Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Chapitre 1. Origine et fondation de cette partie de la ville, ditte aujourd’huy Nostre Dame, sous le roy François premieri

Texte intégral

Où l’auteur dispute sur la tradition de la fondation du port puis de la ville du Havre de Grâce par le roi François Ier, cherchant à dater précisément l’événement en se basant sur les sources écrites, les témoignages et les plus anciennes maisons bâties sur place. Il souligne le rôle fondateur du roi, ses motivations et expose les travaux menés par Guyon Le Roy, seigneur Du Chillou depuis 1517 jusqu’à 1541, date à laquelle François Ier décide de « saisir en sa main, comme souverain, le territoire de la ville du Havre ».

  • 1 Guillaume Gouffier de Bonnivet (1488-1525), amiral de France (1516/1517-1525).
  • 2 Philippe Chabot (1492-1543), amiral de France (1526-1544).
  • 3 Louis de Brézé (1459-1531), comte de Maulévrier, gouverneur de Normandie (1526-1530).
  • 4 Guillaume de Prestreval, capitaine du Flavre et de Montvilliers, fut seigneur d’un hameau de la par (...)
  • 5 Louis de Vendôme (14**-1525), vidame de Chartres.
  • 6 Guyon Le Roy, sieur du Chillou (v. 1447-1535), vice amiral de France (1517-1534) ; sur ce personnag (...)
  • 7 Charles Du Bec, sieur de Bourry, vice amiral de France (1528).

1Les seigneurs de Bonivet1 et Chabot2 amiraux de France ; Messire Louis de Brézé et sénéchal de Normandie Mes Maulévrier3 gouverneur grand ; sire Guillaume de Prestreval4 capitaine de la ville de Harfleur ; Messire Louis de Vendosme5 vidame de Chartres, seigneur de Graville ; Les sieurs de Chillou6 de Boutry7 et de La Mailleraye, 1ers capitaines ou gouverneurs de la ville du Havre ; Maistre Estienne de Rains, curé d’Ingouville, pourvu en 1521 par le décès de maistre Pierre de Roulinii.

Chapitre premier. Depuis 1516 jusques en l’année 1541

  • 8 Noël Taillepied, op. cit., p. 236.
  • 9 Georges Ier d’Amboise (1460-1510), cardinal.

2Bien que la ville Françoise du Havre de Grâce ait assez d’autres avantages sans aller sercher son origine plus loin que dans l’histoire de nos derniers rois, l’on ne convient pas pourtant précisement de l’année en laquelle elle fut bastie. Taillepied, dans son livre des Singularitez de Rouen8 veut qu’elle fut scituée en un lieu champêtre et qu’elle a esté fondée au temps du roy Louis XII et du légat Georges d’Amboise9 en l’année 1509, mais le sieur de Marseilles rejette ce sentimentiii.

  • 10 La transmission de la commission de Bonnivet à Du Chillou eut lieu en fait dès le 12 février 1517 ( (...)
  • 11 Les lettres patentes données par François Ier en août 1520 accordent l’exemption de toute taille à (...)

3Les plaidoyers de 1586, dont on a parlé en la préface, disent que ce ne fut qu’en l’année 1520 que l’admirai Bonivet, ayant receu commission du roy pour visiter la coste de Normandie, fit faire l’ouverture d’un port en ce dit lieu du Havre. Il est vray que dans le plaidoyer pour le seigneur de Graville on luy fait dire que de toute ancienneté il y avoit eu en cet endroit une maison bâtie à usage de taverne où les mariniers et pescheurs prenoient leurs rafraichisements et que ce lieu s’apelloit vulgairement la Crique ; que mesme dès l’année 1516, plusieurs paroissiens d’Ingouville ayant pris fiefes des seigneurs de Graville pour y bastir et jouir de quelques droitures de communes qu’ils avoient aux environs, le roi, sur leur requeste leur avoit concédé quelques exemptions de taille et leur franc salage pour 10 ans ; et d’autant que le lieu se peuploit chaque jour de nouvelles personnes fréquentans la mer, Sa Majesté prévoyant que son assiette estait avantageuse pour y bastir un Havre et une place forte, avoit député le dit amiral de Bonivet pour le visiter et commis le sieur de Chillou10 pour en faire le bâtiment et construction, par lettres patentes expédiez au mois d’aoust 152011, dont l’original s’est trouvé perdu.

4Tout cecy ce lit dans le plaidoyé pour le seigneur de Graville, mais dans celuy du dit Deschamps, procureur général du roy, plaidant pour luy, dénie qu’il y eût eu d’ancienneté une maison ou taverne où que les habitans d’Ingouville se fusent logez au dit lieu du Havre dès l’année 1516 et qu’aucun y eût bâty au précédent la déclaration du roy François premier, et octrois par lui concédez.

Figure no 11. – Lettres patentes commettant l’amiral de Bonnivet pour fonder un port au lieu dit de Grasse, février 1517.

  • 12 Soit 1517 (n. st.)

5Cependant, les Mémoires du sieur de Marceilles assurent que le bâtiment de la ville fut commencé et la première pierre du port assise en l’année 151612 et que telle estoit la tradition des habitans.

  • 13 Jean de Serres (1540-1598), Histoire des choses mémorables avenues en France, depuis l’an 1547 jusq (...)
  • 14 Scipion Dupleix, Histoire générale de France avec l’état de l’Église et de l’Empire, par Scip. Dupl (...)
  • 15 Le passage « de toute ancienneté [...] remarquent » est relié par erreur au f° 12 du ms. Laignel.
  • 16 Sic, pour 1515.
  • 17 Sic, pour Paul Jovius, cité par S. Dupleix, ou Paolo Giovio (1483-1552), Histoires de Paolo Jovio,. (...)
  • 18 Jacques V Stuart, roi d’Écosse (1512-1542).

6Il dit que ce fut après le retour du roi de sa conqueste du Milannois, que Sa Majesté ayant résolu de bastir une ville et port de mer à Touques ou à Estretat, ou en ce territoire du Havre, elle avoit choisi ce dernier comme plus avantageux et plus commode. Et l’histoire semble favoriser cette oppinion, car de Serre13 et Duplex14 remarquent15 que le roy, après avoir pris pocession de la duché de Milan par la deffaitte des Suisses en la fameuse bataille de Marignan, en septembre 141516, il repassa promptement les Alpes au commencement de février de l’année suivante de l’année 1516 sur l’avis qu’il eut, disent ces autheurs après Paul Laure17 que l’Anglois formoit quelque entreprise sur la France en haine, adjouste Duplex, de ce que Sa Majesté avoit pris la protextion du jeune roy Jacques V d’Écosse18 occasion pour laquelle vraysemblablement elle résolut à son retour de bastir une place forte à l’emboucheure de la Seine pour deffendre la coste contre l’insulte de ces insullaires.

  • 19 Sic, pour jetée.

7Les dits Mémoires, qui ne parlent point de cette ancienne maison à usage de taverne, font seulement remarquer qu’au commencement de la ditte ville et Havre, du costé où est à présent la gettée19 du sud, il y avoit eu autrefois un grand nombre de maisons qu’il convint de démolir et lever de là pour les rétablir au costé de deça à cause de l’impétuosité de la mer mais, outre ce qu’en disent les plaidoyers de 1586, il se voit par d’autres titres particuliers que le port et Havre dans ces premiers temps n’estoit qu’une crique et s’apelloit de ce nom qui luy resta encore depuis, et particulièrement dans les titres de la maison de la Pointe Cavelier en 1559, ditte sise sur le quay de la Grande Crique, laditte maison pocédée à présent par[...]iv. La ditte jettée autrefois [estoit] plus en dedans du port, dont on voit encor des vestigesv.

  • 20 Guyon Le Roy, sieur du Chillou, vice amiral de France, capitaine de la ville du Havre de 1517 à 152 (...)
  • 21 Doullens, Somme, ch.-l. cant.

8Or quoy qu’il en soit de ces premières années de l’établissement de la ville du Havre, tous conviennent que la charge et la construction du bâtimen d’icelle fut donnéfe] à Messire Guyon Le Roy20 chevallier de Chillou, seigneur de calité du païs de Poitou, général de l’armée navalle de Louis XII contre les Angloisvi, et Duplexvii fait louer les apartenances de la terre de Chillou dans la maison Du Plessis Richelieu. Les Mémoires du sieur de Marseilles le disent vice amiral de France, capitaine de la ville de Honfleur et premier capitaine ou gouverneur de la ville du Havre. Ils adjoutent que ce seigneur receut bientost après une facheuse disgrâce en la mort de son fils unique Gilles Le Roy, sieur Du Plessis, qui fut empoisonné à table avec 13 autres personnesviii. Il avoit épousé la fille de messire Gaston de Brézé Maulévrier, prince de Fouquarmont, frère puîné du grand sénéchal de Normandie, celuy qui fut envoyé par le roy avec 2 000 hommes d’armes au secours du roy de Danemarc en l’année 1517, suivant Dupleix et de Serre. La Grosse Tour et la maison de l’hôtel de ville furent les principaux ouvrages du sieur de Chillou. Les Mémoires disent qu’au temps qu’il commença à faire travailler aux bâtimen[s] de la ditte ville, il fit construire cet hôtel pour luy et à ces dépents et qu’il y fit mettre pour ornement les pierres rondes blanches, qui se voyent encor aujourd’huy, en mémoire, disent-ils, des deux grosses tours qu’il fit bâtir à Gennes, au temps qu’il y estoit lieutenant du roy Louis XII et du château de Dourlains21 qui fut ausy par luy basty en rondix.

  • 22 En effet, cette acquisition eut lieu en 1552 (n. st.) : « Il fut acquis par la communauté des habit (...)

9Ils adjoutent que du depuis, sous le règne de Henry II, le dit hôtel de ville fut aquis par les bourgeois du lieu des deniers communs de la ditte ville, des mains de Louis ou, selon Duplex, François Du Plessis, bisayeul du cardinal de Richelieu, héritier du sieur de Chillou, à cause de la dame Françoise ou, comme veut Duplex, Anne Le Roy, son épouse, demeurée seulle fille du sieur de Chillou. Il paroit que l’achat en fut fait avant le nouvel affièfement des places de la ditte ville, sous ce roy en l’année 155322.

  • 23 Toponyme non identifié.

10La Grosse Tour, qui fait aujourd’huy l’entrée du port, fut ausy la première des fortifications de la ville. Il y a aparence que l’on commença de l’édifier après que Sa Majesté se fut départie du dessein de bastir un château, tour ou forteresse au lieu lors vulgairement appeller Le Cuqueru23 ou la Mare aux Chevalliers, près le Chef de Caux, dont parle les Mémoires et la clôture de cette tour de pierre de taille faitte par dehors en forme de demie boule et en pointe de diament, esloignés environ de deux pieds marque encor la façon particulière de bâtir dud. sieur de Chillou qui fit mettre sur la seule porte qui est du costé de la ville la statue équestre du roy Françoisix. Elle fut commencée en 1520 et finie en 1532xi. Ce sieur de Chillou plus ataché à ses intérests particuliers qu’aux affaires de sa commission, affin de s’aproprier et de se dire seigneur des communes du lieu (de parties desquelles estoit composé le teritoire de la ditte ville) s’en estoit fait faire des transports par ceux qui y prétendoient quelque droit, comme en parlent les plaidoyers de 1586 ; à quoy s’accorde ausy les Mémoires du sieur de Marseilles, qui dit que ce fut l’année 1521 que le dit sieur de Chillou prit par achapt ou par fiefe des paroissiens d’Ingouville les dittes communes, dont il avoit fieffé plusieurs places à divers particuliers, desquels il percevoit les rentes seigneurialles.

11Mais messire Louis de Vendosme, chevallier de l’ordre du roy, vidame de Chartres, lors seigneur de Graville, s’estant pourveu au parlement de Rouen contre les entreprises du sieur de Chillou par arrest d’iceluy du 13 may 1524, le contrat d’aquisition fait par le dit sieur de Chillou des dittes communes d’Ingouville fut cassé, le territoire de la ville contenant 24 acres de terre depuis la courtine et porte du Perrey jusque au premier pont des Barres, qui estoit seulement l’acquisition du sieur de Chillou et litigieux entre les dits seigneurs, [fut] ajugé au seigneur de Graville comme estant du compris de sa ditte seigneurie, sauf ce qui en avoit esté ajugé au roy comme supérieur pour faire les tours, murailles, forteresses, jettées, quais et clôture de la ditte ville. Yceluy sieur de Chillou [fut] condanné aux dépents pour lesquels, adjoutent les Mémoires, il vendit aud. sieur de Graville la terre et château d’Orcher, à cause de laquelle il se disoit maréchal hérédital de Normandie, laquelle terre il pocédoit au droit de Madeleinne Crespin, son épouse. Ledit seigneur de Graville révoca ausy dans la mesme année la plupart des fiefes* faites par le dit sieur de Chillou et, ayant fiefé de nouveau par ses procureurs en son nom les places du dit territoire par un sol de rente seigneurialle pour le pied carré, disent les Mémoires, il avoit toujours jouy paisiblement de ces rentes et redevances, comme seigneur de Graville jusques en l’année 1541.

  • 24 François Ier fut fait prisonnier à la bataille de Pavie, le 24 février 1525, par les troupes de Cha (...)

12Le commencement de l’année 1525 fut également funeste à la France par la captivité du roy en la journée24 qui fut le 24 de février, et à la ville du Havre par un débordement terrible de la mer, dit vulgairement « la Malle Marée ». Ce fut la nuit du 15 janvier, feste de saint Maur, que la mer s’enfla avec tant de violence que presque tous les habitans de la ville furent noyez. Le sieur de Marseilles écrit que l’impétuosité de la mer fut si grande que vingt huit navires pescheurs de harang et de macreau furent jetiez et portez par la marée jusques dans les fossez du château de Graville, dont son père étoit pour lors capitaine, que n’ayant peu estre ramenez, ils furent là despiecezxii.

  • 25 C’est Guillaume de Marceilles qui est à l’origine de la confusion entre Jean Du Bec et son fils Cha (...)
  • 26 Sic, pour : Charles de Mouy, seigneur de La Mailleraye. Vice amiral de France, capitaine de Honfleu (...)
  • 27 Scipion Dupleix, Histoire générale..., t. III., p. 347.

13Au commencement de l’année suivante 1526, le roy, estant remis en liberté, pourveut messire Philipes Chabot à la charge d’amiral de France, vacante par la mort de messire Guillaume Gouffier, seigneur de Bonivet, tué en la bataille de Pavie, ainsy qu’après le dit sieur de Chillou messire Jean Du Bec, sieur de Boury25 et Charles de Bouy26 sieur de La Mailleraye, furent successivement pourvus tant des estais de vice amiral et de capitaine de la ville du Havre que de la commission de continuer la construction de la ditte ville. Le dit sieur de La Mailleraye commanda long temps dans la ville et jusques l’année 1561 que, quittant sa charge, il se retira à Paris, où il mourut l’année suivante. Il y a aparence que c’est luy que Dupleix nomme Charles de Mouy, seigneur de La Mailleraye, que le roy destacha lors du siège de Pavie pour aller ataquer Gênes, où il se porta, dit il, valleureusement27

Figure no 12 – Épave découverte lors des travaux de la pointe de la Floride, 1876.

  • 28 Cette numérotation correspond à celle du paragraphe chez Guillaume de Marceilles.

14Les plaidoyers de 1586 disent que le roy François I ayant fait ceindre la ville de fortes murailles, pour l’acompagner de tout ce qui estoit nécessaire, fit bastir en l’année 1531 deux églises : l’une de St Françoisxiii et l’autre de Nostre Dame, mais le sieur de Marseille dit avec plus d’aparence que l’église de St François ne fut bâtie que du temps du roy Henry segond parce que, celon luy (no 2628 l’acroissement de la ville, qui est le lieu anciennement appellé les Barres, aujourd’huy la paroisse de St François, ne fut commencé à bastir qu’après que le roy François eut saizy en sa main le territoire de la ditte ville, en l’année 1541. Quand à l’eglise de Nostre Dame, il paroit par les Chartres d’icelle et par quelques anciens contrats de fondations faites ès années 1525 et 1527xiv, qu’elle fut bâtie dès les premières années de la fondation de la ville ; elle n’étoit au commencement qu’une petite chapelle bâtie de bois et couverte de chaume. Les plaidoyers disent construite en forme d’un petit angart. Le lieu où elle est bâtie et tout le territoire de la ville estoit encor si bas et sy peu haussé que dans les grandes marées l’eau entroit dedans, les gens d’église pendans la célébration de l’office contraints de monter sur les sièges et les habitants obligez de se faire reporter en leurs maisons à cheval ou dans des bateaux ; pour à quoy obvier on fut obligé de lever les quais et les rues, les dits quais n’étant allors construits que de bois, comme il y en a encor aujourd’huy une partie vers les Barres.

  • 29 Claude de Montmorency, sieur de Fosseux (1507-1546). L’intérim de Claude de Montmorency semble se s (...)

15La ditte église fut depuis portée sur des piliers de pierrexv et le sieur de Marseille écrit que son père, estant trésorier d’icelle en l’année 1536, fit augmenter les dits piliers et que l’église fut ensuite agrandie de manière qu’en l’année 1540 on commença de bâtir un beau clocher de pierre de taille, dont il dit qu’il vit asseoir la première pierre au temps que messire Claude de Mommorency29 fut envoyé en la ditte ville pour y commander quelque temps en l’abcence du sieur de La Mailleraye, capitaine d’icelle.

  • 30 À ce sujet, voir le dossier d’archives concernant la suppression de la Prévôté de Leure, 1525-1532 (...)

16Ausy la ville commmençoit lors de beaucoup s’agrandir et se peupler. Cela paroit premièrement en ce que Sa Majesté, par ces lettres patentes du mois de janvier 153030, par augmentation à celles de 1520, il avoit desjà suprimé la prévosté de l’Heure et Harfleur au non et profit des habitants du Havre, ausquels elle avoit donné à perpétuité ces droits de poids tant de la ville que de celle de Harfleur, ensemble le droit d’ancrage des vaisseaux depuis ce Havre jusque à Quilbeuf. Les dittes lettres [furent] enterrinées au parlement de Normandie par arrest du mois de mars 1531, aux charges des offres des dits habitans de payer cent livres de rente par chacun an à la recette du domaine de Montivillier et d’aquitter en outre Sa Majesté envers les religieux de l’abaye du Valace du nombre de neuf pouches* de sel de Brouage, rendu par chacun an à leur grenier à sel de Harfleur ; la ditte ferme en 1528 estoit baillée deux cents livres par an outre les dittes charges.

17Secondement, en ce que le dit sieur de Marseilles adjoute que, durant ce temps, Sa Majesté avoit retiré de la ville de Harfleur les trente archers mortes payes* qui y estoient sous la charge de messire Guillaume de Prestreval, sieur dud. lieu, capitaine de la ville, et les avoit fait venir au Havre mesme, augmenté leur nombre jusqu’à cinquante pour la garde du dit sieur de La Mailleraye.

183e, en ce que cet autheur insinue que, dès ce temps là, outre la Grosse Tour et au dehors d’icelle du côté de deça, il y avoit quelques ouvrages de fortification et jettées bâties sur l’entrée du port ; mais cela paroit principalement dans la description qu’il fait de la construction et armement de ce grand vaisseau ou nef ditte du nom du roy, la Grande Françoise™. Il ne marque point précisément le temps auquel il fut achevé de bâtir et rendu prest à sortir de ce Havre ; il dit seulement qu’il avoit esté long temps à bâtir et que Sa Majesté avoit résolu de l’envoyer au Levant affin de faire teste au Turc, d’où l’on peut conjecturer que ce fut vers l’an 1533 que se fit son équipement, en conséquence du traité fait entre les rois de France et d’Engleterre à leur entreveue à Bouloigne, au mois d’octobre 1532, où Leurs Majestez convindrent, dit l’Histoire, des moyens pour résister au Turc s’il persistoit d’envahir la Crétienté, sçavoir : de mettre ensemble à communs frais jusqu’à quatre vingt mil hommes pour donner une plus parfaite connoissance de leur zelle à Faugmentation de la religion et ex[c]iter les autres princes à leur exemple.

19D’autres mémoires disent qu’elle fut commencée en 1529 ; qu’elle estoit plombée et clouée de clous de fonte, depuis la quille jusqu’à la première ceinte ; qu’on ne pouvoit boulier d’un bout à l’autre ; qu’il y avoit une chapelle de st François où l’on faisoit le pain bénit tous les dimanches ; que le st François de cette chapelle a persisté long temps et que le st Bonnaventure, que l’on voit aujourd’huy en l’églisexvii, est le mesme qui y estoit sous le nom de st François.

Figure no 13 – La Grosse Tour ou tour François Ier, photographie, vers 1855.

20Ledit sieur de Marseilles décrit exactement toutes les particularitez de ce grand vaisseau qu’il dit avoir esté du port de plus de deux mille tonneaux et le plus grand qu’on eut encor vu, pour à quoy faire allusion, il remarque qu’au derrière estoient placez les armoiries de France avec la figure d’un phénix pour signifier qu’il estoit l’unique au monde, comme cet oiseau, et au devant, dit-il, estoit une image de st François avec la figure d’une salamandre, qui estoit l’armoirie particulière du roy, laquelle il donna à la ville.

  • 31 Charles d’Orléans (1459-1496), comte d’Angoulême.
  • 32 Sic, pour Fontainebleau, Seine-et-Marne, ch.-1. arr.

21Ce roy et, avant luy, Charles d’Angoulesme31 son père, portoient cet animal pour devise avec ces mots nutrisco et extingoxviii, par lesquels ils donnoient à entrendre qu’ils maintenoient les bons et exterminoient les méchants. Cette devisexix se voit dans plusieurs des maisons royalles bâties par ce roy, dans quelques médailles et dans une tapisserie à Fonteinne Belle Eau32 avec ce distique latin :

  • 33 « L’ours fier, l’aigle légère et le serpent tortu, / Salamandre, ont cédé à ton feu et vertu » (Cla (...)

Ursus atrox, aquilaeque leves et tortilis anguis
Cesserunt flammae jam salamandra tuae33

  • 34 « Ce roy et avant luy [...] par le serpent etc. », citation remaniée extraite de Marc de Vulson de (...)

22Parolles, dit le sieur de La Colombière, dans son livre du blason, qui représentoient mystérieusement que ce roy avoit vaincu par son courage et par sa valeur les Suisses, représentés par l’ours, les Impériaux par l’aigle et les Milanois par le serpent34.

  • 35 Philippe de Villiers de L’Isle Adam (1464-1534), grand maître de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem
  • 36 Soliman le Magnifique (1495-1566).

23Pour revenir à la Grande Françoise, un gentilhomme breton, il se nommoit L’Espargnexx, avoit eu charge de la faire bâtir en la Fosse de l’Heure – c’est aujourd’huy la Crique de la Planchette ou de Percanvillexxi – et le sieur de Villiers, chevallier de Malte, fut envoyé par le roy pour la commander et la faire sortir de ce port. C’étoit le neveu de Philippe de Villiers35 de la maison de L’Isle Adam, grand maître des chevaliers de Rodes, et sur lequel Soliman, empereur des Turcs36 avoit conquis cette ille en l’année 1522.

24Mais ce chevalier et ceux de sa suitte ne purent faire avancer la ditte nef en deux marées plus outre que jusqu’à la jettée du bout, joingnant à la Grosse Tour. Ainsi en parlent les Mémoires pour quoy ils furent contraints de la laisser là et les marinniers du pays obligés de la remener dans le Havre, près le sault de la Grande Bar[r]e, où elle resta jusqu’au mois de novembre, que la nuit du jour de st Clément, 14 du moisxxii, par une fort grande tempête, les cables, dont elle étoit amarée, ayant cassé, elle se tourna sur l’un de ses côtés et s’emplit tellement d’eau qu’il ne fut pas possible de la relever. Elle fut donc dépiécée en cet endroit et la plus part des maisons des Bar[r]es bâties du bois que l’on en tiraxxiii. Les Mémoires ajoutent que quand elle passa près la Grosse Tour, les premiers sabors s’étant trouvés à la hauteur d’icelle, quelques uns de l’équipage étoient entrés dans la tour, ce qui donna lieu au sieur de La Mailleraye, capitaine de la ville, d’en faire hausser les créneauxxxiv.

25Le sieur de Marseille loue en divers endroits la vigilance de ce gouverneur. Il dit qu’en l’année 1536, lorsque la guerre se renouvela entre le roy et l’empereur Charles V et que le bruit couroit que les Flamans dressoient une armée de mer affin de descendre en Caux, [il] fit bâtir sur le Perrey, près le port aux bateaux et tuilleries, trois boulevars de tourbes de terrexxv, comme l’on fit en 1694 lors du bombardement, dans chacun desquels il posa garde bourgeoise avec 3 pièces d’artillerie. L’Histoire remarque que cet appareil de guerre des Flamans resta en Picardie et les Mémoires de ajouter qu’une flotte de navires françois chargés de sel ne laissa pas de donner l’alarme à la ville ; 15 000 hommes, tant gentilshommes que paysans jusque près de Caudebec, assemblés au son du tocquesin s’étoient rendus le même jour en la ditte ville pour prendre les ordres du dit gouverneur.

  • 37 Jacques V Stuart, roi d’Écosse (1512-1542).
  • 38 Jean de Serres, Inventaire..., p. 460-461.
  • 39 Ibid., p. 431.
  • 40 Madeleine de France (1520-1537), fille de François Ier.
  • 41 Scipion Dupleix, Histoire générale de France, Paris, Sonnius et Bechet, 1648-1654, t. II, P. 431.
  • 42 Marie de Guise, duchesse de Longueville, reine d’Écosse (1515-1560), mère de Marie Stuart.

26En la mesme année 1536, les Mémoires disent mal 1538, le roy Jacque Stuart d’Escosse37 descendit en cette ville du Havre avec 4 navires galbons et bon nombres de seigneurs et gens de guerre de son pays – L’Histoire dit 16 000 combatans – pour venir au secour du roy sans requeste ni le sceu d’iceluy, ajoute de Serres38 et aux premières nouvelles qu’il [e]ut que l’empereur estoit entré hostilement en Provence. Mais L’Histoire39 remarque que les vens luy furent si contraires qu’il fut repoussé et longuement agité de sorte qu’avec beaucoup de peines et de péril il vint enfin surgir en la côte de Normandie et d’autant que le bruit couroit que le roy et l’empereur estoient sur le point de donner bataille, il prit la poste pour s’y trouver, faisans suivre les siens à journées et trouva le roy au pays de Lionnois, de quoy Sa Majesté se reconnut sy étroitement obligé qu’il ne le voulut point éconduire de la recherche qu’il faisoit de Madeleine de France40 sa fille. Ainsy le mariage se conclut dans Blois et consommé le premier jour de l’année suivante, dit de Serre. Mariage toutefois, adjoutte Dupleix41 qui ne fut pas heureux, car Madeleine estant décédée dans la mesme année, Jacques désirant prendre nouvelle alliance en France épousa Marie, fille de Claude, duc de Guise, veuve du duc de Longueville42 Les Mémoires remarquent que Sa Majesté donna au roy d’Écosse deux hommes de chaque métier qui s’embarquèrent en ce Havre avec leurs femmes et familles et toutes sortes d’instrumens servant au labourage et culture des terres à cause, disoit-il, que le païs d’Écosse estoit encor mal dressé, ce qui est ausy remarqué par Duplex qui dit que les Écossois sont grandement incivils, à demy sauvages et mal armésxxvi, sy on ne leur fait recouvrer des armes de France ou de Flandre.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. « Fondation de la ville du Havre-de-Grâce, sous le Roy Louis XII » (ms. Lesueur, p. 1).

ii. Le Véziel les appelle « Etienne Raisin ou de Rains » et « Pierre de Raulin », p. 321. Une note marginale du copiste de 1806 rétablit les amiraux de France et précise : « Les curés prédécesseurs étaient Jacques de Vimont en 1508, puis Pierre de Raulin. »

iii. Le Véziel ajoute p. 322 : « Pour moi qui doit [sic] m’en rapporter à ce que j’ai vu, c’est qu’en l’année 1730, lorsqu’on a en grez pavé la grande rue royale de Saint François du Havre, il se lisait sur un trait de bois au dessus, et qui servait de linteau à la porte du corps de garde de la Barrière, que la dite maison fut bâtie en 1517. Je ne crois pas pour cela que cette maison fut la première édifiée au Havre, mais cela ne peut s’accorder avec les susdits plaidoyers de l’année 1586. »

iv. Le ms. Laignel laisse un blanc ici, complété ainsi par Laignel de L’Ormerie : « les sieurs Duval, Gaquerel, Houssaye et plusieurs autres à présent. » Le Véziel date de 1556 ces titres de la maison de la Pointe Cavelier, nomme ces personnages « Représentants ». Une note marginale du copiste de 1806 précise : « C’est maintenant la Romaine, ou Douane construite vers 1758. » (ms. Le Véziel, p. 324)

v. Laignel de L’Ormerie ajoute : « [...] par les vestiges, et fut nommée du Sud, par ce qu’elle estoit opossée [sic] à la partie du nord de lad. ville. »

vi. « Et Dupleix fait entrer la terre de Chillou dans les appartenances de la maison Du Plessis Richelieu. » (ms. Gasquerel, no 2).

vii. Dans la marge : « Sous Louis 13 [sic], fol. 245 ».

viii. « [...] par son maître d’hôtel qui vouloit empoisonner un gentilhomme, qu’il soupçonnoit d’entretenir sa fille agée de 13 ans, le poison aïant été mis dans un oyson servy au diner. La fille fut conservée, et le gentilhomme soupçonné se garantit par quelques breuvages [sic] et se fit mettre dans le fumier. » (ms. Lesueur, p. 4-5, d’après Guillaume de Marceilles).

ix. « [...] de figure sphérique » (ms. Laignel de L’Ormerie).

x. « [...] qui est à présent mengée par le temps et la pluie. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xi. « 1522 » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xii. « Mais outre ce grand malheur, cette pauvre ville naissante fut affligée le 15 janvier de la même année d’une tempête terrible et d’un furieux débordement ; la mer s’enfla avec tant de violence que presque tous les habitans et navires y périrent, c’est à dire tant hommes que batteaux à pêcher du harang et maquereaux, et furent les corps en la plus part vomis et transportés par la mer tout le long des rivages de l’Heure et de Graville, de telle manière que tout fut brisé, et ceux qui échappèrent à cette infortune furent contraints de dépiécer dans les fossés du dit château plusieurs de leurs batteaux, n’ayant pu les faire ramener au Havre. » Le copiste de 1806 ajoute en marge : « C’est en considération de cet événement qu’il se célébrait le jour de Saint-Maur, le 15 janvier, une messe solennelle dans l’église de Notre Dame avec une procession dans les cimetières, à cause du grand nombre de personnes qui périrent dans cette inondation. » (ms. Le Véziel, p. 326).

xiii. « [...] et l’autre sous celui de saint François de Paule » (ms. Le Véziel, p. 327).

xiv. « 1521 et 1527 » (ms. Le Véziel, P. 327)·

xv. « Cependant la dévotion du roi et des peuples ne pouvant s’accommoder d’une si pauvre église, on songea à la faire construire plus forte et plus magnifique. » (ms. Le Véziel, p. 328).

xvi. « [...] lequel par allusion au nom du roi fut nommé la Françoise. » (ms. Le Véziel, P. 329)·

xvii. « dans la chapelle des marchands » précise Le Véziel ; l’annotateur du manuscrit indique en marge « La dernière chapelle avant la porte collaterale, en remontant du côté de l’évangile. » (ms. Le Véziel, p. 330).

xviii. « Nutrisco et extinguo id est [et je nourris et je tue]. » (ms. Le Véziel, p. 330) ; « nutricor et extinguo. » (ms. Lesueur, p. 10).

xix. Le ms. Lesueur ne fait pas mention de cette digression sur la devise de François Ier.

xx. « [...] un gentilhomme nommé L’Epargne, dont le roy fit marier la fille au capitaine Pancreboist qui, en faveur dudit mariage, fut fait capitaine de Touques [...] » (ms. Lesueur, p. 10).

xxi. « [...] qui fut démoly en 1689. » (ms. Laignel de L’Ormerie) ; « Pour revenir à notre vaisseau nommé la Grande Françoise, ce fut le sieur de L’Épargne, gentilhomme breton, qui fut chargé de le faire construire dans la Fosse de l’Fleure, à la Crique de la Fossette, où fut ensuite baty Parc en Ville, que j’ai vu de mon tems en forme d’une jolie métairie accompagnée de jardins entourés de murailles et avenues d’ormes, devenue cabaret et bouloirs et enfin démolie en l’année 1689. » (ms. Le Véziel, p. 331) ; « la Crique de la Planchette ou de Percanville » (ms. Lesueur, p. 10).

xxii. Les mss Lesueur (p. 11) et Le Véziel (p. 330) évoquent le 23 novembre.

xxiii. « Mais je ne sais comme accommoder ce qu’avancent ces mémoires, lorsqu’ils disent que ce navire était de deux mille tonneaux, sans avoir auparavant réfléchi combien il lui fallait de hauteur d’eau pour le faire sortir et mettre à flot. » (ms. Le Véziel, p. 331).

xxiv. « Les plus grands navires que j’aye vu bâtir, depuis 1688 jusqu’à présent 1733, n’ont été que de 8 à 900 tonneaux et de 66 pièces de canon. » (ms. Le Véziel, p. 332).

xxv. « de gason » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxvi. « Car j’en ai vu débarquer étrangement équipés sans linge et très pauvres. Ils ne laissent pas dans la suite de devenir de très bons soldats, suivant ce que j’en ai remarqué dans les guerres d’Italie, de Flandre et d’Allemagne, pendant les premières guerres que la France eut contre toute l’Europe et dont nos armées eurent toujours l’avantage, à l’exception du combat naval qui fut donné au mois de juillet [1692], à La Hougue, où les ennemis eurent l’avantage parce qu’ils étaient les plus forts et qu’il y avait six navires ennemis contre un français. » (ms. Le Véziel, p. 334).

Notes

1 Guillaume Gouffier de Bonnivet (1488-1525), amiral de France (1516/1517-1525).

2 Philippe Chabot (1492-1543), amiral de France (1526-1544).

3 Louis de Brézé (1459-1531), comte de Maulévrier, gouverneur de Normandie (1526-1530).

4 Guillaume de Prestreval, capitaine du Flavre et de Montvilliers, fut seigneur d’un hameau de la paroisse d’Annouville (Voir Charles Vasseur, « Le registre de la charité de Surville », dans Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, 3e série, vol. XXV, Paris, 1863, p. 563 et 567).

5 Louis de Vendôme (14**-1525), vidame de Chartres.

6 Guyon Le Roy, sieur du Chillou (v. 1447-1535), vice amiral de France (1517-1534) ; sur ce personnage, voir Claude Vincent, « À la recherche... », p. 15.

7 Charles Du Bec, sieur de Bourry, vice amiral de France (1528).

8 Noël Taillepied, op. cit., p. 236.

9 Georges Ier d’Amboise (1460-1510), cardinal.

10 La transmission de la commission de Bonnivet à Du Chillou eut lieu en fait dès le 12 février 1517 (Stéphano de Merval, Documents relatifs à la fondation du Havre, Rouen, Métérie, 1875, p. 11).

11 Les lettres patentes données par François Ier en août 1520 accordent l’exemption de toute taille à la ville de Grâce (AMH, II 23, f° 79 ; Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. I, no 1231, p. 223) ; il ne s’agit évidemment pas de l’acte fondateur de la ville, quoique le préambule de cet acte rappelle l’historique de sa création ; mais il y a ici visiblement confusion entre plusieurs documents royaux.

12 Soit 1517 (n. st.)

13 Jean de Serres (1540-1598), Histoire des choses mémorables avenues en France, depuis l’an 1547 jusques au commencement de l’an 1597, sous le règne de Henri II, François II, Charles IX, Henri III et Henri IV..s. l., 1599 ; id., Inventaire général de l’histoire de France, depuis Pharamond jusques à Louis XIV à présent regnant... par Jean de Serres... Augmentée en ceste dernière édition de ce qui s’est passé durant ces dernières années jusques à présent, Paris, Jacques Cailloué, 1648.

14 Scipion Dupleix, Histoire générale de France avec l’état de l’Église et de l’Empire, par Scip. Dupleix,..., Paris, L. Sonnius, 1621-1628.

15 Le passage « de toute ancienneté [...] remarquent » est relié par erreur au f° 12 du ms. Laignel.

16 Sic, pour 1515.

17 Sic, pour Paul Jovius, cité par S. Dupleix, ou Paolo Giovio (1483-1552), Histoires de Paolo Jovio,... sur les choses faictes et avenues de son temps en toutes les parties du monde, traduictes du latin en françois par le signeur Du Parq, champenois, Lyon, G. Rouillé, 1552. Dans la marge : « L. 16, f° 725 ».

18 Jacques V Stuart, roi d’Écosse (1512-1542).

19 Sic, pour jetée.

20 Guyon Le Roy, sieur du Chillou, vice amiral de France, capitaine de la ville du Havre de 1517 à 1528, capitaine de Honfleur (voir S. de Merval, Documents, op. cit.)

21 Doullens, Somme, ch.-l. cant.

22 En effet, cette acquisition eut lieu en 1552 (n. st.) : « Il fut acquis par la communauté des habitans de feu Jean Regnard, bourgeois de Montivilliers, par contrat passé devant les notaires du Havre le 2 février 1551 » (AMH, II 23, p. 456) ; voir aussi Victor Toussaint, Les Trois Hôtels de ville du Havre. Notice historique, Le Havre, Costey frères, 1859.

23 Toponyme non identifié.

24 François Ier fut fait prisonnier à la bataille de Pavie, le 24 février 1525, par les troupes de Charles Quint. Il demeura captif un an en Espagne.

25 C’est Guillaume de Marceilles qui est à l’origine de la confusion entre Jean Du Bec et son fils Charles Du Bec-Crespin, sieur de Boury, vice amiral de France, capitaine de la ville du Havre (1528-1529), mort en 1529 et enterré aux Cordeliers de Châtillon-sur-Seine (voir Edme Beguillet et Claude Courtépée, Description historique et topographique du duché de Bourgogne, Dijon, Frantin, 1786, t. VI, p. 384 ; voir aussi Gabriel-Henri Gaillard, Encyclopédie méthodique. Histoire. Supplément, Paris, Agasse, 1804, t. VI, p. 53).

26 Sic, pour : Charles de Mouy, seigneur de La Mailleraye. Vice amiral de France, capitaine de Honfleur, Charles de Mouy (ou de Moy) fut capitaine du Havre entre 1529 et 1560 et mourut en 1562.

27 Scipion Dupleix, Histoire générale..., t. III., p. 347.

28 Cette numérotation correspond à celle du paragraphe chez Guillaume de Marceilles.

29 Claude de Montmorency, sieur de Fosseux (1507-1546). L’intérim de Claude de Montmorency semble se situer entre 1539, puisque ce dernier préside à la pose de la première pierre de la tour du clocher de l’église Notre-Dame, le 21 avril de cette même année, et 1547 (voir Charles Roessler, Le Havre d’autrefois [...], Le Havre, imprimerie du commerce, 1883 ; Léon Braquehais, « Épigraphie de l’arrondissement du Havre », La Normandie littéraire, archéologique et historique, 1888, no 8, p. 131-133 ; Hervé Chabannes, Liste chronologique des gouverneurs du Havre, de leurs lieutenants et des lieutenants du roi des origines à la Révolution (1517-1791), Le Havre, Archives municipales du Havre, 2005, p. 3.

30 À ce sujet, voir le dossier d’archives concernant la suppression de la Prévôté de Leure, 1525-1532 (AMH, AA 7).

31 Charles d’Orléans (1459-1496), comte d’Angoulême.

32 Sic, pour Fontainebleau, Seine-et-Marne, ch.-1. arr.

33 « L’ours fier, l’aigle légère et le serpent tortu, / Salamandre, ont cédé à ton feu et vertu » (Claude Paradin, Devises héroïques et emblêmes.Paris, Rolet Boutonné, 1621, p. 15).

34 « Ce roy et avant luy [...] par le serpent etc. », citation remaniée extraite de Marc de Vulson de La Colombière La Science heroique, traitant de la noblesse, de l’origine des armes, de leurs blasons, et symboles, des tymbres, bourlets [...]. Avec la genealogie succincte de la maison de Rosmadec en Bretagne, Paris, chez Sebastien Cramoisy et Gabriel Cramoisy, 1644, p. 352.

35 Philippe de Villiers de L’Isle Adam (1464-1534), grand maître de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

36 Soliman le Magnifique (1495-1566).

37 Jacques V Stuart, roi d’Écosse (1512-1542).

38 Jean de Serres, Inventaire..., p. 460-461.

39 Ibid., p. 431.

40 Madeleine de France (1520-1537), fille de François Ier.

41 Scipion Dupleix, Histoire générale de France, Paris, Sonnius et Bechet, 1648-1654, t. II, P. 431.

42 Marie de Guise, duchesse de Longueville, reine d’Écosse (1515-1560), mère de Marie Stuart.

Table des illustrations

Légende Figure no 11. – Lettres patentes commettant l’amiral de Bonnivet pour fonder un port au lieu dit de Grasse, février 1517.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure no 12 – Épave découverte lors des travaux de la pointe de la Floride, 1876.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure no 13 – La Grosse Tour ou tour François Ier, photographie, vers 1855.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search