Version classiqueVersion mobile

Contes et nouvelles de Maupassant : pour une poétique du recueil

 | 
Emmanuèle Grandadam

Deuxième partie. Question d'archéologie : la constitution des recueils

Chapitre I. Les préoriginales : un observatoire des pratiques de composition

Texte intégral

1Dans la très grande majorité des cas, Maupassant compose ses volumes en puisant dans le lot de contes et de nouvelles déjà publiés dans la presse. Mais quelles sont les nouvelles qu’il retient ? Pour comprendre de façon plus précise comment le nouvelliste procède, si les recueils sont le résultat d’une collecte aléatoire ou s’ils répondent à une organisation, il serait opportun d’interroger les dates de création des nouvelles. Comme les avant-textes sont peu nombreux, qu’on ne peut que constater la difficulté à localiser les manuscrits, notre matériau de base sera une chronologie précise, année après année, de la production maupassantienne. Cette chronologie se fonde sur les dates de publication des textes dans les journaux. L’examen des actes de naissance des textes, principalement dans Gil Blas et dans Le Gaulois, offre en effet un véritable observatoire des pratiques de l’écrivain et des modalités de composition des volumes. Des phénomènes se reproduisent-ils, des tendances se dessinent-elles dans la distribution des textes ? Au contraire, des phénomènes marginaux ont-ils un sens ? Notre analyse partira à la fois du recensement exact des publications qui figure dans l’annexe et dans le synopsis des recueils, imprimé sur les deux rabats de couverture. Le tableau en annexe (voir p. 433-443) suit la production de l’auteur dans sa chronologie et précise le recueil dans lequel le récit bref prend place ; un blanc signale les textes non recueillis, restés dans les cartons de l’écrivain. Le synopsis, lui, organisé à partir des recueils, précise, par les différentes couleurs de la trame de fond, les années de parution des textes dans la presse. Les recueils qui se caractérisent par des pans de couleur uniforme donnent à voir qu’il s’agit de livres rassemblant l’essentiel de la production publiée sur une période circonscrite ; d’autres volumes, aux couleurs multiples, indiquent que sont réunis des contes publiés dans la presse à différentes périodes. Il suffit de survoler le synopsis pour que l’existence de ces deux cas de figure saute aux yeux. L’analyse qui suit se référera donc au synopsis et au tableau ; on importera dans le texte quelques extraits de ces documents, quand l’opération sera possible, pour éviter une lecture trop hachée.

Le volume composé de prépublications rapprochées dans le temps

  • 1 Ce texte est donc un des maillons d’une chaîne de transformations narratives.

2Un seul recueil peut donc rassembler l’essentiel des nouvelles parues dans la presse sur une durée limitée. Le volume reprend alors une grande partie ou la totalité des nouvelles publiées pendant quelques mois. C’est le cas de la première édition de Mademoiselle Fiji, composée de la majorité des nouvelles qui ont vu le jour entre le 22 décembre 1881 et le 23 mars 1882. Reproduite dans le tableau qui suit, la production de cette période est exemplaire puisque, sur onze textes écrits en trois mois, sept – en gris dans le tableau suivant – constituent l’intégralité de la première édition de Mademoiselle Fiji. Trois des quatre autres récits définitivement mis à l’écart, ne seront jamais recueillis par Maupassant ; quant au quatrième, « Souvenir »1, il ne sera pas repris en l’état, mais réécrit, il deviendra « Les Idées du colonel » qui prendra place dans Yvette.

Extrait du tableau en annexe

Une épreuve
→ Une aventure parisienne

22 décembre 1881

G/7 Blas

Mille Fifi 1

Un réveillon

05 Janvier 1882

Gil Blas

Mille Fifi 1 et 2

Pétition d’un viveur malgré lui

12 janvier 1882

Gil Blas

Le Gâteau

19 janvier 1882

Gil blas

La Bûche

26 janvier 1882

Gil Blas

Mlle Fifi 1 et 2

Mots d’amour

2 février 1882

Gil Blas

Mlle Fiji 1 et 2

Souvenir

16 février 1882

Gil Blas

Marauca → Marroca

2 mars 1882

Gil Blas

Le Saut du berger

9 mars 1882

Gil Blas

Le Lit

16 mars 1882

Gil Blas

Mlle Fifi 1 et 2

Mademoiselle Fifi

23 mars 1882

Gil Blas

Mlle Fiji 1 et 2

  • 2 Voir le tableau en annexe, p. 433-443.
  • 3 La question sera abordée ultérieurement, avec celle de « Sauvée » qui, d’abord recueilli dans La P (...)

3 Ce type d’organisation est relativement marginal. Ce sera le cas pour La Petite Roque, dont l’intégralité des préoriginales, qui paraîtra entre décembre 1885 et mai 1886, s’échelonnera sur cinq mois2. Les deux contes qui figurent en blanc ont été publiés dans la presse une fois le plan du recueil arrêté3.

La Petite Roque

18-23 décembre 1885

Gil Blas

La Petite Roque

Sauvée

22 décembre 1885

Gil Blas

La Petite Roque > Le Horla

L’Épave

1er janvier 1886

Le Gaulois

La Petite Roque

Mlle Perle

16 janvier 1886

Le Figaro

La Petite Roque

L’Ermite

26 janvier 1886

Gil Blas

La Petite Roque

Sur les chats

9 février 1886

Gil Blas

La Petite Roque

Rosalie Prudent

2 mars 1886

Gil Blas

La Petite Roque

Madame Parisse

16 mars 1886

Gil Blas

La Petite Roque

Julie Romain

20 mars 1886

Le Gaulois

La Petite Roque

Voyage de santé

18 avril 1886

Le Petit Journal

Le Signe

27 avril 1886

Gil Blas

Le Horla

Le Père Amable

30 avril-4 mai 1886

Gil Blas

La Petite Roque

  • 4 Si Ton regarde le tableau de la production des années 1886-1887, Le Horla semble être quasiment da (...)

4 Yvette réunit aussi des nouvelles parues sur une durée relativement courte (six mois), mais le recueil est loin de rassembler l’intégralité ou même la majorité des contes sortis dans la presse à ce moment-là. En dehors de ces trois volumes, Mademoiselle Fifi, La Petite Roque et Yvette4, aucun autre n’est composé de publications qui se succèdent ainsi et qui ont paru dans la presse sur une période aussi ramassée ; l’écrivain opte le plus souvent pour une autre manière : un recueil constitué de nouvelles qui ne se suivent pas chronologiquement.

Les recueils aux préoriginales étalées dans le temps

5Parcouru, cette fois dans son ensemble et avec un regard plus panoramique, le tableau chronologique qui figure dans l’annexe donne un certain nombre de renseignements.

6L’alternance des titres des volumes d’accueil dit bien que, d’une façon générale, les prépublications des nouvelles qui composent un même recueil ne se suivent pas dans le temps et que la très grande majorité des volumes emprunte donc nombre de nouvelles à des périodes diverses. L’observation du synopsis et la mosaïque des couleurs composant les recueils confirme cette distribution des contes dans les volumes.

7 Soit une période d’un mois, significative de cette seconde manière :

Humble drame

2 octobre 1883

Gil Blas

La Confession de Théodule Sabot

9 octobre 1883

Gil Blas

Toine

Une vendetta

14 octobre 1883

Le Gaulois

Contes du jour et de la nuit

L’Aveu → La Confession

21 octobre 1883

Le Gaulois

Contes du jour et de la nuit

Au bord du lit

23 octobre 1883

Gil Blas

Monsieur Parent

Regret

4 novembre 1883

Le Gaulois

Miss Harriet

8Des six nouvelles parues en octobre 1886, la première nouvelle n’a pas été recueillie, les cinq suivantes sont ventilées dans quatre recueils différents : « Regret » prendra place quelques mois après sa prépublication dans Miss Harriet ; en revanche les quatre autres récits attendront plus d’un an avant d’être insérés dans un livre.

9La diversité des titres des ouvrages d’accueil qui se suivent dans l’annexe rend donc patente la modalité de constitution la plus fréquente des recueils : Maupassant, dans la plupart des cas, distribue dans différents volumes les nouvelles d’une même période.

10Les recueils dont les préoriginales s’étendent sur une longue durée peuvent se répartir en quelques types :

  • Trois recueils sont constitués d’une majorité de nouvelles publiées sur un an ou moins d’un an : les Contes de la bécasse, Clair de lune et Miss Harriet.
  • Pour quatre recueils, la majorité des nouvelles s’étalent sur un an ou plus, et quelques nouvelles appartiennent à la production des années antérieures. Ainsi Monsieur Parent réunit quinze contes prépubliés entre septembre 1884 et novembre 1885, auxquels s’ajoutera « Au bord du Lit » qui date d’octobre 1883. Aux douze contes des Sœurs Rondoli qui s’échelonnent entre mai 1883 et juin 1884, Maupassant joint deux textes parus en 1882 et va puiser un troisième texte dans une période très antérieure, puisque « Comment on se brûle la cervelle » qui, réécrit, deviendra « Suicides », a été publié dans un numéro de Gil Blas daté de 1880.

11Les dix-huit nouvelles qui composent Toine s’échelonnent sur une période de deux ans, de mars 1883 à mars 1885.

12Les récits de La Maison Tellier, de La Main gauche et de L’Inutile Beauté ont vu leurs prépublications dans les journaux se répartir de façon relativement homogène sur plusieurs années, sans un véritable noyau temporel : pour le premier livre, les textes se situent à un moment où Maupassant n’a pas encore atteint la fabuleuse prolixité qui suivra ; quant au deuxième et au troisième ouvrages, les histoires qui les composent appartiennent à cette période où l’écrivain ralentit considérablement la production de ses contes et nouvelles (16 contes en 1887,8 en 1888,10 en 1889, 4 en 1890, alors qu’il en écrivait 63 en 1882).

13Appartenant à cette période moins fertile, Le Rosier de Mme Husson, dont les contes ont paru sur une période de six ans, est un volume tout à fait à part. Quatre nouvelles ont été publiées en 1883, trois en 1884, une en 1885, quatre en 1887, et la dernière en 1888, année de l’édition du recueil. En 1888, pour composer ce volume, Maupassant reprend une grande partie de récits prépubliés dans les années 1883-1884, période de grande production, quand il était au faîte de sa créativité ; mais ces textes avaient été écartés des autres après leur sortie dans la presse, et retenus pour un recueil collectif, le Nouveau Décaméron. Volume au long court, livre atypique, Le Rosier de Madame Husson s’explique certainement par des raisons éditoriales : en 1888, l’écrivain reprend des textes très antérieurs qui, au moment où cesserait le contrat d’exclusivité avec la maison d’édition du Nouveau Décaméron, deviendraient à nouveau disponibles.

  • 5 Comme Jeanne, l’héroïne anonyme souffre de se sentir abandonnée par son fils.

14Deux types de volumes coexistent donc : quelques-uns constitués de nouvelles écrites les unes à la suite des autres sur une courte période ; la grande majorité des autres se composent de textes s’étalant sur une période de un à cinq ans. Ces deux modalités posent la question de la signification de chacune de ces façons d’organiser un recueil. Si les principes qui président au choix des nouvelles sont inconnus, peut-on pour autant affirmer qu’une pareille distribution est le fruit du hasard ? La multitude des possibles implique une première sélection entre les nouvelles que l’écrivain met en volume et celles qu’il écarte, soit définitivement – mais a-t-il déjà décidé de leur sort quand il les met de côté ? –, soit provisoirement pour les recueillir au moment opportun. Ce premier choix est-il commandé par des critères qualitatifs propres à chaque nouvelle indépendamment des autres ou obéit-il au désir d’associer ces récits ? L’ignorance des motivations précises de l’écrivain ne nous empêche pas, cependant, de donner quelques précisions. Sur la période d’un mois que nous avons choisie, l’exclusion d’« Humble drame » répond plus à une question de déontologie qu’à un choix authentique : Maupassant élimine généralement de ses recueils les nouvelles proches des épisodes de ses romans ; or la situation de l’héroïne d’« Humble drame » offre des analogies avec celle d’Une vie5. En revanche, l’insertion dans Miss Harriet de « Regrets » et l’élimination – toute provisoire – d’« Une vendetta » et d’« Au bord du lit » est l’amorce d’une composition. La mise à l’écart de ce même « Au bord du lit », prépublié en 1883, puis son introduction dans Monsieur Parent au milieu de textes bien plus tardifs parus à la fin de 1884 ou 1885, ne peut être que l’objet d’un choix délibéré qui implique un minimum d’organisation ou de vision d’ensemble du volume d’accueil.

15En plus des deux modes de rassemblement repérés, on peut remarquer, toujours dans le tableau de l’annexe, pour les années 1882-1883, un enchevêtrement de titres de recueils dont les éditions sont rapprochées et dont les nouvelles ont été publiées de front dans la presse. La période sur laquelle les prépublications s’étalent est plus longue que dans le cas précédent mais circonscrite : il s’agit de volumes aux éditions rapprochées et dont les nouvelles ont paru conjointement dans les journaux.

16Ainsi la deuxième édition de Mademoiselle Fiji, les Contes de la bécasse et Clair de lune réunissent-ils une très grande partie de la production de nouvelles parues entre avril 1882 et avril 1883, soit une année. Hormis quatre nouvelles qui seront intégrées dans des volumes ultérieurs, ces trois livres couvrent la totalité des nouvelles recueillies sur les douze mois. Comme quarante récits courts, aux publications contemporaines les unes des autres dans la presse, seront distribués dans ces trois recueils aux éditions rapprochées, nous baptiserons ces volumes « les triplés ».

17Véritable poste d’observation, la production de novembre 1882 donne une image claire de la constitution en parallèle de ces trois livres.

Extrait du tableau de l’annexe : la distribution des récits parus en novembre 1882

Un million

2 novembre 1882

Gil Blas

Le Testament

7 novembre 1882

Le Gaulois

Contes de la bécasse

Le Loup

14 novembre 1882

Le Gaulois

Clair de lune

Le Baiser

14 novembre 1882

Gil Blas

Menuet → Le Menuet

20 novembre 1882

Le Gaulois

Contes de la bécasse

Ce cochon de Morin

21 novembre 1882

Gil Blas

Contes de la bécasse

Madame Baptiste

28 novembre 1882

Gil Blas

Mlle Fifi

18Pendant ces trente jours, l’écrivain donne aux journaux sept nouvelles. Sur ces nouvelles, « Le Loup » prendra place dans Clair de lune, trois autres récits dans les Contes de la bécasse et « Madame Baptiste » dans la deuxième édition de Mademoiselle Fifi. « Un million » sera réécrit et deviendra « L’Héritage » qui s’insérera dans Miss Harriet deux ans plus tard. Non retenu, « Le Baiser » ne figurera dans aucun volume.

19La période du 10 au 17 octobre 1882, qui réduit notre champ d’investigation à une semaine, a elle aussi un caractère exemplaire pour nos trois recueils :

Un Normand

10 octobre 1882

Gil Blas

Contes de la bécasse

Le Pardon

16 octobre 1882

Le Gaulois

Clair de lune

La Relique

17 octobre 1882

Gil Blas

Mlle Fifi

20Les trois nouvelles publiées dans la presse du 10 au 17 octobre 1882, « Un Normand », « Le Pardon » et « La Relique », vont être respectivement ventilées dans les trois recueils contemporains.

  • 6 Corr, no 402. C’est ainsi que pour la première édition de Monsieur Parent, la date qui figure sur (...)
  • 7 Cf. annexe.

21 Toine et Monsieur Parent ont aussi des éditions quasi contemporaines, comme l’atteste une lettre de Maupassant à Mme Lecomte de Nouy ; l’écrivain dit devoir rencontrer, dans l’urgence, Marpon et Ollendorff, pour des raisons de stratégie commerciale. Il veut éviter que leurs volumes ne soient mis en vente en même temps6. Cependant, l’archéologie de ces recueils7 permet de constater que les prépublications dans la presse ne se correspondent pas : tandis que l’essentiel des contes de Monsieur Parent a été publié en 1885 (12 sur 17), quatre de Toine ont vu le jour en 1885, neuf en 1884, et cinq autres datent de 1883. Voilà qui n’a rien de commun avec nos « triplés » dont les dates de prépublication dans la presse sont, elles, extrêmement proches.

22On ne verra plus, à aucun autre moment, après les recueils que forment les « triplés », de volumes composés de publications dans la presse aussi contemporaines. L’étalement des premières parutions sera beaucoup plus lâche, et les dates de parution dans les journaux ne se correspondront jamais de façon aussi claire.

23Ces différents modes de rassemblement posent la question de l’organisation des recueils. L’approche génétique des volumes doit permettre de mieux comprendre comment Maupassant choisit les nouvelles qu’il réunit. On envisagera d’abord deux recueils significatifs de la première manière : la première édition de Mademoiselle Fifi et La Petite Roque qui rassemblent tous deux l’essentiel de la production de quelques mois. On s’intéressera ensuite aux « triplés ». L’étude qui leur sera consacrée, centrée sur cette période stratégique pour l’examen de la constitution des recueils, montrera d’abord si les nouvelles que Maupassant a choisies pour constituer la deuxième édition de Mademoiselle Fifi sont en relation avec l’édition de 1882 et si, parmi celles qu’il a sélectionnées dans sa production qui va d’avril 1882 à 1883, une marque spécifique les distingue des récits qui s’inséreront dans les recueils contemporains que sont les Contes de la bécasse et Clair de lune. Comment le nouvelliste ventile-t-il ses textes dans ces trois recueils ? Les thèmes, les structures narratives, les registres sont-ils concernés ?

24La suite de cette étude s’attachera à des modalités de constitution particulières. Les recueils dont les préoriginales sont étalées sur une longue période devraient ouvrir des perspectives. Certaines nouvelles qui tranchent sur les récits cotextuels par leur antériorité méritent intérêt et examen. Les écarts temporels, parfois très importants, signalent que certains contes peuvent remonter à quelques mois ou à plusieurs années, dans la production antérieure de l’auteur. De tels faits peuvent faire loupe sur cette organisation qui semble nous échapper et demandent qu’on s’y attarde.

25On tentera de comprendre pourquoi certains recueils ont été augmentés, que ce soit dans le cadre d’une réédition ou non.

26La présence dans les volumes de quelques nouvelles sans préoriginales – écart rare mais significatif dans la production de l’auteur (« Au printemps », « La Femme de Paul » dans La Maison Tellier et « Un coup d’État » dans Clair de luné) – permettra de mieux comprendre certains faits d’organisation des recueils.

27En marge des pratiques de l’écrivain, Le Rosier de Mme Husson, recueil au long cours dont les préoriginales s’échelonnent sur six ans, posera la question de sa composition.

28L’archéologie de quelques volumes fournira donc un outil d’investigation privilégié.

Notes

1 Ce texte est donc un des maillons d’une chaîne de transformations narratives.

2 Voir le tableau en annexe, p. 433-443.

3 La question sera abordée ultérieurement, avec celle de « Sauvée » qui, d’abord recueilli dans La Petite Roque, figurera aussi dans Le Horla.

4 Si Ton regarde le tableau de la production des années 1886-1887, Le Horla semble être quasiment dans ce cas de figure, par le grand nombre de textes qui se suivent. Cependant la prépublication de deux autres contes du recueil date de l’année antérieure.

5 Comme Jeanne, l’héroïne anonyme souffre de se sentir abandonnée par son fils.

6 Corr, no 402. C’est ainsi que pour la première édition de Monsieur Parent, la date qui figure sur les volumes ne correspond pas à celle de leur mise en vente, les exemplaires ayant été gardés quelques mois par l’éditeur avant leur sortie en librairie.

7 Cf. annexe.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search