Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Chapitre 6. Mémoires sous le roy Henry IIII

Texte intégral

L’auteur y évoque les derniers affrontements entre catholiques et protestants, ultimes feux des guerres de religion en France. Alors qu’au Havre est fondé le couvent des capucins, le siège de Rouen par les troupes royales aboutit à la soumission au roi Henri IV d’André de Brancas, gouverneur du Havre ; la reddition des catholiques de la région à l’obéissance du roi et les assurances concédées par le roi au sujet de la religion catholique ; la mort et l’aura d’André de Brancas, pris par les Espagnols ; enfin l’enquête sur l’origine et l’étendue des affieffements réalisés au XVI e siècle.

  • 1 André de Brancas (15**-1595), marquis de Villars, amiral de France.
  • 2 Henri II de Montmorency (1595-1632), duc d’Anville, amiral de France.
  • 3 Henri de Bourbon (1573-1608), duc de Montpensier.
  • 4 Georges de Brancas (1568-1657), duc de Villars.

1 André de Brancas, sieur de Villars1 et le duc d’Amville2 admiraux de France Le duc de3 et le dit admirai de ; Montpensier Villars, gouverneurs de Normandie ; Georges de Brancas4 duc de Villars, seigneur de Graville ; Nicolas Du Voisin, seigneur de Vitenval ; Les dits André et Georges de Brancas, gouverneurs de la ville ; Frère Jacques Martel, docteur, carme, curé résident en 1588 ; Maistres Polidamas Hacquet et Jean Mathieu, lieutenants civils.

Chapitre sixiesme. Depuis 1590 jusques en [16105]

  • 5 Blanc laissé par Laignel.
  • 6 Charles II de Lorraine (1554-1611), duc de Guise, duc de Mayenne.
  • 7 Enrico Caetani, ou Henri Cajétan, légat du pape en France en 1589-1590.
  • 8 Armand de Gontaut-Biron (1524-1592), maréchal de France.

2Au commencement de l’année 1590, le roy, dit Dupleix, ayant perdu toute espérance de ramener les rebelles à leur devoir que par la force et durant que le duc de Mayenne6 estoit empesché, dit-il, à se défendre des artifices du roy d’Espagne et du légat7 son partisan, les royaux, ajoute de Serres, faisoient des entreprises en plusieurs lieux. Le duc de Monpensier s’estoit emparé de Honfleur et avoit contraint les ligueurs de quitter la campagne. Le maréchal de Biron8 avoit aquis au roy les villes de Caudebec, Harfleur et Lécamp et réduisit toute la Normandie au pouvoir de Sa Majesté, hormis Le Havre, Rouen, Pontoise et deux ou trois autres places.

3Ce fut allors qu’André de Brancas, gouverneur du Havre, surprit Harfleur et en fit sauter les forteresses, le maréchal de Brisac en estant pour lors gouverneur ; après quoy il se jetta dans la ville de Rouen, prévoyant qu’on l’alloit l’assiéger avec une grosse armée. Il s’y fit porter dans une sienne galère qu’il avoit fait bâtir en cette ville du Havre. Là où estant arrivé, il fut établi lieutenant général au gouvernement de Normandie et, à la prière des bourgeois de Rouen, gouverneur dudit lieu. De Serres et Dupleix le disent gouverneur de Normandie pour la ligue, car le duc de Montpensier en étoit gouverneur pour le roy et de Serres remarque qu’entre autres conseils de la ligue ce fut d’obliger Paris envers le dit seigneur de Villars, gouverneur du Havre, à la somme de trente mille écus pour l’avoir favorable au party.

  • 9 Marie de Bastarnay, comtesse du Bouchage, vicomtesse de Joyeuse.
  • 10 Guillaume II de Joyeuse (1520-1592), maréchal de France.

4Mais le sieur de Marseilles finissant icy ses Mémoires, il ne dit rien des exploits d’armes que le seigneur de Villars fit au siège de Rouen, il ajoute seulement qu’en l’année 1590 dame Marie de Partenayi, comtesse de Pouchage9 épouse du maréchal de Joyeuse10 et mère du deffunt amiral, vint au Havre où elle séjourna longtemps en deux fois ; dame, dit-il, d’une grande sainteté, d’une vie sobre et austère, laquelle fonda au dit lieu le couvent des P. P. capucins, auxquels l’église et hospital de la ditte ville assizes aux Bares avec plusieurs places adjacentes furent baillées pour leur église, couvent et commodité d’iceluy. Il ajoute que les processions qui se faisoient lors par le clergé les dimanches avant la grande messe et les vendredis en l’église de Notre Dame avoient été commencées par l’admonition de la ditte dame. Néantmoins les playdoyers de 1586 disent que de tout temps l’administration du service divin y avoit été ausi dévotement ordonné qu’en l’église de Prance pour le peu de temps qu’il y avoit que la ville étoit bâtie et il se voit un ancien livre de l’église, c’est une requête en forme de réglement présenté au grand archidiacre faisant sa visite par maître Polidamas Hacquet, lieutenant civil, trésorier en 1584, où il paroit que c’étoit l’usage de la ditte église en ce temps là de chanter par les choristes la messe paroissiale tous les dimanches et fêtes solennelles en musiqueii.

Figure no 24 – Portrait du roi Henri IV en frontispice de l’Histoire du roi Henry le Grand...

  • 11 Claude de Lorraine (1563-1591), chevalier d’Aumale.
  • 12 Henri de Lorraine (1578-1621), duc de Mayenne, duc d’Aiguillon.

5Pour retourner au siège de Rouen, ce qu’on ne doit trouver étrange dans ces mémoires, puisque le seigneur de Villars s’y rendit si recommandable que ce seroit faire injure à sa mémoire d’obmettre les belles actions qu’il y fit, les habitans du Havre ayant toujours eu ce seigneur en si grande recommandation, que la ville a fait célébrer pour luy jusqu’à l’année 1706 ou 1707 un grand service le jour des morts, où le corps de ville asistoit en cérémonie et qu’il n’a été cessé que par le malheur du temps ; les royaux, dit Dupleix, ayant heureusement surpris le viel château de Rouen, près la porte Bouvreuil, le 29 février de la ditte année 1590, ils furent soudain investis par les habitans. Le chevalier d’Aumale11 et le seigneur de Villars, gouverneur du Havre de Grâce, y advolant, firent battre si furieusement la place que ceux qui l’avoient surprise furent contraints de la rendre pour sauver leurs vies. Le duc de Mayenne, poursuit-il, avoit mis dans Rouen Henry de Loraine, depuis duc d’Aiguillon, son fils ainé12 non pas tant pour y commander, car il étoit encore enfant, que pour obliger les habitans par un si cher gage de son afection en leur endroit. Mais il y avoit fait venir André de Brancas, sieur de Villars, gouverneur du Havre pour y avoir authorité et commandement absolu pandant le siège.

  • 13 Jean Laignel répète ici une confusion opérée antérieurement par Scipion Dupleix (Histoire de Henry (...)
  • 14 Robert Devereux (1566-1601), 2e comte d’Essex.

6Le roy s’étant donc résolu d’assiéger plus tost Rouen que Paris, parce que la reine d’Angleterre le désiroit ainsi, ce fut au mois de novembre de l’année 1591. Les Anglois bouillants et orgueilleux de leur naturel se précipitoient à l’assaut à corps perdu, dit Dupleix. Edouart d’Yorc13 neveu du conte d’Essec14 leur général, ayant été tué d’un coup d’arquebuse, le conte transporté de faveur envoya ensuitte le défy à Villars pour combatre corps à corps entre le camp et la ville : un chevalier s’étant présenté pour luy en faire passer l’envie, l’Anglois dit qu’il vouloit combatre Villars et non autre, mais Villars répartit sagement que les gouverneurs des places assiégées ne s’exposoient jamais aux duels durant les sièges.

  • 15 Alexandre Farnèse (1545-1592), duc de Parme, condottiere au service du roi d’Espagne Philippe IL

7Le 25 février 1592, les assiégés encouragés par l’arrivée du duc de Parme15 et l’absence du roy, qui avoit fait une cavalcade jusqu’à Dieppe pour y rompre les menées des lig[u]eurs, firent une sortie du fort de Ste Catherinne sur les royaux, furieuse et heureuse tout ensemble. Villars s’orgueillit si fort qu’il écrivit au duc de Mayenne qu’il n’avoit plus besoin de secours d’hommes mais seulement d’argent pour contenter la garnison.

8Cela, dit Dupleix, fut très agréable au duc de Mayenne qui ne désiroit rien moins que de voir le duc de Parme remporter la gloire d’avoir fait décamper le roy de devant Rouen et craignant qu’entrant le plus fort dans cette bonne ville, il ne la retint sous la domination d’Espagne. Villars très confident au duc de Mayenne redoubta la même chose et c’étoit peut être, dit Dupleix, ce qui le faisoit parler ainsi avec plus de bravade que d’assurance. D’autre côté, le duc de Parme considérant la mauvaise volonté du duc de Mayenne à son endroit et que sans luy il ne pouvoit faire de grands progrès en France et mesme que les assiégez se vantoient de n’avoir plus besoin de secours, il repassa la rivière de Somme et ramena son armée en Flandres.

9Fa ville cependant estoit plus étroitement bloquée qu’auparavant et par terre et mesme par la rivière, le roy ayant receu quarante cinq vaisseaux holandois, lesquels ocupoient le canal de la Seine. Toutefois, dit Dupleix, avant que les trenchées fusent remises en estat, un raffraischissement de huit cents hommes d’élite estant entré dans la ville le huit de mars, Villars en prit tant de confiance qu’il fit deux rudes sorties sur les royaux et, les ayant repoussez, fit courir la bague* hors la porte St Hilaire à leur barbe avec autant de hardiesse que s’il n’y eut point eu de siège. Mais par fortune, les murs de la ville s’étant écrouliez en mesme temps en deux endroits et les assiégez s’affoiblissant toujours d’hommes par les sorties, et d’ailleurs incommodez de la dissette des vivres, Villars relachant de sa première audace fit entendre aux ducs de Mayenne et de Parme que s’il n’étoit secouru dans six jours à commencer du 14e d’avril, il traiteroit avec le roy.

  • 16 Sic, pour Yvetot.
  • 17 Sur Henri-Charles de Goustimesnil, seigneur de Bois-Rosé, voir Léon Fallue, Histoire de la ville e (...)

10A cette semonce, dit Dupleix, le duc de Parme espérant prendre quelque avantage des néces[s]itez de la ligue, tourna la teste vers la France à grandes journées. Mais le roy ayant rassemblé toutes ses forces et levé le siège le vingt avril, marcha au devant de l’ennemi, lequel il battit et harcela aux bourgs d’Iftot16 et Fouvetot et l’obligea de passer la Seine à Caudebec et de se retirer vers Paris le 10e de novembre 1592iii. Fe sieur de Bosc Rozé17 de la maison de Gostimenil ne laissa pourtant pas d’enlever par escalade du costé de la mer le fort de Fécamp sur le duc de Villars qu’il ne put reprendre, nonostant qu’il le tint toujours bloqué au préjudice des trêves que le roy avoit accordées dans tout le royaume, en sorte que par son traité avec le roy, la démolition de ce fort en fut un articleiv.

  • 18 Sic, pour Pont-Audemer, Eure, ch.-l. cant.
  • 19 Henri IV, Lettres patentes en forme d’edict du roy sur la reduction des villes de Rouen, Le Havre, (...)

11Enfin environ le mois de mars de l’année 1594, Rouen, capitalle de Normandie, par une commune conspiration de tous les ordres de la ville avec Villars, leur gouverneur, ayant traité avec le roy, esbranla tout ce qui tenoit pour la ligue en cette province et dès lors mesme entra avec elle à l’obéissance de Sa Majesté, le Havre de Grâce, Harfleur, le Ponteau de Mer18 Montiviller et Verneuil, qui estoient ausy du gouvernement du mesme Villars, lequel fut pourvu de la dignité d’amiral de France. Voicy l’extrait de l’édit19 que Sa Majesté fit pour les villes qu’il ramenoit à son obéissance :

  • 20 Sic, pour foulés, c’est-à-dire imposés.
  • 21 À Paris, en avril 1594, Henri IV confirme en outre tous les privilèges du Havre (AMH, II23, f° 141 (...)

Henry[IVe] etc, puisqu’il a plu à Dieu, nous continuant ces graces et faveurs desquelles il a beny tous nos desseins et avancé l’établissement de nostre authorité en ce royaume, et par la prudente et sage conduitte de nostre très cher et très amé cousin le sieur de Villars, amiral de France, gouverneur et nostre lieutenant general es balliages de Rouen et de Caux en notre duché de Normandie, ramener à nostre obéissance les habitans de nos villes de Rouen, Le Havre de Grace, Verneuil et autres qui avoient cy devant esté esloignez de ce devoir par les faus[s]es artifices de nos ennemis et leur faire secouer le joug de toutes ambitions et passions auquelles depuis le commencement des presents troubles ils ont esté asservis, nous espérons avec l’as[s]istance de sa divine bonté par bons et favorables effets leur faire ressentir le bien, repos et soulagement et contentement qu’ils se sont promis de nostre ditte reconnoissance et d’ailleurs leur donner toute asseurance de l’execution et entier accomplissement de ce que nous leur avons promis lors de leur reduction ; c’est pourquoy, inclinant à leur tres humbles suplications et requestes, avons dit, dissons et ordonnons premierement qu’il n’y aura aucun exercice d’autre religion que de la catolique, apostolique et romaine en la ville et vicomté de Rouen, ville, faubour et banlieue du Havre, ville et faubourg de Verneuil, ny autres villes et faubourgs d’icelles et places qui se sont remises à nostre obeissance par le moyen du traité fait avec nostre dit cousin pour quelque personnes et occasion que ce soit. Segondement n’y aura semblablement aucuns juges et officiers qui ne soient catholiques et ce jusqu’à ce que par nous en ait esté autrement ordonné, etcv.
19e. Et ayant egard aux dommages, ruines et pertes souffertes par les habitans des villes, faubourgs et banlieue de Rouen, du Havre, Montivillers, Harfleur, Pontaudemer et autres villes et places remises à nostre obeissance, avons iceux affranchis et deschargés pour trois ans à venir de tous emprunts et subventions pour quelque occasion et cause que ce soit, reservé seulement les droits domainiaux et anciens, et le dit temps passé, egalité sera gardée entre ceux qui seront demeurés ès dittes villes durant les dits troubles et ceux qui en estoient absens sans qu’ils en puissent estre surchargés ny fouliez20 d’aucune charge ordinaire et extraordinaires, plus les uns que les autres.
Publiez et registrés au parlement le 26 avril 1594 et ordonné que les juridictions seroient exercées sous l’authorité du roy aux villes dont mention a esté faitte aux dittes lettres en faisant le serment de fidellité suivant le formulaire qui leur seroit envoyé21.

  • 22 Doullens, Somme, ch.-l. cant.
  • 23 Sic, pour l’excès.
  • 24 Charles de Montmorency, duc de Damville (1537-1612), fils du connétable Anne de Montmorency (1492- (...)

12Mais Villars qui se préparoit désormais, dit de Serres, à une très opiniâtre guerre contre l’Espagnol, receut bientost un triste revers, car au lieu de faire le commandement du mareschal de Bouillon au secours de Dourlens22 au mois de juillet 1595, il tourna teste contre les ennemis apercevant leur cavalerie qui estoit sur un costeau opposite et, au lieu de les attendre, il s’en alla à eux contre mont de sorte qu’il leur donna cet avantage, outre celuy du nombre, qu’ils fondirent d’en haut sur les nostres et les surprenants quasy tous hors d’alleine eux et leur chevaux, ils les renversèrent et leur firent prendre la fuitte. Ainsy l’exez23 de son ardeur luy ayant fait précipiter le combat, il se perdit avec plusieurs de sa troupe et ensuitte les milles hommes de pied qu’on esperoit jetter dans Dourlans. Le dit amiral de Villars, quelques autres seigneurs et plus de cent gentils hommes furent faits prisonniers et traités tous en gens de guerre, exepté l’amiral qui fut tué de sang froit par les Espagnols, en haine, dit Dupleix, de ce qu’après avoir pris le party de la ligue et avoir pris de l’argen d’eux, il avoit changé de party. Par son décès, Charles de Montmorancy, duc de Damville, fils d’Anne, connestable de France, fut pourvu par le roy de la charge d’amiral24.

13L’on voit en l’église de Nostre Dame du Havre le portrait de l’amiral de Villars peint armé en la vitre de l’autel des Carmes, à costé d’une statue de st André ; son cœur fut inhumé sous la tombe qui est joignant les marches des balustres de la chappelle de la Viergevi, par les soins de Georges de Brancas, son frère, chevallier d’Oise, depuis duc de Villars, lequel il avoit estably son lieutenant au gouvernement dela ditte ville dès le mois de décembre 1593. On voit à la vitre de l’autel du nom de Jésus opposé à celuy des Carmes un st Georges peint sur icellevii.

  • 25 L. Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre... », op. cit., 1888, no 11, p. 194-197.
  • 26 Voir V. Toussaint, Les Trois Hôtels de ville..., op. cit., p. 16.

14Les premières années du gouvernernement de ce duc de Villars sont marquées par un accident funeste de la mort tragique des trois frères nommés les Raoulinviii, officiers de la garnison, enfans de maistre Robert Raoulin, écuier, avocat au dit lieu. Leur épitaphe est dressée contre le piller de la chappelle de st Sébastien25 où il se lit qu’ils décédèrent en la ditte ville le 16e mars 1599 à une mesme heure. Cependant la vérité et tradition de la ville est telle qu’ayant esté mandés en l’hôtel de ville par l’ordre du commandant, ils y furent tous trois lachement massacrez pour l’estime que tous les bourgois faisoient de leurs personnes ou parce qu’ils le portoient trop haut, ce qui avoit donné de la jalousie au gouverneur26.

  • 27 Sic, pour vieux sels de rapport.
  • 28 Comprendre : œuvre.

15Mais ce deuil public de la ville fut effacé dans les années suivantes par la réjouissance qu’y apporta la venue du roy en l’année 1603. Le duc de Villars, qui en estoit gouverneur ayant remontré à Sa Majesté que le bâtiment commencé de l’église de Nostre Dame ne pouvoit estre achevé sans les aumônes des viels sels de raport27 de Terre Neufve, dont on empeschoit lors la vente et distribution au proffit de la ditte église suivant la donation que luy en avoient faitte les habitans. Sa Majesté accorda par chacun an une somme de quinze cents livres, depuis réduitte à douze centsix, pour estre employée à l’heuvre28 de la fabrique et entretènement d’icelle église, comme il se voit par le contrat original de l’appointement qui en fut passé entre les adjudicataires généraux des gabelles de France et les trésoriers de la ditte église au moins de juin de l’année suivante, 1604. Ainsy l’on continua dès lors à travailler au bâtiment qui fut conduit à sa perfection aux années 1631, 33, 35 et 36, comme il paroit par les papiers de la ditte église.

  • 29 Sic, pour déposer les dîmes.

16Il a été dit au commancement de ce chapitre que la dame de Pouchage, femme du maréchal de Joyeuse, avoit fondé le couvent des Capucins, mais comme le roy n’y avoit point consenty, leur agen présenta au roy un placet lors qu’il estoit en la ditte ville qui leur accorda la place dudit couvent par lettres patentes dattées au Havre le 20 septembre 1603 et leur église fut dédiée à St Sauveur. Il est à remarquer qu’aux environs de la place donnée aux dits Capucins, il y avoit une grange pour reposter les dixmes29 et que la rue qui passe par derrière l’église de st François se continuoit beaucoup plus loin qu’elle ne fait aujourd’huy, car il s’est vu d’antiens contrats qui portoient ses termes : « je donne etc deux maisons scituez dans la rue qui tent de la Barre Sollier à la Grange dixmeresse ».

17A l’égard des fieffes tant antiennes que nouvelles du territoire de la ditte ville, il s’est meu souvent des questions avec les receveurs du domaine et notamment en l’année 1604, car dans les archives de la ditte ville, il[s] se trouvent des copies d’une information faite par Mr de [...]x, seigneur de Cauville, lieutenant général au bailliage de Caux, commissaire de la cour en cette partie, le 27 de jenvier de lad. année, lesd. copies collationnées le 5 février 1620.

18La déposition d’Etienne Godefroy, laboureur demeurant en la paroisse de l’Heure, porte qu’étant né il y a 73 ans en la ditte paroisse, en 1642xi, on fit mesure de plusieurs pièces de terres apartenant à plusieurs particuliers de la paroisse de l’Heure ; qu’il se trouva environ 73 acres assises sur la ditte paroisse de l’Heure à Percanville, qui étoient enclavés dans l’ancien enclos de la ditte ville, sur lesquelles furent bâties quelques maisons et, la ville ayant été retranchée, on avoit abattu les dites maisons pour y construire la citadelle.

19Celle de Mr de Grainevillexii porte que lors que le roy François I faisoit équiper une flotte en la ditte ville, viron l’an 1545, il avoit veu le dessein et plan de la ditte ville beaucoup plus grand qu’il n’est à présent, d’autant qu’il contenoit en soy le quartier de Perquanville, dans lequel il avoit veu quelques maisons bâties et, la ditte ville ayant été depuis retranchée, il avoit veu au quartier des Bares, où est à présent la citadelle, quantité de maisons, dont la pluspart avoient été démolies pour y construire la ditte citadelle.

20Mr de Brilly, aagé de 75 ans, raporte ausy qu’il avoit veu, il y avoit environ 45 ans, plusieurs maisons bâties dans le quartier de Perquanville, qui estoit enclos dans les premiers fondemens et desseins de la ville ; qu’elles furent abatues à cause dudit retranchement et qu’il en avoit veu aussi au lieu où la ditte citadelle est assise et construitexiii.

  • 30 112 livres 6 sols et 10 deniers.
  • 31 Ces lettres patentes sont données à Paris en mai 1575, enregistrées le 26 août à la Chambre des co (...)
  • 32 En droit normand, relief et treizième sont des droits de mutation ; le treizième est le droit dû a (...)

21Maistre Jean Du Tac, procureur sindic des habitans, fit ausi une déclaration devant le dit sieur commissaire et elle porte que quelque recherche qu’il ait fait, il n’avoit peu recouvrer aucunne pièce d’écriture touchant les fieffes de la ville, parce quelles avoient esté perdues et ravagées par les Anglois et supplioit messieurs les gens du roy de l’en ayder de ce qu’ils en auroient ; sur quoy se présenta maistre Nicolas Deschamps, premier avocat du roy, qui représenta un registre contenant 23 feuillets des noms, cens et rentes deues par les habitans à cause de leurs maisons, les quelles se montoient à 112 l. 6 s. 10 d.30 ; et en outre qu’il avoit ouy dire à des anciens que les premiers desseins et fondemens de la ville furent faits par le roy François I en l’année 1516 et commencée à enclore de tranchée et de terre à un bien plus grand enclos qu’elle n’a à présent, comprenant en soy le quartier de la ville tel qu’il est à présent entre le Perrey de la mer, le havre et les premières bares, le quartier des Bares qui est à présent l’autre portion de la ville, comme elle est à présent, compris la citadelle, et le quartier de Perquanville ; le dit 1er quartier de la ville et des Bares, situés sur le fond et territoire relevant auparavant de la sieurie de Graville et étoit sur la paroisse d’Ingouville et le quartier de Perquanville en la plus part du fief de l’Heure, appartenant au sieur maréchal de Brissac, sur la paroisse de l’Heure ; lesquels seigneurs de Graville et de l’Heure quittèrent lors au roy tout ce qu’il y avoit de tenures, droits et devoirs sieuriaux au moyen de la récompence qu’il leur en fut baillée, pour quoy furent les places des maisons et enclos de la ville délivrés et mesurés à ceux qui y vouloient bâtir avec les privilèges à eux accordéesxiv ; que premièrement avoit été bâti le premier quartier de la ville et celuy des Bares après, celuy de Perquanville non toute fois rempli de maisons, d’autant que le premier dessein avoit été retranché au quartier des Bares, comme il est à présent, et le quartier de Perquanville demeuré dehors la ditte ville, les maisons du dit quartier de Perquanville ayant été démolies à cause des premiers troubles de la religion et du siège de la ditte ville soutenu par les Anglois en 1562, à la réserve de la maison et manoir dit Perquanville qui fut conservé et dont les gouverneurs de la ville ont toujours jouy ; que ce Mr a ouy dire aux dits anciens que jusqu’à en l’année 15 51 il n’avoit esté payé par les dits habitans aucunnes rentes pour les dittes places de maisons, mais qu’en la ditte année, Mr de La Mailleraye, capitaine de la ville etc, vertu de commission du roy François I, fieffa de nouveau tout le territoire de la ditte ville en 1553, 1554 par contrats à cens et rentes sieurales et anuelles ; qu’en l’année 1557 il paroit par le conte rendu à la chambre des comptes par le receveur du domaine de Montivilliers qu’il avoit conté de 112 l. 6 s. 10 d. pour les dites rentes annuelles ; sur quoy il avoit ausy passé en reprise dans le dit conte une partie de 112 l., n’ayant peu recouvrer les dits deniers en leur entier à cause de plusieurs maisons qui estoient en ruine, abandonnez et qu’après la reprise de la ville sur les Anglois on résolut de bastir la citadelle au dit quartier des Barres, ce qui fit que le dit receveur ne put plus recevoir des dittes rentes que 107 l., à cause de la démolition de plusieurs maisons qu’on abattit pour placer la ditte citadelle et en l’année 1570 il n’en receut que 67 l., [comme il paroit] par le conte rendu en la chambre des comptes de Rouen en l’année 1584, qui fut l’établissement de la ditte chambre. Il y est porté la ditte somme de 107 l. en recette et 40 l. en reprise jusque’à ce qu’il fut aparu procès verbal de ruines et abandonnement départie des dittes maisons de la ditte ville ; que sur la dificulté que le receveur avoit à recevoir les dittes rentes, il obtint des lettres patentes du roy en datte du 20 may 157531 permettant de tenir des plaids royaux en la ditte ville pour y faire donner les déclarations des dittes maisons et ce pour les dittes rentes ; contre lesquels pieds les échevins et sindic de la ville s’opposèrent, vertu de leur privilège ; sur quoy on délibéra en l’hôtel de ville le 16e juillet 1581 qu’il estoit utille pour dédommager le roy et le dit receveur du domaine de luy faire payer en gros par le receveur de la ville tous les ans au lieu des dits cens et rentes en deux termes, sauf aux dits habitans de les recevoir sur eux, ainsy qu’ils adviseroient, bienque cet expédient estoit d’autant plus utille qu’il n’y put avoir de confusion pour les tenants des dittes maisons et places, perte, débat ny contention pour le roy, droits de reversion, confiscation, aubeine et autres droits à raison que tout ce qu’il y a dans l’enclos de la ville est tenu nuement du roy et qu’il n’y a aucun seigneur qui y prétende aucuns droits, tenures ny devoirs seigneuriaux, parce que la ditte ville estant comme elle est franche, il n’y a en icelle aucun droit de relief, traisiesme, lots ny vente32 ny autre chose à quoy les dits plaids royaux seroient nécessaires.

22Par lettres patentes du roy Henry III du premier avril 1582, confirmés par Henry IIII le 28 juillet 1602 et Louis 13, les dits pieds royaux sont entierrement supprimés en la ditte ville du Havre et les eschevins et sindic tenus de payer au receveur du domaine ce qui se trouvera des dits cens et rentes à cause des maisons fieffées par le deffunt roy François I. Celles de Louis 13 du 22 juin 1619 ajoutent que le sindic de la communauté est permis de faire venir les habitans de la ditte ville en l’hôtel commun d’icelle pour passer leur déclaration des dittes rentes et en faire un estat qui sera fourny au receveur du domaine de Montiviller de dix ans en dix ans.

23En l’année 1610, vertu d’une délibération de l’hôtel de ville, Jean Laurans Des Jardins fut commis pour le recouvrement des dittes rentes qui monta viron cent livres.

24En l’an 1612, vertu de lettres patientes du roy, un nommé Simon fut adjudicataire des places depuis la porte du Perray jusqu’à la porte d’Ingouville et depuis icelle jusqu’aux Capucins le long des ramparts par trois mils cinq cents livres, à la charge de les payer à monsieur de Villars, à qui le roy les donnoit à la charge de faire vingt quatre livres sept sols de rente au domaine. En 1618 le sieur Daniel, eschevin et receveur, paya 100 l. au domaine pour les rentes cy dessus ; et en 1626, par délibération de l’hôtel de ville, on paya au domaine 1241. 7 s. pour les dits cens et rentes joints ensemble.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. Laignel de l’Ormerie l’appelle « Madeleine Marie de Partheney ».

ii. Le Véziel répète ici, p. 372 : « Ici finissent les Mémoires du sieur de Marseilles. »

iii. Le ms. Le Véziel, p. 378, diverge à tort sur les dates : « [...] depuis le 1er jusqu’au 10 mai 1592. »

iv. Cette longue digression sur le siège de Rouen, inspirée de Dupleix, est absente du ms. Laignel de L’Ormerie mais figure chez Le Véziel.

v. Le copiste de 1806 du ms. Le Véziel, p. 379, précise ici en marge : « Les autres articles de cet édit ont été supprimés dans ces mémoires, comme étant étrangers au traitté. »

vi. Note marginale du ms. Le Véziel, datée de 1806, p. 380 : « Son cœur fut inhumé devant la chapelle de la Vierge ; il y est représenté en marbre noir. »

vii. Cette digression sur l’amiral de Villars, inspirée elle aussi de Dupleix, est absente du ms. Laignel de L’Ormerie mais figure chez Le Véziel.

viii. Le Véziel les nomme « Raulin », p. 380.

ix. « Contrat de cession par les marguilliers du vieil sel au sieur Robin adjudicataire de la ferme des sels moyennant 1200 l. de rente payable de 3 en 3 mois parle receveur du grenier à sel, du 19 mars 1612 passé devant les notaires du Havre. » (ms. Lesueur, p. 43, dans la marge).

x. La même lacune originale se retrouve chez Le Véziel.

xi. Cette erreur flagrante de date est reprise telle quelle par Le Véziel. Le copiste de 1806 note en marge, p. 382 : « Ce devrait être 1542. »

xii. « Mr de Gaineville » (ms. Le Véziel, p. 382).

xiii. Déposition absente chez Laignel de L’Ormerie.

xiv. Le copiste de 1806 note en marge : « Suivant monsieur de Marceilles, le quartier de St François ne fut bâti qu’en 1541. »

Notes

1 André de Brancas (15**-1595), marquis de Villars, amiral de France.

2 Henri II de Montmorency (1595-1632), duc d’Anville, amiral de France.

3 Henri de Bourbon (1573-1608), duc de Montpensier.

4 Georges de Brancas (1568-1657), duc de Villars.

5 Blanc laissé par Laignel.

6 Charles II de Lorraine (1554-1611), duc de Guise, duc de Mayenne.

7 Enrico Caetani, ou Henri Cajétan, légat du pape en France en 1589-1590.

8 Armand de Gontaut-Biron (1524-1592), maréchal de France.

9 Marie de Bastarnay, comtesse du Bouchage, vicomtesse de Joyeuse.

10 Guillaume II de Joyeuse (1520-1592), maréchal de France.

11 Claude de Lorraine (1563-1591), chevalier d’Aumale.

12 Henri de Lorraine (1578-1621), duc de Mayenne, duc d’Aiguillon.

13 Jean Laignel répète ici une confusion opérée antérieurement par Scipion Dupleix (Histoire de Henry le Grand..., Paris, Sonnius, 1630, p. 109) entre deux personnages : d’une part le frère unique du comte d’Essex, Walter Devereux, qui trouva la mort le 6 septembre 1591 sous les remparts de Rouen (voir H. de La Ferrière, op. cit., p. 302 ; Thomas Coningsby, Journal du siège de Rouen de 1591, Nicole et Claude Chaumat (éd.), Panorama, 2007, p. 57) et d’autre part Edward Yorke, un des vingt-deux chevaliers créés par Robert, comte d’Essex, au soir du 8 octobre (voir T. Coningsby, op. cit., p. 64, n. 48).

14 Robert Devereux (1566-1601), 2e comte d’Essex.

15 Alexandre Farnèse (1545-1592), duc de Parme, condottiere au service du roi d’Espagne Philippe IL

16 Sic, pour Yvetot.

17 Sur Henri-Charles de Goustimesnil, seigneur de Bois-Rosé, voir Léon Fallue, Histoire de la ville et de l’abbaye de Fécamp, Rouen, 1841, p. 352 et suiv. ; Amédée Hellot, Fécamp au temps de la Ligue, Yvetot, Bretteville, 1897, p. 97-105.

18 Sic, pour Pont-Audemer, Eure, ch.-l. cant.

19 Henri IV, Lettres patentes en forme d’edict du roy sur la reduction des villes de Rouen, Le Havre, Harfleu, Montivillier, Ponteaudemer & Verneuil, en son oboeyssance. Publiées à Rouen en parlement, le vingtsixiesme jour d’avril 1594, Paris, par Federic [sic] Morel, 1594.

20 Sic, pour foulés, c’est-à-dire imposés.

21 À Paris, en avril 1594, Henri IV confirme en outre tous les privilèges du Havre (AMH, II23, f° 141).

22 Doullens, Somme, ch.-l. cant.

23 Sic, pour l’excès.

24 Charles de Montmorency, duc de Damville (1537-1612), fils du connétable Anne de Montmorency (1492-1567).

25 L. Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre... », op. cit., 1888, no 11, p. 194-197.

26 Voir V. Toussaint, Les Trois Hôtels de ville..., op. cit., p. 16.

27 Sic, pour vieux sels de rapport.

28 Comprendre : œuvre.

29 Sic, pour déposer les dîmes.

30 112 livres 6 sols et 10 deniers.

31 Ces lettres patentes sont données à Paris en mai 1575, enregistrées le 26 août à la Chambre des comptes, évoquées le 28e jour de mai 1575 au Conseil privé du roi (AMH, II 23, f° 140 v°).

32 En droit normand, relief et treizième sont des droits de mutation ; le treizième est le droit dû au seigneur pour une vente de terre relevant de son fief, équivalant au treizième de la valeur de la vente (Pierre de Merville, Décisions sur chaque article de la coutume de Normandie, Paris, Valleyre, 1731, p. 758).

Table des illustrations

Légende Figure no 24 – Portrait du roi Henri IV en frontispice de l’Histoire du roi Henry le Grand...
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search