Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Jean Laignel. Antiquitez du Havre de Grâce

Introduction

Texte intégral

Où l’auteur part à la recherche des ports et des villes ayant existé à l’embouchure de la Seine, à l’emplacement du Havre, avant la fondation de la ville et du port du Havre proprement dits. Exploration des ruines d’une ville, d’un port et d’un château dans la plaine de Leure, preuves manifestes que la partie asséchée de l’estuaire était autrefois navigable, et sources écrites (archives judiciaires, seigneuriales et paroissiales, Mémoires de Guillaume de Marceilles et ouvrages d’histoire de France) sont invoqués dans cette introduction.

1 L’histoire nous aprent que Julies Cezard, dans le dessain de conquester fit de ses vaisseaux vers les où est à l’Angleterre, l’assemblé[e] costes, présent scitué[e] la ville du Havre, ce qui se peut conjecturer par les vieux restes que nous voyons dans ce territoire, qui est vers la pointe du Hoq, dont les ruinnes paroissent d’un antien port qui, selon la plus probable opinion, se nommoit Icius ; et c’est ce port que les géografes ont tant de peinne à trouver. Nous ne suivront d’autre sentiments que ce premier, pour laisser ceux qui prétendent raporter Amian Marcelin pour en faire le Constantia castra ad oras Sequanaei. Voilà ce qu’il en dit liber 15, fol. 576 :

  • 1 Ammien Marcellin, Historia romana, Lib. XV, cap. XI. 3 : « A Belgis vera eandem gentem Matrona dis (...)

In vita imperii Jul[iani] ab legis vero eadem gentem Celtas matrona discendit et Sequana amnes magnitudinis gemine qui fluentes per Lungdunensem post circum clausum ambittu insulari Parisiorum castellum, Lutetiam nomine, consosciatim [meant] meantesque prosimus prope Constantia castra fondentur in mare etc 1

  • 2 En réalité Lillebonne.
  • 3 Sic pour « elles ».
  • 4 Soit entre 180 et 200 mètres.
  • 5 Le manuscrit Laignel (BMM, ms. 21), incomplet, commence précisément ici.

2Par ce que les parolles de cet autheur se peuvent égallement entendre ou de Harfleur, dont l’origine et le nom du fondateur est inconnu, ou bien du camp dans la vallée de Sandouville, à 2 lieues dudit Harfleur, et mesme de Harfleur ou de Honfleur, que Ptolomée apelle Julio Bona2 nous n’avons aucunne preuve assurée du nom de ce présent port de mer synon qu’absolument les ruines restez nous en peuvent convaincre qu’il a esté considérable. En effet, suivant l’inspection du lieu, on ne peut doutter qu’il n’y ait eu en cet endroit une ville assez étendue pour ces temps là, avec un chatteauii et un port qui avoit environ 6 à 700 toises de longueur et, affin de le bien examiner, il faut remarquer que, au couchant de la chapelle Nostre-Dame des Neiges, on voit une pointe de terre très basse qui est à plus de 700 toises de lad. chapelle, où commence une antienne crique qui se continue jusque à lad. chapelle. Et au delà du costé de Harfleur, il seroit plusieurs ruines de maisons et puis, à 150 toises de cette ditte pointe de terre, on remarque un autre caré fort spatieux du costé de la terre, dont les antienne murailles paroissent encor très épois[s]es. De plus, il seroit une hauteur de perrey ayant environ 150 toises de longueur, laquelle va joindre en demy cercle une muraille qui formoit un espesse de boulevard qui so[u]loit rendre à la troisiesme tour du château proche du boulevard, dont on vient de parler ; il y a un fossé allant dans les terres au nord jusque à une butte, où l’on prétent qu’il y avoit un mouliniii, et cette butte ce nomme la Butte au[x] Sarasins ; et, au regard du fossé qui perd beaucoup de sa longueur en montant toujours obliquement dans les terres, [il] reparoit de nouveau de toute sa largeur et passe entre deux ruinnes de murailles fort époisses, sur lesquelles est [le] grand chemin qui va à Graville. Le fossé continue encor quelque peu vers le Hoq, continuant en demy cercle jusque aux cinq tours qui paroissent encor, quoyqu’ils3 soient ruineziv. Ce port est aujoud’huy la commune et peut avoir 90 toises4v vis-à-vis desdvi. tours ; et pour une preuve convainquante que la mer passoit autrefois dans ce lieu et battoit le pied desd. tours, c’est que dans la commune on voit plusieurs pointes de bancs de galey sans qu’on puisse apprendre sy le perey*vii, qui forme la pointe du Hoq, forme aussy le dehors dud. port, de mesme que la muraille, dont on a parlé. Et ce dit banc de galey c’est ellevé insensiblement par la suitte des5 temps à la hauteur où il est aujourd’huy ainsy que tous les marais et prairies des environs depuis Graville jusqu’à Harfleur et au delà ; en effet, dans toutes les prairies on trouve partout du galley en fouissant seulement 2 ou 3 piedsviii et, en l’année 1667, lors qu’on creusoit le Canal du Havre à Harfleurix, on trouva entre Graville et Harfleurx une quille de vaisseau de 80 pieds de long et l’on voit encor des organeaux* au chasteauxi de Graville pour y amarer les vaisseaux, ce qui convient assez avec d’anciennes cartes du païs de Caux qui marquent une baye en cet endroit. Mais il est assez dificile de faire voir en quel temps ces changements se sont faitsxii.

  • 6 Le bas de la page du manuscrit Laignel présentant une lacune par suite d’une déchirure, les passag (...)
  • 7 Espace de plusieurs lignes laissé en blanc.

3A l’égard de l’androit où est à présent la chapelle de Nostre Dame des Neiges, on peut assurer que c’est la place du château, car ce lieu est le plus élevé qu[... et les tours6 plus fréquentes et [que ce petit couventxiii] est entouré de [fossés presque comblez, lesquels estoient remplis d’eau, à joindre qu’il se trouve qu’]en ce mesme endroit, il y avoit jadis un vie[ux] temple ou églisexiv dont il [peut estre mentionné dans les archives] de l’ar[chevesché de Rouen, car on y trouve] plusieurs tombes sur l’une des quelles on lit en gotique dans la nouvelle chapelle [...]7 et qu’on a trouvé en divers endroits des cuiraces, des picques et halebardes et des épées avec plusieurs ossements humainsxv.

  • 8 Georges de Brancas, duc de Villars (15**-1626).

4J’ay veu des mémoires qui portent que messieurs de Graville estoient trois frères ; que l’aîné pocédoit le château de Graville, un des cadets celuy de Frileusexvi, près la forest des Halattes sur la coste ; que ces deux châteaux se communiquoient par un chemin souterrain, dont l’ouverture se remarque encor dans la ditte forest au pied de la coste à 40 ou 50 toises du château de Graville, du costé du Havre ; et que le 3e frère pocédoit le château en question qui fut donné aux capucins pour leur servir d’hospice par messire Georges de Brancas Villars,8 marquis de Graville, gouverneur [du Havre. Mais] les ruines que l’on voit encor [à présent nous don]nent une bien plus grande [idée de ce lieu que ces] mémoires ne nous [en font concevoir, à joindre que] la muraille [de ces tours n’est que de pe]tit caillou [et non de pierres de taille, comme les murail]les des villes du temps de Cesar et depuis et cette dernière remarque pouroit peut estre servir à un autre pour découvrir le temps auquel ce lieu auroit esté fortifié.

  • 9 François Eudes de Mézeray (1610-1683), Histoire de France, depuis Faramond jusqu’à maintenant..., (...)

5Il se trouve encor d’autres sentimens sur ces vielles ruinesxvii et il y en a qui estiment que c’estoit un des campements des Anglois lors qu’ils se fortifièrent en Normandie, sous les règnes de Charles VI et Charles VII, et que ce lieu s’apeloit déjà Le Havrexviii, sy l’on en croit Mezerey9 lors qu’il parle du siège de Harfleur. Mais comme tout ce qui se remarque d’antiquitez dans le païs, soit à Sandouville, Estretat ou aux environs de Fécamp et ailleurs s’atribue aux Englois, on ne peut rien fonder de certain là dessusxix. Il y en a encor qui tiennent que les ruines des maisons qui se remarquent près la pointe des Neiges sont les habitations des pescheurs de Harfleur, qui s’établirent au Havre ausy tost sa fondation, et que la crique qui joint ces ruines estoit le lieu où ils retiroient leurs batteaux et que lorsqu’ils demandèrent permission de s’y establir, il n’y eut qu’un seul habitant de Harfleur qui s’i opposa, prévoyant, disoit-il, que cet établissement seroit la ruine de Harfleur, veu la commodité de ce lieu.

  • 10 Lettres patentes données à Saint-Germain-en-Laye en janvier 1530 (vieux style), soit en janvier 15 (...)

6Ce lieu là, qu’on pouroit donc avoir de certain, ne pouroit se trouver dans les tiltres du marquisat de Graville, du fief royal de Gueldres et du fief d’Orcher et enfin dans ceux de la prévosté de l’Heure et Harfleur, par lesquels on apprent que les privilèges qui estoient atachez à cette prévosté appartenoient aux religieux de l’abaye du Valace ; que les privilèges consistoient au droit de pesche sur cette coste et en quelques octrois sur quelques marchandises et denrées que le roy François I donna à perpétuité à la communauté des habitans de la ditte ville, peu après son établissement ; laquelle donation il confirma depuis par lettres patentes de l’année 153010 sur le trouble que le receveur de Harfleur y apportoit en voulant percevoir les dits droits dans l’enclos du Havrexx.

7Cette ferme estoit baillée 200 1. par an en l’année 1528, outre les charges à payer tant aux religieux du Valace qu’aux autres qui y avoient intérest ; mais, comme la pluspart [de] ces tiltres ont esté ou perdus pendant le siège du Havre ou suprimés par quelques gouverneurs, seigneurs de Graville, pour s’aproprier une partie desdits droits [en] vertu de leur fief qui estoit héréditaire dans leur famille, au lieu que le gouvernement n’estoit que personnel, cette ferme se trouve aujourd’huy à charge à la communauté de la ditte ville.

8Le second monument qui peut servir à aprofondir les antiquitez de la ville du Havre est le narré d’un arrest du parlement de Rouen, donné entre maistre Pierre Deschamps, procureur du roy au siège de Montiviller, et le seigneur de Graville sur le litige meu entr’eux pour raison du patronage des églises du Havre au mois de juillet de l’année 1586, où les plaidoyers des avocats sont au long incérez.

  • 11 Guillaume de Marceilles, Mémoires de la fondation et origine de la ville Françoise de Grâce compos (...)
  • 12 André Brancas de Villars (15**-1595), gouverneur du Havre (1588-1595).

9Le 3e consiste dans les Mémoires11 de Messire Guillaume de Marseilles, procureur du roy au siège particulier du Havre, touchant l’origine et fondation de laditte ville, lesquels il écrivit environ 8 ans après le dit arrest et qu’il dédia à l’amiral de Villars, qui estoit pour lors gouverneur du Havre12 Cet autheur ne garde aucun ordre des temps dans la composition de ces Mémoires, néanmoins, tout ce qu’il a écrit peut estre commodément raporté sous chaque règne de nos rois, et c’est la forme que j’ay donnée à cet ouvrage pour une plus grande nettetéxxi et pour éviter la confusion des différentes choses qui se sont passez en la ditte ville.

  • 13 Jean Nagerel, L’Histoire et cronique de Normandie, reveuë et augmentee outre les precedentes impre (...)

10L’histoire de France m’a fourny ausy plusieurs endroits ainsy que la Cronique de Normandie13 à quoy j’ay adjousté ce qui c’est passé de mon temps jusqu’à aujourd’huyxxii.

  • 14 Adrien Godefroy de Nipiville, Le Portrait de la ville et citadelle du Havre de Grâce avec les adva (...)

11Enfin, pour ne rien obmettre de ce qui regarde les rivages qui sont des deux costez de la ditte ville, il est encor à propos de raporter que le mesme Mr de Nipiville14 dont on a parlé, a écrit que depuis que la ville du Havre est bâtie, la coste n’a point changé ; que les rades estoient ocupées à peu près des mesmes bancs, que nous y remarquons encor aujourd’huyxxiii, et que l’Éclat estoit abismé comme il est ; qu’il n’y a que la pointe de la Hèvexxiv qui est racourcie de plus de 200 pas à cause que les vagues, qui luy sappent le pied, font souvent crouler les falaises, dont la cheute est la source inépuisable des perrez qui bouchent continuellement le port, y estant poussez par les gros vents de nord ouest et de nordxxv. Il adjoute que cela arive faute de réparer la digue de la Hève qui, ayant esté abatue par l’impétuosité de la mer, a donné le passage aux perrez, aux vents et à la marée pour ravager toute la coste, ce qui a obligé à multiplier les espits. Il ne nous dit rien du temps auquel cette digue fut construite ny de celuy auquel elle a esté renversée, mais seulement qu’elle partoit du pied de la Hève, pointoit directement vers la mer entre le sud ouest et le ouest. Le sieur de Marseilles ne fait mesmes aucune mention de cette diguexxvi.

Annexes

NOTES ET VARIANTES

i. ms. Le Véziel : « Les géographes d’ancien tems conviennent qu’autrefois il y a eu aux côtes de la Normandie un port de mer qu’ils nommaient Icyus sans nous apprendre en quelle part des dites côtes ce prétendu port de mer était placé mais, si nous joignons l’histoire avec les apparences, nous le trouverons où est présentement Notre Dame des Neiges, à une lieue du Havre de Grâce au levant. Car lorsque Jules Cezar prit la résolution de conquérir l’Angleterre, il fit assembler les vaisseaux les vaisseaux vers la côte, où est présentement la ville du Havre. L’on ne peut mieux placer cette assemblée que vers la pointe nommée du Hoc proche de cet endroit que nous avons mentionné ci dessus, et c’est là où était cette ancienne ville nommée Icius en ce tems, à laquelle on n’a pu jusqu’ici trouver une place fixe et positive. Ce n’a donc été qu’après que les plus curieux ont fait une recherche exacte, et après avoir fait murement les inspections nécessaires, ils se sont bornés aux apparences qu’ils ont trouvé[es] les plus convaincantes, qui est l’endroit où est à présent cette chapelle de Notre Dame des Neiges. Et ne vaut-il pas mieux s’en tenir là que de suivre des sentiments vagues qui nous ont embrouillé cette place et port de mer, Icius, nous la laissant dans des espaces imaginaires, et n’en déplaise à l’auteur Amian Marcelin, qui nous place un port de mer, ad oras Sequanae [à l’embouchure de la Seine], auquel il donne le nom de Constantia Castra, je ne crois pas qu’il nous en apprenne assés pour nous assurer en quel endroit ce prétendu port de mer était placé, puisque ses paroles peuvent également s’entendre de Honfleur, de Harfleur ou de quelques camps qui peuvent être dans la vallée de Sandouville ou d’ailleurs. » ms. Lesueur, p. I-II : « Ceux qui veulent tout faire valoir en faveur du port et des rades du Havre-de-Grâce remontent jusqu’au tems de Jules-Cesar pour nous dire que ce grand capitaine, dans le dessein de conquérir l’Angleterre, fit l’assemblée de ses vaisseaux dans nos côtes ; et que ces vieux restes, que nous voïons dans le territoire et vers la pointe du Hoc, sont les ruines de cet ancien Port Icius, que les géographes ont tant de peine à trouver dans la carte. C’est le sentiment de monsieur Geofroy de Nipiville, qui nous a laissé par écrit en 1667 le Portrait de la Ville et Citadelle du Havre-de-Grâce, avec les avantages de son port et de ses rades. D’autres diront, peut-être avec plus d’apparence, que ces vieilles ruines sont le Constancia-Castra, dont parle Amian-Marcelin, dans la vie de l’empereur Julien, sçis à l’embouchure de la Seine (L. 15, fol. 576) que Jean Le Frere de Laval a traduit « près la garnison de Constance ». Néanmoins que les parolles de cet auteur se peuvent égallement entendre d’Harfleur (dont le nom du fondateur et l’origine sont inconnus) ou d’un camp de la vallée de Sandouville, à deux lieues d’Harfleur, quoique les anciens Latins [en note : Ptolémée, etc.] la nomment Julio-Bona ; ce n’est point dans nos côtes que les géographes cherchent l’Icius Portus de Caesar, mais au rivage de Picardie à Calais, ou plutôt à Boulogne, d’où son histoire nous assure qu’il fit voille pour l’Angleterre (Flor. Gal. L. 2, c 3 & L. 3, c 23). Disons que les guerres, dont ce païs a été longtemps agité, et l’ignorance des siècles passez nous ont fait perdre la connoissance d’une antiquité aussi considérable. En effet, par l’inspection, on ne peut douter qu’il n’y ait eu en cet endroit une ville fort spacieuse pour ce temps-là, avec un château et un port qui avoit plus de 6 à 700 toises de long. Et pour commencer par le port : environ à 700 toises au couchant de la chapelle des Neiges, on voit une pointe de terre très basse qui se nomme la Pointe des Neiges, ou la Sablonnière. »

ii. « Pour commencer avec ordre, examinons les ruines resté[e] s en cet endroit de Notre Dame des Neiges. Elles se trouveront assés convaincantes qu’il y a eu autrefois une ville et un port de mer considérable. On y remarque d’abord les restes et fondements de cinq tours qui étaient dans les vieilles murailles, desquels on voit encore quelques débris ; et il parait qu’elles entouraient un ancien château assés deffensable pour le tems, et qui néanmoins a été détruit pendant les guerres au tems de Charles sept ; que les ennemis faisaient ordinairement leurs assemblées de navires à Harfleur et qu’ils conquirent la meilleure partie de la France, jusqu’à ce que le roi de France les en chassât tout à fait, car cette nation anglaise fit en se retirant toutes les hostilités ruineuses qu’ils purent ; et desquelles cette ville et port de mer s’est resentie dans son entière destruction, où il ne resta que des ruines sur lesquelles cette chapelle des Neiges fut édifiée ou réparée, comme elle se voit [...] » (ms. Le Véziel, p. 315)

iii. « sur laquelle nos devanciers y ont vu un moulin à vent. » (ms. Le Véziel, p. 316).

iv. « [...] cinq tours, qui ont encore leurs fondations très visibles. » (ms. Le Véziel, p. 317).

v. « 100 toises » (ms. Le Véziel, p. 317).

vi. « sept tours » (ms. Lesueur, p. IV).

vii. « terrain » (ms. Gasquerel, no 1).

viii. « L’endroit, où était le port, est aujourd’huy la Commune et peut avoir à vue de pays environ 100 toises vis à vis les dites tours, au pied desquelles la mer battait, et il se peut remarquer facillement que dans la dite commune on a remarqué plusieurs pointes de bancs de galet, que la mer y a vomi, et par succession du tems a comblé le dit port. Il en est de même des prairies du bas de la paroisse de Graville, jusqu’au droit de la ville de Flarfleur parce que ceux qui ont entrepris de creuser 3 ou 4 pieds de profondeur pour faire leurs fossés n’ont trouvé que du galet dans toute cette étendue. » (ms. Le Véziel, p. 317).

ix. « [...] ce qu’on appelle le Canal ou Rivière de Flarfleur. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

x. « un peu au delà de l’église de Graville. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xi. « Je encorre veu des organeaux de fer aux murailles. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xii. « [...] et au bas du dit château, il y avait des gros organaux de fer pour amarer les navires qui abordaient dans une ance, ou espèce de rade, qu’on y avait creusée dans l’ancien tems, ce qui s’est trouvé s’accorder avec les anciennes cartes du pays de Caux qui marquent fort bien une baye en cet endroit. Mais le mal est qu’il n’y a point eu de curieux pour nous avoir laissé par écrit en quel tems cela a été rempli. » (ms. Le Véziel, p. 317).

xiii. « couvent des capucins » (ms. Gasquerel, no 1) ; « A l’égard de l’endroit où est à présent la chapelle de N. D. des Neiges, on peut assurer que c’est la place du château car, outre que ce lieu est le plus élevé, que les tours y sont plus fréquentes et que le couvent des capucins est entouré de fossés, c’est qu’il y avait jadis en ce même lieu des caves et une église ruinée dont il peut être fait mention dans le Grand Livre de l’archevêché de Rouen, car on y a trouvé plusieurs tombes sur une desquelles on lit en gothique [...] » (ms. Marine, Préface, p. iii ; et ms. Lesueur, Préface, p. v).

xiv. « [...] des caves et une églises ruinée. » (ms. Gasquerel, no 1).

xv. « [...] avec une grande quantité d’ossements humains. » (ms. Le Véziel, p. 318).

xvi. « [...] le second possédait celui de Frileuse, à présent tout à fait ruiné, où il ne se voit plus qu’un grand puits dans lequel on dessendait avec des roues jusqu’au plus profond, où il y avait une belle source, avec un chemin souterrein d’un côté duquel il courait un ruisseau qui venait se rendre au dit château de Graville et, de cette manière, ces deux châteaux avaient communication par le moïen de ce souterrein, dont l’embouchure se trouvait à 50 toises du dit château de Graville. Et enfin le troisième frère était le maître du château d’Icius, qui fut donné après sa ruine aux capucins par le marquis Georges de Brancas de Villars [...] » (ms. Le Véziel, p. 318).

xvii. « Antiquitez » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xviii. « [...] ce qui se peut souffrir puisque tous les ports peuvent se nommer havre. » (ms. Le Véziel, p. 319).

xix. « Comme il me semble que c’est assés éplucher les sentiments des anciens, sans toute fois qu’il ne se trouve aucunes preuves dont on puisse être entièrement satisfait, il est bon de parler à présent des choses qui sont à notre connaissance venues de père en fils. Nous savons que la plupart des habitants de Harfleur étaient pêcheurs, et qu’avant la fondation du Havre de Grâce, plusieurs vinrent édifier des cabannes autour d’une crique, où ils retiraient leurs batteaux, et qu’un grand nombre de pêcheurs à leur imitation, je dis des premiers, voulaient aussi s’y aller établir, et qu’un habitant remontra aux autres qu’il fallait s’y opposer et, prévoyant que tant de déserteurs causeraient un jour la ruine de leur ville, de même qu’il est arrivé dans la suite des tems. » (ms. Le Véziel, p. 319).

xx. « [...] dans ce qui formait l’enclos de cette ville du Havre, lequel enclos était de beaucoup plus grand qu’il ne l’est aujourd’huy, comme il se verra ci après par le plan que j’en ai tiré sur un autre ancien. » (ms. Le Véziel, p. 319).

xxi. « [...] et c’est la forme que je suivis dans cette ouvrage pour une plus grande neteté. » (ms. Laignel de L’Ormerie) ; « Et voilà la forme qu’on suivra dans cet ouvrage sans toutefois oublier l’histoire de France, les chroniques de Normandie, qui nous fourniront plusieurs particularités auxquelles j’ajouterai ce qui s’est passé de plus remarquable du tems de mon père, ou avec ce que j’ai remarqué jusqu’à la présente année 1732,1733 et suivante. » (ms. Le Véziel, p. 320) ; « [...] & c’est la forme qu’on donne à cet ouvrage [...] » (ms. Lesueur, p. x).

xxii. « [...] j’ai adjouté de plus remarquable du temps de mon perre et du mien, jusque aujoud’huy. » (ms. Laignel de L’Ormerie) ; « [...] à quoy on a ajouté ce qui s’est passé de nos jours jusqu’aujourd’huy. » (ms. Lesueur, p. ix).

xxiii. « [...] que les rades étaient occupées par à peu près les mêmes bancs qu’aujourd’huy [1712...] » (ms. Le Véziel, p. 320).

xxiv. « pointe de L’Heure » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxv. « [...] mais les soins que l’on a eus de leur opposer des digues a toujours rendu le port très commode. » (ms. Laignel de L’Ormerie).

xxvi. Le Véziel, p. 320, ajoute : « extrait particulier d’un autre mémoire sur Le Havre, écrit en 1712. » Le manuscrit Laignel est très vraisemblablement cette source datée de 1712. Quant au ms. Laignel de L’Ormerie, il poursuit : « Il est bien fait mention d’une forte digue qui fut faite au bout de la Hève pour s’oposer au ravage que faisoit la mer, mais l’on est incertain en quel temps elle fut construitte et renversée ; il dit seulement qu’elle pointoit directement vers la mer entre le sud ouest et l’ouest. Le sieur de Marceille, quoyqu’il fust un très exact observateur, n’en dit rien. Il suffit [d’en dire] que [de] toute celles qui furent fabriquez ensuite jusque à l’entrée du port, il ne nous en reste qu’une demy ruinée qu’on nomme l’Épi à Pain, autrefois Grand épi, et il n’a eu ce nom que depuis 40 ans, auquel temps un forban de ce nom y fut pendu ; et 5 ou 6 autres dont il se voit encor quelque reste. » Le ms. Lesueur présente ensuite, p. xi, une « Table des chapitres » puis un « Sommaire du premier chapitre ».

Notes

1 Ammien Marcellin, Historia romana, Lib. XV, cap. XI. 3 : « A Belgis vera eandem gentem Matrona discindit et Sequana, armies magnitudinis geminae : qui fluentes per Lugdunensem post circumclausum ambitu insulari Parisiorum castellum, Lutetiam nomine, consociatim meantes protinusprope castra Constantia funduntur in mare. »

2 En réalité Lillebonne.

3 Sic pour « elles ».

4 Soit entre 180 et 200 mètres.

5 Le manuscrit Laignel (BMM, ms. 21), incomplet, commence précisément ici.

6 Le bas de la page du manuscrit Laignel présentant une lacune par suite d’une déchirure, les passages entre crochets sont restitués d’après le manuscrit Laignel de L’Ormerie.

7 Espace de plusieurs lignes laissé en blanc.

8 Georges de Brancas, duc de Villars (15**-1626).

9 François Eudes de Mézeray (1610-1683), Histoire de France, depuis Faramond jusqu’à maintenant..., Paris, Guillemot, 1643-1651.

10 Lettres patentes données à Saint-Germain-en-Laye en janvier 1530 (vieux style), soit en janvier 1531, abolissant la prévôté de l’Heure et Harfleur (voir Catalogue des actes de François Ier, Paris, Imprimerie nationale, 1887-1908, t. II, no 3845, p. 3).

11 Guillaume de Marceilles, Mémoires de la fondation et origine de la ville Françoise de Grâce composez par maistre Guillaume de Marceilles, conseilller du roy, et son premier procureur en ladicte ville. Ces mémoires ont été écrits en 1594 mais n’ont été édités qu’en 1847 par l’érudit et bibliothécaire Joseph Morlent (1793-1861).

12 André Brancas de Villars (15**-1595), gouverneur du Havre (1588-1595).

13 Jean Nagerel, L’Histoire et cronique de Normandie, reveuë et augmentee outre les precedentes impressions, finissant au roi très-chrestien Henry troisième... Avec les figures tant de ladite Normandie que de la ville de Rouen, M. Le Mesgissier, 1610.

14 Adrien Godefroy de Nipiville, Le Portrait de la ville et citadelle du Havre de Grâce avec les advantages de son port et de ses rades, présenté à monseigneur le duc de Saint-Aignan son gouverneur, [Le Havre], 1667. Bourgeois et échevin, il était capitaine dans la marine royale (1610-1675).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search