Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Chapitre 8. Mémoires sous le roy Louis XIV

Texte intégral

Durant la minorité de Louis XIV, marquée par la Fronde, un épisode de la révolte des princes se termine au Havre où sont emprisonnés les princes de Condé et de Conty ainsi que le duc de Longueville que le cardinal Mazarin vient finalement libérer. Une dernière conspiration est encore fomentée pour livrer Le Havre au prince de Condé, avant sa soumission à Louis XIV. Le port du Havre accueille également les princesses anglaises qui se réfugient en France à la suite de l’exécution du roi Charles I er.
L’auteur évoque aussi les changements intervenus au Havre durant le gouvernement des ducs de Saint-Aignan : la création du couvent des pénitents d’Ingouville et la fondation de l’hôpital ; la création de l’arsenal militaire, de l’école d’hydrographie, des corderies et la construction navale favorisés par Colbert, qui visite le port, tandis que sont mis en eau des fossés protégeant la ville ; la création du canal Vauban ; les légendes relatives aux fossés ; les travaux d’adduction d’eau potable afin d’approvisionner la ville.

  • 1 Anne d’Autriche (1601-1666), reine de France.
  • 2 Louis de Bourbon (1667-1683), comte de Vendôme, comte de Vermandois, amiral de France.
  • 3 César de Bourbon (1594-1665), duc de Vendôme, duc de Beaufort, amiral de France.
  • 4 Louis-Alexandre de Bourbon (1678-1737), comte de Toulouse, amiral de France.
  • 5 Charles de Sainte-Maure (1610-1690), duc de Montausier, gouverneur de Normandie.
  • 6 Charles-François-Frédéric Ier, duc de Montmorency-Luxembourg (1662-1726), gouverneur de Normandie.
  • 7 Christian Louis, duc de Montmorency-Luxembourg, prince de Tingry, maréchal de France, lieutenant g (...)
  • 8 Jean-Armand de Maillé-Brézé (1619-1646), duc de Fronsac.
  • 9 Louis II de Bourbon (1621-1686), prince de Condé.
  • 10 Armand de Bourbon (1629-1666), prince de Conty.
  • 11 Marie-Madeleine de Vignerod de Combalet (1604-1675), duchesse d’Aiguillon, nièce du cardinal de Ri (...)
  • 12 Philippe de Montault de Bénac (1619-1684), duc de Navailles et gouverneur du Havre de 1661 à 1664.
  • 13 François-Honorat de Beauvillier (1608-1687), duc de Saint-Aignan et gouverneur du Havre de 1664 à (...)
  • 14 Paul de Beauvillier (1648-1714), duc de Beauvillier et gouverneur du Havre de 1687 à 1714.

1 La reine mère 1 grand maistre chef et surintendant de la navigation et commerce de France Le duc de le conte de Vermandois2 et le conte ; Beaufort3 de Thoulouse4 amiraux de France ; Le duc de Montausier5 le duc de Luxambour6 et le duc de Montmorancy7 son fils, gouverneurs de Normandie ; Armand de Brézé Maillé8 le prince de Condé9 et le prince de Conty10 seigneurs marquis de Gravilie ; Jean Duplessis de Richelieu et madame d’Éguillon11 Monsieur de Carnavalet, le duc de Navailles12 le duc de St Aignan13 et le duc de Beauvillers14 son fils, gouverneurs de la ville du Havre ; Maistre Rolland Lhereli, maistre Gauldeii maître Gymar, maître Du Festel, maître Bourdon, maître Jean Baptiste de Clieu, curés du Havreiii

Chapitre huitième Depuis 1643 jusqu’en 17..iv

2Le roy Louis XIII, étant décédé en l’année 1643, le 14e may, laissa Louis XIV dit Dieu donné, par ce qu’il étoit né après une longue sterilité de la reine, et depuis surnommé Louis le Grand, héritier de la couronne. Les premières années de son reigne furent fort troublées par les ennemis tant du dehors que du dedans du royaume, à cause de sa minorité et de la régence de la reine Marie Anne d’Autriche, sa mère, qui se laissoit gouverner par le cardinal Mazarin, italien. Ce cardinal avoit eu ausi le moyen de se faire gouter du jeune royv et par conséquent étoit hay mortellement par les princes du sang royal qui, étant exclus du gouvernement, faisoient tous leurs effors pour brouiller le royaume, comme on peut le voir plus au long dans les histoires de ce temps.

  • 15 Henri II d’Orléans (1595-1663), duc de Longueville.
  • 16 Henri de Lorraine (1601-1666), comte d’Harcourt.
  • 17 Orazio Torsellini, Histoire universelle depuis la création du monde jusques à l’an 1598, par le P. (...)

3Ce fut pourquoy en l’année 1649, le 19e jour de jenvier, les princes de Condé, de Conty et de Longueville15 furent arrestés et conduits au château de Vincennes, aux environs de Paris, mais comme on ne les y crut pas sûrementvi, ils furent transférés à Marcoussy et de là dans la citadelle du Havre, où ils furent emmenés avec tant de troupes conduites par le maréchal d’Harcour16 qu’il sembloit que c’étoit une armée qui les escortoit, suivant la remarque du continuateur de Turcelin17 qui se plaint hautement de l’injure qu’on faisoit à ce maréchal de l’employer à une expédition de cette naturevii.

Figure no 27 – Lettre joviale présentée aux princes pour leur sortie du Havre de Grace...

4Ces princes, peut être plus malheureux que coupables, promettoient des merveilles à leurs gardes, affin de les laisser évader, mais ce fut inutillement. Le logis du gouverneur, où l’on fit mettre des grilles de fer à toutes les fenêtres et à toutes les cheminées, leur servit de prison pendans tout le temps qu’ils y furent, de ce qu’il fut jusqu’au mois de février de l’année 1650viii.

  • 18 L’épisode est narré dans une mazarinade intitulée Les Particularitez de l’entrée de messieurs les (...)
  • 19 Antoine III (1604-1678), duc de Gramont, maréchal de France.
  • 20 Sic, pour prêts.

5Pandant leur prison, non seulement le peuple de Paris et de tout le royaume mais encore le parlement s’intéressèrent si fort à leur liberté que le roy ne crut pas la devoir refuser et mesme le cardinal Mazarin, qui étoit tout puissant dans le royaume par le moyen de la reine mère, vit qu’il ne pouvoit empescher leur délivrance. Il prit les devant et s’en vint en poste au Havre pour leur persuader qu’ils luy avoient l’obligation de leur liberté18 Mais comme des princes de cette qualité ne manquoient pas d’expédiens pour avoir des nouvelles de tout ce qui se passoit nonobstant les précautions du cardinalix, sitost qu’il fut arrivé au Havre, ce qui fut le 13 de février, il se revêtit de ses habits de cérémonies et se fit porter en carosse jusqu’à la porte de la citadelle qui luy fut refusée par les ordres des princes. Il y resta plus d’une heure sous divers prétextes recherchés par eux qui étoient informés du motif qui le faisoit agirx. Aussi lors qu’ils furent de retour à Paris, ils ne laissèrent échaper aucune des occasions de le perdre, à quoy ils n’eurent pas de peine à réussir, comme l’histoire de ce reigne le fait remarquer. Le cardinal étant retourné, le maréchal de Grammont19 qui portoit à ces princes l’ordre du roy pour leur délivrance, fut fort étonné de les voir près20 à partir à son arrivée, se croyant le premier à leur annoncer cette bonne nouvelle.

6Quelque temps après, le prince de Condé ayant repris les armes et plusieurs villes s’étant rangées de son party, il se fit une conjuration pour luy livrer celle du Havre. Le prétexte étoit de faire rentrer le duc de Richelieu dans son gouvernement qui sembloit luy avoir été osté ; mais, ayant esté découvert, les autheurs en furent punis au mois de juillet de l’année 1652. C’étoit un sergeant de la citadelle nommé La Ronce avec cinq soldats qui avoient tramé cette conspiration mais, les conjurés ayant voulu mettre du complot un des échevins avec plusieurs gentilshommes des environs, cet échevinxi découvrit la conspiration et en récompense le roy luy octroya des lettres de noblesse, ausi bien qu’au procureur du roy de l’amirauté et à un officier de la citadelle. Le sergent fut rompu vif et les cinq soldats pandus à la place d’armes de la ville après avoir fait amende honorable devant l’église de Notre Dame, les bourgois sous les armes, et ensuitte leurs têtes furent placé[e]s, savoir : une sur les rampars de la citadelle, près de la porte™, 4 sur les quatre bastions sur des poteaux, et la 6e sur le pont de la porte d’Ingouville au bout d’une verge de fer, auquel lieu elle ne resta pas longtemps à cause de la puanteur et de l’horreur que ce spectacle inspiroit. Un autre soldat qui ne découvrit ce complot que le landemain fut condamné d’être au pied de la potence et bany ensuitte.

Figure no 28 – Louis II de Bourbon, prince de Condé.

  • 21 Charles Ier (1600-1649), roi d’Angleterre. Ce paragraphe ouvre le chapitre dans le ms. Lesueur, p. (...)
  • 22 Henriette-Marie de France (1609-1669), reine d’Angleterre.
  • 23 Henriette-Anne d’Angleterre (1644-1660), duchesse d’Orléans.
  • 24 Philippe Ier de Bourbon (1640-1701), duc d’Orléans.

7Charles I, roy d’Angleterre21 étant poursuivy par ses sujets qui luy firent trencher la tête en 1649, envoya en France la reine son épouse22 en 1644 et la princesse Henriette23 sa fille, depuis mariée à Monsieur24 frère unique du roy. Elles abordèrent en cette ville : les échevins les furent recevoir au sortir de leur navire et les conduisirent à l’hôtel de ville sous un dais, toute la bourgeoisie sous les armes ; 50 jeunes hommes de 20 à 25 ans faisoient sentinelle à leur porte pandant la nuit, outre un corps de la garde bourgeoise ordinaire, qui fut posé dans ledit hostel de ville.

Figure no 29 – Le cardinal Jules Mazarin.

8Ce fut en l’année 1661 que, les pères pénitens ayant eu dessein de s’établir en cette ville, il ne se trouva poin[t] assés de place dans l’enclos des murailles pour y bâtir un couvent. On leur permit seulement de s’établir dans le faubourg d’Ingouville, à la charge de ne poin[t] quester dans la ditte ville, ce qu’ils ont pourtant enpiété dans la suitte des temps. Leur première demeure fut au coin de la rue qui mène à l’église du dit lieuxiii, l’appartement qui sert de cuisine leur servoit de chapelle, mais comme ils étoient trop reserrés, ils se logèrent dans le lieu où ils sont à présent, qui étoit une autre auberge plus spacieuse. Ils firent dans la suitte bâtir leur églisexiv et le dortoir du côté du nortxv ; en 1691 ils firent bâtir celuy du côté de la mer, celuy du côté de la ville restant encore à bâtir ; et environ l’an 1700, comme le seigneur de Graville les inquiétoit pour l’indemnité et homme vivant, mourant et confisquant*, ils furent obligés de souffrir ses armoiries sur la principale porte de leur couvent.

Figure no 30 – Portrait du roi Louis XIV, devant Dunkerque.

9En 1662, on embarqua en ce port les 8 millions pour l’achat de Dunkerque, que les Anglois avoient vandus au roy par ce prix.

  • 25 Claude d’Acigné, marquis de Carnavalet, fut ensuite gouverneur de Brouage (1667-1685).
  • 26 Sur ce personnage, voir Alexis-Guislain Lemale, Notices biographiques sur les ducs de SaintAignan,(...)

10Après madame la duchesse d’Aiguillon, le gouvernement fut donné à Monsieur de Carnavalet25 qui n’i resta que pandant l’année 1660 et Monsieur le duc de Navaille luy succéda jusqu’en 1664, que le roy en revêtit le duc de St Aignan, qui arriva en cette ville pour en prendre possession au mois d’octobre de l’année 166426. Soixante jeunes bourgeois à cheval furent au devant de luy plus de cinq lieues avec pareil nombre des villes de Montivilliers et Harfleur, faisant en tout 120 [hommes]. Ils l’amenèrent jusqu’à la citadelle. Les échevins à la tête de la bourgeoisie sous les armes l’attendirent à la porte d’Ingouville avec les clefs qu’ils luy présentèrent.

  • 27 Charles de Sainte-Maure (1610-1690), duc de Montausier.
  • 28 Il s’agit bien sûr du sieur de Bosc-Rozé ou de Bois-Rosé évoqué au chap, VI pour cet exploit réali (...)
  • 29 Ce sont les tombeaux des ducs Richard Ier (942-996) et Richard II (996-1026), inhumés dans l’abbat (...)

11Ce seigneur est de la famille de [...xvi] ; et comme il a été longtemps en faveur à la cour, il a fait beaucoup de bien à la ville et à son gouvernement. Ce seigneur étans bien aise de savoir le nombre des habitans capables de porter les armes dans la ville, il fit faire une reveue dès l’année 1665. Il se trouva 3 000 hommes, outre le quartier du Quay, où il en pouvoit avoir près de mille qui gardoit la ville pandant que les autres étoient dehors près des tuilleries ; ce qu’il fit à l’occasion de la guerre que les Anglois vouloient déclarer à la France. Et comme peu après la déclaration de la guerre, le roy donna ordre à tous les gouverneurs de se retirer dans leurs gouvenemens et de visiter les côtes, Monsieur de Montausier27 gouverneur de Normandie, ayant [e]u dessein de venir au Havre pour en faire la visite, il s’en abstint, veu que le duc de St Aignan receut ordre de ne le recevoir que comme un gentilhomme qui en viendroit voir un autre. Cela donna lieu au même duc de Montausier de vouloir visiter Fécamp, mais le duc de St Aignan, en ayant été averti, le prévint et envoya à la cour un mémoire dans lequel il exposoit que de tout temps Fescamp avoit été du gouvernement du Havre et que, par conséquent, il y avoit droit de visite à l’exclusion du gouverneur général de Normandie, du gouvernement duquel celuy du Havre avoit été démenbré dès l’année[...xvii]. Il fit voir que l’admirai de Villars, qui étoit gouverneur du Havre, avoit laissé surprendre le fort de Fescamp en 1592 par le sieur de Bocrozéxviii, de la maison de Gostimenil28 par une escalade qu’on ne pouvoit prévoir ; le roy Henry IIII luy avoit accordé que le dit fors seroit rasé avec Lilebonne et qu’ils resteroient comme ils étoient de son gouvernement. Le duc de Montauzier envoya des mémoires de sa part et le conseil ne fut pas peu embarassé d’accorder ces deux seigneurs qui avoient beaucoup de crédit à la cour. Enfin le roy décida en faveur du duc de St Aignan, quoy qu’il semblast estrange à plusieurs qu’un gouverneur particulier du Havre fut chargé du dépost des tombeaux des ducs de Normandie29 au préjudice du gouverneur général de Normandie.

12Ce mesme gouverneur au mois de juin 1674 fit faire une reveue de tout son gouvernement dans la compaigne de Fongueusemare à six lieux du Havre. Toute la noblesse et les païsans s’y trouvèrent avec la cavalerie des villes du Havre, de Montiviler et Harfleur : il en forma une armée d’environ douze mils hommes ; la cavalerie des villes à la droitte, la noblesse à la gauche, à la serfille et au corps de réserve avec quatre pièces de canon aportées du Havre et le bagage.

13L’abondance et la richesse d’un royaume ne venant que du commerce, qui est la principalle source de la félicité des peuples, et le commerce maritime estant le plus considérable, le cardinal de Richelieu, comme dit Dupleixxix, i avoit ouvert la porte en faisant assembler les vaisseaux de toutes parts et en faisant construire de nouveaux ; comme ausy ayant fait ouvrir des ports dans tous les endroits du royaume où il se pouvoit faire le plus commodément, pourquoy la France, qui n’avoit eu jusqu’à lors que des vaisseaux peu considérables, sy ce n’estoit quelques uns dont on a parlé comme de choses extraordinaires, le sieur de Colbert, intendant des finances, ayant le département du commerce, engagea le roy à donner un arrest du conseil le 5 décembre 1664, dans lequel il est porté que, Sa Majesté ayant dessein de faire fleurir le commerce maritime dans ces estais, Elle promettoit à ceux qui feroient bâtir des vaisseaux de cent tonneaux et au dessus jusqu’à deux cent, cent sols pour chaque tonneau des deniers du trésor royal et six livres pour chaque tonneau des vaisseaux qui exéderoient deux cents, moitié payables lors que la quille seroit possée et l’autre moitié lors que le navire seroit lancé à l’eau.

Figure no 31 – Plan de la ville et citadelle du Havre, dédié à Monseigneur le duc de Saint-Aignan.

14Cet arrest[e]ut son exécution pendant quelque temps et la ville du Havre, dont le principal commerce a toujours esté la pesche de la morue sur le grand banc de Terre Neuve, où les habitants réusisent beaucoup mieux que les autres François, quelque peine qu’ils y ayent pris jusqu’à présent, ce qui confirme cette sentence :

  • 30 Adage forgé à partir de Virgile, Bucoliques, IV, 39 (« omnis feret omnia tellus » – « toute terre (...)

Non omnisfert omnia tellus, India mitit ebur 30 [...]

  • 31 C’est-à-dire le remuer pour lui rendre sa mobilité dans les courants.

15Le Havre, dis-je, commença à se peupler de vaisseaux beaucoup plus grands qu’on n’avoit coutume de voir, et en sy grand nombre qu’on y a veu plus de cent de ces sortes de bâtimens pescheurs sans compter les autres navigations sur les costes d’Espagne et du nord, nonobstant la dificulté de l’entrée du port qui se bouchoit de temps en temps lors qu’il survenoit quelque tempeste. Mais ausy tost on ouvroit un autre canal tendant au nord ouest de la ditte entrée en sorte que le galley se trouvoit passé tout d’un coup de l’autre costé du port et le canal s’augmentoit de jour en jour par le moyen des barres qui l’envoyoient du costé de l’Heure, où il estoit très utille, comme il se verra dans la suitte, et le port se trouva bien tost au premier estat. Tout ce travail ne coûtoit rien au roy car les habitants, qui avoient besoin de leur port, y travailloient eux mesmes, commandés par leurs officiers, comme pour la garde de la ville qui leur estoit alors entièrement confiée ; et ce travail s’apelloit le pionnage qui, tout incommode qu’il estoit, leur estoit pourtant supportable par ce qu’il n’arivoit pas souvent et estoit de peu de durée par raport aux bares qui, estant tout proches, avoient beaucoup plus d’effet qu’elle n’en auroit aujourd’huy, à joindre qu’on labouroit le sable à la charue pour l’émouvoir31 et qu’on ne portoit que les plus gros cailloux.

16Ce fut dans ce mesme temps que, pour remédier à l’entrée du port qui se bouchoit, on multiplia les épits qui n’étoient pas en sy grand nombre à cause de la digue de la Hève qui retenoit le galley pendant qu’elle subsistoit, et cet avis a esté très bon tant que les épits ont subsisté et n’ont point esté comblés de galey.

Figure no 32 – L’entrée du port du Havre.

17En ce temps, pour déboucher plus facillement le port et rendre la place plus marchande à l’imitation des villes de Flandres, on résolut de faire un canal de la ditte ville en celle de Harfleur, où monsieur de Colbert avoit dessein d’établir des manufactures ainsy qu’à Montiviller. Ce fut le duc de St Agnan qui conduisit l’ouvrage à sa perfection, non pas sans chagriner beaucoup de particuliers sur les terres desquels passa le dit canal. Mais le peuple, peu acoutumé à ces sortes de commodités, le négligea bien tost, et il s’est presque rempli vers Harfleurxx et ne sert au plus à présent que dans la crainte d’un siège pour pouvoir introduire les rivières qui se deschargent dans la mer à Harfleur par les marais du Havre, affin de les innonder et rendre la grande barre du Havre plus abondante et plus forte pour déboucher le port depuis qu’on a détruit le moulin à eau du gouverneur qui estoit au costé de la ditte barre, vers la citadelle. Et ce qui est une marque que la mer battoit autre fois près les murailles du château de Graville, c’est qu’en creusant le dit cannai entre Graville et Harfleur, on y trouva une quille de vaisseau de 80 pieds de long qui, depuis ce temps, s’estoit conservée dans la terre.

18Sitost que le dit canal fut achevé, monsieur de Colbert ayant eut ordre de se rendre au Havre pour visiter la ditte ville et toutes les costes dans la résolution où estoit le roy de construire un port dans la Manche à l’imitation du roy François premier, il ne se trouva point d’endroit plus propre que celuy cy, après avoir visité toutes les costes de Bretagne, Picardie et Normandie, entr’autres Ettretat et La Hague, le terrain du Havre estant déjà tout disposé et propre à creuser à volonté, sy ce n’est à l’entrée du port, où il y a deux roches à cinq ou six toises de l’ancienne jettée de pierres.

19Le duc de St Aignan, qui avoit ordonné toutes choses pour l’entrée de monsieur de Colbert, fit équiper une chaloupe qu’il envoya à Harfleur par le nouveau canal. Les habits et les bonnets des rameurs estoient bleux et uniformes et, monsieur de Colbert s’estant embarqué dans la chaloupe, les cent vingt cavaliers des villes, dont on a parlé, l’acompagnèrent des deux costés du canal jusqu’au pont des Ruettes, où il monta en carosse pour entrer dans la ville par la porte d’Ingouville. Un bataillon de jeunesse au dessous de vingt ans l’attendoit dans la campagne d’Ingouville et le conduisit jusqu’à la citadelle avec les cavalliers, entre deux files des bourgeois sous les armes dans les rues.

20On fit allors l’essay de l’innondation par le moyen du dit canal et, après trois jours, il n’y eut que par la seulle chaussé d’Ingouville que l’on put entrer dans la ville, tout le marais estant couvert. Ausy tost que monsieur de Colbert fut party, on laissa écouler l’innondation et l’on travailla à vider les vases du bassin entre les paroisses de Nostre Dame et de St François, le roy Louis 13 l’ayant fait creuser et murailler, lors qu’il fit bâtir la citadelle. On fit un batardeau à quarante ou cinquante pieds du pont du costé du port et les eaux qui se trouvoient dans le bassin furent videz dans les fossés de la ville par le moyen d’un moulin tourné par deux chevaux avec des auges enchaînés qui la jettoient dans les conduits faits à cet effet. De la terre que l’on en tira on construisit la demie lune qui est à la pointe du bastion de St Michel, dans lequel on en fit ausy un cavallier extraordinairement haut.

  • 32 Sur cette inscription, voir L. Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre... », op. cit (...)

21Sous la platte forme des nouvelles écluses d’entrée et de sortie dudit bassin, tant pour le tenir toujours plain que pour empescher l’eau d’y entrer quand on jugeroit à propos, il fut mis une placque de cuivre32 de dix huit pouces en carré avec les armoiries de Lrance et de Navare gravées dans un manteau royal, celles du duc de St Aignan dans un manteau ducal à droit[e] et celles de monsieur Colbert à gauche, avec les deux colliers des ordres du roy seulement, et au bas il y avoit cette inscription en sept lignesxxi :

  • 33 Il s’agit de la guerre de Dévolution (1667-1668).
  • 34 L’ingénieur hydrographe Georges Boissaye Dubocage père (1626-1696), aïeul maternel du négociant et (...)

A la postérité
J’ay esté possée par le duc de St Aignan pair de France, chevalier des ordres du roy, premier gentilhomme de la chambre de Sa Majesté, gouverneur et lieutenant général de cette place et lieux en dépendants sous le glorieux règne de Louis 14 Dieu-donné,
roy de France et de Navarre, et du ministère de Mr Colebert, grand trésorier des ordres de
Sa ditte Majesté etc, pendant le temps où se puissant monarque entroit dans les Païs Bas
à la tête d’une armée de 60 mil hommes pour maintenir les droits de la reine, son épouse, sur le Brabant33 le 19 juillet 1667.
Bocage Boissaye fecit34

22Au lieu de l’antien pont qui n’étoit porté que sur des mast de navires, on en fit construire un qui se levoit des deux costez avec des chaînes et qui en s’abaissant se joignait en voute au milieu du passage, pont à la vérité incommode pour les vaisseaux qui entroient ou sortoient du bacin, mais qui avoit beaucoup d’aparence et pouvoit passer pour une belle piècexxii.

23Un espèce de lutin, sy on en croit la tradition, faisoit le guet aux environs du dit pont pendant les nuits les plus obscures pour battre et noyer les passants, comme il est arivé à plusieurs. Le dit lutin tramant des chaînes s’est évanouy lors que le pont a esté démoly ; il se nommoit la Beste du pont. C’est ainsy que le peuple en a toujours parlé, mais ceux qui n’adjoutent pas tant de foy aux lutins et aux loups garoux ont pensé plus juste en disant que des matelots, voulant sauver les droits de leurs marchandises, s’estoient avisez de traîner des chaînes et avoient battu les gardes de la douanne qui rodoient le long du port, et que successivement les uns et les autres s’étoient servis de la mesme stratagème ; qu’ils n’avoient pas laissé de battre quelques autres gens, quand ils les prenoient pour des gardes, et de faire peur à des femmes et à des gens qui leur paroissoient timides pour persuader mieux un stratagème qui leur réussissoit sy bien ; et que quand quelqu’un s’estoit noyé, s’avoit toujours esté par imprudence, la ditte beste du pont ne s’estant jamais fait entendre que dans les nuits où la lune ne paroissoit pasxxiii.

24Il y avait eu encor auparavant un très beau pont qui rompit pendant une procession et fit noyer beaucoup de personnes en l’année 1660xxiv. Quelque temps auparavant une des écluses de l’entrée du bassin s’étant rompue, lorsque la mer estoit haute et agittée et le bassin vide, plusieurs navires y entrèrent, dont un entrautres fit le tour avec une rapidité inconcevable.

25Le travail du bassin fut achevé en l’année 1669, après quoy, le roy ayant acheté la place de l’hôpital et quelques maisons qui joignaient à la rue qui porte ce nom, il fit contruire le bel arcenal que nous voyons sur un quaré environné de magazins haut et bas avec une gallerie qui règne tout autour de la court qui est fort spatieusexxv.

26Le roy acheta encor une grande place nommée la Cour Chevallier, où les habitans faisoient bâtir et radouber leurs vaisseaux, et de cet endroit on en a fait le chantier pour la constructionxxvi.

27Lors que le dit arcenal fut achevé, le roy y envoya un commissaire général de la marine et, en 1681, un intendant avec les officiers nécessaires et convenables à la réputation du lieu. Aussy, avant que les principaux armements se fissent à Brest, tous les amiraux de France s’estoient fait un point d’honneur d’estre gouverneur du Havrexxvii.

28On y établit ensuitte un professeur d’idrographie qui a formé les pilottes les plus expérimentés et les plus recherchés dans les dernières guerres puisque les pilottes, amiraux et la pluspart des autres à brevet ont esté choisis parmy ceux du Havre, qui sont venus successivement à cette charge par leur mérite et par leur science en l’art de navigerxxviii.

  • 35 Il s’agit de la Compagnie des Indes orientales.

29On construit ausy deux belles corderiesxxix sur les ramparts de la ville : la première, la plus belle, entre la porte du Perrey et le bastion de Ste Adresse, et la segonde entre le bastion de St Michel jusque et celuy des Capucins, avec une belle et grande forge particulièrement pour les ancresxxx dans la contre garde de la porte d’Ingouville, la segonde corderie aux dépents de la compagnie d’Orient, dont on parlera cy apprès35.

  • 36 Pierre Arnoul fut intendant des galères à Marseille (1673), intendant de la marine à Toulon (1675- (...)

30Enfin, en l’année 1681, Mr Arnoul36, intendant de marine, fit entourer le bassin et le chantier des vaisseaux avec des murailles pour empescher les ouvriers de divaguer ; ce qui fit un tort nottable aux maisons voisines, qui sont devenues presque désertes par ce moyen.

31L’hôpital de la ditte ville ne pouvant plus se trouver dans l’enclos de la ditte ville, on résolut de le bâtir de hors, tant parce que on avoit dessein de le mettre dans un air plus salubre, que parce que [dans] les desseins qu’on avoit de rendre la ville une des plus fameuses du royaume, il en falloit un qui y fut proportionné. C’est pourquoy on se détermina à le placer sur le grand chemin de Rouen, en conséquence dudit arrest du conseil d’État du 20 mars 1669 qui, outre ce qui regarde l’hôpital, ordonna encore plusieurs choses touchant la police de la ditte ville et les temps de paye de ses créantiers, comme pour les officiers de l’amirauté ; il y a bon nombre d’imprimés de cet arrest. On balança ausy de mettre l’hospital au pied de la coste de Sanvic, où estoit la maison du chirugien de la santé, avec quelques terres appartenantes au dit hôpital et sans doute il auroit esté dans une scituation bien plus saine et n’auroit pas manqué d’eaux comme il fait, quoy qu’on ait tâché d’en faire venir des puits voisins, mais en vain, la source s’en estant tarie presqu’ausy tost. Et c’est le deffaut d’eaux qui le rend malpropre et par conséquent mal sain, mais on crut qu’en le plaçant sur le grand chemin de Rouen et plus proche de la ville, il exiteroit davantage de charité des particuliers et atireroit plus d’aumônes, ce qui, balancé contre le deffaut d’eaux et d’air salubre, ne devoit pas asseurément l’emporter. Il fut placé sur la terre du sieur de Graville, qu’on désintéressa au denier vingt du prix de la baille*, et depuis la dame Dutuit luy a donné la maison qui est au dessus, en coste.

32On fit donc d’abord bâtir la chapelle et les deux aisles de chacun costé en l’année 1669 ; en l’année 1673, on fit le bâtiment qui est dans la court pour les seurs et les offices ; en 1676, celuy du levant et le moulin ; et en 1678, la grande muraille du cimetière, des aumônes d’un particulierxxxi, et l’on avoit projetté d’en faire une autre à l’autre costé jusqu’au moulin, mais les administrateurs ayant sorty d’exercice à l’ordinaire, les suivants négligèrent les avis de leurs prédésseseurs, qui estoient de destiner à cet usage les deniers à Dieu des pauvres provenants des prises sur mer, que les marchands convenoient de grossir un peu pour contribuer à l’embellissement du dit hôpital, ce qui de puis s’est trouvé fait en 1712.

  • 37 Voir à ce sujet la Notice sur l’hôpital de cette ville, extraite d’un manuscrit de 1712 qui figure (...)

33L’établissement du dit hôpital fut confirmé par un arrest du conseil de la ditte année 1669, où toutes les choses qui s’y doivent observer sont exactement marqués et du quel il y a bon nombre d’imprimés ; cet hôpital se nomme par le dit arrest l’Hôpital général de la Charité de St Jean Batiste37.

  • 38 Nicolas-Joseph Constance, moine capucin (1629-1706).
  • 39 Il s’agit de Jean Gasquerel (1641-1718), père de l’avocat du même nom.

34Dans le mesme temps, on fit de nouveaux canaux pour les fontaines. Ce fut le frère Constance, capucin38, qui conduisit l’ouvrage et, au lieu que les eaux traversoient les marais vers St Roch pour se rendre dans la ville près le bastion de Ste Adresse, du costé de la porte d’Ingouville, il les fit venir de dessous le moulin de la ditte paroisse. Il assemblaxxxii les eaux dans cinq regards, dont le plus beau et le plus grand est au bas de la coste de Sanvic, près le fort des Tuilleries de St Agnan, ou de Lucée, sur la terre du sieur Gaquerel39 bourgeois de la ditte villexxxiii. Les canaux en sont de grez et par conséquent l’eau [est] beaucoup plus saine que celle des premiers qui estoient de plomb. Dudit regard les eaux sont portées le long de la chaussée du Perrey et entrent dans la ville par le bastion de St André, d’où ils se répandent dans à la fontaine de la place [d’armes], à celle du St Esprit, des Viviers, du Marché de l’église, de l’Arcenal, de St François et à celles de la Citadelle. Et le seigneur de Vitanval s’étant encor plaint de la prise de ses eaux et que son moulin luy devenoit inutille, quoy que la mer en sappoit le pied depuis longtempsxxxiv, on ne laissa pas de le dédommager encore d’une somme de six mille livres, sans que le sieur Gaquerel put rien recevoir pour le dédommager de sa terre qu’on avoit prise.

  • 40 François de Bourbon-Vendôme, duc de Beaufort (1616-1669).
  • 41 Louis de Bourbon (1667-1683), comte de Vermandois, amiral de France.
  • 42 Louis-Alexandre de Bourbon (1678-1737), comte de Toulouse, amiral de France.

35Au mois de novembre 1669, le roy suprima la charge de grand maistre, chef et surintendant de la navigation et commerce de France, vacante par la mort du duc de Beaufort40, parce que le tiltre et la création n’en paroissoient pas assez relevés pour commander les forces maritimes que le roy se promettoit de mettre hors, et rétablit la charge d’amiral en faveur du comte de Vermandois41, légitimé de Bourbon, avec de très grandes prérogatives et, après sa mort, elle fut donnée au comte de Thoulouze42, autre légitimé de Bourbonxxxv.

  • 43 Un certain Bailleul qui a laissé un témoignage intéressant portant sur les années 1665-1685 évoque (...)

36Pendans la ditte année, le roy avoit fait bâtir en cet arcenal un vaisseau de 300 thonneaux nommé le Rouenxxxvi pour aller en Perse avec un autre achetté en Holande, nommé le Flamen, valiants chacun plus d’un million avec leurs chargesxxxvii. Ils furent faits sortir du Havre et mis en rade au dessus de l’Éclat, qui est un petit banc rond vers la pointe de la Hève qui ne découvre jamais. Auquel lieu estants le vendredi 17 janvier 1670, les officiers et mariniers du navire le Rouen, en l’abcence du capitaine auroient filé les cables environ les 9 heures du matin, estant pour lors deux heures d’èbe*, pour quoy le dit navire seroit venu vis à vis du Havre et ensuitte auroit esté se perdre sur les sables entre la pointe du Hoc et celle des Neiges. On en a veu les mats plus de quinze ans apprès, le corps du navire ayant esté ensablé en très peu de temps. Le capitaine fut condanné à mort par contumace et les autres officiers qui se trouvèrent coupable de la mauvaise maneuvre, condannés et conduits aux galères, d’autres à servir sans gages sur les vaisseaux du roy et les autres absous. L’on atribua ce naufrage43 aux crimes commis dans ledit navire et aux volleries qui y avoient esté faittes dans sa construction et armement, pour lesquels il avoit tant couté d’argen, que les doux auroient deu estre d’or massif, sy l’on en croit la tradition des habitans. L’arrest de condannation fut exécuté le 8 mars ensuivant et le procès avoit esté fait par un commissaire député à ce sujet. On acusoit le lieutenant de n’avoir pas voulu mouiller dans la fosse du Hoc et, quoy que depuis ce temps plusieurs ingénieurs ayent voulu tenter de le relever pour en retirer les effets et le canon qui estoit tout de bronze, cependant personne n’y a peu réussir et tout a esté perduxxxviii.

  • 44 Sur le Dauphin, armé au Havre en décembre 1666, voir Charles Leroy, À la compagnie royale des Inde (...)
  • 45 La Compagnie des Indes orientales. Voir C. Leroy, op. cit. ; et Philippe Haudrère, La Compagnie fr (...)

37Cet armement ayant manqué, comme on en avoit fait de pareils dans d’autres ports, il ariva en celuy cy deux de plus de 400 thonneaux chacun, venant de Perse. Il se nommoient la Paix et le Dauphin44 chargés d’une infinité de marchandises de Perse et de la Chine qui atirèrent en cette ville une si grande cantité de marchands de tous les endroits du royaume et de gens de calité que la plupar estoient obligés de coucher dans les carosses au milieu de la rue [...xxxix] mais la jalousie du gouverneur fit qu’elle45 quitta ce lieu pour aller s’établir au Port Louis.

  • 46 Louis Le Blanc, intendant de la généralité de Rouen entre novembre 1675 et 1682. Les auteurs remer (...)

38En l’année 1675 le régiment Dauphin estant logé chez les bourgeois, le major eut prise avec le receveur de ville au sujet de quelques deniers que la ville devoit payer au dit régiment et luy fit donner un soufflet dans la rue par un soldat. Le receveur en ayant porté sa plainte et la cour ayant pris connoissance de cet[te] affaire, monsieur Le Blanc46 intendant de la généralité de Rouen, fut commis pour faire l’information et, par le jugement qui intervint, le major fut condamné à estre dégradé à la teste du régiment et le soldat à avoir le poing couppé. Le dernier ne put estre aresté et, le major ayant tombé dangereusement malade, la cour modéra le jugement à son égard et l’obligea seulement à venir en présence du lieutenant de roy et du major de la ville à demander pardon à messieurs de ville et au receveur, en particulier, de l’insulte qu’il avoit faitte à un officier de la ville et ce à l’issue de la grande messe, l’hôtel de ville assemblé.

  • 47 Sur cette inscription, voir Léon Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre... », no 10 (...)

39Les galeries qui sont autour de la cour de l’hôtel de ville furent faites en 1679, comme il se remarque par l’inscription qui en a esté mise sur la porte47. L’ordonnance de 1680 touchant les gabelles dans le titre 14 confirma le privilège des dits habitans de faire venir des marais de Brouage le sel nécessaire pour leur provision de deux années.

  • 48 Premier bombardement d’Alger (30 août-4 septembre 1682) : parmi les cinq galiotes qui participent (...)
  • 49 Les galiotes engagées à Alger se retrouvent également impliquées dans le bombardement de Gênes du (...)

40Trois galiottes à bombes, qui servirent au bombardement d’Alger en l’année168248, furent construites et équipé[e]s en cet arcenal. Ces mesmes galiottes servirent à celuy de Gênes au mois de décembre49 ; le roy soubçonnoit les Génois d’avoir participé au complot pour brusler les vaisseaux de Marseille.

41Comme les forces du roy augmentoient considérablement par terre et par mer et qu’il n’y avoit que le seul port du Havre dans la Manche où il se put armer des vaisseaux de ligne, et que ce port, nonobstant les épits qu’on avoit faits depuis la Hève, se trouvoit cependant bouchés de galley, on résolut de faire une digue de bois à l’entrée du port du costé du nord ouest. Elle fut conduite plus de cent cinquante toises dans la mer en plusieurs années et, tant qu’elle a supsisté, on peut dire qu’elle a rendu Le Havre le meilleur port de marée de toute la France. Cette digue fut commencée en l’année 1684 et a subsisté en son entier jusqu’au mois de décembre 1705 qu’une tempeste furieuse en détruisit plus de la moitié, comme on le dira dans la suitte.

  • 50 Le père Bénigne Le Vachet accompagna en octobre 1684 deux mandarins siamois en France, venus solli (...)
  • 51 Constantin Phaulkon (1647-1688), Premier ministre du roi de Siam, l’actuelle Thaïlande.

42Cette mesme année 1684, les mandarins de Siam débarquèrent en ce port pour se rendre à Paris de la part de leur roy et demander l’amitié du roy de France50. Le bruit de ces conquestes s’étant répandu jusques dans leur païs, monsieur Constance51, européen qui s’estoit rendu recommandable auprès du roy de Siam, l’engagea à cette embassade.

  • 52 Louis XIV subit l’opération de sa fistule le 18 novembre 1686.
  • 53 Ledit de Nantes fut révoqué par l’édit de Fontainebleau, signé le 18 octobre 1685. Laignel et ses (...)

43Après les réjouissances publiques que l’on fit par tout le royaume pour la guérison d’une maladie dangereuse, dont le roy avoit esté attaqué52, où la ville du Havre se distingua, comme ausy après la révocation de l’édit de Nantes53, les principalles villes du royaume firent élever des statues de Sa Majesté dans les places publiques, à l’imitation des quelles le duc de St Agnan, qui faisoit sa résidence actuelle en cette ville, engagea les eschevins d’en élever ausy une à la place d’armes de la ditte ville et elle fut placée sur la fontaine de la ditte place. Le roy y est debout, vêtu à la romaine, et comme elle n’est que du piastre, on l’a vernit d’une très belle couleur de bronze ; sa dépence se monta à plus de mil livresxi.

  • 54 L’arrêt du Conseil du Roi est en fait daté du 5 novembre 1686 et son intitulé est explicite : « Ré (...)

44Comme la ville estoit florissante dans ce temps là et que les octrois de la ville se montoient assés haut, quelques uns des échevins et autres officiers de la ville furent acusés d’avoir abusé de l’administration des dits deniers qui leur avoient esté confiez. Après les informations que l’on a coutume de faire en pareil cas, il intervint un arrest du 4 novembre 1686 qui en condanna plusieurs en des restitutions et qui régla ausy plusieurs choses touchant la police de la ditte ville par augmentation de l’arrest de 1669, dont on a déjà parlé54.

  • 55 Guillaume III d’Orange (1650-1702), stathouder des Provinces-Unies puis roi d’Angleterre de 1689 à (...)
  • 56 Jacques II, roi d’Angleterre (1685 à 1688) mais aussi roi d’Ecosse sous le nom de Jacques VII (163 (...)

45En l’année 1688, les ennemis de la France ligués à Augbourg, ville d’Alemagne, et les Holandois, qui faisoient un gros armement sous les ordres de Guillaume de Nassau, prince d’Orange, leur statouder55, semblant menacer les costes de France, où le roy Jacques segond d’Engleterre56, dont les deux rois se donnoient réciproquement avis, on délibéra au conseil sy on fortifieroit de nouveau Le Havre ou sy on le démantelleroit. Mais les mesmes raisons qui avoient déterminé le roy Charles 9 à le conserver prévalurent encor cette fois. C’est pourquoy on fit démolir à grands frais et avec des mines un ouvrage à corne bâti par le cardinal de Richelieu et en sa place on fit faire une demie lune revêtue avec des fossés et chemins couverts ausy revêtus depuis la porte du Perey jusqu’à la contregarde de Ste Adresse. On fit en outre fraiser et palissader la demie lune major et la contregarde de Ste Adresse de mesme que la demie lune qui est à la pointe du bastion de la Musique, sans cependant en creuser beaucoup les fossés. On fit aussy élever dans les bastions de St André et de Ste Adresse des cavaliers* et on remplit les cazemattes qui estoient dans les flancs.

46En fin on fit à la citadelle un chemin couvert vers les champs avec des palissades et un avant fossé large et profond composé en pointe de la crique de Parc en Villexli la ferme fut entièrement rasée, ainsy que les ruines du vieil Havre qui avoient encor allors plus de 8 à 10 pieds de hauteur. Les fossés en furent comblés de manière qu’à peine y peut on encor remarquer la contrescarpe qui se lève en quelques endroits d’environ deux pieds et forme quelques mares, et de tous ces débris il ne reste que les deux flancs du bastion près l’église de l’Heure qui sont de maçonnerie et se lèvent, l’un d’environ un pied et l’autre de trois, et ces bornes se pouront conserver dans le temps parce qu’ils séparent les champs dîmables de la paroisse de l’Heure et de celle du Havre.

47Par ce moyen on crut avoir mis la ville hors d’insulte en attendant qu’on eut le loisir de construire des chemins couverts autour du reste de la ville et d’en approfondir les fossés. Tous ces travaux se firent depuis 1688 jusques en 1690, auquel temps on fit ausy abattre la tour d’Oise, les tours estant devenues inutilles dans les fortifications. On fit ausy faire aux environs dans un ancien bastion de la ville, lors qu’elle fut retranchée en 1550, un magasin à poudres à l’épreuve de la bombe, ainsy que ceux de la Grosse Tour.

  • 57 Espace laissé blanc. Il s’agit de la statue sculptée par Le Bernin, arrivée en France en 1685 ; Lo (...)
  • 58 Commandée au sculpteur hollandais Martin Desjardins, la statue de Louis XIV n’a été installée plac (...)

48Ce fut environ dans ce mesme temps qu’un vaisseau aporta de la Méditerannée en cette ville une statue équestre du roy ébauchée d’un seul morceau de marbre, que l’on transporta à Versailles et qui y fut placé en [...]57 après avoir esté achevé. On en avoit fondu une autre à Paris pour la ville de Lionxlii, qui fut embarquée en ce port pour y estre portée par le Rosne58.

  • 59 Traités de Ryswick marquant la fin de la guerre de la Ligue d’Augsbourg (septembreoctobre 1697).
  • 60 Il s’agit de la bataille du cap Béveziers (Beachy Head), le 10 juillet 1690.
  • 61 Le débarquement de Torbay, en 1692, visait à permettre le retour du roi Jacques II Stuart en Angle (...)

49Pendant toute cette guerre, qui dura jusqu’en 1697, qu’elle fut terminée par le traité de Risvic59,l’esprit du commerce régnant encor dans le royaume, Sa Majesté donnant des convois aux vaisseaux marchands pour les conduire en flottes, le Havre, qui par le moyen de la ditte digue estoit, comme on l’a dit, le meilleur port de la Manche, estoit le rendés vous de toutes les flottes, tant pour La Rochelle et lieux circonvoisins que pour Dunkerque et la coste de Flandres, et Sa Majesté, qui estoit supérieure en forces de terres et maritimes aux Anglois et aux Holandois, faisoit construire tous les ans un ou deux vaisseaux de 60 à 66 canons pour ces armées navalles, les magasins de l’arcenal estant toujours remplis d’armes et d’agrais pour rétablir une armée, quand elle y seroit venue. Aus[s]y l’armée navale du roy ayant battu celle d’Angleterre et de Holande à la pointe des Perrés, proche la coste d’Angleterre60, vint elle au mois de juillet 1690 en la rade du Havre pour prendre des rafraîchissements et débarquer les malades et blessés qui causèrent de grandes maladies dans la ville. Après quoy elle fut faire une dessente en Engleterre dans la baye Torbay avec [...ii] galères que le roy avoit fait construire à Rochefort et qui ne se trouvèrent point au combat, où elles auroient fait dé merveilles61. En effet, le vent estant devenu tout calme pendant le combat, elles auroient remorqué les vaisseaux du roy sur ceux des ennemis, qui estoient les plus endommagés et qui eurent toutes les peines du monde à se retirer, dont on ne laissa pas de couler à fond et de prendre un bon nombre. Quelques uns atribuent le retardement des galères à la jalousie de leurs commandants et d’autres au vent contraire.

50Cette dessente en Engleterre ne fit pas un grand effet. On y pilla seulement quelques vilages, après quoy, la flotte ayant retourné à Brest, les galères demeurèrent au Havre et à Honfleur, le bacin du Havre n’en pouvant contenir que onze, à cause des autres vaisseaux. On construisit en cet arcenal pendant ce temps là deux galères pour remplacer, dans la construction des quelles il entra pour chacune plus de bois qu’il n’en faudroit à un vaisseau de 60 canons, parce qu’on est obligé d’en oster tout l’aubeau*.

51Enfin, quand on eut fait reflection sur le peu d’avantage que l’on pouvoit retirer de ces sortes de navires sur la mer océane par les fortes marées qui courent dans la Manche et les tempestes, dont elle est souvent agitée, on les envoya à Rouen, où elles ont esté despiécées, exepté quelques unes qu’on envoya en divers ports les années suivantes pour empescher les bombardements, dont ils étoient menacés.

  • 62 Sic, pour La Hougue au nord-est de la presqu’île du Cotentin, près du port de Saint-Vaast-La-Hougu (...)
  • 63 Bernardin Gigault de Bellefonds (1630-1694), maréchal de France.
  • 64 Anne-Hilarion de Cotentin, comte de Tourville (1642-1701), vice-amiral.
  • 65 Il s’agit des batailles de Barfleur, le 29 mai, et de La Hougue le 2 juin 1692. Les lourdes pertes (...)

52En l’année 1692, le roy Jacques II d’Angleterre, que le roy de France avoit receu dans ses états et pris sous sa protection après que le prince d’Orange, son gendre, se fût emparé de son royaume par le moyen de l’armement naval, dont on a cy devant parlé, le roy d’Angleterre, dis je, prétendant avoir encore des intelligences dans son pays, Sa Majesté très chrétienne fit équipper tous les vaisseaux marchands des ports de Normandie pour transporter des troupes en Angleterre. Le Havre fut choisi pour le lieu du rendés vous d’une grande partie et la Hogue62 pour le rendés vous général, veu que la rade y étoit plus commode. On embarqua audit lieu du Havre bon nombre d’hommes et de chevaux et pendant qu’une partie étoit en rade, neuf vaisseaux anglois, une des fêtes de la Pentecôte, parurent pour les canonner ; mais ils n’osèrent trop s’avancer en dedans de l’Éclat et se contentèrent de tirer chacun une volée de canon contre trois frégattes légères qui les gardoient et qui se rangèrent en bataille à l’aproche des vaisseaux ennemis. Comme l’armée du Levant tardoit trop à joindre celle du Ponant, soit par les vents contraires ou par la jalousie qui étoit entre le maréchal de Bellefons63, vice amiral du Levant, et le conte de Tourville64, vice amiral du Ponant, le roy pressa si fort le conte de Tourville de se rendre à la Hogue et de se battre contre les Anglois, s’ils s’opposoient à son passage, parce que qu’on avoit supposé qu’ils se rendroient à luy, ce qui auroit pu arriver, si la princesse d’Orange, qui avoit le soin des affaires pendant que son mary étoit à la tête des troupes dans le Brabant, n’avoit [e]u la précaution de changer les cappitaines des vaisseaux, que le conte de Tourville fut combatre, où il fut batu65. Et les Anglois brûlèrent ensuitte la plus part des navires de transport qui étoient à la Hogue avec ceus qui, ayant échapé du combat, s’y étoient retirés.

53Le conte de Tourville se porta vaillamment en cette rencontre et, quoy qu’il n’[e]ust que 30 vaisseaux contre plus de 86xliv, il ne laissa pas d’en couler à fond et brûler plusieurs dans le combat sans en perdre un seul, après quoy il se retira à Cherbourg et à la Hogue, où les Anglois brûlèrent la plus grande partie de ses vaisseaux, environ le tiers s’étant retiré à St Malo et au Havre.

Figure no 33 – Le bombardement du Havre par la flotte anglo-hollandaise en 1694.

54Le roy Jacque estoit à la Hogue avec le maréchal de Bellefons et les navires qui y furent brûlés ne le furent que parce que personne n’osoit commander en leur présence et en celle du conte de Tourville, car ceux où il y avoit la moindre deffence furent sauvés de l’embrasement, en sorte que sans cela, les François auroient pu s’attribuer la victoire.

55On pêcha presque tous les canons de fer et de bronze et on les apporta au Havre où ils furent éprouvés derechef et ceux de bronze qui ne pouvoient plus supporter l’épreuve étoient mis dans des fourneaux pour les faire rougir et en cet état les casser par morceaux où il y avoit un grand déchet. Ce que voyant, un ouvrier de la ville, tourneur de son métier, il trempa une scie pour les couper, qui luy réussit fort bien, et il ne demandoit que 14 l. pour chaque trait de scie mais, voyant qu’on ne luy faisoit pas mesme espérer de récompence, il n’en fit qu’une de cette trempe et abandonna cet ouvrage, où le roy auroit considérablement profité.

56Le 18 septembre de la mesme année un léger tremblement de terre, qui fut presque général dans toute l’Heurope, se fit ausy sentir au Havre sans y causer aucun dommage, sy ce n’est qu’il fut un avant coureur des malheurs qui arivèrent en suitte dans la ville et dans le royaume. Car en l’année 1694, la cherté du grain fut extrême partout le royaume et les ennemis ne sachant comment entamer la France, qui estoit victorieuse de toutes parts, s’avisèrent de bombarder les villes maritimes. Ce fut le 22 juillet 1694 qu’ils commencèrent par le bombardement de la ville de Dieppe, qu’ils réduisirent en cendres. Ils avoient onze bombardes et en viron quarante autres navires, tant gros que petits. Le bruit de ces canons et des mortiers s’entendoit de la ville du Havre par ceux qui estoient sur les chemins couverts et, quoy que l’état major eût eu avis de ce qui ce passoit à Dieppe, cependant ils en gardoient un profond cilence. Il n’y eut que quelques uns qui, ayant fait enlever leurs meubles, furent suivis du reste des habitans, quoy qu’assés lentement. On fit cependant travailler à une batterie près les thuileries, celle du fort de St Agnan ayant esté abandonnée quelques années auparavant. On en fit encor une autre entre la grande digue et l’épi des Cornes, quand en fin la flotte ennemie, ayant quitté la rade de Dieppe, parut à la vue de la Hève et en suitte la rade du Havre, où elle mouilla l’ancre le dimanche 26 dudit mois de juillet, sur les dix heures du matin et les deux heures après midy, par la passe nord de la petite rade, d’où elles auroient bombardé à l’ancre sans la ditte baterie des tuilleries, qui les fit écarter et prendre le large. On tira sur eux des bastions de la ville lors qu’ils s’en furent approchés avec la marée et, sur les cinq heures, on leur coula à fond une bombarde à deux mortiers, dont presque tout l’équipage fut noyé. Les Anglois qui en échapèrent et qui sont depuis venus au Havre pendant la paix ont voulu dire que le feu avoit pris aux poudres par accident, ce qui l’avoit fait sauter, mais il est certain que ce fut par une bombe jettée de la ville du bastion de Ste Adresse, au raport de ceux qui servoient le mortier.

  • 66 Claude de Choiseul (1632-1711), maréchal de France.

57Sur la fin du jour, le maréchal de Choiseul66 s’étant rendu au Havre, on tira à son arivée cinq coups de canon du bastion de la Musique et l’on entendit de part et d’autre des cris de vive le roy. Les ennemis, de ce qu’ayant entendu tirer précipitamment plusieurs coups du milieu de la ville, ils se persuadèrent que c’estoit quelque magasin qui sautoit en l’air par quelques unes de leurs bombes, et les nostres, de la joye qu’ils avoient d’avoir à leur teste un homme d’expérience et de commandement. Le feu des ennemis dura jusqu’au point du jour sans qu’on tirast de la ville pendant la nuit qui cachoit leurs navires et, s’estant portés dans la fosse de l’Heure, où il y avoit allors une bonne rade inconnue à nos ingénieurs, d’où ils prenoient la ville en flanc et par un lieu où elle n’avoit que la Grosse Tour pour deffence, ils mirent le feu à une maison qui en consuma encor six autres au voisinnage. Ils jettèrent à cette première fois environ neuf cents bombes et auroient peut estre continué plus longtemps, sy une grosse pluie, la marée et un fort vent de sud ne les eust obligés à se retirer à la grande rade.

58Aussi tost après qu’ils se furent retirés, on travailla à perfectionner la baterie près le grand épy pour tirer à boulets rouges, comme on en avoit tiré quelques coups le jour précédent, et l’on acheva de déménager la plus grande partie des meubles de la ville. Le maréchal de Choiseul donna mesme ordre de brûler toutes les pailles, ce qui couvrit la ville d’une très époisse fumée jusque midy et fit croire aux ennemis que la ville estoit réduitte au mesme point que celle de Dieppe, d’autant plus tost qu’ils avoient veu du feu pendant toute la nuit, causé par l’incendie des sept maisons, dont on a parlé. Mais ils furent bien étonnés quand la ville, sur le midy, leur parut sans aucun dommage apparent, pour quoy ils recommencèrent la nuit du vingt huit à bombarder et jettèrent encor environ deux cents bombes sans causer d’incendie par les ordres que le maréchal de Choiseul avoit donnés. En fin, le dimanche premier aoust, le gros temps s’étant élevé, ils retournèrent dans leurs ports.

Figure no 34 – Plan du Havre par Jean Gasquerel, 1695.

  • 67 Voir aussi le récit qu’en ont fait deux témoins de leur temps : Nicolas Dubocage, chirurgien major (...)

59Il y eut encor viron cent cinquante maisons endommagées et l’on conta que les pailles des lits, qui avoient esté brûlées, montoient à plus de deux mil livres de perte pour les habitants, le reste allant à plus de cent mille écus67.

Épître héroïcomique sur le bombardement du Havre68

  • 68 Les ms. Lesueur, Marine et Le Véziel ignorent ce long poème que l’on retrouve sous le même titre c (...)
  • 69 Jeu de mots sur « arche » qui signifie également « coffre ».
  • 70 Compr. « de sûr asile ».
  • 71 Allusion aux bombes, bien sûr.
  • 72 La version du poème héroïcomique de Jean Laignel est de loin la plus complète et la plus authentiq (...)

Après avoir brûlé la ville
De Dieppe, jadis la jentille,
La flotte de nos ennemis
S’en vint mouiller tout vis à vis
Du Havre, cette forteresse
Sans deffaut aucun, sans foiblesse,
Dans le dessein d’en faire autant
Qu’à ces gros pescheurs de harangs.
Leur attente n’estoit pas vaine,
Car sans Choiseuil, le capitainexlv,
Terreur des ennemis du roy,
Tout estoit brûlé, sur ma foy.
Les habitans qui dans la ville
Croyoient leur présence inutille
Se consolloient d’avoir de hors
Le moule de leur justaucorps,
Imitant ces bourgeois de Rome
Qui, quand Néron, ce méchant homme,
Faisoit consumer leurs maisons
Non avec bombes mais tisons
Regardoient de quelque éminence
De leur ville la décadence.
Quelqu’un, dont je vous tais le nom,
Devinés, c’est le sieur [...] xlvi,
Comme on empeschoit la sortie
Du reste de la bourgeoisie,
Qui, quand on vit les ennemis,
Comme un oiseau se trouva pris ;
Ce quelqu’un, dis je, en patriarche
Se fit emporter dans une arche69,
Semblable à celle que Noé
Bastit de peur d’estre noyé.
Lors sans poudre,
balles ny mesche,
Ne sachant de quoy faire flèche,
Un grand nombre de nos bourgeois
Se retira dans Saint François.
Mais il n’étoit de sûr azille70
Dans la haute ny basse ville.
Lors que quelques uns des plus fins
S’en allèrent aux Capucins,
Ce leur fut une bonne affaire :
Un pont est là qui d’ordinaire
Sert de communication
A l’une et l’autre garnison.
On en hazarde le passage,
On réusit et l’avantage
Qu’on en tira ne fut petit.
Car par ce moyen il sortit
Des bourgeois près d’une centaine
Sans beaucoup de risque et de peine.
Une échelle tout à propos,
Dont on cueilloit des abricots
Qui croissent contre la muraille
De cette méchante tenaille,
S’estant offerte et ce bon heur
Les fit tous cesser d’avoir peur,
Car on leur eut d’une rabette*
Bouché le trou par où l’on pette.
La fuitte du premier danger
Dans un autre les fit plonger.
Car dans ce temps, un sentinelle
Des ramparts de la citadelle,
Qui de leur fuite s’aperceut,
Le diable soit mort, s’il se tut,
Il cria tant qu’il put : « Aresté !
Sinon je vous casse la teste ».
Mais le danger estoit trop grand
Pour écouter ce prédicant.
On gaigne ausy tost Parc en Ville,
Promenade de mainte fille
Et de maint amoureux ruzé,
Auparavant qu’il fut razé,
Pour de là dans sa métairie
Pleurer le sort de sa patrie.
[lacune]
[lacunexlvii]
Lors par la porte d’Ingouville
Choisel entroit dedans la ville.
Il la parcourt de bout en bout,
Il ordonne, il agit partout,
Aux abatus donne espérance,
Ranime tout par sa présence
Et fait qu’on ne craint plus la mort,
Qui nous épouventoit sy fort.
La porte cependant aux officiers ouverte
Plus d’un délogea sans trompette,
Dissant à sa maison adieu,
Plaise au ciel qu’en ce jour le feu
Ne t’ataque en aucune sorte ;
Je suis fâché que je n’emporte
Avec moy ton individu,
Mais, pauvre maison, que veux tu ?
C’est ainsy que le destin porta.
« Quiconque poura sortir, sorte
Au temps que l’on bombardera
La ville que François fera ».
Cet oracle est d’un vieux druide
Qui m’a toujours servi de guide.
C’estoit ainsy qu’un officier
S’entretenoit près son cellier
En mettant les clefs dans sa poche
De peur qu’on ne fit la debauche
Du vin qu’il enfermoit dedans.
Pendant qu’il s’en alloit aux champs,
Généreux corps, âme vaillante
Et digne par tout qu’on nous vante ;
Mais nostre illustre [...]
En ayant presque fait autant
A cent vois l’agille déesse
Pour le prôner luy seul nous laisse.
Vous avés agi prudemment,
Je suis de vostre sentiment :
A quoy bon exposer sa vie
A cette machine étourdie71.
Qui sans respecter aucuns lieux
Renversa les temples des dieux,
Les pompeux pallais des prophanes
Et les écuries des asnes,
Qui sans égard et sans pitié
Oste à la femme sa moitié.
Il faut avoir plus de foie
Que n’en ont les hommes qu’on lie
Pour se risquer dans le danger,
Lors que l’on peut s’en dégager.
J’ay fait le mesme, je vous jure,
Et prenés moy pour un parjure,
Sy je dis rien que de constant.
Un poète en armes combattant
N’a par ma foy point bonne mine
Et la muse n’est point badine,
Lors qu’elle craint d’un trépassé
De se voir au corps fracassé.
Finissons icy la moralle
Et pendant un peu d’intervalle
Revenons à nostre discours
Pour dire pendant ces trois jours
Ce qui se passe d’agréable,
De funeste et de déplorable.
On s’estoit assés vainement
Bombardé trois heures durant,
Lors qu’un bombardier de la villexlviii,
Plus que tous les autres habille,
Après avoir un peu guigné
Sans dire bénédicité
Envoya souper au bas monde
Avec une fatalle bombe
Les bombardiers plus résolus
Des ennemis de nos écus.
Une heure après ou demie heure
Il tomba dans un pot au beurre,
Réservé dans un cabinet,
Une bombe qui le fit fondre
Trois onces moins que tout à fait,
Car j’aimerois mieux me voir fondre
Que d’altérer le moindre fait.
Au mesme temps une carcasse
En feu fit prendre la paillasse
De quelque blondin délicat.
Mais il n’y fit pas grand sabat,
Car cent seaux d’eau de la fontaine,
Que l’on y jette aveque peine,
Le firent bientost envoller,
Dessus la région de l’air.
Tout jusqu’à lors faisoit merveille,
Quand on rencontrait des bouteilles
De vin d’Espagne ou de Bordeaux
Pleines jusqu’au bout des tuyaux,
On les mettoit en assurance
Dans le plus profond de sa pance.
Mais quelque trois heures après,
Une bombe tomba sy prest
De la maison d’un bourguemaistre,
Que l’on ne put se rendre maistre
Du feu qui prit et qui brûla
Sept maisons de ce canton là.
Malgré la vaine résistance
D’un couple des plus généreux,
Qui jettoient eaux en abondance
Dans le milieu de tant de feux
Dont un bien tost quitta la place
Manquant de force et d’audace,
Car les bombes de toutes parts
Y tomboient comme les frimats
Font sur une fleur que l’on aime
Et qu’un jardinier prend la peine
De cultiver et découvrir
Pour la pouvoir voir refleurir.
La nuit se passa de la sorte
La gent angloise n’est pas sotte,
Autre endroit ne fut bombardé
Et c’estoit fort bien inventé
Pour des raisons que je vas taire
Faute de rime nécessaire.
Ausy bien le jour approchant
Et l’ennemy se retirant,
Je suis bien aise de vous dire
Nous obligeant un peu de rire
Que l’ennemy le plus fattal,
Et qui nous fit le plus de mal,
Fut une puce des plus sottes
Qu’on atrappa dans les culottes
De Choiseuil, qui dans ce moment
Fit un exprès commandement
D’exterminer toute la race
Des puces du Havre de Grâce.
Ausy tost dit, ausy tost fait,
Chacun mit la main à l’effet :
On jette au quay mille paillasses,
On en brûle autant dans les places,
Quand pour un crime singulier,
Nous irons donc chez Lucifer,
Ce dit une pleine de rage,
Celles qui pouront à la nage
Se sauver et rentrer chez vous
Vous feront sentir leur couroux
Et tireront telle vengeance
Que jamais la mortelle engeance
Ne se souviendra d’avoir eu
De pareilles puces au cu.
L’effet suivit la menace,
Car cette mauditte race
Employa toutes ces dents
A mettre nos cus en sang.
C’est ainsy qu’on voit une armée
Par le desespoir animée
Mettre à mort tous ces ennemis
Tant en batailles qu’en partis.
En viron ce temps on arette
Un homme fuyant en jacquette.
On le prend pour un espion
Mais il est de Caen, nous dit-on,
Bon François et bon catholique,
D’humeur sy douce et pacifique,
Qu’à la guerre de Carentan
Avec huit cent bourgeois de Caen
Il n’osa de son escopette
Toucher seulement la gachette,
Quand à l’envi chacun tiroit
Sur cette poutre qui flottoit
Et leur sembloit estre l’armée
Par Nassau mesme commandée.
Pendant que ce vaillant soldat
Evitoit le segond combat,
On vit rentrer de compagniexlix
La plupart de la bourgeoisie
Dans le dessein de partager
Avec Choiseuil le danger
Et qui n’avoit sorty la ville
Qu’à cause d’un malhabille
Qui conseilloit en racourcy
De ne point se trouver ysy
Puisque toute valeur sucombe
Sous le fais d’une horible bombe,
Puis qu’on ne pouvoit de la bombe
Empescher l’effet par le monde
Mais il se trompoit lourdement
Et n’avoit veu bombardement
Que quelque part en taille douce.
Attendés un peu que je tousse,
Car depuis deux jours que j’écris
Je veux reprendre mes espritsl,
J’en pouray beaucoup mieux décrire
Une avanture propre à rire
Qui se passa le mercredy
Une heure auparavant jeudy ;
Car hormis des tuilles cassées,
Et quelques poutres terrassées
Tout ce passa bien, Dieu mercy,
Non pas sans peur car en voicy
Des exemples plus d’une sorte
Que ma muse veut que j’apporte :
Le premier la touche de près
Une bombe que je croyais
Hors d’état de pouvoir m’atteindre
Qu’ainsy donc je ne devois craindre
Crevant au beau milieu de l’air
D’un éclat fit presque voiler
La teste d’un poète si sage.
Ç’auroit esté fort grand dommage
Car la teste hors, de dépit
Sans doute j’eus perdu l’esprit ;
Le segond est une machine
Qui devoit ainsy qu’une mine
Renverser les combles et fonds
Des maisons que nous conservions.
Ce fut au détour d’une rue
Qu’à certain ayant la berlue
Elle parut au dessus la tour
Quelque moment avant le jour
Ainsy qu’une espoisse fumée
Mais ce n’estoit qu’une nuée
Qui nous fit aller aux endroits
Plus reculés de St François
Et qui, jusques à la dianne,
Fit paître chacun comme un asne
Dans le boulvart des Capucins
Le poste des gens les plus fins ;
Le troisième exemple de crainte
Que je vous veux dire sans feinte
Est un officier, lequel mit
Pendant cette maudite nuit
Dans un puant étron sa face
Pour éviter une carcasse
Qui le menaçoit de la mort,
S’il n’avoit fait un tel effort72

Figure no 35 – Bombardement du Havre par la flotte anglo-hollandaise, fin juillet 1694.

60Les années suivantes, on fit de nouvelles bateries à quoy il fut aisé de parvenir, la plus grande partie des canons apportés de la Hogue estants encor en ce port. On détruisit les deux bateries qui avoient servi pendant le bombardement et on établit celle du fort de St Agnen ou de Lucée, à laquelle on adjouta un mortier. On en fit une à l’épi de St Roc et une autre au grand épi en équerre qui battoit sur la rade et vers la flotte de l’Heure et on adjouta à cette dernière deux mortiers sur le glacis à la pointe du chemin couvert de la nouvelle demie lune. On mit ausy six pièces de gros canon sur la teste de la digue avec un mortier à l’entrée, et sur la jettée du sud on fit ausy deux bateries, une de chacun costé de la tour du Vidame et enfin on garnit de canon le bastion de la citadelle le plus avancé dans la mer et la Butte ou la Coste des canonniers affin de battre sur la fosse de l’Heure. On porta mesme à la pointe de la Hève à my coste deux pièces de 38 l. de balle avec d’autres petits canons pour empescher le passage dans la rade, mais soit que les ennemis eussent veu le peu d’effet de leurs bombes sur cette ville ou la dificulté de l’entreprise à cause de la rade où ils avoient beaucoup souffert lors du bombardement de la ville, lors qu’ils ont eu de pareils desseins, ils les ont plutost exécutés sur St Malo et Calais que sur cette ville.

  • 73 Paul de Beauvillier, gouverneur du Havre de 1687 à 1714.

61Pendant toute cette guerre, le roy créa au Havre une charge de maire et des officiers pour les quartiers avec de beaux privilèges, comme il avoit fait dans les autres villes du royaume. Il en créa encor mesme plusieurs autres que la communauté de la ditte ville se remit entre les mains, à la réserve de celle de maire qu’elle n’a rembourcée qu’après la paix publiée à celuy qui s’en estoit fait pourvoir. Et comme la garnison logeoit chez les bourgeois la plupart de l’année, on trouva moyen de s’en faire descharger, après en avoir beaucoup souffert, en remontrant que, quoy qu’il y eut des cazernes dans la citadelle pour loger plus de deux milles hommes, cependant on n’y en logeoit que six à sept cents ; laquelle remontrance estant apuyée de monsieur le duc de Beauviller, gouverneur73, et du commissaire eut son effet au grand soulagement des bourgeois.

  • 74 Ajout de Le Véziel, p. 415.
  • 75 La Compagnie du Sénégal fut créée en 1673 et installa une succursale au Havre en 1698, la même ann (...)
  • 76 Charles II, roi d’Espagne (1661-1700).
  • 77 Philippe de Bourbon (1683-1746), duc d’Anjou, puis Philippe V, roi d’Espagne.
  • 78 Charles de Habsbourg (1685-1740), archiduc d’Autriche puis empereur Charles VI.

62Enfin la paix ayant esté faitte à Risvic en l’année 1697, toutes les bateries du de hors furent démontées à la réserve de celle de la grande digue ; et lors que le commerce commençoit à refleurir dans le royaume, et particulièrement au Havre [par les pêches74] et les compagnies du Sénégal et de Sallé qui s’y établirent, mais qui ne purent subsister longtemps par les dépences exorbitantes des commis, ce qui ne manque presque jamais d’ariver à toutes ces sortes de compagnies75 le roy d’Espagne Charles II76 estant mort sans enfans, le duc d’Anjou77 segond fils de France ayant esté appellé à la couronne d’Espagne par le testament du feu roy et par la nation, comme il se voit plus au long dans l’histoire, l’Empire, l’Engleterre et la Holande prirent un sy grand ombrage de l’union de la France et de l’Espagne qu’ils renouvelèrent une guerre des plus longues et des plus ruineuses pour les François, dont la postérité puisse entendre parler. Comme les puissances avoient déjà envoyé plusieurs fois des secours d’argen et d’hommes à l’archiduc Charles78, auquels ils avoient fait prendre la calité de roy d’Espagne et qui s’étoit emparé de la Catalogne par la rébellion qui est ordinaire à ces peuples, et que d’un autre costé, le roy de Portugal avoit pris les intérests de leur ligue, les troupes d’Angleterre ne voyant revenir aucun de ceux que l’on envoyoit en Espagne et en Portugal, faisoient de plus en plus dificulté de s’embarquer, ce qui [les] obligeoit à faire courir le bruit que tous les embarquemens qui se faisoient estoient destinés pour dessendre en France, d’autant plus tost que ce peuple ennemy déclaré des François se persuadoit d’humilier par ce moyen la France et en raporter un gros butin ; mais tous ces bruits n’étant que pour les leurer, comme l’événement l’a fait voir. Cependant on ne laissoit pas de craindre en France qu’ils n’exécutassent quelque entreprise sur les costes et on s’y tenoit partout sur ces gardes.

Figure no 36 – Veue de la ville du Havre de Grace, du costé de la mer.

63Les choses même se trouvèrent en un tel point qu’on mit en délibération en 1705 sy le Havre ne seroit pas démantelé, mais la négative l’emporta et non seulement on rétablit toutes les mesmes batteries qui avoient esté faites pendant la précédente guerre, mais encor on en forma une nouvelle vis à vis du fort de Ste Adresse avec des retranchements depuis le pied de la coste jusqu’au fort de St Agnan.

64Ce fut le 30e de décembre de l’année 1705 qu’il fit un coup de vent des plus extraordinaires, puisque le vif argen dans le baromettre baissa 26 pouces deux lignes, [qui] renversa et emporta la moitié de la jettée et la batterie qui estoit au bout, combla presque l’entrée du port de galley, fit perdre plusieurs navires dans le port, l’eau estant sur tous les quais fut bien avan dans la rue de St Julien, les vagues rompirent ausy le perrey de l’Heure en plusieurs endroits et la mer entra dans la plaine de l’Heure qui fut innondée. Et cet accident est d’autant plus à craindre à l’avenir, tant parce que ledit perrey baisse journellement, la mer poussant toujours le galley vers le Hoc sans qu’il puisse estre remplacé par d’autre, le passage luy estant empesché par la ditte digue qui a fait gagner plus de soixante toises de terrain en moins de vingt ans, que les ingénieurs ne veulent pas faire une enfilade de pieux depuis la citadelle jusqu’à la pointe des Neiges, qui seroit l’unique remède qu’on y puisse apporter. Il est vrai qu’ils ont proposé de faire une digue de terre un peu en dedans du galley, mais comme cela porterait trop de préjudice aux riverains, ils n’ont eu garde de les presser de l’exécution d’un pareil dessein qui leur causeroit plus de dommage que la mer mesmeli.

65En l’année 1704, pendant que la digue subsistoit encor en son entier, on continua la jettée du sud environ 30 toises dans le dessein de la prolonger encor mais le coup de vent dont on vient de parler ayant rompu les premiers desseins qu’on avoit pris, on résolut de faire une digue de pierre contre et joignant la grande digue que l’on poussa environ quarante toises au bout de l’ancienne jettée de pierre et on fonda quelque pieu au bout le plus avancé dans la mer qui avoit esté abattu. En suitte de quoy, un autre coup de vent ayant presque achevé de boucher le port, le deffaut d’argent fit cesser les dits travaux jusqu’en 1711. La voûte de la grande tour tomba en l’année 1708 par la négligence de ceux qui devoient veiller aux travaux et par vétusté ; et l’indolence avec laquelle on laisoit toutes choses dans le royaume pendant ce temps là a fait négliger cette réparation d’autant plutost que par le moyen de la digue, la baterie qui est dessus est trop reculée et la ditte tour ne fut plus que pour la chaîne du port.

66Pendant l’année 1711, on recommença à travailler à la ditte digue de pierre, mais au lieu de travailler à la teste dans les anciennes fondations ou au bout de celle de pierre qu’on avoit faittes les années précédentes, on la commença par le milieu à l’extrémité de celle de bois qui subsiste encor, mettant les fondemens dix à douze toises plus en dedans de l’entrée du port pour de la joindre en angle la ditte digue de pierre et finir à l’ancienne teste dans la mer ; et comme dans les autres travaux on s’estoit servi d’eau sallée pour détremper la chaux, on ne voulut plus se servir que d’eau douce que l’on fit venir du canal des fontaines de la ville qui fut ouvert à l’angle rentrant de la contrescarpe de la demie lune du costé de la porte du Perrey.

67Quand cette digue de pierre fut avancée, il y eut plusieurs contestations car il se trouva des gens qui dirent que l’angle qu’on faisoit faire à la digue fermoit l’entrée du port mais les anciens capitaines de navires, les marchands et tous ceux qui avoient le plus vu et pratiqué l’entrée du port et le dedans d’iceluy soutindrent qu’il estoit parfaitement bien attendu que l’angle qu’elle fait laisse encor une grande entrée et abri[t]e le port qui estoit ouvert à tous les vents du costé de la mer, de sorte que, quand il venoit un coup de vent de sud ouest, ouest ou nord ouest, les vagues entroient dans le port avec une telle violence que les navires rompoient leur cables, emportoient les pieux, où ils estoient amarez, et le plus souvent s’en alloient en d[é]rive sur les écores*, s’entre écrasoient et couloient à fond, en sorte que l’année [1705lii], il y eut six navires coulez à fond dans les hais*, ce qui causoit un grand désordre et l’on a remarqué que depuis que l’on a donné cet angle à la digue, que la mer n’est pas sy grosse dans le Havre. Tous les navigateurs demeurent d’acort que, sitost que le vent vient au ouest sud-ouest, la mer se brise derrière l’angle de la digue et n’entre plus dans le port avec tant de violence, quoy que l’entrée soit plus profonde qu’elle n’a jamais esté ; et quand le vent vient au ouest, il n’y a pas la moitié des vagues qu’il y avoit dans le port autrefois et l’on peut dire aujourd’huy que les batimens y sont en seureté.

  • 79 Le prince de Condé.

68Pour revenir à ce qui regarde les églises de la ditte ville, dont on a cessé le discours en l’année 1638, maistre Roland Lherel fut curé jusqu’en l’année [1642liii] et maistre Gaude luy succéda mais il quitta la cure pour estre chanoine et grand vicaire à Rouen. Maistre Gimar y vint en suitte mais il quitta pareillement la cure pour estre grand pénitencier à Beauvais, après quoy Mr Du Festel y fut viron un an et maistre Michel Bourdon, originaire de la ville du Havre, qui y resta quelque temps, la résigna par ce qu’ayant receu un soufflet d’un officier de la garnison qui croyoit avoir esté trop désigné dans les sermons que le dit sieur Bourdon faisoit, sa dévotion et son mérite ne luy permettant pas de tirer une vengeance proportionnée à l’injure, il fut conseillé de se départir de sa ditte cure, ce qu’il fit en faveur de maistre Jean Baptiste de Clieu, du consentement de monsieur le Prince79, de lors seigneur de Graville, pour aller à Limoges où il fut fait grand pénitentier et auquel lieu il décéda en 1706. Ce fut luy qui bastit la communauté ou séminaire des prestres en l’année[1666liv] et le dit sieur de Clieu qui fit bastir la chapelle de St Charles en l’année [1685lv].

  • 80 Sic, pour bailliage.

69Pour ce qui regarde l’église de St François, elle ne fut entièrement achevée qu’en l’année 1681 ; en l’année 1671, on plaça la contretable du cœur qui fut lambrissé en 1672. En l’anné 1680, on acheva les murailles des chapelles du costé du nord avec trois vitres qui restoient à placer ; en 1681, on fit les dernières voûtes de ce costé là et en 1682, on fit placer la cloche de l’horloge provenant des amendes jugées au siège de baliage80 à l’encontre de quelques religionnaires qui avoient commis des iréverences lors de l’inhumation d’un corps et dans le temps que l’on portoit le St Sacrement à quelques malades.

  • 81 Deux blancs laissés par tous les manuscrits.
  • 82 Jacques-Nicolas Colbert, archevêque de Rouen (1655-1707).
  • 83 François-Louis de Bourbon (1664-1709), prince de Conty.

70La cure d’Ingouville estant avec les églises du Havre un des bénéfices du royaume le plus distingués après les évêchez, on démembra du doyenné de St Romain de Coleboc toutes les paroisses voisines de la mer au nombre de [...], dont en l’année [...81 monsieur de Colbert82 archevesque de Rouen, forma le doyenné du Havre. Et comme la faveur des marquis de Graville avoit estouffé la décision du procez de 1586 au sujet du patronnage des églises du Havre, monsieur le prince de Conty83 fit placer un banc d’œuvre dans le cœur du costé de l’évangille, en l’année [...]lvi et l’on ne s’embarassa plus de dire apsolument en parlant du curé d’Ingouville et de ces annexes, le curé du Havre, comme s’il n’y avoit plus eu de dificulté sur ce sujet. Cependant, les armoiries et cus de lampes qui pendoient du cintre de toutes les voûtes de l’église de Nostre Dame furent abatues par ce que quelques unes ayant tombé par leur propre poids et par la faute de la verge de fer qui les soutenoit et s’estoit consumée de la rouille, il ne fut plus mis au cintre de la voute au dessus du maistre autel que les armoiries du roy sur une plaque de fer blanc, sans que celuy ou ceux qui les y ont fait mettre ayant eu ordre pour cela, et comme il n’étoit pas de la bonne politique à qui que ce soit de s’en formaliser, elles y ont resté seulles jusques à présent sans qu’on aye osé en rechercher l’hauteur, que quelques uns ont voulu dire estre monsieur de Clieu, curé de la ditte ville.

  • 84 Louis de Bourbon (1661-1711), dauphin de France, dit le Grand Dauphin.
  • 85 Jean XVIII, 36.

71Monseigneur Louis, dauphin de France84 estant décédé au mois de may 1711 en son château de Meudon, on célébra un service solemnel en la ditte église le 5 septembre suivant. On fit dresser à cet effet dans le cœur de la ditte église un mausollée de 6 pieds en caré et 15 pieds de haut avec une piramide de douze pieds. Le curé du Havre âgé de plus de 82 ans officia et prononça l’oraison funèbre sur ce texte meum regnum85 non est de hoc mundolvii.

72Le mardy 6 octobre de la mesme année, un léger tremblement de terre se fit sentir en la ditte ville par deux secousses en viron à 8 heures du soir et, quoy que l’istoire ne face peut estre pas mention de ce récit, cependant on ne peut douter de la vérité de cet événement puisque la plus part des habitans s’en aperceurentlviii.

  • 86 Philippe II, duc d’Orléans, régent de France (1674-1723).
  • 87 Nicolas Machiavel (1469-1527).
  • 88 L’Hôtel des monnaies, achevé en 1721, fut démoli en 1724 pour bâtir la Manufacture de tabacs.
  • 89 Sic, pour acheter.

73En l’année 1719lix, on commença un nouveau sisteme. Mr le duc d’Orléans86 avoit obtenu quelque temps auparavant du conseil d’estre reconnu régent et le fut à la barbe des princes nommez par Louis le Grand. Ce prince, à la vérité, étoit doué de très bonne et de très mauvaise calitez : il sçavoit la politique de Machiavel87, florentin, par cœur ; il avoit de terribles dessains aux dépends des peuples. Il voulu[t] faire faire au Havre un hôtel des monnois de cuivre88 et, pour y parvenir, on achetta une grande place proche des Capucins de laditte ville ; on achetta par force desdits Capucins quelque place qu’ils avoient eux mesme fait ajetter89 par un de leur dévots qui leur en avoit fait don : mais les autres maisons du cartier tenoient encor. Il les falloit avoir des particulliers sur le pied qu’il voulurent les vendre. On y fit travailler à la haste avec plus de 300 hommes et enfans ; tout alla par le travers et rien ne fut fait bien. Il falut en démolir plus de la moitié de ce qui avoit esté fait et qui coûtoit plus de cent mil livres, pour y faire une manufacture, qu’on y voit présentement, pour la fabrique du tabac ; à la vérité cette maison est superbe. Elle ne fut achevée qu’en l’année 1729.

  • 90 John Law (1671-1729).

74Ce fut dans ce misérable temps que Law90 ou Laze, étoit l’asme dannée de Mr le régent. Il inventa les billets de banque en l’année 1720 : un petit caré de papier valoit 100 l., 1 000 l., 10 000 l. ; il y en avoit de 10 l.

  • 91 C’est-à-dire en nature.
  • 92 Sic, pour maire-échevins.
  • 93 Il s’agissait bien sûr d’une mesure de représailles contre les bourgeois de la ville manifestement (...)

75Premier que de sortir de cette année 1720, il est bon de remarquer une mutinerie qui se passa dans la citadelle du Havre, causée par les invalides et soldats du régiment de Laval, qui compossoient la garnison. Cela vint à l’occasion du bois à chauffer que la ville leur devoit fournir en essence91 et qu’ils vouloient avoir en argent. Cela donna lieu aux plus mutins d’entre eux environ sur les 10 heures du soir de crier devant la porte de mr Des Vivierslx, lors commandant dans la citadelle, et firent tant de bruit qu’on les entendoit de la ville sans sçavoir d’où cela procédoit. Mais lorsque les bourgeois entendirent tirer à 10 heures du soir dans la citadelle 5 ou 6 coups de fusils de suitte, un chacun s’arma et mrs les mer-eschevins92 furent aussy tost alertés. On batit la généralle, on fut prendre les ordres à la maison de ville et on étoit tout près lors qu’il arriva dans ce temps au petit hôtel de ville l’aide major, qui nous assura que ses brouillons avoient à la fin cessé de tempester. Cependant, le commandant n’avoit par manqué d’en écrire en court et déjà il y avoit des ordres de faire marcher une forte garnison pour estre logée chés les bourgeois93 Mais on représenta à la court la diligence des habitans à repoucer par leurs armes l’insolence de ses mutins. S’en fut assez pour contremender cette prétendue garnison. Il vint un ordre au régiment de Laval de sortir incessament du Havre ; on les ménagea jusqu’à un[e] autre garnison, où il n’étoient pas les plus forts, quand ils furent arrivés, il y en eut de pendus et d’autres aux gallères. Il y eut aussy des plus mutins d’entre les soldats invalides qui eurent le mesme sort et quel qu’autre chassez avec deffence de porter les armes pour le service du roy.

  • 94 Paul-Hippolyte de Beauvillier, duc de Saint-Aignan (1684-1776) et gouverneur du Havre de 1719 à sa (...)
  • 95 Paul de Beauvillier, gouverneur du Havre de 1687 à 1714.

76Vers l’année 1723, monseigneur le duc de St Aignan94, fils de monseigneur de Beauviller95, voulut voir son gouvernement du Havre et pour le recevoir dignement, toute la bourgeoisie monta sous les armes. On fit des allignements marquez sur le gazon au droit de la face du bastion de Ste Adresse, vers la mer, sur les glacys.

  • 96 L’auteur est clairement un bourgeois du Havre et ces événements furent manifestement vécus.

77Dans cette année arriva une petite disette ; on ne pouvoit trouver de pein pour son argent. Les pauvres commencèrent à se faire craindre ; ils enfoncèrent quelque boutique de boulenger ; plus de la moitié des maîtres de cette profession ne pouvoient ou ne vouloient plus cuire : on publia que cette famine provenoit des enlèvemens de bleds que le major favorissoit, quoy qu’il n’y eust pas pencé ; on le chercha et il fut trouvé par un nombre de canailles atrouppez dans la rue des Drappiers. On commença à le charger d’injure et de coups de pierres de mesme que deux officiers invalides que se trouvèrent à sa compagnie. Mais cette émotion finit par la diligence que fit mr le major pour se retirer et bien luy en prit pour luy et pour la bourgeoisie laquelle, quoy qu’innocente de ce tumulte, en avoit peut estre esté inquiétée. Et c’est ce qui donna lieu de faire bastre la généralle et tous les bourgeois furent aussitost sous les armes. On possa des corps de gardes partout et des sentinelles à chaque coins de rue de mesme que sy les ennemis eussent déjà gaigné les chemins couverts et demie lunne de la ville du Havre et toute[s] ces belles précautions aboutirent à faire loger en prison dans la citadelle un boucher et deux pauvres femmes. Ensuitte de quoy nous fûmes dès le landemain renvoiez chacun chez nous. Mr de La Vacherie est le nom de se major ; il avoit des amis qui le firent aller en garnison à Ar[r]as et on nous donna à sa place un autre major très judicieux96.

  • 97 Sic, pour épi à Pain.

78Dans cette mesme année 1723, comme la mer avoit amassé un très grand nombre de galey entre l’épit à Pein97 et le grant épit, on conclut qu’il falloit démolir un moulin à vent qui empeschoit la veue accause de sa proximité du musoir de la Grosse Tour et du rampart de St André. Les mrs qui lors compossoient le génie au Havre étoyent dans ce sentiment, lors qu’un bon homme de campaigne leur fut présenter comme se faisant fort de placer le dit moulin où l’on voudra sans le dépiècer. Il fut écouté contre le sentiment de bien du monde et mena ledit moulin à la place, où on le voit à présent.

79Ce fut dans ce temps qu’on fit des portes du bassin toute neufves à la places des vieilles qui étoient pouries ; on releva aussy la platte forme du dit bassin.

  • 98 Sic pour voyait.
  • 99 Charles-Marie de Quélen assumera ses fonctions jusqu’en 1754. Voici donc l’ultime élément biograph (...)

80Le pont tournant fut ausy fait en cette ditte année 1723 par un filament et le tout par les soins de mr Castein, ingénieur. On commança en cette ditte année à amasser grand nombre de pavé[s] de grez très beau pour les mettre à la place de petit pavé de caillou qui estoit très incommode. Dans ce tamps là, mr les mereschevins de cette ditte ville obtindre[nt] un arrest de la court qui oblige tous les propriétères qui font bâtir le devant ou la fasse de leurs maisons de la faire en brique, caillou pincé et pierre de taille, soit en totallité ou en particullier, sans se servir de bois, comme on faisoit le temps passé à cause que c’est trop sussebtible au feu et qu’on en voyet98 souvent des accidants ; en sorte que en cette année 1733, il y a déjà plus de la moitié de la ville enrichie de ce beau pavé et nombre de maison bâtie de brique. En cette mesme année 1733, le 30e janvier, monsieur Quelin a prins possession de la cure d’Ingouville et ses anexes. Quant il fut arrivé à St François, je fus, comme étant marguillier en charge cette année là, avec mrs les anciens marguillers de la dite églize de St Lrançois, le saluer et le congratuler dans la sacristie, où il estoit, sur son nouveau avènement à la ditte cure99.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. Laignel de L’Ormerie maintient curieusement l’erreur de patronyme commise au chapitre précédent : « Laurens Lherel ».

ii. ms. Le Masson : « Antoine Goulde en 1642, François Du Festel 1648, Nicolas Gimard 1649, Michel Bourdon 1665, Jean-Baptiste de Clieu, 1669, N. Dorigniet, Jerôme Pouget 1719 » (f° 55). Laignel de L’Ormerie écrit « Goudde » pour « Gaulde », tandis que Le Véziel l’écrit « Gaude » tout comme il écrit « Gimar ». Mais la note du copiste de 1806 précise en regard : « Ou Antoine Goulde » (p. 392)

iii. « maistre Pouget, curez et alternatifs du Havre [décédé en novembre 1732] » (ms. Laignel de L’Ormerie).

iv. Le ms. Le Véziel reproduit la même date laissant clairement entendre que la collecte est inachevée au moment de la rédaction tandis que Laignel de L’Ormerie donne « depuis 1643 jusques en 1728 » (p. 392).

v. « [...] qui avoit desjà un dicernement admirable » (ms. Laignel de L’Ormerie).

vi. « pas assez en sureté » (ms. Le Véziel, p. 393)

vii. Laignel de L’Ormerie ajoute que ce dernier « est un malhabille homme de se plaindre que cet employ estoit indigne du maréchal de Harcour, puisque tout l’honneur d’un homme de ce rang doit consister en l’obéissance qu’il doit avoir pour un souverain ».

viii. Le Véziel rature cette date et rétablit février 1651 (p. 393). Le ms. Lesueur lui donne raison en fournissant cette preuve en note marginale, p. 53 : « Nota : Ils y étoient encor en février 1651, suivant un acte registré au notariat du Havre du 3 février 1651. Il y a aussy une procuration passée par les princes de Condé et de Conty le 28 décembre 1650. » Comme l’affirmait en 1777 Marie Le Masson Le Golft qui l’avait eu en mains (BMR, ms. G16), ce manuscrit fut manifestement en possession du notariat du Havre.

ix. Concernant ces fameux expédients, le ms. Ville du Havre (AMH, II 23) est le seul à ajouter cette curieuse anecdote : « Cependant un des officiers de la garnison qui leur étoit secrètement dévoué trouva moyen de leur faire tenir des lettres sans qu’on pût s’en apercevoir, et cela en présence du commandant, de tous les officiers, et des gardes qui les observoient exactement. Ce commandant, suivant l’ordre qu’il en avoit de la cour, permettoit aux princes de faire de tems à autres un tour sur les remparts de la citadelle pour y prendre l’air, mais toutes les portes fermées, sans les quitter et sans cesser de les observer un seul instant. Ils s’amusoient alors à jouer au petit palet. L’officier dont on vient de parler faisoit souvent leur partie, et trouvoit moyen à la place de l’un de leurs écus d’en substituer un autre qui étoit creux et qui contenoit les avis que leurs amis leur donnoient par ce stratagême. »

x. « Ils furent coucher au château de Grosménil » (ms. Le Véziel, p. 394).

xi. M. Grenier de Cauville, selon Le Véziel, p. 394.

xii. « [...] dont le crâne y a demeuré plus de 45 ans » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xiii. « [...] où est l’auberge de l’Écu, la maison qui fait l’angle à gauche, quand on tourne pour monter la côte qui conduit à l’église du dit lieu » (ms. Le Véziel, note marginale datée de 1806, p. 395).

xiv. « Une petite église à l’endroit où sont à présent les ormes plantez dans la cour qui conduit aux marches de leur église du costé de la mer. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xv. « [...] et en l’année 1674 ils firent bastir cette autre église que nous voyons. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xvi. Vaste espace laissé volontairement en blanc dans le ms. Laignel, probablement pour être complété par la suite. Les ms. Laignel de L’Ormerie, Le Véziel et Lesueur l’ont respecté mais avec beaucoup moins de place, confirmant ainsi qu’ils sont d’une seconde génération.

xvii. Cet espace laissé libre dans le ms. Laignel est complété par la date de 1597 chez Le Véziel, p. 397.

xviii. « le sieur de Bocrossé de la maison de Goustimesnil » (ms. Lesueur).

xix. « Le cardinal de Richelieu qui, comme dit Dupleix [...] » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xx. « Ce canal estoit pourtant navigable pour des bateaux : il y en a eu quelques uns mais le peuple inaccoutumé à ses sortes de voitures aquatiques l’abandonnèrent au plustost, les commandans ne s’en mirent plus en peinne, sy bien que les terres depuis un peu au delà de l’église de Graville se sont écrouliez et bouché. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxi. On a ici retenu la version de l’abbé Dicquemare qui retranscrit le texte de la plaque tel qu’il paraît l’avoir vu. Il est le seul en effet à matérialiser le découpage des sept lignes (Dicquemare, f° 154).

xxii. Laignel de L’Ormerie précise que le pont « se levoit en voutte, avec des barres de fer et des chaînes qui levoient les deux paneaux par le milieu. Ce pont durra quelque temps : il estoit magnifique, mais fort embarassant accause que les vergues et maneuvres des navires qui y passoient etoient toujours fort embarassez dans les chainnes et les bras de ce pont ».

xxiii. Laignel de L’Ormerie : « Un espesce de lutin y avoit la vogue chez les espris foibles : l’on le nommoit la Beste du pont, mais la vérité estoit que quelques matelos, qui se servoient du deffaut de la lune pour frauder quelque droits, maltraitoient quelque commis et tout ceux qui croient de ce nombre dont plusieurs furent noyez ; ce dit lutin traînoit des chainnes et fesoit un bruit de diable, cependant depuis la démolition dud. pont, ce lutin en fut sy déplaisant qui s’en laissa mourir. » Le Véziel semble encore plus sceptique puisqu’il n’évoque même pas cet épisode.

xxiv. Le Véziel dit 1665, p. 400, et le ms. Lesueur a laissé un blanc.

xxv. Une note marginale chez Le Véziel, p. 400, ajoute : « Le mur qui fermait à l’ouest ce bassin fut abbattu en 1820. L’année suivante, on déboucha les deux petites rues à l’est, et les grilles de chaque côté du pont furent enlevées. » Le ms. Lesueur précise : « [...] où est une chapelle et une fontaine. »

xxvi. Le ms. Lesueur continue ainsi : « [...] et une maison pour le directeur de la Compagnie [des Indes] quy s’établit par après, laquelle est présentement [depuis 1682] occupée par le Controlleur de la Marine et autres magasins pour ouvriers. »

xxvii. Le passage qui court de « avec les officiers nécessaires » jusqu’à « gouverneur du Havre » est absent chez Laignel de L’Ormerie.

xxviii. Laignel de L’Ormerie ajoute : « L’auteur s’es[t] fait recevoir capitainne et pilote le 17e mars 1717 par Mr Dubocage, suivant sa lettre de réception de l’amirauté du Havre ; et j’ay aussy aprins l’hidrograffie sous le dit sieur Georges Boissaye sieur Du Bocage en se temps là, hidrograffe du roy, entretenu en ce port du Havre de Grâce. » Voir la transcription de ce document en Annexe.

xxix. « couverts » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxx. « [...] affin d’y forger des grosses ancres pour les grand vesseaux de Sa Majesté, dans laquelle il y a une machinne que 4 hommes tournent et font battre un marteau de 4 ou 500 pesant » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxxi. Le copiste de 1806 ajoute en marge, p. 402 : « Mr d’Epresménil, père de celui qui a été guillotiné en 1794. »

xxxii. « [...] qui entreprit de faire venir les eaux des fonteinnes de Ste Adresse au Havre en grande abondance. Ce religieux y procéda cy judicieusement et plaça ses aqueducs avec un chois admirable car, au lieu que les canaux traversoient les marais et estoient de plomb, il les fit faire de terre à pot et les fit placer le long de la chaussée du Perrey et [ils] entrent dans la ville par le bastion de St André, d’où ils se répandent dans la fonteinne du St Esprit et puis, prenant divers chemins et cette division, [ils] donnent l’eau à la fonteinne de la place d’armes, du Vivier, du Marché de l’église, de l’arcenal, de St François, des Capucins et de la citadelle » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxxiii. Le Véziel le nomme « Gasquerel » (p. 403)·

xxxiv. « Il perdit un moulin à la vérité, qui ne pouvoit plus subsister par la falaise, sur laquelle il étoit placé, qui se croula. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxxv. Paragraphe absent chez Laignel de L’Ormerie.

xxxvi. « Le Grand Rouen » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxxvii. « [...] et principalement le Rouen, qui fut fait bastir par des personnes qui n’oublioient point de faire leurs affaires au dépends du roy. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxxviii. À cet endroit (p. 405-406), le manuscrit Le Véziel présente deux cartes intitulées respectivement Carte de l’embouchure de la Seine vers le 14e siècle et Plan de la Petite Heure levé en 1705, très voisines des plans dessinés par Laignel de L’Ormerie.

xxxix. Espace laissé en blanc par Laignel.

xl. Le copiste du ms. Le Véziel note en marge, p. 407 : « Elle subsista jusqu’en 1742. »

xli. « Percanville » (ms. Le Véziel, p. 408).

xlii. Le Véziel ne mentionne pas la statue destinée à la ville de Lyon.

xliii. L’espace laissé en blanc chez Laignel est comblé par Le Véziel, p. 410 : « 25 galères. »

xliv. « 44 vaisseaux contre plus de 90 » (ms. Le Véziel, p. 411).

xlv. Une version plus courte de ce poème est rapportée par Guillaume-Antoine Sery (1751-1836), dans son Spicilège ou farrago, lequel contient des « Bouts-rimés que l’on prétend avoir été faits sur le bombardement du Havre, en 1694 » (AMH, BAGF 5900, p. 546-549). On y trouve la variante suivante : « Car sans Choiseul, le capitaine, / Terreur des ennemis du roi, / Tout étoit perdu, sur ma foi. / Car le commandant de la ville, / Ne se croyant assez habile, / Fut se cacher, et tout soudain / S’enferma dans un souterrain. / Le bourgeois en perdit courage, / Et chacun d’eux plioit bagage, / S’empressant à mettre dehors / Le moûle de leur just’au corps. » Joseph Morlent en publia en 1840 une version très voisine, quoique abrégée, dans la partie de son Keepsake normand consacrée spécifiquement au Elavre (voir J. Morlent, Le Havre et ses environs, Le Elavre, Morlent, p. 76-78).

xlvi. « Devinez [...]. C’est le sieur Simon », tout en précisant en note : « On dit qu’il se fit enfermer dans un coffre pour sortir de la ville. Le mot Simon n’est ici que pour la rime » (Spicilège de G.-A. Sery, AMEI, BAGF 5900, p. 546).

xlvii. Il manque deux vers et l’espace est laissé en blanc par Jean Laignel.

xlviii. G.-A. Sery, op. cit., p. 548 : « Mais un bombardier de la ville, / Que l’on disait le plus habile, / Dit : quand j’aurai bien ajusté, / Ma foi ! je veux être fouetté, / Si, parmi tout ce vilain monde, / Je n’en envoye un cent sous l’onde. / Tout aussitôt le bombardier / Fit sauter l’équipage entier / D’un vaisseau qui ne pensoit guère / Que l’on songeoit à son affaire. »

xlix. G.-A. Sery, op. cit., p. 548 : « On vit rentrer de compaignie/Les peureux de la bourgeoisie / Dans le dessain de partager / Avec les hardis le danger / Disant n’avoir fuy de la ville / Qu’à cause d’un sot malabille / Qui conseilloit en bon amy / De ne se point tenir icy. / Puisque toute valeur sucombe / Sous le fais d’une horible bombe / Mais il se trompait lourdement. »

l. Le ms. Laignel de L’Ormerie s’arrête ici de même que le Spicilège de G.-A. Sery.

li. Le copiste du ms. Le Véziel précise en marge, p. 416 : « On en a fait une semblable vers 1780. »

lii. Blanc laissé par Laignel, comblé par Laignel de L’Ormerie. Tout ce paragraphe sur les améliorations apportées par la nouvelle digue de pierre n’apparaît nullement chez Le Véziel.

liii. Blanc laissé par Laignel, comblé par Le Véziel. Les ms. Lesueur (p. 79) et ms. Marine (p. 87) comportent la note marginale suivante : « A la fin de l’inventaire du sr Pouget, curé, 21 novembre 1732, sont inventoriez 2 arrests, l’un du Grand Conseil du 8 février 1658 entre me Adam Deschamps, curé d’Ingouville, et me Etienne d’Yébleron qui est débouté de sa prétention au sujet des fruits et revenus des chapelles Notre-Dame et de Saint-François du Havre, et l’autre du 11 mars 1661 sur le proceds d’entre le sr Bourdon, curé, et les srs Barré et Lemaire dévolutionnaires, arrest du Conseil Privé du 30 septembre au dit an qui renvoie les parties au Grand Conseil. »

liv. Blanc laissé par Laignel et Le Véziel, comblé par Laignel de L’Ormerie. Ce séminaire était également appelé communauté des prêtres Saint-Charles. Le copiste de 1806 anannote : « Communauté des prestres ou séminaire de St Charles, fondé en 1660, par les soins de M. Bourdon curé et MM Bailleul et Le Chevalier, prestres. Cette maison a été vendue et démolie pendant la révolution et on y construisit une grande maison de négociant qu’on voit aujourd’huy 1795 » (ms. Le Véziel, p. 364).

lv. Blanc laissé par Laignel et Le Véziel, comblé par Laignel de L’Ormerie. Celui-ci poursuit : « [...] et Mr Pouget, curés alternatifs du Havre ». Le copiste du ms. Le Véziel ajoute en marge : « Après M. de Clieu, les curés de N. D. furent Mrs Pouget, de Quelen, Carriou, Mahieu, et après la Révolution, MM. Malleux, Pâris. » (ms. Le Véziel, p. 417). Les ms. Lesueur (p. 79) et ms. Marine (p. 87) comportent la note marginale suivante : « L’église de SaintFrançois avoit été commencée en 1554. »

lvi. Blanc laissé par Laignel. Laignel de L’Ormerie précise « 1709 » tandis que Le Véziel écrit « 1702 » (p. 418).

lvii. Le ms. Le Masson donne au détour de cette phrase cette précieuse indication biographique : « Là finissent les mémoires qui m’ont été prêtés par Mrs les notaires du Havre. J’y ai fait quelques additions selon que je les ai trouvées dans l’histoire de France, où que je l’ai[e] appris de témoins oculaires. Cette année 1711 est celle de ma naissance. Je ne me donnerai donc pas pour témoin oculaire des faits qui suivent de près ceux qui sont rapportés ci-dessus. Ce que je rapporterai du temps de mon enfance sera fondé sur les témoignages de gens sensés et dignes de foi ». Suivent une liste des gouverneurs du Havre jusqu’en 1664 et une liste des curés jusqu’en 1763. La continuation promise jusqu’en l’année 1763 a malheureusement disparu corps et biens.

lviii. Les ms. Le Véziel (p. 419) et Gasquerel, no 1, ajoutent : « Les oiseaux furent renversés dans leurs cages et voloirs. » Ce tremblement de terre fut ressenti aussi dans le Poitou (voir Gregory Quenet, Les Tremblements de terre en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2005).

lix. C’est à cet endroit que s’interrompt généralement le récit comme dans ce manuscrit. Il a néanmoins paru intéressant de le prolonger par la continuation qu’en a faite Jean Laignel de L’Ormerie qui reprend le récit à partir de l’année 1719. Il est à noter que le ms. Dorion y ajoute le récit de la visite du roi Louis XV au Havre en septembre 1749 ainsi que deux relations complémentaires du bombardement de la ville par les Anglais en 1759 ; et que le même ms. Dorion et le ms. Dumont ajoutent en note marginale : « La nuit du 27 au 28 octobre 1758, à minuit et demy, il y eut un tremblement de terre au Havre quy dura viron une minute, pendant lequel il y eut un bruit comme un tonnerre ou canon qui roula pendant longtemps. Il y eut une seconde secousse à une heure et un quart après minuit qui dura moins et fit aussi du bruit. En un moment, les habitans sortirent aux places et rues. » En outre, le ms. Lescan présente une continuation intitulée « Mémoires sous Louis XV, Mrs Pouget, de Quelen curés, de Carion de Lépronnière et Mahieu, depuis 1715 jusque [...] », dont les 16 pages courent en fait jusqu’en 1776 et n’offrent d’intérêt véritable que pour la période de 1749 à 1759. Ce ms est manifestement un brouillon tant il est raturé et difficile à lire.

lx. « Des Villers », selon le ms. Gasquerel, no 2.

Notes

1 Anne d’Autriche (1601-1666), reine de France.

2 Louis de Bourbon (1667-1683), comte de Vendôme, comte de Vermandois, amiral de France.

3 César de Bourbon (1594-1665), duc de Vendôme, duc de Beaufort, amiral de France.

4 Louis-Alexandre de Bourbon (1678-1737), comte de Toulouse, amiral de France.

5 Charles de Sainte-Maure (1610-1690), duc de Montausier, gouverneur de Normandie.

6 Charles-François-Frédéric Ier, duc de Montmorency-Luxembourg (1662-1726), gouverneur de Normandie.

7 Christian Louis, duc de Montmorency-Luxembourg, prince de Tingry, maréchal de France, lieutenant général de Normandie et gouverneur du Havre par intérim de 1710 à 1713.

8 Jean-Armand de Maillé-Brézé (1619-1646), duc de Fronsac.

9 Louis II de Bourbon (1621-1686), prince de Condé.

10 Armand de Bourbon (1629-1666), prince de Conty.

11 Marie-Madeleine de Vignerod de Combalet (1604-1675), duchesse d’Aiguillon, nièce du cardinal de Richelieu, gouverneur du Havre, de Montivilliers et d’Harfleur de 1653 à 1661.

12 Philippe de Montault de Bénac (1619-1684), duc de Navailles et gouverneur du Havre de 1661 à 1664.

13 François-Honorat de Beauvillier (1608-1687), duc de Saint-Aignan et gouverneur du Havre de 1664 à 1687.

14 Paul de Beauvillier (1648-1714), duc de Beauvillier et gouverneur du Havre de 1687 à 1714.

15 Henri II d’Orléans (1595-1663), duc de Longueville.

16 Henri de Lorraine (1601-1666), comte d’Harcourt.

17 Orazio Torsellini, Histoire universelle depuis la création du monde jusques à l’an 1598, par le P. Horace Turcelin,... traduite de nouveau en nostre langue et continuée jusques à présent, par le sieur Coulon..., Rouen, R. Lallemant, 1654.

18 L’épisode est narré dans une mazarinade intitulée Les Particularitez de l’entrée de messieurs les princes dans la ville de Paris ; Et de celle du cardinal Mazarin darts le Havre de Grâce, avec la lettre envoyée au mareschal de Turenne, sur l’élargissement des princes, Paris, 1651.

19 Antoine III (1604-1678), duc de Gramont, maréchal de France.

20 Sic, pour prêts.

21 Charles Ier (1600-1649), roi d’Angleterre. Ce paragraphe ouvre le chapitre dans le ms. Lesueur, p. 52.

22 Henriette-Marie de France (1609-1669), reine d’Angleterre.

23 Henriette-Anne d’Angleterre (1644-1660), duchesse d’Orléans.

24 Philippe Ier de Bourbon (1640-1701), duc d’Orléans.

25 Claude d’Acigné, marquis de Carnavalet, fut ensuite gouverneur de Brouage (1667-1685).

26 Sur ce personnage, voir Alexis-Guislain Lemale, Notices biographiques sur les ducs de SaintAignan, Le Havre, Lemale, 1860 ; et, du même auteur, Le Havre sous le gouvernement du duc H. de Saint-Aignan..., Le Havre, Lemale, 1860.

27 Charles de Sainte-Maure (1610-1690), duc de Montausier.

28 Il s’agit bien sûr du sieur de Bosc-Rozé ou de Bois-Rosé évoqué au chap, VI pour cet exploit réalisé le 10 novembre 1592.

29 Ce sont les tombeaux des ducs Richard Ier (942-996) et Richard II (996-1026), inhumés dans l’abbatiale de la Saint-Trinité de Fécamp.

30 Adage forgé à partir de Virgile, Bucoliques, IV, 39 (« omnis feret omnia tellus » – « toute terre ne porte pas toute chose ») et Géorgiques, I, 57 (« India mittit ebur » – « l’Inde envoie l’ivoire »).

31 C’est-à-dire le remuer pour lui rendre sa mobilité dans les courants.

32 Sur cette inscription, voir L. Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre... », op. cit., 1888, no 10, p. 174-175.

33 Il s’agit de la guerre de Dévolution (1667-1668).

34 L’ingénieur hydrographe Georges Boissaye Dubocage père (1626-1696), aïeul maternel du négociant et maire échevin Michel-Joseph Dubocage de Bléville (1707-1756). Ce dernier réalisa une copie de ce manuscrit en 1753 (BMH, ms. 356) afin d’appuyer sa requête d’anoblissement auprès de la cour (voir les Pièces relatives à la famille Dubocage de Bléville, BMH, ms. 529), et pour documenter ses Mémoires sur le port, la navigation et le commerce du Havre de Grâce, publiés la même année chez S. Faure.

35 Il s’agit de la Compagnie des Indes orientales.

36 Pierre Arnoul fut intendant des galères à Marseille (1673), intendant de la marine à Toulon (1675-1680), au Havre (1680-1684), à Rochefort (1684-1688), intendant général des galères à Toulon (1710). Il mourut à Paris en 1719 (voir Pierre Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert..., Paris, Imprimerie impériale, 1863, t. II, p. 457).

37 Voir à ce sujet la Notice sur l’hôpital de cette ville, extraite d’un manuscrit de 1712 qui figure dans le même registre (Le Véziel, p. 373-375) ; elle est reproduite in extenso en annexe.

38 Nicolas-Joseph Constance, moine capucin (1629-1706).

39 Il s’agit de Jean Gasquerel (1641-1718), père de l’avocat du même nom.

40 François de Bourbon-Vendôme, duc de Beaufort (1616-1669).

41 Louis de Bourbon (1667-1683), comte de Vermandois, amiral de France.

42 Louis-Alexandre de Bourbon (1678-1737), comte de Toulouse, amiral de France.

43 Un certain Bailleul qui a laissé un témoignage intéressant portant sur les années 1665-1685 évoque aussi en détail l’affaire du naufrage du Rouen. Voir H. Chabannes, « Un témoignage inédit de la vie quotidienne havraise au temps du Roi Soleil : Les notes de Bailleul au Havre », Bulletin de liaison du CHRH, no 79, novembre 2007, p. 21-25.

44 Sur le Dauphin, armé au Havre en décembre 1666, voir Charles Leroy, À la compagnie royale des Indes orientales au Havre de 1664 à 1670, Rouen, Lestringant, 1936, p. 114.

45 La Compagnie des Indes orientales. Voir C. Leroy, op. cit. ; et Philippe Haudrère, La Compagnie française des Indes au XVIIIe siecle, 1719-1795, Paris, Librairie de l’Inde, 1989, t. L, p. 212).

46 Louis Le Blanc, intendant de la généralité de Rouen entre novembre 1675 et 1682. Les auteurs remercient Florent Lenègre, conservateur aux ADSM, pour cette précision.

47 Sur cette inscription, voir Léon Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre... », no 10, p. 174-175.

48 Premier bombardement d’Alger (30 août-4 septembre 1682) : parmi les cinq galiotes qui participent à l’expédition menée par Duquesne, La Brûlante, La Cruelle, La Bombarde, La Foudroyante et La Menaçante, ces trois dernières ont été construites au Havre (voir Eugène Sue, Histoire de la marine française, Paris, Bonnaire, 1835-1837, t. III, p. 401, 404 et suiv.)

49 Les galiotes engagées à Alger se retrouvent également impliquées dans le bombardement de Gênes du 18 au 27 mai 1684, et non au mois de décembre.

50 Le père Bénigne Le Vachet accompagna en octobre 1684 deux mandarins siamois en France, venus solliciter une ambassade du roi (voir Guy Tachard, Voyage de Siam des peres jesuites envoyés par le roy, aux Indes et à la Chine..., Amsterdam, 1687, p. 4).

51 Constantin Phaulkon (1647-1688), Premier ministre du roi de Siam, l’actuelle Thaïlande.

52 Louis XIV subit l’opération de sa fistule le 18 novembre 1686.

53 Ledit de Nantes fut révoqué par l’édit de Fontainebleau, signé le 18 octobre 1685. Laignel et ses continuateurs n’en évoquent curieusement pas les effets directs au Havre où la communauté protestante était pourtant importante à tous points de vue. Pas un mot sur la destruction de fond en comble du Prêche de Sanvic par la population le 4 septembre 1685, dont les matériaux furent récupérés pour être offerts à l’Hôpital et dont les archives sont conservées à la BMH. Rien non plus sur la cérémonie d’abjuration collective organisée solennellement le 30 novembre 1685, suivant le témoignage de Bailleul (H. Chabannes, « Un témoignage inédit... », art. cité, p. 25).

54 L’arrêt du Conseil du Roi est en fait daté du 5 novembre 1686 et son intitulé est explicite : « Récapitulation des deniers levés entre 1659 et 1685 par les échevins de la ville du Havre, abus et malversations du port et de la ville » (AN, Conseil du roi, E 1835). Le protagoniste malheureux de cette affaire fut le maire Guillaume Morel (1621-1696), principal accusé.

55 Guillaume III d’Orange (1650-1702), stathouder des Provinces-Unies puis roi d’Angleterre de 1689 à 1694.

56 Jacques II, roi d’Angleterre (1685 à 1688) mais aussi roi d’Ecosse sous le nom de Jacques VII (1633-1701).

57 Espace laissé blanc. Il s’agit de la statue sculptée par Le Bernin, arrivée en France en 1685 ; Louis XIV ne l’appréciant pas, elle fut placée à l’extrémité de la pièce d’eau des Suisses, loin des regards.

58 Commandée au sculpteur hollandais Martin Desjardins, la statue de Louis XIV n’a été installée place Bellecour qu’en décembre 1713, sur un piédestal dessiné par Robert de Cotte (voir Thomas-W. Gaehtgens et Nicole Hochner (dir.), L’Image du roi, de François Ier à Louis XIV, Paris, 2006, p. 229).

59 Traités de Ryswick marquant la fin de la guerre de la Ligue d’Augsbourg (septembreoctobre 1697).

60 Il s’agit de la bataille du cap Béveziers (Beachy Head), le 10 juillet 1690.

61 Le débarquement de Torbay, en 1692, visait à permettre le retour du roi Jacques II Stuart en Angleterre. Sur les galères venues de Rochefort, voir Charles Bréard, La Navigation des galères de Ponant de Rochefort à Rouen (1690), Rouen, E. Cagniard, 1893.

62 Sic, pour La Hougue au nord-est de la presqu’île du Cotentin, près du port de Saint-Vaast-La-Hougue (Manche).

63 Bernardin Gigault de Bellefonds (1630-1694), maréchal de France.

64 Anne-Hilarion de Cotentin, comte de Tourville (1642-1701), vice-amiral.

65 Il s’agit des batailles de Barfleur, le 29 mai, et de La Hougue le 2 juin 1692. Les lourdes pertes qui en résultèrent entraînèrent l’abandon du projet de débarquement en Angleterre.

66 Claude de Choiseul (1632-1711), maréchal de France.

67 Voir aussi le récit qu’en ont fait deux témoins de leur temps : Nicolas Dubocage, chirurgien major de la citadelle, père de Michel-Joseph Dubocage, dans sa Relation du bombardement du Havre en l’année 1694 décrite dans le Recueil de règlements et ordonnances et autres choses curieuses (BMH, ms. 528, p. 185-191) ; et Jean-Baptiste de Clieu (1629-1719), curé du Havre de 1669 à sa mort, qui rapporte cet événement dans l’Epistola à la Vierge Marie insérée en tête de son Apocalypsis novi orbis systhema, Le Havre, Simon Terrier, 1695, t. II, p. 3-16.

68 Les ms. Lesueur, Marine et Le Véziel ignorent ce long poème que l’on retrouve sous le même titre chez Laignel de L’Ormerie (mais écourté) et dans le ms. Dicquemare (BMR, ms. Y221) copié sur un manuscrit disparu de Jean Gasquerel. Cependant, ces deux derniers l’introduisent par les mêmes mots : « Il fut fait à ce sujet une pièce de vers qu’on ne sera peut-être pas fâché de voir. »

69 Jeu de mots sur « arche » qui signifie également « coffre ».

70 Compr. « de sûr asile ».

71 Allusion aux bombes, bien sûr.

72 La version du poème héroïcomique de Jean Laignel est de loin la plus complète et la plus authentique par son expression sans fard, que semble avoir redoutée son fils Jean Laignel de L’Ormerie. Cela paraît être un indice supplémentaire d’antériorité de son œuvre.

73 Paul de Beauvillier, gouverneur du Havre de 1687 à 1714.

74 Ajout de Le Véziel, p. 415.

75 La Compagnie du Sénégal fut créée en 1673 et installa une succursale au Havre en 1698, la même année que la Compagnie de Salé qui commerçait avec la ville du même nom, située sur la côte atlantique du Maroc (voir H. Chabannes, Les manuscrits retrouvés, op. cit., p. 61).

76 Charles II, roi d’Espagne (1661-1700).

77 Philippe de Bourbon (1683-1746), duc d’Anjou, puis Philippe V, roi d’Espagne.

78 Charles de Habsbourg (1685-1740), archiduc d’Autriche puis empereur Charles VI.

79 Le prince de Condé.

80 Sic, pour bailliage.

81 Deux blancs laissés par tous les manuscrits.

82 Jacques-Nicolas Colbert, archevêque de Rouen (1655-1707).

83 François-Louis de Bourbon (1664-1709), prince de Conty.

84 Louis de Bourbon (1661-1711), dauphin de France, dit le Grand Dauphin.

85 Jean XVIII, 36.

86 Philippe II, duc d’Orléans, régent de France (1674-1723).

87 Nicolas Machiavel (1469-1527).

88 L’Hôtel des monnaies, achevé en 1721, fut démoli en 1724 pour bâtir la Manufacture de tabacs.

89 Sic, pour acheter.

90 John Law (1671-1729).

91 C’est-à-dire en nature.

92 Sic, pour maire-échevins.

93 Il s’agissait bien sûr d’une mesure de représailles contre les bourgeois de la ville manifestement aussitôt soupçonnés par les autorités d’avoir soutenu la mutinerie. Cet événement eut lieu le 28 janvier 1717 et non en 1720 (voir Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Seuil, 2002, p. 407). Michel-Joseph Dubocage de Bléville père fait le récit de cet épisode dans le Détail de la révolte du régiment de Laval de concert avec huit compagnies d’invalides de la garnison décrit dans le Recueil de règlements et ordonnances et autres choses curieuses (BMH, ms. 528, p. 230-233) ; mais il situe l’évènement en 1719.

94 Paul-Hippolyte de Beauvillier, duc de Saint-Aignan (1684-1776) et gouverneur du Havre de 1719 à sa mort.

95 Paul de Beauvillier, gouverneur du Havre de 1687 à 1714.

96 L’auteur est clairement un bourgeois du Havre et ces événements furent manifestement vécus.

97 Sic, pour épi à Pain.

98 Sic pour voyait.

99 Charles-Marie de Quélen assumera ses fonctions jusqu’en 1754. Voici donc l’ultime élément biographique qui permet de vérifier l’identité de l’auteur repéré dans la liste des trésoriers de l’église Saint-François, donnée par François Le Véziel.

Table des illustrations

Légende Figure no 27 – Lettre joviale présentée aux princes pour leur sortie du Havre de Grace...
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Figure no 28 – Louis II de Bourbon, prince de Condé.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Figure no 29 – Le cardinal Jules Mazarin.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Figure no 30 – Portrait du roi Louis XIV, devant Dunkerque.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Figure no 31 – Plan de la ville et citadelle du Havre, dédié à Monseigneur le duc de Saint-Aignan.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende Figure no 32 – L’entrée du port du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Figure no 33 – Le bombardement du Havre par la flotte anglo-hollandaise en 1694.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Figure no 34 – Plan du Havre par Jean Gasquerel, 1695.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Figure no 35 – Bombardement du Havre par la flotte anglo-hollandaise, fin juillet 1694.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure no 36 – Veue de la ville du Havre de Grace, du costé de la mer.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3283/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search