Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Chapitre 7. Mémoires sous le roy Louis XIII

Texte intégral

L’auteur rapporte les différents embellissements de la ville réalisés sous le gouvernement du duc de Villars, notamment la construction du couvent des ursulines. Le gouvernement du cardinal de Richelieu est marqué par la création de la citadelle, à l’est, et par la construction de la porte d’Ingouville, au nord de la ville. Plusieurs navires sont alors armés au Havre ; la consolidation de la façade de l’église Notre-Dame.

  • 1 Henri II de Montmorency (1595-1632), amiral de France.
  • 2 Henri II d’Orléans (1595-1663), duc de Longueville.
  • 3 Charles de Goyon de Matignon (1564-1648).
  • 4 Jean-Armand de Maillé-Brézé (1619-1646), duc de Fronsac.

1 Les duc de Montmorancy1 et le cardinal de Richelieu, amiraux de France ; Le duc de Longueville2 et le sieur de Matignon3 gouverneurs de Normandie ; Le duc de Villars, le cardinal de Richelieu et Armand de Brézé Maillé4 seigneurs marquis de Graville ; Les dits ducs de Villars et le cardinal de Richelieu, gouverneurs du Havre ; Maistre Rolland Lherel, curé.

Chapitre septiesme. Depuis l’année 1608 jusques à 1643

2Dès l’année 1608, le roy Henry 4 avoit érigé ou rétabli la terre de Graville en marquisat et haute justice en faveur du duc de Villars, suivant les lettres de déclaration dattées au dit an. Cependant il se voit des tiltres et aveux rendus en 1609 qui ne le califie que de sire de Graville, gouverneur de la ville et château du Havre de Grâce etc, et ausy est il vray que l’érection que la terre et haute justice du dit Graville ne furent vérifiés au parlement qu’en l’année 1611.

  • 5 On le connaît aujourd’hui sous le nom de Hugues d’Athénoux de Goujon.
  • 6 Julienne-Hippolyte d’Estrées (1580-1658), duchesse de Villars, sœur de Gabrielle d’Estrées (1570-1 (...)

3Le duc de Villars demeura longtemps gouverneur de la ville et y avoit pour lieutenant noble homme Huguesi d’Allenoux5 Ce duc avoit espousé la sœur de dame Gabrielle d’Estrées, duchesse de Beaufort6 ; leurs armoiries estoient gravez sur la pierre qui fermoit la segonde arcade du cœur jusqu’en l’année[...ii] qu’on osta toutes les dittes armoiries et cus de lampes parce que celle qui donnoit dans le sanctuaire du maistre autel avoit couru risque de tuer les célébrants en tombant, la branche de fer qui les soutenoit ayant esté consumée de la rouille. Elles se voyent encor peintes sur la vitre de St François sous l’image de st François de Paule.

  • 7 Marie de Médicis (1573-1642), reine de France.

4Durant son gouvernementiii, la nouvelle porte du Perrey et la grande terrasse joignant icelle et qui forment d’un mesme ouvrage un espèce de château, dont la Grosse Tour sert de donjon, furent réédifiez et augmentez apparemment au temps de la régence de la reine Marie de Medicis7 comme il paroit par les deux écussons des armes du roy et de la ditte reine mère gravées sur les pierres de la ditte terrasse du costé de la place d’armesiv, car s’avoit esté le sieur de Sarlabos qui l’avoit fait faire environ l’année 1565, comme il a esté dit. Dans le temps de la ditte régence, furent ausy revêtues de muraille de brique les bastions et ramparts qui forment la ville, ainsy qu’on les voit avec des LL couronnés, gravés dans chaque ceinte de pierrev.

5De son temps fut encor bâtie en la ditte ville l’église et le couvent ditte aujourd’huy des religieuses ursulines, lesquelles s’y installèrent à la place des dames bénédictines de Montiviller, dont l’église estoit dédiée à Nostre Dame de Pitiévi.

  • 8 Alexandre, chevalier de Vendôme (1598-1629), grand prieur de l’ordre de Malte en France.
  • 9 Voir ci-dessus, figure no 2, p. 39.
  • 10 L. Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre... », op. cit., 1888, no 6, p. 35-39.

6En juillet 1620, le roy Louis 13 ayant assiégé le château de Caen, où le grand prieur de France8 s’estoit retiré, le duc de Villars luy envoya quatre canons et offroit le reste de l’artillerie de la place avec sa personne, nonostant son alliance avec le grand prieur. Fut aussy par le dit duc de Villars bâti et dotté le petit couvent des PP. capucins, dit Nostre Dame des Neiges scis près la pointe du Hoc, dans le territoire de l’Heure, dans les anciennes ruines de la petite Heurevii, dont le plan a esté mis cy devant9 et l’on voit encor dans la chapelle une épitaphe de l’an 1325, Charles 4 dit le Bel régnant allors en France10.

  • 11 Nantes, déclaration du 31 juillet 1626, voir François-André Isambert, Recueil général des ancienne (...)

7En effet, ce duc de Villars ne quitta le gouvernement de la place que peu auparavant que La Rochelle fut réduitte à l’obéissance du roy au mois d’octobre 1628. De Serres parle de ce changement de gouvernement lorsque, décrivant les voyages du roy en Poitou et Bretaigne aux années 1620 et 1626, au temps, dit-il, qu’on désarmoit ceux de la RPR* à Orléans, Tours, Rouen, Caen, Dieppe, Havre de Grâce et autres villes, où ils n’étoient pas les plus forts et que pour coupper pied à la rébellion, Sa Majesté, estant à Nantes, fit une déclaration du dernier de juillet audit an 162611 pour le rasement et démolition de toutes sortes de fortifications des villes qui n’estoient frontières et importantes au royaume ; après quoy le dit de Serres ajoute que dudepuis le roy changea ausy de gouvernement du Havre monsieur de Villars et en ce port important y en établit un nouveau et une nouvelle garnison.

  • 12 François-André Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises..., Paris, Plon-Nourrit, 18 (...)

8En ce mesme temps, dit Dupleix, c’est à dire en 1626, le roy s’appropria la charge d’amiral qu’il retira du duc de Montmorancy, moyennant une bonne récompence, et pour empescher, dit-il, qu’elle ne tombast en des mains inutilles, comme elle y avoit esté longuement, et faire que l’état de la marine ne demeurast pas sans chef et sans conduitte, il créa le cardinal de Richelieu grand maistre, chef et surintendant de la navigation et commerce de France12 lequel mit ausy tost la main à l’euvre par la restauration des havres et ports et le rétablissement du commerce maritime qui s’est sy fort augmenté depuis, tant en France qu’autres lieux de l’Heuroppe ; que tout ce qu’on en avoit veu jusques allors est à peine un foible crayon de ce qu’on voit aujourd’huy. Ainsy le cardinal de Richelieu estant devenu gouverneur au Havre en 1626, par la vente que luy en fit la dame épouse du dit sieur de Villars, vertu de sa procuration, il y fit bâtir une citadelle à quatre bastions, qui est la plus régulière et la mieux bâtie qu’on puisse voir, dans les ruines de l’ancien Havre, près le sault de la grande barre ; et un ouvrage à corne à muraille sèche du costé de la mer qui enfermoit le bastion de Ste Adresse, et du reste de l’argen destiné à cet ouvrage il en fit faire la nouvelle porte d’Ingouville, une des plus belles qui se voyent en Europpe, et les fortifications d’icelle sur lesquelles sont gravées ses armoiriesviii pour marquer à la postérité, comme adjoute Dupleix, que les fortifications des places frontières et singulièrement celles de ces gouvernements doivent tenir rang entre les plus considérables obligations que Son Eminence se soit aquise sur la France.

Figure no 25 – Plan de la citadelle du Havre.

9Quand à ce qui regarde la citadelle, elle fut commencée en 1628 et pour cet effet le roy écrivit une lettre aux habitans par laquelle il leur fait voir la nécessité de la bastir pour l’interest de l’Etat et le leur particulièrement. Il a esté cy devant remarqué que le roy Charles IX avoit fait commencer une citadelle en ce mesme endroit, mais qui estoit beaucoup plus spatieuse, dont on ne peut recouvrer aucuns plans ; cepandant on prétent que le toisé s’en trouve dans les archives de la ville et ne seroit pas dificille de le réduire en un plan avec un peu de temps et d’aplication ; qu’il y en a un espèce de plan sous le portrait du roy Charles 9, qui se voit dans l’hostel de cette ville.

10Celle cy, donc, est un quarré régulier disposé de telle manière que les deux pointes des bastions retournés vers la ville la ferment depuis le bastion des Capucins jusqu’à la jetté du sud. Et il convint démolir plusieurs maisons restez en cet endroit. Comme ce lieu n’étoit qu’un marécage encor mal affermi, on fit la fondation sur des pilottis qui n’ont pas empesché que les murailles n’ayent foullé mais presque égallement partout. Sy l’on en croit quelques uns, cette citadelle n’avoit esté bâtie que pour un lieu de retraite pour le cardinal, non obstant la lettre du roy dont on a parlé : ausy elle paroit plustost construite contre la ville que pour la deffendre, le lieu où elle est scituée estant assez fortifié par sa nature. Ausy la tradition parmy les ingénieurs de la ville porte que le cardinal de Richelieu avoit eu dessain de l’avancer dans la mer à l’entrée du port, où elle auroit esté scituée plus avantageusement pour recevoir le secours par la merix et pour deffendre la ville d’autant plutost que ç’avoit esté par cet endroit que la ville avoit esté prise par le roy Charles 9 en l’année 1563x. Sur la contrescarpe et faisant face à la pointe, on voit un fer à cheval qui raseroit toute la paroisse de Nostre Dame et ne deffent que de bien loin l’entrée du port. On voit un second patté ou fer à cheval vers le bastion des Capucins qui ne pouroit servir qu’à raser le quartier de St François. Le corps de la place est muny de bons souterrains dans les bastions et les portes en sont plus belles que celle qu’on a coutume d’en faire aux fortifications modernes. On y voit les armes du cardinal de Richelieu au dessous de celles du roy et la porte du costé de la ville a pour couronnement un dieu et une déesse apuyés sur chacun une urnexi. Les cazernes sont de briques rouges pareilles à celles qui revêtent le corps de la place. La place d’arme est toute voutéexii et le corps de logis du gouverneur qui a les vues sur icelle et sur la mer est très magnifique avec une chapelle déservie par deux capucins, qui sont les aumoniers de la ditte citadelle.

  • 13 Soit environ 9 m.

11La porte d’Ingouville, comme on l’a dit, est une des plus belles qui se voye[nt] en Europexiii et quoy que les maisons de la ville soient passablement bien basties, plusieurs étrangers en admirant la ditte porte n’ont pas laissé de dire qu’ils demanderoient volontiers où seroit la ville d’une telle porte. Elle est construite sur un quarré d’environ dixxiv toises et peut avoir jusqu’aux machicoulisxv trente pieds13 de hauteurxvi. Le dedans vers la ville n’a qu’une gallerie couverte d’ardoise avec une espèce de guérittexvii ; au milieu sur les deux costés vers les ramparts sont des chambresxviii et en bas, d’un costé, le corps de garde et de l’autre un fort spatieux magazin. Du costé de la campagne il y a deux tours rondes proportionnées à l’ouvrage, couvertes ausy d’ardoise en piramide avec des fleurs de lys de plomb au dessus. Tout l’ouvage est partie de pierre de taille et partie de brique rouge, lesquelles, nonobstant la rigueur de l’air qui dévore les pierres les plus dures, sont encor ausy belles que sy cet ouvrage avoir esté fait depuis vingt ansxix.

Figure no 26 – Porte d’Ingouville.

  • 14 Sic, pour trophées.

12Le passage de la ditte porte est au milieu des deux tours ; il se ferme en trois endroits, l’un derrière l’autre et tout ce milieu est de pierre de taille avec des colomnes et des troffés14 d’armes en demy reliefxx. Pour couronnement aux deux costés des armoiries de France et de Navare, se voyent les statues de la Seine et de l’océan, plus grandes que nature, couchées sur chacunne une urne ; toutes ces parties sy bien assorties et proportionnées que, de tous les endroits d’où l’on découvre la ditte porte, il semble qu’elle preste face à celuy qui la regardexxi.

  • 15 Sur le Perrey.
  • 16 Sic, pour voit.

13L’ouvrage à corne15 estoit du mesme ouvrage que la citadelle, ce qui en avoit fait en partie nommer la porte la Porte Rouge. Les autres ouvrages du dehors consistant en la demie lunexxii et les contregardes, qui sont entre le bastion de Ste Adresse et celuy de St Michel, furent faites dans le mesme temps, ainsy que la demie lune des Capucins, mais elles ne furent point revêtues ; il n’y a eu que la contregarde d’Ingouville qui l’a esté depuis dehors au reste, ausy bien pris qu’il s’en voé16 dans les fortifications les plus modernes, veu la proximité de la coste.

  • 17 J. de Serres, Inventaire, op. cit., p. 1075-1079. Serres donne « de Lettier » comme capitaine de l (...)

14En la ditte année 1628, il fut équippé en ce port deux bâtimens pour le siège de La Rochelle, appelés pataches, du port de chacun 200 tonneaux, commandées par les sieurs de Roumare, Toutain et Le Tellier ; celle cy nommée la Lionne et l’autre la Levrette. De Serres fait mention de tous les deux au catalogue des vaisseaux employés à ce siège17 et, dans ce temps, le roy fit faire le bassin tel que le voyons aujourd’huy.

  • 18 J. de Serres cite La Magdeleine du Havre, commandée par le chevalier de Chantelier (Inventaire, op (...)

15Il fut encor bâti en ce port le navire la Magdeleine18 un des vaisseauxxxiii de l’armée commandé par le conte de Harcour en l’année 1637 pour reprendre sur les Espagnols les îles de St Honorat et Ste Margueritte sur les côtes de Provences, et l’année suivante 1638, on équipa encor en ce port le navire le Dauphin, du port de 400 tonneaux pour le siège de Fontarabie, avec 155 hommes d’équipage au raport du mesme de Serres.

  • 19 Soit près de 60 centimètres !

16Il a été rapporté sur l’année 1603 que l’église de Nostre Dame avoit esté achevée vers l’année 1636, mais le portail, d’une très belle architecture, d’ordre compositexxiv foula de dessus ses fondements et s’inclinaxxv sur la rue de plus de 22 pouces19 semblable en quelque sorte à la fameuse tour de Pise vantée par tous les voyageurs d’Italie. On étoit résolu de le démolir tant que parce que les passant s’y croyoient en un danger évident, que parce que les maisons voisines devenoient désertes pour la peur qu’on avoit de sa chute. Lors qu’un homme de médiocre aparence, maçon de son métier, s’offrit de le remettre à plomb sans rien démonter. On le traitta de visionnaire, parce qu’il ne demandoit qu’à gagner sa journée, cependant on résolut de l’entendre pour voir si ses raisons pouvoient être de mise et, comme on étoit sur le point de démolir tout l’ouvrage, on se détermina plus aisément à le luy laisser entreprendre. Il commença par creuser sous des fondemens du côté de l’église et ensuitte, ayant chassé des coins de fer et de bois dans les assises de pierre du côté de la rue pour ébranler l’ouvrage, toute la masse du portail se redressa à veue d’oeil au grand étonnement des habitans ; ce qui n’attire pas moins l’admiration de ceux qui voyent encore aujourd’huy la masse dudit portail qui a plus de six pieds d’époisseur, [...] de longueur et [...] de hauteur. Cela se fit en l’année 1638 et l’on donna à l’ouvrier une récompence qui le contenta, quoy qu’elle fust fort médiocre et ne monta environ qu’à 400 lxxvi.

  • 20 Les armes du cardinal. Sur les orgues de la cathédrale Notre-Dame du Havre, voir Charles Legros, L (...)

17Comme sous le gouvernement du cardinal de Richelieu on se faisoit un plaisir d’orner la ville du Havre, la communauté de la ville donna à l’église de Nostre Dame des orgues que les connoisseurs n’estiment pas moins que ceux de la cathédralle de la ville de Rouen, n’y ayans que deux ou trois pareils dans le royaumexxvii a. On y fit apposer ses armes20.

  • 21 Jean-Armand de Maillé-Brézé (1619-1646), duc de Fronsac.
  • 22 Urbain de Maillé-Brézé (1597-1650), maréchal de France.
  • 23 Nicole Du Plessis de Richelieu (15**-1650).
  • 24 René-Marc de La Vergne, sieur de Sainte-Maure et de Beaurepaire, major de la citadelle, est le pèr (...)

18Enfin, ce cardinal étans décédé le 4 décembre 1642, il légua par son testament à Armand de Maillé21 son nepveu, fils d’Urbain de Maillé22 marquis de Brézé, maréchal de France, et de Nicole Du Plessis23 sa seconde sœur, la terre et le marquisat de Graville avec les appartenances et dépendances. Le gouvernement du Havre fut donné à la mort du cardinal de Richelieu au sieur Jean Du Plessis de Richelieu, son neveu, et il fut régy par madame la duchesse d’Aiguillon qui en 1648 envoya 30 soldats de la garnison de la citadelle sous les ordres de monsieur de La Vergne24 dans la ville de Harfleur, où avec les habitans, sans autre deffence que les profons fossés de cette ville demantelée, il attendirent de pied ferme toutes les milices du pays avec les quels le duc de Longueville vouloit s’en rendre maistre.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. Hugues d’Allenoux selon Le Véziel (p. 386) ; Hugues Datténoux selon le ms. Lesueur, p. 46.

ii. Lacune chez Laignel, précisée chez Le Véziel, p. 386 : « [...] jusqu’en l’année 17.. qu’on ôta [...] »

iii. « Durant le gouvernement de monsieur de Richelieu » (ms. Laignel de L’Ormerie).

iv. Laignel de L’Ormerie, qui écrit en 1728, précise : « Elles sont encor à présent à demy efacez mais on les reconnois fort bien. »

v. Laignel de L’Ormerie précise que les murailles « furent aussy revêtues de pierre de taille et le haut de brique de mesme qu’on les voit avec cette figure LL [figurés couronnés] d’espasce en espasce ». Il esquisse alors la figure en question. Le ms. Lesueur comporte p. 46 cette note marginale : « Le 3 janvier 1622, les trésoriers de Notre Dame firent achat de la maison de devant l’église pour servir de presbytère et logement au curé et au prédicateur. »

vi. « [...] mais comme le réfectoire menaçoit ruinne en 1689, les dames d’à présent prirent le prétexte pour y bastir une superbe maison, qui ne craindra à l’avenir que les malheurs des guerres. » (ms. L. de L’Ormerie).

vii. « [...] que l’on peut encor remarquer [...] » (ms. Laignel de L’Ormerie).

viii. « Du costé des champs est en demy relief les armes dud. gouverneur, au dessous de celle du roy. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

ix. « Toutes ces raisons n’ont esté avancez que par des gens peu informez des ravages que fait [sic] les tempestes. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

x. Laignel poursuit : « ou du moins par où elle fut attaquée. »

xi. « [...] de mesme qu’à la porte d’Ingouville, cy dessus décritte, 2 fle[u]ves sçavoir : les représentations de l’Océan et de la Seinne sous les figures d’un vie[i]llard et d’une femme apuyez sur des urnes. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xii. « [...] pour servir à garder l’eau douse an cas de siège » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xiii. « Je peux rendre ce thémoignage que je n’en ay jamais veu de si belle, quoy que j’aye couru bien du pays. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xiv. 10 toises : Le Véziel évoque le chiffre plus vraisemblable d’un carré de 120 toises de côté (p. 389).

xv. « [...] ou meurtrières, suivant l’apellation commune » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xvi. Laignel de L’Ormerie ajoute : « [...] sans comprendre le comble qui vient en pointe de colombier sur le haut de laquelle il y a une fleur de lis de plomb. »

xvii. « [...] 3 guérittes ; devant celle du millieu on y a placé un cadran en l’année 1708 » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xviii. « [...] des chambres magnifiques pour loger le capitainne de lad. porte » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xix. Laignel de L’Ormerie ajoute au sujet de l’appareillage que les pierres sont « adjustez avec autant d’art que de proportion et quoy qu’au Havre l’air y soit extrêmement fort et corosif accause des vents humides et saliez, cet ouvrage paroit de mesme que s’il n’y avoit que vingt ans qu’il fut achevé, faut qu’il y en ait cent deux et plus du jour que j’écris ». Il écrit donc ces mots en 1730. Quant au copiste du ms. Le Véziel, voici ce qu’il précise en marge p. 389, en 1806 : « Elle a été détruite lors de l’agrandissement de la ville au nord en 1791 et 1792. Mr. l’abbé Anfray en avait fait la gravure, qui est à l’Hôtel de Ville. »

xx. Laignel de L’Ormerie ajoute que les colonnes sont de « l’ordre toscan et sur les plats fonds on y voit des enrichissements de trophée d’arme en demy relief. »

xxi. « Mais ce qu’il y a de plus particulier c’est le mengement du plant de cette porte qui preste face de quelque costé de la campaigne que vous puissiez vous placer, car depuis Harfleur jusque à St Adresse aux endrois où on la peut découvrir vous la pouvez voir toute entierre et preste face à tous ceux qui la regardent. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxii. « [...] de gasons comme elle se voyent aujourd’huy » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxiii. « de 400 thonneaux » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxiv. « [...] toscan qui en suportoit un corintien et que par conséquent on pouvoit dire compositte » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxv. « Cette grosse masse, qui avoit plus de 6 pieds d’époiseur sans comprendre les saillies et bases qui en donnoit autant, cet édifice foula et s’inclina. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxvi. L’abbé Pierre Biot ajoute ce témoignage en 1731 : « Je vis (moi Biot) à Rouen en 1672, en la sacristie de Saint-Etienne des Tonneliers, où j’étois alors enfant de chœur, lorsque MM. les Trésoriers de la dite église s’étoient assemblés pour délibérer sur leur dessein de faire achever la tour de leur clocher qui étoit restée imparfaite, un homme bien âgé qui se présenta pour ce travail, dit alors que c’étoit lui qui avoit redressé le portail de Notre-Dame du Havre qui menaçoit ruine. » (ms. Toussaint, p. 47-48).

xxvii. « Cet orgue a été réparé en 1803 par les soins de M. Malleux, curé ; et en 1807, on déplaça les soufflets qui étoient dans une espèce de tribune près les fonds, pour les mettre derrière l’orgue. Cette église fut pavée à neuf et le sol exhaussé de un pied en 1808. L’autel de la Vierge fut refait à neuf en 1810. Deux nouvelles cloches furent bénies le 12 août 1819. » (ms. Le Véziel, note marginale, p. 391).

Notes

1 Henri II de Montmorency (1595-1632), amiral de France.

2 Henri II d’Orléans (1595-1663), duc de Longueville.

3 Charles de Goyon de Matignon (1564-1648).

4 Jean-Armand de Maillé-Brézé (1619-1646), duc de Fronsac.

5 On le connaît aujourd’hui sous le nom de Hugues d’Athénoux de Goujon.

6 Julienne-Hippolyte d’Estrées (1580-1658), duchesse de Villars, sœur de Gabrielle d’Estrées (1570-1599), duchesse de Beaufort. La duchesse de Villars fut bienfaitrice du couvent des capucins comme en témoigne l’inscription trouvée en 1828 dans les fondations du couvent : « L’an de salut 1621, le 20e jour de juin, ceste pierre a esté posée par très puissante dame Hipolite d’Estré, feme de Mr de Villarez, marquis de Graville, Gr de ceste ville, Harfleur, Moteville, laquelle a faict bastir cette chapelle en l’honneur de la Vierge. » (Le Véziel, p. 503).

7 Marie de Médicis (1573-1642), reine de France.

8 Alexandre, chevalier de Vendôme (1598-1629), grand prieur de l’ordre de Malte en France.

9 Voir ci-dessus, figure no 2, p. 39.

10 L. Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre... », op. cit., 1888, no 6, p. 35-39.

11 Nantes, déclaration du 31 juillet 1626, voir François-André Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises..., t. XVI, p. 192.

12 François-André Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises..., Paris, Plon-Nourrit, 1821-1833, t. XVI, p. 194.

13 Soit environ 9 m.

14 Sic, pour trophées.

15 Sur le Perrey.

16 Sic, pour voit.

17 J. de Serres, Inventaire, op. cit., p. 1075-1079. Serres donne « de Lettier » comme capitaine de la Lionne, « de Rumare » capitaine de la Levrette et ajoute « de Marmande » comme capitaine du Lion de Honfleur. Pourtant, la BMH conserve en original une commission du chevalier de Marmande, commandant le navire La Lyonne, datée du 22 septembre 1627 (BMH, ms. 946).

18 J. de Serres cite La Magdeleine du Havre, commandée par le chevalier de Chantelier (Inventaire, op. cit., p. 1213-1214).

19 Soit près de 60 centimètres !

20 Les armes du cardinal. Sur les orgues de la cathédrale Notre-Dame du Havre, voir Charles Legros, Les Grandes Orgues de Notre-Dame du Havre à travers les âges..., Le Havre, Micaux, 1935.

21 Jean-Armand de Maillé-Brézé (1619-1646), duc de Fronsac.

22 Urbain de Maillé-Brézé (1597-1650), maréchal de France.

23 Nicole Du Plessis de Richelieu (15**-1650).

24 René-Marc de La Vergne, sieur de Sainte-Maure et de Beaurepaire, major de la citadelle, est le père de la femme de lettres Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette (1634-1693).

Table des illustrations

Légende Figure no 25 – Plan de la citadelle du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Figure no 26 – Porte d’Ingouville.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search