec son mari atterré, dans la chambre mortuaire, au son de la cloche des morts, devant le lit même où elle était cadavre tout à l’heure, pour nous apprendre tout d’un coup, que cet honnête homme était un mari trompé, et que ce jeune monsieur, qui nous était déjà désagréable, a déshonoré cette femme, qu’il a rendu ridicule ce deuil qui devait être sacré, qu’il a ajouté à cette douleur dont le temps pouvait adoucir l’amertume, une humiliation dont rien ne consolera le désespoir.

144Et puis après ? Baissez donc le rideau ! Il n’y a plus rien de possible. Que voulez-vous que j’attende, puisque la situation n’a pas d’issue ? Que le mari tue ce monsieur ? J’ai peur de ne pas même le désirer. Que les deux veufs, l’amant et le mari, pleurent ensemble ? Ils ont pensé le faire et l’on s’est récrié dans toute la salle. Que l’Othello bâtard chasse de chez lui la vieille nourrice de sa femme ? Cela n’a pas de raison. Que la nourrice le menace de l’abandonner, à moins qu’il ne pardonne à celle qui s’est punie par le poison ? Inutile, par la conviction où l’on est que la bonne femme ne l’abandonnera pas. Inutile ! inutile !

145Coupez, coupez largement. Toutes les phrases sont dangereuses, où rien ne peut être sauvé que par le silence.

146Et la pièce est bien jouée par M. Simon, ainsi que par Mlle France. Mlle France y est simple, touchante, naturelle et toute pénétrée de la tristesse de son rôle. C’est une comédienne que Mlle France. Elle a le rire et les larmes. Une belle soirée pour elle que celle qui commence par le rôle de Julie et qui finit par celui de Charlotte des Maris inquiets. Son talent s’y donne carrière entre deux extrêmes, le drame et le comique à outrance. Sempre bene.

147Le théâtre de Cluny a une excellente troupe de comédie. Bravo à tous les acteurs des Maris inquiets. Du reste, on sent ici un théâtre vivant et bien dirigé. […]

148Édouard Thierry

La Presse, 22 janvier 1883

149 Madame Thomassin – le drame en un acte – est une pièce à la manière noire, comme La Joie fait peur. M. Thomassin vient de perdre, après deux ans de lune de miel, sa femme qu’il adorait. Le jour même de l’enterrement, en sortant de l’office, il trouve, dans le missel de la défunte, une lettre – preuve irréfutable qu’elle l’a… minotaurisé, et avec qui ? Avec un jeune homme que ce pauvre Thomassin aimait comme son enfant et traitait en fils adoptif.

150La situation est des plus cruelles qu’on puisse voir. Quand on entend raconter un pareil drame, on dit : « Voilà une pièce toute faite ! » On se trompe. La pièce est à faire, et M. William Busnach, malgré son incontestable habileté de mains, n’y a pas réussi. Ce qui prouve une fois de plus, comme l’a soutenu M. Alexandre Dumas dans une de ses magistrales préfaces, que ce qui importe le moins, dans une comédie ou dans un drame, c’est le sujet.

151Émile Blavet

Le Constitutionnel, 22 janvier 1883

152Il nous faut, en finissant ce feuilleton, réparer un oubli. Nous avons laissé en arrière l’appréciation du nouveau spectacle du Théâtre de Cluny. Mais mieux vaut tard que jamais. Et très heureusement pour les auteurs, leurs pièces ont si bien réussi que c’est en pleine vogue que notre compte rendu va les trouver. Le drame en un acte de M. Busnach, pour n’être pas de la plus grande nouveauté, n’en a pas moins paru intéressant. L’histoire de M. Thomassin, trouvant dans le tiroir de sa femme qu’il pleure morte, la preuve qu’elle l’a trompé gaillardement pendant sa vie, a été souvent mis à la scène, et le sera certes encore, n’en doutez pas. Elle est fort saisissante, et a été féconde en émotions. Cette pièce est bien jouée par l’excellent directeur du théâtre M. Maurice Simon, qui a donné une physionomie très dramatique au personnage de M. Thomassin.

153[...]

154Georges Ohnet

L’Illustration, 27 janvier 1883

155Pendant que les théâtres préparent leur seconde campagne d’hiver, le Théâtre Cluny prend ses devants sur ses grands confrères et renouvelle son affiche. Il nous donne deux pièces : un acte de M. William Busnach, et une comédie en 3 actes de M. Albin Valabrègue. Le premier a pour titre : Madame Thomassin. Ne vous attendez point à voir ce personnage sur la scène. Il joue un rôle important, mais dans la coulisse. Mme Thomassin est morte : comme attaque de comédie c’est assez gai, comme vous voyez. Ce n’est rien encore. La chambre de la défunte est vide. Le corps est en bas, il attend sous la voûte de la porte qu’on vienne le chercher. Mme Thomassin ira-t-elle à sa dernière demeure accompagnée des prières de la religion ou se contentera-t-elle d’un enterrement civil ? La question n’a pas été discutée, heureusement. Toujours est-il que M. Thomassin se lamente avec sa servante Julie ; que le mari et la domestique repassent une à une, dans leur souvenir, les qualités de Mme Thomassin. Ce qui n’empêche pas les invités, que M. Thomassin oublie, d’arriver. Le pauvre homme se doit à son monde. Le voilà parti pour l’église, – Thomassin est clérical –. Le défilé piétine lugubrement dans les escaliers, le glas sonne. Courage, Théâtre Cluny ! C’est de la bonne comédie de pompes funèbres. Le réalisme ne savait aller plus loin.

  • 10 Le critique retourne la citation d’Hermione, dans Andromaque de Racine : « Je t’aimais inconstant, (...)
  • 11 Probablement le baron Paul-Henri-Benjamin d’Estournelles de Constant (1852-1924), diplomate, homme (...)

156Mais, chose étrange ! le public, sur l’émotion duquel on avait compté, retourne subitement les effets de la pièce. Tout cela le fait rire : il s’égaye, il éclate. Le drame s’engage, fort heureusement. Comment Mme Thomassin est-elle morte ? Elle s’est empoisonnée, la pauvre femme. Elle n’a pu survivre à sa chute. Elle n’a pu supporter l’idée d’avoir trompé son époux, le bon, le vertueux Thomassin, et au bénéfice de qui, grands dieux ! Pour les beaux yeux d’un commis, d’un enfant de la maison dont l’amour l’a subornée. Quelle âme simple que celle de Mme Thomassin ! La bonne dame avait expliqué toute cette histoire de la décadence d’une épouse à son mari lui-même dans une lettre : ce n’est guère vraisemblable. La lettre n’a pas été brûlée. Thomassin sait tout maintenant : il apprend cette belle aventure en revenant du cimetière. Ô surprise de l’amour ! Thomassin n’en regrette que plus sa femme. « Je t’aimais fidèle, qu’aurais-je fait inconstante ! »10 Il pardonne à la coupable. Thomassin n’a pas lu les voyages de M. d’Estournel11, qui raconte cette histoire d’un comte sicilien que sa femme, à son lit de mort, fait appeler pour lui faire l’aveu d’une faute, en le suppliant de la pardonner. « Je le savais, dit froidement le comte ; aussi je vous ai empoisonnée. » Toujours est-il que Thomassin s’explique à l’amiable avec le complice de sa femme ; il lui fait quelques remontrances, et il le renvoie doucement : « Allez, et ne pêchez plus. » La salle, surprise de cette aménité de mœurs, est partie de nouveau d’un éclat de rire.

157M. Savigny

Notes

1 Nous reprenons, par ordre chronologique, les comptes rendus de Madame Thomassin, d’abord ceux qui nomment Maupassant, ensuite ceux qui ne le nomment pas. Nous respectons la graphie des articles. Les italiques sont toujours des auteurs.

2 Signature qui apparaît pendant quelques jours en janvier 1883 dans les articles de la « La Soirée théâtrale ». D’ordinaire, cette rubrique est signée « Un Monsieur de l’Orchestre », pseudonyme d’Arnold Mortier.

3 Le critique fait sans doute allusion au roman de Huysmans, À vau-l’eau, paru l’année précédente, en 1882. Il rebaptise le héros, Folantin, d’un nom plus commun.

4 Sur l’usine Cail, voir la note 9 de la page 42.

5 La Joie fait peur : pièce en un acte de Delphine de Girardin (1804-1855), jouée au Théâtre-Français le 25 février 1854 (Michel Lévy frères, 1854). La pièce s’ouvre sur trois femmes en deuil ; elles pleurent la mort du fils de la famille, fusillé dans une bataille six mois auparavant. Mais le fils n’est pas mort, il revient, et tout le problème consiste à savoir comment révéler progressivement son retour à sa mère, qui a une santé fragile. Seuls le deuil et la localisation de la maison de la famille, près du Havre, font penser à Madame Thomassin.

6 La Dernière Idole : drame en un acte d’Alphonse Daudet et Ernest L’Épine, joué à l’Odéon le 4 février 1862 (Michel Lévy frères, 1862).

7 Le Crime de Faverne : drame en cinq actes et sept tableaux de Théodore Barrière et Léon Beauvallet, joué à l’Ambigu-comique le 6 février 1868 (Michel Lévy frères, 1868). Il n’y a que les lettres d’une femme adultère assassinée pour rappeler Madame Thomassin.

8 Le colonel Ramollet : sans doute un personnage dans une pièce de l’époque, que nous n’avons pas réussi à identifier.

9 Le Marbrier : drame en trois actes d’Alexandre Dumas, joué au Vaudeville, le 22 mai 1854 (Michel Lévy, 1854). On ne trouve que peu de rapport entre cette pièce de Dumas et Madame Thomassin, sauf que Le Marbrier s’ouvre sur une famille en deuil et que l’action est placée dans une maison près du Havre. Il s’agit de la mort d’une fille ; on attend le retour du père après une longue absence et il faut lui expliquer le décès de sa fille adorée. La pièce est loin d’être noire, les « ficelles » abondent, et le marbrier arrive à faire, par hasard, ce que la famille ne peut pas.

10 Le critique retourne la citation d’Hermione, dans Andromaque de Racine : « Je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle ? » (Acte IV, scène 5.)

11 Probablement le baron Paul-Henri-Benjamin d’Estournelles de Constant (1852-1924), diplomate, homme politique. Nous n’avons pas trouvé à quel récit il est fait allusion.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search