Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Chapitre 5. Mémoires sous le roy Henry III

Texte intégral

  • 1 Charles II de Lorraine (1554-1611), duc de Mayenne, amiral de France.
  • 2 Anne de Batarnay (1560-1587), duc de Joyeuse, amiral de France, gouverneur de Normandie, gouverneur (...)
  • 3 Jean-Louis Nogaret de La Valette (1554-1642), duc d’Epernon, amiral de France, gouverneur de Norman (...)

1Les ducs de Mayenne1 de Joyeuse2 et d’Espernon3 amiraux de France ; Le maréchal de Matignon, les ducs de Joyeuse et d’Espernon, gouverneurs de Normandie ; Messire Jacques Légeri, seigneur de Graville ; Le sieur de Sarlabos, le duc de Joyeuse et André Brancas, sieur de Villars, gouverneurs du Havre ; Le dit maître Pierre Du Boscii, maîtres Guillaume Humart et Jean Louvel, curés pendant le litige ; Maître Polidamas Haquet, lieutenant civiliii

Chapitre cinquiesme. Depuis 1574 jusques an 1590

2Charles IX estant décédé le 30 de may, feste de la Pentecoste de l’année 1574, Henry III, son frère, roy de Pologne, où il avoit esté couronné le 15 février précédent, en estant party secrettement sur l’avis de la reine mère, revint en France sur la fin de la mesme année. En laditte année 1574, mesme dès le mois de mars de l’année 1572, on avoit projetté d’agrandir et de bastir de neuf de pierre de taille la ditte église de Nostre Dame du Havre, de la façon qu’on la voit aujourd’huy. Cela paroit par deux tiltres très anciens : le 1er est l’acte de l’ajudication faite à Richard Mallet, maçon, de la façon de la muraille de la ditte église en l’assemblée d’icelle, devant Monsieur de Sarlabos, gouverneur, le lieutenant civil, les procureurs du roy et de la ville, eschevins et bourgeois, le dimanche 9 mars de la ditte année 1572 ; l’autre est l’épitaphe de Ducheminiv, maçon, gravée sur la pierre entaillée dans le piller joignant la table de l’œuvre ; les caractères en sont à demy éfacés, cependant on y lit encor que le dit Duchemin commença le bâtiment de la ditte église en l’année 1574 et le continua jusques à son décez qu’en l’année 1587.

Figure no 21 – Portrait du roi Henri III en frontispice de l’Histoire du roi Henry III, par Scipion Dupleix, Paris, 1630.

3Il a esté cy devant remarqué que dès l’année 1540 fut commencé un beau clocher de pierre de taille qui fut sy haut élevé au commencement qu’on y plantoit un fanal pour servir d’adresse aux navires venant en rade pendant la nuit et mesme qu’on y avoit placé sur le haut deux couleuvrines de bronze pour battre en mer et sur la coste d’Ingouville. Et par ce que les Anglois, ayant depuis tenu la ville, s’en estoient servis contre le camp du roy, l’on osta cette deffence et on fit abattre le comble du dit clocher dans lequel, disent les Mémoires, se voyent encor plusieurs boulets enclavés dans le haut des pierres.

  • 4 Femina circumdabit virum (la femme cherchera l’homme), Jr. XXXI, 22. Les prudes restaurateurs du XI (...)

4Le sieur de Marseilles écrit que cette nouvelle église estoit de son temps bien avancée, car les portails de chacun costé de la croisée ne furent commencés qu’aux années 1604 ou 1605. On lit en gotthique en pierre de taille pour servir de balustres aux garde foux du portail du costé du nord ave maria gratia plena et à celuy d’en haut circumdabit virum4 Mr de Marseilles dit encor qu’il y avoit dès lors plusieurs belles et riches vitres placées toutes de verre peint en couleurs à quoy, dit-il, les bons gouverneurs, officiers et habitants de la ville seuls et sans aide d’autruy fournissoient de leurs deniersv.

  • 5 Louise de Lorraine-Vaudémont (1553-1601), reine de France.
  • 6 Nicolas de Lorraine (1524-1577), comte de Vaudémont, duc de Mercoeur.
  • 7 Édit de Paris, mai 1576.
  • 8 Sic, comprendre aux.

5Le roy Henry III espousa Louise de Lorraine5 fille de Nicolas de Vaudémont6 au mois de février de l’année 1575 et l’année suivante, la veille de St Jean-Baptiste, Leurs Majestez vinrent en cette ville du Havre en bien petit train, disent les Mémoires, n’ayant voulu qu’on tirast l’artillerie à leur arivée. On alla au devant jusqu’à moitié de la chaussée d’Ingouville, où ayant fait arester leur carosse, Elles furent complimenté[e]s par le sieur de Marseilles. Ce fut environ un mois après l’édit de pacification7 avec les religionnaires, car Duplex le datte du 15 may 1576, mais La Popelinière, qui étoit de leur party, le raporte au long dans son histoire ainsi que la requeste qu’ils avoient présentée au roy dès le mois d’avril l’année précédente, dont l’article 13 et les extraits qui suivent peuvent estre raportés à les8 mémoires du Havre sous ce règne.

Article 13
Et d’autant qu’il a convenu à ceux de la religion faire plusieurs traitez et négociations avec les princes étrangers pour leur juste deffence et conservation, tant ès 1er, 2, 3 & 4 que présent troubles et nottamment en l’année 1562 avec la reine d’Angleterre, auquel traité et négociation furent employez pour le feu prince de Condé les sieurs vidame de Chartres et de Beauvoir, son beau frère, comme ledit feu prince avoit de son vivant très bien reconnu et avoué combien qu’il ait esté obvié à spécifier par les édits faits sur lesd. troubles et encor que la volonté du dit feu roy eut esté de reconnoistre les dits traitez pour nécessaires et légitimes suivant la déclaration qu’il luy plût en octroyer au dit sieur vidame, suplioient Sa Majesté qu’il luy plût, suivant les édits, aveux et déclarations faites par le feu roy, tenir ausy et réputer les dits sieurs vidame de Chartres et Beauvoir pour ses bons sujets et serviteurs, avouant et déclarant les dits traités de négociations ainsy par eux faits avec la reine d’Angleterre comme dessus, en l’année 1562, avoir esté justement et légitimement faits pour la juste conservation et deffence de ces sujets de la dite religion, suivant la volonté du dit feu roy, combien qu’elle ne fut portée par les précédents édits. Article 53 de l’édit
Entendant que suivant nostre présente déclaration, les sieurs vidame de Chartres et de Beauvoir soient et demeurent deschargez spéciallement des traitez et négociations par eux faittes avec la reine d’Angleterre en l’année 1562, ne tenant et reputant en cet endroit rien fait par eux que pour nostre service, encor qu’ès précédents édits de pacification n’en a esté faitte expresse mention et en la marge écrit comme cy à costé.

6Le mesme autheur raporte ensuitte les plaintes faites au roy par le député du prince qu’à servir [le] fils du conte palatin, de ce que cet édit de paix n’étoit point exécuté, disant fol. 316 : qu’il y avoit déjà quasy trois mois depuis la paix faite et que néanmoins on n’avoit encor voulu recevoir par toutes les bonnes villes du royaume l’exercice public de la religion ; qu’au Havre de Grâce le gouverneur avoit fait publier deffences à tous ceux de la religion qui depuis six mois en là s’estoient habituez en la ditte ville de se trouver en aucunes assemblées sous peine de 50 livres d’amendes pour la 1ere fois, du fouet pour la 2e, et d’être pendus et estranglés pour lavi 3e, et qu’au Havre de Grâce on avoit deffendu sous les mesmes peines que dessus qu’aucun non habitué là entrast au dit exercice, les menaçant qu’on exigeroit l’amende sur les plus apparents de la ditte religion ; que les villesvii, où il y avoit pareil ou plus grand nombre de ceux de la religion que des catholiques, estoient chargés de garnison mesme qu’à Dieppe, Le Havre, Montiviller etc, on avoit despesché un grand nombre de compagnies pour les mettre là en garnison ; qu’on ne laissoit sortir des ports de Normandie ceux de la religion sans laisser caution de se représenter.

7Le gouverneur du Havre de ce temps là estoit le dit sieur de Sarlabos, lequel en l’année 1578 donna encor des preuves de sa prudence et de sa fidellité au service du roy à l’égard d’un soldat de sa compagnieviii. Les Mémoires le nomment Agnan Le Conte, natif de Caen, et raportent que cet homme, faisant garde en la Grosse Tour, s’en estoit emparé et rendu le maistre, ayant envoyé dîner les autres, au point d’en refuser l’entrée au dit sieur gouverneur ; vu quoy, ayant fait assembler sa compagnie et les bourgeois au nombre de mille personnes et n’ayant pu faire rompre l’huis de la porte avec un mast, parce qu’il l’avoit garny de pierres par dedans, il commanda à trois soldats de monter par trois échelles qu’il fit placer contre la tour en trois divers endroits et l’un d’eux ayant tué le dit Conte d’un coup de pistollet pour punition, le dit sieur de Sarlabos fit pendre son cadavre comme d’un traître en bas aux créneaux de la ditte tour vers la ville par l’espace de vingt quatre heures. Les Mémoires font remarquer ce fait comme très important à cause du grand nombre de canon, poudre et autres munitions de guerre et de bouche repostez en la ditte tour et duquel, dissent-ils, le roy voulut estre informé. Ce soldat se défendoit de tous costés avec une pertuisanne et n’avoit fait cette action que de peur d’estre repris d’une désobéissance.

Figure no 22 – Le cadavre d’Aignan Le Conte exposé aux créneaux de la tour François-Ier après son exécution en 1578.

  • 9 Marguerite de Lorraine-Vaudémont (1564-1625).
  • 10 Gaspard de Coligny, amiral de France.

8L’année 1580 qui aporta, dit l’Histoire, de nouveaux troubles en l’état par la levée d’armes des religionnaires, fut ausy fâcheuse à la ville du Havre par un grand tremblement de terre, qui y ariva dans les festes de Pacques. Depuis ce temps se fait encor après en mémoire de cela une procession générale le mardy des festes de Pacques. L’année suivante, dit Dupleix, fut assez paisible : messire Anne de Joyeuse, seigneur d’Arques, y épousa au mois de septembre Margueritte de Loraine9 seur de la raine, et en 1582 il fut pourveu de la charge d’amiral sur la démission de messire Charles de Loraine, duc de Mayenne, qui l’avoit eue par la démition d’Honorat de Savoye, marquis de Villars, qui avoit suc[c]édé à l’amiral de Châtillon10 Par lettres patentes du [...]e aoust 1580, le roy Henry III remit aux habitans les 100 1. payables au domaine.

Figure no 23 – Plan du Havre extrait des Œuvres de Jacques de Vaux, 1583.

  • 11 André de Brancas (15**-1595), sieur de Villars, gouverneur du Havre (1588-1595).

9En l’année 1584, le dit amiral de Joyeuse fut fait gouverneur de la ville du Havre par résignation, comme il a esté dit, du sieur de Sarlabos et y établit pour son lieutenant André de Brancas, sieur de Villars11 son parent. Lequel, après le déceds du dit seigneur de Joyeuse, fut pourvu par le roy en tiltre de gouverneur de la ditte ville par lettres patientes.

  • 12 Le 20 octobre 1587.

10La mort du duc de Joyeuse ariva en l’année 1587, en la journée de Courtras12 où estant général de l’armée contre le roy de Navare, depuis Henri IIIIix, il y fut défait et tué de sang froid, dit l’Histoire ; sa charge d’amiral de France et de gouverneur de la Normandie furent donnés au duc d’Espernon. On voit les armoiries du duc de Joyeuse et celles de Brancas Villars peintes aux vitres de la chappelle de la Vierge en l’église de Nostre Dame, où elle furent mises apparemment dès l’année 1588x. Or le sieur de Villars ne fut pas plutost entré dans son gouvernement, où il fit quelque séjour, qu’il fit commencer de nouveaux travaux. Il fit faire un esperon près la porte du Perrey : il y a apparence que c’est le bastion de St André d’aujourduy, car avant le retranchement du viel Havre, on ne contoit que cinq bastions en la ville ; voyez la page [...]

11Il fit curer les fossés de la ville, fit bastir la petite tour sur le commencement de la jettée du sud, ditte de luy la tour d’Oise, et une bare auprès ; il fit faire dans le bastion appellé le boulvart de Ste Adresse plusieurs édifices ; le fit enclore de fossés grands et larges, pleins d’eau et y possa un capitaine pour sa garde de jour et de nuit avec un nombre de soldats ; fit ausy vouter la court de son logis et hostel de ville en forme de cisterne très grande et spatieuse et bien cimentée toujours pleine d’eau des fontaines pour la commodité du public.

12Le sieur de Marseilles raporte à l’année 1586 l’acouchement d’une femme du Havre non moins prodigieux qu’avoit esté celuy d’une autre femme de la ville de Sens, que l’Histoire de ce règne cotte sous l’année 1582. Dupleix parlant de celle-cy, laquelle il nomme Colombe de Charoy, dit qu’étant décédée, elle fut trouvée grosse d’un embrion bien formé en toutes ces parties, mais les extérieures estoient endurcies en pierre ou piastre bien solides ; les intérieures, comme le coeur, le foye et les boyaux estoient de chair, mais très dure ; les ossements de la teste reluisoient comme de la corne. La plus grande merveille estoit, dit-il, qu’elle avoit porté cette masse pendant 28 ans et le sieur de Marseilles, parlant de l’autre, dit que c’estoit la femme d’un maistre de navire, nommé Bertan Campion, homme grand et puissant, natif de Fécamp, et la femme de moyenne taille, encor jeune, apellée Jeanne Duchemin, fille de Nicolas Duchemin, maistre maçon de l’ouvrage de l’église de Nostre Dame. Cette femme, ditil, produisit sur terre en l’année 1586 cinq filles qui toutes reçurent le batesme et dont une vécut plus de 24 heures ; et l’année suivante acoucha encor de sept enfans, tant fils que filles, mais qui moururent tous sans batesme à cause que la mère, ajoutent les Mémoires, s’estoit blessée avant son terme en passant sur les bancs de l’église.

  • 13 Février et mars 1559 (nouveau style).

13C’est aussy à cette année 1586 que doit estre raporté le litige, dont il a esté parlé, meu dès l’année 1583, touchant le patronage des églises du Havre entre maître Pierre Deschamps, procureur du roy à Montiviller et le présenté par le roy, le seigneur de Graville et son présenté, d’autre part. L’arest qui s’ensuivit sur les plaidoyers des parties, le 17 juillet 1586, ne décida rien au principal et prononça seullement un appointé au conseil. On lit dans cet arrest les raisons de part et d’autre pour le droit du roy et celuy du seigneur de Graville, où on y remarque diverses particularités touchant la ville et les églises du Havre. Car le seigneur de Graville y fait plaider qu’en l’année 1521, maistre Estienne de Rains ayant esté pourveu du bénéfice d’Ingouville à la présentation du seigneur de Graville par le décés de maître Pierre Roulin, iceluy de Rains estant décédé en l’année 1548, maistre Jacques Vimont avoit esté pourveu à la mesme présentation tant du dit bénéfice d’Ingouville que des chappelles ou églises du Havre ces annexes ; qu’il estoit vray qu’en l’année 1556 maître Adam Deschamps, ayant esté pourveu du mesme bénéfice et de ses aides, à la présentation du seigneur de Graville sur la résignation de Vimont, incontinent après la rési[g]nation admise, maistre Estienne d’Iébleron s’estoit fait présenter par le roy à une des dittes chapelles, avoit obtenu collation de l’archevesque de Rouen et lettres de la chancellerie pour estre maintenu au droit de Sa Majesté en la pocession de la ditte chapelle nommé Nostre Dame ; mais que l’instance ayant esté évoquée au grand conseil, Deschamps y avoit obtenu deux arrests en février et mars 155813 qui avoient débouté d’Yébleron de ces lettres avec dépents et la pocession paisible dud. bénéfice et ces secours demeurées au dit Deschamps depuis la ditte année 1558 jusqu’à la résignation qu’il en avoit faitte à Maistre Pierre Du Boc en l’année 1567 ; et qu’en l’année 1582 maistre Guillaume Hamart ayant esté pourveu du mesme bénéfice d’Ingouville avec ses dittes annexes par le décés du dit Du Boc, il avoit permuté avec maistre Jean Louvel, présenté par le seigneur de Graville, à la prise de pocession duquel le dit Deschamps, procureur du roy, avoit fait interjetter haro* par le sindic des bourgeois du Havre et maistre Antoine Guelin, prestre choriste de la ditte chapelle Nostre Dame, s’estoit fait pourvoir par le roy aux dittes cures de Notre Dame et St François au Havre de Grâce.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. « Charles Léger » selon Laignel de L’Ormerie.

ii. « Du Bois » selon Laignel de L’Ormerie.

iii. Laignel de L’Ormerie ajoute : « Depuis 1574 jusques en 1590. »

iv. « Le second titre est l’épitaphe d’Antoine Duchemin maître maçon, gravée sur une pierre entaillée dans le pilier de la chapelle des Marchands dont les caractères sont effacés. » (ms. Le Véziel, p. 364). Le copiste de 1806 corrige en marge : « Ou plutôt contre le pillier en avant de la table de l’oeuvre, le premier en dessous du choeur, où nous l’avons vue jusqu’au désastre de la Révolution faite en 1789. »

v. « Cependant cette église fut très longtems à faire et le portail du nord ne fut commençé qu’en l’année 1604. L’architecture y parait corinthienne et composite ; on lit une écriture gothique qui sert de balustre (ave gratia plena) et une autre balustre plus haute (circum dabit virum) ; les vitres furent données par le gouverneur et les habitans, les officiers à son imitation en firent faire à leurs dépends. » (ms. Le Véziel, p. 365) ; « En 1646 fut fait un dôme sur la tour de lad. église pour y poser et placer un timbre ou orloge à Futilité publique et ce des deniers des habitants et de 500 1. de la communauté de la ville, suivant le compte du sieur Teterel, trésorier en charge en la dite année. » (ms. Lesueur, p. 36, dans la marge).

vi. Le Véziel ajoute p. 365 : « [...] et rompu vif pour la quatrième et enfin brûlé pour la cinquième [...] »

vii. « [...] comme Dieppe, Montiviller » (ms. Laignel de L’Ormerie).

viii. Le Véziel, p. 366, doute de ce dernier fait : « Mais j’’ai marchandé plus d’une fois à rédiger par écrit une fadaise d’histoire, que j’ai trouvée dans les mémoires que j’ai entre les mains, qui est à la vérité bien plate ; à tout hazard la voici : le sieur de Sarlabos donna des preuves de sa vigilance et de sa fidélité au service du roi, à l’endroit d’un soldat de sa compagnie nommé Aignan Le Conte, natif de Caen. Cet homme étant de garde à la Grosse Tour, eut bien assés de courage ou plutôt de sotise pour vouloir s’en rendre maître, dans un tems que ses camarades étaient allés dîner. Il ferma la porte et en refusa l’entrée même au gouverneur qui fit aussitôt mettre sa compagnie sous les armes avec 1 000 hommes de bourgeoisie. Il voulut faire diner la dite porte avec un mât, mais ce soldat y ayant pourvu de bonne heure avec des tas de pierres dont il avait garni le derrière de la dite porte, les dîneurs perdirent leur tems. Ce qu’ayant vu, le dit gouverneur fit apporter trois échelles et fit escalader le haut de la dite tour par trois différents endroits. Et comme la garnison ne pouvait être partout (puisqu’il était seul), un des premiers montés l’aïant apperçu lui cassa la tête d’une pistolade ; puis son cadavre fut pendu la teste en bas à un des créneaux de la dite tour vers la ville. Pour rhabiller un peu cette histoire, on fait remarquer que ce soldat se deffendit longtems d’une hallebarde, et par un coup de désespoir de peur d’être repris d’une désobéissance d’avoir osé entreprendre une chose qui lui était impossible de soutenir. Disons plutôt qu’il fallait qu’il fut fou ou enragé. » Cette précision montre que Le Véziel a eu en mains une version légèrement différente du manuscrit Laignel.

ix. « [...] connu sous le nom de Henry le grand, 4e du nom » (ms. Laignel de L’Ormerie).

x. « [...] en reconnaissance de leurs libéralités pour la dite église » (ms. Le Véziel, p. 368).

Notes

1 Charles II de Lorraine (1554-1611), duc de Mayenne, amiral de France.

2 Anne de Batarnay (1560-1587), duc de Joyeuse, amiral de France, gouverneur de Normandie, gouverneur du Havre (1584-1587).

3 Jean-Louis Nogaret de La Valette (1554-1642), duc d’Epernon, amiral de France, gouverneur de Normandie.

4 Femina circumdabit virum (la femme cherchera l’homme), Jr. XXXI, 22. Les prudes restaurateurs du XIXe siècle ont à la place restitué « Agnus Dei ».

5 Louise de Lorraine-Vaudémont (1553-1601), reine de France.

6 Nicolas de Lorraine (1524-1577), comte de Vaudémont, duc de Mercoeur.

7 Édit de Paris, mai 1576.

8 Sic, comprendre aux.

9 Marguerite de Lorraine-Vaudémont (1564-1625).

10 Gaspard de Coligny, amiral de France.

11 André de Brancas (15**-1595), sieur de Villars, gouverneur du Havre (1588-1595).

12 Le 20 octobre 1587.

13 Février et mars 1559 (nouveau style).

Table des illustrations

Légende Figure no 21 – Portrait du roi Henri III en frontispice de l’Histoire du roi Henry III, par Scipion Dupleix, Paris, 1630.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure no 22 – Le cadavre d’Aignan Le Conte exposé aux créneaux de la tour François-Ier après son exécution en 1578.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure no 23 – Plan du Havre extrait des Œuvres de Jacques de Vaux, 1583.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search