Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Annexes

Texte intégral

Note sur la paroisse et l’église Saint-François1 (François Le Véziel)

  • 1 François Le Véziel insère au chapitre troisième cette digression concernant l’église et la paroiss (...)
  • 2 Le copiste de 1806 note en marge : « Le petit toit au nord et du costé de l’évangile fut fait à ne (...)
  • 3 Information d’ordre individuel confirmée par la liste qui suit.

1Cette église fut commencée en forme de petite chapelle dès l’année 1524 ; mais celle que nous voïons ne le fut qu’en 1541 ainsi que nous l’avons dit cydessus. On y travailla à diverses reprises et n’a pu encore être achevée. Elle devait être bien plus longue, et on y remarque encore des pierres d’attente et des moitiés de pilliers en dehors au levant. Et certainement quand elle serait encore une fois plus grande, elle ne pourrait pas contenir tous les habitants de la paroisse. Les voûttes de la nef ne purent être achevées, et je ne sais par quel génie le clocher a été placé à l’endroit où devait être la grande porte, on aurait eu plus de raison de placer ce clocher au nord du côté des fonts baptismaux, duquel les vouttes ne furent faites qu’en 1684, savoir la voutte de la chapelle St Joseph, celle d’entre les deux et de la susdite chapelle des fonts2 Cet ouvrage fut achevé par les soins des sieurs Isaac Le Dentu et Nicolas Grouet alors trésoriers en la dite église ; lesquels se firent autoriser pour vendre de grands vieux orgues qui étaient au même endroit où il y en eut nouvellement de petits. Il y avait aussi un jubé assés beau soutenu sur des pilliers de pierre, mais tout fut culbuté par l’indiscression de quelques trésoriers, en sorte qu’il en a été fait un nouveau en l’année 1730, lorsque j’étais trésorier en charge3 Ce fut le sieur Hue prêtre choriste qui le fit faire de ses propres deniers. Comme on ne songeait pas à avoir des orgues encore sitôt, le dit sieur Hue se fit accorder, par une délibération, qu’il louerait à son profit les places autant qu’en pourrait contenir le dit jubé, jusqu’à ce qu’il fut rempli des deniers qu’il avait déboursés pour sa perfection ; mais, dès l’année suivante 1731, comme j’avais rendu mes comptes un mois auparavant la dite année, cela servit à payer une bonne partie des dites orgues.

2Ce fut encore dans ce tems que les balustres de fer qui séparent le chœur furent faits, après m’y être fait autoriser dans une délibération. J’en payai 1 500 livres des deniers de la fabrique, et le sieur Louis Haudard eut soin de les faire placer.

  • 4 Note marginale du copiste de 1806 : « Les billets de Law en 1720. » John Law (1671-1729), contrôle (...)
  • 5 Messieurs de la Charité de Saint-Pierre : il s’agit d’une confrérie religieuse fondée en l’église (...)

3Après que ces grands vieux orgues furent vendus, on s’avisa d’en acheter de petits qui furent placés au devant de la sacristie et ensuite transportés dans une espèce de niche du côté de la chapelle Ste Anne, d’où les dits orgues furent retirés et vendus pour subvenir aux affaires urgentes de la fabrique de la dite église ; et comme ordinairement un mal est suivi d’un autre, les billets de la banque royale4 qui ont tant ruiné de familles firent un tort considérable à la dite fabrique qui n’est pas riche, à joindre que Mrs les trésoriers étaient négligents à rendre leurs comptes, de sorte qu’il a fallu de mon tems avec M. Jean Baptiste Coignet faire actionner ces paresseux et les pousser de près, et nous en vînmes à bout par le moyen d’une requête que nous envolâmes à Rouen à M. le Procureur général qui nous fit tomber entre les mains une somme suffisante pour faire faire et peindre tout de nouveau le lambris du chœur et celui de la nef, faire recouvrir en ardoise et faire aussi paver le dit chœur, y faire faire des stalles de chêne le long des balustres mises par mes soins, les 4 portes du cimetière ont encore été mises par mes soins. Il est à remarquer que depuis l’année 1524 que l’on commença à bâtir une chapelle, comme il a été dit ci devant, il n’y avait point eu de trésorier en la dite église jusqu’en l’an 1626. Mrs de la Charité de Saint-Pierre5 qui fut établie en la dite église, servaient de trésoriers.

4Voici les noms de tous ceux qui ont rempli cette place depuis la dite année 1626, savoir Messieurs :

  • Charles Leleu 1626
  • Jacques Moisson 1627
  • Charles Neveu 1628
  • Le sieur Decletot 1629
  • Nicolas Vatier 1630
  • David Tirel 1631
  • Adrien Gosse 1632
  • Philippe de Saint-Léger 1633
  • François Bidegain 1634
  • François Menessier 1635
  • Nicolas Plainpel 1636
  • Pierre Marion 1637
  • Raulin Chevalier 1638
  • Georges Le Gouis 1639
  • Guillaume Jabil 1640
  • Jean Labarre 1641
  • Laurent Grouet 1642
  • Robert Renault 1643
  • Jean Plainpel 1644
  • Robert Gosse 1645
  • Pierre Biondel 1646
  • Pierre Frémont 1647
  • David Duchemin 1648
  • Jacques Devaux 1649
  • Charles Delauney 1650
  • Philippe Dumont 1651
  • Jean Combart 1652
  • Jean Raisin 1653
  • Jean Fleury 1654
  • Julien Bertrand 1655
  • Guillaume Deschamps 1656
  • Jacques Moison 1657
  • Thomas Dumont 1658
  • Jean de Corbière 1659
  • Hippolyte Tirel 1660
  • Nicolas Plainpel 1661
  • Etienne Le Grin 1662
  • Jean Le Chevalier 1663
  • François Brocques 1664
  • Guillaume Grenier 1665
  • François Hautier 1666
  • Adrien Dupuy 1667
  • Philippe de Saint-Léger 1668
  • Jean Gombert 1669
  • Pierre Tirel 1670
  • Nicolas de Cretteville 1671
  • Jacques Houssaye 1672
  • Pierre Marion 1673
  • Robert Fossé 1674
  • Jonas Lamoisse 1675
  • Jean Hautier 1676
  • Adrien Gombert 1677
  • Jean Brocques 1678
  • Jean Thomas Daubigny 1679
  • Isaac Le Dentu 1680
  • Nicolas Grouet 1681
  • Pierre Le Grin 1682
  • Nicolas Duménil 1683
  • Charies Deschamps 1684
  • Jacques Tasserie 1685
  • Louis Michel 1686
  • Mathurin Nobliau 1687
  • Nicolas Hantier 1688
  • Pierre Fontaine 1689
  • Louis Hantier 1690
  • Claude Desmonceaux 1691
  • Claude Houssaye 1692
  • Jacques Chapelle 1693
  • Pierre Périer 1694
  • Nicolas Fontaine 1695
  • Etienne Frontault 1696
  • Hippolyte Tirel et Jacques Richard 1697
  • Nicolas Feret 1698
  • Louis Leclerc 1699
  • Jean Selle 1700
  • Mathurin Duchemin 1701
  • François Dufou 1702
  • Le Chibelier et Jean Périer 1703
  • Pierre Harel 1704
  • Louis Bruneaux 1705
  • Pierre Godde 1706
  • Jean Plainpel 1707
  • Michel Dubocage et Michel Le Conte 1708
  • David Plainpel 1709
  • Nicolas Raisin 1710
  • Richard Fouquet 1711
  • François Le Chevalier 1712
  • François Le Chibelier 1713
  • François Duménil 1714
  • Augustin Choquet 1715
  • Pierre Périer 1716
  • Jean-Baptiste Selle 1717
  • Jean Mazurier 1718
  • Guillaume Oursel 1719
  • François L’Homme 1720
  • Jean Raisin Duperron 1721
  • Pierre Pinel 1722
  • Jean Louis Le Chibelier 1723
  • Guillaume Le Chibelier 1724
  • Jean-Baptiste Bouquet 1725
  • Clément Delacroix 1726
  • Guillaume Le Villain et Pierre Ménard 1727
  • Le Danois 1728
  • Isaac Jean-Baptiste Coignet 1729
  • François Le Véziel6 1730
  • Louis Audart 1731
  • Nicolas Card 1732
  • Jean Laignel fils7 1733
  • Michel Dubocage de Bléville 1734
  • Jacques Lestorey 1735
  • Georges Sausse 1736
  • Louis Le Clerc 1737
  • [lacune] 81738
  • [lacune] 1739
  • [lacune] 1740
  • [lacune] 1741
  • Delonguemare 1742
  • Jacques Plainpel 1743
  • Delacroix 1744
  • [lacune] 1745
  • [lacune] 1746

Figure no 37 – Plan de l’hôpital du Havre, d’après un manuscrit de 1/12.

Notice sur l’hôpital du Havre9

  • 9 Cette Notice sur l’hopital de cette ville, extraite d’un manuscrit de 1712 figure dans le registre (...)
  • 10 Cette notice était illustrée d’un « plan des lieux en 1712 » recopié en 1814 par « Martin Foache f (...)

5Il est dit [...] cy dessus que la dame Duthuit avait donné à l’hôpital la maison qui est au dessus en coste. Ceci est contredit par les titres mêmes que l’hôpital possède sur cette maison, et qui sont dans ses archives. 1°. Il est constant que l’hôpital a acquis son emplacement et autres terres en dépendantes sur Graville et Ingouville du sieur Pierre de Grainville, suivant contrat passé devant Cauche, notaire au Havre, le jeudy après-midi 30 may 1669, la totalité de la dite acquisition étant de 17 acres de terres ou environ, et par le prix de neuf mille livres tournois et cent livres de vin. 2°. Le 1 juin 1665, Antoine de Grainville avait rendu aveu au marquis de Graville de la totalité du dit héritage contenant dix sept acres, et dont la première pièce du dit aveu est une masure et dosage, édificé de maison, grange, étable, fournil, plantée d’arbres fruitiers et bois taillés en [ ?] et terres labourables, close de murailles et fossés contenant en tout dix acres, demi rangée, trois perches, scise en la paroisse d’Ingouville, la dite pièce bornée au nord [par] le chemin tendant du Havre de Grâce à Montivilliers, et au sud [par] le chemin tendant de la dite ville de Grâce à Harfleur. On doit conclure de ces deux pièces que l’hôpital a été acheté en entier du sieur Grainville, et que la totalité de son emplacement était ce qu’elle est encore aujourd’huy, sans la perte faite en haut quand on a fait à neuf le grand chemin qui monte la coste d’Ingouville. De plus, on voit sur le registre des délibérations de l’Hôtel commun de la ville du Havre, pour les causes et autres expéditions concernant l’hôpital général pour l’année 1684 et qui est dans les archives du dit hôpital, que le 21 juin au dit an, il y eut délibération pour donner congé à la dame Duthuit qui tenait en jouissance la maison de la coste, moyennant une somme de 3 000 livres qu’elle avait payée au dit hôpital. Alors l’administration jugea à propos d’user de la dite maison et enclos, pour y mettre des malades attaqués de maladies dangereuses, et il fut arrêté qu’en indemnité, on ferait à la dite dame une rente viagère de 150 livres. Le 16 aoust de la même année, la dite dame Catherine Duthuit stipulée et représentée par le sieur Morisse déclara accepter le dit congé, se contentant de la rente susdite. Elle était ancienne supérieure de l’hôpital, qui était gouverné par des dames séculières ; les dames de St Thomas de Villeneuve n’y étant été appelées qu’en 172810.

Réception de Jean Laignel de L’Ormerie comme pilote (1717, 17 mars – Le Havre [archives de l’amirauté du Havre, ADSM, 216 BP 388])

  • 11 Les auteurs remercient Jacqueline Briot, qui a permis de retrouver cet acte, pour son aimable coop (...)

6 Acte de réception comme capitaine et pilote de Jean Laignel de L’Ormerie, natif du Havre, âgé de 25 ans, après comparution devant un jury présidé par le professeur d’hydrographie Georges Boissaye Dubocage fils 11

7Dudit jour, 4 heures après midy, 17e mars 1717.

8S’est comparu en personne Jean Laignel, marinier, natif de cette ville et y demeurant, agé de vingt cinq ans accomplis, lequel, en la présence du substitud du procureur du roy, nous a averti que depuis sa jeunesse il se seroit appliqué au fait de la marine et navigation et dans l’intervalle des voyages qu’il avoit faits tant en Espagne, Portugal, dans le nord et sur le banc de Terre Neuve, il se seroit assideument rendu chez les hidrographes du roy et pilottes royaux enseignants la marine pour y joindre, comme il auroit fait, la science avec l’expérience qu’il se seroit acquise pendant le cours des dits voyages, en sorte que par ses applications et le long temps qu’il navigue il se seroit rendu capable de naviguer non seullement en qualité de pilotte hauturier mais en celle de maistre de navire ; pour quoy demande y estre receu, faisant à cet effet comparoir devant nous Georges Boissaye, sieur Dubocage, hidrographe du roy entretenu, comparu, lequel auroit en notre présence, dudit procureur du roy et des sieurs Michel Duboccage, Jean d’Ingouville, Isaac Fervet et François Buzot, capitaines de navires en ce lieu, interrogé le dit Faignel sur le fait de la marine et navigation et iceluy fait travailler sur les cartes, cartier et flêche et, ayant sur le tout suffisamment satisfait et répondu, le dit sieur Duboccage et les dits capitaines de navires nous auroient attesté que le dit Faignel est capable d’exercer les dittes fonctions. Veu quoy nous avons, du consentement dudit substitud du procureur du roy, le dit Faignel receu et admis ausdittes fonctions de pilotte hauturier et de capitaine de navire pour ausdittes qualitez naviguer sur tous les vaisseaux, où il sera requis à la charge par luy de garder et observer les ordonnances et reglements de la marine, ce qu’il a promis faire. Pour quoy avons de luy pris et receu le serment au cas requis, ce que ledit sieur Duboccage et les dits capitaines de navires ont signé avec nous et ledit Faignel et taxé pour nostre sallaire d’avoir procédé à la ditte réception la somme de quatre livres audit substitud du procureur du roy, cinquante trois sols quatre deniers outre son quart en sus, et à nostre greffier celle de quarante sols et à l’huissier audiencier aussy celle de dix sols, les dittes taxes à prendre sur le dit Laignel et mandées.

9Isâc Feret

10Boissaye Dubocage

11Dubocage

12D’Ingouville

13Buzot J. Laignel de L’Ourmerie

14Le Prevost

Notes

1 François Le Véziel insère au chapitre troisième cette digression concernant l’église et la paroisse Saint-François du Havre, qu’il connaissait particulièrement bien pour l’avoir fréquentée toute sa vie et pour en avoir été le trésorier et le marguillier, et qu’aucun autre auteur n’a pris le temps de décrire ainsi. En effet, il écrit ces mots vers 1734, c’est à dire à la toute fin de sa vie, à l’âge de 66 ans. Les fos 347 à 351 (ΑΜΉ, II 23) sont ici reproduits in extenso.

2 Le copiste de 1806 note en marge : « Le petit toit au nord et du costé de l’évangile fut fait à neuf en l’an 1803. Celui du côté de l’épître avait été fait à neuf long-tems auparavant. »

3 Information d’ordre individuel confirmée par la liste qui suit.

4 Note marginale du copiste de 1806 : « Les billets de Law en 1720. » John Law (1671-1729), contrôleur général des finances sous la Régence, initiateur d’un système financier reposant sur la monnaie fiduciaire, est à l’origine de la faillite retentissante de la Banque royale.

5 Messieurs de la Charité de Saint-Pierre : il s’agit d’une confrérie religieuse fondée en l’église Saint-François.

6 Auteur du ms. Le Véziel, en 1730 comme il l’avait annoncé.

7 Jean Laignel de L’Ormerie, fils de Jean Laignel, capitaine et pilote du Havre.

8 François Le Véziel étant décédé en 1738, les quelques noms et dates qui suivent ont dû être complétés, tant bien que mal, par le copiste.

9 Cette Notice sur l’hopital de cette ville, extraite d’un manuscrit de 1712 figure dans le registre intitulé Archives du Havre (AMH, II23, p. 373-375), au beau milieu de la copie du ms. Le Véziel.

10 Cette notice était illustrée d’un « plan des lieux en 1712 » recopié en 1814 par « Martin Foache fils adjoint » à partir d’un autre plan qui figure encore dans les archives de l’hôpital (AMH, fonds de l’hôpital, A 1) et qui est lui-même une copie des années 1760 du plan originel, comme l’indique sa légende ainsi libellée : « Plan de l’Hopital général de la Ville Françoise du Havre de Grâce, établi en ce lieu en 1669, tiré d’un manuscrit de 1712. »

11 Les auteurs remercient Jacqueline Briot, qui a permis de retrouver cet acte, pour son aimable coopération.

Table des illustrations

Légende Figure no 37 – Plan de l’hôpital du Havre, d’après un manuscrit de 1/12.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search