Version classiqueVersion mobile

Contes et nouvelles de Maupassant : pour une poétique du recueil

 | 
Emmanuèle Grandadam

Troisième partie. Les recueils constitués : jeux d'intratextualité

Jeux d’intratextualité dans les volumes

Texte intégral

  • 1 Cette démarche n’empêchera pas qu’on ait recours à des éléments extérieurs au texte pour confirmer (...)

1Les dates de première publication et d’insertion des nouvelles dans les volumes ont permis de cerner un certain nombre de processus d’organisation. Ces éléments ajoutés aux renseignements donnés par les modalités de constitution des ouvrages ont pu fournir des informations extérieures au texte et objectives. L’élaboration de tableaux chronologiques et leur examen ont donc été jusque-là des outils privilégiés. Mais indépendamment de leur archéologie, les livres se présentent au lecteur avec ce qu’on a nommé des jeux d’intratextualité constitués d’échos, de symétries, d’oppositions, de complémentarités ou de décalages. Ainsi, faisant l’économie des conditions de production des volumes, la dernière partie de notre étude se tourne vers l’organisation des livres eux-mêmes. Dégagé de son histoire, c’est maintenant le recueil nu, avec ses effets de lecture, qui fait l’objet de notre recherche. Loin des dates, des tableaux, des strates de composition, l’étude envisage alors les ouvrages tels qu’ils se donnent à lire1.

2D’abord, l’analyse poursuivra l’exploration de phénomènes de microcomposition, dans la lignée de ce qui a déjà été mis à jour, en s’intéressant à des regroupements thématiques à l’œuvre dans les livres ou, au contraire à des textes en rupture avec leur environnement. On interrogera ensuite les titres et les nouvelles liminaires des recueils à titre « exclusif » : Miss Harriet et L’Inutile Beauté retiendront notre attention, pour leurs nouvelles initiales singulières. Puis se posera la question du rapport entre les textes-cadres et le volume dans Toine et dans Le Horla. L’enquête se terminera sur les recueils « omnibus » : on se demandera s’il y a entre eux et les autres livres une différence de nature.

Notes

1 Cette démarche n’empêchera pas qu’on ait recours à des éléments extérieurs au texte pour confirmer une interprétation. Par exemple, nos propos sur la place liminaire de L’Inutile Beauté sont corroborés par les hésitations de l’écrivain – exposées par la suite – quant à la position de cette nouvelle dans le livre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search