Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Chapitre 2. Accroissement de la ville du Havre sous messire Claude d’Annebaut, amiral de France et lieutenant général au gouvernement de Normandie

Texte intégral

Où l’auteur décrit la saisie effective du territoire de la ville et du port « en sa main » par le roi François I er et ses initiatives en faveur de la ville nouvelle. Une période caractérisée par un nouvel élan marqué par une forte volonté royale de planification urbanistique à l’italienne avec le recours au savoir-faire de l’ingénieur Bellarmato. Du rôle maritime et militaire essentiel du Havre pour contrer les ambitions anglaises.

1 Messire François de Vendosme, vidame de Chartres, seigneur de Graville ; Le sieur de La Mailleraye, capitaine de la villei.

Chapitre segond. Depuis 1541 jusqu’au décez du roy François I en 1547

  • 1 Lettres patentes portant commission de surintendant des fortifications et bâtiments du Havre pour (...)
  • 2 Il s’agit des lettres déchargeant les habitants du Havre de fournir la solde et l’entretien de 50  (...)
  • 3 Compr. aucun autre.

2Le sieur de Marseilles écrit que le roy, par ces lettres patentes donnez à Chatelraud le 18 juin 15411, saizit en sa main, comme souverain, le territoire de la ville du Havre, en quoy faisant il suprima toutes les rentes et redevances seigneurialles que percevoit le seigneur de Graville, comme seigneur du territoire de la ville à cause de sa ditte seigneurie de Graville. Les plaidoyers de 1586 nous disent la mesme chose qu’ès années 1541 et 15432, le roy, estant averty qu’il y avoit des particuliers qui prétendoient au fond enclos dans la ditte ville, déclara qu’il prenoit en sa main tout le dit territoire, voulant et entendant qu’il n’y eût aucun3 que Sa Majesté qui se pût dire seigneur et propriétaire d’iceluy, à la charge toutefois de récompenser les seigneurs particuliers lors qu’ils se retireroient par devers Sa Majesté, qui donna au seigneur de Graville vingt quatre acres de terres de la forest de Hallattes. En conséquence de cette saisie, le roy acrut la ditte ville du lieu apellé les Barres, depuis le premier pont d’icelle jusqu’à la clôture de la ditte ville prochaine de l’église de la paroisse de l’Heureii, c’est à dire jusqu’à la Crique de Parc en Ville, dont l’enclos s’apelle encor aujourd’huy l’Ancien Havreiii, laquelle augmentation fut bâtie par plusieurs habitans des paroisses tant de la viconté de Montiviller que de Caudebec pour aquérir les privilèges d’exemption de taille et autres franchises que le sieur de Marseille raporte au long dans ces Mémoires, où il remarque aussy qu’entre les officiers de la ville, il y avoit un controlleur des deniers communs qui avoit six deniers pour livre de la valleur de l’adjudication des fermes. Maître Robert Hacquet, en 1551, et Estienne Geffray, en 1570, furent controlleurs de la ville, mais parce que cette office s’estoit trouvé inutille, il fut suprimé et les six deniers atribuez aux églises.

3Le roy donc, depuis la ditte saisie, affin de peupler l’augmentation qu’il avoit faite de ce dernier territoire commit messire Hierosme Bellarmato, gentilhomme italien, pour faire l’alignement des rues et ruelles et fiefer les places du dit territoire depuis le dit premier pont des Barres, jusques à la ditte clôture, près l’église de l’Heure, sous lesquelles ruelles on devoit construire des acqueducs pour écouler toutes les immondices de la ville. Les maisons des Barres comprennent la paroisse de St François, suivant Mr de Marseille no 26. Mais pendant qu’on commençoit à bâtir cette augmentation, le feu réduisit en cendre deux grandes galéaces estant en ce Havre, près la Pointe Cavelier à présentiv [...]. Les Mémoires disent que ce fut environ le mois de décembre 1541. La plus grande s’apelloit la Réaile, appartenante au roy, et l’autre se nommoit le St Pierre, prestes d’aller en mer armées de grand nombre d’artillerie de bronzev ; le dit St Pierre à monsieur de La Mailleraye, basty dans la rivière au château de ce nom.

Figure no 14 – Canon et boulet du XVIe siècle, trouvés à l’occasion de travaux du port, pointe de la Floride, 1876.

  • 4 Charles Quint (1500-1558), empereur du Saint Empire, roi d’Espagne (1516-1556).
  • 5 Sic, pour vacant.
  • 6 Philippe Chabot, comte de Brion (1492-1543), amiral de France.

4Au commencement de l’année 1543, auquel temps, dit Dupleix, Henry 8 d’Engleterre rompit la paix avec le roy et se ligua avec l’empereur4 contre la France pour l’envahir tous deux à mesme temps, Charles V du costé de la Champagne et l’Anglois par la Picardie, Sa Majesté pourvut le sieur d’Annebaut, chevalier de l’ordre, maréchal de France, lieutenant général au gouvernement de Normandie, de l’état d’amiral de France depuis peu vacante5 par le décez du sieur de Brion6 Fes Mémoires le qualifient de baron d’Annebaut.

  • 7 Sur cette armée navale, voir Édouard-Hippolyte Gosselin, Documents authentiques et inédits pour se (...)

5Cette levée de bouclier de l’Anglois obligea le roy, dès le mois de janvier de l’année 1544, de faire équiper en ce Havre une armée navalle que les Mémoires appellent la grande armée, laquelle fut rendue preste et mise hors en rade au commencement de juillet de l’année 15457, composée tant de grands que de petits navires en sy grand nombre, que la rade en estoit toute couverte à plus d’une lieuevi.

  • 8 Antoine Escalin des Aimars (1498[ ?]-1578), baron de La Garde, colonel des galères.
  • 9 Jean de Taix ( ?-1553), colonel de l’infanterie et grand maître de l’artillerie.
  • 10 Guigues de Guiffrey (1492[ ?]-1545), dit le chevalier de Boutières.

6L’Histoire de France raporte plus au long l’ocasion et l’ordre de cet armement ; elle dit que l’Anglois estant dessendu à Callais, au mois de juillet 1544, et ayant siégé Montreuil et Boulogne et pris cette dernière place par la lâcheté du gouverneur, comme Henry roy d’Engleterre travailloit à la réparation et fortification d’icelle affin de la retenir en sa main et avoir un segond havre avec Calais pour dessendre en Picardie, ausy François I dressoit un gros apareil de guerre, tant par mer que par terre pour recouvrer cette bonne ville. Il envoya en Provence le baron de La Garde8 pour emmener vingt cinq galères (les Mémoires disent vingt six) de la mer du Levant en celle du Ponant par le détroit de Gibraltar et huit ou dix caraques génoises ; mais celles cy vindrent sy tars que leur renfort fut inutille, joint, dit de Serres, qu’à l’emboucheure de la Seine, faute de pilottes experts, partie d’icelles périrent. Le reste de l’armée navale de Sa Majesté consistoit en cent cinquante gros vaisseaux lours, sans conter soixante flouins* qui furent assemblez ès havres les plus seurs de la coste de Normandie et le roy voulut que l’embarquement des gens de guerre se fit en la ville du Havre le 5 juillet de l’année 1545, où Sa Majesté se rendit ausy pour voir ces galères, lesquelles y abordèrent durant son séjour. Toutefois de Serres veut que le roy fut pour lors à Touques environ la St Jean quand il découvrit son armée de Levant. Les Mémoires remarquent aussy que l’amiral d’Annebaut estoit général de l’armée, le sieur de La Mailleraye capitaine de la ville du Havre, vice amiral ; qu’il y avoit en l’armée plusieurs compagnies de gens de cheval et vingt cinq mil hommes de pied ; que le sieur de Taix9 du païs de Poitou, colonel de l’infanterie de France, commandoit ceux cy et le sieur de Boutières10 du Dauphiné, les gens de cheval ; que l’amiral s’embarqua dans un grand navire nommé le Philippes, autrement dit le Caraquon, du port de viron douze cents tonneaux. Deserres et Dupleix ne le font que de huit cents mais le plus beau navire de la mer de Ponant et le meilleur à la voille. L’amiral Philipes Chabot, seigneur de Brion, l’avoit fait bastir en cedit lieu du Havre et en avoit fait don à Sa Majesté.

  • 11 Sic, pour Mormoulins, Eure-et-Loir, cant. de Nogent-Le-Roi, comm. Chaudon. Jacques de Fontaines, si (...)

7Mais à peine, ajoustent les Mémoires, l’amiral fut-il à bort du Caraquon en rade, que le feu se prit aux poudres de manière que le dit amiral, les gentilshommes et leur suitte, le sieur de Normoulins11 du pais chartrain, qui en estoit capitaine, ensemble les mariniers furent contraints de dessendre et se faire porter à terre et pour éviter que l’artillerie, dont il avoit grand nombre tant de bronze que de fer en deux ou trois rangs de chaque bort, de Serres dit cent grosses pièces de bronze, laquelle estoit chargée en tirant, n’offençast personne. Le dit seigneur amiral le fit acrocher par les galères du roy pour le mener en la grande fosse de l’Heure (la Fosse du Hoc) distante de la rade viron une lieue, où estant amené et deslaissé, il y eut grand nombre de ceux qui estoient restez dedans qui se jettant en foulle dans les petits bateaux qui avoient suivi les firent enfondrer et périrent tous avec grand nombre de biens. A grande peine l’argent du roy put il estre apporté à terre et sauvé et fut le dit navire le Caraquon tellement brûlé de ce feu qu’il n’en resta que la quille entière.

8Le lendemain, le dit seigneur amiral s’embarqua dans le navire du sieur de La Mailleraye, vice amiral, nommé la Grande Maîtresse, les autres gentils hommes et matelots sortis du Caraquon, placez sur les autres vaisseaux de l’armée et vingt quatre heures après, les Mémoires disent le traize, de Serres dit le sept du mesme mois de juillet, l’armée commença à faire voille et partit de la rade pour aller combatre l’armée engloise, où ils la rencontrèrent. Les Mémoires ajoustent qu’avant le départ, Sa Majesté avoit fait faire une grande et belle feuillée* sur le Chef de Caux pour se rafraîchir à cause de la grande challeur et pour contempler à l’aize son armée lors qu’elle estoit ancrée à la rade, mais quelques roberges* d’Engleterre qui parurent en la rade ayant tiré dessus, le roy se retira en la ville.

9De Serres et Dupleix parlent ausy de cette incendie de l’amiral de la flotte, mais Dupleix en remarque plus particulièrement l’ocasion, disant que le mesme jour de l’embarquement, six de juillet, il ariva un accident qui fut pris pour un sinistre présage du succez de l’entreprise, c’est que, dit il, le roy voullant festoyer les dames de la cours dans l’amiral de la flotte apellé le Caraquon, le plus beau qui fut en la mer de Ponant, les cuisiniers y firent un sy grand feu qui se prit au foyer et mit tout le vaisseau en cendres sans qu’on y pût donner de remède. L’argent du roy estoit dedans et en fut tiré ; les personnes se jettèrent en la mer et la plus part furent sauvez par les gallères, mais après qu’il fut au bas du vaisseau, il fallut qu’elles prisent le large car le feu prenant à l’artillerie, dont il y en avoit cent pièces de bronce, grosses et médiocres, elle fit en peu de moment une sy furieuse et horible baterie, qu’elle fracassa tout ce qui se rencontra devant, derrière et de tous costez à la portée d’icelle.

  • 12 Blacas d’Aups, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem (15**-1545) mourut dans l’expédition des Franç (...)

10Les Mémoires dissent que l’armée estant partie de la rade, elle avoit aproché le païs d’Engleterre à dessein de combatre leurs vaisseaux et mettre pied à terre au dit pais, ce qu’entre autres avoit fait le sieur chevallier d’Aux12 provençal commandant quelque gallères du roy, [dit] de Seres, capitaine des gallères de Normandie, brave gentilhomme et bien entendu au fait de la marine : lequel, sitost qu’il fut dessendu, avoit esté découvert par une embûche d’Anglois qui, le voyant mal suivi, l’avoient tué ; que son corps fut enlevé de là, apporté dans un coffre de plomb en l’église de St Martin de Harfleur et inhumé en l’une des chapelles de la ditte église ; enfin que l’armée, qui avoit tant cousté, se retira vers Bouloigne, où elle fit peu d’effet.

  • 13 Sic, pour Wight.

11 L’Histoire parle dans le mesme sens quand elle dit que les grandes entreprises que l’armée fit sur les costes d’Angleterre furent à la vérité suivies d’exécutions fors légères, esquelles néant moins les François [e]urent ordinairement l’avantage, car ils se saisirent de l’isle de Wict13 sans que les ennemis osas[s]ent paroistre en plaine mer, dont cependant on coulla à fond un de leurs principaux navires qui de cinq à six cens hommes, dont il estoit armé, il ne s’en sauva que trente cinq. Leur amiral auroit eu le mesme sort sy les prochains navires ne l’eussent secouru avec le temps qui se tourna en leur faveur.

  • 14 Sic, pour Portsmouth, co. Hampshire.

12Tout cecy se passa à la veue du roy d’Angleterre qui estoit à Porsemouth14 pour encourager les siens à la déffence de leur patrie ; il croyoit, dit Dupleix, qu’il y avoit entreprise sur son estat et se deffioit grandement des catholiques, à cause qu’il les persécutoit cruellement depuis qu’il avoit embrassé l’hérésie.

  • 15 Autrement dit pour s’abriter sous le vent des côtes anglaises.

13Mais le dessein des nostres estant d’empescher le rafraîchissement de la garnison de Bouloigne et de combatre les ennemis en plaine mer, quand quelque occasion favorable s’en présenteroit, ils levèrent de là pour faire voille en Picardie, où de Serres marque encor l’occasion d’un combat naval, car l’amiral estant, dit il, à la rade de Bouloigne, voicy se lever les vent[s] d’aval qui le remportent sercher le couvert15 vers l’Angleterre. Estant aux perrais et là detenu par la force du vent et d’une grosse mer, l’Anglois présumant avoir cette armée en proye, embarque diligemment la sienne, qui montoit à cent bons navires, et vient à pleine voille aprocher les nostres à la faveur de ce vent qui pouvoit oster aux nostres l’usage de leurs galères, luy donnant espérance de la victoire.

  • 16 Sic, pour changement du flux, c’est-à-dire le renversement de la marée.

14Nostre amiral attendit à l’ancre le sangement du flus16 et voicy que le lendemain la marée luy vient sy favorable qu’il ne souhaitoit rien plus que de rencontrer l’ennemy. La nuit se passa et sur le point du jour l’armée angloise parut. Il la suivit mais le temps estoit sy calme qu’il ne pouvoit avancer sinon autant qu’il estoit emporté par les courants. Chacun se força de gaigner le dessus du vent et, se côtoyant de fort près, s’entre saluèrent à coups de canon, enfin l’ennemy voyant les François au dessus du vent se retira vers l’isle de Wict en toute seureté.

Figure no 15 - Lettre de François Ier au receveur de Normandie, ordonnant la poursuite des travaux de construction de la jetée du Havre, 1518.

  • 17 Jean de Serres, Inventaire général de l’histoire de France...,Paris, Cailloué, 1648, p. 476-477.

15L’amiral prit ausy son chemin vers le Havre de Grâce pour rafraîchir son armée et mettre à terre un grand nombre de malades languissants dans les navires ; se fut, dit de Serres, environ la myvii aoust17.

  • 18 Oudard Du Biez (1475-1553), maréchal de France.
  • 19 Traité de Guînes, dit aussi traité d’Ardres.

16Enfin Duplex, considérant le peu d’effet d’un sy grand appareil de guerre, dit fort judicieusement que, s’il ne fit pas de grands exploits d’armes pour n’avoir pu atirer les ennemis à la bataille ny par mer ny par terre, à tout le moins leur donna-t-il tant de terreur que le maréchal de Biez18 les ayant blocquez dans Bologne et l’amiral les ayant visitez dans leur isle et fait passer entre des rochers et des bancs innaccesibles, ils reserchèrent enfin la paix, qui fut conclue entre les deux rois le 7 juin en suivant 154619 et les Écossois [furent] compris au traité après une longue résistance des Anglois, qui n’y vouloient point consentir qu’à condition que la princesse Marie Stuard, héritière d’Écosse, épouseroit Edouard, fils de Henry 8. Mais le trépas de Henry au mois de janvier 1547, suivi de celuy du roy François à Rambouillet le dernier de mars de la mesme année, les Anglois sans avoir égard à ce traité de paix recommencèrent la guerre contre l’Écosse.

17Il y avoit dès lors, outre les trois portes du Perey, d’Ingouvilleviii et de Lheure, plusieurs boulevart assis et construits sur la clôture de la ditte ville : 1er le bastion de St Adresse appellé le Grand bastion, 2e le boulevart de Ste Croix ou St Michel, à présent de la Musique, 3e le boulevart qui fut près de l’hôpital, à présent des Capucins, auquels il fut baillé, disent les Mémoires, pour leur demeure, 4e le boulvar près de la fontaine des Barres et porte de Lheure, 5e le boulevart d’entre la ditte porte et jettée du sud, dit le port de Lheure, outre la platte forme assise près et joignant la Grosse Tour jusqu’à la porte, c’estoit [...] du Perrey.

  • 20 Pierre de Merville, La Coutume de Normandie reduite en maximes selon le sens litteral, et l’esprit (...)

18La ditte fontaine des Barres venoit de Trigauville par un canal qui se voit encor près le Pont des Ruettes, entre la ville et les cartiers tirant vers la Croix Tallant, dont il est parlé dans la coutume de Normandie aux usages20 locauxix.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. Le copiste de 1806 du manuscrit de Le Véziel ajoute en note marginale, p. 334 : « Curé : Mr Pierre de Vimont. »

ii. Le Véziel la nomme « l’église paroissialle Saint-Nicolas ».

iii. « [...] duquel l’enclos s’appelait d’ancien tems l’Ancien Havre. » (ms. Le Véziel, P. 335).

iv. Laignel laisse ici un blanc.

v. « Elle etoit preste d’aller en mer, armée de 50 canons de bronse. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

vi. « [...] ce qui donna lieu au roi de France de faire équiper dans ce port, dès le mois de janvier 1544, une armée navalle, laquelle fut toute prête et en rade au mois de

juillet 1545, composée d’un si grand nombre de voilles que la rade en était couverte à plus d’une lieue d’étendue. » (ms. Le Véziel, p. 336).

vii. « Sur la fin du mois d’aoust » (ms. Laignel de L’Ormerie).

viii. Le Véziel ajoute p. 339, à propos de la porte d’Ingouville, qu’elle était « non pas magnifique, comme nous la voyons à présent ». Il ne mentionne cependant pas le 5e bastion, dont il va être question.

ix. Le Véziel ajoute p. 339 : « Mais afin de donner une idée plus parfaitte de la construction de la ditte ville du Havre, j’en ai ci devant tiré le plan sur un autre, fait au tems de la dite construction en 1547. »

Notes

1 Lettres patentes portant commission de surintendant des fortifications et bâtiments du Havre pour Jérôme Bellarmato, données le 18 juin 1541 (Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. VI, no 22160, p. 626).

2 Il s’agit des lettres déchargeant les habitants du Havre de fournir la solde et l’entretien de 50 000 hommes de pied, données à Fontainebleau le 30 mars 1543 (Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. VI, no 22544, p. 697) et de la déclaration confirmative des privilèges de la ville du Havre et suppression de l’office de receveur des deniers communs, données à Paris, en mars 1543 (vieux style), soit mars 1544 (ibid., no 22781 et 22782, p. 745).

3 Compr. aucun autre.

4 Charles Quint (1500-1558), empereur du Saint Empire, roi d’Espagne (1516-1556).

5 Sic, pour vacant.

6 Philippe Chabot, comte de Brion (1492-1543), amiral de France.

7 Sur cette armée navale, voir Édouard-Hippolyte Gosselin, Documents authentiques et inédits pour servir à l’histoire de la marine normande et du commerce rouennais..., Rouen, 1876, P. 45.

8 Antoine Escalin des Aimars (1498[ ?]-1578), baron de La Garde, colonel des galères.

9 Jean de Taix ( ?-1553), colonel de l’infanterie et grand maître de l’artillerie.

10 Guigues de Guiffrey (1492[ ?]-1545), dit le chevalier de Boutières.

11 Sic, pour Mormoulins, Eure-et-Loir, cant. de Nogent-Le-Roi, comm. Chaudon. Jacques de Fontaines, sieur de Mormoulins.

12 Blacas d’Aups, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem (15**-1545) mourut dans l’expédition des Français sur File de Wight, le 21 juillet (voir Charles Bourel de La Roncière, Histoire de la marine française, Paris, Plon-Nourrit, 1906, t. III, p. 423).

13 Sic, pour Wight.

14 Sic, pour Portsmouth, co. Hampshire.

15 Autrement dit pour s’abriter sous le vent des côtes anglaises.

16 Sic, pour changement du flux, c’est-à-dire le renversement de la marée.

17 Jean de Serres, Inventaire général de l’histoire de France...,Paris, Cailloué, 1648, p. 476-477.

18 Oudard Du Biez (1475-1553), maréchal de France.

19 Traité de Guînes, dit aussi traité d’Ardres.

20 Pierre de Merville, La Coutume de Normandie reduite en maximes selon le sens litteral, et l’esprit de chaque article, Paris, chez Henry Charpentier, 1707, 2e partie, p. 4, « Usages locaux de la vicomté de Monstierviller ».

Table des illustrations

Légende Figure no 14 – Canon et boulet du XVIe siècle, trouvés à l’occasion de travaux du port, pointe de la Floride, 1876.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure no 15 - Lettre de François Ier au receveur de Normandie, ordonnant la poursuite des travaux de construction de la jetée du Havre, 1518.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search