Version classiqueVersion mobile

Contes et nouvelles de Maupassant : pour une poétique du recueil

 | 
Emmanuèle Grandadam

Première partie. Les recueils dans tous leurs états

Chapitre I. Éditions retenues

Texte intégral

Les éditions des recueils eux-mêmes

  • 1 Il n’est qu’à comparer, dans la collection du Livre de Poche, la version de 1980 du Horla, vierge (...)
  • 2 GF-Flammarion.
  • 3 Mouche, L’Inutile Beauté, Le Livre de Poche, 1995.
  • 4 Le Livre de Poche, 1983.
  • 5 Folio Classique, 1997.
  • 6 GF-Flammarion, 1976.
  • 7 Certains temps verbaux sont modifiés, des répétitions sont éliminées.
  • 8 Sur deux volumes du Livre de Poche figurent les noms de J. Chessex et de L. Forestier ; sur un tro (...)
  • 9 Nous n’avons pas opté pour la collection « Bouquins » dont l’apparat critique est plus réduit.

1Tout travail sur les contes et nouvelles de Maupassant se réfère habituellement à la collection de la Bibliothèque de la Pléiade. La qualité du texte et de l’apparat critique en font un outil privilégié : le texte choisi est toujours le dernier corrigé par l’auteur ; les notes restituent l’histoire des nouvelles ou celle des recueils, établissent des liens entre différentes nouvelles, signalent des identités ou des variations autour d’un même motif, pour la grande joie du chercheur comme du profane. Mais la perspective même de notre travail ne permettait pas un tel choix puisque les deux tomes de cette collection suivent l’ordre chronologique qui ne correspond pas à celui des recueils. L’idéal aurait été de travailler sur les éditions originales mentionnées à la fin de l’introduction, mais leur difficulté d’accès rendait impossible la réalisation de ce projet. Cependant, grâce à la publication, ces dernières années, d’ouvrages qui étaient jusque-là introuvables, les quinze volumes de Maupassant, dans leur totalité, sont disponibles dans différentes éditions à large diffusion (Livre de Poche, Folio classique, GF-Flammarion et, pour les Contes de la bécasse, Presses Pocket), ainsi que dans les deux tomes de la collection « Bouquins ». Depuis quelques années, les livres de poche apportent un soin méticuleux à l’édition de ces recueils. Alors qu’auparavant paraissait le texte brut, celui-ci, dans les éditions des deux dernières décennies, est entouré de commentaires critiques de qualité1. Les textes d’origine y sont mentionnés ainsi que l’édition qui a servi à l’établissement du texte. L’histoire du volume est le plus souvent retracée : P. Cogny, dans son édition du Rosier de Madame Husson2 restitue la genèse singulière de ce volume, cite des lettres de l’écrivain à l’éditeur ; le recueil L’Inutile Beauté3, en proposant la correspondance de l’auteur autour de ce livre, suit pas à pas les changements de titres et les hésitations de l’auteur sur la nouvelle liminaire éponyme. Certaines variantes sont fournies : L. Forestier, dans Mademoiselle Fifi4, reproduit, telle qu’elle est parue dans Gil Bias, la fin de la nouvelle qui donne son titre au recueil ; la partie « Documents » d’Yvette5 présente le texte de la première version de ce récit, Yveline Samoris et ce qui subsiste d’une tentative du nouvelliste pour adapter son propre texte à la scène ; dans la rubrique « Archives de l’œuvre » qui figure à la fin de La Main gauche, R. Bismut6 cite et commente un certain nombre de variantes7, reprend le texte primitif paru dans la presse quand il rencontre certaines coquilles dans l’édition des Œuvres complètes d’Ollendorff, compare cette version avec l’édition originale, donne la version initiale de la fin d’« Allouma » pour montrer « l’effort de polissage » qu’atteste le passage du texte originel au texte définitif. L’édition et le paratexte allographe de tous les volumes sont confiés à de grands noms de la critique maupassantienne, parfois même à deux critiques8. C’est donc à ces éditions que nous nous référerons9.

2Mais quel choix faire parmi ce qui s’offre à nous ? Il n’était pas possible d’avoir une réponse uniforme et de ne retenir qu’une seule maison d’édition car aucune des trois grandes collections de poche ne couvre la totalité les recueils : GF-Flammarion n’a publié que quatre des quinze recueils. La diffusion de Toine et de Monsieur Parent n’est prise en charge que par Folio, celles des Sœurs Rondoli, jusqu’à ces dernières années, uniquement par le Livre de Poche. Chaque fois que L. Forestier a assuré une édition, que ce soit auprès de cette maison (cinq recueils) ou de Folio classique (quatre recueils), nous l’avons retenue. Cette option complique un ensemble déjà hétérogène, mais la qualité des travaux de ce spécialiste du texte maupassantien imposait un tel choix.

  • 10 Le texte est établi d’après l’édition originale.
  • 11 Ce choix est conforme à l’édition Conard, mais il s’agit d’une édition posthume. Voir plus loin.

3Qu’en est-il des autres volumes ? C’est sur l’édition de Ph. Bonnefis du Horla que notre choix s’est fixé10. Pour L’Inutile Beauté, nous avons privilégié l’édition de Claire Brunet (Folio classique), et délibérément écarté celle du Livre de Poche pour son infidélité : le titre L’Inutile Beauté a été escamoté au profit de celui de la troisième nouvelle, Mouche, sans doute plus accrocheur. En donnant son nom au recueil, ce conte léger et malicieux tire la première de couverture à lui : une telle liberté ne pouvait qu’introduire une certaine confusion, même si ce remaniement touche uniquement le titre du livre et n’a pas entraîné de modification dans l’ordre des textes. M.-Cl. Bancquart a ajouté « L’Endormeuse »11 à la fin de La Main gauche, aussi n’est-ce pas son édition qui a été retenue, mais celle de R. Bismut. Pour chacun des recueils, le tableau suivant donne les éditions sur lesquelles ce travail s’appuie :

Le Livre de Poche

Folio classique

GF-Flammarion

La Maison Tellier

L. Forestier (1995)

Mademoiselle Fi fi

L. Forestier (1983)

Contes de la bécasse

L. Forestier (1984)

Clair de lune

M.-Cl. Bancquart (1998)

Miss Harriet

L. Forestier (1984)

Les Sœurs Rondoli

P. et R. Wald Lasowski (1992)

Yvette

L. Forestier (1997)

Contes du jour et de la nuit

F. Marcoin (1988)

Toine

L. Forestier (1991)

Monsieur Parent

Cl. Martin (1988)

La Petite Roque

L. Forestier (1997)

Le Horla

Ph. Bonnefis (1984)

Le Rosier de Madame Husson

L. Forestier (1990)

La Main gauche

R. Bismut (1978)

L’Inutile Beauté

Cl. Brunet (1996)

Les autres éditions, les textes non recueillis, les préoriginales

4Les références à d’autres éditions que celles qui viennent d’être mentionnées seront signalées au fur et à mesure de leur utilisation. Elles figurent dans la bibliographie.

  • 12 Dans les pages qui suivent, nous expliquerons pourquoi les volumes d’Ollendorff n’ont pu être rete (...)

5Quand des comparaisons portant sur le nombre de pages ou sur des questions d’importance ou de taille de volume étaient à l’ordre du jour, on s’est tournée vers les éditions Conard, puisque du premier au dernier volume la typographie est la même, la mise en page identique12 ; hormis un des quinze volumes, La Maison Tellier, et les textes ajoutés à la fin des différents tomes, les volumes de cette collection suivent les éditions originales.

  • 13 Préoriginale ou prépublication : désigne la première version publiée dans la presse avant sa parut (...)

6Chaque fois qu’un rapprochement était nécessaire entre le texte du recueil et la péoriginale13, c’est au texte même des journaux Le Gaulois et Gil Blas, disponible sur microfilms à la Bibliothèque Nationale de France, qu’on a eu recours. Quand ce n’était pas possible, on s’est reportée aux variantes proposées par L. Forestier dans son édition de la Pléiade.

7Cette même édition a fourni les textes non recueillis et de précieuses informations sur les dates de premières éditions, et sur les recueils eux-mêmes.

Notes

1 Il n’est qu’à comparer, dans la collection du Livre de Poche, la version de 1980 du Horla, vierge de toute introduction, de toute note, sans mention du texte choisi, avec l’édition établie et commentée par Ph. Bonnefis, en 1984.

2 GF-Flammarion.

3 Mouche, L’Inutile Beauté, Le Livre de Poche, 1995.

4 Le Livre de Poche, 1983.

5 Folio Classique, 1997.

6 GF-Flammarion, 1976.

7 Certains temps verbaux sont modifiés, des répétitions sont éliminées.

8 Sur deux volumes du Livre de Poche figurent les noms de J. Chessex et de L. Forestier ; sur un troisième ceux de F. Marcoin et de L. Forestier.

9 Nous n’avons pas opté pour la collection « Bouquins » dont l’apparat critique est plus réduit.

10 Le texte est établi d’après l’édition originale.

11 Ce choix est conforme à l’édition Conard, mais il s’agit d’une édition posthume. Voir plus loin.

12 Dans les pages qui suivent, nous expliquerons pourquoi les volumes d’Ollendorff n’ont pu être retenus.

13 Préoriginale ou prépublication : désigne la première version publiée dans la presse avant sa parution en livre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search