Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Chapitre 3. Retranchement de partie du teritoire et nouvelle face de la ville sous le roy Henry II

Texte intégral

Où l’auteur décrit les agrandissements et embellissements du nouveau port sous le règne d’Henri II qui suit scrupuleusement la voie tracée par son père en la matière et consacre notamment beaucoup de ressources et d’énergie pour son urbanisation, son peuplement, sa défense et fortification. L’administration et l’encadrement de cette nouvelle population font aussi l’objet de ses soins : justice, police, fisc, églises, hôpital, etc.

  • 1 Claude d’Annebaut (vers 1495-1552), amiral de France (1544-1547).
  • 2 Gaspard de Coligny (1519-1572), amiral de France.
  • 3 Sur cette famille, voir Alphonse Martin, Histoire du Chef-de-Caux..., Fécamp, Durand, 1881, p. 108
  • 4 François de Vendôme (1523-1560), vidame de Chartres, prince de Chabannais.

1 Les seigneurs d’Annebaut1 et de Coligny2 amiraux de France ; François de Vendosme3, seigneur de Graville ; Guion et Du Voissini, seigneurs de Vitanval et Saint Denis du Chef de Caux4 ; Le sieur de La Mailleraye, capitaine de la ville ; Messires Jacques Vimont et Adam Deschamps, premiers curez pourvus ; Maître Robert Haquet, 1er lieutenant civil en la ditte ville.

Chapitre 3e. Depuis 1547 jusqu’en 1561

  • 5 Claude (1496-1550) et Marie de Lorraine (1515-1560), reine d’Écosse.

2Il vient d’estre dit que les Anglois, sans avoir égard au traité de paix de l’année 1546, ne commencèrent la guerre contre l’Écosse, piquez, dit l’Histoire, de ce que les Écossois, persuadez par les remontrances de leur reine douairière (c’estoit Marie de Lorraine, fille de Claude duc de Guise, mère de la jeune reine d’Écosse5), avoient conclu de marier cette princesse avec François II ; d’ailleurs le roi Henri II qui désiroit ausy ce mariage pour son fils secourut promptement les Écossois. Bon nombre de noblesse volontaire et six mils hommes de pied passèrent la mer et arivèrent en Écosse à la fin de juin 1548 et la princesse ariva en France à la fin du mois d’aoust de la mesme année.

  • 6 On ne trouve pas trace dans le catalogue des actes de Henri II de cette commission accordée en 154 (...)

3Ce fut en cette année 1548, disent les Mémoires, que Henry deux, voulant imiter le zelle du feu roy son père au bien et augmentation de la ville du Havre, décerna commission au conte de Refuge6 pour faire paver les rues de la ditte ville, laquelle pour ce défaut avoit jusqu’alors souffert de grandes incommoditez de peste et autres maladies à cause des immondices et des eaux putréfiez. Ce seigneur s’aquita de sa commission de telle manière que le travail se trouva acompli en une seulle année : les maçons avoient 25 s. de la toise en fournissant tout et dressant le terrain et, lors que les bourgeois se chargeoient de tout fournir, ils n’avoient que 7 s. 6 d. de la toise.

  • 7 Cette visite au Havre du roi Henri II se place en 1550.

4Ausy tost après, le roy et la reine firent leur entrée en la ditte ville au mois d’octobre de l’année 15497. C’estoit au temps du retour de Sa Majesté de devant Boulogne qu’il avoit laissée bloquée par mer et par terre pour se la faire rendre par l’Anglois, dit l’Histoire, ce qui fut fait le 24 ensuivant 1550. Le sieur de Marseilles décrit les cérémonies de cette entrée que [firent] Leurs Majestez : entrants par la porte du Perrey, elles y furent saluez de la mousquetade de huit cents jeunes hommes tous au dessous de l’âge de vingt ans, revêtus chamarez de tafetas noir et blanc qui servirent de passe temps au roy pendant son séjour qu’il y fit. Il remarque qu’un jour, le roy disputant avec les princes d’un coup d’arc tiré par luy aux buttesii, le bruit du canon d’un vaisseau arivant en rade les fit quitter le jeu et qu’à l’instant le roy et les seigneurs coururent sur la jettée de hors la ville pour se mettre sur le haut d’icelle, où ils se firent aporter des robes fourées de loup et des manteaux qui néantmoins ne les purent garantir des incommoditez de la mer, car en passant et repassant par dessus la jettée et mesme pendant qu’ils furent sur le cort d’icelle, la mer qui estoit fors impétueuse les mouilla tellement que le roy s’étonna de l’incommodité de ce lieu et dit qu’il estoit à craindre qu’un jour les habitans ne fusent submergez ; et les Mémoires remarquent que le roy s’en souvenoit toute[s] les fois qu’il voyait en cour le sindic de la ditte villeiii.

  • 8 George Gordon (1514-1562), 4e comte de Huntly, chancelier d’Écosse (1546-1562).
  • 9 William Keith (15**-1581), 4e comte maréchal d’Écosse.
  • 10 Leone Strozzi (1515-1554), colonel général de l’armée du roi.
  • 11 Ce n’est pas Leone Strozzi qui amena la jeune Marie Stuart en France, mais Nicolas Durand de Ville (...)
  • 12 Pierre Strozzi (v. 1510-1558), maréchal de France.
  • 13 Charles de Guise (1524-1574), cardinal de Lorraine.
  • 14 Louis de Lorraine (1555-1588), cardinal de Guise.
  • 15 Henri Ier (1550-1588), duc de Guise.

5Quelque temps après, la reine douairière d’Écosse ariva ausy en la rade de ce lieu acompagnée des contes et contesses de Henteley8 du maréchal d’Écosse9 et autres seigneurs dans la galère du sieur Strossy10 prieur de Capoue, chevalier de Malte, celuy qui avoit ausy apporté en France aux cottes de Bretaigne la jeune reine d’Écosse Marie Stuart, âgée de six ans en 154811 ; il estoit frère puîné du mareschal de France, Pierre Strossy12 qui fut tué devant Tionville en 1558. Le sieur de Marseilles écrit que son père receut la reine à la décente de la galère et la mena à l’hôtel de ville, d’où elle partit le lendemain pour aller en cour, où elle fut conduitte par les cardinaux de Loraine13 et de Guise14 le duc de Guise15 et autres princes de sa maison qui l’avoient receue à Montiviller.

  • 16 Édit de Villers-Cotterêts, février 1552 (n. st.) ; voir M.-N. Baudouin-Matuszek, Catalogue des act (...)
  • 17 20 janvier 1553 (n. st.)

6Ce fut en l’année 15 51 et aux suivantes que la ville reprit une nouvelle face par l’établissement d’un siège de justice, par le nouvel affiefement de toutes ses places et par le retranchement et régularité de son territoire. Les lettres de chartre de l’érection de la justice pour le Havre et les six paroisses prochaines furent donnez à Villers Cotterêts au mois de février de l’année 15 5116, sur la requeste des habitans, où se lisent les motifs et les raisons de cet établissement. Les six paroisses de se resort sont Ingouville, Ste Adresse, Seinvic, Bléville, Graville et l’Heure, dont les paroissiens seroient tenus venir plaider en la ditte ville de tous diférents, soit meubles, héritages, bénéfices, que crimes, par devant le bailly de Caux et viconte de Montiviller ou leurs lieutenant[s] qui seroient tenus y résider pour l’administration de la justice du lieu ; autrement il seroit par Sa Majesté pourveu d’autres capables et sufisants personnages de judicature lesquels y feroient actuelle et continuelle résidenceiv ; les dittes lettres de Chartres enregistrées au dit bailliage de Montiviller le jeudy vingte janvier, premier jour des assises de l’an 155217, sur la présentation qu’en fit maître Robert Haquet, controlleur de la ville, et la premiere assise à tenir au dit lieu et siège du Havre terminé[e] au vendredy vingt trois septembre en suivant.

  • 18 Autrement dit, le mémorialiste Guillaume de Marceilles fut le premier procureur du roi au Havre.

7Les Mémoires disent qu’en l’année 1555 le dit maître Robert Haquet se fit pourvoir par le roy à la charge de lieutenant de bailly de Caux au dit siège du Havre, laquelle il exerça jusqu’en l’année 1561 ; que, retournant de la cour, il fut assasiné par des volleurs dans les bois de Vreuxv près Rouen, le 2e jour d’aoust de la ditte année. Depuis sa mort, le dit office fut vacant jusqu’en l’année 1572 que maître Polidamas Haquet, fils aîné du deffunt, en fut pourvu. Laquelle charge il exerçoit encor au temps que le sieur de Marseilles écrivoit ces Mémoires. Vers la mesme année 1555, le roy créa ausy en filtre d’offices un lieutenant particulier pour le siège de l’amirauté de la ditte ville, un procureur du roy qui pouroit exercer son office avec celuy de la juridiction ordinaire au dit lieu, un greffier et deux sergeants, auquels officiers Sa Majesté ordonna par chacun an les gages de 200 1. au dit lieutenant, 50 1. au procureur du roy et 25 1. au greffier outre l’émolument du greffe à commencer des jours de leurs provisions auxdits estais, ainsy qu’il est porté par édit du mois d’avril 1554, enregistré au parlement de Rouen le 26 du mesme mois de l’année 1555. Iceluy sieur de Marseilles raporte à l’année 15 56 la résignation qui luy en fut faite par maître Pierre Deschamps, procureur du roy ès sièges de Montiviller et du Havre, de la branche du dit office pour le dit siège du Havre. Il dit que le démembrement en fut fait par édit sur ce donné et ces lettres de provision enregistrées au dit siège du Havre ès assises du dit lieu le 28 septembre 155618.

8Il y avoit ausy en la ditte ville juridiction du magasin à sel dès l’année 1569, comme il paroit par une ancienne requeste des trésoriers de l’église de Nostre Dame, présentée aux officiers le 15 octobre de la ditte année. Le sieur de Marseilles ne parle que d’un grenetier et d’un controlleur.

Figure no 16 – Renouvellement de fieffe accordé par Charles de Moy, seigneur de La Mailleraye, en faveur de Jacques Préaux, boucher au Havre, 16 septembre, 1553.

  • 19 C’est l’actuel muséum d’histoire naturelle, commencé en 1758 sur des plans de l’architecte Jacques (...)

9Or les dittes juridictions se tenoient lors ainsy qu’elle[s] sont à présent aux jours de mardy et vendredy comme à jours ordinaires au prétoire19 de la ditte ville, qui estoit le mesme lieu d’aujourd’huy, sinon que le bâtimen[t] de dessous estoit l’ancienne halle à présent la grande boucherie. Le dit prétoire et chambre du conseil [furent] faites décorer ainsy qu’on le voit encor de tableaux par les soins dud. Polidamas Haquet, lieutenant civil ès année 1572 et 1585vi.

  • 20 Édit de Joinville, mars 1552 (n. st.) ; voir M.-N. Baudouin-Matuszek, Catalogue, op. cit., t. VI, (...)
  • 21 Sic, pour censer*.

10Au regard des nouvelles fiefes du territoire de la ditte ville, le sieur de Marseilles écrit que la commission du roy dattée de Joinville, le 1er avril de l’année 155120, en fut adressée au sieur de La Mailleraye, capitaine de la ville et à maître Richard Duval, avocat du roy à Montiviller et le dit Robert Haquetvii, controlleur des deniers communs de la ditte ville, lesquels, sur la déclaration faite par les bourgeois de leurs places tant celles qu’ils possédoient à droit succes[s]if que celles qu’ils avoient aquises ou autrement prises d’eux mesmes ainsy qu’avoient fait, dit il, plusieurs personnes au quartier des Barres, fiefèrent de nouveau au non et profit du roy toutes les dittes places à divers pris, selon la grandeur et calité des rues et des places, affin seulement, ajoute-t-il, de sencer21 le dit territoire et connoistre à combien se pouvoit monter les rentes seigneurialles. Il paroit par quelques extraits des dittes fiefves faittes en l’année 1553 qu’il y eut cinq cents trente cinq places fiefez dans le quartier ou paroisse de Nostre Dame, évaluez en total au nombre de soixante et neuf livres cinq sols cinq deniers de rente par an y compris la place et l’hôtel de ville, la place et marché de Caniballe, apartenantes aux bourgeois et habitans en commun, savoir la place de l’hôtel de ville par seize sols quatre deniers et celle du marché quarante six sols, un denier de rente.

  • 22 Henri-Lancelot-Voisin de La Popelinière, L’Histoire de France, enrichie des plus notables occurran (...)

11Les Mémoires ajoutent que ce fut le dit Robert Haquet qui travailla à toute cette entreprise ; qu’il tint et garda l’original des registres, dont l’un fut porté en la chambre des comptes de Paris, celle de Rouen n’étant encor allors érigée, et un autre fut délivré au receveur de domaine de Montiviller pour requeillir les arrérages des dittes rentes seigneurialles. Dans les lettres originalles que les sieurs commissaires faisoient expédier aux particuliers pour les fiefes, le sieur de La Mailleraye se califioit de chevallier gentilhomme de la chambre du roy, capitaine des cinquante lances des ordonnances dudit seigneur des villes Françoise de Grâce et Honnefleu, et vice amiral de Franceviii. Les dittes lettres signées des dits sieurs commissaires et du tabellion et scellez du cachet des armes dudit sieur de La Mailleraye. Nous aprenons encor des dits Mémoires que viron ce temps là, le roy avoit fait retrancher* par un italienix le territoire de la ville, depuis la clôture d’icelle près la ditte église de FHeure, jusques environ à droitte ligne de la clôture de la jettée du sud ; le dit retrenchement seulement clos d’une terrasse, là où estoit le pont et porte qui menoit en la paroisse de l’Heure, et que depuis ce retranchement, les maisons bâties au dedans de l’enclos et pourprés d’iceluy ayant esté démolies, les propriétaires néanmoins qui les avoient fiefées et bâties demeurèrent exempt[s] de tailles jusqu’à leur décez, quoy qu’ils se fussent retirez à la campagne. On envoya la chiourme des galères qui estoient à Rouen pour travailler au dit retranchement. Ainsy dans ce retranchement, le canal et Havre se trouva clos et fermé par l’écluse de la grande Barre, par les quais, par la jettée du sud et par un boulevart entre la porte de l’Heure et la ditte jettée ; et la situation des quais du port, à peu près la mesme qu’elle est aujourd’huy par le bras de mer qui traversoit la ville à la pointe [...] formoit le petit quay et ensuite le bacin vers les ramparts, les ponts levisx en faisant la séparation et le passage, Havre au reste un des plus beaux et des plus commodes du royaume, où se firent tous les embarquemens d’armées navalles soit contre l’Anglois ou pour l’Écosse, où les navires du roy estoient ordinairement équipez, comme remarque La Popelinière22 et où Sa Majesté, disent les Mémoires, tenoit ordinairement douze grands vaisseaux pour la défence de la coste, commandez par ces capitaines de marine.

  • 23 Antoine Escalin Des Aimars (1498[ ?]-1578), baron de La Garde, colonel des galères.

12Ils adjoutent que sous ce reigne, le baron de La Garde23 colonel des galères, escorté de ces vaisseaux en deux voyages qu’il fit en mer durant la guerre contre les Espagnols et Flamans entrés en Picardie et Champagne, fit prise de trente six vaisseaux, tant hourques de Flandres qu’autres, chargés de diverses sortes de marchandises très riches, où la vente s’en fit par l’espace de trois mois en l’année 1553 ; année en laquelle mourut l’amiral d’Annebaut, dont la charge fut donnée à Gaspard de Coligny, seigneur de Châtillon, qui en estoit digne, dit Dupleix, et qui pouvoit rendre de très signalées preuves de sa valleur à son roy, sy son obstination dans l’hérésie ne l’avoit porté à une rébellion et félonnie très funestexi.

  • 24 André Brancas de Villars (15**-1595), amiral de France.

13Il paroit donc que tel estoit l’état du port et fortifications de la ville en ce temps. Outre la ditte écluse de la grande Barre, dont le cours rapide servoit comme aujourd’huy à déboucher le Havre et chasser le gallet que la mer y jettoit, le dit sieur de Fa Mailleraye fit faire deux autres barres : l’une près le boulvart de St Michel et l’autre dans la jettée hors la Grosse Tour ; et André de Brancas, dit depuis l’amiral de Villars24 de la maison d’Oize en Provence, fit faire encore une autre et 4e barre auprès de la tour, ditte de son nom, la tour d’Oise.

  • 25 Sur les fontaines, voir Alphonse Petit, Nos fontaines monumentales, Le Havre, 1924.
  • 26 Le marché dit des Cannibales est l’actuelle place du marché devant le muséum d’histoire naturelle.
  • 27 Sur cette famille, voir A. Martin, Histoire du Chef-de-Caux, op. cit., p. 110-112.

14Les trois fontaines25 du quartier de Nostre Dame, aux Viviers, en la place d’armes et place de Canibales26 tiroient leurs eaux comme aujourduy de la paroisse de St Denis Chef de Caux, ditte de Ste Adresse. Et pour cela, le seigneur du fief de Vitanval s’estant plaint que la prise des dittes eaux empeschoit le cours de son moulin à eau, la communauté de la ville le désinterressa moyennant une grosse somme de deniers, disent les Mémoiresxii. Il y a apparence que la Mare aux Chevalliers, dont on a parlé, estoit le réservoir pour le dit moulin, les sources qui sont dans la vallée toutes réunies ensemble ne pouvant pas faire un pied cubique d’eau. Ce fief de Vitanval estoit dès lors pocédé par messieurs Du Voisin, Guion en 1549, François en 1558, Nicolas Du Voisin, seigneur de Vitanval, St Denis Chef de Caux, la Cour le conte et le Bourdun en 1598, aujourduy encor pocédé par Mr Du Petit Bosc au droit de la dame leur mère, Louise Du Voisin, une des filles de messire Gaspar Du Voisin27 seigneur du dit lieuxiii.

  • 28 Sur la confrérie Saint-Fiacre, érigée en l’église Saint-François, voir Louis Martin, Répertoire de (...)
  • 29 Charles Ier de Bourbon-Vendôme, cardinal archevêque de Rouen (1523-1590).

15Les plaidoyers de 1586 ajoutent que ce fut le roy Henry deux qui fonda l’église de l’Hopital as[s]ise audit lieu des Barres en l’année 1556. Il avoit fait bâtir au mesme quartier l’église de St François, car il se voit par une ancienne chartre de la confrairie de Saint Fiacre28 que les statuts d’icelle furent aprouvés par le cardinal de Vendosme29 en l’année 1554. Cette église de St François fut bâtie en l’honneur de st François de Paule, auquel le roy François Ier avoit une grande dévotionxiv. On en voit encor l’image peinte à la vitre du costé droit du cœur [et] la statue de st François d’Asise en habit de capucin à la porte de l’église par dehors et en habit de pénitent dans la chapelle près le clocher, en sorte qu’il y a de quoy trouver un patron pour tous les dévots du tiers ordre de St François et qu’on peut dire cordelier en cœur, pénitent en oraison, dans la ditte chapelle près le clocher, et capucin à la porte pour la questexvi.

  • 30 Élisabeth de France (1545-1568), reine d’Espagne.
  • 31 Gabriel Ier de Lorges, comte de Montgomery (1526-1574).

16En l’année 1557xvii, la guerre se renouvela contre l’Anglois, nottamment en Picardie où Philipes II, roy d’Espagne, qui avoit épousé Marie, reine d’Angleterre, prit la ville de St Quentin et pour revanche le duc de Guise enleva Calais à l’Anglois en huit jours. Dans ce temps, Sa Majesté fit venir quatre compagnies d’Alemans de quatre cens hommes chacune, qui furent campées en la paroisse d’Ingouville, où ils restèrent un an entier et ausy tost après la paix se fit entre le roy et Elizabet, reine d’Angleterre, Marie estant décédée au mois d’octobre 1558xviii. Mais au mois de juillet de l’année 1559, trois mois après la publication de la paix, dans l’apareil des segondes noces de Philipes 2 avec Isabeau30 de France, fille ainée du roy, Sa Majesté, ayant esté blessée à l’euil en joutant contre le conte de Mongommery31 mourut de sa blessure le 10 du mesme mois. En la ditte année, il y eut une grande cédition entre les soldats et les bourgeoisxix au raport du sieur de Marseillesxx.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. « Guion et François Du Voisin » (ms. Le Véziel, p. 340).

ii. « Le dit sieur [de Marceilles] remarque encore qu’un jour le roi avec les princes étaient embarrassés pour adjuger l’honneur à ceux qui avaient le plus fait paraître leur adresse à tirer de l’arc, mais le bruit... » (ms. Le Véziel, p. 341).

iii. « [...] et toutes les fois qu’il voyait le syndic du Havre, qui allait alors assés souvent à la cour, il se souvenait des horribles effets de la mer » (ms. Le Véziel, p. 341).

iv. Ce qu’explique peut-être plus clairement Le Véziel, p. 342 :« [...] ou leurs lieutenants qui seront obligés d’y résider ou, à leur refus, Sa Majesté devait y en nommer d’autres d’une capacité reconnue, afin d’y faire leur actuelle demeure. »

v. « [...] il fut assassiné par des voleurs dans les bois des Vieux entre Rouen et Caudebec [...] » ; le copiste de 1806 précise en marge que Robert Hacquet était avocat puis il ajoute : « Mr Richard Duval avocat du Roi, Sévère Castel, lieutenant particulier du vicomte de Montivilliers » (ms. Le Véziel, p. 342). La version de l’assassinat dans le bois des Vieux est reprise par le ms. Lesueur.

vi. Le Véziel donne les mêmes détails sous une forme assez différente mais il ne mentionne pas ce dernier détail concernant les tableaux. Par contre, il ajoute à propos de l’ancienne halle et de la grande boucherie : « Et aujourd’huy 1732, on renvoie les bouchers qui ne sont que 3 ou 4 aux Halles, ne sçachant ce que l’on fera de cet endroit. En 1733, il en fut fait le marché aux toilles et aux lins ». Le copiste de 1806 précise en marge que cet ancien prétoire était « appelé communément la Cohue du Roi, et [que] la Halle aux Toilles se tenait au dessus. Depuis ce temps, cette halle servit de boucherie qui fut ensuite transportée près le Vivier. » Et d’ajouter que « le Prétoire a été bâti à neuf en 1760 », p. 343.

vii. « [...] et led. Polidamas Hacquet [...] » (ms. Laignel de L’Ormerie).

viii. Cette incidente sur le sieur de La Mailleraye n’est pas rapportée par Le Véziel.

ix. « [...] par le sieur Jean Thomas, itaitalien » (ms. Laignel de L’Ormerie).

x. Dans le ms. Le Véziel, p. 345, le copiste de 1806 note en marge : « Le pont qui sépare les quartiers de ND et de St François, était anciennement un pont-levis. Ensuite on fit un pont tournant, à peu près comme celui qui existe, mais qui était plus élevé et plus étroit, sur lequel les voitures ne passaient pas. »

xi. « En laquelle année [1553] mourut l’amiral d’Annebault ; et Gaspard de Coligny fut choisi du roi pour remplir ce poste, et de fait c’était un grand homme capable de remplir cette charge, si Calvin ne fût venu au monde mettre le feu et répandre le sang aux 4 coins et au millieu du royaume par ses nouveaux sentiments pour la religion, dans laquelle l’amiral de Coligny mourut de mort violente. La teste lui fut tranchée et son cœur traîné au Mont-Faucon, où il fut pendu par les pieds ; et comme les malheureux sont ordinairement moqués de leurs ennemis, on ne manqua pas de lui dresser cette épitaphe : Ci-gît, mais j’ai mal entendu car le mot lui est trop honnête, ici fut l’amiral pendu par les pieds, à faute de teste. Mais revenons à notre ville. » (ms. Le Véziel, P. 345).

xii. Le Véziel ajoute cette précision, p. 346 :« [...] et dont on voit encore quelques restes. »

xiii. Cette incidente sur les seigneurs de Vitanval n’existe pas chez Le Véziel.

xiv. « Un chacun sait que le Roi Louis XI l’avait fait venir du fond de la Calabre en Italie pour obtenir de Dieu une plus longue vie. On voit encore son image dans une vitre du cœur du côté du nord [...] » (ms. Le Véziel, p. 346).

xv. Laignel de L’Ormerie donne une localisation contradictoire : « Dans la vittre du

coeur du costé du nord », et ajoute : « Mais comme tout devient à la mode, les s[ain]ts n’en sont pas exemps de nos caprisses et St François d’Assise a gaigné le dessus. »

xvi. Nous avons choisi de reproduire in extenso en annexe la longue digression que François Le Véziel insère ici sur l’église et la paroisse Saint-François du Havre.

xvii. François Le Véziel achève ainsi sa longue digression sur Saint-François : « Mais il faut revenir en l’année 1557 pour vous dire que la guerre se renouvela avec l’Anglais [...] »

xviii. « [...] non sans grand soupçon d’avoir été empoisonnée, parce qu’elle voulait rétablir l’ancienne religion catholique et lui faire restituer les biens dont on l’avait

dépouillée au tems de son père Henri 8. » (ms. Le Véziel, p. 351).

xix. « [...] il y eut une grande sédition entre les soldats de la garnison du Flavre et les bourgeois de la ville qui fut néanmoins apaisée par les soins et la prudence du gouverneur. Cette sédition ne sera pas la dernière, on en verra encore d’autres, et principalement à la fin de ce récit. » Dans la marge, le copiste précise : « Il y eut 10 à 12 bourgeois de tués par les soldats ; mais ces derniers furent punis, les uns à mort, les autres fouettés, dégradés, etc. [...] » (ms. Le Véziel, p. 351).

xx. « [...] mais qui fut apaisée par les soins du gouverneur. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

Notes

1 Claude d’Annebaut (vers 1495-1552), amiral de France (1544-1547).

2 Gaspard de Coligny (1519-1572), amiral de France.

3 Sur cette famille, voir Alphonse Martin, Histoire du Chef-de-Caux..., Fécamp, Durand, 1881, p. 108.

4 François de Vendôme (1523-1560), vidame de Chartres, prince de Chabannais.

5 Claude (1496-1550) et Marie de Lorraine (1515-1560), reine d’Écosse.

6 On ne trouve pas trace dans le catalogue des actes de Henri II de cette commission accordée en 1548 à Christophe Du Refuge, sieur des Mesnuls (Yvelines, cant. Montfort-L’Amaury), gentilhomme de l’HôteL Cependant le 12 juin 1551 Henri II lui accorde commission, ainsi qu’à Richard Duval, pour faire suite à celle accordée par François Ier à Jérôme Bellarmato en 1541 et poursuivre le bail des terrains encore vacants au Havre (Marie-Noëlle BaudouinMatuszek, Catalogue des actes de Henri II..., Paris, CNRS Éditions, 1979-2001, t. V, p. 146, no 8751). Ce comte de Refuge n’avait rien à voir avec le gouverneur de la ville Charles de Mouy, sieur de La Mailleraye, contrairement aux affirmations de Le Véziel. Il fut bel et bien dépêché avec les pleins pouvoirs par le roi Henri II sur commission spéciale pour assainir la ville, dût-il pour cela contraindre les habitants (voir les Mémoires de Guillaume de Marceilles, op. cit. ; A.-E. Borély, Histoire de la ville du Havre, Le Havre, Lepelletier, 1880-1885, t. I, p. 235).

7 Cette visite au Havre du roi Henri II se place en 1550.

8 George Gordon (1514-1562), 4e comte de Huntly, chancelier d’Écosse (1546-1562).

9 William Keith (15**-1581), 4e comte maréchal d’Écosse.

10 Leone Strozzi (1515-1554), colonel général de l’armée du roi.

11 Ce n’est pas Leone Strozzi qui amena la jeune Marie Stuart en France, mais Nicolas Durand de Villegagnon.

12 Pierre Strozzi (v. 1510-1558), maréchal de France.

13 Charles de Guise (1524-1574), cardinal de Lorraine.

14 Louis de Lorraine (1555-1588), cardinal de Guise.

15 Henri Ier (1550-1588), duc de Guise.

16 Édit de Villers-Cotterêts, février 1552 (n. st.) ; voir M.-N. Baudouin-Matuszek, Catalogue des actes de Henri II, op. cit ;, t. VI, p. 67, no 10522.

17 20 janvier 1553 (n. st.)

18 Autrement dit, le mémorialiste Guillaume de Marceilles fut le premier procureur du roi au Havre.

19 C’est l’actuel muséum d’histoire naturelle, commencé en 1758 sur des plans de l’architecte Jacques-Martin Maurice.

20 Édit de Joinville, mars 1552 (n. st.) ; voir M.-N. Baudouin-Matuszek, Catalogue, op. cit., t. VI, p. 106, no 10768. Les lettres produites par La Mailleraye font en effet référence à cet édit commettant ce dernier pour procéder aux nouvelles fieffes (voir BMH, ms. 867-19). La date du 1er avril 1551 (1er avril 1552, n. st.), donnée par Marceilles, est sans doute celle de l’enregistrement de l’acte – un édit royal, ne comportant d’ailleurs qu’exceptionnellement l’expression du quantième.

21 Sic, pour censer*.

22 Henri-Lancelot-Voisin de La Popelinière, L’Histoire de France, enrichie des plus notables occurrances [sic] survenues ez provinces de l’Europe et pays voisins... depuis l’an 1550 jusques à ces temps, La Rochelle, de l’imprimerie d’Abraham H., 1581.

23 Antoine Escalin Des Aimars (1498[ ?]-1578), baron de La Garde, colonel des galères.

24 André Brancas de Villars (15**-1595), amiral de France.

25 Sur les fontaines, voir Alphonse Petit, Nos fontaines monumentales, Le Havre, 1924.

26 Le marché dit des Cannibales est l’actuelle place du marché devant le muséum d’histoire naturelle.

27 Sur cette famille, voir A. Martin, Histoire du Chef-de-Caux, op. cit., p. 110-112.

28 Sur la confrérie Saint-Fiacre, érigée en l’église Saint-François, voir Louis Martin, Répertoire des anciennes confréries et charités, Fécamp, Durand, 1885, p. 91.

29 Charles Ier de Bourbon-Vendôme, cardinal archevêque de Rouen (1523-1590).

30 Élisabeth de France (1545-1568), reine d’Espagne.

31 Gabriel Ier de Lorges, comte de Montgomery (1526-1574).

Table des illustrations

Légende Figure no 16 – Renouvellement de fieffe accordé par Charles de Moy, seigneur de La Mailleraye, en faveur de Jacques Préaux, boucher au Havre, 16 septembre, 1553.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search