Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Chapitre 4. Troubles en la ville du Havre, son siège et sa réduction à l’obéissance du roy Charles IX

Texte intégral

Où l’auteur décrit Le Havre sous le bref règne de François II puis sous celui de Charles IX sur fond de guerres de religion et de guerre étrangère contre les Anglais. Il relate la prise du Havre par les Anglais avec la complicité du parti huguenot, puis le siège et la reprise de la ville par le roi Charles IX. Pacification, reconstruction, renforcement des fortifications s’ensuivent, entrecoupés par de nouveaux heurts entre protestants et catholiques.

  • 1 Gaspard II de Châtillon de Coligny (1519-1572), amiral de France, gouverneur du Havre (1560-1562).
  • 2 Honorat de Savoie, marquis de Villars (1511-1580), amiral de France.
  • 3 Jacques II de Goyon de Matignon (1525-1598), maréchal de France, lieutenant général de Normandie.
  • 4 Charles Ier de Bourbon (1523-1590), cardinal archevêque de Rouen.
  • 5 Corbeyran de Cardaillac (v. 1515-1586), sieur de Sarlabos, capitaine du Havre (août 1563août 1584) (...)

1 Gaspard de Coligny1 et Honorat de la Savoye2 marquis de Villars, amiraux de France ; Jacques de Matignon3 gouverneur de Normandie ; Charles cardinal de Bourbon4 archevesque de Rouen, seigneur de Graville ; Le dit amiral de Coligny et le seigneur de Sarlabos5 capitaines de la ville ; Messires Adam Deschamps et Pierre Du Bosc, curez.

Chapitre quatriesme. Depuis 1561 jusques en 1574

  • 6 Complot protestant, sévèrement réprimé, destiné à s’emparer du jeune roi François II, en mars 1560
  • 7 Elizabeth Ire, reine d’Angleterre de 1558 à 1603.
  • 8 Jean de Cros (ou Croz) ; voir A.-E. Borély, op. cit., t. II, p. 24.

2Dupleix écrit que sous le reigne de François segond, que la reine mère (c’estoit Catherine de Medicis) sut très habillement pratiquer à son avantage l’ancienne devise de sa maison Divide ut regnes, mets la division pour régner, en fomentant, dit-il, les deux partis pour s’en servir à obtenir la régence et à soumettre l’un et l’autre à ses volontez avec la suptilité de ces artifices. Il dit donc que cette princesse naturellement ambitieuse et qui se prometoit bonne part au gouvernement, sy elle en pouvoit éloigner les Guises, avoit empesché que l’amiral de Coligny et ses frères ne fus[s]ent recherchez à cause de la conjuration d’Amboise6 et avoit mesme fait bailler une commission à l’amiral pour venir éteindre les tumultes qui commençoient à troubler la Normandie, où au lieu d’aporter de l’eau, dit Dupleix, il y adjouta l’huile pour accroistre le feu de sédition en favorisant ouvertement le party des religionnaires à Caen, Dieppe et Rouen, et av7oit des inteligences secrettes avec Elisabet reine d’Angleterre7 Au commencement donc du règne de Charles 9 et dès l’année 1561, disent les Mémoires, le dit amiral de Coligny s’étoit fait pourvoir de la capitainerie et gouvernement du Havre et y avoit mis pour son lieutenant le sieur de Croos8 du païs de Languedoc, ayant une compagnie de gens de pied, outre les 50 archers morte paye de la ville. Ce fut sous la lieutenance de ce Croos, en l’année 1562, peu après Pacques, disent les Mémoires, que survindrent en la ville les premiers troubles qui y durèrent jusqu’à la fin de juillet de l’année suivante 1563, dit l’Histoire, qu’un grand nombre de villes tomba ès mains des religionnaires par tout le royaume et en Normandie les villes de Rouen, Dieppe, Caen, Bayeux, Falaise, Vire, Carenten, St Lô, etc...

3Les Mémoires marquent que ce fut le vendredy 8e may, le landemain matin de la feste de l’Assencion, que les séditieux commencèrent leur jeu par la démolition des églises de la ville et vilages prochains, dont ils abatirent les autels, les fons baptismaux, brûlèrent la chaire du prédicateur, se firent faire des habits des chapes des églises ; ils chassèrent mesme de la ville le dit Le Groos’, lequel ausy dès le commencement s’estoit laissé dessaisir de la tourii et forteresse de la ville ; la Cronique et les Mémoires adjoutent qu’il s’en alla à Rouen, où il fut receu des rebelles du lieu pour y commander et deffendre la ville sous le conte de Mongommery contre le camp du roy qui s’en approchoit. Mais après la rédition d’icelle aux mains du roy, le 26 octobre de l’année 1562, le conte de Mongommery s’estant sauvé dans une galère avec un assez bon nombre des siens, gaigna Le Havre de Grâce et Le Groos, ayant esté aresté, fut décapité à Rouen.

  • 9 Ambrose Dudley (v. 1529-1589), 3e comte de Warwick (La Ferrière, op. cit., p. 21 et 28).

4Or les Anglois sétoient saisis de la place dès le 4 dudit mois d’octobre, auquel temps le conte de Warvic9 estoit entré dedans avec plusieurs navires, ramberges* d’Angleterre, dit la Cronique. Dupleix adjoute qu’il s’étoit saisy de grand nombre de vaisseaux françois en divers ports de Normandie ; et les Mémoires marquent que durant les six mois précédants les séditieux avoient eux occupé la ville, d’où ils avoient chassé les catholiques, aucuns des dits séditieux ayant mesmes passé en Engleterre affin de hâter le secoursiii.

  • 10 Louis Ier de Bourbon (1530-1569), prince de Condé.
  • 11 Antoine de Bourbon (1518-1562), duc de Vendôme, roi de Navarre.
  • 12 François de Beauvais (v. 1502-1572), seigneur de Briquemault (voir A.-E. Borély, op. cit, t. IL p. (...)
  • 13 Traité de Hampton Court, 20 septembre 1562.
  • 14 Jean de Ferrières (v. 1530-1586), vidame de Chartres (voir Léon de Bastard, op. cit., p. 311-360).

5Voicy ce que l’Histoire parle de cette deffence des Anglois : cependant, dit Dupleix, le prince de Condé, c’estoit Louis de Bourbon10 frère d’Antoine11 roy de Navare, père de Henry 4, pourvut aux gouvernements des provinces, esquelles il tenoit un bon nombre de places. Briquemaut12 eut charge d’aller vers Elisabeth, reine d’Angleterre, pour faire haster le secours qu’elle avoit promis aux rebelles. Les Anglois, adjoutent cet autheur, dessendirent bien tost après en Normandie au nombre de dix mil hommes de pied et 300 chevaux sous la conduite du conte de Varvic, qui apportoit ausy cent quarante mil écus en prest au prince. Ils, dit-il, furent receus dans Le Havre de Grâce, naguère pris sur le roy, leur ayant esté acordé par un traité fait en Engleterre entre Elisabet et le vidame de Chartres, député du mesme prince13. Ce vidame estoit Jean Ferrière14 ou de Ferrières, l’un des trente capitaines, député pour la conjuration d’Amboise, dit lors le jeune Maligny et depuis le vidame de Chartres, celuy dont parle les Mémoires, qui fit bâtir cette petite tour de pierre blanche au bout de la jettée du sud, appellée la Tour Vidame, par ce qu’il la fit faire durant les premiers troubles arivés en la ditte ville, où il s’estoit retiréiv.

Figure no 17 – Copie d’un plan du comte de Warwick, conservé en original aux archives de la tour de Londres, figurant les positions anglaises et françaises lors du siège du Havre en 1563, XIXe siècle.

  • 15 Jean de La Fin, sieur de Beauvoir-La-Nocle, gouverna Le Havre en l’absence de Jean de Ferrières (A (...)

6De Serres dit la mesme chose, que le vidame de Chartres et Beauvoir La Node15 son beau frère, s’estant assurez du Havre de Grâce, le vidame, dessendant en Engleterre, traita avec la reine pour le secours des protestants et pour seureté de ces hommes et deniers, luy mit entre les mains la ditte place ; suivant le traité, six milles Anglois, dit-il, arivèrent en Normandie sous la conduite du conte de Warvic et furent dispercez à Rouen, à Dieppe et au Havre.

7Durant leur séjour en la ditte ville, ils firent plusieurs fossés à l’entour d’icelle, abatirent l’église et la plus part des maisons de l’Heure et firent, disent les Mémoires, hausser le fort d’icelle qui n’est autre chose que les ruines de Per canvillev. Ils obligèrent plusieurs particuliers à leur fournir de l’argen et entr’autres monsieur [...], gentilhomme du païs de Caux, auquel ils firent payer jusqu’à deux mille livres, lesquel[le]s il demanda à la communauté de la ville après la réduction de la place, mais sa demande fut rejettée.

8Ils tindrent la ville depuis leur arivée jusqu’au mercredy 28 juillet de l’année suivante 1563, que le conte de Varvic la rendit par composition au nom du roy ès mains de messire Anne de Monmorency, connestable de France ; et combien que les séditieux eus[s]ent en tout favorisé les Anglois, les Mémoires cependant ajoutent que les Anglois les chassèrentvi sur le commencement du mois de may audit an 1563, sy tost qu’ils eurent nouvelles que le camp du roy approchoit, mais Duplex remarque qu’ils en furent chassez sitost que les Anglois furent dedans.

  • 16 Voir aussi à ce sujet Victor Toussaint, Pièces historiques relatives au siège du Havre par Charles (...)
  • 17 La paix d’Amboise fut signée le 19 mars 1562 (ancien style), soit le 19 mars 1563.

9 L’Histoire poursuit et marque mieux que les Mémoires toutes les circonstances du siège et réduction de la ville du Havre16 Dupleix dit donc que l’édit de paix si[g]né par le roy à Amboise le 19 mars 156217 – de Serres dit le 13 – estant public entre les François, il leur restoit à chasser du royaume l’Anglois, lequel tenoit encor Le Havre de Grâce, place important, dit la Cronique, par ce qu’elle eut bouché la rivière de Seine et eust esté une retraite à tout brigandage.

10La reine d’Angleterre ne fut pas aise de cette nouvelle et s’éforçoit de mettre le souffre au feu ; elle pensoit mesme, estant le païs de Caux et les Pais Bas courus par les Allemans et veu les grandes forces qu’il falloit mettre sus, que l’on attendroit à conduire l’armée que les grains fussent engrangez, auquel temps la mer, se haussant et estant retenue, empescheroit toutes les avenues du Havre qui, voire sans cela, sembloit imprenable pour estre en lieu marécageux non commandé de montagnes, autant bien remparé que ville qui soit muny de plus de deux mille pièces d’artillerie avec un nombre de poudres et de balles pour résister à toute l’Heurope et dedans une garnison de six à sept milles hommes choisis sur toute l’Angleterre ; ainsy en parle la Croniquevii.

11La ville Havre, dit Dupleix, fut bâtie par le roy François I pour deffendre l’emboucheure de la Seine, où elle est assise. Elle est, dit il, de figure carrée, très bien remparée de tours, de murs et de bastions, place forte d’assiette et d’artifices, dit de Serres, de sorte que le conte de Varvic la tenant avec six milles Anglois esperoit la pouvoir deffendre contre toute la puissance des François, à la faveur du secours d’Angleterre chargé sur une armée navalle qui estoit déjà sur mer, bien près de là. Les mesmes disent qu’elle n’ariva en rade que deux jours apprès la rédition de la place.

  • 18 Charles de Cossé (1505-1563), duc de Brissac, maréchal de France.
  • 19 Jean Philippe, rhingrave et comte de Salm (15**-1574) ; voir Hector de La Ferrière, La Normandie à (...)

12Le roy s’y achemina en personne, dit de Serres ; la Cronique dit que ce fut après la St Jean et y engagea ausy le prince avec la plupart du party, affin que l’Anglois fut chassé par ceux mesme qui l’avoient apellé. Dupleix adjouste que, le roy ayant envoyé sommer le conte de Varvic de luy rendre la place, il n’en eut aucune réponce sinon qu’il falloit s’adresser à la reine d’Angleterre, sa maîtresse, luy n’ayant aucune autre charge que de la garder en son nom et de la deffendre contre tous ceux qui l’ataqueroient. Cette réponce raportée au roy qui estoit au château de Gaillon, dit la Cronique, fit déclarer la guerre à l’Anglois le 6 juillet au dit an 1563 et, ayant déjà son armée preste à cet effet, la fit marcher vers Le Havre sous la conduitte de Charles de Cossé18 seigneur de Brisac, maréchal de France, antien capitaine de longue expérience. Les Mémoires disent que le camp du maréchal ariva devant la ville dès la fin du mois de may, luy logé au prieuré de Graville, et l’armée, qui étoit composée d’Allemans et de François, campée d’un costé ès paroisses d’Ingouville et Sanvic et d’autre costé en la paroisse de l’Heure ; que le conte de Rangraf19 estoit colonel et que parmi les troupes françoises estoient les régiments de Richelieu, de Sarlabooz et les Suisses.

13D’abort, dit Dupleix, le mareschal de Brisac posta sy avantageusement son canon que la flotte angloise n’osoit approcher du port et, à mesme temps, couppa les veines des eaux douces qui couloient dans la ville, tellement que les Anglois se trouvèrent en peu de jours sans eau douce et, ayant creusé la terre en divers lieux, trouvèrent l’eau sallée partout, incommodité insuportable en un siège, nottamment durant les ardeurs du mois de juillet, laquelle fut suivie de la peste qui emporta en 15 jours plus de la moitié de la garnison engloise. Les Mémoires marquent les mesmes incommoditez de peste et de deffaut d’eaux douces et adjoutent que sy tost que le camp fut posté ès lieux sus dits, les palisades de bois qui estoient hors la ville sur la jettée et le bout de haut d’icelle, près la Grosse Tour, ayant esté rompues et prises par le régiment de Richelieu, furent emmenées, disent-ils, près la ville sur le Perrey quatre gros canons de bronze avec des munitions de poudres et de boulets, dont la Grosse Tour fut si vivement batue depuis six heures de matin jusque à onze heures, qu’une partie de la tour, combien qu’elle fut fort époisse, en fut abatue. La Cronique dit que la place fut furieusement batue et qu’il y fut fait bresche raisonnable.

Figure no 18 – Le jeune roi Charles IX chevauchant son destrier.

14Le sieur de Richelieu, ajoutent les Mémoires, ayant esté blessé à l’épaule d’un coup d’arquebuse à la prise des dittes palisades, mourut bien tost après de ses blessures. Le roy donc, adjoute la Cronique, estant party de Gaillon vint droit à Fécamp : il trouva à son arivée en Caux les choses tellement avancées sous la conduite du maréchal de Brisac, les aproches sy furieuses, le soldat sy bien encouragé, l’orgueil des ennemis sy fors repoussé que ceux qui se disoient la crainte et la frayeur de nostre patrie, les fossoyeurs du cimetière de notre armée, avec très petite perte de nos soldats furent receus à leur grand besoin à composition, condition qu’ils ne méritoient pas.

  • 20 Anne de Montmorency (1492-1567), connétable, maréchal de France.
  • 21 François, duc de Montmorency (1520-1563), maréchal de France ; Imbert de La Platière de Bourdillon (...)
  • 22 Chevaliers de l’ordre de Saint-Michel, ordre fondé par Louis XI en 1469.

15Allors le connestable20 acompagné des maréchaux de Monmorency et Bourdillon21 et plusieurs seigneurs et chevalliers de l’ordre22 ariva le jeudy 21 juillet sur les 10 heures en l’abaye de Graville, où estoit logé le mareschal de Brisac. Les Mémoires néanmoins disent que le connestable estoit logé au manoir de Vitanval.

  • 23 Le vitrail de la dernière chapelle du collatéral sud de l’église Notre-Dame garde témoignage de la (...)

16Le connestable estant averty que les Anglois estoient logés à l’étroit, s’en alla au camp pour prendre commandement sur l’armée royalle suivant l’authorité atachées à sa dignité, soit par ambition affin de ravir à Brisac la gloire de ses travaux, soit pour haine qu’il luy portast de longue main nonostant leur parenté ; ainsy en parlent aucuns, dit Dupleix, bien qu’il n’y eût point d’aparence, ajoutet-il, qu’il fut venu au camp sans le commandement du roy, mais quoy qu’il en soit, dit-il, les Anglois estants en termes de capituler avec Brisac, le connestable l’embescha et luy mesme, y interposant son authorité, les receut le 27 juillet de la ditte année 1563 avec cette composition qu’ils remettroient la ville entre ses mains, au nom du roy, avec toute l’artillerie, munitions et provisions et tout ce qui se trouveroit dedans appartenant aux François et mesme les navires qu’ils avoient joint à leurs flottes. Il fut permis aux Anglois d’emporter tout ce qui estoit à eux, les Mémoires dissent qu’ils furent acommodez de heux* et de petits batteaux pour les remporter en Engleterre. Ce qui fut exécuté fidellement de part et d’autre et le landemain, 28 du mois, la ville rendue ; en mémoire de quoy il s’y fait une procession généralle tous les ans en mesme jour en action de grâce de la ditte rédition23 Dupleix adjoute qu’au mois d’avril de l’année suivante la paix entre la France et l’Angleterre fut nouvellée.

  • 24 Sur Remole ou Remolles, maître de camp, voir Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Pa (...)
  • 25 Jean VI de Lévis (15**-1598), sieur de Mirepoix.
  • 26 Biaise de Lasseran de Massencome, (1502-1577) seigneur de Montluc.

17Au siège du Havre se portèrent valeureusement, dit Dupleix, les seigneurs de Richelieu et de Sarlabous, qui avoient chacun un régiment ; Richelieu, dit-il, blessé à Fépaule à Fassaut d’une tour, se démit de sa charge en faveur du seigneur de Remole24 Sarlabous ou Sarlabos, demeura gouverneur du Havre de Grâce avec six enseignes de gens de pied sous la charge des capitaines de Mirepoix25 de Lisle et de La Houssaye, disent les Mémoires, et furent aussy donnez audit sieur de Sarlabos vingt cinq Suisses pour sa garde outre les cinquante morte-payes de la ville. Les Mémoires le califient de Sarlabos Corberan de Cadillac des monts Pirennées, gentilhomme de la chambre du roy et chevallier de son ordre ; et il y a apparence que c’est luy dont parle Dupleix en un autre endroit, disant que Sarlabos fut un des cinq capitainnes que Montluc26 détacha avec luy pour reconnoistre la bresche, lors de la prise de Thionville en 1558.

  • 27 François Du Plessis de Richelieu (15**-1563).
  • 28 Corberan de Cardaillac, sieur de Sarlabos, sera gouverneur du Havre jusqu’en 1584.

18Quan[t] au seigneur de Richelieu, c’étoit messire François Du Plessis27 grand oncle du cardinal de Richelieu, surnommé Pillonviii, dit Dupleix, à cause de sa force et de son grand courage, qui se signalla en Piedmont, où il fut mestre de camp sous le mareschal de Brisac, et, estant revenu en France sous Charles IX, il soutint généreusement le siège de St Jean d’Angély contre Farinée huguenotte, deffendit Blois, où il se jetta avec trois cents hommes ramassez à la haste, deffit sur les borts de la rivière les huguenots de Touraine et de Poictou joints ensemble, et enfin fut tué en ce siège du Havre, commandant un des deux régiments qui étoient seuls entretenus en ce temps là ; et Sarlabos, qui commandoit l’autre, eut le gouvernement de la place qui avoit esté destiné pour Richelieu28.

  • 29 Le manoir de Vitanval, datant de 1420 environ, a été restauré à partir de 2003 (voir Claire Étienn (...)
  • 30 Edward Clinton Fiennes (1512-1585), premier comte de Lincoln, grand amiral d’Angleterre.
  • 31 Jean V, baron de Clères (15**-1563) ; voir Hippolyte Lemarchand, Histoire du canton de Clères, Fon (...)

19Deux jours après la délivrance de la ville, disent les Mémoires, le roy et la reine mère estant au manoir de Vitanval29 les princes et seigneurs logez aux environs avec la gendarmerie, ariva en rade le secours d’Engleterre avec saize cents hommes dans plusieurs ramberges, envoyés pour le raffraichissement de la garnison de la ville, commandés par le milord Clinthon, amiral30 vers lequel Sa Majesté ayant envoyé le conte de Rantgraf, le baron de Clère31 et autres seigneurs pour l’inviter de mettre pied à terre, il le refusa de le faire, disent les Mémoires, attendu que la ville estoit rendue au roy.

  • 32 Compr. quelque temps après.
  • 33 Voir figure no 4, p. 40.

20Mais le sieur de Marseilles adjoute que ce milord ayant fait voilles le lendemain, il fut tenu conseil savoir sy, pour le service du roy et pour l’hutilité du païs, il estoit bon de démanteler la ville (ce que Fon a encor mis plusieurs fois en balance dans ces dernières guerres) et que, les avis s’étant trouvés partagés, la résolution fut de la garder, considéré son assiette, son importance et la grand dépence qui avoit esté déjà faitte pour la mettre en l’état qu’elle estoit. Il remarque mesme que Sa Majesté quelque temps32 y fit commencer une citadelleix et il se voit encor des traces sur d’anciens plans d’une espèce de citadelle ou ouvrage à couronne au delà de l’avant fossey de la citadelle d’aujourd’huy, mais sous le portrait de Charles 9 qui est dans la chambre fayencée de l’hostel de ville, il paroit que le dehors de la ditte citadelle estoit fait du retranchement et que le dedans vers la ville estoit clos de deux bastions avec une courtine qui faisoit un angle rentrant tel qu’il paroit en ce plan33.

  • 34 Théodore Agrippa d’Aubigné, L’Histoire universelle du sieur d’Aubigné..., Paris, J. Moussat, 1616- (...)

21D’Aubigné et Jean Le Frère de Laval34 dans leurs histoires des troubles de la France, raportent encor plus au long toutes les circomstances de ce siège : il dit que le roy ayant résolu de reprendre Le Havre sur l’Anglois, il fit venir des trouppes qui furent campé[e]s aux lieux dont on a parlé cy devant ; que le seigneur de Sarlabos estoit campé du costé de l’Heure avec le maréchal de Monmoranci et que, dans le temps que le roy estoit à Bouillon, un secrétaire du duc de Varvic ou de l’ambassadeur d’Angleterre, qui estoit chargé de porter des lettres au duc de Varwik, qu’il fut arresté à Gaillon par ceux auquels il s’estoit confié pour le faire entrer dans la place ; que le connestable estant arivé au camp le 21 juillet avoit fait pousser la tranchée environ deux mil pas en quatre jours et jusqu’au près de la porte du Perrey, sur une chaussée toute de pierre en sorte qu’on estoit obligé de couvrir les soldats avec des facines* et des sacs remplis de terre et d’autres de laine, dont on faisoit un corps de garde avec le sable de la mer qu’on y aportoit lors qu’elle estoit basse ; qu’on donna l’assaut aux palissades et à une tour qui estoit sur le bout d’une jettée, où le duc de Richelieu fut blessé, et que les ennemis, voyant le travail sy avancé en peu de temps et qu’on avoit tiré plusieurs coups de canon contre la porte et qu’on avoit commencé à battre la Grosse Tour, avoient demandé à capituller ; le duc de Varvic ayant allors, disoit-il, des ordres pour cela.

  • 35 Seigner : comprendre saigner, c’est-à-dire vidanger le fossé ennoyé.
  • 36 Maître Polluin ou Pellun, appelé encore Pellehan, commandait le fort de Leure durant le siège (Dis (...)
  • 37 Comprendre : furent négociés.

22En effet, ces autheurs remarquèrent qu’il y avoit une galère en pleine mer à la veue du Havre à bort de laquelle il avoit esté une chaloupe de la ville et que plusieurs officiers de la garnison ayant voulu y retourner avoient esté pris et amenés au camp ; qu’un officier passant vis à vis du boulevart de Sainte-Adresse avoit donné avis que il faloit seigner35 le fossé qu’il disoit avoir remarqué plus haut que la mer ; et qu’on avoit commencé ce travail et que, lors de la capitulation pandant la quelle il y eut une trêve de part et d’autre, le connestable avoit envoyé plusieurs officiers avec le trompette pour voir le lieu, au cas qu’on ne put pas convenir. Comme il ariva que les travaux furent continués pendant la nuit et que le lendemain les Anglois demandèrent derechef à capituler et envoyèrent maistre Polluin36 qui reconnut dans la tranchée des officiers qu’il croyoit du party du prince de Condé, ils luy firent entendre que la garnison n’avoit rien à espérer de la division du royaume, parce que tout estoit réuny et qu’on convint que le duc de Varvic envoyeroit le lendemain le dit maistre Pelluin – c’est ainsy qu’il le califie – avec quelques autres au camp pour régler par la porte du costé du fort de l’Heure jusques près du fossé, duquel les nostres estoient campés ; que les dits envoyés estants prest à sortir, les Anglois de garde et les nostres s’estoient furieusement escarmouchés et que les nostres, parmy lesquels le maréchal de Monmorancy avoit esté obligé de se mesler, avoient eu l’avantage. Cet autheur adjoute que l’escarmouche s’étant apaisée, les envoyés avoient sorty et avoient esté conduits au camp où le connestable leur avoit fait remarquer que le prince de Condé avoit fait sa paix et que tout le royaume estoit réuny et, après avoir convenu de la rédition de la place, les autres articles de la capitulation furent37 dans la tranchée, où le connestable se rendit avec le maréchal de Brisac qui, nonostant ces incommodités, y avoit resté pendant tout le siège ; et que, dans le temps qu’on disputoit quelques articles, plusieurs Anglois s’aprochèrent du maréchal pour le faire acorder des conditions plus avantageuses mais, le connestable s’en estant aperceu, il leur dit d’un ton fier et hautain qu’il n’y avoit que luy seul au camp qui put leur rien accorder.

23Enfin, tout ayant esté réglé et les ordres donnez de part et d’autre, le dit maistre Pellun, qui estoit un de ceux de la ville, [e]ut permission d’aller soupper à la tente du reingraf et de retourner coucher dans son fort pour mettre ordre à ces affaires et la capitulation fut exécutée de bonne foy, comme il a esté remarquéx.

24On ne sait pas positivement dans quel temps cette citadelle, dont on a parlé, fut commencée. Il y a apparance que ce fut dès l’année 1564, dans lequel temps l’Histoire remarque que le roy visita les provinces de son royaume et fit bâtir, dit Dupleix, plusieurs citadelles en divers lieux, en fit raser aucunes et mesme démanteler quelques villes.

  • 38 Sur Saint-Michel d’Ingouville, voir docteur Leroy, Église Saint-Michel d’Ingouville, Le Havre, Mic (...)

25Le dit sieur de Marseilles écrit que cette citadelle avoit esté commencée depuis la grande barre jusqu’à la dernière tranchée, dont il a esté parlé, et qu’elle estoit demeurée imparfaite jusque à son temps et, quand aux trente quatre acres de terres du retranchement de la ville, qu’il dit que ce roy, estant encor au manoir de Vitanval, fiefa au dit sieur de Sarlabos par deux sols par acre de rente seigneurialle payable au domainne de Montiviller, c’étoit la ferme de Parc en Ville enclose dans les ruines des fortifications de l’ancien Havre, laquelle le dit sieur de Sarlabos fit bâtir et planter, ainsy qu’on la voyoit encor en 1686, de maison, grange, écuries, coulombier et jardin clos de muraillesxi, au quel temps elle fut démollie et les fossez de l’antien Havre comblez de la terre des ramparts d’iceluy, dont on voyoit encor quelques traces, estant presques esboulez allors ; auquel temps on y remarquoit encor sur la grande porte de la ditte ferme les armes de ce seigneur gravez en pierre à demy éfacez par l’injure de l’air, mais on les voit blasonnez de leurs couleurs en divers autres lieux et nottamment en la première vitre du costé de l’autel de l’église d’Ingouville38.

  • 39 En effet, le 12 août 1449, la prise de Cherbourg par les Français sur les Anglais consacra la libé (...)

26Le dit sieur de Marseillles écrit encor qu’avant le départ de Leurs Majestez, luy procureur du roy, acompagné de vingt cinq autres officiers et bourgeois catoliques, ayant esté trouver la reine au dit lieu de Vitanval, elle leur avoit fait rendre les Chartres des franchises et privilèges, lettres et papiers concernant les affaires de la ditte ville, dont les Anglois s’étoient saisis ; et le dimanche premier jour d’aoust, dit la Cronique, le roy, ayant laissé le connestable au camp, partit avec la reine et toute la cour pour aller à St Romain de Colleboc et de là à Estelan. Le roy fut coucher au château d’Ivetot et de là à Bacqueville et le jour d’après à Dieppe, où il fit son entrée. Partant de Dieppe, il fut coucher à Clère et le lendemain, il fit son entrée en la ville de Rouen ; ce fut le 12 aoust de la ditte année 1563, jour heureux par la réduction de la Normandie sous Charles 739.

  • 40 Michel de L’Hospital (1505-1573), chancelier de France.

27Cette entrée fut magnifique, dit la Cronique ; il y eut des théâtres et des arcs de triomphes dressez au faubourg St Gervais, porte cauchoise, vieil marché et portail de Nostre Dame ; entr’autres représentations, sur le front du théâtre, devant Nostre Dame, estoit représenté la Seine sous la figure d’une vieille femme, grande deux fois comme nature, couchée dans des joncs et des roseaux, apuyée sur deux léoparts qui avoient la teste couverte d’herbes de rivière, laquelle jettoit de l’eau d’une grande urne et par les mamelles, autour d’elle estoit une trouppe de nayades nues, ceintes de glaieul et des nimphes avec des fleurs qui chantoient, dit la Cronique, en réjouissance de ce que la Seine estoit libre par la réduction du Havre de Grâce. Elle remarque encor que le mardy ensuivant, 17 du mois, le roy estant allé au pallais avec la raine tenir son lit de justice et se faire déclarer majeur, Sa Majesté et le chancelier de L’Hospital40 y firent l’ouverture de leur discours par des actions de grâces à Dieu pour la ville du Havre, dont le parlement de Paris fut forz surpris et se plaignit hautement, croyant que cet honneur luy estoit dû à l’exclusion des autres parlementsxii.

Figure no 19 – Le domaine de Percanville et le retranchement de la ville au milieu du XVIe siècle, tels qu’ils apparaissent encore vers 1670.

28Le sieur de Sarlabos entra donc dans la ville le mardy 2e jour d’aoust 1563, où depuis il commanda, dissent les Mémoires, jusqu’au mois d’aoust de l’année 1584, qu’il remit la place entre les mains du duc de Joyeuse, pair et amiral de France et gouverneur de Normandie, auquel il quitta ausy la ferme de Percanville. Ils ajoutent que durant son séjour en la ditte ville, il fit hauser la muraille d’icelle pour y servir de deffence et d’abry, fit réparer la démolition de la Grosse Tour, fit faire la belle terrasse qui estoit prest et joignant la ditte tour et l’ancienne porte du Perrey, fit embellir dedans et dehors la maison de l’hostel de ville, fit faire la belle devanture de la cheminée de la salle xiii, fit bâtir un grand pont aux Barres, bref se gouverna dans les rencontres avec beaucoup de zelle et de fidélité pour le service du roy.

  • 41 Sic, pour lieues. Les Protestants étaient donc interdits de séjour dans un rayon de 24 km autour d (...)

29Les séditieux rentrez dans la ville luy fournirent bien tost une ocasion, car ayant soupçon qu’ils ne fissent quelque remuement, il en donna ausy tost avis au roy, qui luy ordonna de les chasser de la ville avec défences d’en approcher de six lieux41 près sur peines de confiscation de corps et de biens. Cependant, disent les Mémoires, ils trouvèrent moyen d’y rentrer et, ne pouvant se contenir, ils conjurèrent derechef à l’adhérence de plusieurs de dehors de se saisir de la ville au préjudice du roy, dudit sieur de Sarlabos, officiers et bourgeois catoliques.

  • 42 Odet de Coligny (1517-1571), cardinal de Châtillon.
  • 43 La bataille de Jarnac eut lieu le 13 mars 1569.

30Ce fut au temps que, la guerre s’étant renouvellée contre les religionnaires sur la fin de 1568, ceux cy deputèrent, dit Dupleix, le vidame de Chartres vers la reine d’Angleterre pour implorer son secours ; au temps que le prince de Condé et l’amiral se retirèrent dans La Rochelle, qu’Odet de Coligny42 cardinal de Châtillon, apostat s’estant enfuy en Engleterre, obtint d’Elisabeth un secour de finances et de provisions de guerre et au temps que les deux armées choquées en diverses escarmouches se donna la bataille de Jarnac43 le 22 mars 1569xiv.

31Ils exécutèrent, disent les Mémoires, leur entreprise le 3 févrierxv, lendemain de la fette Purification de Nostre Dame de la ditte année 1569, à laquelle fin ceux de dehors estants venus de nuit pour surprendre la ville, tuèrent à coups d’arquebuse partie du guet possé hors icelle sur le Perrey, ce qui donna ocasion au sieur de Sarlabos et aux autres gens de bien de se réveiller ; et sur l’heure ariva, disent les Mémoires, un bourgeois qui, ayant trouvé encor la porte du Perrey ouverte et l’ayant fermée, la tint en cet état quelque peu de temps, criant aux armes jusqu’à ce que le dit sieur de Sarlabos fût arrivéxvi.

32Or les dits rebelles de dehors, s’étant intimidez d’eux mesmes tant pour avoir ouy battre la dianne* que sonner la cloche de la première messe à heure extraordinaire, s’estoient pour cela retirez au grand pas et plusieurs d’iceux jetté leurs armes tant arquebuses qu’espées par le chemin, lesquelles on trouva le landemain et par ce qu’ils n’avoient pu parvenir à leur dessein, ceux de dedans ny leurs complices n’avoient osé remuer. A l’égard du son de la ditte cloche à heure extraordinaire, plusieurs l’atribuent à un miracle et les autres dissent seulement que celuy qui estoit chargé de se soin prit une heure pour une autre et fut sonner la messe comme de coutume.

Figure no 20 – Cheminée faïencée de l’hôtel de ville, ornée d’un portrait du roi Charles IX devant le plan de la citadelle qu’il vient de fonder.

  • 44 Sur ces conseillers, Nicolas Rassent, Philippe de Montaigu, Laurent Bigot, voir S. de Merval, Cata (...)

33Mais quoy qu’il en soit, les Mémoires disent que plusieurs gentilshommes voisins trempèrent dans cette conjuration, contre lesquels messieurs de Rasent et de Montagu, conseillers au parlement, et monsieur Bigot44 1er avocat général du royxvii, ayant informé sur les lieux, leur procez estant fait et jugé par la court, furent condamnés et exécutés à mort.

  • 45 Eustache d’Anneville, Inventaire de l’histoire de Normandie, Rouen, Charles Osmont, 1645, p. 181.
  • 46 L’auteur considère que les Mémoires de G. de Marceilles sont une source plus fiable puisque ce der (...)

34La ditte surprise est raportée d’une autre manière dans l’Inventaire de l’histoire de Normandie45 en disant que partie des séditieux estoient entrez dans le port dans un vaisseau chargé de cuirs sous lesquels il s’étoient cachez, mais les Mémoires du sieur de Marseilles sont plus seurs, puis que cet autheur devoit pour lors estre dans la ville46 Jean Le Frère de Laval en son histoire des troubles de la France et lieux circonvoisins raporte la mesme chose du vaisseau chargé de cuirs et que les séditieux du dedans de la ville avoient mis des cadenas aux portes des principaux catholiques, ce qui est une ruse ingénieusement inventée en une sédition populaire pour empescher la sortie du party contraire.

35Au mois de septembre de la mesme année 1569, pendant que l’amiral de Coligny, qui ne cherchoit plus, dit l’Histoire, qu’un honneste prétexte pour couvrir la honte de sa vaine entreprise, sur Poitiers marchoit avec toutes ses forces contre l’armée royalle à Chateleheraut. Sur ces entrefaites, dit Dupleix, le parlement de Paris fit le procez par deffaut au dit amiral, au conte de Mongommery et au vidame de Chartres, lesquels par arrest du 28 dudit mois de septembre 1569, furent déclarez criminels de leze Majesté, condamnez à souffrir la mort et exécutez en éfigie ; la charge d’amiral [fut] donnée par le roy à Honoré ou Honorat de Savoye, marquis de Villars, comme vacante par la mort civile de Gaspard de Colignyxviii.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. Le Véziel dit p. 353 « De Croos ». Il s’agit bien toujours de Jean de Cros.

ii. Le Véziel évoque précisément « la Grosse Tour ».

iii. « [...] et ils députèrent les plus zélés d’entr’eux pour passer en Angleterre pour faire hâter le secours » (ms. Le Véziel, p. 354).

iv. « [...] qui est à présent démolie, proche le magazin aux poudres d’à présent. » (ms. Laignel de L’Ormerie) ; Le Véziel ajoute, p. 354 : « C’est lui [Jean de Ferrières] qui fit bâtir cette petite tour qu’on appelait la Tour Vidame que nous avons vu[e] démolir il y a 32 ans, où il y a à présent une écluse, elle était au commencement de la jettée du sud-est vers le magazin aux poudres. »

v. « [...] c’est à dire où cet édifice estoit, il y a 30 ans depuis cette présente année où j’écris qui est 1728. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

vi. Le Véziel donne ce détail p. 355 : « [...] après les avoir débarrassés de ce qu’ils avaient de meilleur. »

vii. Ces deux derniers paragraphes ne figurent pas chez Laignel de L’Ormerie.

viii. « Pilon » (ms. Le Véziel, p. 358).

ix. Le ms. Gasquerel, no 1, précise : « [...] qui n’est pas celle d’à présent. »

x. Le passage « D’Aubigné [...] remarqué » est absent dans les mss Le Véziel, Lesueur et Gasquerel no 2.

xi. Laignel de L’Ormerie ajoute : « [...] dans lequel on y a souvent joué à la boulle par ce que l’on y vendoit à boire. »

xii. Le passage « Cette entrée [...] des autres parlements » est absent du ms. Laignel de L’Ormerie.

xiii. Dans le ms. Le Véziel, p. 360, le copiste de 1806 précise en note marginale : « C’est l’ancien Hôtel de Ville : ces décorations à la cheminée de la grande salle furent détruites lors de la Révolution. »

xiv. Le Véziel donne, p 361, la date du 2 mai 1569.

xv. Le ms. Lesueur ignore le jour précis et laisse un blanc à sa place.

xvi. Le Véziel donne, p 361, la date du 2 mai 1569.

xvii. « administrateur général » selon Laignel de L’Ormerie.

xviii. « En 1574, le passager fut perdu. » (ms. Lesueur, p. 35) ; il s’agit du bateau-passager qui assurait la liaison entre les deux rives de l’estuaire de la Seine, du Havre à Honfleur.

Notes

1 Gaspard II de Châtillon de Coligny (1519-1572), amiral de France, gouverneur du Havre (1560-1562).

2 Honorat de Savoie, marquis de Villars (1511-1580), amiral de France.

3 Jacques II de Goyon de Matignon (1525-1598), maréchal de France, lieutenant général de Normandie.

4 Charles Ier de Bourbon (1523-1590), cardinal archevêque de Rouen.

5 Corbeyran de Cardaillac (v. 1515-1586), sieur de Sarlabos, capitaine du Havre (août 1563août 1584) [voir Fernand de Cardaillac, Deux capitaines gascons au XVIe siècle, Paris, Champion, 1908, passim].

6 Complot protestant, sévèrement réprimé, destiné à s’emparer du jeune roi François II, en mars 1560.

7 Elizabeth Ire, reine d’Angleterre de 1558 à 1603.

8 Jean de Cros (ou Croz) ; voir A.-E. Borély, op. cit., t. II, p. 24.

9 Ambrose Dudley (v. 1529-1589), 3e comte de Warwick (La Ferrière, op. cit., p. 21 et 28).

10 Louis Ier de Bourbon (1530-1569), prince de Condé.

11 Antoine de Bourbon (1518-1562), duc de Vendôme, roi de Navarre.

12 François de Beauvais (v. 1502-1572), seigneur de Briquemault (voir A.-E. Borély, op. cit, t. IL p. 35)·

13 Traité de Hampton Court, 20 septembre 1562.

14 Jean de Ferrières (v. 1530-1586), vidame de Chartres (voir Léon de Bastard, op. cit., p. 311-360).

15 Jean de La Fin, sieur de Beauvoir-La-Nocle, gouverna Le Havre en l’absence de Jean de Ferrières (A.-E. Borély, op. cit., t. II, p. 43).

16 Voir aussi à ce sujet Victor Toussaint, Pièces historiques relatives au siège du Havre par Charles IX en 1563, Le Havre, Costey Frères, 1862.

17 La paix d’Amboise fut signée le 19 mars 1562 (ancien style), soit le 19 mars 1563.

18 Charles de Cossé (1505-1563), duc de Brissac, maréchal de France.

19 Jean Philippe, rhingrave et comte de Salm (15**-1574) ; voir Hector de La Ferrière, La Normandie à l’étranger, Paris-Caen-Rouen, 1873, p. 47.

20 Anne de Montmorency (1492-1567), connétable, maréchal de France.

21 François, duc de Montmorency (1520-1563), maréchal de France ; Imbert de La Platière de Bourdillon (1524-1567), maréchal de France.

22 Chevaliers de l’ordre de Saint-Michel, ordre fondé par Louis XI en 1469.

23 Le vitrail de la dernière chapelle du collatéral sud de l’église Notre-Dame garde témoignage de la « messe de la réduction » qui se célébrait chaque année en mémoire de la prise du Havre.

24 Sur Remole ou Remolles, maître de camp, voir Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, Renouard, 1864-1882, t. V, p. 126.

25 Jean VI de Lévis (15**-1598), sieur de Mirepoix.

26 Biaise de Lasseran de Massencome, (1502-1577) seigneur de Montluc.

27 François Du Plessis de Richelieu (15**-1563).

28 Corberan de Cardaillac, sieur de Sarlabos, sera gouverneur du Havre jusqu’en 1584.

29 Le manoir de Vitanval, datant de 1420 environ, a été restauré à partir de 2003 (voir Claire Étienne-Steiner, Le Havre, ville, port et agglomération, Rouen, Connaissance du patrimoine de Haute-Normandie, 1999, p. 313).

30 Edward Clinton Fiennes (1512-1585), premier comte de Lincoln, grand amiral d’Angleterre.

31 Jean V, baron de Clères (15**-1563) ; voir Hippolyte Lemarchand, Histoire du canton de Clères, Fontaine-le-Bourg, Le Pucheux, 2002, p. 111.

32 Compr. quelque temps après.

33 Voir figure no 4, p. 40.

34 Théodore Agrippa d’Aubigné, L’Histoire universelle du sieur d’Aubigné..., Paris, J. Moussat, 1616-1620 ; Jean Le Frère, La Vraye et entière histoire des troubles et guerres civiles avenues de nostre temps pour le faict de la religion, tant en France, Allemaigne que Païs Bas, recueillie de plusieurs discours français et latins et réduite en dix-neuf livres par Le Frère, de Laval, Paris, Guillaume de La Nouë, 1573.

35 Seigner : comprendre saigner, c’est-à-dire vidanger le fossé ennoyé.

36 Maître Polluin ou Pellun, appelé encore Pellehan, commandait le fort de Leure durant le siège (Discours au way de la reduction du Havre de Grâce en l’obéissance du roy, Paris, Robert Estienne, 1563, p. 12).

37 Comprendre : furent négociés.

38 Sur Saint-Michel d’Ingouville, voir docteur Leroy, Église Saint-Michel d’Ingouville, Le Havre, Micaux, 1929.

39 En effet, le 12 août 1449, la prise de Cherbourg par les Français sur les Anglais consacra la libération de la Normandie par le roi Charles VII.

40 Michel de L’Hospital (1505-1573), chancelier de France.

41 Sic, pour lieues. Les Protestants étaient donc interdits de séjour dans un rayon de 24 km autour du Havre.

42 Odet de Coligny (1517-1571), cardinal de Châtillon.

43 La bataille de Jarnac eut lieu le 13 mars 1569.

44 Sur ces conseillers, Nicolas Rassent, Philippe de Montaigu, Laurent Bigot, voir S. de Merval, Catalogue et armorial des présidents, conseillers..., Évreux, Hérissey, 1867, p. 35, 38 et 147.

45 Eustache d’Anneville, Inventaire de l’histoire de Normandie, Rouen, Charles Osmont, 1645, p. 181.

46 L’auteur considère que les Mémoires de G. de Marceilles sont une source plus fiable puisque ce dernier témoigne de ce qu’il a vécu de l’intérieur.

Table des illustrations

Légende Figure no 17 – Copie d’un plan du comte de Warwick, conservé en original aux archives de la tour de Londres, figurant les positions anglaises et françaises lors du siège du Havre en 1563, XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure no 18 – Le jeune roi Charles IX chevauchant son destrier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Figure no 19 – Le domaine de Percanville et le retranchement de la ville au milieu du XVIe siècle, tels qu’ils apparaissent encore vers 1670.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Figure no 20 – Cheminée faïencée de l’hôtel de ville, ornée d’un portrait du roi Charles IX devant le plan de la citadelle qu’il vient de fonder.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search